04 septembre 2011

La formation des demandeurs d'emploi

http://picardie.ifria-apprentissage.fr/Local/ifria_picardie/dir/images/Logotype_la_region_vert_web.jpgS'ouvrir à de nouveaux horizons professionnels
Vous êtes demandeur d'emploi et vous souhaitez mettre à profit cette période de chômage pour vous former. En fonction de vos objectifs et de votre situation au regard de l'assurance chômage, différentes possibilités existent pour vous former.

Etre stagiaire de la formation professionnelle, des droits et des devoirs

Vous avez trouvé la formation qui vous convient et vous allez intégrer un organisme de formation en tant que stagiaire. Devenir stagiaire de la formation professionnelle, c'est avoir des droits et respecter certaines obligations pendant la durée de la formation.
PENDANT LA FORMATION
Vous êtes soumis au respect du règlement intérieur de l’organisme de formation et de l’entreprise pendant les périodes de stages.
- La présence en stage est-elle obligatoire?

Elle est impérative en application de l'article R6341-45 du Code du Travail. Votre présence en stage est par ailleurs une condition de réussite de votre projet professionnel. Le directeur du centre de formation est tenu de mentionner par un état de présence, toutes les modifications survenues dans la situation des stagiaires. Ces états de présence sont transmis à la fin de chaque mois à l'ASP (Agence de services et de paiements) ou au Pôle emploi, afin de permettre le paiement exact de votre rémunération. Le seul motif légitime pour quitter votre stage est l'obtention d'un emploi.
- En cas d'absence que se passe-t'il?

Les absences doivent être justifiées comme pour un salarié. Dans les stages à temps plein, une absence d'une journée non justifiée entraîne une retenue sur votre rémunération mensuelle.
- En cas d'arrêt maladie ou de congé maternité?

Les absences pour maladie ou maternité entraînent une suspension de votre rémunération. Vous bénéficiez alors des prestations versées par votre caisse d'assurance maladie. N'oubliez pas de transmettre votre avis d'arrêt de travail au centre de formation et à la caisse de sécurité sociale dont vous dépendez, dans les 48 heures.
- Que se passe-t'il en cas de renvoi ou d’abandon?

Tout renvoi pour faute grave doit faire suite à un entretien. Une notification des motifs de ce renvoi vous sera remise. Cela rend possible le remboursement des sommes perçues au cours de votre stage. Tout abandon du stage à votre initiative entraîne le remboursement des sommes que vous aurez trop perçues. Tout abandon injustifié ou renvoi peut impliquer la non-priorité de votre candidature si vous souhaitez suivre par la suite une nouvelle formation. En savoir plus sur les droits et obligations des stagiaires (Code du travail).
APRES LA FORMATION
A l’issue d'une formation suivie dans le cadre du programme régional, tous les stagiaires devront être présentés par l’organisme aux examens. En cas d’échec aux épreuves, l’organisme devra délivrer au stagiaire une attestation faisant état de ses acquis.
Le suivi après la formation

A la fin de la formation, l'organisme de formation doit vous remettre une fiche d'évaluation pour mesurer votre niveau de satisfaction. Vous recevrez également une fiche de suivi chez vous, 6 mois après votre sortie de stage. Quelle que soit votre situation dans les mois qui suivent la fin de votre formation, faites-la connaître en répondant à cette fiche de suivi. Ces documents sont très importants pour mesurer la qualité et l'efficacité des actions de formation proposées par le Conseil régional de Picardie. Contact: Conseil régional de Picardie - 0 800 02 60 80.

Financer sa formation

Suivre une formation représente un investissement financier important: le coût de la formation elle-même, qui peut être variable d'un organisme à l'autre; les frais de transport, de restauration, éventuellement l'hébergement...; par ailleurs qu'en sera-t'il de votre protection sociale? allez-vous percevoir une rémunération? Selon votre situation, des solutions existent pour vous aider à financer votre formation.
LE COUT DE LA FORMATION

Si vous suivez une formation du programme régional de formation (Conseil régional) ou du Pôle emploi, le coût de la formation est pris en charge. En savoir plus sur les dispositifs de formation pour les demandeurs d'emploi.
Si vous entreprenez une formation à titre personnel, le coût de la formation est à votre charge. Vous devez signer un contrat de formation professionnelle avec l'organisme de formation. En savoir plus sur le contrat de formation professionnelle.
LES FRAIS DE TRANSPORT, DE REPAS ET D'HEBERGEMENT

