18 octobre 2011

China: Tight curbs on indebted universities

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Yojana Sharma. Local authorities in China have tightened up on debts owed by universities amid fears that big-spending institutions may default on their loans. The move could affect a number of international university collaborations where local and provincial authorities have agreed to fund major construction projects.
According to China's state-run media, provincial and municipal governments are urging indebted universities to repay loans after the National Audit Office reported at the end of 2010 that some 1,164 colleges were burdened with around CNY263.5 billion (US$41.5 billion) as a result of profligate spending over the last decade.
Strict new policies have been introduced to curb new university expansion not approved in the pipeline before 2009. Other capital projects such as expensive reequipping of laboratories and new dormitories will also be frozen, as local governments have had to step in to bail out universities that overreached themselves.
In Kunshan near Shanghai, the policy has reportedly led to cutbacks on new buildings for the planned US Duke University campus financed from Kunshan city coffers. Construction of a building to house research facilities and laboratories has been postponed indefinitely, according to Chinese sources in Kunshan. The building was intended to house Duke's Global Health Institute offering special masters-level courses in China from 2012.
A number of essential buildings will be completed at the Kunshan site, but with the freeze on non-essential projects lasting until 2012, construction of the laboratory building may not resume until 2013 under current policies. In east Anhui province, new infrastructure projects linked to university campuses will not be approved if the campuses currently have the capacity to accommodate all students, according to Yang Delin, deputy director of Anhui's education department.
Universities in Anhui are strictly forbidden to take out bank loans or borrow money from other sources without government approval, Yang was quoted in the official China Daily newspaper as saying. "For those that don't pay back loans the government will cut funding used to help them pay back loans," Yang said.
In an urgent document signed by the ministries of finance and education, on reducing the debts of local higher education institutions and issued by the central government at the end of last year, every province must report the details of university debts to the central government. According to the document, "each province must develop their own plan of how to dramatically reduce university debts. If they do this they will get money from central government to reduce the debt principal - but not the interest," said said Qiang Zha, an associate professor in the faculty of education at York University in Toronto and a research fellow at Shanghai's Fudan University, who is familiar with the government document.
The move will effectively write off a proportion of the debts incurred before 2009 if universities agree to cut back on spending. In the richest provinces of Guangzhou, Jiangsu and Zhejiang some 10% of the debt will be effectively written off, with the central government providing that money in the form of a cash grant to the provincial government. But in poorer provinces they will get back as much as 45% of the principal from the central government if they are able to show a major reduction in university debt.
"This provides an incentive. If they don't reduce their [existing debt] they won't be able to get these large sums of money from the government," said Qiang. "They borrowed without thinking about capacity [to pay] and now they get substantial help - it is like a freebie for provincial governments."
Local governments will not be allowed to borrow from sources other than state-run banks to fund university projects. In recent years funding for university initiatives was sought from shadowy 'investment companies', wealthy individuals and other lenders charging usurious interest. But bank loans are becoming harder to get amid a credit squeeze in China. In central Hubei province local education authorities have urged universities to pay back all CNY13.3 billion of loans in the next five to eight years, some of it by selling underused university land.
Wuhan University in the Hubei capital of Wuhan is collaborating with Duke and Kunshan city on global health research projects at the Kunshan campus. But Wuhan city itself is regarded as one of the 10 most indebted in China, with banks there saying they have stopped lending to local government projects unless profitability is guaranteed. In Anhui the provincial government's education department last month created a university debt database to track the progress of all university loan repayments. Universities and local authorities now have to report their efforts to reduce debt on a monthly basis, said Qiang, who is also a former advisor to Anhui provincial government.
Qiang said 2010-12 was "a period to help local universities. It is clear that the debt must be reduced now because after 2012 provincial universities will not get any more financial help from the central government."

