11 janvier 2012

Fiche Contrat régional de sécurisation des parcours professionnels (CRSPP)

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Avec le Contrat régional de sécurisation des parcours professionnels (CRSPP), la Région accompagne le retour à l'emploi, en complément des dispositifs de droit commun, en apportant une aide individuelle aux salariés licenciés pour motif économique qui acceptent de s'engager dans une formation qualifiante, aide garantissant 90% du salaire net antérieur jusqu'au terme de la formation suivie, y compris, le cas échéant, au-delà du terme d'un dispositif de reconversion (CSP...). Voir notre nouvelle fiche technique.
Présentation
La Région souhaite sécuriser les parcours professionnels des salariés victimes d'un licenciement économique. Pour se reconvertir dans les meilleures conditions, les salariés licenciés doivent pouvoir se projeter en étant sûrs que leur niveau de revenus restera stable, le temps pour eux d'engager les démarches nécessaires à l'obtention d'une qualification reconnue sur le marché du travail.
Avec le CRSPP, la Région accompagne le retour à l'emploi, en complément des dispositifs de droit commun, en apportant une aide individuelle aux salariés licenciés pour motif économique qui acceptent de s'engager dans une démarche active et structurée de reconversion professionnelle, aide garantissant 90 % du salaire net antérieur jusqu'au terme de la formation qualifiante suivie, y compris, le cas échéant, au-delà du terme d'un dispositif de reconversion (CSP...).
Elle favorise ainsi l'obtention d'une qualification reconnue pendant les périodes postérieures à un licenciement économique et l'adaptation des compétences des salariés licenciés aux besoins des entreprises.
Bénéficiaires
Les salariés qui habitent en Poitou-Charentes:
- ayant au moins 2 années d'ancienneté dans l'entreprise,
- licenciés pour motif économique par un établissement situé dans la région adhérent ou non à un disposition de reclassement (CSP...),
- dont les ressources ne dépassent pas un plafond annuel de référence égal à la moyenne des SMIC horaires bruts de l'année précédant le licenciement X 1608 heures (durée légale annuelle du temps de travail) X 1,5. Plafond bonifié de 15 % à 45 % selon le nombre d'enfants à charge pour les famille mono-parentales,
- qui s'engagent au plus tard 9 mois après leur licenciement dans une formation qualifiante.
Actions éligibles
En fonction du projet, il peut s'agit d'actions de formation qualifiante, de conseil, de bilan de compétences, de VAE, et de prestations proposées par Pôle emploi; l'objectif étant que les salariés obtiennent, au terme du CRSPP, une qualification reconnue sur le marché du travail.
Les bénéficiaires ont accès à l'ensemble des dispositifs de formation professionnelle financés par la Région, en particulier aux actions qualifiantes du Programme Régional de Formation (dont le SPRF). La formation peut le cas échéant être financée par un autre financeur: Pôle emploi, OPCA...
Les possibilités de VAE et d'adaptation du parcours sont systématiquement étudiées lors de la construction de parcours.
Les signataires du CRSPP peuvent bénéficier des services d'une plateforme de reconversion en complément des dispositifs de reclassement de droit commun (Contrat de sécurisation professionnelle...).
Aides régionales

Les signataires du CRSPP ouvre droit à une Aide individuelle régionale de sécurisation des parcours professionnels (AIRSPP):
Son montant mensuelle varie en fonction de chaque bénéficiaire. Il est égal à la différence, multipliée par 30,4 jours, entre 90% du salaire journalier brut de référence déterminé par Pôle Emploi, et le montant de l'indemnité journalière net calculée par Pôle Emploi.
L'aide est versée jusqu'au dernier jour de formation, dans la limite maximale de 18 mois, avec prolongation possible jusque 24 mois au total si à l'issue des 18 mois, la formation n'est pas achevée.
La Région garantit ainsi l'équivalent de 90% du salaire net antérieur jusqu'au terme de la formation qualifiante suivie, y compris, le cas échéant, au-delà d'un contrat de sécurisation professionnelle.
Par dérogation, les personnes souhaitant s'engager dans une formation liée à un métier en tension et dont la durée totale est supérieure à 18 mois peuvent bénéficier d'une aide forfaitaire dont le montant mensuel est plafonné au montant total qu'elles auraient perçu sur une durée de 24 mois divisé par le nombre de mois de formation.
L'aide est versée à la fin de chaque trimestre à terme échu pour le premier paiement et après vérification mensuelle de la présence en formation du bénéficiaire.
En cas de changement de situation du bénéficiaire, notamment du montant de l'indemnité journalière net, le montant de l'aide est recalculé.
Engagements des bénéficiaires