La prise en charge de ces frais dépend de la formation suivie:
1/ Vous suivez une formation financée par le Conseil régional de Picardie
L’aide à la mobilité du Conseil régional de Picardie est destinée à couvrir les frais de déplacement des stagiaires. Cette indemnité est versée mensuellement aux stagiaires sur la base d’un forfait journalier. Elle est fonction de la distance domicile - lieu de formation. En savoir plus sur la prise en charge de la Région.
2/ Vous suivez une formation financée par Pôle emploi
Les demandeurs d'emploi, qui suivent une action de formation financée par le Pôle emploi, peuvent bénéficier d'une aide aux frais associés à la formation (AFAF).Cette aide est destinée à couvrir partiellement: les frais de transport, lorsque la formation se déroule à plus de 60 km aller/retour de leur lieu de résidence, les frais de restauration, les frais d'hébergement. Tous les demandeurs d'emploi, bénéficiaires ou non de l'allocation d'aide au retour à l'emploi formation (AREF), peuvent bénéficier de l'AFAF. L'attribution de l'AFAF n'est pas automatique; le demandeur d'emploi doit en faire la demande auprès du Pôle emploi au plus tard dans le mois suivant la date de début de la formation. En savoir plus sur l'aide aux frais associés à la formation (AFAF).
LA REMUNERATION

Deux cas sont possibles:
1/ Vous touchez l'allocation chômage
Les demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'allocation chômage, perçoivent pendant leur formation l'aide au retour à l'emploi formation (AREF) s'ils suivent une formation du Conseil régional ou du Pôle emploi. En savoir plus sur l'aide au retour à l'emploi formation (AREF)
2/ Vous n'avez jamais travaillé ou vous ne percevez plus l'allocation chômage
Vous êtes inscrit comme demandeur d'emploi mais vous ne touchez pas l'allocation chômage. Vous pouvez tout de même bénéficier d'une rémunération dans le cadre de votre formation. Le montant de cette rémunération correspond à la grille du régime public de rémunération des stagiaires de la formation professionnelle. Elle est financée soit par le Conseil régional, soit par le Pôle emploi en fonction du programme de formation suivi.
Pour la Région, cette rémunération concerne les personnes qui suivent une formation du programme régional de formation (à l’exception des formations «EFI: espaces de formation individualisés», «OCE: objectif création d’entreprise» et des dispositifs passeports). Les bénéficiaires ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle. Cette aide est cumulable avec les minima sociaux. En savoir plus sur le régime public de rémunération des stagiaires. En savoir plus sur la prise en charge de la Région. En savoir plus sur le programme régional de formation.
LA PROTECTION SOCIALE
Toutes les personnes qui suivent un stage de formation professionnelle sont obligatoirement affiliées à un régime de sécurité sociale.
Les personnes relevant avant le stage d'un régime de protection sociale restent affiliées à ce régime.
Pour les autres, le Conseil régional comme le Pôle emploi prennent en charge la protection sociale des stagiaires inscrits dans les actions de formation qu'ils financent, quand ceux-ci ne bénéficient d'aucun régime de protection.
Le dossier est à établir par le centre de formation.
Dans tous les cas, vous êtes couvert pour:
les accidents liés au trajet ou au travail pendant le stage, la maladie, l'invalidité, la maternité, l'assurance vieillesse, les allocations familiales, le risque décès.

S'informer, construire son projet

Vous souhaitez suivre une formation, quels sont vos objectifs? Voulez-vous retrouver rapidement un emploi? changer de métier? obtenir un diplôme? créer une entreprise?... La formation est-elle la solution pour atteindre vos objectifs? Pour qu'une formation soit vraiment profitable, il faut qu'elle favorise la réalisation de votre projet professionnel. Elle doit vous permettre d'acquérir les compétences qui vous manquent et de préférence correspondre aux besoins du marché du travail.
PREMIERES DEMARCHES

Que vous ayez perdu votre emploi ou que vous n'ayez jamais travaillé, si vous souhaitez bénéficier d'un financement pour votre formation, vous devez vous inscrire comme demandeur d'emploi auprès du Pôle emploi.
Un conseiller du Pôle emploi va vous aider à élaborer votre "projet personnalisé d'accès à l'emploi" (PPAE). Celui-ci a pour objectif d'établir un diagnostic de votre situation au regard de l'emploi. En fonction de vos besoins, vous pourrez accéder à diverses prestations d'orientation, d'accompagnement, d'aide à la recherche d'emploi et de formation... En savoir plus sur les prestations du Pôle emploi.
TROUVER SA VOIE
- Le bilan de compétences approfondi

