23 avril 2012

La formation à l’entrepreneuriat en Europe

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)La plupart des pays européens encouragent de plus en plus la formation à l’entrepreneuriat, d’après un nouveau rapport publié par la Commission européenne, intitulé Entrepreneurship Education at School in Europe (Formation à l’entrepreneuriat à l’école en Europe).
Huit pays ont lancé des stratégies spécifiques visant à promouvoir cette formation, tandis que treize autres l’ont incluse dans leurs stratégies nationales relatives à l’apprentissage tout au long de la vie, à la jeunesse ou à la croissance.
La moitié des pays européens ont engagé un processus de réforme de l’éducation qui prévoit de renforcer la formation à l’entrepreneuriat.
Seuls la France, l’Allemagne, l’Italie, la Hongrie et l’Irlande du Nord n’ont pas mise en place de stratégies ni d’initiatives nationales/régionales pour la mise en place de la formation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement général.
L’Union européenne promeut l’entrepreneuriat comme un facteur clé de la compétitivité; elle a souligné l’importance de développer une culture entrepreneuriale à l’échelle européenne en favorisant le bon état d’esprit et les compétences en matière d’entrepreneuriat.
La recommandation de 2006 du Parlement européen et du Conseil sur les compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie inclut l’entrepreneuriat parmi les huit compétences clés. Télécharger le rapport complet (en anglais) sur le site europa.eu.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Most European countries encourage more training in entrepreneurship, according to a new report by the European Commission, entitled Entrepreneurship Education at School in Europe (Entrepreneur Training at school in Europe).
Eight countries have launched specific strategies to promote this training, while thirteen others were included in their national strategies for learning throughout life, youth or growth.

Half of European countries have initiated a process of education reform that provides for increased training for entrepreneurship
. More...

Posté par pcassuto à 16:18 - - Permalien [#]


Less than perfect pitch

http://resources.theage.com.au/theage/media-common-1.0/images/feedback-button.gifBy Erice Cervini. AUSTRALIAN universities spend a lot on marketing. But is that money effective?
Marketing experts are urging a rethink on how universities sell Australian degrees to international students. A workshop for deputy vice-chancellors and directors of international students was held in Canberra last November.
Participants were told that a lot of time had been spent on emphasising Australia as a great destination.
But instead of using pictures of Sydney Harbour to promote the country as an affordable holiday destination, the key messages should be reputation, quality and prestige.
It’s easy to see why the experts want a change. Australia’s international education reputation has taken a battering in recent years. Australia simply didn’t seem such a safe holiday destination after Indian students were attacked on Melbourne streets.
Research also shows that international students seek out countries that have a great reputation for education. This could be a problem for Australian higher education.
In the past, Third Degree has reported on research about international students from the London-based Observatory on Borderless Higher Education. The research shows that prospective students see the US and  Britain as top education destinations.
And a 2009 report by IDP Education, Australia’s largest international recruitment agency, revealed that 6000 students from eight countries rated Australia well behind the US and Britain for quality of education. Of the 1130 Indian students surveyed, only 8 per cent rated Australian institutions as the most prestigious, compared with 58 per cent for the US.
A recent survey by the Knowledge Partnership, a global marketing and communication education consultancy, reinforces this view.
The survey of more than 3300 students from countries such as China, India, Singapore and Brazil showed 40 per cent of students nominated the US as having the best reputation for higher education, followed by Britain with 36 per cent.
Australia is a distant third, neck and neck with Canada. New Zealand is fifth.
Three times as many Chinese students nominated the US as having the best reputation for university education as nominated Australia.
But how can Australian universities restore their reputations? Is marketing enough or is the problem more serious?
Take Singaporean students. They’re a savvy bunch who are most likely to choose a country based on other students’ experience of studying in that country. Word of mouth is very powerful.
That could explain why so many students from Singapore now choose countries other than Australia.  If you talk to them about their Australian courses, many will tell you they are unhappy with low English entry standards.
Not all overseas students see their degree as a passport to permanent residency: they want their study to mean they have achieved a good academic standard. They also want evidence that Australian universities are top-notch. Empty statements about ‘‘world-class’’ universities in brochures won’t convince students to come to Australia.
So, here’s the problem for universities. They can change their marketing messages, but these will make no difference in attracting good students if the messages can’t be backed up.
Prospective students can seek guidance from world league tables of universities. They’ll find a handful of Australian universities in the top 100.
Graduate business students can look at the Financial Times rankings of business schools. But, once again, only a few Australian schools feature in top 100.
Lecturers and tutors who teach overseas students know the main obstacle to overseas students receiving a quality education is their poor command of English.
If universities want to talk about the reputation and quality of their courses, then they have to get serious about English entry standards.

Posté par pcassuto à 16:05 - - Permalien [#]
Tags :

6ème Université d’été “Emploi, compétences et territoires”

http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpgLa Fondation Université Montpellier 1 ENTREPRENDRE organise à Montpellier sa 6ème Université d’été “Emploi, compétences et territoires” les 4, 5 et 6 juillet sur le thème “Territoires, enjeux économiques et sociaux: quel engagement des acteurs.”
La Fondation Université Montpellier 1 ENTREPRENDRE décernera pour la 2ème fois le Prix de l’innovation territoriale.
L’Université Montpellier 1 a créé une Fondation, présidée par Max Ponseillé, sur le thème de l’entrepreneuriat. Elle a pour objectif d’ouvrir ses portes au monde de l’entreprise et des acteurs économiques, mais également de développer des partenariats dans la recherche, la formation, l’insertion professionnelle, et enfin de faire des étudiants les entrepreneurs de demain.
Au programme de l’Université d’été:

    * Tables rondes
    * Ateliers
    * Prix de l’innovation territoriale
    * Echanges d’expériences (françaises et étrangères)
    * Rencontres entre acteurs sociaux, institutionnels et chercheurs
Le Prix de l’innovation territoriale

La Fondation Université Montpellier 1 ENTREPRENDRE, la DIRECCTE Languedoc-Roussillon et leurs partenaires de l’Université d’été organisent pour la deuxième fois le Prix de l’innovation territoriale. Ce prix est destiné à récompenser des actions collectives, ancrées sur leur territoire, ayant des effets mesurables en termes d’emploi, de valorisation des compétences, de développement économique. Ces actions devront être innovantes en termes de gouvernance, de performance économique et de performance sociale. La date butoir pour la remise des dossiers de candidature est fixée au 4 mai 2012. Règlement du concours. Dossier de candidature. Contact: Fondation Entreprendre, Université Montpellier 1, 5 bd Henri IV – CS 19044, 34967 Montpellier Cedex 2, francoise.thuile@univ-montp1.fr. Pour en savoir plus
Voir aussi sur le blog: 5ème Université d'été Emploi, compétences et territoires
, 4ème Université d’été « Emploi, compétences et territoires » et Deuxième Université d’été « Emploi, compétences et territoires » - Montpellier, 27, 28 et 29 août 2008.

http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpg ~ ~ VFundació  de la Universitat de Montpeller a Montpeller organitza 1/6 dur a terme els seus cursos d'estiu "d'ocupació, habilitats i territoris", 4, 5 i 6 de juliol sobre el tema "Territoris, els problemes econòmics i socials: El que el compromís dels actors". Veure també el blog: 5 º Estiu d'ocupació, habilitats i territoris, els "d'ocupació, habilitats i territoris" quarta Universitat d'Estiu i la Segona Escola d'Estiu "d'ocupació, habilitats i territoris" - Montpeller, 27, 28 i 29 agost 2008. Més informació...

