http://www.paca.pref.gouv.fr/var/ezflow_site/storage/images/media/images/hugues_parant2/10199-1-fre-FR/hugues_parant_medium.jpgLa nouvelle lettre Réussir l’action de l’Etat en Provence-Alpes-Côte d’Azur (n°1 octobre 2011) fait son dossier sur "Une bataille qui se livre sur le terrain":
- L’alternance à la une,
- Les contrats aidés à leur plein potentiel,
- La formation pour faciliter la reprise d’activité des demandeurs d’emploi,
- Rapprocher l’offre et la demande.
La formation pour faciliter la reprise d’activité des demandeurs d’emploi

Outre les contrats aidés supplémentaires, le Président de la République a annoncé en septembre l’achat par Pôle Emploi de 15 000 places de formation supplémentaires pour les demandeurs d’emploi.
Sur le volume octroyé initialement en début d’année à notre région (8389 ), Pôle Emploi Paca avait à fin juillet 2011, prescrit près de 60% de son objectif annuel. L’augmentation obtenue de 2000 places (soit un total de 10389) devrait permettre à Pôle Emploi, sur la base des besoins exprimés dans les territoires, d’engager de nouveaux achats de formation, afin de faciliter la reprise d’activité de ceux parmi les demandeurs d’emploi qui ont besoin d’une formation de remise à niveau.
Consulter la lettre Réussir l’action de l’Etat en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Edito

Dans un contexte économique tendu, la question de l’action en faveur des demandeurs d’emploi est une préoccupation majeure des services de l’Etat en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans une telle situation, je considère qu’il est, plus que jamais, de notre devoir de protéger et d’agir: protéger les populations les plus exposées du fléau que constitue le chômage, agir pour offrir à tous une chance de retrouver sa place dans un environnement économique en évolution constante.
Conformément à la volonté du Président de la République, l’ensemble des outils disponibles ont été mis en oeuvre dans les territoires pour faire reculer le chômage: j’ai engagé le 16 mars dernier la démarche «Initiative Emploi Formation Paca» afin de renforcer la mobilisation de tous les acteurs de l’emploi. Le défi dont il est question est en effet l’affaire de tous et la bataille se gagnera plus que jamais sur les territoires, au plus près des acteurs du terrain. Dans cette mobilisation totale et essentielle, les préfets et les sous-préfets, au contact des réalités locales dans leurs départements et leurs arrondissements, ont un rôle d’animation primordial. Les objectifs sont clairs, et font l’objet d’un suivi rapproché:
■ Faire baisser le nombre des demandeurs d’emploi et en particulier des demandeurs de longue durée et des jeunes;
■ Augmenter le nombre des formations qui leur sont offertes;

■ Développer significativement l’alternance en augmentant le nombre de contrats d’apprentissage et de contrats de professionnalisation;
■ Réduire le délai moyen de satisfaction des offres d’emploi.
Afin d’amplifier la mobilisation des acteurs pour l’emploi, j’ai voulu faire le tour des Services Publics de l’Emploi locaux (SPEL) de la région PACA. C’est pourquoi, j’ai souhaité consacrer à notre bataille pour l’emploi ce numéro de la nouvelle lettre de l’Etat en région, et vous présenter non seulement les moyens et les instruments relevant de l’Etat et de Pôle Emploi mobilisés afin de concourir aux objectifs d’amélioration de la situation de l’emploi, mais également les premiers exemples des efforts conduits dans les départements qui illustrent dans chaque territoire la réalité de notre détermination à agir. Hugues PARANT, Préfet de la zone de défense Sud, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône.
Le
dossier sur "Une bataille qui se livre sur le terrain".
Le saviez-vous ?
Au nombre de 18, les SPEL associent désormais, outre la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE), Pôle emploi et les Missions locales, tous les acteurs susceptibles de contribuer activement au développement de l’emploi (réseaux consulaires, directeurs de centres de formation d’apprentis (CFA), agences d’intérim, branches professionnelles, entreprises…) et se réunissent sur un rythme mensuel pour un suivi approché des indicateurs fixés. Ainsi, c’est arrondissement par arrondissement qu’est livrée cette bataille pour l’emploi.
Quelques chiffres

