28 septembre 2011

Prospective des métiers de l'intérim, 2011

http://www.formation-ceci.fr/images/logo/logo_faftt.jpgVers quels secteurs professionnels, vers quels métiers les salariés intérimaires peuvent-ils évoluer au regard des évolutions du marché? Comment accompagner ces évolutions? Télécharger l'étude Prospective des métiers de l'interim.
Pour répondre à ces questions et mieux identifier les mobilités professionnelles, la présentation retenue par l’étude est structurée autour de regroupements de métiers nommés « halos de métiers ». Cela signifie qu’ils peuvent s’exercer dans un ou dans plusieurs secteurs professionnels relativement proches et qui répondent généralement à une même finalité d’intervention. Les formations nécessaires à la réalisation de ces parcours peuvent entrer dans le cadre des actions collectives de formation en alternance (OPAL) financées par le FAF.TT. L'étude dont est tirée cette synthèse a été réalisée par le cabinet Amnyos, et publiée par le DGEFP. Elle est également disponible sur le site de la DGEFP: www.emploi.gouv.fr.
Le poids économique de l’intérim

Le secteur de l’intérim accompagne, quand il ne les précède pas, les mouvements conjoncturels de l’économie. Après des niveaux d’activité record dans les années 2004-2007, le secteur a subi une récession sans précédent, avec une baisse de près de 30% des effectifs salariés intérimaires en 2009, surtout dans l’industrie. L’activité s’est redressée en 2010, sans toutefois atteindre les niveaux des meilleures années.
Un investissement dans la formation
L’intérim constitue un moyen d’accès privilégié à un premier emploi pour les jeunes: en 2008, la moitié des salariés intérimaires de moins de 25 ans n’avaient aucune expérience professionnelle significative au moment de leur entrée dans l’intérim. Un sur cinq a pu aussi suivre une formation: formation courte dans 78% des cas, formation en alternance pour 10%, congé individuel de formation pour 8%.
Au-delà du public jeune, le secteur de l’intérim investit de façon importante (obligation légale 2%) dans la formation pour répondre à des besoins en compétences non satisfaits et pour adapter les qualifications aux évolutions récentes du marché du travail. En 2009, 270 millions d’euros ont été consacrés à des actions de formation qui ont bénéficié à environ 200000 salariés intérimaires. Télécharger l'étude Prospective des métiers de l'interim.
Voir aussi Rapport d'activité 2010 du FAF.TT, Les effets de la formation sur l'insertion des intérimaires, 2011, Formation: quels droits pour les intérimaires? Nouvellles modalités au FAF TT, Les effets de la formation sur l'insertion des intérimaires, CIF: augmentation du taux d'acceptation par le FAF.TT, Intérimaires, NOUVEAU sur le site du FAF.TT: comment vérifier son éligibilité aux congés CIF, CBC et VAE, Les effets de la formation sur l'insertion professionnelle des intérimaires, Intérimaires: le droit à la formation.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]


27 septembre 2011

Les petits patrons aiment l'apprentissage

L'apprentissage, largement apprécié des patrons de TPE: 72% estiment qu'il est adapté à leurs besoins. Le 43e baromètre de conjoncture des TPE, réalisé par l'Ifop pour Fiducial, revient sur la perception des dirigeants sur la formation et l'apprentissage ainsi que sur le système éducatif français. Télécharger l'étude complète.
Les avantages de l'apprentissage largement reconnus

L'apprentissage bénéficie d'une bonne image auprès des patrons de TPE. Il offre des perspectives intéressantes en termes d'évolution de carrière (86%). Il facilite le recrutement de personnel (84%) et les formations qu'il propose permettent de s'adapter rapidement à l'évolution des métiers (79 %). Enfin, l'apprentissage est largement considéré comme adapté aux besoins des TPE-PME (72%). Les patrons de TPE sont cependant 83% à penser qu'il est difficile de trouver un bon apprenti.
Une TPE sur quatre (24%), soit deux employeurs sur cinq (41%), ont déjà eu, au cours de ces trois dernières années, recours à un contrat d'apprentissage et 16% (soit 27% des employeurs) à un contrat de professionnalisation.
L'apprentissage, une marche vers l'emploi.

