30 janvier 2012

Selecting the Right Chinese Students

http://chronicle.com/img/subscribe_11_2011.jpgBy Jiang Xueqin. You may have seen him on campus. He's a Chinese student who aced his SAT's, but once enrolled as a freshman he sits quietly by himself either in the library cubicle or at the back of the class. He has only Chinese friends, and thinks sports and parties are beneath him. Day by day, he misses China, and is uninterested in America. And year by year he multiplies on American campuses.
He's in America because he wants a college degree, and because his American college wants his money. But in this marriage of convenience, both parties suffer.

Much of the problem lies in how American admissions officers use hard numbers (standardized test scores) to evaluate Chinese students, and discount soft skills. The hard numbers may determine if a Chinese will excel as a student, but it's the soft skills that will determine if he or she thrives as a member of your campus community.
I have been working in and studying Chinese education since 1999 when I graduated from Yale, and for the past three years I have been working as a curriculum director in two prestigious public high schools in China preparing Chinese students for study in America. Even though our students are some of the brightest in the country, they have struggled to adapt to the Western classroom as much as their peers from less elite schools. Initially, I thought the American college-admissions process could evaluate the Chinese students best suited for study in America, but I've slowly become disillusioned with how American admissions officers select students based almost exclusively on hard numbers. This practice, I believe, benefits mainly the rote learners who thrive in China's schools, and hurts the thoughtful students who have the potential to be transformed by a rigorous American liberal-arts education and who, in turn, may transform the lives of their fellow students and professors.
To be fair, American college recruiters in China feel overwhelmed by the proliferation of cheating, lying, and fraud: Study abroad is big business in China, and young Ivy League graduates write essays for Chinese applicants while many a Chinese public school fakes transcripts and recommendation letters. Amid such chaos, it's understandable why American colleges fall back on standardized tests. But these tests tell only half the story. To really judge a Chinese student's potential to thrive on campus, American colleges and universities could add depth to the admissions process by including an oral interview, one designed to challenge Chinese students with focused questions that test their empathy, imagination, and resilience. Those American colleges that choose to do so will discover that their new Chinese recruits, even though their test scores may suggest limited English, will quickly adapt to a culture of critical thinking and intellectual inquiry in a way they failed to adapt to the Chinese education system of obedience and conformity.
To better understand how this oral interview would work in the admissions process, let's look at David and Michael, two Chinese applicants who are composites of students I've taught and who are now studying in America. David has an average GPA, a B, scored about 2000 out of 2400 on his SAT Reasoning Test, and was editor of his school's newspaper for two years. Michael has the highest GPA in his ultracompetitive high school, scored around 2300 on the SAT, got a 5 on the English Advanced Placement examination, and started his own business.
Michael is a student many American campuses would love to have, and he's set on the Ivy League (Duke is his safety school). But ultimately it doesn't matter where he goes, because he'll take courses that will ensure him a 4.0 GPA and get into a good business school. He'll be shocked that not everyone shares his passion for grades, and he'll attribute that to American shallowness. He'll drop history class because he got an A- on his first paper, and after a month on campus he'll shelter himself in his small circle of Chinese friends. After four years, he'll leave the campus very much the way he arrived.
Unlike Michael, David won't be a straight-A student. He plans to be an architect because he loves drawing, but he'll also try history and literature classes. He'll struggle to keep pace in seminar discussions, but he'll replay class discussions in his head, and one or two comments may linger with him for days. And one day he'll surprise his classmates and professors with a comment that will linger with them for days. Over the dinner-table he'll pepper his classmates with questions, and he won't graduate from college with his life all planned out like Michael. What he will graduate with is a lot of questions about himself and life, and his four years on campus he'll remember forever as a time of his intellectual blossoming.
If Michael happens to be the ideal, then American colleges and universities are in luck because Michaels abound in China. But David is much less common because the three traits he possesses empathy, imagination, and resilience are strangled at a young age in China.
That's why the toughest question you can ask a Chinese student is also the easiest you can ask an American: "What do you think?" Many Chinese students don't know what they think because their parents and teachers just order them about. Their education alienates them from one another, from the world in which they live, and ultimately from themselves. Unable to construct a self-narrative, they may live comfortably in their bubble but have problems overcoming new challenges. In short, a Chinese education does not prepare most students to study abroad.
And it's easy to figure this out in a 30-minute interview, which must become a mandatory part of the application process if American colleges and universities are to recruit Chinese students who will thrive on campus.
Here's how to conduct the interview. First, it ought to be focused, detailed, and deliberate. Here are some examples of good interview questions that look for empathy, imagination, and resilience:
* Pick a novel or a movie, and discuss the characters. Which character did you identify with? Why? Which part of the book or movie made you sad? Made you angry? Why? What experiences have you had that remind you of events in the book or movie?
* Pick a memorable experience, and explain why it was so memorable. Tell the story. Explain your feelings during the experience. Why did you have these feelings? Do you know anyone either real or fictional who has had a similar experience? Did they behave the same as you did? Do you think their feelings were the same as yours?
* When was the last time you were angry or sad? What made you angry or sad? How did you get over your anger or sadness? What do you think will happen the next time you encounter the same situation?
Persist in asking "why?" Look for sincerity, for logic, and for clarity of thought.
In English class, my Chinese students and I read English novels together, and I use these lines of questioning in class. What's frustrating is that while I'm trying to get them to look into themselves, they're always trying to "read" me for the "right" answer. I persist because teaching these students to relate themselves to the text is crucial in the reconstruction of their lost selves, as well as a fundamental skill they'll need to thrive on the American campus.
As you may suspect, David is far more comfortable in my class than Michael.
In a 30-minute interview, David would talk about his experience editing the school's newspaper, how he was the last one out of the newsroom to make sure the papers got printed, how he had to prod his reporters to take on assignments, and how he had to think of ways to build team spirit among a group of high-achieving individuals.
Michael might talk fast and fluently about his business venture, but he wouldn't be clear and direct. Ask him which college he'd like to attend, and he couldn't give you a straight answer either. It'd be an uncomfortable interview because what he wants to say he can't: that he started his business to pad his résumé but that his real passions are increasing his GPA and SAT score; that he hasn't really thought about which college he'd like to attend because he plans to attend the most highly-ranked; that he's the one talking but it's really his parents who are pulling the strings.
An interview may not capture everything you want to know about these students. But it would be a start in the right direction, and that's exactly what American recruiting efforts in China need right now.
Jiang Xueqin is deputy principal of Peking University High School, and director of its international division.

