http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=14157776Par Isabelle Rey-Lefebvre. L’institut Montaigne, think tank libéral plutôt marqué à droite, avait, lundi 26 septembre, convoqué les plus hautes autorités universitaires et politiques pour tirer le bilan de quinze années de réforme des établissements d’enseignement supérieur, en France. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, est même venu en personne introduire le colloque, rappelant, au passage, son refus de voir augmenter les droits d’inscription universitaire, comme le proposait le "think tank" Terra Nova (libéral, mais de gauche).
Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Laurent Wauquiez, a, lui, vanté, pendant près de deux heures, les mérites de la loi sur l’autonomie des universités, quatre ans après son adoption. Le coréen Youngsuk Chi, président du prestigieux éditeur scientifique hollandais Elsevier et membre du conseil d’administration de l’université américaine de Princeton, avait la lourde tâche de livrer le regard de l’étranger sur notre système.
La barbe attaque
L’ancien ministre et chercheur, Claude Allègre, a conclu en donnant sa vision des universités d’aujourd’hui et de demain, devant plusieurs présidents d’universités (Strasbourg, La Rochelle), le président du CNRS, Alain Fuchs, et des personnalités éminentes comme René Ricol, "Monsieur Grand Emprunt" puisque commissaire général à l’investissement chargé de répartir la manne de 35 milliards d’euros.
Du beau monde, certes, mais entièrement masculin et, alors que cette docte assemblée allait aborder les comparaisons internationales et le fameux classement de Shanghai, peu flatteur pour la France, huit jeunes femmes arborant des barbes, évidemment fausses, ont interrompu les débats. Après quelques secondes d’hésitation amusée, l’animateur a volontiers laissé son micro à la porte parole du collectif féministe: "La Barbe tenait à rendre un vibrant hommage à l’Institut Montaigne, pour l’exemplarité de son colloque qui réunit 15 intervenants dont 14 hommes! Et il ne pouvait en être autrement: le corps universitaire le plus honorable, celui des professeurs d’universités, ne comporte t-il pas 80,3% d’hommes et le prestigieux aréopage de la Conférence des Présidents d’Universités, 87%?", a-t-elle rappelé. "Il est rassurant de constater que les hommes continuent d’occuper sans partage les postes importants", ironisait-elle, félicitant "Nicolas, Laurent, Claude, Alain, René et Youngsuk de contribuer à maintenir ce juste état des choses", tout en égratignant l’Institut Montaigne dont "le comité directeur est masculin à 80%".
Quelques applaudissements ont conclu cette performance : "Suis-je dédouané, car j’ai été le directeur adjoint de cabinet d’une ministre femme?" (Valérie Pécresse), demandait, en reprenant le micro, Thierry Coulhon, ex-président de l’université de Cergy Pontoise et aujourd’hui responsable du programme initiatives d’excellence auprès du commissaire général à l’investissement. Alors trêve de plaisanterie, les filles! Les débats doivent reprendre...

http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=14157776 By Isabelle Rey-Lefebvre. Montaigne Institute, a think tank Liberal rather marked on the right, had, Monday, Sept. 26, called the highest academic and political authorities to take stock of fifteen years to reform higher education in France. The President of the Republic, Nicolas Sarkozy, even came in person to introduce the symposium, recalling in passing his refusal to increase university tuition fees, as proposed by the "think tank" Terra Nova (Liberal, but left).
Beautiful people, yes, but all-male, and while this learned assembly would address the international comparisons and the famous Shanghai ranking, unflattering for France, eight young women wearing beards, obviously false, interrupted the proceedings. After a few seconds of hesitation fun, the host was happy to let his microphone spokesman feminist collective, "Beard wanted to pay tribute to the Institut Montaigne, for her exemplary conference that brings together 15 speakers including 14 men! And he could not be otherwise: the most honorable academic staff, the university professors, he does not 80.3% men and the prestigious Areopagus of the Conference of Presidents of universities, 87%? "she said. "It is reassuring that men continue to occupy important posts unchallenged," she quipped, welcoming "Nicolas, Laurent, Claude Alain, Rene Youngsuk and help maintain the correct state of affairs", while scratching the Institut Montaigne that "the Steering Committee 80% is male." More...