Si vous souhaitez définir ou réorienter votre projet professionnel, votre conseiller pourra vous proposer de mobiliser des moyens complémentaires tel que le bilan de compétences approfondi. Celui-ci est réalisé par un prestataire spécialisé, retenu par le Pôle emploi. Financé par l'Etat, il est gratuit pour les demandeurs d'emploi. En savoir plus sur le bilan de compétences approfondi.
- Le CIVIS pour l'insertion des jeunes

Les jeunes qui rencontrent des difficultés d'insertion peuvent bénéficier d'un "contrat d'insertion dans la vie sociale" (CIVIS). Le CIVIS propose un accompagnement personnalisé par un conseiller de la Mission locale. Il alterne des périodes de formation et d'emploi. Le CIVIS peut être précédé d'une période d'orientation au cours de laquelle est élaboré le projet professionnel du bénéficiaire. En savoir plus sur le CIVIS.
- Les formations en Picardie
En Picardie en compte un grand nombre d'organismes de formation en activité qui proposent des actions de formation dans tous les domaines. Vous allez probablement devoir choisir un organisme de formation. N'hésitez pas à rencontrer les responsables de formation et à poser des questions. Trouver un organisme de formation. Les bonnes questions à poser.
VALORISER SON EXPERIENCE PROFESSIONNELLE
Si vous visez l'obtention d'un diplôme, la validation des acquis de l'expérience ou "VAE" pourra éventuellement réduire la durée de votre formation. La VAE permet d'obtenir tout ou partie d'un diplôme ou d'un titre professionnel, grâce à la prise en compte de votre expérience acquise en travaillant ou en exerçant des activités bénévoles.
Pour obtenir des informations sur la VAE, contactez le Point relais conseil en VAE le plus proche de chez vous. En savoir plus sur la VAE. Les coordonnées des Points relais conseil en VAE en Picardie.
QUI PEUT VOUS AIDER?

Pour tout public: Les Maisons de l'Emploi et de la Formation (MEF), Le Pôle emploi.
Pour les jeunes de 16 à 25 ans: Les Missions locales.
Pour les cadres: L'APEC (association pour l'emploi des cadres) , L'APECITA (association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture), Les espaces cadres et entreprises.
Pour les travailleurs handicapés: CAP Emploi.
Accéder aux coordonnées des structures d'accueil, d'information et d'orientation en Picardie.

Connaître les dispositifs de formation en Picardie

En tant que demandeur d'emploi, vous pouvez bénéficier de programmes de formation spécifiques et d'aides financières. Il vous est toujours possible d'entreprendre une formation à titre personnel et à vos frais. Cependant la formation représente un investissement financier important.
LE PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION

Le programme de formation du Conseil régional de Picardie donne aux demandeurs d'emploi picards la possibilité de se former et d'accéder à une qualification, dans la plupart des secteurs professionnels.  Le programme 2009-2010 permet de financer près de 800 actions de formation. Ces formations sont accessibles aux demandeurs d'emploi indemnisés ou non par l'assurance chômage, quel que soit leur âge. L'accès à la formation se fait sur prescription d'un conseiller des réseaux d'accueil, d'information et d'orientation suivants: Pôle emploi, Maisons de l'Emploi et de la Formation, Missions locales (jeunes 16-25 ans), CAP Emploi (travailleurs handicapés). En savoir plus sur le programme régional de formation. Accéder aux actions du programme régional de formation en Picardie. Accéder aux coordonnées des réseaux d'accueil, d'information et d'orientation en Picardie.
LES ACTIONS DE FORMATION DE POLE EMPLOI