Posté par pcassuto à 22:43 - - Permalien [#]


'Gainful' Comes to the Nonprofits

http://www.insidehighered.com/sites/all/themes/ihecustom/logo.jpgBy Libby A. Nelson. Obama higher education plan signals policy
After the applause faded from President Obama’s State of the Union address, a question lingered: Obama told colleges they were "on notice," but what does “on notice” mean, anyway?
Friday provided a few answers.
In a speech at the University of Michigan, the president laid out a plan for higher education that could be a key plank of his re-election campaign this year. Obama proposed using campus-based financial aid programs to reward colleges that keep net price low and punish those that  do not. Two new competitions, modeled on the administration’s “Race to the Top” program for elementary and secondary education, would reward states that invest in higher education and colleges and nonprofit groups that improve productivity. A host of new disclosure forms would give students more information on price and financial aid.
On one level, the plan is  an election year crowd-pleaser, an appeal to middle-class voters who feel college for their children is increasingly out of reach. But it also signals a shift in the administration’s higher education policy, which until now has focused on reining in for-profit colleges and increasing financial aid for low-income students.
The plan calls for linking federal aid not only to net price increases but to whether colleges provide “good value” to students -- a “quality education and training that prepares graduates to obtain employment and repay their loans,” the White House wrote.
If that sounds familiar, it’s for good reason. A similar philosophy guided the Education Department’s controversial and much-protested "gainful employment" rule, which judges the value of for-profit colleges and vocational programs based on on whether they prepare their students for “gainful employment” by looking at student loan repayment rates.
The real message in “on notice”: Increased scrutiny and regulation aren’t just for for-profit colleges anymore.
“They’re sending a strong signal about where the second Obama administration, if we have one, is likely to go,” said Kevin Carey, policy director at Education Sector, a think tank. “They’re not going to just keep putting millions of dollars into the Pell Grant Program and letting the chips fall where they may.”
The president’s higher education plan appears poised to become a major feature of his re-election campaign, alongside support for manufacturing, clean energy and other ideas intended to help shore up the troubled economy.
The plan’s central feature is a change to the campus-based Perkins Loan Program, which provides funds to institutions to lend to their students. The White House has proposed expanding the program to $10 billion per year and revamping the formula for distributing both Perkins loans and Supplemental Educational Opportunity Grants. Money would be directed to colleges that do well on three criteria: setting a “responsible tuition policy,” providing “good value” to students, and enrolling and graduating relatively large numbers of low-income students. Colleges that do not meet those standards could see their funding for campus-based programs cut.
The plan also would create a $1 billion “Race to the Top” competition for college affordability and completion. The money would serve as an incentive for states to maintain funding on higher education, the administration said. A second competition, called “First in the World,” would provide up to $55 million for colleges or nonprofit organizations to improve productivity.
“If you can find new ways to bring down the cost of college and make it easier for more students to graduate, we’ll help you do it,” Obama said, referring to the states, in his speech at Michigan.
Many higher education experts and college groups were skeptical of Obama’s plan when it was first proposed, in broad strokes, during the State of the Union address Tuesday night. Reactions from the major higher education associations after his speech Friday were tempered. Most praised the president for his proposals to expand work-study programs and Perkins loans: “If approved by Congress, it would provide an enormous amount of money to help students and families,” Molly Corbett Broad, president of the American Council on Education, said in a statement. “Colleges and universities stand ready to do everything they can to help enhance student access and completion.”
But they also pushed back strongly on additional federal involvement, especially in measuring the value of a college education or trying to force universities to keep prices low: “Colleges, states, and the federal government must work together in a climate of mutual trust and collaboration,” David Warren, president of the National Association of Independent Colleges and Universities, said in a statement. “The answer is not going to come from more federal controls on colleges or states, or by telling families to judge the value of an education by the amount young graduates earn in the first few years after they graduate.”
(Responses from individual college presidents were less measured. Michael Young, president of the University of Washington, called Obama’s plan “nonsense on stilts” and “political theater of the worst sort,” according to the Associated Press.)
All noted that important questions remained. For public universities, state support is key: so far, it’s unclear how the Race to the Top competition would function, and whether it would be enough of a reward to spur states into increasing support. Tuition increases at public colleges and universities have been driven largely by declining state support, which Obama noted in his speech Friday and many higher education leaders reiterated.
“I think it’ll be very hard to sustain holding tuition to inflation if the states can’t keep their side of the bargain,” M. Peter McPherson, president of the Association of Public and Land-Grant Universities, said in an interview. “Affordability for publics is fundamentally a question of state appropriations.”
The Race to the Top for elementary and secondary education required states to make policy changes before they could even be eligible to enter the competition. But whether the competition for higher education will work that way, and what changes might be required, is unclear, said Andrew Kelly, a research fellow in education policy studies at the American Enterprise Institute.
“It sounds like what they’re getting at is a maintenance of effort,” Kelly said, referring to requirements to keep funding above certain levels to remain eligible for federal funds. But maintenance of effort requirements, including some related to higher education, have foundered in the past because the amount of federal funding at risk pales in comparison to state budget shortfalls. “What would the prerequisites even look like?” Kelly said. “I don’t think anybody knows.”
Education Department officials said more details will be released with the budget request for fiscal year 2013, which will provide information on how the administration plans to pay for the expanded Perkins loans, the two competitions and other factors of the plan. Obama has called on Congress to act on other parts of his higher education agenda immediately, including stopping the interest rate on subsidized student loans from doubling in July. The Democratic-led Congress cut the interest rate in half in 2007, with the knowledge that it would reset to the higher 6.8 percent rate without action (and available funds) to stop it, as Republican critics of Obama's new plan have been quick to note.
Still, given the Congressional deadlock, it’s unclear whether any part of the plan will face a vote in the near future. And some provisions, especially the proposal to measure the “value” of degree programs, might require additional legislation, Kelly said. The regulation of for-profit colleges hinged on a brief phrase in the Higher Education Act: for-profit colleges, and programs not in the liberal arts, must prepare students for “gainful employment in a recognized occupation.” There is no such basis for regulating traditional degree programs.
In a way, using similar criteria makes sense, Carey said: after all, even students studying art history or philosophy are attending college because they hope to get a job. “The president has kind of taken on the lenders and the for-profits and won significant victories, and he’s now turning his attention to the traditional sector,” Carey said. “They’ve been treating the symptoms of rising college prices, but they haven’t really tackled it as a problem.”
But some critics said that shift in focus takes away from what was seen as the administration’s primary goal: enrolling and graduating more low-income students. Further expansions to the Pell Grant Program would do more to make college accessible, said Sara Goldrick-Rab, an associate professor of higher education policy at the University of Wisconsin at Madison.
“I don’t have high hopes for [the new plan] being very effective in helping him achieve what I thought his goal was, which is getting more students from low-income families to be college graduates,” Goldrick-Rab said, describing the plan as “a little all over the place.”
“This is going to cause problems for the institutions that have the least resources to begin with.”
Goldrick-Rab said she saw the plan largely as an election-year attempt to appeal to the middle class. But given the unlikelihood of major change this year -- and the fact that a second Obama term would also include the 2013 scheduled reauthorization of the Higher Education Act, an anticipated vehicle for many of the new policy proposals -- its ramifications are likely to linger long beyond 2012.
“This is setting a new agenda, and I think it’s easy to underestimate that this is an important shift in the dialogue,” Kelly said. The new conversation is about using incentives to force colleges to change, rather than just funding grants for low-income students, he said. “That’s a fundamentally different agenda than we’ve had in the past, even within this administration.”
Open Letter to the President
Robert Sternberg offers 10 suggestions to the Obama administration as it pursues higher education reform -- including patience and respecting institutional differences.