Les dirigeants qui ont eu recours à l'apprentissage en tirent un bilan positif pour leur entreprise (85 %). D'ailleurs près de quatre dirigeants sur dix (39 %) ont déjà embauché un de leurs apprentis. Ce chiffre monte à 66 % dans les TPE de plus de cinq personnes.
Concernant la rémunération perçue par les apprentis, 58% des employeurs la considèrent équilibrée, 23% la jugent trop élevée et 19 % plutôt insuffisante.
Quant aux évolutions de ce cursus, 75% des dirigeants souhaiteraient une fusion de l'apprentissage et du parcours de professionnalisation. Et 81% sont favorables à la possibilité de rendre accessibles tous les diplômes professionnels, du CAP à Bac + 5, par la voie de l'apprentissage.
90% des patrons de TPE menant des actions dans ce domaine jugent la formation continue de leurs salariés utile.
50% des TPE employeurs ont formé leurs salariés au cours des trois dernières années, l'autre moitié s'en est abstenue. Pour autant, les uns comme les autres estiment à une large majorité (89%) que leurs salariés sont bien formés pour accomplir leurs missions.
D'ailleurs, le niveau de formation suffisant des employés est la première justification à l'absence de formation (36%). Arrivent ensuite le manque de temps pour trouver la formation adaptée (27%), le temps d'absence du salarié (23%) et le coût de la formation (16%).
Dans les TPE qui forment leurs salariés, ces derniers suivent en moyenne quatre jours de formation par an, même si cela représente moins de 3 jours pour 46 % d'entre eux. Les patrons recourent largement (74 %) aux services d'un organisme indépendant pour former leurs employés, loin devant l'appel à un fournisseur (29 %) ou à une personne interne à l'entreprise (21%).
L'éducation, cause prioritaire

Les chefs d'entreprise (91%) appellent  à des réformes urgentes pour améliorer l'éducation et la recherche, avec comme priorité absolue de s'assurer que tous les jeunes sachent au moins lire et écrire à l'entrée en sixième (64%). Ils portent également un intérêt fort à l'adaptation des études au monde de l'entreprise (41%) et à l'amélioration de l'orientation des jeunes (37%).
Méthodologie de l'Etude :

Echantillon de 1002 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, raisonné sur les critères secteur d'activité de l'entreprise, taille de l'entreprise, région d'implantation de l'entreprise et interrogé par téléphone du 5 au 21 juillet 2011. Des résultats nationaux représentatifs : redressement selon les données INSEE pour la meilleure représentativité de cette composante du tissu économique français.
Dysgu, gwerthfawrogir yn eang gan noddwyr TPE: 72% yn credu ei bod yn briodol i'w hanghenion. Mae baromedr 43 o TPE, a gyfarwyddwyd gan Ifop ar gyfer Fiducial, yn siarad am y canfyddiad o hyfforddiant arweinyddiaeth a dysgu yn ogystal â'r system addysg Ffrainc. Lawrlwythwch yr astudiaeth cyflawn.
Mae manteision dysgu cydnabod yn eang

Dysgu Mae gan delwedd dda ymhlith noddwyr TPE.
Mae'n cynnig safbwyntiau diddorol o ran datblygiad gyrfa (86%). Mae'n hwyluso gall y broses o recriwtio staff (84%) a hyfforddiant y mae'n ei gynnig yn gyflym i addasu i newid busnes (79%). Yn olaf, mae dysgu yn cael ei ystyried yn eang fel sy'n addas i anghenion busnesau bach a chanolig SOHO-(72%). Patrymau, fodd bynnag, TPE 83% yn meddwl ei bod hi'n anodd dod o hyd i prentis da. Mwy...

Posté par pcassuto à 23:48 - - Permalien [#]