L’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi dans la région est de l’ordre de 5,7% en un an, contre 2,3% au niveau national. Si la tendance semble se stabiliser pour les jeunes (-0,1%), elle demeure sévère pour les chômeurs de longue durée (+13,9%) et plus encore pour les plus de cinquante ans (+ 17,3%).
Une mobilisation de terrain

La mobilisation engagée ici est sans précédent. Au plan opérationnel, elle implique tout particulièrement les sous-préfets qui impulsent et coordonnent, sous l’autorité des préfets de département, les plans d’actions élaborés dans le cadre des Services pour l’emploi locaux (SPEL). Soucieux d’être lui même au plus près du terrain et d’amplifier la mobilisation de tous, Hugues PARANT, Préfet de région, a décidé d’assister personnellement aux réunions des SPEL.
Il s’est ainsi rendu successivement en septembre à Draguignan et Grasse le 20, à Avignon le 21, à Briançon et à Gap le 26, et en octobre à Arles et Carpentras le 5, à Digne le 6, à Toulon et Nice le 12, à Brignoles le 18 et à Aix-en-Provence et Marseille le 19. Ces déplacements ont permis de mieux coordonner l’action sur le terrain et d’effectuer en temps réel des bilans locaux de la mise en oeuvre de l’«Initiative Emploi Formation».
L’apprentissage : un investissement d’avenir

Lors de son déplacement le 6 octobre dans les Alpes de Haute-Provence, le Préfet de région a notamment rappelé la nécessité de valoriser l’apprentissage: « il faut parvenir à dépasser cette hiérarchie qui sépare, voire oppose, du point de vue des valeurs, l’enseignement général et l’apprentissage », citant en exemple le cas de l’Allemagne « la formation professionnelle initiale est deux fois plus importante qu’en France. Et le taux d’embauche des jeunes est deux fois plus élevé aussi…»
L’alternance à la une

Dans un contexte économique tendu, où les enjeux de la qualification seront déterminants, le développement de la formation en alternance, renforcé par les nouvelles mesures issues de la loi du 28 juillet 2011 (allégement de charges, carte d’étudiant des métiers…), constitue l’un des leviers clés d’une insertion professionnelle durable des jeunes dans l’emploi.
Développement de l’alternance: un objectif prioritaire

C’est dans le but que ces outils soient mobilisés à leur plein potentiel qu’Hugues Parant, anticipant sur le lancement le 29 septembre de la campagne nationale de communication sur l’alternance, a réuni le 16 l’ensemble des représentants des chambres consulaires, des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), et des grandes entreprises régionales.
L’Etat s’engage pour l’apprentissage en PACA

Des volumes financiers sans précédent (20,57 millions d’euros par an) sur 5 ans seront par ailleurs investis prochainement par l’Etat au service du développement de l’apprentissage en Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre du « contrat d’objectifs et de moyens - apprentissage 2011-2015» en cours de signature avec le conseil régional.
L’objectif est de concourir puissamment à l’attractivité de l’apprentissage dans notre région, avec un objectif de plus de 40000 apprentis à l’horizon 2015, soit 8000 de plus sur la période d’exécution du contrat. Les financements mis en place seront tout spécialement mobilisés pour la modernisation des installations, la rénovation des centres de formation des apprentis, l’adaptation de l’offre de formation, l’amélioration des conditions de vie des apprentis ou encore la valorisation de l’apprentissage, notamment auprès des jeunes de la région et de leurs familles ainsi que des acteurs économiques.