Posté par pcassuto à 22:30 - - Permalien [#]

Exclusion from European higher education area must continue

http://www.universityworldnews.com/layout/uwn/images/logo-footer.gifBy Jan Petter Myklebust. Belarus’ bid to join the European Higher Education Area should be turned down, according to the high-level group following up the Bologna process. The country is not living up to the principles and values of the Bologna process, which created the EHEA, and its inclusion therefore cannot be recommended, the Bologna Follow Up Group (BFUG) has decided.
Belarus remains the only country of the 48 in greater Europe outside the EHEA. It applied for official membership in November last year, but the BFUG meeting in Copenhagen on 18-19 January, chaired by Denmark and Azerbaijan, decided against any recommendation that ministers of the 47 countries accept Belarus at the present time.
According to the group, the country does not follow the Bologna process principles and values of academic freedom, institutional autonomy and student democracy. Supporting the recommendation Morten Østergaard, Denmark’s minister for science, innovation and higher education, said: “It is our wish that Belarus should be included [in the Bologna process], but only when academic freedom is secured, and the country has made university reforms and secured the basic rights of students.”
In the meantime, there were other ways to support students, the academic environment and Belarusian society.
“Denmark is and will continue to be an active supporter of the Open Europe Scholarship Scheme, giving students from Belarus grants to European universities,” he said.
The European Students Union (ESU) welcomed decision on the grounds that Belarus should make reforms before being admitted.
“We agree with these conclusions, as we have repeatedly spoken out against EHEA membership of Belarus and have asked for reform first,” said Allan Päll, ESU chair.
“We absolutely support that Belarusian repressed civil society must have every opportunity to build contacts in Europe. While we are doing our part by establishing contacts ourselves, we think that to let Belarus join the Bologna process would only be used for government propaganda, while doing little to improve fundamental issues for students and academics such as freedom of research and study.”
The ministers of the 47 member countries are expected to follow the advice of the BFUG when they meet in Bucharest in April. The group said Belarus must adopt all principles and values of the Bologna process, such as academic freedom, institutional autonomy and student participation in higher education governance before being admitted.
Päll said: “If Belarus wants to show its willingness to join the Bologna Process, it must allow students who have escaped the country and have been forced to study elsewhere in Europe to return to study free of any fear of repression while their academic freedom and right to association is guaranteed. That would be a great start.”
Last month in Belarus Digest, a Washington DC-based newsletter published by a group of independent international analysts, Yauheni Preiherman argued that Belarus needed a comprehensive transformation of its education system to become a generic part of the European education region. He suggested that the country’s accession to the Bologna process should take place in three stages and be based on the ‘road map for reforms’ suggested by the Belarusian Independent Bologna Committee.
The first would involve de-politicising and eliminating state control over higher education, and reintroducing transparent and fair elections of university rectors. The second would provide a legal framework for reform. The third would include technical improvements such as the completion of degree and qualification reform, the completion of quality assurance reform, and the establishment of a national system for supporting mobility.  This month the Belarus Digest reported an increasing braindrain to Russia of young Belarusians – often students – because the European Union is closed to them.
It said the European Union should become more open and offer more education and work experience opportunities for Belarusian youth if it wanted to see a democratic and pro-European Belarus in the future and to balance Russia's influence.
Volha Charnysh, executive editor of the Digest and a PhD student in government at Harvard, told University World News: “By refusing Belarus admission to the Bologna process, Europe is giving up a potential channel of influence in the already closed and isolated country.
“It is true that there is no academic freedom in Belarus, but the country is not that different from several other Bologna members in the post-Soviet space. However, the decision to exclude the country from the Bologna process will hurt Belarusian youth rather than the regime.”
She said the decision would decrease the likelihood of European values ever reaching Belarusian students by preventing deeper cooperation with European universities.
“Criticising Belarus but not declining its membership would have been a much more efficient strategy, not only for influencing education policy in the country but also for reaching future generations of Belarus leaders.”
The heart of the matter, as reported by University World News in December, is the continuous breach of human rights by the Belarusian government of Alexander Lukashenko, notably towards university students. On 19 December 2011 Catherine Ashton, high representative of the European Union, and US Secretary of State Hillary Clinton issued a joint statement on the human rights situation in Belarus, in which they referred to the “brutal crackdown by the Belarus government on civil society, political opposition and independent media”.
They expressed grave concern over “new laws that will further restrict citizens' fundamental freedoms of assembly, association and expression and that target support to civil society”.

Posté par pcassuto à 22:23 - - Permalien [#]
Tags :

Apprentis: Le quota relevé de 4 à 5% dans les entreprises de plus de 250 salariés

Les EchosPar Derek Perrotte. Lors du sommet social, Nicolas Sarkozy avait exigé une accélération des entrées en contrat d'apprentissage, soulignant « la nécessité absolue de faire rentrer les jeunes en entreprise » et déplorant qu' « une entreprise sur deux de plus de 250 salariés a encore moins de 1% de jeunes en apprentissage » (1,7% en moyenne). « Certaines préfèrent payer des pénalités que faire des efforts », commente le ministère du Travail. En conséquence, le chef de l'Etat a annoncé hier soir un relèvement du taux d'apprentis exigé dans les entreprises de plus de 250 salariés pour la période 2012-2015. Il passera de 4% à 5%. Un net durcissement de la surtaxe d'apprentissage appliquée aux entreprises n'atteignant pas ce seuil est également prévu: en cas de non respect, les sanctions financières seront doublées. En 2011, les entrées en alternance ont progressé de 7,3% pour atteindre 467000 (+ 31600).
Nicolas Sarkozy a fixé l'objectif de 800.000 apprentis en 2015 et de 1 million à terme.