Europe: Erasmus expands to help Arab Spring

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Brendan O’Malley. The European Commission announced on Tuesday that EUR66 million (US$90 million) will be allocated to extending the Erasmus Mundus higher education programme to support European Neighbourhood countries, in response to the Arab Spring.
The initiative is aimed at achieving better understanding and mutual enrichment between the European Union and neighbouring countries by creating possibilities for student and academic staff mobility - for example, the opportunity to study in universities in EU member states - and exchange of knowledge and skills.
The move is part of a new approach towards Europe's neighbours to the east and south, based on "on mutual accountability and a shared commitment to respecting universal values, international human rights standards, democracy and the rule of law", the commission said. The Polish government, currently holding the EU presidency, has made expansion of Erasmus programmes to eastern and southern neighbours a priority, as reported by University World News.
Following a comprehensive review of the European Neighbourhood Policy (ENP), launched in 2010, the commission says a strengthened engagement in the area of education is a crucial element of the new approach towards the ENP countries. The funding will be spread over the next four years.
"In the context of the recent developments in the south, particular attention needs to be given to supporting actions in favour of young people in the southern ENP countries, who play an important role in the current democratisation process of the region," the commission said.
The commission argued that, as most European Neighbourhood Policy countries are in the process of working towards establishing fully-fledged market economies, higher education institutions are under strong pressure to provide the skills required by new economic conditions.
"Support for partner country institutions in their reform efforts and in establishing people-to-people cooperation, especially in the field of higher education, is therefore needed and can contribute to mutual understanding between people, countries and cultures in the EU's neighbouring countries," it added.
The Erasmus Mundus extension is one aspect of a four-part plan, outlined this week, to respond to the Arab Spring. The flagship initiative is the Support to Partnership, Reform and Inclusive Growth (SPRING) Programme, adopted on 27 September. Through SPRING the commission will provide support for the Southern Neighbourhood countries for democratic transformation, institution building and economic growth in the wake of the Arab Spring. This is expected to improve human rights and fundamental freedoms, democratic governance, freedom of association, expression and assembly and free press and media. Improvements in public administration, rule of law and the fight against corruption are also anticipated.
Catherine Ashton, High Representative for Foreign Affairs and Security Policy and Vice President of the European Commission, said: "The European Union was the first to offer a serious response to the Arab spring. This new set of decisions is the result of the new and ambitious European Neighbourhood Policy launched in May and it confirms that the EU has made it one of its main priorities to support 'deep' and sustainable democracy, but also economic recovery, in North Africa and the Middle East."
SPRING will provide EUR350 million of support in 2011 and 2012, using the 'more for more' principle. This means that the more a country progresses in its democratic reforms and institutional building, the more support it can expect. It is expected that initial support will go to Tunisia, Egypt, Jordan and Morocco. Stefan Füle, Commissioner for Enlargement and European Neighbourhood Policy, said: "These decisions prove our strong commitment to our neighbouring partners. Through job creation, improved living conditions, university partnerships and promoting a stronger voice for civil society, this support demonstrates Europe's full engagement in ensuring the desired transition to democracy in the region."
Currently the Erasmus Mundus II (2009-13) programme - the EU's flagship higher education initiative - provides support to universities that wish to implement joint postgraduate degrees or set up partnerships between universities from Europe and targeted partner countries. It also supports individual students, researchers and university staff who wish to spend a study or research or teaching period in the context of one of these joint programmes or cooperation partnerships. And it supports any organisation active in the field of higher education that wishes to develop projects aiming at improving the attractiveness, profile, visibility and image of European higher education worldwide.
Erasmus Mundus II (Action 2 Partnerships, Strand 1) seeks to extend the best practices of the internal Erasmus Programme to ENP regions, and to expand mobility opportunities to include all levels of higher education. The programme supports the establishment of cooperation partnerships between European universities and those in neighbourhood countries. Scholarships of various lengths can be awarded to interested students and the exchange programme is open to undergraduate, postgraduate, doctoral and post-doctoral students from partner countries, and will allow for student and teaching staff exchanges. Since 2007, more than 4,000 students from Neighbourhood countries and Russia have benefited from this exchange programme.
According to Cecile Hoareau, a researcher at the Center for Studies in Higher Education at the University of California, Berkeley, Erasmus is tipped to increase by 71% in the 2014-20 budget, making education the area with the highest budget increase, as reported last weekend in University World News. This budget would double the number of young people, students and academics involved in mobility programmes from 400,000 to 700,000-800,000 each year.

Posté par pcassuto à 23:38 - - Permalien [#]

