28 mars 2012

Russia Moves to Improve Its University Rankings

http://graphics8.nytimes.com/images/misc/nytlogo152x23.gifBy Sophia Kishkovsky. After it was reported this month that not a single Russian university had cracked The Times Higher Education’s ranking of top 100 schools by academic reputation, Education Minister Andrei Fursenko said that Russia was in the process of creating its own rating system.
A brain drain from Russia has been funneling its brightest minds to the West, while the nation’s embattled higher education system struggles to find its place in the post-Soviet world. Each new rating announcement sets off hand-wringing about the predominance of the United States and the rise of China, both sore points and models for Russia.
“Russia has had some internal debate about their academic community,” Phil Baty, the editor of the Times Higher Education rankings, said by telephone from London. “They have suffered from appalling brain drain, and there is also concern that their scholastic community is isolated.
“There are some schools that are extremely impressive, but it is also struggling, and it’s all down to resources,” Mr. Baty added.
Dr. Fursenko told the Interfax news agency that ratings were an “instrument of competitive battle and influence” and should not be monopolized. He said that Russia was working with international specialists to create its own “international and universally recognized” university rating, Interfax reported this month.
Two days earlier, the Kremlin chief of staff, Sergei Ivanov, said Russia should create its own corruption rating. The Times’s reputation rankings are based on responses by more than 17,000 academics, chosen in part according to Unesco data on the geographic spread of professors around the world. As early as February 2011, Prime Minister Vladimir Putin was calling on Dr. Fursenko and his ministry to work out its own ranking of foreign universities.
“You must know that certain experts think that these Western ratings are, in fact, an instrument for raising their competitiveness on the labor market,” Mr. Putin said at their meeting, where they discussed a law that would recognize foreign university diplomas in Russia. “That’s why we need to be very cautious about them, and work out our own objective method of evaluating the quality of education that graduates of these universities receive.”
Last August, Mr. Putin promised 70 billion rubles, or $2.38 billion, for higher education innovation in Russia over the next five years. Dr. Fursenko told Interfax that he would investigate why Russia had fallen on the Times Higher Education lists. Lomonosov Moscow State University, which is known for its mathematics and physical sciences programs, had been ranked 33rd by the Times last year, the first year it compiled a reputation ranking. Only two Russian universities — Moscow State and Saint Petersburg State University — made it onto The Times’s regular Top 400 ranking, placing in the 276-300 and 351-400 bands.
Russians take any blow against Moscow State very personally. It was founded in the 18th century by Mikhail Lomonosov, who is regarded as a Russian Leonardo da Vinci. The Stalin-era skyscraper that serves as its main building is one of the Russian capital’s landmarks, visible for kilometers around, and the vast university serves the function of Harvard, Oxford and the Massachusetts Institute of Technology all rolled into one.
Viktor Sadovnichy, the rector of Moscow State, told Nezavisimaya Gazeta, a Moscow newspaper, that the university had suffered in the rankings because the quality of research at universities was weighted over teaching, but that such a year-on-year drop was too precipitous.
It was most likely set off, he said, by respondents being asked a new set of questions. Mr. Sadovnichy told the newspaper that the only question mentioned in the methodology described on The Times Higher Education’s Web site is “Which university would you send your most talented graduates to for the best postgraduate supervision?” which places Russian universities at an immediate disadvantage since there is no official “postgraduate” category in Russia.
In 2009, the Russian government designated a group of research universities for an influx of funds and development, something that China did years ago, said Martin Gilman, who was director of the International Monetary Fund’s Moscow office in the 1990s and has been director of the Higher School of Economics’ Center for Advanced Studies since 2006. The Higher School of Economics, one of the designated research universities and widely regarded as Russia’s most Western-style school, has lured 25 new faculty from the international academic job market — both overseas Russians and foreign-born nationals — with the promise of research opportunities and a smaller teaching burden than they would most likely encounter in the United States. New hires are offered tenure-track positions and the resources to publish and to travel to conferences, which, in turn, raises the university’s international profile, said Dr. Gilman.
The university has been transitioning to teaching and publishing in English, as well as introducing practices like blind peer-reviewed publications that are not yet the norm in Russia.
“We know that this is not going to have big payoffs in the short term in terms of international rankings, but we are hopeful that given our strategy of 2020” — by which time H.S.E. aims to be a world-class research university — “that over the longer term, this will be a much more solid basis in creating the kind of critical mass of faculty in certain disciplines,” Dr. Gilman said.
Russia has been faced with revamping its primary and secondary education systems as well in the wake of the collapse of Communism. The introduction of a standardized college entrance exam similar to the SAT in the United States, has been controversial, but is an important step to introducing national standards in Russia, Dr. Gilman said. On the university level, the social sciences were devastated during the Soviet era and are being built virtually from scratch.
“Those involved in higher education have a formidable challenge in this country because the dead weight of the past is enormous,” Dr. Gilman said.
Yefim Pivovar, rector of the Russian State University for the Humanities, one of the most prestigious liberal arts universities, known as R.G.G.U., said that Russian universities were still far behind in physical infrastructure, which, he said, also affected rankings. He said that R.G.G.U. had been exchanging students with Laval University in Canada for 20 years.
“They have kilometers of underground passageways between buildings,” he said. “We don’t have a single university with such passageways. I’m talking about the material base. I think they have seven rinks for Canadian hockey. That’s what we need to be doing. It’s not a question of ratings, but of the quality of our material base,” he said.
Dr. Pivovar said that Russia could not ignore rankings, but that R.G.G.U.’s 200 exchanges and agreements with schools like the University of California, Berkeley, and the universities of Bochum and Freiburg in Germany also proved its connection to international academia. Joyce Hor-Chung Lau contributed reporting.

