27 avril 2012

Le Mental des coachs, par Hubert Ripoll

http://1.bp.blogspot.com/-BB7wnAwXf4w/T08c8nn914I/AAAAAAAAAJU/aT8HjG2sEN8/s760/1%25C3%25A8re%2Bde%2Bcouv%2BMDC.jpgMANAGER LA RÉUSSITE SPORTIVE
Le Mental des coachs est une plongée dans la vie de 21 coachs totalisant plus de 200 titres olympiques, mondiaux et européens, recueillies à partir d’interviews conduites pendant une année. Il consiste en un va-et-vient entre l’expérience de ces prestigieux témoins et les connaissances théoriques et pratiques sur le coaching. Les interviews de 21 de leurs athlètes offrent en complément des regards croisés sur l’aventure menée en commun qui les ont conduits, à plus de 100 reprises, sur les plus hautes marches des podiums olympiques ou mondiaux. Document unique tant par sa conception et son érudition que par la richesse des témoignages, Le Mental des coachs poursuit le travail engagé pour Le Mental des champions (http://mentaldeschampions.blogspot.com/). Il offre un regard percutant où l’émotionnel et le rationnel permettent de découvrir des hommes d’exception et leurs pratiques de coaching.
Qui suis-je ?
Hubert RIPOLL. Afficher mon profil complet.
Mes blogs
    * PIEDS-NOIRS : MÉMOIRE DE LÀ-BAS.
    * LE MENTAL DES COACHS.
    * LE MENTAL DES CHAMPIONS.
Qui suis-je ?

Sexe     Masculin
Poste occupé     Professeur d'université
Localité     Cassis (13)
Commandez Le mental des coachs
FNAC.
Amazon. http://mentaldeschampions.blogspot.com/.
TOUT SAVOIR SUR LE MENTAL DES COACHS

Pourquoi ce livre?
Découvrez le sommaire du mental des coachs
Ils ont témoigné pour Le mental des coachs
Sources documentaires du Mental des coachs

Le mental des coachs et l'entreprise
.
Les médias en parlent

Le nouvel Obs'/Rue89
Consultez les vidéos et audios sur mon travail
Le champions, son mental, sa performance (conférence au CNOSF)

Le champion, son mental, sa performance (débats)
Le champion, son mental sa performance (questions du public)
Le mental des champions (La tête au carré - France Inter)

Le mental des champions ( Europe 1 Sport)
Un de mes développements (SIMULFOOT)
Les vidéos de Canal INSEP sur le mental
"Le mental aujourd'hui"
"Le mental : "Rêve ou réalité"
"Le mental c'est quoi ?"
"Préparation mentale" et place de l'athlète !?
"Optimisation de la performance et "préparation mentale" !?
" Préparation mentale " suivi psychologique et / ou aide à la performance !?"
"Evaluer la "préparation mentale" !?
FAITES-MOI PART DE VOS RÉACTIONS

FAITES-MOI PART DE VOS RÉACTIONS À LA LECTURE DU M...
Voir aussi: Le mental des champions par Hubert Ripoll, PIEDS-NOIRS - MÉMOIRE DE LÀ-BAS.
MANAGER SPORTS SUCCESS
The Mind of the coaches is a dive into the lives of 21 coaches totaling more than 200 Olympic titles, world and European, gathered from interviews conducted during one year. It consists of a back and forth between the experience of these prestigious witnesses and the theoretical and practical knowledge about coaching. Interviews with 21 of their athletes offer complementary viewpoints on the joint venture conducted that led to more than 100 times on the highest steps of the world or Olympic podiums. Single document both in its conception and its scholarship and the wealth of stories, The Mind of coaches committed to continuing the work The Mind of Champions (http://mentaldeschampions.blogspot.com/). He offers a penetrating gaze where the emotional and the rational are identifying exceptional men and their coaching practices.

Who am I?

Hubert Ripoll. View my complete profile.

My Blogs
* BLACKFOOT: MEMORY OF THERE.
* THE MIND OF COACHES.
* THE MIND OF CHAMPIONS. More...

Posté par pcassuto à 18:18 - - Permalien [#]


VAE, 10 ans de mobilisation

http://www.espace-competences.org/Portals/0/10ans-vae.gifSéminaire régional "VAE, 10 ans de mobilisation" le 25 mai 2012 au Centre de Congrès Agora à Aubagne, organisé par le CARIF Espace Compétences avec les financeurs et le réseau des certificateurs en région.
Ce séminaire régional rassemblera l’ensemble des professionnels de l’orientation, de la certification et de la formation des professionnels ayant un rôle dans le fonctionnement de la VAE en région. Il permettra de croiser le regard des professionnels et le témoignage d’usagers, d’échanger les expériences sur la mise en œuvre de ce droit et de réfléchir au développement du dispositif.
Le séminaire sera organisé autour de 2 conférences, 3 tables rondes et 4 ateliers.
2 intervenants:
- Vincent MERLE, Professeur au CNAM, Rapport sur la VAE;

- Georges ASSERAF, Président CNCP, Certifications professionnelles, Passerelles entre certifications.
Le guide de la VAE pour les professionnels de l'information de l'orientation et de la formation professionnelle
.
1 événement, plusieurs manifestations :

Nous fêtons cette année les 10 ans de la VAE, l’occasion de dresser un bilan, d’échanger autour des expériences de chacun et de faire évoluer ensemble ce dispositif.
Séminaire régional pour les professionnels en charge de la VAE
Ce séminaire régional est ouvert à l’ensemble des professionnels ayant un rôle dans le fonctionnement de la VAE en région: opérateurs du Service Public de l’Orientation, financeurs, valideurs, certificateurs, accompagnateurs, organismes de formation...
Manifestations pour le grand public

Les usagers de la VAE, les candidats, les employeurs, les financeurs seront invités à se réunir autour de manifestations festives proposant à la fois des interventions et une cérémonie de remise de diplômes et de titres.
La première manifestation aura lieu le 3 juillet après-midi à la Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines à Aix-en-Provence. Elle est organisée par le DAVA d’Aix-Marseille. Une deuxième manifestation est prévue dans l’Académie de Nice.
https://bv.unr-paca.fr/sw?type=mail&state=74&oidMessage=182478296&CID=image003.jpg@01CD2148.805AF920Un séminaire construit autour de 2 conférences, 3 tables rondes et 4 ateliers sur le parcours en VAE
Des reportages vidéo alimenteront les tables rondes. Des études et des outils pédagogiques seront présentés aux ateliers.