Université: Sarkozy exclut une hausse des droits d'inscription

http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngPar Isabelle Ficek. Invité à ouvrir un colloque organisé par l'Institut Montaigne sur l'enseignement supérieur, Nicolas Sarkozy a plaidé hier en faveur d'un système universitaire « qui se réformerait en continu », via, chaque année, « un véhicule législatif qui permettrait, après consultation avec le monde universitaire, de voir sur quoi on pourrait faire évoluer les choses ». Sans préciser de calendrier. Le chef de l'Etat a cité la gouvernance, posant la question du rôle des personnalités extérieures. Il a aussi appelé les universités à « diversifier » leurs sources de financement, notamment via les entreprises et les anciens élèves. Alors que la Fondation Terra Nova, proche du PS, proposait récemment une hausse des droits d'inscription, sujet ultrasensible, Nicolas Sarkozy l'a exclu. « Ce serait une très mauvaise idée », a-t-il asséné, fermant, de fait, à l'UMP au moins, la porte à ce débat pour la présidentielle.
http://www.lesechos.fr/images/les-echos.png Isabelle Ficek. Zadawane otwarcia konferencji zorganizowanej przez Instytut Montaigne o szkolnictwie wyższym, Nicolas Sarkozy wczoraj wezwał do systemu uniwersyteckiego ", że reformy w sposób ciągły", poprzez każdego roku "legislacyjnego pojazdu który, po konsultacji ze środowiskiem akademickim, co możemy zrobić różnicę. "bez określenia harmonogramu. Więcej...

Posté par pcassuto à 23:31 - - Permalien [#]

L'entreprise vue par les jeunes diplômés

http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngPar Laurance N'kaoua. Il y a « jeune diplômé » et « jeune diplômé ». Concernant la perception du monde du travail, rien n'est plus différent d'un étudiant en école de commerce qu'un étudiant en école d'ingénieurs. C'est du moins ce qu'assure une étude de TNS Sofres, réalisée avant l'été et dévoilée en exclusivité dans « Les Echos ».
Premier constat: à 80%, les apprentis ingénieurs estiment qu'il leur sera « facile voire très facile » de décrocher un premier emploi. Ils étaient déjà 66% en 2009, au coeur de la crise. Les étudiants d'écoles de management, en revanche, sont moins optimistes. Seul un élève sur deux (51%) juge que trouver un poste lui sera aisé (contre 36% en 2009). « Il y a une pénurie d'ingénieurs: à leurs yeux, la crise n'existe pas », commente Eric Chauvet, directeur adjoint du département stratégies d'opinion chez TNS Sofres. En outre, « le rapport des ingénieurs à l'entreprise n'est sans doute pas le même. Ils ont le sentiment que leur employabilité vient de leur technicité, indépendamment de telle ou telle société. Les étudiants d'écoles de management, eux, ont l'impression que leurs compétences sont davantage liées à l'entreprise, et donc au contexte économique », analyse Manuelle Malot, directrice carrières et prospective à l'Edhec.
Rémunérations
Les avis divergent aussi quant à leurs attentes de rémunération, supérieures chez les ingénieurs. Comme en 2008, ces scientifiques chiffrent à 36000 euros bruts annuels le salaire minimum qu'ils jugent décent (contre 33800 euros dans les écoles de commerce). « Du marketing à la finance, l'hétérogénéité des postes est plus forte chez les élèves d'écoles de commerce. A la sortie de l'Edhec, un salaire peut varier du simple au double, selon l'exposition à l'international, les stages effectués et le secteur choisi », raconte Manuelle Malot. L'étude pointe par ailleurs un écart entre hommes et femmes, prêtes, depuis 2000, à accepter un salaire plus bas. Le biais est d'abord démographique. « Les ingénieurs gagnent mieux leur vie. Or si la parité est au rendez-vous dans les écoles de management, il n'y a que 17% de femmes ingénieurs », rappelle Eric Chauvet. C'est aussi une affaire d'orientation. « Souvent, les jeunes femmes optent pour des fonctions de communication, de RH ou de marketing, dans des domaines comme les arts, la culture, l'agroalimentaire ou les médias, moins rémunérateurs que la finance ou le conseil », observe Manuelle Malot.
Enfin, les courbes des ingénieurs et managers en herbe s'inversent quant à l'arbitrage entre vies professionnelle et privée. Ainsi, 67% des « commerciaux » anticipent de « gagner confortablement leur vie mais en travaillant beaucoup ». Un quart d'entre eux seulement souhaitent gagner «  un peu moins mais travailler moins ». Chez les ingénieurs, en revanche, à peine 46 % souhaitent travailler plus pour gagner davantage. « Les écoles de commerce valorisent les carrières ascensionnelles. Les ingénieurs ont moins cette culture. Et leur aspiration à la qualité de vie est d'autant plus vive que, sur fond de pénurie, ils ont les cartes en mains », avance Eric Chauvet. Les deux populations ont néanmoins un point commun. « Les jeunes diplômés ont la mémoire courte », commente Manuelle Malot. Sondés sur les entreprises les plus attractives à leurs yeux, ingénieurs et commerciaux ont hissé spontanément plusieurs banques, dont BNP Paribas, dans le peloton de tête. « En dépit de tout ce qui s'est passé en 2008, la finance bénéficie d'une belle aura, poursuit-elle. Le palmarès pourrait dater d'il y a cinq ou dix ans ! »
http://www.lesechos.fr/images/les-echos.png Autor Laurance N'Kaoua. Seal on "lõpetanud" ja "lõpetaja." Seoses ettekujutus tööelus, midagi erineb õpilane kommertskooli üliõpilane Tehnikaülikoolis. Vähemalt nii kindlustatud TNS Sofres uuring, mis viidi läbi enne suve ja avaldas ainult "Les Echos".
Esimene tähelepanek: 80%, praktikant insenerid usuvad, et nad on "lihtne või väga lihtne", et saada esimest töökohta.
Nad olid juba 66% aastal 2009, südames kriisi. Õpilased ärikoolides on aga vähem optimistlik. Ainult kaks üliõpilast (51%) usuvad, et töö leidmine on lihtne (võrreldes 36% aastal 2009). Velle...

