http://www.informetiers.info/upload_actu/images/1328266973.jpgContrairement aux idées reçues, les jeunes diplômés croient fermement en leur avenir en France. Neuilly-sur-Seine, le 2 février 2012 – A moins de cent jours d’échéances électorales majeures, le 1er baromètre Deloitte Humeur des jeunes diplômés, administré par l’IFOP, donne la parole aux jeunes BAC et post BAC, en poste en entreprise et ceux en recherche d’un emploi, pour décrypter leur ressenti face au marché du travail et au chômage. Principaux résultats:
* Bien que réalistes, les jeunes se disent plutôt confiants en leur avenir en France: si 73% des jeunes en recherche d’emploi n’espèrent pas d’amélioration de leur situation à l’issue de l’élection présidentielle de 2012, 87% croient malgré tout en leur avenir professionnel en France.
* « Autonomie », « confiance » et « respect », trois valeurs qui animent les jeunes et démontrent que tout n’est pas perdu: 82% des jeunes en emploi estiment que le management de leur entreprise les respecte, et leur donne de l’autonomie pour 86% d’entre eux.
* Dans un contexte économique dégradé, l’entreprise a toujours la cote auprès des jeunes qui la perçoivent à 84% comme un lieu d’épanouissement personnel.  Même si le diplôme n’est plus un sésame garanti pour l’intégrer aux yeux de 44% des jeunes en recherche d’emploi.
* Conséquence, les jeunes diplômés BAC et post BAC aujourd’hui sur le marché du travail affirment ne devoir plus compter que sur eux-mêmes pour s’en sortir et progresser: seuls 38% jugent efficace l’action des organismes institutionnels d’aide d’accès à l’emploi, ils misent avant tout sur leur propre initiative qu’ils estiment efficiente pour  79% d’entre eux.
L’entreprise: un lieu où l’on s’épanouit!

Halte aux idées reçues sur les jeunes hostiles au monde de l’entreprise. 84% des jeunes diplômés interrogés considèrent en effet l’entreprise comme un lieu d’épanouissement personnel, signe que la conduite du changement  engagée depuis plusieurs années porte ses fruits. Et preuve que l’entreprise est un endroit où il fait bon vivre: 62% des jeunes en poste souhaitent continuer de travailler pour leur employeur actuel. Parmi eux, 70% envisagent de façon positive leur avenir professionnel sur les 6 prochains mois. La crise n’a donc pas autant de prise sur le moral des jeunes diplômés qu’on aurait pu le croire. En outre, si les jeunes diplômés affichent une certaine défiance vis-à-vis des employeurs, 58% d’entre eux estimant qu’il faut se méfier de ces derniers, ils témoignent malgré tout d’une vraie confiance dans le management.
Le management de qualité plébiscité

La santé d’une entreprise reposant souvent sur la qualité de son management, il y a de quoi être plutôt serein: le baromètre révèle qu’aux yeux de 86% des jeunes diplômés en poste, le management de leur entreprise leur donne de l’autonomie. 84% estiment que celui-ci leur fait confiance et 82% jugent qu’il les respecte en tant qu’individu. Appelés à prendre demain des responsabilités croissantes dans l’organigramme de leur société, les jeunes interrogés saluent par ailleurs à 69% la qualité d’un management qui les fait progresser. Les dirigeants souvent décriés recueillent une image plutôt positive auprès des jeunes en emploi qui considèrent à 72% que les patrons apportent une dynamique utile à l’entreprise.
Des jeunes réalistes face au marché de l’emploi

Si les jeunes en emploi expriment un certain enthousiasme, ceux frappant actuellement à la porte des employeurs se montrent plus mesurés, et même sévères concernant les méthodes de recrutement des entreprises. 76% d’entre eux estiment en effet que les processus de recrutement actuels sont déstabilisants et 77% jugent qu’ils prennent trop en compte le CV et pas assez la personnalité des candidats. Seul 1 jeune sur 2 espère signer un contrat de travail dans les 6 prochains mois. Et s’ils sont moins de 38% à juger efficace l’action des organismes publics d’aide d’accès à l’emploi, ils ne sont pas fatalistes pour autant, préférant miser sur leurs propres forces qu’ils estiment efficaces à 79% et celles de leur réseau personnel à 77%.
Réalistes mais pas résignés quant à leur avenir

Véritable cheval de bataille des candidats à la présidentielle, l’avenir de l’emploi des jeunes est une question sur laquelle les premiers intéressés ont un avis bien tranché. 73% des jeunes en recherche d’emploi n’espèrent pas d’amélioration de leur situation à l’issue de l’élection présidentielle de 2012. Malgré tout, 87 % croient en leur chance de décrocher une opportunité de travail dans l’Hexagone, seuls 13% estimant que leur avenir professionnel se joue à l’étranger.
« Malgré la crise, les jeunes diplômés affichent motivation et optimisme. Cette humeur positive révèle leur adhésion aux projets du monde de l’entreprise et démontre leur espoir d’épanouissement. Ils sont en faveur d’un dialogue constant et transparent, échange essentiel pour l’avenir des entreprises dont les jeunes collaborateurs seront les managers de demain », confie Jean-Marc Mickeler, Associé, Responsable de la Marque Employeur chez Deloitte.
Méthodologie

Enquête réalisée en ligne du 4 au 13 janvier 2012 sur un échantillon de 1001 personnes, représentatif des jeunes ayant achevé leurs études, titulaires d’un diplôme de niveau BAC à BAC +5 depuis moins de 3 ans et en poste ou en recherche d’emploi dans le secteur privé.
http://www.informetiers.info/upload_actu/images/1328266973.jpg Contrary to popular belief, young graduates strongly believe in their future in France. Neuilly-sur-Seine, February 2, 2012 - With less than one hundred days of major elections, the first barometer Deloitte Mood graduates, administered by the FIFG, shall call upon young and post LAC LAC, stationed in business and those seeking work, to decrypt their feelings face to the labor market and unemployment. More...