Après un rappel des grand principes qui ont fondé le dispositif de Validation des Acquis de l’Expérience, nous évoquerons la formidable mobilisation des acteurs de l’orientation, de la certification et de la formation autour de la reconnaissance de l’expérience. Le principe du séminaire est de croiser le regard des professionnels et le témoignage des usagers sur la mise en oeuvre de ce droit.
Un carrefour des pratiques
Durant toute la journée, un espace « Carrefour des pratiques » permettra aux financeurs et aux certificateurs de présenter leurs différentes modalités d’intervention.
Etat des lieux de la VAE en région PACA.
Propos introductifs : Sylvette Belmont, Régis Guillemette, Carif Espace Compétences: les chiffres clés du dispositif depuis 2003.
VAE, 10 ans de mobilisation.
Conférence d’ouverture : Vincent Merle.
De l’AIO, en passant par les certificateurs et les financeurs, constat de la mobilisation autour de la question de la reconnaissance de l’expérience.
VAE, l’accès à la certification. Le parcours en question.
Table ronde 1 : le point de vue de différents usagers

S’engager dans une démarche VAE, c’est pour la grande majorité des candidats, s’inscrire dans un parcours complexe organisé en différentes étapes et proposé par différents opérateurs. Comment permettre une sécurisation de ce parcours? Comment mieux aider le candidat à formaliser son réel professionnel? Des candidats viendront témoigner de leur expérience. Des grands témoins (représentants des certificateurs et des financeurs) apporteront des éclairages sur les parcours exposés.
VAE, le regard de l’entreprise. La VAE, un outil vers l’emploi.
Table ronde 2 : le point de vue des acteurs de l’entreprise.

L’usage collectif de la VAE en sein d’entreprise, est un atout indiscutable pour l’employeur et le salarié. Comment ce construit cette dynamique de valorisation de la compétence? un outil de dialogue social, un processus GPEC, quels sont les freins pour une mise en oeuvre dans l’entreprise? Les usagers (un directeur d’EHPAD, un représentant d’OPCALIA et d’une branche professionnelle (hôtellerie/ restauration), une entreprise de l’économie sociale) viendront exposer la plus-value de l’usage collectif de la VAE au sein de l’entreprise. Un grand témoin: ACT Méditerranée (sous réserve).
4 ateliers autour du parcours en VAE
1 : L’appui renforcé.

Comment garantir la sécurisation et la faisabilité d’un parcours en VAE ? Différentes expériences montreront l’intérêt d’une telle démarche. Intervenants : VCM (Voisins Citoyens en Méditerranée), le Fongecif pour le conseil Pré-VAE et Agefos-PME pour son dispositif VAE Puissance 2.
2 : La qualité dans l’accompagnement.

Comment mieux comprendre son organisation pédagogique et ses dysfonctionnements, afin d’enrichir l’offre de services. Intervenants : Unifaf, Rectorat de Nice.
3 : Le rôle des jurys.
Identifier les différentes modalités de l’évaluation de l’expérience. Intervenants : représentants de la DRAAF, de l’AFPA
4 : L’offre de formation individualisée post-jury.

Quelles offres de service pédagogiques et financières? Intervenants : pour le financement: Pôle emploi et pour la formation: l’Université de Nice et un organisme de formation (IESTS).
VAE, quelles perspectives ?
Table ronde 3 : Après 10 ans, la VAE peut-elle encore se développer?

Existe-t-il une nouvelle génération? comment démocratiser ce droit au plus grand nombre, notamment aux bas niveaux de qualification? Quelles innovations pédagogiques? Les usagers (un employeur, un coordinateur de la formation continue de l’Université de Nice et la DAVA Aix-Marseille) évoqueront les grands enjeux du dispositif, au sein du processus de formation tout au long de la vie.
Un grand témoin : Georges ASSERAF,
président de la CNCP (sous réserve) apportera son regard sur la place de la certifi cation professionnelle dans le champ de l’emploi et de la formation.
Conférence de clôture : Vincent Merle, synthèse et perspectives.
Voir aussi
La VAE fête ses 10 ans, La VAE fête ses 10 ans, La VAE fête ses 10 ans, Anniversaire - 10 ans de VAE, Un n° unique pour s'informer sur la VAE, Retour sur les 10 ans de la VAE en Pays de la Loire, VAE - 10 ans - le 17 janvier 2012.

http://www.espace-competences.org/Portals/0/10ans-vae.gifSeminario regionale "VAE, 10 anni di mobilitazione" 25 maggio 2012 presso il Centro Congressi Agorà in Aubagne, organizzato dalle Skills spazio CARIF con i finanziatori e la rete dei certificatori della regione.
Questo seminario regionale riunirà tutti gli operatori di orientamento, certificazione e professionisti della formazione con un ruolo nel funzionamento del VAE nella regione. Esso si riunirà gli occhi dei professionisti e degli utenti della testimonianza, di scambiare esperienze in merito all'attuazione della presente legge e considerare lo sviluppo del dispositivo. Il seminario sarà organizzato intorno a due conferenze, tavole rotonde, 3 e 4 workshop.
2 giocatori:
- Vincent MERLE, Professore CNAM, Relazione sulla VAE ;
- George Asseraf, CNCP Presidente, Certificazioni professionali, Ponti tra le certificazioni.
Digest di VAE a fornire informazioni, i professionisti e la formazione professionale. Più...