Posté par pcassuto à 00:01 - - Permalien [#]


Le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche crée une section de criminologie au CNU

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Global/94/1/logo_184941.jpgLe ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie ce jour un arrêté créant une section de "criminologie" au Conseil National des Universités (CNU). La création de cette section consacre l'aboutissement d'un long processus en plusieurs étapes, processus qui a débuté en 2008.

Après la remise d'un rapport au ministère en 2010 et après qu'une consultation publique a eu lieu sur le site internet du ministère, il est apparu qu'il existe une demande de formation ad hoc en ce domaine, non seulement de la part des étudiants en formation initiale, obligés de s'expatrier s'ils veulent suivre un cursus complet, mais aussi des professionnels des champs concernés desquels sont exigées des connaissances plus pointues.La criminologie constitue en effet une discipline scientifique à part entière qui aborde le phénomène criminel, ainsi que les réponses que la société lui apporte ou pourrait lui apporter. Elle fait appel à des connaissances et des compétences spécifiques dans des domaines complémentaires comme les sciences de la société, la philosophie, la médecine ou encore le droit. L'objectif de la création d'une section consacrée à la criminologie est ainsi de permettre de fédérer des formations, des recherches et des enseignants-chercheurs et chercheurs qui concernent cette discipline. La France de ce point de vue soutient, jusqu'à présent, mal la comparaison avec les Etats qui ont reconnu la formation en criminologie de même que la profession de criminologue. On peut citer le Canada, l'Allemagne, la Belgique, l'Angleterre à titre d'exemples. L'Université de Cambridge a ainsi été la première à en faire une discipline à part, en créant notamment dès 1959, un Institut de criminologie. La France, en cette matière, peut encore progresser vers la voie de l'excellence qui est la sienne dans de nombreux champs disciplinaires. A cet effet, la création d'une nouvelle section au Conseil national des Universités (CNU) permet de répondre à ce besoin en terme de formation et de recherche, tout en prenant en considération de manière constante les nouveaux besoins disciplinaires qui surgissent.
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Global/94/1/logo_184941.jpg~~VMinisteriet for videregående uddannelse og forskning i dag offentliggjort et dekret skabe en del af "Criminology" på National University Rådet (CNU). Oprettelsen af denne sektion fastlægges kulminationen på en langvarig multistep proces, en proces, der begyndte i 2008. Efter at indsende en rapport til ministeriet i 2010 og efter en offentlig høring fandt sted på hjemmesiden for ministeriet, fremgik det, at der er behov ad hoc-uddannelse på dette område, ikke kun fra studerende i grunduddannelse, tvunget til at flytte, hvis de ønsker at følge en omfattende læseplan, men også professionelle fra relevante områder af viden, der kræves mere pointues. Mere...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

27 mars 2012

L’apprentissage nouvelle version

http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/files/2012/03/Monde-Campus-CouvertureMars20121.jpgLe dernier numéro du magazine « Le Monde Campus », qui connaît deux parutions par an, est distribué gratuitement sur les campus universitaires ou lors de manifestations étudiantes auxquelles Le Monde participe.
Il est possible d'obtenir un exemplaire gratuit du  "Monde Campus" sur simple demande par mail, à l’adresse suivante: campus@mondepub.fr en précisant vos nom, prénom, adresse postale complète.
Par Julien Dupont-Calbo. Les études en alternance ne sont plus choisies par défaut. Car, à l’issue de leur cursus, les étudiants sont mieux formés et plus vite embauchés.