Les contrats aidés à leur plein potentiel

Depuis le 1er janvier 2011, 23194 « contrats d’accompagnement dans l’emploi » (CAE) destinés au secteur non marchand ont été prescrits, dont plus de 6300 cofinancés par les Conseils Généraux. Concentrés sur les publics prioritaires (jeunes, Chomeurs de Longue Durée - CLD -, seniors), ils ont contribué efficacement à la réinsertion progressive des personnes les plus éloignées de l’emploi.
S’agissant du secteur marchand, 2147 CIE (contrats initiative emploi), dont 762 cofinancés par les Conseils Généraux, ont été prescrits dans la même période. Les enveloppes octroyées pour le deuxième semestre, auxquelles viendront s’ajouter une partie des moyens supplémentaires annoncés par le Président de la République le 2 septembre dernier (1400 CAE), porteront le nombre de contrats aidés disponibles pour l’année 2011 à un niveau jamais atteint en région: ce sont ainsi près de 45000 contrats au total qui pourront être mobilisés au service de l’emploi régional.
Rapprocher l’offre et la demande

Optimiser la mise en adéquation des compétences des demandeurs d’emploi avec les besoins des entreprises constitue une des priorités centrales des SPEL, tout particulièrement sur les secteurs d’activité en tension.
Bien qu’inférieur à celui qu’on enregistre en moyenne nationale, le délai enregistré de satisfaction des offres, encore situé à 32 jours, devra être encore réduit. Dans cette perspective, Pôle emploi amplifie ses contacts avec les entreprises pour redéfinir le cas échéant les profils des postes et les conditions d’emploi, propose lorsque nécessaire des actions de formation préalables ou des contrats de professionnalisation, et mobilise en tant que de besoin des méthodes de recrutement innovantes comme la méthode des habiletés.
FOCUS : Le recrutement par simulation ou sur habiletés

Ce type de recrutement est une méthode innovante d’origine canadienne reprise et développée en France par Pôle-emploi. Elle vise à sélectionner des candidats en détectant chez eux des aptitudes et des comportements adéquats à un poste de travail. Le choix s’effectue grâce à la combinaison de critères tels qu’aptitudes techniques, qualités personnelles et comportements liés à l’emploi et n’accorde aucune importance aux diplômes, à l’expérience ou à l’âge. Des exercices pratiques sous forme de simulation de situations de travail sont proposés aux candidats pour révéler leurs capacités et aptitudes et aussi évaluer leurs habiletés. En Provence-Alpes-Cöte d’Azur, des entreprises comme AOL, CAF des Alpes Maritimes, CSA, Flunch, Ikéa, Intermarché, Leroy-Merlin, la Société Monégasque des Services Téléphoniques, ou ST Microélectronics ont déjà eu recours à cette méthode.
Consulter la lettre Réussir l’action de l’Etat en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La nuova lettera passo l'azione dello Stato in Provenza-Alpi-Costa Azzurra n ° 1 da ottobre 2011 è il record di "una battaglia combattuta sul terreno":
- L'alternativa ad una,
- I contratti assistiti al loro pieno potenziale,
- Formazione per facilitare la ripresa di attività dei disoccupati,
- Fornitura di corrispondenza e la domanda.
Formazione per facilitare la ripresa di attività per chi cerca lavoro
In aggiunta ai contratti sovvenzionati aggiuntivi, il Presidente della Repubblica ha annunciato nel mese di settembre con l'acquisto di centro per l'impiego di 15.000 posti di formazione supplementari per chi cerca lavoro.
Il volume inizialmente concesso all'inizio di quest'anno nella nostra regione (8389), centro di lavoro Paca doveva finire nel luglio 2011, richiede quasi il 60% del suo target annuale. L'aumento ottenuto in 2000 posti (per un totale di 10389) dovrebbe consentire centro per l'impiego, sulla base delle esigenze espresse nei territori, di avviare nuovi acquisti di formazione, per facilitare la ripresa di attività tra quelle in cerca di lavoro che necessitano di un corsi di aggiornamento.
Si veda la lettera passo l'azione dello Stato in Provenza-Alpi-Costa Azzurra
. Più...