Posté par pcassuto à 13:42 - - Permalien [#]
Tags :

La formation en s'amusant, c'est du sérieux

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gifPar Marion Senant - © Kelformation. Oubliez les marathons PowerPoint de trois jours, les 300 slides engloutis entre deux plateaux-repas et le vidéoprojecteur qui ronronne… La tendance qui monte dans le secteur de la formation continue, c’est le fun! Explications.
Varier les plaisirs pour éviter la monotonie
Nombre d’organismes font le même constat: à l’issue de leur formation, leurs participants se déclarent le plus souvent très satisfaits de leur expérience, mais après quelques semaines, il ne leur reste plus rien.
« On apprend mieux quand on ne s’en rend pas compte », observe Stéphane Diebold, le vice-président du Garf (groupement des responsables de formation). Le « blended learning », ou formation mixte, a donc fait son apparition depuis quelques mois dans les catalogues. Il consiste à mixer des programmes « en présentiel » (c’est-à-dire en groupe et en salle), à du e-learning, de la visio, des Serious Games
Tiphaine Duchet, directrice du pôle e-learning et communication chez HR Valley observe « une tendance très forte à la réduction des mono-formations ». « La partie ‘‘apport de connaissance’’ se réduit en présentiel, car elle peut se faire en e-learning », explique-t-elle.
Devenir acteur de sa formation : le meilleur moyen de s’en rappeler

En matière de formation, les attentes des salariés sont grandes. D’après l’étude « la formation professionnelle en Europe » de l’observatoire Cegos, ce qui les motive à se former, ce sont surtout les possibilités de s’épanouir sur le plan professionnel et personnel (65%).
Les formations d’aujourd’hui se basent sur l’expérience personnelle des participants. Le formateur a de plus en plus un rôle d’animateur. Eugénie Vegleris, philosophe, intervient dans les entreprises depuis près de 18 ans. Elle confirme la disparition du format « classe d’école » au profit de sessions participatives. « Le rôle de l’intervenant est d’amener les participants à construire une réflexion personnelle, pas d’engranger des connaissances théoriques » explique-t-elle.
Les formations ne sont plus l’occasion d’ajouter un nouvel outil ultra-productif à sa panoplie de « super employé ». Elles sont de plus en plus considérées comme des temps de réflexion sur son action et celle de ses collègues, comme une pause au milieu d’un emploi du temps parfois un peu survolté. « On travaille avec des chanteurs et des philosophes, qui ramènent des problématiques larges à des réalités opérationnelles », détaille Tiphaine Duchet.
Du fun et des jeux… ça marche pour tout le monde ?
Depuis quelques années, des formations de plus en plus ludiques apparaissent. Les fameux Serious Games en sont l’emblème.
Le problème, c’est qu’un bon Serious Game représente un investissement conséquent pour une entreprise, sans être sûr d’atteindre l’objectif fixé. « Souvent ils sont trop proches du jeu et n’apprennent rien aux salariés, ou alors ils sont bien faits sur du point de vu éducatif, mais ils perdent leur dimension de jeu », observe Tiphaine Duchet, de HR Valley.
Et puis cette façon d’apprendre ne convient pas à tous les publics: « les managers sont plus speeds et ils ont parfois l’impression de perdre leur temps dans une formation trop ludique », analyse Tiphaine Duchet. A l’inverse, elle se souvient d’un jeu à destination de managers d’une chaîne de fast-food. Pour ces professionnels qui n’avaient pas forcément « gardés un bon souvenir de l’école », l’apprentissage par le jeu a été un succès.
La solution trouvée par les organismes de formation, c’est de « saupoudrer » des moments moins sérieux dans leurs programmes : « Il faut jongler avec les timings, ajoute la professionnelle de la formation, on organise des journées de formation du type ‘‘vis ma vie’’. On propose aussi des jeux-concours dans le cadre de formation en e-learning pour des commerciaux… ». L’idée étant de faire de proposer des formations multi-formes, qui vous font acquérir à la fois des connaissances et une réflexion sur votre travail.
Voir aussi sur
KelformationLa formation par la simulation, Les tendances de la formation de demain. Voir sur le blog Le Serious Games, un outil IT pour la GRH, L'enseignement et la formation plébiscités pour les "serious games", Formation professionnelle et serious games.

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gifBy Marion Senant - © Kelformation. Forget PowerPoint marathons three days, the 300 slides submerged between two meal trays and projector purring... The rising trend in the area of training, it's fun! Explications. Explanations.
Pleasant change to avoid monotony
Many agencies do the same thing: at the end of their training, participants said they most often very satisfied with their experience, but after a few weeks, they are left with nothing.
"You learn better when you do not realize," says Stephen Diebold, vice president of Garf (group of training managers). The "blended learning", or blended learning, has emerged in recent months in the catalogs. It consists of mixing programs "in-face" (that is to say as a group and indoors), to e-learning, the video, Serious Games...
Tiphaine Duchet, director of e-learning center and communication with HR Valley observed "a very strong tendency to the reduction of mono-training". "The contribution of knowledge'' party'' is reduced to-face, because it can be done e-learning, "she says. More...

Posté par pcassuto à 13:29 - - Permalien [#]

La démarche « Responsabilité Sociale des Universités »

http://rsu.afev.org/images/rsu-titre-general.gifLa Responsabilité Sociale des Universités (RSU) est l’intégration par les universités de préoccupations culturelles, socio-économiques et environnementales dans leurs activités et leurs relations avec le monde du travail, les collectivités territoriales et les autres composantes de la société. Elle s’inscrit dans la démarche de développement durable.
L’Afev est le partenaire associatif naturel des universités pour construire avec elles une démarche de responsabilité sociale, visant l’intégration du pilier social dans leurs projets d’établissement en partenariat avec les différents acteurs du territoire.
Participer à l’inscription territoriale des universités

Les Universités, loin d’être cantonnées à une mission de recherche et d’enseignement, ont un rôle à jouer comme acteurs de développement local. L’autonomie accrue des établissements, leur nouveau rôle concernant l’accueil, l’orientation et l’insertion de leurs étudiants, ainsi que les regroupements en cours dans plusieurs villes à travers les PRES vont leur donner un rôle essentiel dans la formation du plus grand nombre à l’échelle d’un territoire.
Les étudiants représentent une véritable ressource pour un territoire, qui peut être valorisée dans une politique locale, en échange de la prise en compte des besoins d’un territoire.
La coproduction entre les universités et les collectivités sur la mise en adéquation des besoins et des ressources peut par exemple donner des ouvertures en termes de formation tout au long de la vie pour les habitants et de terrain d’étude pour les étudiants par exemple.
* L’Afev offre aux universités de les accompagner dans l’élaboration d’un projet de territoire visant par l’engagement d’étudiants bénévoles une cohésion renforcée entre universités et collectivités. Elle peut aider les universités à développer leur écoute des territoires qui l’environnent, à travers la mise en place de projets associant vie étudiante et engagement pour favoriser la cohésion territoriale.Ces projets peuvent se décliner par exemple sur le logement, les transports, les voyages et s’inscrire dans le cadre des contrats quadriennaux et de conventions tripartites entre une université, les collectivités du territoire et l’Afev.
Faire de la société de la connaissance une réalité pour tous