Posté par pcassuto à 15:22 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Fundraising for Excellence

CASE Symposium for European Rectors and Presidents: Fundraising for Excellence, Amsterdam, The Netherlands (9-10 May 2012)
The Council for Advancement and Support of Education (CASE) is organising a Symposium for European Rectors/Presidents on “Fundraising for Excellence” in Amsterdam, The Netherlands, from 9 to 10 May 2012.
The Symposium, designed for academic and administrative heads of higher education institutions across Europe, aims to examine questions such as:
  • What role can philanthropy play in the quest for new sources of funding?
  • How does fundraising support strategic goals?
  • How to ensure to (re-)start on the right foot?
For more information about the event, click here.
See also Symposium for European Rectors/Presidents: Fundraising for Excellence.

Posté par pcassuto à 13:44 - - Permalien [#]

Les mutations du monde de la recherche

http://www.implications-philosophiques.org/wordpress/wp-content/themes/eNews/images/logo22.jpgAppel à contribution, Implications Philosophiques, dossier automne 2012: « Les mutations du monde de la recherche »
Calendrier:

Date limite des propositions: 1 Juin 2012
Date acceptation ou refus des propositions: 30 Juin 2012
Date limite de réception des articles: 15 septembre 2012.
PRES, Alliances, LABEX, IDEX, EQUIPEX, RTRA, RTRS, RTP, IHU, IRT, PPP, SATT, Pôles de Compétitivité, Instituts Carnot, Incubateurs, CEI, JEI, JEU, CIP, SNRI, LRU, AERES, ANR, CPER, PCRD(T), EUREKA, ou encore EPA, EPST, EPIC, EPCST, EPCS, GIP, GIS, Fondations, etc.
Lost in translation? Quid de cette flopée de sigles qui ont fleuri ces dernières années dans le monde de la recherche?

Des lois[1] mettant en place de nouveaux dispositifs se sont succédées ces dix dernières années pour faire face à la concurrence internationale et au « retard » français comme en attesteraient les classements internationaux, tel le fameux « classement de Shanghai » et le « shanghai-choc » qu’il a produit. C’est explicitement le cas pour les PRES par exemple: « Les PRES sont conçus comme un instrument de promotion des établissements membres. C’est un moyen de prendre place dans la compétition scientifique internationale »[2].
Pour atteindre cette visibilité internationale, deux mots d’ordre: rendre lisible le système de recherche français et atteindre une masse critique pour être (plus) visible.
Parallèlement à cette pression pour faire face à la compétition internationale, un ensemble de réformes, comme la mise en place de l’ANR renforçant le financement sur projet ou la réforme de l’évaluation et la création de l’AERES, a modifié le paysage de la recherche.
Nous proposons 4 entrées pour essayer d’appréhender ces évolutions:
    * Le financement sur appel à projet compétitif

Il s’agira:
-       de comprendre les changements induits par la baisse des crédits récurrents, en particulier l’impact sur l’agenda du chercheur, mais aussi pour les structures de recherche (par exemple, le recours à des cabinets de conseil pour le montage de projet, la multiplication des CDD, etc.).
-       de comprendre la portée de ce nouveau mode de pilotage « à distance » (la politique d’excellence, le poids et le fonctionnement de l’ANR, les différents acteurs qui y ont recours, etc.)
    * L’évaluation

-       De comprendre la place de plus en plus centrale des différents niveaux de l’évaluation dans le monde de la recherche et d’évaluer son impact dans les pratiques des chercheurs (y compris les problèmes « éthiques » liés aux fraudes).
-       D’analyser les différentes structures d’évaluation, leur fonctionnement (AERES, CoNRS, etc.) et le poids des indicateurs.
    * Les relations avec le secteur socio-économique
-       D’analyser l’impératif de valorisation dans le discours politique, y compris dans les tensions perceptibles entre modèle économique et impact social dans la définition de ce qu’est « la valorisation ».
-       De faire un état des lieux de la recherche partenariale et de ses dispositifs (Instituts Carnot, Incubateurs, pôles de compétitivité, etc.), ainsi que les outils mis en place pour accélérer les transferts (SATT, D.M.T.T, France Brevets, etc.)
    * La multiplication des niveaux impliqués dans le gouvernement de la recherche

On assiste à une refonte ou à un déplacement des échelles de gouvernement. Les établissements sont parallèlement plus impliqués dans des partenariats locaux et européens, et ils subissent davantage la concurrence internationale.
-       Internationalisation:
    * L’espace européen de la recherche et son interaction avec les actions nationales.
    * la pression des classements internationaux et de la compétition mondiale
    * les enjeux de la mobilité
    * la mondialisation des connaissances implique t-elle une uniformisation (de la langue de communication, etc.)?
-       Inscription territoriale:
    * La carte de l’excellence
    * L’action des régions dans les politiques de recherche
Ces entrées ne sont ni exclusives ni exhaustives pour étudier les logiques au cœur des mutations du monde de la recherche. Des articles abordant des thèmes transversaux peuvent être proposés. Les enjeux de ce dossier sont d’offrir un état des lieux de ce monde de la recherche en mutations. Pour ce faire nous recherchons des contributions autour des logiques qui président ces évolutions et des textes descriptifs des nouveaux dispositifs  qui ont changé la physionomie du monde de la recherche.
Informations pratiques

Implications philosophiques est une revue électronique de philosophie à comité de lecture. Cette revue, éditée par de jeunes chercheurs en sciences humaines, a pour vocation d’aider à promouvoir des regards innovants sur le monde d’aujourd’hui ainsi que de proposer un espace permettant aux jeunes chercheurs de présenter les résultats de leurs recherches. La revue propose deux fois par an des dossiers thématiques rassemblant des spécialistes du domaine questionné.
Pour ce dossier « réflexif » sur les pratiques de (la) recherche et les bouleversements dont son environnement est l’objet, nous espérons apporter aux étudiants se destinant à la recherche, aux jeunes chercheurs ainsi qu’aux chercheurs plus confirmés, des éléments permettant de comprendre les évolutions à l’œuvre afin de mieux s’insérer dans le monde de la recherche. Contact: d.dubs@implications-philosophiques.org.
http://www.implications-philosophiques.org/wordpress/wp-content/themes/eNews/images/logo22.jpgCall for Papers, Philosophical Implications, Fall 2012 issue: "The changing world of research". PRES, Alliances, LABEX, IDEX, EQUIPEX, RTRA, RTRS, RTP, IHU, IRT, PPP, SATT, Competitiveness Clusters, Carnot institutes, incubators, IEC, JEI, Thurs, CIP, SNRI, LRU, AERES, ANR, CPER , FP (T), EUREKA, or EPA, EPST, EPIC, EPCST, EPCS, GIP, GIS, Foundations, etc..
Lost in translation? What about the slew of acronyms that have flourished in recent years in the research world? More...

