http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpgSur le blog de Michel Abhervé pour Alternatives économiques. Alors que le Président de la République vient de demander à Gérard Larcher de fournir, en deux mois, les bases d’une “réforme radicale de la formation professionnelle”, ce qui suscite  scepticisme, s’exprimant parfois sous forme de sourires désabusés, que d’intérêt chez l’ensemble de ceux qui sont, à des titres divers, impliqués dans ce secteur, l’Assocation des Régions de France poursuit son offensive pour demander le transfert aux Conseils Régionaux de la compétence pleine et entière en matière de formation professionnelle.
Cette demande s’adresse davantage aux futurs responsables de l’Etat après la victoire souhaitée de François Hollande, qu’aux responsables actuels avec qui le dialogue est pratiquement rompu depuis longtemps.
Elle se situe dans un contexte que rappelle dans une vidéo Jean-Yves Le Drian, Président de la Région Bretagne (et très ancien compagnon de combat de François Hollande, au sein des “Transcourants”, dont l’Université d’été s’est déroulée plusieurs années durant à Lorient, ville dont Jean-Yves Le Drian était le Maire)  qui réclame la nécessité d’un acte fort fondé sur la République des Territoires, pouvant prendre des formes différentes selon les territoires, avec un rôle stratégique des Régions, volonté fondée sur le constat que la République jacobine, censée produire, par postulat, de l’égalité a produit, en réalité, de fortes inégalités territoriales.
Comme l’affirme l’ARF dans un communiqué publié à l’occasion du sommet pour l’emploi, auquel elle regrette de ne pas avoir été invitée, “Les Régions revendiquent plus que jamais un véritable pilotage de la chaîne orientation-formation-emploi, pour une plus grande efficacité des dispositifs”.
Cette volonté se fonde sur une critique de l’action de l’Etat, vis à vis  vis à vis des partenaires sociaux, puisque ‘l’Etat empiète sur les compétences des partenaires sociaux en opérant des ponctions systématiques sur le Fonds de Sécurisation des Parcours Professionnels et limite les fonds consacrés à la formation des demandeurs d’emplois”  et vis à vis de Pôle emploi, exprimée en termes vifs
“L’Etat a déstabilisé Pôle Emploi
La limitation des moyens de Pôle Emploi eu égard à la montée du chômage, l’absence de formation des conseillers sur l’importance de la formation, ont pour conséquence des prescriptions de formation largement insuffisantes
Le transfert des psychologues de l’AFPA à Pôle Emploi a conduit à les marginaliser dans une très grande structure et à fortement diluer l’impact de leurs actions d’accompagnement des plus fragiles.
La compétence d’achat de formation confiée à Pôle Emploi  n’a fait que brouiller un peu plus le paysage de la commande publique et a eu des effets pervers: redondance de certains stages, difficultés de remplissage…
A suivre, avec le programme de François Hollande éclairé par cette déclaration dans le discours du Bourget
“Le quinquennat s’ouvrira donc sur des réformes de structure, celles qui constitueront un redressement dans la justice, le redressement économique, la réforme fiscale, le pacte éducatif, la décentralisation“.
Voir aussi L’Etat semble découvrir l’intérêt de la formation professionnelle pour les demandeurs d’emplois, tout en agissant en sens contraire.

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpg Na blog Michaela Abhervé pre ekonomické alternatívy. Ako prezident republiky však práve požiadal, Gerard Larcher poskytujú, za dva mesiace, ktoré sú základom pre "radikálnu reformu odborného vzdelávania", zvyšovanie skepsa, s "vyjadril určité formy ironickým úsmevom, že záujem všetkých tých, rôznymi spôsobmi do tohto sektoru, kolegovia z regiónov Francúzsko pokračuje v útočnej požiadať o prevod oblastných rád plnú právomoc v oblasti odborného vzdelávania. Viac...