L’acquisition du plus haut niveau de connaissance par le plus grand nombre est un enjeu crucial pour relever le défi du passage d’une société industrielle à une société de la connaissance comme le rappelle la stratégie de Lisbonne. Cette démocratisation doit permettre d’atteindre les objectifs de cohésion sociale et de compétitivité économique qui vont de pair pour l’émergence d’une économie de l’innovation. Cette dynamique en oeuvre positionne l’université comme un acteur central pour conduire le plus grand nombre de jeunes au plus haut niveau possible.
* L’Afev développe des actions d’accompagnement individualisé visant à créer du lien entre des étudiants et des jeunes collégiens et lycéens afin de donner l’envie d’université, favoriser l’accès à l’enseignement supérieur pour des jeunes qui en sont éloignés, et, partant, démocratiser l’accès à la connaissance. Ces actions passerelles entre des établissements d’enseignement secondaire et des universités peuvent s’inscrire dans le cadre du volet “orientation active” du plan pour la réussite en Licence et des “cordées de la réussite” du plan Espoir Banlieues.
Valoriser l’engagement étudiant pour le démultiplier

Les étudiants engagés dans des actions de l’Afev développent des compétences transversales complémentaires aux savoirs académiques dispensés par les universités, et qui seront un véritable plus pour leur insertion professionnelle. Reconnaître l’engagement étudiant, c’est valoriser les compétences acquises à travers des expériences d’éducation non-formelle et également favoriser son essor.
* L’Afev propose aux universités de développer des unités d’enseignement visant la reconnaissance et la valorisation de l’engagement étudiant. De nombreux établissements universitaires sont déjà impliqués dans cette démarche permettant de valider ces expériences au service de la cité via l’attribution de crédits ECTS. L’engagement étudiant à l’Afev peut également être reconnu par les dispositifs de reconnaissance pédagogique de l’engagement associatif préexistants.
Liste des établissements universitaires validant l’engagement à l’Afev :
Le Centre Universitaire Champollion à Albi, l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, les universités Aix Marseille 1, Aix Marseille 2, Aix Marseille 3, d’Artois, Bordeaux 1, Bordeaux 3, Bretagne Sud, Cergy-Pontoise, Clermont Ferrand 2, Jean Monnet Saint-Etienne, de la Réunion, de la Rochelle, Lille 3, Littoral Côte d’Opale, Lyon 1, du Maine, Montpellier 2, de Nantes, de Nîmes, Paris Sorbonne Nouvelle, Paris Diderot, Paris 8 Vincennes Saint Denis, Paris 12 Val de Marne, de Poitiers, Rennes 1, Rennes 2, de Valenciennes et de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.
Pour plus d'informations, téléchargez la plaquette RSU au format PDF: http://www.afev.org/.
http://rsu.afev.org/images/rsu-titre-general.gifSocial Responsibility of Universities (RSU) er integrationen af universiteterne i kulturelle problemer, socio-økonomiske og miljømæssige hensyn i deres aktiviteter og relationer til verden af arbejde, de lokale myndigheder og andre dele af samfundet. Det er en del af strategien for bæredygtig udvikling.
Den Afev er den naturlige partner for sammenslutninger af universiteter til at bygge med dem et socialt ansvar tilgang, for at integrere den sociale søjle i deres skoleprojekter i samarbejde med forskellige aktører i området
. Mere...

Posté par pcassuto à 11:38 - - Permalien [#]
Tags :

Attractivité et rayonnement des villes universitaires

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifAttractivité et rayonnement des villes universitaires, par Hélène Mandroux, Présidente de l’AVUF et Maire de Montpellier. Télécharger Universités & territoires n°86.
Je souhaite adresser mes remerciements à l’ensemble des parties prenantes de ce colloque sur l’attractivité des villes universitaires (la Conférence des Présidents d’Université, la Caisse des dépôts, Sodexo, Latitude, Universités & Territoires, Sup Conseil,...) et plus particulièrement à Alain Claeys, Maire et Président de l’agglomération de Grand Poitiers, et surtout parlementaire aguerri sur les questions d’enseignement supérieur et de recherche. Je veux le remercier d’avoir accepté d’accueillir un colloque sur le thème de l’attractivité universitaire de nos villes: question devenue essentielle pour les membres de notre association.
Le thème du colloque dont Universités & Territoires publie la synthèse avait été systématiquement évoqué lors de nos derniers colloques, à Aix-en-Provence fin 2009 et Roanne en mai dernier, notamment.
Les rendez-vous des villes universitaires et de leurs partenaires que nous organisons permettent aux élus locaux, aux cadres territoriaux ainsi qu’à leurs interlocuteurs du monde universitaire et des organisations étudiantes d’échanger sur leurs pratiques et surtout de mutualiser leurs expériences. Le but poursuivi est de faire progresser, partout en France, les coopérations entre les universités et leurs territoires d’implantation et de rayonnement.
L’enseignement supérieur et la recherche contribuent en effet au rayonnement de nombreuses villes françaises, qu’elles soient métropoles régionales ou villes moyennes. Mais dans un contexte de mondialisation de l’enseignement supérieur, qui entraîne progressivement comparaisons, classements et mobilité des étudiants ou des chercheurs, la pérennité ou l’accroissement de ce rayonnement suppose aujourd’hui de développer de véritables politiques d’attractivité.
L’attractivité n’est pas un acquis définitif; elle se construit et s’entretient par une multiplicité de facteurs extrêmement variés, comme l’excellence de la recherche, l’amélioration du cadre de vie, la réputation des formations, le potentiel d’emploi local pour les jeunes diplômés, ou encore l’image générale de la ville universitaire, véhiculée notamment à partir d’innovations urbaines ou d’événements scientifiques, sportifs ou culturels.
Nos débats ont été fructueux pour la réflexion, les projets et les actions que chacun de nous doit entreprendre sur ses territoires. La qualité des experts et des élus qui ont apporté leurs critiques, analyses et témoignages a largement contribué à la réussite de nos travaux. Je vous souhaite une excellente lecture.
Attractivité et rayonnement