Posté par pcassuto à 09:51 - - Permalien [#]


22 avril 2012

Handicap - les universités s’engagent

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgLouis VOGEL a signé, jeudi 19 avril 2012 devant l’ensemble des présidents d’université et directeurs d’établissement membres de la CPU, la charte Université/Handicap avec Laurent WAUQUIEZ, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé et Roselyne BACHELOT, Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale sont également signataires de la charte.
Cette nouvelle charte, qui fait suite à celle qui avait été signée en 2007, s’inscrit dans le contexte de responsabilités élargies des universités. La mise en place d’une politique inclusive en matière de handicap rencontre en effet les ambitions d’une Université française déterminée à assurer, à l’ensemble de ses étudiants, l’égalité des chances de réussite.
L’accompagnement des pouvoirs publics permettra la mise en œuvre effective de la charte dont le champ a été étendu aux personnels en situation de handicap. Les modalités de soutien de l’Etat seront définies en concertation avec la CPU. 
La charte conclue en 2007 avait contribué au doublement en quatre ans du nombre d’étudiants en situation de handicap à l’université. Ils sont 12 000 aujourd’hui à suivre des études supérieures. Cette charte s’était accompagnée d’un effort budgétaire significatif et d’une mobilisation importante des établissements eux-mêmes dans la production d’outils méthodologiques.
En s’engageant dans cette nouvelle charte, les universités ont souhaité inscrire le handicap au cœur des stratégies d’établissement dans le cadre d’une démarche globale concernant à la fois les étudiants et les personnels, la formation comme la recherche.
Cet engagement sera décliné sous forme d’un schéma directeur pluriannuel adopté par les établissements en conseil d’administration et qui articulera étroitement les quatre axes suivants:
•    consolidation des dispositifs d’accueil et développement des processus d’accompagnement des étudiants handicapés dans l’ensemble du cursus universitaire, de la licence jusqu’au doctorat (notamment au travers de contrats doctoraux dédiés) et vers l’insertion professionnelle;
•    développement des politiques de ressources humaines à l’égard des personnes handicapées;
•    augmentation de la cohérence et de la lisibilité des formations et des recherches, dans le domaine du handicap;
•    développement de l’accessibilité des services offerts par les établissements.
Le schéma ou les actions de ce schéma pourront faire l’objet d’un accompagnement particulier, notamment financier, inscrit au contrat de l’établissement.
Cette charte fixe ainsi des objectifs concrets, pour favoriser, dans le contexte universitaire, l’égalité des chances des personnes handicapées. Ces objectifs s’inscrivent dans une progression et sont évaluables dans le cadre de la politique contractuelle liant le MESR aux universités.
http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpg~~V Louis VOGEL underskrevet torsdag, 19 april, 2012 til alle universitetets præsidenter og skoleledere medlemmer af CPU, Charter University/Handicap med Laurent Wauquiez, minister for højere uddannelse og forskning. Xavier Bertrand, minister for arbejde, beskæftigelse og sundhed, og Roselyne Bachelot, minister for solidaritet og social samhørighed er også chartrets underskrivere.
Den nye charter, der følger den, der blev underskrevet i 2007, er i forbindelse med bredere ansvar universiteter.
Etableringen af en inkluderende politik på handicapområdet faktisk opfylder de ambitioner et fransk universitet forpligtet til at sikre, at alle studerende, lige muligheder for succes. Mere...

Posté par pcassuto à 22:47 - - Permalien [#]

Le « Book Compétences Seniors »

http://www.orne-developpement.com/IMG/gif/logo-mefa-2.gifLe « Book Compétences Seniors » est en ligne
Pour favoriser l'emploi des plus de 50 ans, un « Book Compétences Seniors » a été réalisé par les services de la Préfecture de l'Orne, en partenariat avec la Maison de l'Emploi et de la Formation d'Alençon, Pôle Emploi, Cap Emploi et l'Ecrivain Public d'Alençon de l'Association Assise Orne.
Ce « Book Compétences Seniors » est composé de 18 CV de demandeurs d'emploi expérimentés ayant 50 ans et plus, immédiatement disponibles pour l'emploi. Il met en avant des personnalités volontaires et un engagement actif dans leur recherche d'emploi. Un objectif: rencontrer leur futur employeur!
Vous pouvez télécharger cet outil d'aide au recrutement: une version numérique actualisée est à votre disposition (ci-dessous).
N'hésitez-pas également le diffuser dans votre propre réseau. Les parcours présentés sont variés, les formations et les métiers également. Tous ont une expérience à faire valoir et des atouts à mettre au service d'un employeur.
=> Téléchargez le Book Compétences Seniors (nouvelle version).

http://www.orne-developpement.com/IMG/gif/logo-mefa-2.gif "Seniori Skills Book" je online
Na podporu zamestnávania viac ako 50 rokov, bol "senior Skills Book", ktorú produkoval útvary prefektúry Orne, v spolupráci s domom zamestnanosti a vzdelávania, vytváranie pracovných Alencon centrum , Cape verejné zamestnanosti a spisovateľ Asociácie Alencon Orne Assisi.

Tento "Senior zručnosti Kniha" sa skladá z 18 CV uchádzačov o zamestnanie, ktorí mali 50 rokov a viac, ihneď k dispozícii pre zamestnanie
. Viac...

Posté par pcassuto à 22:12 - - Permalien [#]
Tags :

RNCP - La Publication des certifications de l’Enseignement Supérieur

http://www.cncp.gouv.fr/gcp/webdav/site/cncp-internet-cncp/shared/contents/images/logos/logo_cncp.gifRapport d'activité 2011
2011 consacre la dixième année d’existence de la CNCP créée par la Loi du 17 janvier 2002. Le bilan de l’année progresse sur une plan quantitatif mais aussi qualitatif et traduit son rôle croissant au sein du système national de formation. Consulter le rapport 2011.
V. La Publication des certifications de l’Enseignement Supérieur

Le volume des certifications de l’enseignement supérieur relevant de la responsabilité de la Direction générale de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’insertion professionnelle  (DGESIP) est estimé à 12000 environ. L’importance du nombre de diplômes a nécessité la recherche d’un processus spécifique d’enregistrement au RNCP prenant en compte le stock existant, le flux et la maintenance du dispositif. L’ensemble des données nécessaires à la réalisation des fiches saisies sont produites par les universités, sous la responsabilité de référents, nommés par leur Président, avant d’être intégré dans la base de données de la CNCP.
Le nombre de fiches publiées est en 2011 de 143 pour les licences généralistes, 1972 pour ce qui concerne les licences professionnelles et de 694 pour les masters. Parmi les autres certifications relatives à l’enseignement supérieur, il est à noter que les BTS , BTSA et DUT sont au nombre d’environ 200.
En ce qui concerne les titres visés par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche leur  enregistrement dans le RNCP a aussi démarrée en 2011.
Il est à noter que fin 2011 plus de 1200 fiches sont en cours de validation par le Ministère de l’enseignement supérieur et plus de 200 fiches par Pôle Emploi.
De nouvelles modalités ont été arrêtées avec la DGESIP fin 2011 afin de permettre l’accélération de l’enregistrement des fiches de l’enseignement supérieur, sans compromettre la qualité des données.
VI. LE CADRE EUROPÉEN DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES

La CNCP a effectué la mise en relation du cadre national de certification, le RNCP, avec le CEC, prévue dans la Recommandation, permettant ainsi à la France de tenir ses engagements en termes de calendrier. Ce rapport de référencement, élaboré dans un cadre interministériel et sous l’égide du SGAE, a été présenté à la Commission et aux États membres le 11 octobre dernier.
Compte tenu des remarques faites par les représentants des Etats membres, des éclaircissements dans la rédaction ont été apportés, et contrôlés par le SGAE. Ce rapport plus compréhensible par des personnes étrangères  à notre système a débouché sur une traduction en anglais plus compréhensible. Ce rapport est disponible sur le site de la CNCP.
Par ailleurs, une  traduction d’une grande partie de notre site a été engagée afin d’améliorer la visibilité internationale du système français .
La CNCP a par ailleurs été sollicitée en tant que  point national de référence pour organiser un voyage d’étude à destination de représentants de la Tunisie, du Maroc, de la Jordanie et de l’Egypte qui participent à un projet européen « transméditerranéen » de construction de cadres de qualifications.
La réactivité des membres de la Commission (ministères, organismes consulaires, partenaires sociaux) a permis de satisfaire pleinement les attentes des participants au voyage.
Activity Report 2011
2011 devotes the tenth year of the CNCP created by the Act of 17 January 2002.
The balance of the year is progressing on a quantitative but also qualitative and reflects its growing role within the national training system. See the 2011 report.
V.
Publication of qualifications in Higher Education
The volume of qualifications in higher education under the responsibility of the Directorate General of Higher Education Research and Employability (DGESIP) is estimated at about 12,000.
The large number of degrees required the search for a specific process of registration in RNCP taking into account the existing stock, flow and maintenance of the device. All data necessary to carry sheets seizures are produced by universities, under the responsibility of referees, nominated by their President, before being integrated into the database of the CNCP. More...

Posté par pcassuto à 21:33 - - Permalien [#]

ça bouge, grâce à la VAE

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gif"Beaucoup de choses ont bougé grâce à la VAE. Cela relativise la question du nombre de personnes qui accèdent à un diplôme par cette voie". Vincent Merle, professeur au Cnam, livre sa vision du dispositif, dans un entretien d’Orientactuel. Après 10 ans de mise en œuvre, la VAE a modifié le regard porté sur les métiers, les certifications et les cursus. Les entreprises qui l’ont testée ont compris l’intérêt de la VAE pour elles-mêmes et leurs salariés. Il se montre confiant dans l’avenir du dispositif et ouvre des pistes pour son développement: la coopération de l’ensemble des acteurs qui la font vivre au niveau territorial, l’implication des branches et la poursuite du travail de réécriture des référentiels de certification. Sans doute faudra-t-il à la VAE le même délai qu'à l'apprentissage et l'alternance pour "s'imposer comme une sorte d'évidence aux futures générations". Lire l'interview de Vincent Merle.

Posté par pcassuto à 21:24 - - Permalien [#]

Certifier les compétences vertes - un rapport de la CNCP et du service public de l’orientation

http://www.aquitaine-cap-metiers.fr/capmetiers-theme/images/cap-metiers-logo.png

La Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) et la Délégation à l’information et à l’orientation (DIO) ont remis, début avril 2012, au ministre de l’écologie, un rapport intitulé « Informer et orienter ‘vert’ et certifier les compétences vertes ».
L’objectif à terme est de mettre en place des ressources numériques concernant les certifications identifiées « vertes » sur la plateforme Orientation pour tous afin d’informer les différents publics et d’outiller les acteurs de l’AIO (accueil, information, orientation).
Ce rapport préconise de mettre en ligne une cartographie des certifications pour chacune des 11 filières professionnelles en fusionnant les données de sources diverses (CNCP, DIO, Centre Inffo, Onisep): liste des certifications, niveaux de qualification, métiers, modalités d’accès et de financement… Consulter le rapport.
http://www.cncp.gouv.fr/gcp/webdav/site/cncp-internet-cncp/shared/contents/images/logos/logo_cncp.gifRapport des missions confiées par la Ministre de l’Ecologie,du Développement durable, des transports et du Logement  dans le prolongement du Grenelle de l’environnement et du Plan de mobilisation nationale des filières et des territoires pour une croissance plus durable (28 janvier 2010). Consulter le rapport.
Informer et orienter ‘vert’ et certifier les compétences vertes
Le Grenelle de l’environnement a conduit à réorienter de vastes pans de l’économie française vers un modèle de production et de consommation plus respectueux du développement durable et qui préserve l’environnement.
Le terme de « croissance verte » résulte de la pression croissante de nos sociétés sur l’environnement et même si ce  terme devient incontournable, sa forme et son contenu en richesses et en emplois dépendront des politiques fiscales, technologiques, de formations réglementaires engagés par l’Etat et les institutions internationales comme le démontre le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) dans ses récents travaux. Cela induit la création de nouveaux emplois ou l’adaptation d’autres, la définition de nouvelles compétences, la capacité à former à de nouveaux métiers et la gestion des transitions des compétences d’un territoire à l’autre ou d’un secteur d’activité à un autre.
Le développement de ces nouveaux métiers ou de l’évolution de certains autres obligera au développement de formations innovantes et de nouvelles compétences. De l’information à l’orientation, de la formation à la certification professionnelle comment aider tous les publics, les organismes et les entreprises à repérer le verdissement de tous ces secteurs ?  
1.    Les métiers « verts », des enjeux pour les certifications professionnelles et l’orientation

Le potentiel lié à la « croissance verte » est évalué selon les critères de définitions employés et « sous certaines conditions » à plusieurs centaines de milliers d’emplois et environ
600 000 « dans la prochaine décennie » .
Moins créateur d’emplois et de nouveaux métiers que prévu, la protection de l’environnement en tant que telle affecte toute l’économie et nécessite une adaptation d’un grand nombre de métiers aux nouvelles exigences générées. La « croissance verte » va essentiellement contribuer à faire évoluer les emplois existants, voire traditionnels » .
Il n’en reste pas moins qu’il faudra impérativement adapter les formations existantes aux nouvelles compétences et en créer de nouvelles si l’on veut répondre aux attentes de l’économie et des entreprises.
Les principaux secteurs créateurs d’emplois sont: les déchets et les eaux usées avec, loin derrière, la réhabilitation des sols et des eaux, le bruit, la nature, le paysage, la biodiversité, la pollution de l’air, cependant de plus en plus de secteurs (banques, assurance, communication) sont impactés. La fonction publique territoriale, premier employeur en matière d’environnement, voit également ses métiers se transformer et de nouvelles fonctionnalités apparaître.
Dans ce contexte émergent et au regard des perspectives identifiées, ce rapport vise à répondre à deux grands types de questions
Comment mieux orienter les jeunes, mais aussi les adultes mobiles, vers les métiers identifiés comme « verts et verdissants» et avec quelles ressources, compte-tenu d’une part de la diversité des acteurs, de la variété des réseaux et de la multitude des initiatives créées au niveau national et régional dans le domaine de l’information et de l’orientation et d’autre part de la faible connaissance ou du faible signalement des métiers et emplois verts dont on fait constat aujourd’hui ?
Comment réaliser le repérage dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) afin d’identifier les métiers de la croissance verte. Autrement dit, comment signaler le degré de verdissement des compétences et savoir-faire attestés par chaque certification qu’il s’agisse du stock des certifications existantes créées par des certificateurs publics (les ministères notamment) ou privés (les branches professionnelles, les organismes de formation, les professions…) ou qu’il s’agisse des certifications à venir (le flux).  Tels sont les questionnements que nous avons pris en compte.
Comment introduire un signalement systématique et légitime de leurs composantes vertes, sachant que les nomenclatures en usage sont variées et s’avèrent peu compatibles, malgré les tentatives de correspondance mises en œuvre ? Et de manière complémentaire, comment amener certains certificateurs à faire évoluer leurs certifications qui pourraient s’avérer inadaptées sur ces points?
Quelles initiatives proposer dans la perspective de mutualiser les ressources, d’approfondir la connaissance des métiers verts, de développer des bases de données publiques, de fédérer les réseaux en place et de développer des plateformes ou des outils numériques et/ou internet simples et attractifs tant pour le grand public que pour les professionnels?
Tels sont les principaux objectifs de travail que nous avons pris en compte pour répondre à la mission confiée par la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
2.    Une réflexion qui s’appuie sur des travaux existants