Dans le milieu de « l’e-vin », on l’appelle « Hélène World Wine ». En réalité, la jeune femme s’appelle Hélène Clément. Son rêve, niveau boulot, c’est de dorer l’image des grands crus sur les réseaux sociaux.
Elle y est presque. Quelques semaines seulement après l’obtention de son mastère Management des vins et des spiritueux, un cursus en alternance distillé par Bordeaux Ecole de management, la jeune femme de 25 ans compte déjà quelques bonnes touches auprès d’employeurs potentiels. « Si je n’avais pas fini mes études en apprentissage dans une agence de communication digitale, je n’en serais pas là aujourd’hui… En un an, je me suis construit une expérience indispensable pour me vendre auprès des recruteurs », soutient-elle mordicus. Le concept de l’apprentissage, dont le développement est proposé par les principaux candidats à l’élection présidentielle, c’est une formation fifty-fifty. En gros, l’étudiant passe la moitié de son temps au bureau, l’autre moitié en classe. Ses études sont financées par la taxe d’apprentissage et par l’entreprise d’accueil.
Le suivi est assuré par un maître d’apprentissage, en général, le supérieur direct de l’étudiant dans l’entreprise, et par un professeur. Les « responsables » de l’apprenti se rencontrent deux fois par an pour cadrer les choses. Au final, c’est l’assurance d’une formation théorique solide, assortie d’un début d’expérience professionnelle. L’autre avantage, c’est le salaire – le smic au minimum, plus de 2 000 euros dans certains secteurs particulièrement rentables –, sans oublier l’ouverture des droits au chômage et à la retraite.
Oublié le temps où l’apprentissage était cantonné aux artisans et aux étudiants sans le sou. Désormais, les cursus en alternance ne sont plus des choix par défaut, quel que soit le niveau d’étude. En 2011, le quart des diplômés sortis des écoles d’ingénieurs étaient d’anciens apprentis. Dans les business schools, l’apprentissage est même en passe de devenir la chasse gardée des grosses têtes. A l’Edhec, une école de commerce lilloise, la sélection est sévère à l’entrée du cursus alternance. Ses quatre-vingt-dix places sont prises d’assaut par les étudiants. « L’image de l’apprentissage a profondément changé. Il y a encore dix ans, le principe était surtout considéré sous son aspect social: cela servait à financer les études. Aujourd’hui, c’est avant tout une méthode pédagogique recherchée, qui permet d’acquérir un véritable savoir-être en entreprise, d’intégrer les codes de la vie active », analyse Patrick Porcheron, vice-président en charge de la formation à l’université parisienne Pierre-et-Marie-Curie.
Le cocktail détonne. « En général, les diplômés en apprentissage trouvent plus vite un emploi, dans l’entreprise d’accueil ou ailleurs », confirme Patrick Porcheron. Souvent, le salaire à l’embauche bénéficie même d’un petit supplément. « C’est la preuve que les entreprises considèrent la période d’apprentissage comme une vraie expérience professionnelle, et pas comme un long stage. Et puis, c’est bien mieux pour financer ses études que de travailler dans un fastfood », note Jean-Paul Soubeyrand, animateur du groupe apprentissage de la Conférence des grandes écoles (CGE) et directeur du centre de formation des apprentis de l’ISEP, une école d’ingénieurs parisienne. Répéter ces arguments à Elodie Combe, c’est tenter d’évangéliser un évêque. Après des études de droit privé à l’université de Versailles-Saint-Quentin, la jeune femme de 23 ans est acceptée en master 2 professionnel Droit de l’environnement, de la sécurité et de la qualité dans les entreprises. La voilà propulsée chez Renault, au service des douanes. « C’était une occasion en or. Je n’avais pas fait de stage jusqu’alors, simplement des petits boulots rémunérateurs l’été. »
Pour 1 100 euros net par mois, Elodie Combe planche trois jours par semaine sur les bancs de la fac, et deux jours au siège du constructeur automobile. Ses missions? La fiscalité environnementale et la certification qualité. Un vrai boulot avant l’heure, auquel s’ajoutent la rédaction d’un mémoire de recherche – le même que les autres étudiants –, les journées de cours, les vacances scolaires passées au bureau, l’abandon quasi intégral des fiestas du jeudi soir… « Question rythme, c’est dur, c’est une bonne claque, confesse Elodie Combe. Mais à l’arrivée tout le monde est très content. Personnellement, j’ai appris plus en un an en entreprise qu’en cinq ans à l’université ! »
Devant le succès de l’apprentissage, les universités et les écoles augmentent depuis une dizaine d’années leurs capacités en la matière. Aujourd’hui, un étudiant peut suivre n’importe quel cursus en alternance, ou presque. Plus de trois business schools sur quatre et presque la moitié des écoles d’ingénieurs proposent ces formations alternatives. Côté université, l’offre est importante dans les filières courtes, un peu moins au niveau des masters. En cause, la distance qui existe encore parfois entre les universitaires et les entreprises, surtout dans les filières sciences humaines.
En Bretagne, l’université Rennes-II préparait traditionnellement ses étudiants à devenir professeur, pas à travailler dans le privé. « Certains chez nous pensent encore que l’apprentissage ne concerne pas les études supérieures. Même si nous avons noué des relations avec les entreprises, ce n’est pas encore vraiment naturel, d’un côté comme de l’autre », note Olivier Desoubry, vice-président de l’université rennaise, qui ne compte aucune formation en alternance.
Malgré quelques blocages locaux, le filon de l’apprentissage devrait globalement grossir sur les campus. « Les entreprises et le ministère de l’enseignement supérieur nous le demandent… Les étudiants aussi. Pour eux, c’est une manière de compenser le manque d’expérience professionnelle. Beaucoup craignent la concurrence des diplômés des écoles, réputées plus proches du monde de l’entreprise », remarque Béatrice Piazza, directrice des partenariats entreprise et insertion professionnelle à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Cela tombe bien: faire tomber quelques barrières entre les études et le travail, c’est justement l’idée de l’apprentissage new-look.

http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/files/2012/03/Monde-Campus-CouvertureMars20121.jpg ~ ~ V Nové číslo "World Campus", ktorý má dve otázky za rok, je distribuovaný zdarma na akademickej pôde alebo počas študentských demonštrácií, ktoré zahŕňali The World.
Je možné získať zdarma kópiu "World kampuse" na vyžiadanie e-mailom na adresu: campus@mondepub.fr uveďte svoje meno, úplná poštová adresa.