Posté par pcassuto à 23:47 - - Permalien [#]


Entrepreneuriat : le retard français

http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngPar Jean-Claude Lewandowski. La France, classée bonne dernière pour l'esprit d'entreprise: c'est l'une des conclusions les plus marquantes du Baromètre de l'entrepreneuriat, présenté aujourd'hui par Ernst & Young, en prélude au prochain « G20 des jeunes entrepreneurs », à Nice, du 31 octobre au 2 novembre, et dont « Les Echos » révèlent les grandes lignes. Une étude qui analyse les « écosystèmes entrepreneuriaux » dans les 20 pays membres.
Seuls 23% des entrepreneurs interrogés (sur plus d'un millier) pensent en effet que la France est un pays dont la culture encourage l'initiative et la création. Très loin de l'Inde, en tête avec 98% de réponses positives, ou de la Chine (92%). Très loin même de la moyenne du G20, à 76%. Ce retard apparaît comme un handicap majeur pour l'économie française, au moment où la plupart des experts s'accordent pour voir dans l'entrepreneuriat le meilleur moyen de sortir de la crise. « Partout où c'est possible, les gouvernements doivent soutenir les entrepreneurs, car ceux-ci joueront un rôle clef pour le retour de la croissance », rappelle Philippe Peuch-Lestrade, responsable du secteur public chez Ernst & Young.
Sur plusieurs autres indicateurs, la France apparaît à la traîne. Elle est ainsi l'un des trois pays (avec l'Allemagne et la Russie) où l'échec est le plus perçu comme un obstacle à de futurs projets, seuls 32% y voyant une opportunité pour apprendre.
Le rôle des « success stories »
L'étude analyse aussi quatre aspects clefs du paysage entrepreneurial: l'éducation, l'accès au financement, la réglementation et le soutien coordonné. Sur le premier point, 70% des entrepreneurs sont convaincus que les étudiants ont besoin d'une formation spécifique pour se lancer. De quoi valider la démarche d'écoles comme HEC, l'Essec, EM Lyon, Centrale Paris ou les Mines d'Alès, qui ont monté des filières spécifiques. De même, 88% estiment que les « success stories » et les programmes d'accompagnement pour créateurs contribuent à motiver les étudiants. « Il existe une forte demande pour une éducation à l'entrepreneuriat, observe Jean-François Royer, associé chez Ernst & Young. Il faut montrer aux jeunes qu'il est possible de créer son entreprise et de réussir. Les entrepreneurs eux-mêmes sont mobilisés, prêts à passer du temps dans les écoles et sur les campus. » Les pays émergents (Brésil, Chine, Inde...) sont en pointe sur ce sujet.
Un peu partout dans le monde, l'accès au financement reste un point faible: 62% des entrepreneurs le jugent difficile. « En France, plusieurs initiatives vont dans le bon sens, tempère cependant Sandra Le Grand, fondatrice de Kalidea (ex-Canal CE). C'est le cas d'Oséo, qui est une remarquable structure. La difficulté aujourd'hui vient plutôt des banques, souvent très frileuses. »
L'étude répertorie les « bonnes pratiques » mises en oeuvre ici ou là. Elle débouche sur une série de recommandations adressées aux pouvoirs publics, mais aussi aux entrepreneurs eux-mêmes. Le baromètre intégral d'Ernst & Young, l'étude de Mc Kinsey et le témoignage de Sandra Le Grand.
http://www.lesechos.fr/images/les-echos.png By Jean-Claude Lewandowski. France, ranked dead last for entrepreneurship: it is one of the most striking findings of the Barometer of entrepreneurship, presented today by Ernst & Young, as a prelude to next "G20 Young Entrepreneurs" in Nice, October 31 to November 2, whose "Les Echos" reveal the outline. A study that analyzes the "entrepreneurial ecosystem" in 20 countries. More...