Les EchosDerek Perrotte. Na sociálne vrcholnej schôdzke, Nicolas Sarkozy žiadal urýchlenie vstupu do učenia, zdôrazňujú "absolútna nutnosť, aby mladých ľudí v podnikaní", a ľutuje, že "spoločnosť dva viac ako 250 zamestnancov ešte menej ako 1% mladých ľudí vo vzdelávaní "(1,7% v priemere)." Niektorí radšej zaplatia pokutu, že snažiť, "hovorí ministerstvo práce. V súlade s hlavou štátu včera oznámila zvýšenie miery učňov potrebné vo firmách s viac ako 250 zamestnancov v období 2012-2015. Viac...

Posté par pcassuto à 22:15 - - Permalien [#]

Autonomie des universités: une réforme « encore inachevée »

Les EchosPar Isabelle Ficek. Le rapport 2011 du comité de suivi de la loi LRU avance douze recommandations pour poursuivre la mise en oeuvre de cette réforme phare du quinquennat. Elles touchent aux questions brûlantes de la gouvernance, de l'évaluation, des moyens et du rôle de l'Etat.

C'est un rapport qui tombe à pic dans le débat sur l'autonomie des universités. Quand, à droite, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) est désignée comme l'une des plus grandes réussites du quinquennat, et que, à gauche, François Hollande veut la modifier par une « loi-cadre » afin de donner « une réelle autonomie ». Quand, depuis plusieurs mois, la polémique monte sur la réalité de l'autonomie des établissements face, entre autres, au coup de frein sur les budgets.
Le comité de suivi de la LRU rend public aujourd'hui son rapport annuel 2011, que « Les Echos » se sont procuré. Il devrait être lu avec attention. Il souligne tout d'abord la «  dynamique » engagée et des « acquis » : « les efforts de structuration des établissements et des sites, de rationalisation de la gestion, d'amélioration de la politique des recrutements ». Il relève aussi que les aspects législatifs ont été « menés à bien » : toutes les universités sauf trois sont autonomes depuis le 1er janvier 2012...
Les EchosBy Isabelle Ficek. The 2011 report of the Monitoring Committee of the LRU twelve recommendations to further advance the implementation of this reform flagship of the quinquennium. They affect the burning issues of governance, assessment, resources and the role of the state.
This is a report which is timely in the debate on university autonomy.
When right, the Law on Rights and Responsibilities of Universities (LRU) is designated as one of the greatest achievements of five years, and left, Francois Hollande wants to modify a "framework law" to provide "real autonomy". When, for several months, the controversy goes on the reality of institutional autonomy face, among others, the brake application on budgets. More...

Posté par pcassuto à 21:24 - - Permalien [#]
Tags :


AERES: la FC dans les Universités de Montpellier 1, 2 et 3

http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.pngMontpellier 1. Ce rapport est de novembre 2011. Dans la partie Stratégie en matière de formation, il y a une partie III, spécifique Formation Continue:
III – Formation continue

Cette mission est assurée par un service commun de l’université (DIDERIS) qui s’appuie sur les composantes sauf pour la médecine. Les composantes assurent la responsabilité de la conception et de l’organisation de l’offre pédagogique. Le service de formation continue vient en appui pour partie ou pour l’intégralité de l’organisation matérielle, depuis la recherche de financement jusqu’au suivi des stagiaires ou aux bilans des formations. Cette activité concerne principalement les formations diplômantes professionnalisantes, mais tend à s’ouvrir vers des formations non diplômantes pour le monde professionnel. Seule la fonction de validation des acquis de l’expérience bénéficie d’un demi-équivalent temps plein sur le budget de l’université. Les 17 autres équivalents temps plein sont des emplois CDD autofinancés par les actions de la formation continue. Pour la validation des acquis de l’expérience, le dossier est commun aux trois universités. Pour les candidats, il y a un guichet unique, des réunions d’information collectives, un entretien individuel et un avis sur le projet par un des responsables de la formation pédagogique envisagée avant constitution du dossier qui est soumis à un jury. La médecine possède son propre service de formation continue: celui-ci est agréé pour les trois domaines de la formation médicale: libéral, salarié et hospitalier.
I – Pilotage de l’offre de formation

Le pilotage s’appuie sur le service central de la DEVE, qui abrite ou interagit avec plusieurs services communs ou généraux: la direction des systèmes d’information (DSI), la formation continue et apprentissage (DIDERIS), le service commun de la documentation (SCD), le service commun universitaire d’information et d’orientation - insertion professionnelle (SCUIO-IP).
II – Relations avec les collectivités territoriales et les milieux socio-économiques

L’agglomération de Montpellier mène une politique de valorisation de la recherche avec des incubateurs et des pépinières d’entreprises à laquelle elle associe l’université. Celle-ci est également associée à la définition des priorités du contrat de plan État-Région. De plus, l’UM1 est aidée pour ses investissements immobiliers relatifs à la réhabilitation du Jardin des Plantes et au financement de la formation continue.
3 - Stratégie en matière de formation

La formation continue universitaire est bien développée, mais le CHU lui-même y est statutairement peu impliqué.
Télécharger le Rapport d'évaluation de l'Université de Montpellier 1.

http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.pngMontpellier 2. Ce rapport est de novembre 2011. Dans la partie Stratégie en matière de formation, il y a une partie VI, spécifique Formation Continue:
VI – La stratégie en matière de formation continue