Posté par pcassuto à 23:19 - - Permalien [#]


L'Etat et la Région ont conclu un accord pour développer l'apprentissage

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)L'Etat et la Région Poitou-Charentes ont signé le 26 septembre 2011 un contrat d'objectifs et de moyens sur l'apprentissage. Ce contrat affirme la volonté des deux financeurs de développer l'apprentissage sur 2011-2015 pour offrir aux jeunes une meilleure insertion professionnelle et un accès diversifié à la qualification. Chacun des financeurs s'est engagé à consacrer 68,45M€ sur la période pour augmenter les effectifs d'apprentis de 2500 apprentis en 5 ans, soit un objectif de 16 700 apprentis fin 2015, et de moderniser l'appareil de formation régional en restructurant les CFA. Ce développement s'effectuera en lien avec les besoins économiques, en veillant toutefois à optimiser les places et à limiter les risques liés aux sections à faibles effectifs.
Des mesures spécifiques seront mises en oeuvre pour accompagner vers l'apprentissage certains publics en situation de handicap ou en situation de décrochage scolaire. Une attention particulière sera portée à l'accès des jeunes filles à l'apprentissage.
Autre objectif partagé, le
développement de l'apprentissage dans l'enseignement supérieur tant pour favoriser la promotion sociale que pour répondre aux besoins en compétences des filières stratégiques (métallurgie, mécatronique...), lutter contre le faible du nombre de cadres en région et répondre aux enjeux de la croissance verte.
64 millions d'Euros seront consacrés à un plan d'investissement et d'équipement intégrant un volet sur l'hébergement des apprentis afin d'améliorer leurs condition d'accueil et de réduire des problèmes de mobilité. Une part de ces financements permettront d'accompagner des projets innovants an faveur de l'individualisation des parcours et de l'utilisation des TIC au service de l'auto-formation.
Enfin des actions seront financées pour améliorer la qualité de la formation : soutien aux jeunes en difficultés scolaires, formation et adaptation des formateurs à l'évolution des métiers, accompagnement à la mise en oeuvre du contrôle continue...
Ce contrat d'objectifs et de moyens (COM) constitue l'un des outils opérationnels de déclinaison du contrat régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP) qui sera conclu par l'Etat et la Région en octobre, cadre de référence de la stratégie régionale de formation professionnelle.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) The State and the Region Poitou-Charentes signed September 26, 2011 a contract of objectives and means of learning. This agreement affirms the commitment of both funders to develop learning in 2011-2015 to provide young people a better employability and diversified access to the qualification. Each of funders committed $ 68.45 million € over the period to increase the number of apprentices in 2500 apprentices in 5 years, is a target of 16,700 apprentices end of 2015, and modernize the regional training restructuring the CFA. Another shared objective, the development of learning in higher education both to facilitate the social advancement as to meet the skills needs of strategic sectors (metallurgy, mechatronics...), fight against the low number of frames in the region and meet the challenges of green growth. More...