Julien Dupont-Calbo.
Štúdium sa už striedajúci vybratá v predvolenom nastavení. Pretože na konci ich priebehu sa študenti lepšie vyškolení a najal rýchlejšie.
V stredu "e-vína", to je nazývané "Helen World Wine."
V skutočnosti mladá žena menom Helene Klement. Jeho sen, úroveň prác je pozlátený obraz veľkých vín na sociálnych sieťach. Viac...

Posté par pcassuto à 22:34 - - Permalien [#]

Les principaux fonds d’investissement présents en France dans le système éducatif dans « Campus »

http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/files/2012/03/Monde-Campus-CouvertureMars20121.jpgLe dernier numéro du magazine « Le Monde Campus », qui connaît deux parutions par an, est distribué gratuitement sur les campus universitaires ou lors de manifestations étudiantes auxquelles Le Monde participe.
Il est possible d'obtenir un exemplaire gratuit du  "Monde Campus" sur simple demande par mail, à l’adresse suivante: campus@mondepub.fr en précisant vos nom, prénom, adresse postale complète.
Vous pouvez aussi télécharger le pdf sur le blog du "Monde Campus" en cliquant sur la couverture du "Campus" (colonne de droite).
"Le Monde Campus" est articulé autour de deux dossiers que complètent un ensemble de sujets qui ressortent de ces thématiques.

Dans l’édition livrée le 22 mars, un article titré « Les écoles privées, un filon pour les investisseurs », signé Isabelle Rey-Lefebvre, fait le point - pages 38-39 - sur ce marché qui pèse aujourd’hui près de 2 milliards d’euros et que se partagent huit acteurs majeurs. Nous vous présentons l’intégralité de ce panorama qui a été réduit dans la publication par manque de place.
Les principaux fonds d’investissement présents en France dans le système éducatif

- Duke Street
, fonds britannique, revendique plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et autant d’actifs sous gestion, et est actuellement présent dans douze entreprises, de la restauration asiatique (Wagamama) à la distribution (Sandpiper), en passant par le paiement en ligne (Payzone) ou la vente de croisières (QCNS Cruise).
Duke Street a commencé à investir dans l’enseignement supérieur privé en 2010 et a créé, en 2011, en France, EduServices qui rassemble notamment Pigier (secrétariat, métiers de l’entreprise, beauté-mode…), l’Iscom (communication), l’école Internationale Tunon (hôtellerie, tourisme, évènementiel), les six écoles Ipac implantées en Savoie et Haute-Savoie (commerce) et les écoles Fortim, dans l’Ouest (management).
EduServices forme environ 15 000 étudiants.
- Career Education Corporation (CEC) est une société américaine cotée au Nasdaq, à New-York, qui détient 90 écoles techniques et professionnelles, de la santé aux arts appliqués ou la cuisine, aux Etats-Unis et en Europe, accueillant 104 000 étudiants, pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliards de dollars (au 30 septembre 2011), en baisse de 12% par rapport à 2010.
CEC est implanté depuis 2003, en Europe, lorsqu’il a racheté le groupe Inseec, qui comprend douze écoles, en particulier de management et de commerce, de marketing et communication publicitaire (Sup de Pub), de préparation aux concours dans les secteurs paramédical et social (Sup Santé et Sup Social). En 2010, CEC a racheté l’International University of Monaco, école de commerce spécialisée dans le luxe et la finance.
L’ensemble Inseec encadre 11 500 étudiants, dont 8 500 en management, et génère un chiffre d’affaires de 91 millions d’euros.
- L’américaine Laureate International Universities, présente dans 28 pays, encadre 65 000 étudiants dans mes formations médicales et de santé, tourisme et hôtellerie (34 000 étudiants), architecture et design (30 000 étudiants), notamment en Italie, au Brésil et au Mexique.
Laureate possède, en France, trois établissements: l’Ecole Centrale d’Electronique, l’Institut Français de Gestion et l’Ecole Supérieure de Commerce Extérieur, localisée au pôle Léonard de Vinci, à La Défense.
- Bregal Investment, fonds d’investissement basé en Suisse, de la famille hollandaise Brenninkmeijer, héritière des fondateurs du distributeur de textiles C&A, initiales de Clemens et August Brenninkmeijer.
Elle détient, en France, depuis novembre 2007, le groupe Studialis, qui forme 14 000 étudiants dans ses écoles de commerce (Ecole de management Paris ESG, 6000 étudiants), de multimédia (Ecran, Digital Campus, 3 000 étudiants à Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix-en-Provence) et d’arts appliqués (Conservatoire Libre du Cinéma Français, Ecole des Métiers du Numérique, Hetic (internet), Institut d’Etudes Supérieures des Arts).
Bregal vient, en ce début d’année, de racheter le Strate Collège, école de design basée à Sèvres, et le cours Florent de théâtre.
- Octant est le fonds d’investissement de Robert Zolade, fondateur du groupe Elior de restauration rapide. Il a créé Novétude et racheté, en 2010, Ipesud et Objectif Concours,des prépas privées pour les concours de médecine, pharmacie et paramédical implantées à Montpellier, Grenoble et Dijon.
En 2011, Octant a, dans la même veine, acquis Cape Sup, Horizon Santé et Aix Ostéopathie.
- Auvence, groupe girondin autrefois propriétaire de maisons de retraite, les a cédées en 2010 pour racheter Ingésup, deux écoles d’ingénieurs à Bordeaux et Toulouse, Infosup, école d’informatique à Paris, et l’Institut Bordelais du Design.
- Le français Montefiore Investment a récemment acheté, en LBO, l’Institut Supérieur d’Optique et ses dix écoles en France.
- Activa Capital, fonds français, a acquis, en 2010, 70% des cours Galien (21 écoles, 8 000 étudiants, 18 millions de chiffre d’affaires 2011), spécialiste de la préparation aux concours de première année des études de santé et d’internat de médecine, de BTS d’optique, de première année de droit et de sciences politiques.
En 2011, Activa a acheté Assisteo, qui forme 200 lycéens au métier d’aide soignant.
http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/files/2012/03/Monde-Campus-CouvertureMars20121.jpg The latest issue of "World Campus", which has two issues per year, is distributed free on campus or during student demonstrations which involved The World.
It is possible to obtain a free copy of "World Campus" on request by mail at the following address: campus@mondepub.fr stating your name, complete mailing address.