Pendant plus de dix ans, la formation continue (FC) à l’UM2 a fonctionné comme une boîte noire, à l’intérieur d’un service appelé centre régional universitaire de formation permanente (CREUFOP) Le conseil d’orientation ne se réunissait pas. Aucune trace de règles ou de procédures, notamment en matière de tarifs et de reversements ne semble exister. Le déséquilibre entre le poids des effectifs (donc de la masse salariale) par rapport au volume d’action était important, en raison notamment du fait que la FC a eu recours en majorité à des CDI pour fonctionner.
Le nombre déclaré de stagiaires en FC, 650 stagiaires par an (dont 250 sur financement du conseil régional (CR) qui donne une subvention d’un montant prévisionnel de 750 k€ pour l’accueil des stagiaires de la FC, hors validation des acquis de l’expérience - VAE), apparaît extrêmement faible au regard de la taille de l’université et des moyens du CREUFOP. Une des rares indications disponibles indique une moyenne de 489 stagiaires par an de 2005 à 2008. Une restructuration du service, rattaché à DE, est en cours depuis octobre 2009, mais la situation actuelle ne semble toujours pas satisfaisante et l’héritage continue à peser sur le service et sa crédibilité. Il comprend actuellement 19 personnes (dont deux fonctionnaires).
Les efforts développés par le nouveau directeur ne semblent pas donner la priorité à l’assainissement de la situation au niveau de la gouvernance. Il est regrettable que depuis son arrivée, le CA n’ait toujours pas été réuni et qu’un budget n’ait pas été élaboré. Il semble que les outils soient mis en place avant qu’aient été réunies les conditions nécessaires au fonctionnement du service et définis clairement les objectifs.
Parmi les principales faiblesses identifiées, les plus alarmantes sont l’absence: d’objectifs globaux clairs, de statistiques (pas de données sur les candidats et les stagiaires), de procédures communes, de recensement et de mutualisation des compétences et des informations, d’étude de marché, de données sur le coût des formations, de politique de tarification. Le dispositif de VAE dépendant du CREUFOP présente les mêmes lacunes que celles relevées pour la FC. Concernant le manque de règles et de procédures, il faut noter l’absence de charte du processus de validation et l’absence d’informations sur la composition des jurys.
Bien que les composantes se soient déclarées mécontentes de la situation de la FC, il n’a pas été fait mention de discussions en cours entre le CREUFOP et ces dernières pour lever les désaccords et résoudre les blocages. La FC dispose d’atouts: des moyens humains importants au sein du CREUFOP; le large panel des compétences de l’UM2 dans lesquelles la FC peut puiser pour offrir des formations; le soutien du CR. Le CFA ayant fonctionné indépendamment du CREUFOP, l’apprentissage n’a pas hérité du même passif que la FC. Il est bien structuré et fonctionne aujourd’hui en collaboration avec le CREUFOP rénové.
Conclusion et recommandations

Cependant, le pilotage de l’offre de formation par le CEVU reste faible, compte tenu de la place très forte des composantes dérogatoires. Cette absence de pilotage est particulièrement marquée et dommageable pour l’épanouissement de la formation continue, au niveau central.
II – Points faibles

* Défaillance du service central de la formation continue et méconnaissance des activités des composantes en la matière.
Télécharger le Rapport d'évaluation de l'Université de Montpellier 2.

http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.pngMontpellier 3. Ce rapport est de novembre 2011. Il n'y a pas de partie consacrée à la formation continue. Voici les passages où elle figure:
III – Une solide, ancienne et originale prise en compte de la dimension professionnelle dans une université “littéraire”

L’apprentissage constitue une réelle originalité de l’UPV qui a augmenté le nombre de ses apprentis par des diplômes plus nombreux depuis 2008 (une formation ouverte par an), soutenue par la Région qui souhaiterait ouvrir un CFA unique pour toutes les universités de Montpellier.
Concernant la formation continue (FC), l’UPV veut augmenter le nombre de stagiaires en renforçant ses liens avec les milieux socio-économiques. Si l’ensemble des formations est ouvert à la FC, les étudiants se dirigent logiquement vers les professionnalisantes: 1330 stagiaires soit 325 159 heures stagiaires et un chiffre d’affaires de 1 164 217 euros en 2008.
La validation des acquis VAP et VAE est pilotée par un IGE depuis la rentrée 2009. Les résultats sont encore limités mais devraient progresser. La procédure de VAE est élaborée en commun avec les universités de la région Languedoc-Roussillon. Il existe une convention inter-universitaire pluri-annuelle avec la Région qui a permis aux demandeurs d’emploi pris en charge dans ce cadre de doubler en deux ans (2008-9). Dans le même domaine, l’UPV est très fière d’un partenariat avec la DRAC, courant ailleurs en France dans ce type d’université littéraire.
3 - Les relations avec le monde professionnel

L’opinion prévaut toutefois que les UFR ne font pas assez d’efforts pour adapter leur offre de formation à la formation continue, notamment dans le domaine des langues et dans celui de la philosophie pour la formation des cadres.
Télécharger le Rapport d'évaluation de l'Université de Montpellier 3.

http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.png Montpellier 1. Denne beretning fra november 2011. I den strategi for uddannelse, er der en del III, særlig uddannelse:
III - Videreuddannelse

Denne mission er et fælles service, der ydes af universitetet (Dider) baseret på de komponenter, med undtagelse af medicin.
Komponenter sikre ansvaret for udformning og tilrettelæggelse af udbuddet undervisning.  Efteruddannelse ligger i en del af eller hele den praktiske tilrettelæggelse, lige fra fundraising til sporing af praktikanter eller balance træning. Mere...

Posté par pcassuto à 18:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

AERES: la FC à l’Université de Nîmes

http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.pngCe rapport est de novembre 2011. Dans la partie Stratégie en matière de formation, il y a une partie VIII, spécifique Formation Continue:
VIII – Une offre de formation continue (FC) à construire

La FC est très peu développée dans la mesure où cette dernière était gérée jusqu’en 2008-2009 par l’université de Montpellier II. Cette ligne budgétaire fait donc apparaître des déficits qui devraient être comblés par le reversement, de la part de l’université de Montpellier 2, des sommes générées par les activités de FC de l’UNÎMES des années passées et l’augmentation de l’offre de FC.
Le bilan de l’activité du service “Université de Nîmes formation permanente”, après un an d’exercice, ne comptabilise que 45 stagiaires en 2009-2010 dans les formations initiales et 31 inscrits dans les diplômes d’université.
Le chargé de mission est conscient de l’aspect prioritaire du développement de cet axe. Il est indispensable pour une université à vocation professionnelle de développer la FC en déployant tous ses aspects (validation des acquis de l’expérience, alternance, apprentissage) et en privilégiant la coordination des offres dans le contexte régional.
II – La plus petite des universités

En 2013, un nouveau site d’enseignement, le site d’Hoche devrait accueillir les formations professionnelles et la formation continue.
Télécharger le Rapport d'évaluation de l'Université de Nîmes.
http://www.aeres-evaluation.fr/extension/aeres_ext/design/aeres/images/css/logo.pngTáto správa je november 2011. V stratégii pre tréning, tam je časť VIII, špecifické ďalšie vzdelávanie:
VIII - rozsah ďalšieho vzdelávania (CE) stavať

FC je veľmi zaostalé v tom, že to bolo prejsť 2008-2009 na univerzite v Montpellier II.
Táto rozpočtová položka teda vyplýva, že deficit by mal byť vyplnený prevodom z University of Montpellier 2, sú generované činností CE rokov UNIMA minulosti a zvýšenie ponuky CF. Viac...