Les questions d’attractivité et de rayonnement de nos universités sont, à l’évidence, affaires de nos universités; mais comment, en cette période de concurrence internationale et de poursuite d’accroissement des effectifs de diplômés, séparer les politiques universitaires de celles des territoires sur lesquelles elles sont implantées? Les territoires ont leurs spécificités démographiques, géographiques, économiques, sociologiques, et c’est ici que se trouve l’apport essentiel du couple « Université - collectivité locale. »
http://www.colloques-avuf.com/images/logo.gifUnivers... cité - Séance d’ouverture
Selon Alain Claeys, Président de Grand Poitiers, il y a trois défis à relever pour favoriser l’attractivité et le rayonnement de l’enseignement supérieur.
Cela passe tout d’abord par une problématique liée à l’aménagement du territoire où « il n’y a pas d’autonomie durable des universités sans un Etat stratège.» Pour que le développement du supérieur soit soutenable, il faut de forts « contrats de projets » sur lesquels l’ensemble des acteurs s’investissent.
Le second enjeu se trouve dans la montée en puissance des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), mis en place depuis 2006 mais qui restent encore aujourd’hui des « structures assez floues, utiles dans le cadre du Plan Campus pour certaines universités. » Pour le moment, les PRES ont strictement un rôle de coordinateur des territoires de l’enseignement supérieur, agissant à différentes échelles en fonction des entités et des académies.
Enfin, Alain Claeys considère que la question de l’orientation des bacheliers est primordiale, au sens où les régions doivent y jouer un rôle. Le rayonnement des établissements passe aussi par leur adéquation à la vie socio-économique des territoires. Hélène Mandroux, Présidente de l’AVUF, réaffirme le rôle de cette association comme espace de réflexion pour les collectivités.
Créée par Pierre Albertini, elle fêtera ses 20 ans en 2013. Aujourd’hui et avec cette maturité, on y compte 70 villes de tailles diverses: « l’AVUF couvre l’ensemble du territoire français, dans toute sa complexité. » La recherche est une chance pour les territoires et le rayonnement des villes. La convention AVUF-CPU signée en 2010, et la participation de l’AVUF au colloque de la CPU à Marseille en février 2012 témoignent des liens forts entre les collectivités et les universités sur cette thématique. L’influence croissante des classements des établissements (Shanghai, Times Higher Éducation, etc.) font que « du jour au lendemain, on est à l’international. » Tous les acteurs doivent travailler ensemble et de façon complémentaire et convergente.
« La notion d’attractivité pose alors une question réelle : va-t-on vers une logique de concurrence ou de complémentarité pour l’aménagement des territoires? » Les universités sont des pôles essentielles d’attractivité du territoire. Globalement, l’éducation doit rester un secteur prioritaire: « les collectivités ont déjà la responsabilité de la maternelle et du primaire » pour faire de notre jeunesse un vecteur de citoyenneté.
Jean-Pierre Gesson, représentant la CPU, témoigne de la volonté des universités à « faciliter l’élaboration des Schémas Locaux et Régionaux d’Enseignement Supérieur et de Recherche via les accords-cadres. » En France, les situations sont contrastées et inégales, en fonction des pactes locaux, socioéconomiques et culturels des territoires concernés. Le récent colloque annuel de la CPU a participé à l’élaboration de 20 propositions pour l’enseignement supérieur de demain, en s’appuyant sur un souhait central: « l’Université pour la Cité, la Cité pour l’Université. » Le rayonnement national, mais aussi international, est donc au coeur des réflexions des universités.
Interrogations critiques

Cet exposé introductif présenté par l’économiste Olivier Bouba-Olga et l’urbaniste Christophe Demazière avait pour objet de s’interroger sur les notions d’attractivité et de rayonnement. Ces interrogations critiques à deux voix ont donné du recul à l’ensemble des participants de ce colloque: élus, universitaires, acteurs du monde économique et social, responsables nationaux, etc. Par cette présentation originale, les organisateurs du colloque ont cherché à démontrer qu’il était impossible de penser les relations universités et territoires à travers un seul et même prisme, et qu’une pluralité d’acteurs était nécessaire pour comprendre et agir sur cette problématique.
Olivier Bouba-Olga a introduit son propos en projetant le classement 2011-2012, édité par le magazine L’Etudiant, sur « Les villes où il fait bon étudier. »
L’économiste de l’Université de Poitiers a volontairement présenté cet exemple en particulier pour insister sur le fait qu’on doit avoir un regard critique sur les classements en général. Il pointe en effet le manque d’objectivité d’un classement à « 39 critères regroupés en 4 catégories auxquelles l’application de coefficients n’est pas indiquée. » En effet, on y trouve plusieurs critères dépendant de la taille de la ville universitaire et d’autres plus corrélés entre eux: total des emplois, nombre d’étudiants, nombre de fauteuils de cinéma, etc. Il met également en avant la présence de « critères assez farfelus » au regard du rayonnement des villes, comme la fréquentation des sites touristiques sur les trois dernières années. Enfin, on peut facilement constater des « évolutions radicales en un an pour des éléments structurels », au lieu de prêter une véritable attention aux éléments structurels.
On essaye souvent via les classements de « faire parler les chiffres », au lieu d’identifier les vrais problèmes pour y trouver des réponses politiques. La logique de benchmarking consacre donc ici une pratique théorique où seules les statistiques sont audibles. « Ceux qui râlent sont ceux qui sont mal classés. » Ceux-ci pensent ensuite à tort qu’il « suffira d’imiter les meilleurs pour arriver à leur niveau » ce qui enferme les classements dans une vision toute relative. Or, comme le souligne l’économiste Bouba-Olga, cette « stratégie du pingouin » nous ferait donc importer, en créant passivement une version française, des points de systèmes institutionnels fonctionnant bien à l’étranger comme « le système éducatif finlandais, le système monétaire américain ou encore le système d’emploi du Danemark. » .... Télécharger Universités & territoires n°86.

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifTiltrækningskraft og indflydelse universitetsbyer, af Helen Mandroux, formand for AVUF og borgmester i Montpellier. Hent & Universiteter nr. 86 områder.
Jeg ønsker at udtrykke min tak til alle interessenter i symposium om tiltrækningskraft universitetet byer (konferencen af ​​universitetet præsidenter, deponering, Sodexo, Latitude, universiteter og territorier, Sup Rådet ...) og mere specifikt Alain Claeys, borgmester og formand for større Grand Poitiers, krydret parlamentariker og især på spørgsmål om videregående uddannelse og forskning. Viac...

