http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgLes 19 et 20 janvier 2012, la CPU et la CGE (Conférence des Grandes écoles) ont organisé le premier colloque consacré au développement durable dans les établissements du supérieur. Rassemblant plus de 400 participants issus d’universités françaises et étrangères, d’écoles, d’organismes de recherche, de la société civile… ce colloque qui s’est déroulé à l’UNESCO avait pour thème les « écos-campus, les formations et la responsabilité sociétale des établissements européens d’enseignement supérieur ».
La CPU et la CGE mènent, depuis plus de deux ans un travail commun assidu pour l’intégration dans les politiques des établissements d’enseignement supérieur de la dimension « développement durable ». Consulter le mag’ résumant les débats. Télécharger le Mag' Formations et responsabilité sociétale: quelles stratégies de transition pour les établissements du supérieur.
Formations et responsabilité sociétale: quelles stratégies de transition pour les établissements du supérieur
Édito

La Conférence des présidents d’université et la Conférence des grandes écoles ont organisé ensemble, pour la première fois, un colloque sur les « éco-campus, les formations et la responsabilité sociétale des établissements européens d’enseignement supérieur », les 19 et 20 janvier 2012 à l’UNESCO. Placé sous le haut patronage de l’UNESCO, cet événement a connu un réel succès : près de 400 participants, universités françaises et étrangères, grandes écoles, entreprises, collectivités, associations, y ont pris part. Face à la crise actuelle, les valeurs promues par le développement durable peuvent contribuer à rassurer les citoyens sur leur avenir, mais également offrir des solutions concrètes aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux. L’expression « développement durable » n’a rien de galvaudée: la politique internationale ne peut s’assurer un avenir plus ou moins pacifique sans intégrer des notions telles que la solidarité, l’échange et la préservation des ressources. Le sommet mondial de Rio+20 en juin 2012 sera à ce titre une étape majeure.
Au niveau européen, la stabilité financière et le développement économique sont intimement liés au bien-être des citoyens de chaque État. Beaucoup de gouvernements sous-estiment encore les possibilités offertes par la prise en compte du développement durable dans toutes les composantes de la société. Au niveau national, la France ne peut penser son avenir politique et économique sans penser « développement durable »: formation, emploi, recherche, capacité d’innovation, etc. La compétitivité des grandes écoles et des universités autonomes ne peut se concevoir sans ouverture et interaction avec leur territoire, inversement les collectivités et les entreprises ont besoin de l’enseignement supérieur pour développer des formations répondant à leurs besoins et concevoir en commun des projets de recherche innovants. C’est bien par la coopération et l’échange que nous renforcerons la place des établissements d’enseignement supérieur et leur rôle essentiel pour le développement raisonné de nos sociétés.
Ainsi, face aux enjeux du développement durable, l’enseignement supérieur et la recherche, particulièrement les universités et les écoles, ont une triple responsabilité:
• dans leur mission de formation, développer des filières conduisant aux nouveaux métiers de l’économie verte, favoriser l’acquisition d’une culture commune du développement durable quels que soient les cursus et permettre l’émergence des compétences nécessaires en réponse à la complexité des enjeux sociétaux;
• dans leur mission de recherche, étudier les mécanismes d’évolution de la biosphère, concevoir de nouveaux modèles de développement assortis des organisations et des technologies correspondantes en proposant des solutions applicables;
• dans leur position d’institution, être les laboratoires expérimentaux de la responsabilité sociétale au sein de leurs territoires.
Depuis plusieurs années, les universités et les écoles françaises ont pris conscience de leur rôle et de leur responsabilité dans cette évolution majeure de notre société, comme en témoignent les multiples expériences et démarches mises en place sur les campus, mais également l’adoption, le 17 juin 2010, d’un Plan vert des établissements d’enseignement supérieur, conformément à l’article 55 de la loi Grenelle 1, ou encore le travail commun entre la CPU et la CGE dans l’élaboration d’un référentiel « Plan vert », pour tout l’enseignement supérieur français et en cohérence avec les normes internationales (ISO 26000).
Suite au succès de ce colloque, nous devons continuer de mutualiser les bonnes pratiques, mobiliser un nombre de plus en plus grand d’universitaires et d’étudiants, étudier comment passer d’une approche « militante » à une démarche totalement intégrée dans les stratégies, la gouvernance, l’organisation et les actions conduites par les établissements d’enseignement supérieur, et, enfin, proposer des mécanismes d’évaluation des démarches adoptées, pouvant déboucher sur une labellisation au niveau national et international. Louis Vogel, président de la CPU, et Pierre Tapie, président de la CGE.
Un nouveau référentiel pour aider les établissements à prendre en compte les enjeux du développement durable