Le signataire d'un CRSPP s'engage:
- en fonction de ses objectifs et aspirations professionnelles, à accepter les propositions qui lui sont faites par la plateforme de reconversion ou le chargé de mission VAE Formation de la Région, en matière d'accès à la qualification; ces propositions pouvant comporter des démarches de VAE, des périodes de stage en entreprise ainsi que des périodes de formation en centre,
- en amont de la formation qualifiante, à découvrir via des stages ou des Evaluations en Milieu de Travail (EMT), de nouveaux métiers ou de nouvelles filières professionnelles,
- six mois après le terme du contrat, à répondre aux enquêtes menées par la Région, pour évaluer l'efficacité du dispositif dont il a bénéficié,
- à autoriser Pôle emploi à transmettre en son nom les données nécéssaires au calcul de l'AIRSPP.
Procédures
Les personnes intéressées doivent retirer un dossier de demande d'aide auprès du coordinateur de la plateforme de reconversion ou d'un chargé de mission VAE Formation de la Région.
Après instruction, la plateforme de reconversion ou le chargé de mission VAE Formation transmet le dossier aux services de la Région, après s'être assuré que le parcours de reconversion est bien construit dans les 9 mois suivant le point de départ de leur indemnisation (ARE ou ASP). Il comprend:
- l'identification du bénéficiaire, attestée par une copie d'une pièce d'identité,
- un RIB,
- une copie de sa lettre de licenciement,
- une copie du dernier bulletin de salaire de l'année précédant le licenciement ou la totalité des copies des bulletins de l'année précédant le licenciement en cas d'employeurs successifs,
- une copie de la notification de Pôle Emploi indiquant le point de départ, de fin et le montant perçu au titre du CSP ou de l'ARE,
- l'avis d'imposition des revenus de l'année précédant l'année de licenciement,
- la description du projet de reconversion.
Le projet de reconversion doit préciser notamment l'intitulé exact de l'action de formation, ses dates de démarrage et de fin, le niveau de certification visé, l'organisme prestataire ainsi que les modalités de financement de l'action.
La décision d'attribution de l'AIRSPP est prise par arrêté de la Présidente du Conseil Régional. Une notification est adressée directement au bénéficiaire avec copie à la plateforme de reconversion ou au chargé de mission VAE Formation de la Région.
Information
Les salariés doivent s'informer au près d'un chargé de mission VAE-Formation de la Région ou de la Plate-forme de reconversion. Contact: Région Poitou-Charentes (Service Formation), 15, rue de l'Ancienne comédie - BP 575, 86021 Poitiers Cedex - Tel : 05 49 55 77 78, mh.bujeau@cr-poitou-charentes.fr.

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Aftale med de regionale karrieren sikkerhed (CRSPP), regionen støtter tilbagevenden til arbejdsmarkedet, ud over den almindelige lovgivning, ved at yde individuel bistand til afskedigede medarbejdere af økonomiske årsager, der er villige til at engagere sig i færdighedstræning, hjælper med at sikre 90% af netto inden udgangen af uddannelsen, herunder i givet fald uden for enden af en konvertering enhed (CSP...). Se vores nye tekniske. Mere...