Posté par pcassuto à 18:32 - - Permalien [#]

Faut-il encourager l’alternance dans l’enseignement supérieur ?

http://4.bp.blogspot.com/-OuJ4mEO73qQ/TWwcWqVzvyI/AAAAAAAATyk/pg1gbIO-Lzw/s320/Capt%2B-Atlantico_logo.JPGPar Jean-Robert Pitte. Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, souhaite se battre "pour que 800 000 jeunes soient en contrat d’alternance d’ici 2015". Quels avantages pour l'étudiant et pour l'employeur? Jean-Robert Pitte y répond dans son livre "Orientation pour tous". Extraits (2/2). Voir aussi Extraits 1/2: Bien se former dès le lycée pour s'épanouir dans son métier. Extraits de Orientation pour tous: Bien se former et s'épanouir dans son métier, Bourin Editeur (6 octobre 2011).
Il existe deux types d’alternants: les « alternants sous statut scolaire et universitaire », qui bénéficient d’une convention de stage pour effectuer des périodes en entreprise, et les « alternants sous statut salarié », bénéficiant d’un CDD ou d’un CDI d’une durée de six mois à trois années selon les cas. Dans ce second cadre, deux possibilités existent. La première est l’apprentissage, qui est une forme d’alternance au sein de l’entreprise, sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage.
Il donne lieu à un contrat d’apprentissage: le jeune est salarié et rémunéré selon un pourcentage du Smic ou du minimum conventionnel. À l’issue de cette formation (de un à trois ans, selon le niveau préparé), s’il a passé avec succès ses examens, l’apprenti reçoit un diplôme. La deuxième possibilité est la professionnalisation, qui associe sous la responsabilité d’un tuteur formation pratique et théorique, dispensée dans un organisme de formation externe ou interne à l’entreprise. La rémunération s’exprime également selon un pourcentage du Smic ou du salaire minimum conventionnel.

L’enseignement supérieur s’engage de plus en plus dans les formations en alternance

Depuis la loi de 1987, l’ouverture de l’enseignement supérieur à l’apprentissage était le fait d’initiatives locales. En 2006, le gouvernement a incité au développement de cette voie de formation. L’apprentissage reste encore largement l’apanage des formations de niveau V et IV (niveau V est celui du CAP, BEP ou toutes autres qualifications de niveau équivalent, le niveau IV, dit technicien, correspond aux baccalauréats ou titres de niveau équivalent), mais il a tendance à se développer de plus en plus dans les formations post-bac. Les principaux diplômes de l’enseignement supérieur préparés par la voie de l’apprentissage dès 2006 concernaient surtout le BTS, le BTSA, le DUT et d’autres diplômes et certifications de niveau III, la licence (niveau II), la maîtrise et d’autres diplômes de niveau I (dont les diplômes d’écoles de commerce et de management, les diplômes d’ingénieurs, le master et tout autre diplôme de niveau I). Les apprentis représentent 15% des effectifs de STS. Toutes les spécialités ne sont hélas pas encore accessibles par la voie de l’apprentissage. Les BTS les plus prisés sont les mêmes que pour la voie classique: BTS MUC (management des unités commerciales), NRC (négociation et relation client), maintenance industrielle. Les DUT sont moins préparés par apprentissage (5% de l’effectif), sauf celui des techniques de commercialisation.
De plus en plus d’écoles de commerce s’ouvrent à l’apprentissage (l’Essec dès 1993). La formule adoptée le plus souvent est celle de la première année sous statut étudiant, puis les deux suivantes sous contrat d’apprentissage. Certaines écoles réservent un quota de places à l’apprentissage (Inseec, IECS Strasbourg devenue EM Strasbourg, etc.) – 130 diplômes d'ingénieur peuvent être préparés dans près de 80 établissements. La Commission du titre d’ingénieur (CTI), qui encadre le développement de l’apprentissage dans ces écoles, observe que les jeunes ingénieurs ainsi formés s’intègrent très facilement  dans le monde économique. Il faut souligner que ce sont les écoles d’ingénieurs internes aux universités qui développent le plus la voie de l’apprentissage, ainsi que les licences professionnelles. Quant aux masters, le plus souvent, l’alternance est organisée en seconde année (M2). Parmi les universités les plus ouvertes à l’apprentissage, celle de Marne-la-Vallée offre plus de 60 diplômes professionnalisés préparés par cette voie. L’université d’Évry et celle de Metz s’y engagent résolument. Il est à souhaiter qu’elles fassent école.
Ce mode de formation offre un réel intérêt, tant pour les étudiants et l’entreprise, que pour l’université

