05 juin 2012

Création de l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Universités (ORSU)

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifPar Nina Schmidt chargée de mission de l'ORSU. Création de l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Universités (ORSU) par l’Afev et l’UNICEF avec le soutien de la MGEN.
Globalisation, individualisation, désindustrialisation : notre société est en train de changer. La connaissance, le savoir et l’éducation deviennent les enjeux majeurs de cette mutation vers une nouvelle organisation sociale. Dans ce contexte, le rôle de l’enseignement supérieur évolue lui aussi, et les universités développent leur responsabilité sociale, par exemple en favorisant l’engagement solidaire de leurs étudiants. Retour sur ce que proposent aujourd’hui les universités pour reconnaître et encourager l’engagement de leurs étudiants.
Qu’est ce que l’ORSU ?
L’Afev et l’Unicef ont initié une démarche de création d’un Observatoire de la RSU, en partenariat avec l’ARF, l’AVUF et la CPU, et avec le soutien de la MGEN.
Trois objectifs principaux sont au coeur de cette démarche:
1 - favoriser et reconnaître l’engagement solidaire des étudiants,
2 - promouvoir le rôle des universités comme ressource éducative pour les territoires (accès à l’Université, réussite des parcours, insertion dans la vie active, formation tout au long de la vie),
3 - développer le rôle des universités pour le développement durable des territoires.
À travers un Observatoire de la Responsabilité sociale des Universités (ORSU), les organisations partenaires pourraient mutualiser leurs efforts pour promouvoir l’engagement des universités et de tous leurs acteurs dans des initiatives de solidarité et de développement local ou international. Parmi ses missions pourraient notamment figurer:
• la promotion du concept de RSU auprès des établissements d’enseignement supérieur;
• le partage des bonnes pratiques en faveur de la participation des jeunes;
• la valorisation de l’engagement bénévole des étudiants dans leurs parcours universitaires. Info +: www.orsu.fr.
Selon l’enquête 2010 de l’Observatoire national de la vie étudiante, environ 37% des étudiants participent à une activité associative. Les motivations citoyennes des jeunes existent donc bel et bien. Et il est important que les organisations les soutiennent, comme le souligne Lynda Sedoud, chargée de programme Engagement des Jeunes de l’Unicef France: « Face aux difficultés d’accès au logement, à la santé, à l’alimentation, à l’éducation, les étudiants développent des alternatives intelligentes, collectives, telles que des épiceries solidaires ou des colocations solidaires. Charge à nous d’accompagner cette volonté d’agir des jeunes. »
Spécificité attractive

Les universités se sont engagées dans la réflexion sur les modalités de valorisation de l’engagement étudiant, afin d’en faire une spécificité attractive de leurs campus. « A l’heure actuelle, la CPU a bien quelque idée du rôle positif que joue l’engagement des étudiants dans leur insertion professionnelle, mais elle ne dispose pas de représentation générale », reconnaît Camille Galap, président de la commission Vie de l’étudiant et questions sociales à la Conférence des Présidents d’Université.
« La CPU souhaiterait réaliser un guide de l’engagement étudiant pour les universités, qui, à partir de l’identification des bonnes pratiques existantes, donnerait des outils pour la mise en oeuvre des dispositifs de valorisation de l’engagement étudiant dans les cursus universitaires », poursuit-il.
« La demande d’une reconnaissance de l’engagement solidaire par l’université, et plus largement la société, est forte chez les jeunes », souligne Elise Renaudin, directrice déléguée de l’Afev, une association qui mobilise plus de 7000 étudiants chaque année. Un quart des étudiants bénévoles à l’Afev valident leur engagement dans les cursus, dans 45 universités.
Charte dynamique

La signature, en mai 2011, de la Charte pour la dynamisation de la vie associative des universités et le développement et la valorisation de l’engagement étudiant, entre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la CPU et les syndicats étudiants représentatifs, marque une avancée en matière de reconnaissance de l’engagement étudiant. La Charte prévoit en effet la promotion des actions étudiantes en mettant à disposition des locaux, en créant un Bureau de la Vie Etudiante, en développant le recours au Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes (FSDIE) pour financer les projets des étudiants, en établissant des systèmes de reconnaissance des compétences acquises.
À Valenciennes
Le module optionnel « Sport Culture Citoyenneté » permet aux étudiants de troisième année de licence de valoriser et valider leur engagement citoyen (associatif, humanitaire, sportif, culturel…) par la rédaction d’un mémoire puis une soutenance. Ce module donne lieu à des crédits ECTS. Seules les actions réalisées ou en cours de réalisation sont recevables.
De plus, à l’instar de 12 autres universités, l’Université de Valenciennes expérimente, depuis trois ans, le portefeuille d’expériences et de compétences (PEC), qui visait initialement l’accompagnement des étudiants « décrocheurs » dans la construction de leur projet personnel et professionnel. « Le PEC, ce n’est pas seulement un outil numérique, c’est une vraie réflexion que l’étudiant est invité à mener sur ses motivations, ses capacités, son projet », souligne Olivier Sénéchal, responsable du Service d’Information, d’Orientation et d’Insertion Professionnelle de l’Université de Valenciennes.
« La première phase consiste à recenser l’ensemble de ses expériences, à en faire une description détaillée, et à en extraire les compétences acquises. Toutes les initiatives étudiantes, y compris associatives et bénévoles, font partie de ces expériences valorisables dans le monde professionnel », conclut-il.
Ailleurs
Le Service Learning (ou apprentissage par le service), est un concept né aux Etats-Unis, qui consiste à lier les enseignements théoriques délivrés en classe à la pratique d’un service rendu à la communauté.
À l’Université du Michigan par exemple, les étudiants en médecine dispensent des soins dentaires gratuitement aux patients qui n’ont que de très faibles revenus.
Des étudiants en communication rédigent des communiqués de presse, réalisent des brochures de présentation, organisent des événements pour soutenir les associations locales en temps de crise économique. Ils perfectionnent leurs compétences professionnelles, aiguise leur sens civique. Et obtiennent 3 ou 4 crédits pour leur année universitaire.
L’Université Saint-Francis-Xavier est pionnière au Canada de l’Apprentissage par le Service à l’Université, puisqu’elle le propose depuis 1996. Ce sont 750 étudiants chaque année qui pratiquent le Service Learning. Par exemple, des étudiants en nutrition revoient les cartes des hôtels. D’autres, en science politique, cherchent des sources de financement pour une organisation féministe.
Ils reçoivent pour cela 3 crédits. Info + : Les actes du séminaire sur la RSU sont téléchargeables à l’adresse suivante: http://www.cpu.fr/.

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gif By Nina Schmidt in charge of the mission Orsu. Creation of the Observatory of Social Responsibility of Universities (Orsu) by AFEV and UNICEF with the support of MGEN.
Globalization, individualisation, de-industrialization: our society is changing. Knowledge, knowledge and education become the major issues surrounding this transition to a new social organization. In this context, the role of higher education is also changing, and universities develop their social responsibility, for example by supporting the joint commitment of their students. Back on that now offer universities to recognize and encourage the commitment of their students. More...

Posté par pcassuto à 07:59 - - Permalien [#]
Tags :