Posté par pcassuto à 11:17 - - Permalien [#]
Tags :


Paca se dote d'un fonds régional de continuité professionnelle

http://www.localtis.info/css/locLogo.pngPar Emilie Zapalski. Face aux difficultés du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels à répondre de manière réactive aux besoins des territoires, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur s'est lancée dans l'expérimentation d'un fonds régional de continuité professionnelle.
Créer des fonds régionaux en écho au fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), l'idée est développée dans le récent rapport de Gérard Larcher sur la formation professionnelle et dans l'avis du 13 décembre 2011 du Conseil économique, social et environnemental (Cese). La région Provence-Alpes-Côte d'Azur a pris les devants en votant en octobre 2011 la création d'un fonds régional de continuité professionnelle. Un fonds dédié à la formation des salariés et des demandeurs d'emploi, reposant sur une gouvernance tripartite, Etat, région et partenaires sociaux. La création d'un tel fonds intervient dans un contexte particulier. Le FPSPP, mis en place dans le cadre de la loi du 24 novembre 2009 relatif à l'orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie, a du mal à fonctionner. Deux ponctions successives de l'Etat, de l'ordre de 300 millions d'euros chacune, sont venues amputer son budget en 2011 et 2012. Les résultats du fonds, censé former chaque année 500.000 salariés éloignés de l'emploi et 200.000 demandeurs d'emploi, sont moins bons que prévus. "Les résultats du FPSPP, même s'ils ne sont pas négligeables, restent en deçà des objectifs initiaux", observe ainsi Gérard Larcher dans son rapport. "En 2010 et 2011, les projets soutenus représentent 929 millions d'euros et concernent 272.000 demandeurs d'emploi, 173.000 salariés en chômage partiel, 138.500 salariés de bas niveaux de qualification. De fait, le processus de mise en place des financements via des appels à projets s'avère lourd d'après de nombreux interlocuteurs entendus par la mission et ne permet pas un engagement rapide des fonds", détaille-t-il.
Sur le terrain, les critiques concernant la lenteur et le manque de réactivité du fonds se multiplient. "On a eu quelques déboires avec le FPSPP, explique ainsi Pascale Gérard, vice-président de la région Paca, déléguée à la formation professionnelle et continue. Dans le cadre des appels à projets territoriaux, il a fallu entre treize et quatorze mois entre le moment où le besoin du territoire a été remonté et le moment où le FPSPP a validé les demandes. Depuis le départ, on savait que ce fonds ne serait pas fonctionnel." D'où cette idée "d'envisager une procédure visant à une plus forte territorialisation de ce fonds", via des "fonds régionaux de sécurisation des transitions professionnelles coordonnant les interventions de l'Etat, des régions, de Pôle emploi et des partenaires sociaux", comme le précise le rapport Larcher.
Une affaire consensuelle

En réalité, l'idée n'est pas tout à fait neuve. Elle était déjà au menu des travaux préparatoires à la loi de 2009 conduits par le groupe multipartite présidé par Pierre Ferracci, président du cabinet Alpha. Mais elle avait été abandonnée en raison des désaccords entre Etat et régions. Dans son avis, le Cese a lui aussi tenté d'imposer la création de ces fonds régionaux mais a dû y renoncer face à l'opposition, cette fois-ci, des partenaires sociaux. Et pourtant, la région Paca est bel et bien en train de gagner le pari. La décision d'expérimenter un tel fonds a eu lieu après neuf mois de travail entre l'Etat, la région, les partenaires sociaux, Pôle emploi et l'Association régionale des missions locales (ARML) dans le cadre de l'élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP), avec l'accompagnement du groupe Alpha. "Il y a eu un consensus pour expérimenter un fonds régional qui puisse répondre instantanément aux besoins du territoire", détaille Pascale Gérard. La gouvernance du fonds sera donc tripartite avec, selon les projets développés, des chefs de projets issus alternativement des différentes parties. "Les grandes orientations seront tripartites, ce qui n'est pas le cas au niveau national, puisque les régions ne sont pas dans la gouvernance du FPSPP", précise la vice-présidente de la région Paca. Le fonds aura vocation à mutualiser les moyens d'intervention des partenaires sociaux, de la région, de l'Etat et de Pôle emploi, et à financer les "chaînons manquants". Il devrait ainsi permettre la convergence des actions et le financement de projets transverses non couverts par les approches sectorielles. Il fonctionnera sur la base d'une procédure d'appels à projets. La région espère que le fonds sera opérationnel en septembre 2012. Mais il reste encore des questions d'importance à régler, parmi lesquelles le financement. La région, qui a déjà mis en place un fonds régional de formation de résistance à la crise (Iris, pour "intervention régionale pour l'investissement social"), devrait y consacrer le même ordre de budget, soit 10 millions d'euros, mais rien n'est précisé quant au financement des autres partenaires. Autre question qui se pose: celle de la structure qui portera ces financements, la région ne pouvant utiliser, comme pour le FPSPP, le principe d'une association. Bref, les modalités techniques, juridiques et administratives restent encore à déterminer. Mais "l'affaire est bien partie et consensuelle, assure Pascale Gérard. On arrive à bouger les lignes, et à s'autoriser à expérimenter."
Voir aussi Le développement des compétences, la continuité professionnelle.
http://www.localtis.info/css/locLogo.png~~V Con Emilie Zapalski. Di fronte alle difficoltà di conciliare carriera fondo di sicurezza per rispondere reattivamente alle esigenze dei territori, la Provence-Alpes-Cote d'Azur ha avviato l'esperimento di un fondo regionale per la continuità professionale.
Creazione di fondi regionali che riecheggiano il fondo comune di sicurezza carriera (FPSPP), l'idea è sviluppato nella recente relazione di Gerard Larcher sulla formazione professionale e nel parere del 13 dicembre 2011 del Consiglio economico, sociale e ambientale (Cese).
La Provence-Alpes-Cote d'Azur ha preso l'iniziativa votando nel mese di ottobre 2011 la creazione di un fondo regionale per la continuità del business. Un fondo dedicato alla formazione dei dipendenti e dei candidati di lavoro, sulla base tripartita governance, stato, regione e parti sociali. La creazione di un fondo è coinvolto in un particolare contesto. Più...

