http://www.cereq.fr/var/plain_site/storage/images/publications/bref/le-regard-des-organismes-de-formation-sur-la-commande-de-pole-emploi/40557-1-fre-FR/Le-regard-des-organismes-de-formation-sur-la-commande-de-Pole-emploi_large.pngLe regard des organismes de formation sur la commande de Pôle emploi par Alexandre Meliva - Bref, n° 296-1.
Pôle emploi a succédé aux Assedic pour la formation des demandeurs d’emploi, en généralisant leurs besoins à l’échelle de la région. Les organismes ont répondu par des formations plus standard. Aujourd’hui, alors que le chômagene cesse de croître, l’heure est peut-être à une approche plus individualisée, et à un traitement plus local des besoins des demandeurs d’emploi.
Proposition du CEREQ

Mieux appréhender les besoins des demandeurs d’emploi, par un retour à des approches individualisées et des commandes initiées par les agences locales.
L’étude

L’étude prend appui sur les témoignages recueillis auprès d’une dizaine de responsables d’organismes parmi les 28 retenus dans l’accord cadre de Pôle emploi PACA en 2010. La commande de Pôle emploi d’actions conventionnées a suscité des constructions organisationnelles diverses et complexes des organismes retenus, faites de regroupements et sous-traitances.
Les organismes rencontrés relèvent ainsi de statuts juridiques et configurations institutionnelles divers: opérateurs de ministères; associations d’insertion, chacune en groupement avec d’autres organismes, et en concurrence sur au moins trois lots tertiaires; organismes spécialistes du transport; organismes sous-traitants des précédents.
L’étude a privilégié l’entretien semi-directif auprès des responsables de ces organismes.
Enfin, il faut rappeler le caractère récent de la commande de formation de Pôle emploi: les premiers marchés, donc les appels d’offre, ont été lancés en janvier 2010.
Des realisations incertaines