Posté par pcassuto à 17:49 - - Permalien [#]
Tags : ,

Colloque AERES 2012

http://www.aeres-evaluation.fr/var/aeres/storage/images/zooms/colloque-aeres-2012/268370-1-fre-FR/Colloque-AERES-2012_medium.pngL’AERES vous donne rendez-vous les 14 et 15 mars 2012, au Palais des Congrès de Paris, dans le cadre des Rencontres Universités Entreprises (RUE 2012).
Depuis sa création en 2007, l’AERES accompagne, au travers des évaluations qu’elle conduit, l’évolution de la mission de formation des établissements d’enseignement supérieur. Par l’analyse des résultats de ces évaluations, l’AERES est ainsi le témoin de l’émergence de bonnes pratiques et d’expérimentations originales.
Dans le cadre d’un colloque, l’AERES souhaite, avec les acteurs concernés (équipes présidentielles, responsables et partenaires de formations, étudiants), partager et confronter des témoignages sur la mise en place de méthodes innovantes pour une qualité renforcée des formations.
Quatre tables rondes se succèderont durant un jour et demi, consacrées à des thèmes particulièrement au centre des débats actuels concernant les formations d’enseignement supérieur:
1 L'assurance qualité dans les formations et les politiques d'établissement

L’amélioration constante de la qualité des formations passe par des mécanismes internes d’assurance qualité, qui, d’une part, impliquent l’ensemble des acteurs dans une culture de la qualité, et, d’autre part, s’érigent en principe fondateur du pilotage des offres de formations. Une démarche d’auto-évaluation des formations s’appuyant sur des tableaux de bord adaptés est devenue une nécessité pour les établissements.
2 Le suivi des cohortes d'étudiants et des diplômés
Le suivi des cohortes d’étudiants en termes de poursuite d’études et d’insertion professionnelle se place maintenant au cœur de l’organisation des formations et des stratégies des établissements. Au-delà de la mise en place de dispositifs efficaces d’observation, d’aide aux étudiants, de mobilisation des anciens et d’ouverture vers les mondes socio-économiques, le projet pédagogique, d’une part, et l’organisation de l’offre de formations, d’autre part, doivent tenir compte des enseignements tirés du retour d’expérience.
3 L'approche par compétences

Se pencher sur les compétences que doit acquérir un étudiant lors d’une formation est une démarche qui modifie les objectifs pédagogiques de ces formations, ainsi que leurs organisations. Au delà de la maîtrise indispensable des savoirs disciplinaires, il s’agit d’être capable de suivre, d’évaluer et de valoriser les aptitudes acquises permettant aux étudiants de mieux s’insérer dans une poursuite d’études choisies ou dans leur future carrière professionnelle.
4 Les liens formations entreprises

Les relations avec le monde des entreprises et des professionnels sont un enjeu central de la qualité de nos formations et de la bonne insertion professionnelle des étudiants. Ces relations peuvent prendre des formes très variées (alternance, formation continue, stages, réseaux de partenaires, …), mais doivent maintenant être pensées de manière globale en liaison avec des dispositifs renforcés au cœur des établissements.
Voir aussi 5ème rencontre Universités et Entreprises.
AERES look forward to seeing you on 14 and 15 March 2012 at the Palais des Congrès in Paris, under the Companies Dating Universities (UCR 2012).
Since its inception in 2007, accompanied AERES, through assessments that led the development of the educational mission of higher education institutions.
By analyzing the results of these evaluations, the AERES thus witnessed the emergence of best practices and original experiments.
As part of a symposium, AERES wishes with stakeholders (presidential teams, managers and partners in training, students), share and compare stories about the development of innovative methods for improved quality of training
. More...

Posté par pcassuto à 17:27 - - Permalien [#]
Tags : ,

Résultats 2010 concernant l'enquête n°6 Formation Continue Universitaire

http://apiag.wifeo.com/images/logo_ministere.jpgLes résultats sont accessibles de manière conviviale sur le Portail Statistique du Ministère de l'éducation nationale en tapant www.education.gouv.fr (Statistiques/base de données de référence/Formation continue dans l'enseignement supérieur).
La formation continue dans l'enseignement supérieur

Les différents tableaux proposés ici ont pour but de présenter l'activité de la formation continue dans l'enseignement supérieur en 2010. A chaque tableau sont  attachés une lettre et un numéro. Les lettres de A à G définissent sept domaines sur lesquels portent les tableaux statistiques:
- A : Chiffre d'affaires en euros, nombre de stagiaires et d'heures stagiaires par établissement 
- B : Origine des ressources en euros selon les financeurs
- C : Stagiaires et heures stagiaires selon la situation face à l'emploi
- D : Stagiaires et heures stagiaires selon le type de formation
- E : Stagiaires et heures stagiaires selon le type de formation et le niveau
- F : Diplômes délivrés
- G : Stagiaires et heures stagiaires inscrits selon le groupe de spécialité de formation (NSF)
et les chiffres de 1 à 4  concernent les types d’établissements d’enseignement supérieur concernés: 1 pour les universités (toutes composantes inclues), les Universités de technologie et Instituts Nationaux Polytechniques, 2 pour le CNAM et ses centres, 3 pour les écoles d’ingénieurs publiques et les Grands établissements et 4 pour les Instituts universitaires de technologie (IUT). Il faut noter que les statistiques concernant les IUT sont déjà incluses dans les tableaux des universités, il ne faut donc pas les ajouter.
Les tableaux proviennent de données agrégées collectées  par l'enquête n°6 via Internet recensant le bilan de l'activité de formation continue 2010 et effectuée chaque année auprès des différents établissements d'enseignement supérieur publics sous tutelle du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et exerçant une activité de formation continue.
Les stagiaires en formation (et les heures stagiaires) des tableaux D, E et G ne correspondent pas à des personnes physiques mais à des inscriptions, ce qui signifie qu'une personne physique peut être inscrite dans l'année considérée à plusieurs formations.  
Les tableaux A, B et C doivent être égaux, à champ égal (c'est-à-dire: même année, même type d'établissement, même zone géographique et même colonne),  car les données sont issues, de la table des stagiaires inscrits et ventilés selon leur situation face à l'emploi).
Les tableaux D et E doivent être égaux à champ égal mais présentent des différences avec ceux des tableaux A, B, C et G car leurs données sont issues de la table des stagiaires ventilés selon le type de formation à laquelle ou auxquelles ils sont inscrits.
Les tableaux G présentent des différences à champ égal avec les tableaux A, B, C, D et  E car leurs données sont issues de la table des stagiaires ventilés selon le groupe de spécialités de formation (NSF) auquel ou auxquels ils sont inscrits.