You can also download on the blog "World Campus" by clicking on the cover of "Campus" (right column).

"The World Campus" is based on two cases that complement a range of topics that emerge from these themes.

In the edition delivered on March 22, an article entitled "Private schools, a bonanza for investors", signed Isabelle Rey-Lefebvre, an update - pages 38-39 - the market currently worth nearly $ 2 billion euros and share eight major players.
We present this entire panorama that was reduced in the publication for lack of space.
The largest investment funds in France in the present education system

- Duke Street, British fund, claiming more than 2 billion euros in revenue and as assets under management, and currently operates in twelve companies, catering Asian (Wagamama) distribution (Sandpiper) via the online payment (Payzone) or the sale of cruises (Cruise QCNS).

Duke Street has begun to invest in private higher education in 2010 and established in 2011 in France, bringing together such EduServices Pigier (secretarial, corporate business, beauty, fashion ...), the Iscom (communication), Tunon International School (hotels, tourism, event), the six schools Ipac located in Savoie and Haute-Savoie (trade) and Fortim schools in the West (management)
. More...

Posté par pcassuto à 22:17 - - Permalien [#]

L’Association du Réseau des Carif Oref signe sa première convention de partenariat

http://www.carif-oref-gpe.com/templates/template/images/logo_carif_03.pngLes CARIF OREF, qui travaillent en réseau depuis leur création en 1983, sont désormais réunis dans l’Association du Réseau des Carif Oref (RCO) qui a vu officiellement le jour le 14 décembre 2011.
Cette association a pour vocation de gérer, coordonner et valoriser leurs outils, projets et actions. Elle est présidée par Vincent Merle, Président d’Aquitaine CAP Métiers. La Vice Présidence est assurée par Maryline Simoné, Présidente de l’ARFTLV.
A l’occasion de son premier Conseil d’Administration, réuni le 15 mars 2012, le RCO a affirmé la volonté de se rapprocher des branches professionnelles afin d’instaurer des formes de dialogue organisées sur des axes forts tels que l'information et l’orientation des acteurs de l'AIO et des publics, la mutualisation des données sur la formation et l'emploi, la mise en place d'actions concertées…
Dans ce cadre, l'association a ainsi signé un premier accord de partenariat à la suite de son conseil d'administration avec la Fédération des entreprises de propreté et services associés (FEP), et le FARE. L'accord sera ensuite décliné en plans d'actions concertés par les interlocuteurs régionaux de la branche et de l'Association du Réseau des Carif Oref et pourra donner lieu à la signature de conventions régionales selon les besoins et les attentes des acteurs locaux. Contact: Secrétariat général de l’Association du Réseau des Carif Oref, Stefania Laurent - ARFTLV Tél: 05 46 00 32 57 email: contact@intercariforef.org.
Voir aussi Création de l’association nationale des Carif Oref.
http://www.carif-oref-gpe.com/templates/template/images/logo_carif_03.png ~ ~ V CARIF OREF, pracovné sieť, od svojho vzniku v roku 1983, sú teraz zjednotené v Asociácii Network CARIF OREF ods RCO), ktorá oficiálne vznikla 14. decembra 2011.
Toto združenie si kladie za cieľ riadiť, koordinovať a posilniť svoje nástroje, projekty a akcie.
To je predsedal Merle Vincent, predseda Aquitaine obchodov SPP. Podpredseda Predsedníctvo poskytuje Marylin Simone, predseda ARFTLV.
Pri príležitosti svojho prvého predstavenstva stretol 15. Marca 2012, BOI povedal, ochota k pohybu smerom k profesionálnym sektora na zavedenie formám organizovaného dialógu o hlavné myšlienky, ako sú informácie a orientácia hercov a divákov IOA, zdieľanie údajov o vzdelávanie a zamestnanosť, vykonávanie koordinovaných akcií
. Viac...