Il convient tout d’abord de préciser que les réflexions menées dans ce rapport se devaient d’être en cohérence avec les travaux déjà conduits dans ce domaine par d’autres institutions afin d’offrir une information pertinente, cohérente et lisible par tous.
C’est la raison pour laquelle nous sommes partis des métiers de la croissance verte définis par un groupe de travail interne à l’observatoire national des emplois et des métiers de l'économie verte, observatoire qui constitue le premier volet du pacte de solidarité écologique et dont un des objectifs est de faire de la croissance verte un enjeu majeur pour l’emploi.
Rappelons que l’Observatoire a pour objectif, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, d’offrir un diagnostic partagé de méthodes, d’outils et de chiffrage sur les emplois, métiers, formations et compétences de la croissance verte.
Deux définitions qui pourraient servir de base aux travaux proposés ont été longuement élaborées par les membres du groupe de travail ad hoc de l’Observatoire.
« Les métiers verts  sont des métiers dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement ». Ils ont été identifiés par l’Observatoire à la fois dans le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) et la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE.
Il s’agit donc plutôt de ce que l’on peut qualifier d’éco-activités. C’est la liste établie au niveau d’Eurostat pour le suivi à long terme des « emplois » verts et les comparaisons internationales.
Les métiers  verdissants sont des métiers dont la finalité n’est pas environnementale, mais qui intègrent de « nouvelles » « briques de compétences » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier. »
Les métiers identifiés relèvent de 11 filières professionnelles, chacune ayant défini pour son propre domaine les besoins en métiers, en formation, en certification et en information. Face à la double définition de métiers verts et verdissants et à la variété des réalités professionnelles et technologiques observées, les rapporteurs des 11 comités de domaines ont d’ailleurs conduit leurs travaux en deux phases:
- les premiers rapports ont été rendus fin décembre 2009-début janvier 2010 à la Secrétaire d’Etat en charge du pilier social du développement durable,
- une deuxième vague de travaux (pour 6 des 11 comités) s’est avérée nécessaire pour compléter ces rapports fin 2010-début 2011, remis à la ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
Il ressort des nombreuses initiatives entreprises visant à mieux cerner le périmètre de ces métiers qu’une approche par des nomenclatures institutionnelles est jugée par l’ensemble des acteurs relativement inadéquate au motif du faible degré de compatibilité entre elles .
Deux nomenclatures ont en effet été testées et croisées: celle des métiers et emplois (ROME, 531 fiches), utilisée par Pôle Emploi pour quantifier les demandeurs d’emploi inscrits et les offres d’emploi collectées et la nomenclature des PCS (profession et catégories socioprofessionnelles) sur laquelle s’appuie la Direction de l’Animation de la Recherche et des Etudes Statistiques (DARES) pour classer la population en emploi, selon la position hiérarchique et le statut d’emploi (486 professions sont ainsi identifiées).
La liste de ces métiers traduite en code ROME ayant cependant été établie à dire d’experts, elle conserve un caractère expérimental et donc a vocation à être modifiée.
Sur cette base, l’Observatoire a répertorié à ce jour 11 codes ROME caractérisant des métiers verts, et 43 verdissants. Ces 11 codes renvoient à 9 professions vertes dans la nomenclature des PCS; ce qui sur la base de ce repérage permet d’estimer le nombre de personnes  exerçant actuellement une profession verte à 132.000.
Au total, le rapport du groupe de travail observatoire conclut (p. 14) « Les nomenclatures de professions permettent difficilement de cerner l’ensemble des métiers en jeu dans la croissance verte ».
De surcroît, à l’examen de cette liste apparaissent peu de métiers nouveaux, car il s’agit surtout de la recomposition de métiers déjà existants.
3.    Une approche particulière au regard de la logique  de la CNCP

La difficulté à identifier les métiers de l’environnement est liée à l’ampleur de ce que l’on appelle l’environnement et à l’extrême diversité des activités que l’on peut exercer sur ou autour de l’environnement, selon les objectifs que l’on vise. Le périmètre à définir reste flou et soumis à variation, notamment en ce qui concerne les métiers verdissants qui adossent à une structure originelle non verte des compétences plus ou moins verdissantes mais dont on sait qu’elles deviendront à terme essentielles à la pratique du métier. En réalité, beaucoup de ces métiers intègrent déjà à des degrés divers ces nouvelles compétences afin de  prendre en compte de façon significative, mais pas toujours quantifiable, la dimension environnementale dans le métier de base. D’ou la difficulté pour estimer le degré de verdissement actuel et a fortiori potentiel d’un métier (rapport du Service de l’Observatoire et des Statistiques-Commissariat général au développement durable, SoeS).
Le périmètre n’est donc pas assez précisément défini, voire reste à définir, et peut s’avérer mouvant. Un repérage reposant sur des bases si évolutives est donc particulièrement délicat surtout en ce qui concerne les métiers verdissants.
La définition d’un système de repérage des certifications professionnelles en lien avec les métiers « verts et verdissants»  ajoute aux difficultés qui viennent d’être évoquées.
Il s’agit en effet de passer d’une logique métier et emploi (Codes ROME –répertoire opérationnel des métiers et des emplois, nomenclature mobilisée par Pôle emploi - et PCS –professions et catégories socioprofessionnelles, nomenclature INSEE-) qui a prévalu dans l’évaluation par l’Observatoire du périmètre des métiers verts à une logique de certification professionnelle basée sur des finalités d’apprentissage et des compétences sachant par ailleurs que d’une manière générale l’adéquation entre la formation et l’emploi se caractérise plutôt par un « désajustement structurel » .
La CNCP enregistre des certifications professionnelles qui, comme leur nom l’indique, certifient la maîtrise de compétences par des individus, c’est-à-dire la capacité qui leur est reconnue, parce que validée, à mobiliser et à combiner différentes ressources (connaissances, savoir-faire et compétences professionnelles, attitudes, etc.) pour répondre de façon pertinente à des situations de travail.
La certification professionnelle, constitue donc dans ses exigences un chaînon intermédiaire entre la formation et l’emploi dès lors qu’elle s’intéresse aux finalités des apprentissages et s’appuie sur des réalités d’insertion professionnelle pour les certifications professionnelles enregistrées dans le Répertoire national. Cela est d’autant plus patent que dans le cadre de la procédure dite « sur demande », la Commission nationale de la certification professionnelle se prononce notamment sur la base de l’insertion d’au moins trois promotions de titulaires de la certification comme l’exige la réglementation.
4.    Un repérage et une indexation difficiles dans le RNCP

Portail à la disposition du grand public pour toutes les certifications professionnelles à valeur nationale, le RNCP comprend à ce jour plus de 7000 Fiches répertoire accessibles en ligne. Celles-ci sont classées à partir du code NSF (nomenclature des systèmes de formation utilisée de manière réglementaire dans le RNCP) et chaque fiche fait l’objet d’un Code ROME.
Une recherche par codes