Les tableaux disponibles
- A : Chiffre d'affaires en euros, nombre de stagiaires et d'heures stagiaires par établissement 

A1-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par université.pdf. A1-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par université.
A2-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par le CNAM et ses centres régionaux.pdf. A2-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par le CNAM et ses centres régionaux.
A3-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par les écoles.pdf. A3-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par les écoles.
A4-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par IUT.pdf. A4-Chiffres d'affaires, nombre de stagiaires et nombre heures-stagiaires par IUT.
- B : Origine des ressources en euros selon les financeurs

B1-Origine des ressources selon les financeurs dans les universités et les Universités de technologie.
B2-Origine des ressources selon les financeurs au CNAM et dans les centres du CNAM.
B3-Origine des ressources selon les financeurs dans les écoles et GE.
B4-Origine des ressources selon les financeurs dans les IUT.
- C : Stagiaires et heures stagiaires selon la situation face à l'emploi

C1-Stagiaires et heures stagiaires en formation selon la situation face à l'emploi dans les universités et UT.
C2-Stagiaires et heures stagiaires en formation selon la situation face à l'emploi au CNAM et centres associés.
C3-Stagiaires et heures stagiaires en formation selon la situation face à l'emploi dans les écoles et GE.
C4-Stagiaires et heures stagiaires en formation selon la situation face à l'emploi dans les IUT.
- D : Stagiaires et heures stagiaires selon le type de formation

D1-Stagiaires et heures stagiaires en formation par types de formation dans les universités et UT.
D2-Stagiaires et heures stagiaires en formation par types de formation au CNAM et dans les centres du CNAM.
D3-Stagiaires et heures stagiaires en formation par types de formation dans les écoles et GE.
D4-Stagiaires et heures stagiaires en formation par types de formation dans les IUT.
- E : Stagiaires et heures stagiaires selon le type de formation et le niveau

E1-Stagiaires en formation par types de formation et par niveau dans les universités et UT.
E2-Stagiaires en formation par types de formation et par niveau au CNAM et dans les centres du CNAM.
E3-Stagiaires en formation par types de formation et par niveau dans les écoles et GE.
E4-Stagiaires en formation par types de formation et par niveau dans les IUT.
- F : Diplômes délivrés

F1- Diplômes délivrés en formation continue dans les universités (IUT inclus) et UT.
F2- Diplômes délivrés en formation continue par le CNAM.
F3- Diplômes délivrés en formation continue par les écoles et GE.
F4- Diplômes délivrés en formation continue dans les IUT.
- G : Stagiaires et heures stagiaires inscrits selon le groupe de spécialité de formation (NSF)

G1-Stagiaires et heures stagiaires en formation par spécialités de formation (NSF) dans les universités et UT.
G2-Stagiaires et heures stagiaires en formation par spécialités de formation (NSF) au CNAM et dans les centres du CNAM.
G3-Stagiaires et heures stagiaires en formation par spécialités de formation (NSF) dans les écoles et les GE.
G4-Stagiaires et heures stagiaires en formation par spécialités de formation (NSF) dans les IUT.
Contact: Joëlle Grille
Ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie Associative
Direction de l'Evaluation, de la Prospective et de la Perforamnce
DEPP-A1
61-65 rue Dutot
75732 PARIS CEDEX 15
Tel : 01 55 55 72 83 Fax 01 55 55 77 79

Autres thématiques disponibles
L'apprentissage

Effectifs des centres de formation par l'apprentissage, répartition territoriale des apprentis, répartition par niveaux de diplômes et spécialités, organismes gestionnaires des formations.
L'enseignement secondaire

Effectifs et caractéristiques sociodémographiques des élèves, taille des collèges et des lycées, carte des formations, séries, options et spécialités.
L'enseignement supérieur
Effectifs et caractéristiques sociodémographiques des étudiants, répartition selon les filières de formation, poids des cycles universitaires, nouveaux bacheliers étudiants étrangers.
Les diplômes

Résultats aux examens de l'enseignement secondaire et supérieur: baccalauréat général, technologique et professionnel, diplômes professionnels, brevet de technicien supérieur
Les personnels

Répartition des enseignants par âge, grade et discipline.
Données transversales

Effectifs d'élèves et d'étudiants, taux de scolarisation.
http://apiag.wifeo.com/images/logo_ministere.jpgResultaterne kan ses på en venlig måde på portalen Statistik af Undervisningsministeriet ved at skrive www.education.gouv.fr (Statistik / database / henvisning Videreuddannelse på de videregående uddannelser).
Efteruddannelse i de videregående uddannelser

De forskellige tabeller som her har til formål at præsentere aktiviteten af efteruddannelse på de videregående uddannelser i 2010. Hvert skema er vedlagt et bogstav og tal. Bogstaverne A til G definerer syv områder omfattet af de statistiske tabeller:

- A: Omsætning i euro, antal timer praktikanter og praktikanter efter institution

- B: Oprindelsen af ressourcer til euro bidragydere

- C: Praktikanter og praktikanter timer afhængig af situationen i beskæftigelsen

- D: Praktikanter og praktikanter timer afhængig af, hvilken type uddannelse

- E: Praktikanter og praktikanter timer afhængigt af typen og niveauet af uddannelse

- F: grader

- G: Praktikanter og praktikanter timer optaget på den gruppe af specielle uddannelse (NSF)
. Mere...