Dans son article 55 du 3 août 2009, la loi Grenelle 1 impose à tous les établissements d’enseignement supérieur de mettre en place une démarche développement durable – dans ses dimensions économique, sociétale et environnementale – sous la dénomination « Plan vert ». Simple expression au départ, le Plan vert a pris corps avec l’élaboration – par la CPU, la CGE et leurs parties prenantes – d’un référentiel destiné à la mise en oeuvre de ce plan dans une logique d’amélioration continue. Après une première version en 2010, celle de 2012 vient d’être adoptée par les deux conférences.
Le référentiel 2012 est conçu comme un outil d’autoévaluation. Il est organisé selon cinq axes, comme le référentiel 2010: un axe stratégie et gouvernance, un axe formation, un axe recherche, un axe politique sociale et ancrage territorial, et un axe environnement. Les établissements sont invités à compléter les différents champs du référentiel et à les faire remonter aux conférences en juin prochain. À titre d’exemple, concernant l’axe stratégie et gouvernance, les établissements doivent se pencher sur la façon dont ils sont parvenus à entraîner l’adhésion de leurs personnels et étudiants aux pratiques durables, sur les moyens qu’ils ont dédiés à ces politiques ou l’intégration de ces dernières à tous les niveaux de leurs activités (achats, ressources humaines, etc.). S’agissant de l’axe formation, les questions posées portent sur la manière dont les cursus traditionnels sont adaptés à ces problématiques, sur la création éventuelle d’un pôle de formations spécialisées et/ou d’une école doctorale sur les questions du DD et/ou de la RSE, etc.
En marge du colloque, une réunion s’est par ailleurs tenue avec les représentants des différents référentiels existant à travers le monde, avec à la clé la perspective d’un processus de collaboration qui pourrait être lancé officiellement lors de la conférence de Rio. L’objectif, explique Christian Brodhag, directeur de la recherche à l’École des mines de Saint-Étienne, est de faire progresser ces outils en vue d’être à terme suffisamment crédible pour influencer les classements d’établissements.
Vers une labellisation ?

La labellisation, prochaine étape vers une plus grande appropriation du développement durable par les établissements d’enseignement supérieur? C’est en tout cas le voeu de la CPU et de la CGE qui ont à ce titre créé un « comité » labellisation, chargé d’y réfléchir. L’objectif poursuivi par les promoteurs de ce label « développement durable » est notamment la mise en cohérence du référentiel français avec d’autres normes et pratiques internationales. À terme, la reconnaissance du label au niveau européen est visée. Un tel outil permettrait en outre de mesurer non seulement l’engagement des établissements, mais aussi les résultats de cet engagement. Un label offrirait enfin aux établissements une reconnaissance par les autorités ainsi que par les personnels, élèves/étudiants et leurs familles, employeurs, collectivités locales, partenaires socio-économiques...
Le comité de pilotage « labellisation » est d’ores et déjà chargé de définir les finalités du processus, de proposer l’architecture d’un dis positif à moyen terme, d’instaurer des processus, de tester sur le terrain (audits à blanc), d’identifier les conflits d’intérêts et les difficultés en tout genre, et de chiffrer les coûts directs et induits. Une gouvernance du dispositif devra également être définie, en associant la CTI, l’AERES, les ministères et les autres parties prenantes. Une mise en place effective est prévue pour la rentrée 2013.
Les différents référentiels

De nombreux outils de mesure et/ou d’évaluation des politiques de développement durable existent à travers le monde. En voici la liste – non exhaustive – des plus aboutis:
• STAUNCH, créé en 2007 par l’université de Cardiff en Grande-Bretagne;
• STARS, mis en place en 2006 par AASHE, une association nord-américaine;
• AISHE, élaboré en 2001 par DHO, fondation hollandaise pour un enseignement supérieur durable;
• GreenMetric, lancé en 2010 par l’université d’Indonésie.
Télécharger le Mag' Formations et responsabilité sociétale: quelles stratégies de transition pour les établissements du supérieur.

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpg ~ ~ V 19. a 20. januára 2012 CPU a CGE (konferencie vysokých škôl) boli organizované prvé sympózium v oblasti trvalo udržateľného rozvoja na vysokých školách. Spojením viac ako 400 účastníkov z francúzskych a zahraničných univerzít, škôl, výskumných organizácií, občianskej spoločnosti ... sympózium koná tému UNESCO bol "Scotch-kampus, vzdelávanie a sociálna zodpovednosť európskych vysokých škôl."
CPU a CGE olova, viac než dva roky spoločnú tvrdo pracuje na začlenenie inštitúcií vyššieho vzdelávania rozmer "udržateľného rozvoja". Poraďte mag "zhrnul diskusiu. Stiahnite Mag Školenia a sociálna zodpovednosť: čo transformačných stratégií pre inštitúcie vyššieho
. Viac...