En partant du repérage établi par Pôle emploi dans le chapitre: « Les métiers de l’environnement » pour identifier les codes NSF correspondants on compte 1158 certifications.
Les fiches RNCP étant aussi « Romées », on repère alors 1035 certifications à partir de la liste des métiers verts et verdissants établie par le groupe de travail de l’observatoire. Cependant une observation plus poussée  conduit à constater que la transposition du ROME V2 (version 2) vers le ROME V3 (version 3) (mis en place en 2010), qui s’est faite de manière automatique, amène Pôle emploi à revoir de manière manuelle la codification d’un certain nombre de fiches RNCP. Tant que cette lourde opération de vérification ne sera pas achevée, les codes ROME ne seront pas optimisés.
Par exemple, certains champs d’activités ne sont pas couverts alors qu’il existe bien des certifications recherchées et d’autres sont si larges qu’ils contiennent des certifications qui n’ont rien à voir avec les métiers verts ou verdissants. De surcroît, un code ROME recouvre plusieurs appellations alors que seules certaines d’entre elles peuvent être considérées comme relevant des métiers de la croissance verte.
Notons que si l’on essaie de superposer le périmètre des certifications repéré par le code NSF et celui délimité par le Code ROME on constate qu’il n’y a pas de recouvrement tout à fait fiable car ces nomenclatures reposent sur des concepts différents.
A la demande de Pôle emploi, Centre Inffo  a étudié la possibilité de filtrer  sur le portail Orientation-formation les formations liées à la croissance verte en utilisant le Formacode (nomenclature de repérage de formations). Il ne s’agissait pas en tant que telles des certifications professionnelles enregistrées au RNCP, mais des formations repérées sur ce portail.
A l’issue de cette expertise, le coût des évolutions envisagées a engendré l’abandon de cette piste de travail. Il en a été de même quant à la perspective de réaliser une enquête détaillée sur ces formations qui nécessitait des moyens financiers élevés.
Une recherche par mots clefs.

Celle-ci pourrait se baser sur un repérage dans l’intitulé de la certification de mots clés saisis librement par les certificateurs. Toutefois, l’expertise montre que ces derniers n’ont pas toujours été rigoureux dans la détermination des mots clefs, le signalement de la dimension verte n’ayant pas fait l’objet d’une préoccupation particulière.
Ce type de recherche par mots clés s’avère donc insuffisamment pertinent et risqu e d’aboutir soit à une multitude de réponses dont beaucoup seraient redondantes soit à passer à côté de certaines certifications.
Une recherche « full text »

Le repérage de composantes spécifiques au sein des fiches répertoire peut s’appuyer sur un outil d’analyse « full text » qui appelle la mobilisation d’un thésaurus.
Cependant, la liste des thesaurus et des dictionnaires dans le domaine de l’environnement est très importante : (AFNOR, AGORA 21, UNESCO, VEOLIA, réseau LIEN Languedoc Roussillon…)  et les mots clefs que l’on trouve dans ces divers documents sont nombreux et bien souvent très différents car ils reflètent des déclinaisons variées du concept de départ.
Une recherche à partir de ces mots imposerait soit un choix arbitraire entre ces bases d’information  mais alors laquelle privilégier soit la collecte et le trie de manière appropriée de mots clés; ce qui constituerait une étape préalable très longue et pour des résultats qui pourraient s’avérer aléatoires.
Une recherche par expertise des référentiels de compétences

On pourrait aussi considérer une approche partant de l’analyse des fiches répertoire, voire des référentiels de compétences lorsque celles-ci sont trop elliptiques. Un test sur un échantillon montre que c’est souvent le cas lorsqu’il s’agit de métiers « verdissants » où les compétences vertes ne sont pas mentionnées ou bien lorsque le verdissement se fait par le biais de la réglementation pour l’exercice de certaines composantes de l’activité (cf. diplômes anciens concernant certains secteurs, comme le bâtiment par exemple pourtant en pleine mutation).
Le nombre de certifications à traiter conduirait à une forte consommation de moyens humains assez peu compatible avec les effectifs en diminution de la CNCP.
Au total, l’expertise de ces différentes modalités n’est pas concluante (B. Dumas & D. Jean, CNCP). La construction du RNCP et son évolution n’ont pas anticipé une telle demande de signalement ce qui amène à envisager des réponses différentiées qu’il s’agisse du stock actuel enregistré au répertoire ou du flux à venir qui viendra en assurer l’actualisation.
5.    Les conséquences en matière d’information et d’orientation
La fragmentation et la multiplicité des données et réseaux d’information

Soulignons un dernier point de diagnostic qui justifie également la proposition de développement de fonctionnalités « vertes »  sur la plate plateforme d’orientation pour tous, assises notamment sur les certifications professionnelles enregistrées au RNCP, impliquant (a) l’association de plusieurs bases de données et acteurs et (b) le pilotage de l’orientation par une seule source de données, les certifications professionnelles.
La fragmentation des données

Outre la nouveauté des métiers verts et de leur signalement systématique au niveau de la formation et de la certification en France, la fragmentation des données conduit de plus en plus les structures détentrices d’une partie d’information à joindre leurs bases de données pour restituer une information complète. Citons notamment la convention cadre entre le Centre Inffo et l’Onisep pour le portail unique de l’information et de l’orientation une des missions du DIO.
Autre exemple récent dans un domaine spécifique, l’orientation vers les métiers et les certifications des services à la personne. L’Onisep administre l’information sur la formation initiale et une présentation exhaustive des certifications du ministère chargé de l’Education nationale. Mais les certifications enregistrées sur demande, proposées par des certificateurs privés, voire, d’autres ministères n’y figurent pas toujours. En témoignent les résultats du travail conjoint réalisé dans le cadre de la convention cadre signée entre l’Agence nationale des services à la personne (ANSP) et la CNCP (mars 2010) : une première cartographie validée par les certificateurs publics et privés indique l’existence de 62 certifications relevant du champ des services à la personne.
Or, les bases de données de l’Onisep en comptabilisent moins, car les certificateurs privés mais aussi le ministère chargé de l’emploi et la branche professionnelle du particulier employeur (la FEPEM) n’y sont pas recensés.
Dans ces conditions, il s’avère difficile d’orienter les jeunes et les adultes en reconversion professionnelle vers les métiers des Services à la personne (SAP) et notamment consolider l’encadrement intermédiaire des structures en place? Comment prévoir des plans de qualification et de professionnalisation?
Le partenariat entre la CNCP et l’ANSP a permis de mettre en ligne la première cartographie dynamique des métiers des services à la personne et certifications associées (http://www.servicesalapersonne.gouv.fr/).
Une convention cadre avec l’ONISEP exploite cette cartographie et a donné lieu à l’édition du premier Zoom dédié aux métiers et certifications des services à la personne. Edité en 10.000 exemplaires et distribué dans tous les lycées, il fait d’ailleurs l’objet d’une réédition supplémentaire pour répondre aux demandes d’information et d’orientation.
Nous nous trouvons dans un cas de figure similaire en ce qui concerne les métiers et les certifications verts. Ce problème de fragmentation des données s’avère particulièrement gênant pour les métiers émergents ou encore faiblement identifiés comme les métiers verts et les services à la personne.
La multiplicité des réseaux et la surabondance d’informations
Ce phénomène a déjà été mis en exergue par le rapport Guégot et pris en compte dans la nouvelle politique du SPO (Service public de l’orientation).
Les services du DIO ont dressé un constat de surabondance d’informations et de réseaux compliquant considérablement l’orientation et l’information et le processus de décision finale des utilisateurs. Ils peinent à se repérer et à opérer des choix face à la multitude d’expertises, chacune ayant son propre univers de sigles et de langage expert. On ne peut que se féliciter de la mobilisation récente des réseaux sociaux à travers l’usage d’Internet pour mieux informer par leurs habitudes de communication les jeunes sur les métiers et les formations (notamment Viadeo, Facebook, Twitter mais aussi YouTube, Skyrock et d’autres blogs). Il faut également souligner les applications en téléphonie mobile.
Mais que faire de la mise à disposition de 1000 fiches présentant le droit à la formation professionnelle, plus de 2000 fiches métiers, 8500 lieux d’information et d’orientation géolocalisable sur chaque territoire (application google map), 190000 descriptions de formation et 50000 organismes de formation ? Sachant que selon la consultation moyenne d’internet par téléphone mobile est inférieur à 5 minutes ? (source : statistiques Iphone, Groupe Genious).
L’analyse comparée des projets financés par la Délégation aux usages d’internet indique par ailleurs que de multiples initiatives utilisant la téléphonie mobile, internet et d’autres applications produisent par ailleurs de nouveaux référentiels, de nouvelles fiches métiers, de nouvelles listes de compétences clé… venant charger un paysage déjà techniquement complexe.
Les analyses et la consultation conduites dans le cadre de cette mission confirment l’urgence de freiner les initiatives de production supplémentaires d’informations, de formations, de certifications et d’outils dans un contexte jugé par tous saturé et potentiellement illisible.
6.    Des consultations larges et convergentes