Posté par pcassuto à 22:53 - - Permalien [#]


Blog de l'Onisep sur les filières littéraires

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)L'Onisep a ouvert un site Web qui montre la richesse de la voie littéraire aux lycéens, étudiants et enseignants: http://ma-voie-litteraire.onisep.fr/.
Le site permet une découverte des 200 métiers auxquels conduit la voie littéraire. Il propose également un éclairage complet sur la BEL, la Banque d'épreuves littéraires qui ouvre des perspectives d’entrée aux grandes écoles pour les étudiants en classes préparatoires.
Le site donne aussi accès à toutes les formations disponibles en lettres, par type ou par géolocalisation. Pour les professeurs, Ma voie littéraire présente la filière et propose des fiches élèves et professeur pour un parcours de découverte en classe de seconde.

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Onisep otvoril internetové stránky, ktoré ukazuje bohatosť literárne študentov stredných škôl, študentov a učiteľov: http://ma-voie-litteraire.onisep.fr/.
Miesto poskytuje objav 200 podnikov viedol spôsob, akým literárnym. Ponúka tiež kompletné osvetlenie BEL, Bank of literárnych udalostí otvára vstup na vysoké školy pre študentov v prípravných triedach. Viac...

Posté par pcassuto à 22:50 - - Permalien [#]

L'enseignement et la formation à l'horizon 2025

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Futuribles International a réalisé en 2011 une étude prospective sur les systèmes d’enseignement et de formation en France à l’horizon de 15 ans. Cette étude a donné lieu à un rapport rendu public en novembre 2011.
Ce rapport propose une réflexion prospective sur les systèmes d’enseignement et de formation: il identifie des enjeux majeurs à l’horizon de 15 ans et avance des innovations concrètes qui pourraient être mises en œuvre pour y répondre.
Au sommaire du rapport:
1. Les incertitudes sur le nombre d’élèves, d’étudiants, de stagiaires: s’adapter ou planifier?
2. La diversification des publics scolaires et la personnalisation des enseignements
3. Les transformations du savoir et l’émergence d’une science de l’apprentissage
4. Des technologies omniprésentes, de nouveaux outils d’apprentissage
5. La valeur croissante du savoir et le rendement de l’éducation
6. L’exigence croissante d’employabilité et l’accent mis sur les compétences
7. Une implication croissante des « usagers » dans la définition de l’offre éducative.
Cette étude est accompagnée d'une série de travaux: catalogue de 85 innovations susceptibles de modifier le paysage de l'enseignement; monographie sur les systèmes éducatifs de plusieurs pays étrangers; notes thématiques sur les principaux facteurs d'évolution (compétences de demain, attentes des usagers à l'égard de la formation initiale et continue, l’évolution des pédaogogies, les mobilités professionnelles et la formation continue...)
L’ensemble de ces documents est accessible à partir du site www.futuribles.com.

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Futuribles International conducted a prospective study in 2011 on education systems and training in France on the horizon of 15 years. This study resulted in a report released in November 2011.
This report proposes a forward thinking on education systems and training: it identifies the major challenges on the horizon of 15 years and advance practical innovations that could be implemented to address them. More...

Posté par pcassuto à 22:45 - - Permalien [#]

Université Pierre et Marie Curie: Une consultation pour la préparation du contrat 2014-2018

http://www.lh2.fr/images/bandeau.gifDémarche assez répandue dans les universités anglo-saxonnes mais encore inédite en France, l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) a associé son personnel et ses étudiants à la préparation de son projet d’établissement via une consultation exhaustive lancée en mai et juin dernier et réalisée en collaboration avec LH2.
Cette démarche visait à contribuer au bilan des actions menées par l'université dans le cadre de la préparation de son prochain contrat quinquennal, de 2014 à 2018. Afin de garantir l’indépendance du dispositif, LH2 a assuré la finalisation, la mise en ligne et la gestion du questionnaire anonyme avant d’en restituer les résultats.
La consultation était ouverte à toute la "communauté UPMC": personnels, étudiants et sympathisants. Ce dispositif a rencontré un large succès: 5889 personnes y ont répondu, dont plus de 25% des enseignants chercheurs et des BIATOS (bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers, de service), 12% des chercheurs et ITA (ingénieurs, techniciens et administratifs des organismes de recherche intégrés dans les unités UPMC), 12% des doctorants et près de 10% des étudiants.
Pour en savoir plus, la globalité des résultats et la présentation de la démarche sont disponibles ici.