Des actions de formation courtes, destinées à favoriser une reprise d’emploi rapide sont mises en œuvre par le Pôle emploi. Elles visent au développement des compétences des demandeurs d'emploi pour répondre aux besoins de recrutement des entreprises. Tout demandeur d'emploi inscrit au Pôle emploi peut bénéficier de ces actions,  qu'il soit bénéficiaire ou non de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE). Action de formation préalable au recrutement. Action de formation conventionnée.
Les jeunes demandeurs d'emploi de 16 à 25 ans peuvent bénéficier du contrat accompagnement formation (CAF). Il leur permet d'élever leur niveau de qualification et d'adapter leurs compétences aux besoins du marché du travail. En savoir plus sur le contrat accompagnement formation (CAF). Accéder aux actions de formation de Pôle emploi en Picardie.
LES CONTRATS DE TRAVAIL EN ALTERNANCE
L'alternance est un temps partagé entre une entreprise et un centre de formation. Cette formule permet une intégration rapide et efficace dans le monde professionnel. Il existe 2 types de contrats en alternance: le contrat d'apprentissage (pour les jeunes de 16 à 25 ans) et le contrat de professionnalisation (pour tous les demandeurs d'emploi). Ils permettent tous deux d'acquérir un diplôme ou une qualification reconnue. Contrairement aux idées reçues, l'alternance ne se limite pas au CAP ou au BEP. En réalité c'est une porte ouverte pour accéder à tous les niveaux de diplôme, jusqu'aux diplômes d'ingénieur. En savoir plus sur l'apprentissage. En savoir plus sur le contrat de professionnalisation.
LA VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE)

La VAE permet d'obtenir tout ou partie d'un diplôme ou d'un titre professionnel, grâce à la prise en compte de votre expérience acquise en travaillant ou en exerçant des activités bénévoles. En savoir plus sur la VAE.
Voir aussi sur le blog: Les mesures, aides et dispositifs pour l'orientation et la formation, L'Apprentissage progresse fortement à l'Université, Bourse de l'alternance, un outil en ligne, Le PRES Champagne-Ardenne-Picardie, Picardie: Les ateliers régionaux de l'orientation, Rapprochement Amiens-Reims: c'est parti, Picardie, lancement du site web "Formation tout au long de la vie", La Formation Continue sur le site Planète métiers Picardie.

Open up new professional
You are unemployed and want to use this period of unemployment to train you. Depending on your goals and your situation with regard to unemployment insurance, various possibilities exist to train you.
Being a student of vocational training, rights and duties
You have found the training for you and you will join a training organization as an intern. Become a student of vocational training is to have rights and certain obligations for the duration of training. See also the blog: measures, aids and devices for orientation and training, highly progressive learning at University, alternating Stock Exchange, an online tool, the PRES Champagne-Ardenne, Picardie, Picardy: The orientation of the regional workshops, Reconciliation Amiens-Reims: here we go , Picardie, launch of the website "Lifelong Education", The Continuing Education on-site business Picardie Planet. More...

Posté par pcassuto à 16:42 - - Permalien [#]
Tags :


La Direccte: Un nouveau service public de l’Etat en région

http://www.aquitaine.travail.gouv.fr/theme/image/drtefp//piste_02.jpgPas facile de s’y retrouver dans la refonte des services de l’État. Remercions la Direccte Aquitaine d’avoir eu l’idée de consacrer leur lettre d’information de juillet à cette réorganisation et de l’avoir fait de façon très pédagogique. Pour la lire ou la télécharger, se rendre sur leur site (rubrique «Publications et statistiques»). En cours de restructuration, il apporte bon nombre d’informations utiles: actualités, contacts, informations législatives...
Depuis le 30 décembre 2009 un nouveau service de l'Etat en région, tourné vers les entreprises et les acteurs socio-économiques: chefs d’entreprises, salariés, partenaires sociaux, demandeurs d’emploi, branches et filières professionnels...
La Direccte Aquitaine regroupe plusieurs services de l’Etat: DRTEFP, DDTEFP, le niveau régional de la DRCCRF (concurrence, consommation, répression des fraudes), les services développement industriel et métrologie de la DRIRE, le DRCE (commerce extérieur), la DRCA (commerce et artisanat), la DRT (tourisme), le CRIE (intelligence économique) et l'inspection du travail fusionnée. Elle s’appuie sur ses unités territoriales implantées au niveau départemental pour mener des actions de proximité ciblées, au plus près des besoins et des acteurs concernés. Plaquette Direccte mai 2011. Pour une présentation détaillée, télécharger le Journal Direccte Aquitaine n°2.
L’État met en place un nouveau service public en région, Edito