L’apprentissage offre un accès aux savoirs par une pédagogie active, mais c’est aussi un parcours salarié qui permet de financer tout ou partie des études. Il ouvre ainsi des parcours inédits à des jeunes qui avaient peu de chances de s’insérer dans les cursus traditionnels de l’enseignement supérieur ; l’expérience professionnelle acquise plus tôt conforte la socialisation du jeune dans l’entreprise et permet une insertion professionnelle plus rapide. Pour nombre d’étudiants, il se présente également comme une deuxième chance, pendant que l’entreprise apprend à mieux connaître le monde universitaire et développe des coopérations fructueuses. Enfin, pour l’université, l’apprentissage est un moyen de diversifier ses ressources financières (taxe d’apprentissage), mais aussi de modifier et d’enrichir ses pratiques pédagogiques, de développer le travail en équipe, de multiplier les relations avec le tissu économique, y compris en contribuant aux transferts de technologies, et de bâtir de bons projets de recherche.
Certains freins, comme des difficultés d’ordre juridique, empêchent le développement de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur. En effet, il n’existe pas de code du travail – sauf exception – pour les formations supérieures. Par exemple, si les étudiants peuvent redoubler la première année d’une formation en deux ans, les apprentis ne peuvent redoubler que l’année terminale. Enfin, les formations par apprentissage dans le supérieur sont en général plus coûteuses que celles du niveau V ou IV. Des choix sont donc à effectuer, notamment par les Régions, dans les priorités d’affectation des budgets relatifs à l’apprentissage.
Przez Jean-Robert Pitte. Nadine Morano, minister nauki i szkolenia, chce "na 800 tysięcy młodych ludzi w umowy na przemian roku 2015." Jakie są korzyści dla studenta i pracodawcy? Jean-Robert odpowiedzi Pitte w swojej książce "Orientacja dla wszystkich". Ekstrakty (2/2). Zobacz także wyodrębnić 1/2: Mimo, że powstały w szkole się rozwijać w swoim zawodzie. Fragmenty wytyczne dla wszystkich: Podczas gdy forma i rozwijać w swoim zawodzie, Bourin Publisher (06 października 2011). Więcej...

Posté par pcassuto à 17:03 - - Permalien [#]
Tags :

La FFP lance son Portail Alternance

http://www.ffp-alternance.fr/img_o/structure/bgk.jpgLa FFP lance aujourd’hui son « Portail Alternance » www.ffp-alternance.fr pour aider les jeunes dans leurs démarches et leur permettre de trouver la formation adaptée à leur projet professionnel. Retrouvez le communiqué de la FFP en cliquant ici.
Aujourd’hui de plus en plus de jeunes choisissent la voie de l’alternance pour acquérir une qualification professionnelle et intégrer le monde du travail.
Parce que c’est une formule qui vous permet:
- d’accéder à une formation et d’acquérir un diplôme
- d’entrer dans la vie active et de s’enrichir d’une expérience professionnelle
- d’être un salarié à part entière et titulaire d’un contrat de travail
Les organismes privés de formation, qui sont les principaux prestataires sur l’alternance, ont acquis un réel savoir faire en matière d’insertion des jeunes et de construction de parcours qualifiants.
C’est pourquoi la FFP a décidé de créer ce site sur l’alternance pour vous aider dans vos démarches et vous permettre de trouver la formation en alternance adaptée à votre projet professionnel.
Grâce aux informations diffusées sur ce site et au moteur de recherche compilant l’ensemble des formations et les organismes de formation prêts à répondre à votre demande, vous disposez aujourd’hui d’un outil efficace, fiable et d’une garantie de professionnalisme.
http://www.ffp-alternance.fr/img_o/structure/bgk.jpg Mae'r FFP yn lansio ei "Porth gymysgedd" www.ffp-alternance.fr i helpu pobl ifanc yn eu hymdrechion a'u helpu i ddod o hyd i'r hyfforddiant perthnasol er mwyn eu cynlluniau gyrfa. Dod o hyd i'r rhyddhau FFP yn fan hyn.
Heddiw mae mwy a mwy o bobl ifanc yn dewis y llwybr y alternation i ennill cymhwyster proffesiynol ac integreiddio y byd gwaith
. Mwy...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]