Posté par pcassuto à 21:45 - - Permalien [#]
Tags :


3ème édition des Trophées Trajectoires

http://toutes-les-generations-en-entreprise.com/img/accueil/presentation_blog.jpg3ème édition des Trophées Trajectoires - 2012: année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle
Le 6 septembre 2010, la Commission européenne a désigné l'année 2012 «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle». A cette occasion, la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi (DIRECCTE – Unité Territoriale du Val d’Oise), qui pilote et anime un programme pluriannuel 2007-2013, en faveur de l’emploi des séniors, a décidé de donner une nouvelle dimension aux Trophées Trajectoires.
Valoriser les initiatives

Les « Trophées Trajectoires » sont des récompenses destinées à valoriser les employeurs, publics et privés, qui oeuvrent en faveur d'une approche intergénérationnelle des ressources humaines, en portant une attention toute particulière aux actions favorisant le retour et le maintien dans l’emploi des séniors. Depuis 2009, date de leur création, les « Trophées Trajectoires » ont permis de valoriser une douzaine d’initiatives mises en oeuvre au sein de différentes entreprises françaises.
Une coopération transnationale

Pour leur 3eme édition, les « Trophées Trajectoires », financé par l’Etat et le Fonds Social Européen, se sont ouverts à un réseau de partenaires européens.
Ainsi, se sont associés à la DIRECCTE, afin d’élaborer les outils nécessaires : L’Université de Liège, l’Institut Finlandais de Santé au Travail, l’association « Gender Studies » de République Tchèque et l’Institut du Travail et des Affaires Sociales de Pologne.
La méthodologie et les critères de sélection, applicables à toutes les entreprises candidates, ont été définis tout au long de l’année 2011 grâce à la contribution de partenaires français et européens impliqués quotidiennement sur les questions de diversité dans l’emploi.
Promouvoir le vieillissement actif à l’échelle européenne

En s’inscrivant dans le cadre de « l’année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle », les partenaires des « Trophées Trajectoires » ont la volonté de porter un éclairage particulier sur les meilleures pratiques et de favoriser les échanges entre les pays membres sur la question de l’emploi des séniors.
Le dossier de participation, ainsi que le règlement des Trophées peuvent être téléchargés à l'adresse suivante: http://www.toutes-les-generations-en-entreprise.com.
Contact Presse: Hakim KAMOUCHE, Chef de projet pour l'emploi des seniors, DIRECCTE Ile de France - Unité Territoriale du Val d'Oise, Tél : 01.34.35.48.85, hakim.kamouche@direccte.gouv.fr. Voir aussi Plan senior 95, Hakim Kamouche, Responsable du service Fonds social européen, Unité Territoriale du Val d’Oise, 2011.

http://toutes-les-generations-en-entreprise.com/img/accueil/presentation_blog.jpg~~V 3. udgave af baner Trophies - 2012: Det Europæiske År for aktiv aldring og solidaritet mellem generationerne
6 September 2010, Europa-Kommissionen udpegede 2012 "Europæiske År for aktiv aldring og solidaritet mellem generationerne." Ved denne lejlighed, det regionale erhvervsliv, konkurrence, forbrugerpolitik, arbejdskraft og beskæftigelse (DIRECCTE - territorial enhed i Val d'Oise), som styrer og koordinerer et flerårigt program 2007-2013, til fordel beskæftigelse af ældre, besluttede at give en ny dimension til Trophies baner. Mere...

Posté par pcassuto à 18:48 - - Permalien [#]

Evaluation de la mise en oeuvre des achats de formation de Pôle emploi

http://ifsi.blog.uhp-nancy.fr/files/2011/11/Logo-IGAS.jpgPar CAYRE Virginie, MOUSSEAU Monique, REBOUL Jacques-Bertrand de. La mission de contrôle - évaluation portant sur la mise en oeuvre des achats de formation de Pôle emploi a été réalisée dans le cadre du programme annuel de travail de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) pour 2011. Cette mission s'inscrit dans la perspective du renouvellement de la procédure d'achats sous forme d'accord-cadre et de marchés subséquents à l'horizon de juin 2012. Sur la base de contrôles effectués dans quatre régions, un rapport de synthèse d'évaluation de la mise en oeuvre des achats de formation de Pôle emploi a été établi. Plus d’information sur le site de l’émetteur. Voir l’ensemble du rapport sur le site de la documentation française.
http://ifsi.blog.uhp-nancy.fr/files/2011/11/Logo-IGAS.jpg ~ ~ VDo Cayré Virginii, Monique Mousseau, Jacques Reboul-Bertrand Mission control -. Hodnotenie o vykonávaní sprostredkovania zamestnania školiaceho strediska bola vykonaná v rámci ročného programu činnosti obchodnej inšpekcie Generálneho Sociálna (IGAS) na rok 2011. Táto misia je súčasťou vyhliadkou na obnovenie procesu verejného obstarávania v podobe rámcovej dohody a následné zákazky na obzore v júni 2012. Viac...