L’intervention de Pôle emploi tend à se confondre avec celle des régions. Mais elle s’en distingue nettement par le registre d’action attendu des organismes. Très peu informés des besoins, ils évoluent dans un contexte incertain, tout en devant répondre en quasi juste-à-temps aux appels d’offre. Les organismes ont peu d’éléments d’information, au-delà de la prestation demandée: « La remontée des besoins nous ne la connaissons pas. Le problème c’est de connaître réellement les moyens demandés par chacune des zones, chacune des villes, afin de déployer le plus intelligemment possible nos ressources humaines et nos ressources matérielles. Mais le problème c’est que ça se fait pas du tout intelligemment, puisque ça se fait au fil de l’eau avec Pôle emploi. »
Cette faible visibilité, les organismes la contournent par des contacts informels avec Pôle emploi: « J’en ai pris connaissance en fait parce que j’ai interpellé la personne de la Direction régionale compétente sur le lot du Graphiste, afin de connaître les besoins, et déployer les moyens nécessaires et suffisants pour assurer le nombre de prestations adéquates »; « On a des informations de par le relationnel qu’on a créé avec les Pôle emploi, qu’on connaît pour la plupart depuis un moment, on sait en discutant de manière informelle, ils nous le disent comme ça, de manière informelle. Mais sinon tout le besoin qu’il peut y avoir derrière, c’est vrai qu’on ne le connaît pas. »
En outre, les conditions de réponse aux appels d’offre obéissent à des temporalités très courtes. Les organismes disposent d’une quinzaine de jours pour définir leur projet sur tous les sites demandés; aussi les 48 premières heures se révèlent décisives pour connaître les capacités de tous les partenaires : « Dès qu’il lance l’appel d’offre, Pôle emploi nous envoie par e-mail le dossier. Et à partir de là on construit dans les 48 heures quasiment la réponse. On réunit tout le collectif concerné. Si on n’a pas la réponse lors de la séance, on appelle les acteurs concernés, on téléphone tout de suite pour savoir qui est en capacité de faire telle action dans les huit mois qui vont venir, si on pourra trouver un sous-traitant aux endroits où on n’a pas forcément toutes les possibilités. On fait l’hypothèse qu’on va y arriver...»
Des réponses qui sont par conséquent marquées par le risque. De fait, passés les émois de la réponse, divers écueils attendent la réalisation des formations, qui n’impactent pas les organismes avec la même force. Pour la plupart d’entre eux, ce passage à une échelle d’activité quasi industrielle, que ce soit par les regroupements, ou les généralisations et standardisations des besoins locaux, est source d’inconfort. Ils identifient trois écueils majeurs que pose la généralisation au territoire régional des besoins de formation. Cependant, selon leur catégorie institutionnelle et leur logique économique, ils ne mettent pas l’accent sur les mêmes difficultés.
Les généralisations peuvent tout d’abord s’avérer coûteuses, notamment dans les domaines industriels et techniques. En effet, la généralisation suppose de disposer de plateaux techniques sur tous les sites demandés par Pôle emploi, y compris dans des villes de petite taille. Dans les domaines industriels et techniques, ces exigences vont particulièrement affecter les organismes généralistes publics et ceux spécialistes du transport, dont les implantations privilégient les économies d’échelle: « Par exemple, sur Brignoles on a eu une commande il y a quelques mois sur " Modernisation
Un assouplissement nécessaire face au chômage croissant
La commande de Pôle emploi a permis d’amortir la hausse brutale du chômage en 2009 ; du côté des organismes, elle a atténué la baisse des commandes des employeurs. Aujourd’hui, la recrudescence du chômage et la confusion de son aire territoriale d’intervention avec celle des régions, appellent un rééquilibrage de ses actions. Dans un avis récent, le Conseil économique social et environnemental (CESE) s’est prononcé en faveur de formations plus respectueuses des besoins locaux, notamment de ceux des demandeurs d’emploi. Un retour à des approches individualisées et à des commandes émises par les agences locales serait en outre plus cohérent avec les principes d’activation des dépenses qui font reposer sur les individus la responsabilité de leur réinsertion, des principes toujours en vigueur malgré la raréfaction des emplois.
Les SIFE individuels, mis en oeuvre à la fin des années 90 dans une conjoncture très dégradée, correspondaient à ce modèle plus proche des besoins des demandeurs d’emploi.
Initiés par les agences locales de l’ANPE, ils constituaient de véritables assouplissements des versions collectives commandées par les directions départementales du Travail, avec des résultats positifs sur l’insertion.
Télécharger la publication: Le regard des organismes de formation sur la commande de Pôle emploi.

Le organizzazioni di formazione successivi su ordine del centro per l'impiego da parte di Alessandro Meliva - Brief, No. 296-1.
Centro per l'Impiego è riuscito Assedic per la formazione delle persone in cerca di lavoro, generalizzando i loro bisogni in tutta la regione. Agenzie hanno risposto con formazioni più standard. Oggi, mentre la crescita chômagene, il tempo è forse un approccio più individualizzato, e le esigenze di elaborazione più locali dei candidati.
Proposta CEREQ
Comprendere meglio le esigenze di chi cerca lavoro, da un ritorno ad approcci individualizzati e gli ordini avviati dalle agenzie locali.
Lo studio
Lo studio si basa sulla testimonianza di un teste dozzina di agenzie tra i 28 selezionati nel contratto in centro per l'impiego PACA nel 2010. La commande de Pôle emploi d'actions conventionnées Azioni di controllo del lavoro conventionnées centro ha portato a strutture organizzative diverse e complesse di candidati, fatte di cluster e di subappalto.
Le organizzazioni sono quindi di fronte status giuridico e diverse configurazioni istituzionali: reparti operatori, associazioni di integrazione, ognuno in un consorzio con altre agenzie, e di competere in almeno tre lotti terziario specialisti dei trasporti istituzioni, imprese di subappalto precedenti.
Lo studio si è concentrata sulla interviste semi-strutturate con i dirigenti di queste organizzazioni.
Infine, dobbiamo ricordare la natura del controllo recente formazione di centro per l'impiego: i primi mercati, in modo che le offerte sono state avviate nel gennaio 2010. Più...