Posté par pcassuto à 13:16 - - Permalien [#]
Tags : ,

Attribution de la prime d'excellence scientifique en 2012

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/dossier_enseignants-chercheurs/51/5/pes_205515.79.jpgLa campagne nationale d'évaluation des candidatures des enseignants-chercheurs pour l'attribution de la prime d'excellence scientifique (PES) débute le 20 février. Les candidats pourront remplir leur dossier en ligne à partir du 20 février jusqu'au 16 mars 2012.
Document concernant la Prime d'excellence scientifique
Note d'information sur la PES 2012.
Modalités d’attribution et de fonctionnement

Dans le cadre des dispositions transitoires prévues jusqu’au 31 décembre 2012 et précisées à l’article 8 du décret précité, la prime est attribuée aux enseignants-chercheurs selon les modalités suivantes:
* Dans tous les établissements, la prime est attribuée aux enseignants-chercheurs par le président ou le directeur de l’établissement après avis du conseil scientifique; le conseil d’administration arrête les critères de choix des bénéficiaires après avis du conseil scientifique ou de l’organe en tenant lieu ainsi que le barème afférent au sein duquel s’inscrivent les attributions individuelles.
* Pour les établissements ne bénéficiant pas des responsabilités et compétences élargies, le président ou le directeur de l’établissement prend sa décision sur proposition de l’instance nationale.
* Pour les établissements bénéficiant des responsabilités et compétences élargies mentionnées à l’article L712-8 du code de l’éducation, le président ou le directeur de l’établissement peut avoir recours à cette instance sur proposition du conseil d’administration.
Les modalités de fonctionnement de l’instance nationale mentionnée à l’article 8 du décret du 8 juillet 2009, ont été définies par l’arrêté du 18 septembre 2009. Les enseignants-chercheurs lauréats d’une distinction scientifique ou apportant une contribution exceptionnelle à la recherche ne participent pas à cette campagne nationale d’évaluation (cas des professeurs du collège de France, des lauréats de l’European Research Council, des lauréats de chaires universités-organismes, des prix scientifiques attribués par de l’Institut de France et ses académies….)
Cette campagne est dématérialisée : de la saisie des dossiers par les candidats, à l’étape de validation par les correspondants PES des établissements jusqu’à l’accès aux dossiers par les experts de l’instance d’évaluation...
Circulaire concernant le campagne PES 2012.

Les établissements d'enseignement supérieur seront amenés dès le 1er janvier 2013 à formuler leurs propres propositions d'attribution de cette prime. La campagne 2012 sera donc la dernière pour laquelle les évaluations seront instruites par l'instance nationale d'évaluation de la PES.
Arrêté du 20 janvier 2010 fixant la liste des distinctions scientifiques ouvrant droit à la PES.

Art. 1er. − La liste des distinctions scientifiques mentionnée à l’article 1er du décret du 8 juillet 2009 susvisé est fixée ainsi qu’il suit:
1. Prix Nobel ;
2. Médaille Fields ;
3. Prix Crafoord ;
4. Prix Turing ;
5. Prix Albert Lasker ;
6. Prix Wolf ;
7. Médaille d’or du CNRS ;
8. Médaille d’argent du CNRS ;
9. Lauriers de l’INRA ;
10. Grand Prix de l’INSERM ;
11. Prix Balzan ;
12. Prix Abel ;
13. Les prix scientifiques attribués par l’Institut de France et ses académies ;
14. Japan Prize ;
15. Prix Gairdner ;
16. Prix Claude Lévi-Strauss.
Arrêté du 20 janvier 2010 fixant la liste des distinctions scientifiques ouvrant droit à la PES.

Art. 1er. − Une prime d’excellence scientifique, qui est la prime d’encadrement doctoral et de recherche prévue par l’article L. 954-2 du code de l’éducation, est attribuée par les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche.
Elle peut être accordée aux personnels dont l’activité scientifique est jugée d’un niveau élevé par les instances d’évaluation dont ils relèvent ainsi qu’à ceux qui exercent une activité d’encadrement doctoral.
Elle peut également être attribuée aux personnels lauréats d’une distinction scientifique de niveau international ou national conférée par un organisme de recherche dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de la recherche ou apportant une contribution exceptionnelle à la recherche.
Art. 2. − La prime d’excellence scientifique peut être attribuée dans les conditions fixées par le présent décret:
1. Aux professeurs des universités et aux maîtres de conférences titulaires et stagiaires régis par le décret du 6 juin 1984 susvisé ainsi qu’aux personnels qui leur sont assimilés en application de l’arrêté prévu à l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 susvisé;
2. Aux directeurs de recherche et aux chargés de recherche régis par le décret du 30 décembre 1983 susvisé;
3. Aux professeurs des universités-praticiens hospitaliers et aux maîtres de conférences des universités praticiens hospitaliers titulaires et stagiaires régis par les décrets du 24 février 1984 et du 24 janvier 1990 susvisés;
4. Aux professeurs des universités de médecine générale et aux maîtres de conférences des universités de médecine générale titulaires et stagiaires régis par le décret du 28 juillet 2008 susvisé. La prime d’excellence scientifique est attribuée de plein droit aux enseignants-chercheurs placés en délégation auprès de l’Institut universitaire de France.
Art. 3. − La prime d’excellence scientifique est attribuée pour une période de quatre ans renouvelable. Les attributions individuelles sont fixées par le président ou le directeur de l’établissement en fonction de l’évaluation réalisée par l’instance d’évaluation compétente à l’égard de son bénéficiaire en application des règles statutaires afférentes à son corps et, pour les établissements d’enseignement supérieur, après avis du conseil scientifique.
Son montant peut être révisé au cours de chaque période d’attribution en fonction des résultats de l’évaluation.
Un arrêté des ministres chargés du budget, de la fonction publique, de l’enseignement supérieur et de la recherche fixe les taux annuels minimum et maximum d’attribution de la présente prime...
Campagne nationale d'évaluation des candidatures des enseignants-chercheurs pour son attribution en 2011.

Národná kampaň pre posudzovanie žiadostí z členov fakulty na udelenie prémie vedeckej excelentnosti (PES), začne 20. februára. Uchádzači môžu svoje žiadosti kompletnú on-line od 20. februára do 16. marca 2012.
Dokument týkajúci sa predseda vedeckej excelentnosti
Informatívna správa o PES 2012.
Postupy pre pridelenie a prevádzku

V rámci prechodných opatrení do 31. decembra 2012 a uvedené v článku 8 vyhlášky, je bonus udelená členmi fakulty takto
. Viac...

Posté par pcassuto à 12:40 - - Permalien [#]