http://www.consultation.upmc.fr/skins/consultation/upmc/logo-upmc-black.jpgAprès avoir assuré la mise en ligne et la gestion de ce questionnaire anonyme, la société LH2 en restitue maintenant, en toute indépendance, les résultats.
Ces résultats sont d’une grande richesse: ils apportent un éclairage aussi utile qu’intéressant sur la  façon dont sont perçues les activités de l’UPMC: ils font ressortir ses points forts et ses points faibles, les raisons d'être optimiste ou pessimiste, les valeurs et les actions prioritaires à mener. Vos réponses aux cartes blanches, qui sont intégralement publiées, apportent de nombreuses suggestions, critiques ou attentes.
Cette consultation n’est pas un sondage. Elle n’entend pas donner une représentation statistique des opinions des membres de la communauté UPMC sur leur université. Elle ne doit pas de ce fait être surinterprétée.
Pour autant vos réponses aux différentes questions représentent une contribution importante pour identifier les points qui font consensus comme les questions qui méritent un débat plus approfondi pour préciser la nature des problèmes et esquisser des solutions.
L'intérêt de ces résultats est de susciter le débat et d'ouvrir la discussion à une large échelle.
Cette consultation a trouvé naturellement son prolongement dans cinq ateliers sur les grandes thématiques:
-  Formation et insertion professionnelle
-  Recherche et valorisation
-  Attractivité et international
-  Missions et métiers
-  Vie du campus et vie étudiante
Ces ateliers, ouverts à tous, ont été l’occasion d’une discussion des résultats de la consultation sur les questions qui touchent à leur thème.
Accéder à l'ensemble des résultats de la consultation.
Consulter les comptes-rendus des ateliers thématiques.
http://www.lh2.fr/images/bandeau.gif Udbredt tilgang i de angelsaksiske universiteter, men også uden fortilfælde i Frankrig, har Université Pierre et Marie Curie (UPMC) kombineret dens personale og de studerende i at forberede sit skoleprojekt via omfattende høring i maj og juni sidste gennemført i samarbejde med LH2. Mere...

Posté par pcassuto à 22:35 - - Permalien [#]

Sixth Guardian's Higher Education Summit

http://static.guim.co.uk/sys-images/Society/Pix/pictures/2011/12/5/1323095612355/The-Future-of-Higher-Educ-001.jpgFor the sixth year the Guardian's Higher Education Summit brings together leaders of the UK higher education sector to clarify policy, debate and shape strategy and rise to the challenges faced at a time of transformation.  We will explore future scenarios for the shape and structure of the sector across a range of topics including; international competition, graduate employability, cutting edge research, widening participation, finding efficiencies and student experience.
This far-reaching summit led by key stakeholders features in-depth panel discussions and focused breakouts with expert analysis from leading speakers. Presenting a unique opportunity to network with peers, hear the latest thinking and gain insight into the future of the sector the summit is not to missed. 
The summit has been designed for those actively involved in the strategic shape, structure and delivery of higher education. Vice-chancellors, pro vice-chancellors, senior academic staff and administrators, think tanks, statutory bodies and civil servants will find the summit thought provoking and insightful.

Posté par pcassuto à 22:02 - - Permalien [#]
Tags :

La « valorisation du capital humain » peine à passer de la parole aux actes

http://www.finance-watch.org/wp-content/uploads/2011/06/Le_Monde_logo.pngJusqu'à quel point les grandes entreprises françaises intègrent-elles dans leur stratégie les problématiques de ressources humaines ? Elles progressent, mais sont encore loin d'être à l'optimum, répond le "Baromètre de la gouvernance RH", publié le 10 janvier par les cabinets de conseil Deloitte et Misceo.
Sur les 40 grandes entreprises (dont 22 du CAC 40 et 15 du SBF 120) interrogées, 78% se sont dotées d'un conseil des rémunérations et d'un conseil des nominations, conformément aux règles de bonne gouvernance généralement admises, mais 40% seulement ont élaboré des "plans de succession" ou de "compétences-clés" pour désigner leurs dirigeants.
Les conseils d'administration ne semblent cependant guère participer à la définition ou la gestion des stratégies RH des entreprises: seulement 58% ne jouent pas de "rôle actif" en la matière, et 37% seulement disposent d'une "cartographie des risques RH", autrement dit qu'en langage de consultant, d'une vision de la stratégie RH de l'entreprise.
LA FONCTION RH RECONNUE AU PLUS HAUT NIVEAU