Posté par pcassuto à 01:39 - - Permalien [#]

La durée minimale des périodes de professionnalisation passe de 120 à 150h

http://www.legifrance.gouv.fr/img/Legifrance-Le-service-public-de-l-acces-au-droit.jpgDécret n° 2012-564 du 24 avril 2012 relatif à la durée minimale des périodes de professionnalisation prises en compte pour ouvrir droit aux versements au titre de la péréquation par le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels. JORF n°0099 du 26 avril 2012 page 7452, texte n° 36.
Publics concernés : organismes paritaires collecteurs agréés de la formation professionnelle (OPCA), fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), personnes en période de professionnalisation.
Objet : versements du FPSPP aux OPCA, au titre de la péréquation, destinés au financement d'actions de professionnalisation.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le FPSPP assure la péréquation des fonds de la formation professionnelle collectés et gérés par les OPCA, notamment au titre de la professionnalisation (articles L. 6332-21 et suivants du code du travail).
Cette péréquation est opérée par des versements du FPSPP aux différents OPCA destinés, en particulier, au financement d'actions de professionnalisation. Pour bénéficier de ces versements, les OPCA doivent notamment affecter au moins la moitié des fonds qu'ils collectent au titre de la professionnalisation au financement de périodes de professionnalisation supérieures à une durée minimale fixée par décret.
Cette durée minimale est actuellement fixée à 120 heures. Le présent décret porte cette durée à 150 heures pour inciter les OPCA à financer des périodes de professionnalisation plus longues, qui s'adressent aux publics dont les besoins de formation sont les plus importants.
Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre du travail, de l'emploi et de la santé,
Vu le code du travail, notamment son article L. 6332-22;
Vu l'avis du Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie en date du 29 février 2012,
Décrète :
Article 1

A l'article D. 6332-106-1 du code du travail, les mots: « cent vingt » sont remplacés par les mots: « cent cinquante ».
http://www.legifrance.gouv.fr/img/Legifrance-Le-service-public-de-l-acces-au-droit.jpg Decree No. 2012-564 of 24 April 2012 concerning the minimum periods of professionalization considered for entitlement to payments of equalization by the joint fund of career security. Official Gazette No. 0099 of April 26, 2012 page 7452, text 36. More...

Posté par pcassuto à 01:17 - - Permalien [#]

"Creating competence - Innovations in Learning and Development"

http://www.eapril.org/resources/EAPRIL2012/JAMK_Lutakko%20panorama.Owned%20by%20JAMK_original.jpgEAPRIL 2012 CONFERENCE: "Creating competence - Innovations in Learning and Development". Wednesday, 28 November - Friday, 30 November. JAMK University of Applied Sciences - Jyväskylä, Finland.
Conference theme

EAPRIL is unique by bringing together those interested in the crossroads between research and practice and between professional learning and education. Theme of the 2012 conference Creating Competences through Innovation in Learning and Development fits perfectly in EAPRIL's basic idea of engaging practitioners, researchers and policy makers as problem-definers, evidence gatherers, and interpreters in research processes.
All professionals are unceasingly encountered by rapid changes whichchanges, which challenge our skills and competences. The increased demand for continuous professional development emerges from global economy, expanding technological progress, requests for more sustainable development concerning the environment and individuals, and the need to improve education and all these challenges within the context of Lifelong Learning. Transformations appearing in all fields of everyday life and business accordingly call for innovativeness in educational solutions.
Promoting innovations is of special interest as education and research are expected to contribute not only to learning taking place within education but also to development in business and working life. The expectations focus on issues such as interlinking work and learning, raising entrepreneurship, constructing new jobs and better utilisation of developments gained. Generation of innovations is linking teachers, practitioners, researchers, scientists and students but also education with such practices as custom or employee driven innovations or Living Labs. Thus, also research aiming at enhancement of innovations should be designed to be conductedin a way not only of practice but also for practice.
Examples of questions that can be addressed at the conference are:
• How can practice-based and practitioner research contribute to the quality of innovative learning?
• How can practice-based and practitioner research be organised to promote innovativeness for learning at work, for work and creating competences?
• How can practice-based and practitioner research be involved in promoting innovative solutions for education and regional development?
• How can innovative solutions be commercialised by support of practice-based and practitioner research approach?
• How can the researchers, teachers and students in educational practices facilitate customer driven innovations?
• What are effective approaches to assure ownership of research in the professional field?
We warmly invite researchers, practitioners, and colleagues to discuss, learn and share expertise and experiences within the innovative atmosphere of Jyväskylä as well as JAMK University of Applied Sciences where the practice-based and practitioner research and development is embedded within education.
See also Balancing workplace learning and practitioner research across professional fields.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

26 avril 2012

L’université de la Grande Région a un an pour se réinventer

http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpgL’Université de la Grande Région (UGR) va devoir apprendre à voler de ses propres ailes: le subventionnement européen s’arrête en mai 2013.
Sur le papier, les choses paraissent limpides. « Depuis octobre 2008, le projet Université de la Grande Région – UniGR, cofinancé par l’Union Européenne, a développé un réseau réunissant plus de mille étudiants, doctorants, chercheurs et enseignants originaires de six universités en Allemagne, en France, en Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg. Il vient d’être prolongé jusqu’en avril 2013, de manière à permettre la création d’un groupement universitaire pérenne. Mercredi 25 avril, les présidents et les recteurs de toutes les universités partenaires ainsi que les représentants politiques des régions concernées se réuniront sur le campus de l’Université de la Sarre. À cette occasion, ils feront le point sur les résultats obtenus jusqu’à présent et débattront des perspectives de leur coopération future.”
C’est justement sur la forme exacte que prendra cette « coopération future » que les choses sont encore loin d’être limpides. Car il sera forcément question de gros sous, mercredi à Sarrebruck: à l’arrêt du subventionnement européen, chacune des universités concernées va devoir trouver les moyens de poursuivre l’aventure… par ses propres moyens. Et ceux que les décideurs politiques voudront bien leur allouer. Or, ces moyens potentiels sont loin d’être identiques selon que l’on se trouve à Liège, Trêves ou Kaiserslautern. Et ce n’est sans doute pas un hasard si c’est du côté de Luxembourg que se recrutent aujourd’hui les plus ardents défenseurs de l’UGR: la (très) jeune université locale jouit, comparativement, d’un train de vie royal et mise, en outre, sur la multiculturalité et le plurilinguisme. A Sarrebruck aussi, on souhaite vivement voir l’aventure se poursuivre. L’UGR est un peu le bébé de l’université de Sarre: elle avait été à l’origine du projet en 2008, et en a été le moteur principal depuis. « Reste à savoir maintenant avec quelles ambitions, nos partenaires s’engageront au-delà de 2013 », murmure-t-on du côté de Sarrebruck. Avec un point d’interrogation supplémentaire en provenance de Lorraine.
La publication, en mai, du rapport réalisé par l’ Association des universités européennes (EUA), pourrait contribuer à motiver les indécis. C’est la première fois que l’EUA établit le bilan d’activités d’un groupement d’universités. Et comme les rapports de ses experts sont généralement assortis de recommandations, l’UGR devrait savoir de quoi son avenir sera fait. Ou pas.
http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpg~~V University of the storregionen (UGR) har til at lære at flyve på egen hånd: støtte til europæiske stop i maj 2013.
På papiret synes tingene klart.
"Siden oktober 2008 projetUniversité af storregionen - har UniGR, medfinansieret af Den Europæiske Union, udviklet et netværk af over tusind studerende, ph.d.-studerende, forskere og undervisere fra seks universiteter i Tyskland, Frankrig, Belgien og Storhertugdømmet Luxembourg. Mere...