La mission commune a rencontré de nombreux acteurs de la construction des certifications professionnelles et de la diffusion des informations. Elle a pu consulter aussi des experts et des représentants d’un groupe industriel particulièrement présent dans le domaine environnemental .
La consultation s’est appuyée sur deux types de matériaux:
- l’extraction des recommandations portant sur l’information et l’orientation et sur la certification, identifiables dans les rapports des 11 filières professionnelles sollicitées (voir questions en annexe 4),
- la proposition pour validation d’une méthodologie de signalement de l’intensité verte des certifications professionnelles.
Au-delà de questionnements sur l’intérêt même de repérer les certifications vertes ; les certifications professionnelles n’ont-elles pas vocation à être toutes vertes ; ou bien sur les conséquences possibles d’une distinction/labellisation qui pourrait donner lieu à une dynamique  inflationniste de création de nouvelles certifications, d’une manière générale les points de vue sont assez convergents sur une prise en charge de la dimension « verte et verdissante », au moins pour répondre déjà au mieux à des besoins de compétences qui émergent ça et là et qui sont nécessaires, voire indispensables, à l’accompagnement de cette nouvelle croissance.
Ceci fait que leur construction et/ou leur évolution doivent être en lien avec des besoins sociaux et des besoins économiques; certains certificateurs préconisant d’ailleurs la création de nouvelles certifications en partenariat étroit avec les entreprises afin de s’assurer de l’existence de débouchés.
Cette prise en charge devrait d’ailleurs être différenciée selon les métiers davantage sous un angle qui vise à traiter les questions qui se posent et moins sous la forme d'une thématique en soi. Nos interlocuteurs attirent particulièrement notre attention sur la nécessité de ne pas céder à la tentation du module standard obligatoire dans toutes les certifications.
L’établissement de cartographies de certifications vertes différenciées par filières professionnelles
Ces cartographies facilitent la lisibilité des certifications et des métiers et, en ligne, constituent des outils dynamiques précieux pour repérer un champ professionnel et exercer une information et/ou une orientation pertinente.
Il apparaît en effet que la structure des métiers et des certifications varie dans chacune des filières en fonction des activités et compétences vertes déjà mobilisées ou bien à mobiliser dans un avenir proche. Aucune filière ne peut s’imposer comme exemple. Dans le domaine de la forêt ou de l’agriculture, il s’est agi de revoir des référentiels anciens afin de rendre visible la dimension verte des métiers déjà intégrée.
Dans d’autres, la prise en compte de l’environnement et des économies d’énergie implique de revoir les référentiels de certification pour répondre à de nouvelles compétences d’ingénierie incluant des produits et des services autrefois dissociés (c’est le cas pour le métier d’ensemblier dans la construction par exemple).
Une signalétique de l’intensité de verdissement plutôt que la création de nouvelles certifications ou l’ajout de modules de formation spécifique dédiés
Les structures et acteurs consultés conviennent que la caractérisation entre métiers verts et métiers verdissants peut se réaliser par l’intermédiaire d’une grille de signalement à trois niveaux d’intensité, les métiers verdissants appréhendés sous l’angle des compétences pouvant donner lieu à deux types de repérage fondés sur des critères différents. Cette distinction permet notamment de prendre en considération des certifications spécifiques, dites « capacitaires », imposées par règlement dans certaines professions ou activités (ex : produits phytosanitaires pour les certifications du ministère de l’agriculture). Cette signalétique est décrite plus loin.
La construction de modules supplémentaires dédiés au développement durable ou de certifications spécifiques n’est pas jugée pertinente dans un contexte où la lisibilité et la simplification de l’offre de certification semblent prioritaires à tous.
L’impact de métiers intermédiaires dans la promotion du développement durable
Sont régulièrement cités des certifications et des métiers dont l’exercice peut aussi avoir une incidence indirecte sur les préoccupations environnementales, notamment en orientant les comportements des acteurs ou bien en les sensibilisant. Interviennent en premier lieu les métiers de l’information et de l’orientation, puis les métiers de formateurs et d’enseignants. Les métiers de l’audit, de la certification et de l’accréditation auraient également un rôle à jouer dans l’intégration de critères de développement durable et de RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) dans les dispositifs d’assurance-qualité, de contrôle et d’accréditation. Autre exemple cité, le secteur de l’assurance lorsque les compagnies d’assurance modulent l’indemnisation des sinistres en fonction de l’activité plus ou moins polluante des entreprises. 
L’importance de l’innovation, de la R&D et des partenariats professionnels
Les rapports de filière mais aussi les acteurs et structures consultés soulignent l’association étroite entre l’innovation/la recherche et le développement de métiers verts sans compter la mesure des impacts de la « décarbonisation » économique sur les métiers actuels. Il ressort de cette consultation la pertinence d’associer les entreprises et les organismes de recherche à l’information/l’orientation mais aussi à la construction et à la délivrance des certifications professionnelles vertes.
En conclusion, les certificateurs sont réceptifs à la nécessité d’actualiser leurs certifications professionnelles afin d’y intégrer ces nouvelles préoccupations. La plupart s’y sont déjà engagés peu ou prou. Le signalement constituant aussi par effet-miroir un facteur d’incitation à l’actualisation de certifications professionnelles qui ne s’avèreraient plus adaptées aux exigences d’évolution des compétences à acquérir.
7.    Vers un système d’indexation des certifications vertes

Compte-tenu de ce contexte, les rapporteurs ont proposé pour consultation et validation une signalétique à trois niveaux ou intensités indiquant le degré de verdissement des compétences attestées par la certification, à partir des fiches RNCP accessibles au grand public via le site de la CNCP.
Cette signalétique permet d’indexer chaque fiche RNCP en lui attribuant un signal décrivant, de manière qualitative, son degré de verdissement. Il est à noter qu’il n’y a pas de hiérarchie entre ces degrés, il s’agit simplement de mettre en lumière trois intensités de verdissement.
1er   degré – La certification indique dans l’exercice du métier l’usage de produits ou de services visant à moins polluer (le cœur de métier ne change pas mais il intègre la plupart du temps une évolution de la réglementation européenne visant à préserver santé, sécurité et environnement et aller vers une logique de développement durable)
2ème degré – la certification décrit des métiers en évolution, intégrant de nouvelles compétences durables dans le cœur de métier  (par exemple couvreur.
3ème degré – la certification décrit des métiers verts totalement dédiés à des activités d’éco développement, ce qui peut correspondre aux 9 professions déjà identifiées dans les travaux de l’Observatoire.
Cette indexation implique de fait les certificateurs privés et publics, les entreprises impliquées dans le développement durable comme VEOLIA, les structures et les agences régulant les diplômes de l’enseignement supérieur et deux structures centrales en matière d’information et d’orientation : l’ONISEP pour la formation initiale et le Centre INFFO pour la formation professionnelle et continue.
L’indexation des fiches RNCP par degrés de verdissement permettra de produire également des données de veille et des schémas dynamiques répondant notamment à la question suivante : combien de certifications, dans quel domaine et pour quel niveau de qualification, décrivent :
-    des métiers non dédiés à l’environnement mais qui intègrent des services et des produits de type vert  (1er degré de verdissement)
-    des métiers traditionnels en forte évolution, intégrant de plus en plus de dimensions liées au développement durable
-    des métiers dédiés au développement durable
Techniquement, compte tenu que les certificateurs n‘ont pas ou peu intégré cette dimension ou n’ont pas été invités à le faire d’une part et que le cahier des charges des spécificités informatiques du RNCP n’a jamais mis en exergue cette dimension recherchée d’autre part, on s’attachera à travailler sur le stock enregistré au RNCP et sur le flux à venir de manière distincte.
S’agissant du stock des certifications existantes nous aurons à inviter les certificateurs à nous signaler leurs certifications et à préciser l’intensité de verdissement des métiers dont elles rendent compte, via les Fiches RNCP. La CNCP pourra procéder sur cette base à des vérifications pour s’assurer de la fiabilité des informations.
S’agissant du flux à venir, c’est au niveau du pilotage même de la construction des  certifications, de l’enseignement initial et continue, secondaire et supérieur, que la signalétique proposée assise sur trois degrés de verdissement sera mise en place.
La CNCP tiendra à jour l’évolution de ces certifications et pourra produire des rapports annuels sur l’engagement vert du service public de la certification.
8.    Une approche commune de l’information « verte » (certifications professionnelles, métiers) à destination de tout public

L’intérêt des fiches RNCP est de décrire une certification avec des rubriques d’information permettant rapidement d’identifier les compétences et activités visées et le champ d’activité professionnel concernés. Ces fiches se prêtent donc facilement à une information sur les métiers et sont indispensables aux pratiques de validation des acquis d’expérience qui vérifient les liens entre des acquis d’expérience et les acquis d’apprentissages garantis par une certification.
En procédant dans un premier temps par filières professionnelles, l’indexation verte des certifications du stock existant permettra de construire des cartographies de certifications en fonction de leur degré de verdissement pour chacun des 11 secteurs, avec l’appui des certificateurs publics et privés. Ces cartographies constituent un outil synoptique essentiel d’état des lieux du degré de verdissement des certifications et de pilotage stratégique de l’engagement de chaque certificateur et chaque CPC (commission professionnelle consultative) dans le développement durable.
Une sélection plus fine sera possible en fonction du niveau de la certification, de son code NSF ou du code ROME. On pourra également effectuer une recherche directement par degré de verdissement, par filière, niveau, code NSF, code ROME.
Dans un second temps, le service public de l’orientation et le service public de la certification proposeront au sein de la « plateforme orientation pour tous » des fonctionnalités dédiées à l’orientation des jeunes et des adultes vers les certifications vertes, celles-ci pouvant conduire à différents métiers. Ces fonctionnalités proposeront un ensemble d’outils d’information et d’orientation dynamiques qui manquent aujourd’hui dans les démarches d’orientation, le tout en lien avec Centre Inffo et l’ONISEP.
En amont (création) et en aval (renouvellement/suppression) du pilotage de la certification professionnelle, l’enjeu est également d’introduire ce signalement au niveau des différents acteurs concernés : la CNCP pour les titres enregistrés sur demande, l’ensemble des certificateurs publics et privés, les Commission professionnelles consultatives (CPC), le ministère chargé de l’enseignement supérieur pour l’habilitation des nouveaux diplômes s’inscrivant dans le cadre du LMD  et l’AERES, pour leur renouvellement.
Par « orientation verte », il s’agit de proposer aux jeunes et aux adultes une cartographie dynamique des certifications vertes pour chacune des 11 filières professionnelles accessibles par plusieurs moteurs de recherche: les noms de certification, les niveaux de qualification, les métiers (Codes Rome) et les professions (Nomenclature des PCS), les modalités d’accès et de financement (formation initiale, apprentissage, formation continue, VAE…), le statut d’emploi et l’âge de l’utilisateur, les réseaux d’information et d’orientation existants en introduisant une géo-localisation territoriale des informations choisies.
Il s’agira donc de tisser un ensemble de liens entre les différents acteurs et les sources d’information afin de répondre au mieux aux besoins de tous les publics.
9.    Propositions de mise en œuvre - Les acteurs concernés

LA CNCP, service public de la certification professionnelle dans le cadre de l’indexation du stock de certifications existantes estimées à environ un millier et de la mise en place d’une doctrine nationale de signalement vert des certifications aux certificateurs et structures d’accréditation associées.
LE DIO, service public de l’orientation pour tous dans le cadre de la professionnalisation (outillage) des réseaux, structures et professionnels de l’information et de l’orientation pour les 11 filières professionnelles identifiées.
LE CENTRE INFFO, maître d’œuvre du portail national de l’information et de l’orientation avec l’ONISEP, en vue de vérifier le développement et l’intégration de ces fonctionnalités à la plateforme existante, à condition de ne pas la complexifier.
L’ONISEP, dans le cadre des publications et informations diffusées en lycée et auprès des centres et services d’information relevant de l’Education nationale, par l’intégration de la signalétique dans les documents concernés.
LA DGESIP et l’AERES dans le cadre de la création et du renouvellement des certifications de l’enseignement supérieur, afin d’introduire cette signalétique verte.
Il convient de préciser que certaines des étapes identifiées pourront être mises en œuvre simultanément et que l’ensemble des évolutions induites nécessite d’une part un renforcement de la coordination des organismes concernés et d’autre part la mobilisation de ressources humaines et de moyens financiers afférents.

http://www.aquitaine-cap-metiers.fr/capmetiers-theme/images/cap-metiers-logo.png~~V

Den nationale kommission for erhvervsuddannelse Certificering (CNCP) og Delegationen for information og vejledning (DIO), der præsenteres i begyndelsen af april 2012, minister for økologi, en rapport med titlen "At informere og vejlede" grønne "og certificere de grønne færdigheder." Mere...

Posté par pcassuto à 19:00 - - Permalien [#]