Posté par pcassuto à 18:55 - - Permalien [#]

Enseignement supérieur: quels sont les pays qui dépensent le plus?

http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpgPar Olivier Rollot. Avec près de 22000 euros dépensés par an pour chacun de leurs étudiants, les Etats-Unis investissent plus de deux fois plus que la France (10260 euros) dans la matière grise. Pour autant, la France se situe dans la moyenne 2008 des pays de l’OCDE (un peu plus de 10000 euros) selon l'édition 2011 de « Regards sur l'éducation » que publie l’OCDE.
En Europe, ce sont les Suisses qui dépensent le plus pour leurs étudiants (un peu plus de 15700 euros par an), juste devant les Suédois (15210). Parmi les grands pays européens, la France est proche de l’Allemagne (11200 euros), du Royaume-Uni (11160) ou de l’Espagne (9700) mais très loin devant l’Italie où l’enseignement supérieur fait vraiment figure de parent pauvre avec seulement 6950 euros dépensés par an et par étudiant en 2008.
L’Italie est d’ailleurs l’un des pays de l’OCDE qui dépense le moins pour son enseignement supérieur avec seulement 1% de son PIB qui lui est consacré. Très loin derrière un trio de tête constitué des Etats-Unis (2,7% de leur PIB), de la Corée (2,6%) et le Canada (2,5%). Avec 1,4%, la France est un peu en dessous de la moyenne alors qu’elle est un peu au-dessus au global avec 6% de son PIB consacré à l’éducation (5,9% en moyenne dans les pays de l’OCDE). Un pourcentage en forte baisse par rapport à 1995 où il était de 6,6%. Pour autant, la part de l’enseignement supérieur s’est elle stabilisée.
On retrouve cette baisse du pourcentage du PIB consacré à l’éducation en Allemagne (4,8% en 2008 contre 5,1% en 1995) mais pas du tout aux Etats-Unis, où il grimpe au contraire de 6,6% à 7,2%, ou encore au Royaume-Uni (5,2% à 5,7%). Le pays qui dépense le plus pour l’éducation est l’Islande avec 7,9% de son PIB (dont seulement 1,3% pour le supérieur mais il est vrai que beaucoup d’étudiants la quittent à ce niveau).
Au contraire, la Corée, qui la suit avec 7,6% de son PIB consacré à l’éducation, est presque au niveau des Etats-Unis avec 2,6% pour le supérieur. Il est d’ailleurs frappant de voir à quel point les pays peuvent s’intéresser de façon très différente ou non à leur enseignement supérieur. Voir les tableaux.
http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpg Przez Olivier Rollot. Z prawie 22.000 euro wydane w roku dla każdego z uczniów, USA inwestuje ponad dwa razy więcej niż Francja (10.260 euro) w szarej. Francja jednak jest w połowie 2008 roku w krajach OECD (ponad 10.000 euro), zgodnie z edycji 2011 z "Edukacja w zarysie", opublikowanego przez OECD.
W Europie był to szwajcarski, którzy spędzają większość ich studentów (ponad 15.700 euro rocznie), tuż przed Szwedami (15 210).
Wśród głównych krajach europejskich, we Francji jest blisko do Niemiec (11.200 euro), Wielkiej Brytanii (11160) i Hiszpanii (9700), ale znacznie wyprzedza Włochy, gdzie szkolnictwa wyższego naprawdę postać Kopciuszek tylko 6950 euro spędził rocznie na jednego studenta w 2008 roku. Więcej...

Posté par pcassuto à 18:16 - - Permalien [#]