Posté par pcassuto à 23:39 - - Permalien [#]
Tags :

44th EUCEN Conference 'Border-Crossing as a Viable Choice: Collaboration, Dialogue and Access to Higher Education'

http://www.um.edu.mt/__data/assets/image/0005/1220/logo.jpg44th EUCEN Conference  'Border-Crossing as a Viable Choice:  Collaboration, Dialogue and Access to Higher Education'.  MALTA:  7 - 9 November 2012. Venue: University of Malta Valletta Campus. Old University Bldg. St Paul Street, Valletta, VLT 1216, MALTA.
Call for Proposals - 'Border-Crossing as a Viable Choice: Collaboration, Dialogue and Access to Higher Education'
The 44th EUCEN Conference builds on the established link between thriving democracies, healthy economies and equitable access to quality, lifelong-learning provisions in Higher Education. The conference will examine how the current, global financial situation, educational legislation, international aid and education reforms are impacting on equitable access to Higher Education. The conference will also foreground initiatives and projects undertaken by universities, in collaboration with other institutions of learning and the community, to bridge the participation gap in lifelong-learning and in life-wide initiatives. 
As the world comes increasingly to grips with growing material inequalites, and as advocates of social, economic and cultural inclusion continue to argue that uneven access to quality lifelong learning provision in Higher Education tends to reproduce uneven development, the conference will examine possibilities for horiziontal collaboration in higher education, based on a South-North, East-West dialogue that allows for permeability,  border-crossing, genuine exchange and mutual transformation. Participants will also examine how migration patterns are challenging thinking and lifelong-learning provision in Higher Education. As European universities continue to transform themselves into Lifelong Learning Universities, the conference will provide a showcase for current projects and a forum for prospective initiatives in this regard.      
In the year dedicated to active ageing, the conference will provide possibilities for reflection on issues of access and collaboration in the field of third-age provision and inter-generational dialogue in the context of Higher Education.  
Conference Themes

Participants are invited to deliver panel presentations or posters inspired by one or more of the following themes: 
Border-crossing

Presentations that address this theme are expected to highlight interdisciplinarity, collaboration across institutions of higher learning and projects within the community.
Access

Under this heading, participants are expected to reflect on and share concrete projects that promote democratic and equitable access to quality lifelong-learning provision and on roadblocks to access. Presenters are encouraged to highlight the link between compulsory education and further, continuing and higher education. 
Collaboration

This key area sets out to explore the meaning of collaboration in a context marked by vertical inequality. Participants are encouraged to share examples of genuine collaboration between institutions located in different geographies and differentiated by material wealth, human resources, prestige and research potential. 
Migration

Participants are expected to react to some of the pressing questions regarding migration and higher education: how are institutions of higher learning reacting to the inevitable movement of people who are making Europe their home? What are the challenges to genuine inclusion in this context? How is migration challenging traditional notions of access, pedagogy, evaluation and validation?
Draft Programme - Keynote Speechs

Competing temporalities and geographies of university lifelong learning: Higher Education landscapes, knowledge flows, and translations of citizenship, Professor André Elias Mazawi, University of British Columbia, Canada.
Competitiveness, diversification and the international Higher Education cash flow: The EU’s Higher Education discourse amidst the challenges of globalisation
, Professor Peter Mayo, Faculty of Education, University of Malta.
The politics of Higher Education in a European learning society
, Professor Kenneth Wain, Faculty of Education, University of Malta.
Universities, lifelong learning, and active ageing: past, present, future
, Dr. Marvin Formosa, European Centre for Gerontology, University of Malta.
See also EUCEN's 44th Conference - Border-Crossing as a Viable Choice: Collaboration, Dialogue & Access to HE - Valletta,
EUCEN 43rd Universities’ Engagement in and with Society - The ULLL contribution - Graz
EUCEN 42nd Conference Bridging the gaps between learning pathways: the role of universities -
Genoa
EUCEN 41st Conference Education as a right - LLL for all
-
Granada
EUCEN 40th Conference From Rhetoric to Reality - Lille
39th EUCEN Conference Lifelong Learning for the New Decade
- Rovaniemi
38th EUCEN Conference Quality and Innovation in Lifelong Learning - meeting the individual demands
-
Jönköping University
37th EUCEN European Conference Recommendations for universities
,
36th EUCEN Conference University Lifelong Learning: Synergy between partners
-
Tallinn
Founding Meeting: UCE Collaboration & Development- England 4-5 May 1991 - Bristol
Promoting Active Citizenship in Europe- Scotland 5-8 June 2008 - Edinburgh
The University as an International and Regional Actor- Germany 29 November- 1 December 2007 - Hannover
ULLL & the Bologna Process: From Bologna to London...- Slovenia 15-17 March 2007
- Ljubljana
32nd EUCEN Symposium/4º Project Forum. France 16-18 November 2006
- Paris
Universities as a driver for regional development - Poland 18-20 May 2006
- Gdynia
30th EUCEN Symposium - 3rd EUCEN Project Forum- Italy 17-19 November 2005 - Rome
From Bologna to Bergen and Beyond- Norway 28-30 April 2005 - Bergen
28th EUCEN Symposium - 2nd EUCEN Project Forum- Lithuania 4-6 November 2004
- Kaunas
Developing Learning Regions "Thoughts to Actions"- Ireland 9-12 June 2004 - Limerick

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags : ,