http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo_footer.jpgPar Rachida Soussi. Les années se suivent... et se ressemblent. Les résultats de l’édition 2012 du classement français Universum des entreprises préférées des étudiants le prouvent. LVMH, EADS sortent une nouvelle fois grands vainqueurs de ce palmarès. Nouveauté: le cabinet dresse un classement des employeurs préférés des étudiants des universités françaises.
C’est donc sans grande surprise que LVMH demeure l’employeur préféré des étudiants d’écoles de commerce/management. L’Oréal (2e), Apple (3e), Google (4e) et Canal + (5e) conservent également leur rang cette année.
Si le top 5 ne change pas chez les futurs commerciaux, il bouge légèrement chez les étudiants d’écoles d’ingénieurs. EADS confirme sa place de leader. Pour autant Google rafle la 2e place à Thales qui prend la 3e position. Apple s’approche doucement du top 3 en arrachant la 4e place à Dassault Aviation qui clôture alors le top 5.
Chez les universitaires, LVMH, Apple et L’Oréal constituent le trio de tête des étudiants issus de la filière commerce/management. Google, Apple et Microsoft sont les employeurs préférés des universitaires de la filière ingénieurs/IT.
http://www.universumglobal.com/stored-images/e3/e36c1de7-1929-4eb6-8dd9-c60f2d8c30cc.jpgLe luxe et l’aéronautique font toujours autant rêver
Mais pourquoi un tel engouement pour ces entreprises ? « Les futurs diplômés sont attirés par les produits et services vendus par une entreprise, plutôt que l’entreprise elle-même dans un premier temps. Les entreprises innovantes et prestigieuses séduisent donc prioritairement les étudiants. Bien sûr la bonne réputation de l’entreprise compte ensuite, car les étudiants souhaitent avoir une bonne carte de visite sur leur CV », confie Julie Giraud-Avril, responsable Europe des relations universitaires chez Universum. Ainsi « l’attractivité de notre groupe se fonde sur l’image et le rayonnement de nos maisons, pour la plupart ancrées dans la patrimoine culturel français, et qui allient savoir-faire et innovation », analyse la DRH du Groupe LVMH.
D’une manière générale, le luxe, l’high-tech, l’aéronautique séduisent toujours autant les futurs diplômés. Tout comme les secteurs de l’audit, l’agroalimentaire et des biens de consommation qui poursuivent leurs recrutements tandis que d’autres sont en perte de vitesse. Ainsi les banques subissent toujours le poids des différentes crises du secteur : - 8 rangs pour BNP Paribas (14e), - 4 rangs pour HSBC, - 13 pour Société Générale (30e). On observe par ailleurs un désamour pour les secteurs de l’environnement et de l’énergie.
Une carrière à l’international Vs une sécurité de l’emploi

Le sacro-saint équilibre vie professionnelle/vie privée reste l’objectif de carrière numéro 1 des étudiants, qu’ils soient issus d’une école ou de l’université. En revanche, les autres aspirations professionnelles diffèrent selon le profil. « Les universitaires privilégient majoritairement, en seconde position, une sécurité de l’emploi tandis que les étudiants de grandes écoles, plus confiants, visent une carrière à l’international. Et d’autant plus que les futurs ingénieurs savent que les formations françaises sont reconnues dans le monde entier », explique Aurélie Robertet, directrice Universum France.
Vient ensuite la « stimulation intellectuelle » pour les étudiants en écoles contre un emploi « dédié à une cause » pour les universitaires. « Les objectifs de carrière sont en corrélation avec les secteurs dans lesquels ils souhaitent évoluer. Ainsi, les universitaires optent davantage pour le public et le monde de l’éducation, secteurs plus sécurisants, alors que les diplômés de grandes écoles se tournent vers l’industrie et l’high-tech. Enfin, ces derniers priorisent, chez un futur employeur, les caractéristiques du poste (missions intéressantes), la rémunération, la culture d’entreprise ainsi que la réputation de l’entreprise. Les universitaires sont, quant à eux, plus regardants sur la culture. Les caractéristiques du job, la rémunération et l’image employeur viendront ensuite. »
Mais quel que soit le profil de l’étudiant, une chose est sûre: « la génération Y consomme beaucoup. Les entreprises doivent travailler sur leur marque employeur, aller sur les campus même en période difficile pour ne pas être oubliées », conclut la directrice.
Méthodologie: Enquête réalisée entre novembre 2011 et février 2012 auprès de 31 062 étudiants (dont 14 294 en écoles de commerce, 9 373 en écoles d’ingénieurs et 6 270 universitaires) issus de 116 écoles et universités.
http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo_footer.jpg~~V Ved Rachida Soussi. De årene går... og ser ens ud. Resultaterne af 2012-udgaven af Universum rangerende franske business-studerende foretrækkes showet. LVMH, EADS kommer igen store vindere på denne liste. Nyt: Firmaet giver en rangordning af foretrukne arbejdsgivere for elever i de franske universiteter.
Så det er ingen overraskelse, at LVMH forbliver den foretrukne arbejdsgiver for studerende på handelshøjskoler/ledelse.
L'Oreal (2.), Apple (3.), Google (fjerde) og Canal + (5.) også bevarer deres rang i år. Mere...