http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgPropos recueillis par Yves Rivoal. Pour entrer en contact le plus tôt possible avec les étudiants, la société de conseil en ingénierie Alten a signé un partenariat avec la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE). Stéphane Dahan, directeur du développement RH de ce groupe qui emploie 14000 personnes dans 14 pays, nous dévoile les coulisses de cet accord.
Dans quel contexte avez-vous été amené à vous intéresser aux junior-entreprises?

La connexion s’est faite en mars dernier lorsque mon président-directeur général m’a demandé de réaliser un benchmark sur lequel j’ai sollicité la junior-entreprise de l’ESCP. Cette collaboration m’a permis de découvrir des étudiants avec des profils intéressants, et un discours très mature, très professionnel... Après cette première expérience, je suis entré en contact avec le président de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE) qui regroupe 80 écoles d’ingénieurs, 30 écoles de commerce et 40 universités. En discutant, nous nous sommes aperçus que nous avions des intérêts communs. Nous avons donc décidé de signer en novembre dernier un partenariat de trois ans.
Que prévoit cet accord?

Nous serons invités à participer aux 16 congrès régionaux et nationaux qui sont organisés chaque année par la confédération. En contrepartie, Alten va mettre à la disposition de ses adhérents des moyens pour se développer, en mettant notamment l’accès sur la formation autour des problématiques de gestion d’entreprise. Nous avons aussi vocation à apporter du business en sous-traitant à des junior-entreprises certaines missions ou en les aidant à entrer chez nos clients.
Comment ce partenariat se positionne-t-il dans votre stratégie de relation avec les écoles?

Pour accompagner ses 10 à 15% de croissance annuelle, Alten recrute chaque année 2600 jeunes ingénieurs et 200 nouveaux collaborateurs sur des fonctions administratives et commerciales. Pour détecter les meilleurs candidats, nous avons besoin d’entrer en contact le plus tôt possible avec les étudiants, dès la première et la seconde année. Chose que va nous permettre de faire ce partenariat, en élargissant aussi notre champ d’action dans les écoles. Nous avons en effet déjà signé des partenariats avec une soixantaine d’écoles d’ingénieurs dans lequel on intervient régulièrement à travers des forums, des conférences ou des apports pédagogiques dans les cursus. Nous sommes également présents dans les écoles de commerce et les universités pour recruter des commerciaux et des cadres du middle management dans la finance, l’administration des ventes, la gestion des ressources humaines... Ce partenariat a enfin pour ambition de renforcer l’impact que l’on peut avoir auprès des étudiants, qui nous regarderont plus comme un partenaire que comme un simple employeur potentiel.
Qu’est-ce qui vous séduit dans le profil des étudiants impliqués dans les junior-entreprises?

Il s’agit d’une population très spécifique. En plus de suivre leur cursus, ces étudiants développent des projets qui sont très proches de l’univers des entreprises. Ce sont aussi des candidats qui affichent de réelles capacités d’adaptation et de communication car il faut faire preuve d’une grande mobilité intellectuelle pour passer d’une entreprise à une autre, d’un secteur à un autre… Chose que nos équipes font au quotidien dans leur travail.
Est-ce que ce partenariat pourrait aussi vous amener à favoriser les candidats estampillés junior-entreprises?

Non, cela ne va pas changer notre façon de recruter, et il faut de tout pour faire un monde. D’autant que sur un marché du recrutement très tendu, notamment sur les profils ingénieurs, il y a plus de postes ouverts que de postulants... Et puis, vous avez de très bons candidats qui ne sont pas passés par les junior-entreprises, mais qui se sont investis dans des associations ou le bureau des élèves... Enfin, pour adresser l’ensemble des secteurs de l’industrie française, du tertiaire et des télécoms, nous avons besoin de profils très différents que nous sommes allés cherchés l’an passé dans plus de 270 formations différentes.
http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg Interview by Yves Rivoal. To get in touch as soon as possible with the students, the engineering consulting firm Alten has signed a partnership with the National Confederation of Junior Enterprises (CNJE). Stéphane Dahan, director of HR development in this group that employs 14,000 people in 14 countries, reveals behind the scenes of this agreement. More...