Evolution du contexte social, mutations économiques, crise financière… De nouveaux dispositifs de régulation et d’animation sont nécessaires pour favoriser le développement des entreprises et de l’emploi, améliorer la qualité du travail et des relations sociales, assurer la loyauté des marchés et la sécurité des consommateurs. Tel est le sens de la création des Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (Direccte) qui s’inscrivent dans le droit fil de la réforme de l’organisation territoriale de l’Etat.
Cette réforme a conduit à regrouper les services de l’Etat et à réduire considérablement leurs implantations pour répondre à un double objectif : améliorer le service public tout en maîtrisant la dépense publique. Elle a, par ailleurs, conforté l’échelon régional comme maillon territorial le plus adapté à la programmation et à l’impulsion des stratégies de l’Etat. Cette nouvelle organisation est aujourd’hui plus adaptée pour relever de manière efficace les nombreux défis qui se posent dans un contexte économique et social en perpétuel mouvement. La Direccte Aquitaine a été créée officiellement en janvier 2010. Placée sous mon autorité, elle assure, au niveau régional, le pilotage coordonné des politiques publiques du développement économique, de l’emploi, du travail et de la protection des consommateurs.
Elle devient l’interlocuteur privilégié des entreprises et des acteurs sociaux, à qui elle propose un accompagnement plus global et plus continu. Elle couvre tous les aspects de la vie des entreprises, de la TPE à la grande entreprise, y compris l’auto-entreprenariat, à toutes les étapes de leurs évolutions. Elle facilite en ce sens leur création et leur développement, et apporte des réponses dans les situations difficiles en intégrant les préoccupations sociales et territoriales. Enfin, elle accompagne les personnes en difficulté dans le travail ou dans la recherche d’emploi. La mise en place de la Direccte Aquitaine est aujourd’hui finalisée et le regroupement sur un site unique en cours d’achèvement.
L’objet de ce numéro spécial est de vous faire découvrir en détails les missions et l’organisation de la Direccte Aquitaine et de vous permettre d’identifier vos interlocuteurs. Gageons que grâce à ses équipes, auxquelles je renouvelle ma confiance, l’intervention de l’Etat gagnera en cohérence et en pertinence pour conjuguer actions de développement économique et gestion des compétences humaines au service de la compétitivité nationale.
Le service TCF (Titre et Contrôle Formation)
Les deux missions principales du service TCF agissent en synergie:
• Sur l’instruction des demandes d’agrément des organismes de formation qui souhaitent organiser des sessions de validation sanctionnées par un titre professionnel délivré par le ministre chargé de l’emploi. Avec l’appui des unités territoriales, ce service assure également l’organisation du contrôle des engagements pris par les organismes agréés et notamment les conditions de déroulement des sessions de validation.
• Pour le contrôle administratif et financier des organismes de formation, exhaustif ou partiel, qui se déroulent sur pièces ou sur place et qui se traduisent, en cas d’irrégularité, par des décisions du Préfet de région ordonnant des reversements au Trésor public et (ou) des remboursements aux cocontractants.

La Direccte, un nouveau service public de l’Etat en région, tourné vers les entreprises et les acteurs socio-économiques, chefs d’entreprises, salariés, partenaires sociaux, demandeurs d’emploi, consommateurs, branches et filières professionnelles…
Evolution du contexte social, mutations économiques, crise financière… De nouveaux dispositifs de régulation et d’animation sont nécessaires pour favoriser le développement des entreprises et de l’emploi, améliorer la qualité du travail et des relations sociales, assurer la loyauté des marchés et la protection des consommateurs. Tel est le sens de la création des Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (Direccte); elles s’inscrivent  dans le droit fil de la réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE), visant à mettre en place au niveau régional un nombre de Directions resserré pour piloter les différentes politiques publiques de l’Etat.
Objectif: mettre en place une organisation régionalisée, plus simple et plus lisible, afin d’améliorer la performance de l’action publique sur l’ensemble du territoire national.
Qu’est-ce que les Direccte ?
• Les Direccte sont de nouvelles directions régionales, placées auprès du Préfet de région, pour assurer le pilotage coordonné des politiques publiques du développement économique, de l’emploi, du travail, et de la régulation des marchés.
• Elles regroupent 8 directions ou services (issus d’une part, du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’emploi et, d’autre part, du Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique) en une seule entité au niveau de la région:
• la direction régionale et les directions départementales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DRTEFP et DDTEFP), y compris les services d’inspection du travail fusionnés;
• la direction régionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DRCCRF);
• les services de développement économique et de métrologie des DRIRE;
• la direction régionale du commerce extérieur (DRCE);
• la délégation régionale au tourisme (DRT);
• le service du délégué régional au commerce et à l’artisanat (DRCA);
• le chargé de mission régional à l’intelligence économique (CRIE).
• Les Direccte assurent le pilotage des politiques publiques conduites par les deux Ministères et sont responsables de la cohérence de leur mise en œuvre territoriale.
• Elles s’appuient, pour cela, sur leurs unités territoriales (UT) implantées au niveau infra-régional pour mener les actions de proximité ciblées, au plus près des besoins et des acteurs concernés. Les UT correspondent aux ex-DDTEFP + les chargés de mission "appui au développement industiel" des ex-DRIRE.
• Elles entretiennent en outre des liens avec les directions départementales interministérielles qui interviennent dans la mise en œuvre locale de certaines missions, principalement celles liées à la protection et à la sécurité des consommateurs, mais aussi en complément de celles menées en matière de cohésion sociale.Plaquette Direccte mai 2011. Pour une présentation détaillée, télécharger le Journal Direccte Aquitaine n°2.