Création de l'Université de Lorraine

http://www.uhp-nancy.fr/var/uhp/storage/images/media/images/udl/135959-1-fre-FR/udl_medium.jpgL'Université de Lorraine est créée par Décret du 22 septembre 2011. Le Président de l'UHP, Jean-Pierre Finance, est nommé par le Recteur de l'Académie de Nancy-Metz, Administrateur provisoire de la nouvelle université. Lire le Communiqué de Presse.
Le Décret portant création de la nouvelle université a été publié au Journal officiel du samedi 24 septembre 2011 et est entré en vigueur au lendemain de sa publication. Il stipule la création d'un établissement unique regroupant les 4 universités de Lorraine, Université Henri Poincaré, Université Nancy2, Institut National Polytechnique de Lorraine, Université Paul Verlaine-Metz. La fusion des 4 établissements au sein de l'Université unique sera effective à compter du 1er janvier 2012.
Lors d'une conférence de Presse des 4 Présidents des établissements lorrains qui s'est tenue au PRES de l'Université de Lorraine ce lundi 26 septembre, le Recteur de l'Académie de Nancy-Metz, Jean-Jacques Pollet, a annoncé la nomination de Jean-Pierre Finance, actuel Président de l'Université Henri Poincaré, comme administrateur provisoire de l'Université de Lorraine.
A compter du 1er janvier 2012, la Lorraine sera dotée d'une université unique comptant près de 55 000 étudiants et 7000 personnels.
L’Université de Lorraine vient d’être créée par décret en date du 22 septembre 2011. Elle résulte de la fusion des universités lorraines: l’INPL, l’UHP, l’UN2 et l’UPVM. Elle comptera près de 55000 étudiants et 7000 salariés. Cette création résulte d’une démarche exemplaire entreprise en 2007 et qui a associé les acteurs universitaires, les collectivités et les partenaires socio-économiques, avec le soutien fort de l’Etat.
Le rapprochement a déjà produit des résultats concrets: succès lorrain à « l’opération campus » en 2008, obtention de l’IRT « matériaux, métallurgie, procédés » dans le cadre des « investissements d’avenir », harmonisation de l’offre de formation, politique scientifique régionale commune avec les organismes de recherche. La candidature actuelle de l’Université de Lorraine à l’appel à projet « initiative d’excellence » (Idex) aurait été inutile sans la fusion en un établissement unique.
Ce décret marque la concrétisation d’une ambition au service de la collectivité, étudiants, entreprises, citoyens. Il marque aussi l’entrée de L’Université de Lorraine dans la cour des grandes universités européennes (attestée en particulier par le classement « de Shangai »). Il marque surtout le début d’une nouvelle histoire universitaire apportant à la région lorraine un levier majeur pour son renouveau.
http://www.uhp-nancy.fr/var/uhp/storage/images/media/images/udl/135959-1-fre-FR/udl_medium.jpg Ülikooli Lorraine loodi dekreediga 22. septembri 2011. President HTÜ, Jean-Pierre Finance, nimetab rektor Akadeemia Nancy-Metz, ajutise direktorid uue ülikooli. Loe pressiteadet.
Dekreet, millega kehtestatakse uue ülikooli avaldati ametlikus väljaandes laupäev, september 24, 2011 ja jõustus pärast selle avaldamist.
See sätestab loomine unikaalne rühmitamine nelja ülikoolides Lorraine, Université Henri Poincaré Ülikooli Nancy 2, Institut National Polytechnique de Lorraine, Université Paul Verlaine-Metz. Ühinemise nelja institutsioonide Ülikool jõustuda vaid alates 1. jaanuarist 2012. Velle...

Posté par pcassuto à 18:06 - - Permalien [#]

Le passeport orientation et formation - la fiche Unifaf

http://a-f-r.org/plume/xmedia/visuels/unifaf.pngLa mise en place du passeport orientation et formation doit permettre à chaque salarié d’identifier et de faire certifier ses compétences et aptitudes professionnelles acquises par la formation initiale ou au cours de ses expériences professionnelles. Un outil d’inspiration européenne…
Valoriser les formations suivies et les compétences acquises tout au long de votre parcours, cibler vos besoins en formation, mettre à jour votre curriculum vitae, préparer vos entretiens professionnels de formation, faciliter votre mobilité professionnelle...laissez-vous guider par le passeport formation.
Un outil incontournable pour tout salarié acteur de son parcours professionnel et qui, à tout moment et à son initiative, peut identifier ainsi et faire certifier ses compétences et ses aptitudes professionnelles, acquises soit par la formation initiale, soit du fait de ses expériences. Alors n'hésitez pas à actualiser régulièrement votre passeport formation, tour à tour mémoire de votre parcours professionnel et catalyseur d'éventuelles opportunités de carrière. Un modèle de passeport, adapté à la Branche professionnelle par les partenaires sociaux, mis en ligne est téléchargeable sur le site www.unifaf.fr. Sources: Code du travail, Article L 6315-2; Accord de Branche 2008-01, Article VII-2.
Établi à l’initiative de chaque salarié qui le souhaite, le passeport reste sa propriété: il en garde la responsabilité du contenu et d’utilisation. L’objectif du passeport orientation et formation: favoriser la mobilité interne ou externe des salariés. Un outil précieux pour construire un projet professionnel ou de formation, enclencher une démarche VAE (voir fiche A9 « La validation des acquis de l’expérience »)… Il est enfin un outil de préparation à l’entretien professionnel de formation (voir fiche A14 « L'entretien professionnel de formation »).
1) Récapituler son parcours professionnel