En revanche, la fonction RH semble être reconnue au plus haut niveau de la direction de l'entreprise, puisque le DRH est membre du Comité exécutif dans 88% des entreprises, et 78% affirment avoir mis en place une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences "rigoureuse".
88% des sociétés du CAC 40 et 41% de celles du SBF 120 disent avoir signer des accords mondiaux ou régionaux avec les partenaires sociaux ou atures parties prenantes, pour déployer leur stratégie RH à l'échelle internationale auprès de leurs filiales, et respectivement 87% et 71% des "outils ou instances de dialogue".

http://www.finance-watch.org/wp-content/uploads/2011/06/Le_Monde_logo.png Ako veľké francúzskej spoločnosti, ktoré do svojich stratégií rozvoja ľudských zdrojov problémov? Jedná sa vyvíja, ale ešte zďaleka optimálne, hovorí, že "Barometer HR vládnutia", publikoval 10 január v poradenskej spoločnosti Deloitte a MISCEO. Viac...

Posté par pcassuto à 14:25 - - Permalien [#]

S’oriente-t-on trop jeune

http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpgPar Olivier Rollot. Décider dès 17 ans qu'on veut devenir médecin ou travailler touts sa vie dans les sciences n'est ce pas prématuré ? Et si les taux d'échec dans l'enseignement supérieur étaient largement dûs à une orientation trop précoce ? Une question de plus en plus débattue. Par exemple par Jean-Charles Pomerol quand il était encore président de l'université Pierre et Marie Curie et qu'il affirmait qu'il fallait "offrir une orientation et une sélection progressive entre bac et bac+3".
C’est pour diversifier les parcours que l'UPMC met en place, par exemple, un cursus d’ingénierie avec ouverture pluridisciplinaire, initiation à l’ingénierie et disciplines de bases entre bac et bac+3, suivi d’enseignements d’ingénierie au meilleur niveau de master. "Ainsi à bac+3, l’étudiant a une bonne culture générale et sait s’il a envie de devenir ingénieur ou pas. Sinon, il a encore le choix de s’orienter vers plein d’autres métiers", me disait encore Jean-Charles Pomerol.
Deux ans de plus pour choisir?

Mais un des buts du lycée général est de donner un aperçu de l’ensemble des disciplines qui pourraient apparaitre dans les études supérieures. S’il ne remplit pas ce but, n’est ce pas là qu’il faudrait agir plutôt que de refaire du généraliste à la fac ? Un débat passionnant car il renvoie à la capacité ou non d’un jeune de 17 ou 18 ans de se projeter dans un avenir professionnel. D’autant que non, on ne peut pas dire que le lycée général ait donné un aperçu de l’ensemble des disciplines. Qui a fait du droit ou de la sociologie avant d’aller sur les bancs de la fac? Qui sait vraiment ce qu’on apprend en médecine? Qui sait vraiment ce que sont des études d’ingénieurs?
Et pourtant, interrogés en 2009 par la fédération de parents d’élèves PEEP à propos de l’âge idéal de l’orientation, une majorité de parents souhaitaient qu’elle ait lieu avant la classe de troisième (44%) ou pendant la classe de troisième (32%) et ils n’étaient que 21% à estimer que le choix ne doit être fait qu’au moment du bac.
L’exemple américain