http://www.aquitaine.travail.gouv.fr/theme/image/drtefp//piste_02.jpg No és fàcil trobar en la consolidació dels serveis estatals. Gràcies a la Direccte Aquitània d'haver tingut la idea de dedicar el seu butlletí de notícies el juliol d'aquest reorganització i que ho han fet molt educativa. Per llegir o descarregar, visiteu el seu lloc web (secció "Publicacions i Estadístiques"). En procés de reestructuració, que proporciona moltes informacions útils: notícies, contactes, informació legislativa...
30 desembre 2009, un servei nou estat a la regió, es va dirigir a les empreses i agents socioeconòmics: els empresaris, empleats, socis, persones que busquen feina, i les branques professionals
El Direccte Aquitània inclou diversos departaments de l'Estat: DRTEFP, DDTEFP, el nivell regional de DRCCRF (la competència, la prevenció de frau al consumidor), els serveis de desenvolupament industrial i la mètrica de la DRIRE DRCE (comerç exterior), el DRCA (comerç i indústria), la DRT (turisme), el CREU (intel ligència) i la Inspecció de Treball fusionada. Es basa en les seves unitats territorials establertes a nivell departamental per dur a terme la promoció comunitària, el més proper a les necessitats i les parts interessades. Direccte fullet de maig 2011. Per a una presentació detallada, descarregui el Diari Direccte Aquitània n°2. Més...

Posté par pcassuto à 15:20 - - Permalien [#]

Reprendre ses études dans l’enseignement supérieur: un atout pour l’emploi !

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gifIl n'y a pas d'âge pour pousser la porte d'une école, pour apprendre et se cultiver sur les bancs de la faculté. Il suffit pour s’en convaincre de voir la foule qui se presse à l’université populaire de Michel Onfray ou encore le succès des Universités du temps libre un peu partout en France. Le goût du savoir n’attire pas seulement les retraités. Etudiants et personnes dans la vie active sont également nombreux dans l’auditoire. Aujourd’hui, avec l’émergence d’une société de l’innovation et du savoir, il est, en effet, nécessaire de faire évoluer ses connaissances en permanence. La plupart des salariés ne feront pas leur carrière dans la même entreprise, ni, même, parfois, dans le même métier. Il faut donc pouvoir se former tout au long de la vie, que ce soit pour s’insérer dans le marché de travail ou progresser dans sa vie professionnelle.
Midi-Pyrénées a la chance de posséder des universités, des écoles d’ingénieurs et le Centre National des Arts et Métiers qui proposent un grand choix de cursus accessibles par la formation continue.
Chaque année, la Région accompagne près de 3000 personnes qui reprennent leurs études et acquièrent un diplôme du niveau baccalauréat jusqu’au niveau ingénieur. Elle y consacre plus de 5 millions d’euros par an.
Avec ce document, nous avons voulu faciliter les démarches de celles et ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure. Vous y trouverez, classées par secteur d’activité, des possibilités variées pour vous former selon vos disponibilités. Car associer vie professionnelle, études et vie familiale, est une course d’endurance qui se réalise par étapes et sur plusieurs années. Favoriser l’accès de tous à la formation, adapter l’offre aux emplois de demain, garantir un égal accès sur l’ensemble du territoire, tels sont les objectifs de la Région. Ils constituent les orientations retenues dans le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations. Nous veillerons à les mettre en cohérence avec le nouveau Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui définit notre action pour les années à venir. Martin Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées. Télécharger la plaquette Reprendre ses études dans l'enseignement supérieur.
Ce document est destiné aux publics qui recherchent une formation dans le supérieur (hors statut étudiant) , aux conseillers d’information et d’orientation, aux prescripteurs de formation et aux partenaires en lien avec les milieux professionnels. Pour plus de renseignements sur les conditions d’inscription aux formations proposées, il convient de s’adresser directement aux Services de la Formation Continue des établissements d’enseignement supérieur figurant dans ce catalogue. Ces formations sont construites avec les milieux professionnels, elles concernent des champs de compétences et de savoirs appréciés par les employeurs. Les résultats aux diplômes et le devenir professionnel des stagiaires sont observés chaque année.
Reprendre ses études à l’université avec l’aide de la Région?
La Formation Tout au Long de la Vie, la Validation des Acquis de l’Expérience
et les différentes mobilités imposées par les contextes économiques et sociaux constituent autant de facteurs de reprise d’études en prolongement de plusieurs années d’expérience professionnelle. Les diplômes obtenus par la formation continue ont la même valeur que ceux obtenus par la voie de la formation initiale.
Cependant les modalités de candidature et d’inscription sont différentes et les études en formation continue ont un coût. La Région participe au financement de parcours sur les diplômes présentés dans ce document par le biais d’une subvention attribuée directement aux établissements et parfois à la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle par le biais de l’ASP (Agence de Services et de Paiement). Ce document présente la liste des diplômes des universités, du Cnam et des écoles d’ingénieur de Midi-Pyrénées dans lesquels des places dédiées à la formation continue sont financées par la Région.
Deux dispositifs de reprise d’études correspondent aux besoins et disponibilités de publics différents:
1- Dispositif : Promotion Sociale