- Le passeport orientation et formation permet à chaque salarié de conserver la trace des étapes du développement de ses compétences à travers la formalisation des différentes phases de son parcours professionnel.
- L’établissement du passeport orientation et formation peut constituer un moment clef de mobilisation du salarié dans la construction de son projet professionnel. Ce peut être une étape importante dans la perspective d’une démarche de VAE notamment.
2) Réaliser le passeport orientation et formation

Le passeport orientation et formation ne peut être mis en oeuvre qu’à l’initiative du salarié. L’établissement ne peut l’imposer. Il peut néanmoins choisir de mobiliser ses ressources pour accompagner le salarié dans sa démarche: information, mise à disposition de lieux et personnes ressources pour concrétiser la mise en place d’un outil pertinent.
3) Formaliser et construire

Le passeport orientation et formation recense notamment:
- les diplômes et les titres obtenus;
- les expériences professionnelles acquises lors des périodes de stage ou de formation;
- les certifications à finalité professionnelle délivrées sous forme de diplôme, de titres obtenus dans le cadre de la formation continue ou de la VAE;
- la nature et la durée des actions de formation suivies au titre de la formation professionnelle continue;
- les compétences acquises en situation de travail;
- les habilitations;
- le service civique et les activités bénévoles;
- les actions de formation prescrites par Pôle emploi;
- tout ou partie des informations recueillies à l’occasion d’un entretien professionnel (voir fiche A14), d’un bilan de compétences (voir fiche A8) ou d’un bilan d’étape professionnel.
Voir aussi Orientation et Formation des Fonctionnaires, Passeport pour l'emploi 2011, Le Passeport Formation, Europass Mobilité, Lancement du passeport compétences, Passeport Aquitain de Compétences, Voyage à travers le monde de l'entreprise: Passeport Formation, Un nouveau site réservé au Passeport Formation, Qu’est-ce que le passeport formation?

http://a-f-r.org/plume/xmedia/visuels/unifaf.png The implementation of the passport guidance and training should enable each employee to identify and certify their skills and professional skills acquired through training or during their professional experience. A European-inspired tool. Enhance the training received and skills throughout your career, focus your training needs, updating your resume, prepare for your interviews professional training, facilitate your mobility... let yourself be guided by the Training Passport. See also Orientation and Training of Civil Servants, 2011 Passport for Employment, Training Passport, Mobility Europass, launched skills passport, Aquitaine Skills Passport, travel through the world of business: Training Passport, a new site dedicated to Training Passport, What the training passport? More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

26 septembre 2011

Regroupement de 4 Agecif

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Après plus de 25 ans de fonctionnement, les AGECIF des Industries Electriques et Gazières (IEG), de la SNCF, de la RATP et de la Banque de France (Agecif 63) ont décidé de se regrouper dans le cadre de la réforme des OPCA. L’accord de création du nouvel organisme dénommé Unagecif (Union Nationale des AGECIF), a été conclu le 30 juin 2011. Sous réserve d'agrément, ce nouvel organisme sera en place en 2012.
Il répond à la volonté des partenaires sociaux de ces entreprises de préserver l’accès effectif des salariés au CIF en tenant compte des spécificités de leurs 4 secteurs, de rechercher une gestion plus efficace à travers la mutualisation des fonds, des moyens et des actions, de renforcer le service de proximité et la mission d’information et de conseil auprès des salariés et d'augmenter le nombre de CIF financés. Rappelons que les Agecif sont des associations paritaires agréées au titre du congé individuel de formation que la loi Orientation-Formation conduit à faire une nouvelle demande d'agrément. Voir aussi La réforme des OPCA. Télécharger l'Accord portant création de l'unagecif.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Po ponad 25 latach funkcjonowania, AGEC energii elektrycznej i gazu (IEG), SNCF, RATP i Banque de France (AGEC 63) postanowił przegrupowania w ramach reformy OPCA. Umowa tworząc nowy organ zwany Unagecif (National Union of AGEC) została zawarta 30 czerwca 2011. Z zastrzeżeniem uzyskania zgody, to nowa jednostka będzie na miejscu w 2012 roku. Patrz także reformy OPCA. Więcej...

Posté par pcassuto à 18:25 - - Permalien [#]