On est là bien loin de l’université à l’américaine où il n’est pas question de s’engouffrer dès le bac en médecine ou en droit! Les deux premières années de bachelor universitaire (notre licence mais en 4 ans) y sont très libres. Loin de se spécialiser tout de suite comme en France, les étudiants américains piochent picorer dans les cours parmi toutes les matières dont seulement quelques unes sont obligatoires. Sciences, littérature, arts, ils se construisent un parcours à la carte avant d’opter pour des spécialisations en troisième année. Même un non scientifique doit avoir validé des cours de sciences qui leur sont d’ailleurs spécifiquement destinés.
« Il est possible de changer totalement d’avis sur son orientation une fois entré à l’université», explique ainsi Charlotte Goodwin, conseillère à la Commission franco-américaine, qui se souvient d’une amie qui a découvert les beaux-arts alors qu’elle se croyait faite pour les sciences: « Aujourd'hui elle illustre des livres scolaires de mathématiques.» Et Céline une étudiante ingénieurs de CPE Lyon partie à l’université de Purdue, près de Chicago, de me raconter que, même en master, elle avait eu le « du bonheur d’avoir pu pratiquer des matières qui n’étaient pas liées à son cursus comme la philosophie».
Mais il est aussi vrai qu’aux Etats-Unis à peu près n’importe quel diplômé titulaire d’un bachelor peut postuler dans n’importe quel métier. Comme au Royaume-Uni, posséder un master de poésie espagnole peut vous ouvrir aussi bien les portes du professorat que de la banque. Inimaginable en France!
La tradition française

Alors s’oriente-t-on trop tôt ou non en France ? Ne faudrait-il pas demander aux étudiants de se spécialiser progressivement avec des cursus plus larges ? Serait-ce une solution aux taux d’échecs des premières années ? Déjà le plan «Réussite en licence » adopté en 2007 entendait «favoriser la pluridisciplinarité et ménager une spécialisation progressive» afin de permettre d’ouvrir plus de passerelles entre les différentes filières d’études. On y retrouvait l’exemple d’une première année de licence de géographie pour illustrer comment les premières années devaient évoluer.
Ancienne première année (15 h par semaine):
    4 Unités d’enseignement (UE) fondamentaux : Climatologie (2h30), Géomorphologie (2h30), Géographie de la population (2h30), Géographie historique (2h30)
    2 UE optionnelles : Géographie de l’océan (2h30), Initiation aux sciences sociales (2h), Initiation à la géologie (2h)
    UE libre (au choix: Art archéologie, Philosophie, Langue, EPS, Informatique) horaire variable
Première année rénovée (20 h par semaine):
    6 Unités d’enseignement (UE) fondamentaux : 3 UE de géographie au choix (7h30), 1 UE culture générale (2h) ou 1heure de tutorat par semaine obligatoire  sur la base d’évaluations effectuées en début d’année +1 heure de culture générale
    1 UE langue: anglais (2h)
    1 UE Méthode de travail et TIC (2h)
    2 UE optionnelles
    1 UE 2e langue (2h)
    1 UE Initiation aux sciences sociales (2h)
    2 UE libres (EPS, Art, Philosophie, mathématiques, histoire, droit …) (4h).
Un exemple frappant qui a bien été suivi d’effets comme on peut le voir en allant sur les sites présentant les licences de géographie actuelle comme ceux des universités comme Paris 1, Clermont-Ferrand ou Rennes 2. Pour autant, on reste loin de premières années communes à des catégories entières d'étudiants, sinon à tous les étudiants comme aux Etats-Unis. Loin aussi de ce que pouvait l’être l’année de «propédeutique» qui permettait jusqu’en 1966 aux étudiants français d’acquérir des méthodes utiles à leur parcours universitaire.

http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpg By Olivier Rollot . Decide when you want 17 years to become a doctor or work all his life in science is not it premature? And if the failure rate in higher education was largely due to an orientation too early? A question increasingly debated. For example, by Jean-Charles Pomerol when he was still president of the University Pierre et Marie Curie, and he claimed he had "provide guidance and a forward selection between tray and tray 3."
This is to diversify the routes that UPMC is implementing, for example, an engineering curriculum in an open multi-disciplinary introduction to the engineering disciplines and between basic tray and tray 3, followed by teaching engineering at the highest level of master. "So in tray 3, the student has a good general knowledge and knows if he wants to become an engineer or not. Otherwise, it still has the choice to move to many other professions," tell me more Jean-Charles Pomerol. More...

Posté par pcassuto à 14:18 - - Permalien [#]