Posté par pcassuto à 18:36 - - Permalien [#]

Décrocher un stage étudiant - outils et conseils utiles

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/41783_159390020754086_5561_n.jpgPar Kogito.fr pour le GIP Alfa Centre. Une démarche qui s’apparente à une recherche d’emploi. Dans le cadre d’une formation supérieure, le stage permet d’appliquer les savoirs acquis. Mais comment cibler des structures d’accueil, rédiger lettre et CV, préparer un entretien ? Voici des pistes pour accéder à une première expérience.
Stage ou emploi, les mêmes techniques de recherche
"J’ai effectué le stage validant ma licence pro en productions animales au sein d’une chambre d’agriculture. Ce stage a développé ma capacité d’analyse et mon bagage théorique, ce qui m’a permis d’être compétitive lors des entretiens de recrutement et de réaliser mon projet. Je suis à présent technicien conseil du contrôle laitier" raconte Mélanie*, diplômée de l’université de Tours. Issu de la même filière et titulaire d’un master, Sylvain* est lui passé directement du statut de stagiaire à celui de "responsable développement produit" au sein d’une société agro-alimentaire. Pour lui, "le choix du sujet de stage et du type d’entreprise d’accueil détermine grandement le poste que l’on peut trouver après". Cette démarche de recherche d’un stage fait appel aux techniques de recherche d’emploi. Il y a ainsi des règles à respecter afin de mettre toutes les chances de son côté, depuis la sélection des structures prospectées – entreprises, collectivités ou associations – jusqu’au premier entretien. Sur le site Infostages de Pôle emploi et du CIDJ, on souligne que "le stage doit convenir aux deux parties. L’étudiant et l’employeur doivent y trouver un intérêt commun."**
Faire le point et cibler des structures

Pour commencer, "il faut absolument faire un bilan de ses compétences, connaissances, qualités. Ce bilan permet de mieux se valoriser dans ses candidatures. Une candidature est une offre de service" rappelle Amandine Pilet*, responsable d’antennes AFIJ, sur le site de l’université d’Orléans. Ensuite, la démarche consiste à répondre à des propositions de stages. On les trouvera sur les panneaux d’affichage de son établissement, sur des bourses en ligne, par ses enseignants... N’écartez pas la candidature spontanée et activez votre réseau en parlant de votre recherche autour de vous (famille, amis, etc.) Pour le "ciblage", appuyez-vous sur les annuaires d’entreprises qui vous renseigneront sur leurs activités, l’effectif, ou encore le nom du directeur des ressources humaines. La consultation des offres d’emploi dans le secteur visé donne aussi des indications "intéressantes" selon le guide des stages de l’université de Tours: "Telle entreprise recrute un responsable du service marketing? Un étudiant n’a certes pas le profil mais cela révèle l’existence d’un service marketing au sein de la structure. Il suffit de savoir rebondir sur ce type d’information."
Rédiger son CV et sa lettre de motivation
A adapter à chaque candidature, le CV doit "vous présenter fidèlement et mettre en relief vos points forts" précise Pôle emploi. Vous y exposerez votre formation, vos compétences spécifiques (langues et logiciels par exemple), vos expériences professionnelles et/ou stages précédents en décrivant les tâches effectuées. Vous avez peu d’expérience? Vous développerez alors la partie formation. Facultative, la rubrique "loisirs" ou "centres d’intérêt" peut témoigner de qualités personnelles: ouverture, créativité, esprit d’équipe... Pour lui donner du sens, l’APEC préconise de "mentionner les activités pratiquées régulièrement, à un bon niveau, sur lesquelles vous êtes capable de vous exprimer de manière détaillée et enthousiaste". La lettre de motivation complète cette carte de visite. L’idée est ici de transmettre votre intérêt pour l’entreprise, d’argumenter sur vos atouts et de suggérer un rendez-vous. "Soyez clair, simple et efficace" recommande Pôle emploi. "S’il s’agit d’une offre, montrez que vous avez bien compris les besoins. En cas de candidature spontanée, captez l’attention dès l’introduction en faisant référence aux informations obtenues sur la structure."
Se préparer à l’entretien de recrutement

Vous avez décroché un rendez-vous? Pas d’improvisation, l’enjeu est de présenter le meilleur de vous-même. Parmi les fondamentaux: bien connaître l’entreprise, savoir expliquer les raisons de ce choix et commenter son propre parcours, faire preuve de curiosité en posant des questions… mais aussi arriver à l’heure, le plus détendu possible et téléphone portable éteint. Etudiant en master 1 de chimie, Grégoire* juge essentiel de "savoir qui on est pour mieux se mettre en valeur". Son témoignage a été recueilli par l’AFIJ*, dans le cadre de formations à la recherche d’un stage ou d’un emploi organisées avec l’université d’Orléans. Cécile*, en master 1 de commerce international, a également bénéficié de cet accompagnement ; elle en retient surtout "l’importance de s’investir davantage dans une démarche de projet professionnel". Aussi, pour préparer une recherche de stage, rapprochez-vous des services compétents de votre établissement car ils peuvent vous aider de multiples façons (accès à des offres, mise en relation avec des recruteurs, conseils personnalisés, ateliers CV, de simulation d’entretien, etc.) Ce sont l’Espace Stage Emploi Entreprise (ESEE) à l’université d’Orléans et le SUIO-IP à l’université de Tours.
* Témoignages extraits des sites web des universités de Tours et d’Orléans, et du guide des bonnes pratiques de l’AFIJ.
** Textes encadrant le stage étudiant. Depuis 2006, deux textes encadrent ce stage reposant sur une convention, également signée par l’établissement d’enseignement: la loi sur l’égalité des chances (article 9) et la "Charte des stages étudiants en entreprise". Site du ministère du Travail - Dossier sur les stages étudiants en entreprise.
Quelques liens pour aller plus loin
Outils, ressources et services proposés par l’Onisep:

Onisep.fr - Dossier "Trouver et réussir son stage"

Onisep.fr - Dossier "La recherche de stage" (à l’étranger)

Monstageenligne.fr (un site Onisep/Education nationale)

… par les universités de l’académie Orléans-Tours:
Université François-Rabelais Tours - La rubrique "Stages, emplois : Rpro"

Université François-Rabelais Tours - Guide des stages de l’étudiant à l’université (janvier 2012)

Université d’Orléans - Le SUIO (Service universitaire d’information et d’orientation)

Université d’Orléans - L’ESEE (Espace stage emploi entreprise)

… des structures d’aide à l’insertion des étudiants et jeunes diplômés:

Pôle emploi - Infos sur le stage étudiant en entreprise (voir les outils de la recherche d’emploi)

Site de l’APEC - La rubrique "Etudiants et stages"

Site de l’AFIJ - Voir les rubriques "sites utiles" (liste emploi étudiant) et "relais en France"

Infostages.com (un site de Pôle emploi / CIDJ) - Infos, conseils et offres de stages

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/41783_159390020754086_5561_n.jpg Kogito.fr by Alfa Centre for GIP. An approach that is similar to a job search. As part of higher education, the course can apply the knowledge acquired. But how to target host structures, write letter and CV, prepare an interview? Here are ways to access a first experience.
Internship or job, the same research techniques

"I have completed the internship pro validating my license in animal production in a chamber of agriculture
.
By universities:
Université François-Rabelais Tours - The item "Internships, Jobs: Rpro"

Université François-Rabelais Tours - Guide Internship university student (January 2012)

University of Orleans - The SUIO (University Service of Information and Referral)

University of Orleans - EEM (Space internship employment business)
. More...

Posté par pcassuto à 00:24 - - Permalien [#]

Réussir la validation devant le jury

http://www.portail-juridique.com/upl/partenaires/centre-inffo.pngPetit déjeuner de Centre Inffo - Réussir la validation devant le jury. Le jeudi 5 avril 2012, Le Procope - 12, rue de l’Ancienne-Comédie - 75006 Paris, Métro: Odéon, www.procope.com.
Étape finale de la démarche, c’est au niveau de l’épreuve de validation que tout se joue. Le jury est souverain et peut se prononcer pour une validation totale, partielle ou un refus de validation. Parfois, la décision du jury peut surprendre et c’est à ce moment précis que le déroulement des étapes précédentes peut être (ré)interrogé.
Ce petit-déjeuner sera l’occasion d’échanger autour des différentes pratiques existantes en matière de jury:
- comment préparer le candidat au mieux aux épreuves du jury de validation?
- quel(s) lien(s) doivent être tissés entre les accompagnateurs et les membres du jury?
Télécharger le programme et le bulletin d’inscription.
http://www.portail-juridique.com/upl/partenaires/centre-inffo.png~~V Morgenmad Inffo Center - Succesfuld validering, inden juryen. På Torsdag 5 april, 2012, Le Procope - 12, rue de l'Ancienne-Comédie - 75006 Paris, Metro: Odeon, www.procope.com.
Sidste trin i processen er ved testen bekræftelse på, at hele sker.
Juryen er suveræn og kan bestemme en komplet validering, delvis validering eller afslag. Mere...

Posté par pcassuto à 00:07 - - Permalien [#]

26 mars 2012

Le taux d'emploi des seniors décolle enfin

http://www.drhdelannee.fr/uploads/Image/drhdelannee/LOGO-FIGARO-ECO.jpgPar Olivier Auguste. La multiplication de mesures en faveur de l'emploi des séniors depuis une dizaine d'année semble finir par avoir quelques effets, toutefois leur impact reste limité.
«Depuis 2007, il y a 520.000 seniors de plus au travail. Le taux d'emploi des plus de 55 ans a augmenté de 8 points.» En affichant une telle progression, dimanche sur M6, Nicolas Sarkozy enjolive un peu la réalité… Le taux d'emploi des 55-64 ans a progressé de 3,2% entre 2007 et 2011, selon la Dares, la Direction des études du ministère du Travail. Pourtant, on aurait tort de négliger ce frémissement. Longtemps à la traîne - des seniors en emploi, ce sont des personnes qui cotisent et potentiellement créent de l'activité en dépensant leurs revenus -, la France commence enfin à rattraper son retard. Suite de l'article...
http://www.drhdelannee.fr/uploads/Image/drhdelannee/LOGO-FIGARO-ECO.jpg ~ ~ V Olivier Augusta. Násobenie opatrenia na zamestnávanie seniorov v posledných desiatich rokoch sa zdá, že skončí s určitým účinky, ale ich vplyv je stále obmedzená. Viac...

Posté par pcassuto à 23:58 - - Permalien [#]