Pour les actifs en emploi ou en recherche d’emploi qui désirent, hors temps de travail et hors plan de formation de l’entreprise, acquérir à leur rythme des certificats et diplômes professionnels en vue d’une évolution professionnelle.
C’est possible sans le bac
• Par les Diplômes d’Accès aux Etudes Universitaires DAEU A littéraire, DAEU B scientifique, par la Capacité en Droit sciences juridiques, il est possible d’apprendre les connaissances de base des domaines littéraire, scientifique ou juridique pour favoriser son insertion professionnelle et accéder à des études universitaires.
C’est possible avec des parcours variés et adaptés

•En devenant auditeur des enseignements du Cnam, préparer des titres inscrits au répertoire du RNCP par Unité d’Enseignement ou en continu du bac à bac + 5,
•En préparant un DU ou un DUT parmi les six ouverts à la formation continue.
2- Dispositif : Programme de Qualification
Pour des personnes en recherche d’emploi
qui, prêtes à s’investir dans le rythme (temps plein) et l’exigence d’études supérieures, intègrent à leur parcours professionnel la reconnaissance des compétences actualisées par cette voie de formation.
C’est possible pour des diplômes professionnels spécialisés

•Qui sont : quelques DU, des Licences Professionnelles, des Masters Professionnels, des titres d’Ingénieur et de mastères spécialisés. Dans le cadre de la convention les liant à la Région, les établissements ouvrent des places en formation continue sur ces diplômes professionnels à des personnes en recherche d’emploi avec les mêmes exigences pédagogiques en terme de sélection sur dossier que celles de la formation initiale.
Comment accède-t-on à l’enseignement supérieur?
1- Être titulaire d’un diplôme national de niveau IV tel que:

• Baccalauréat (1808): premier grade universitaire, il sanctionne les études secondaires.
•Certificat de Capacité en Droit (1932, 1956): Son obtention donne accès en première année de licence en Droit voire en deuxième année si la moyenne obtenue est supérieure ou égale à 14 sur 20. Conditions d’accès: il faut avoir 17 ans accomplis au 1er novembre de l’année d’inscription.
•Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (DAEU): -Option A: donne accès aux études de lettres, arts, langues… -Option B: donne accès aux études scientifiques et médicales. Conditions d’accès aux DAEU: Il faut avoir interrompu ses études initiales depuis au moins 2 ans et satisfaire à l’une des deux conditions suivantes: -avoir 20 ans au moins au 1er octobre de l’année de délivrance du diplôme et justifier à cette date de 2 années d’expérience professionnelle ayant donné lieu à cotisation de sécurité sociale, -ou avoir 24 ans au moins au 1er octobre de l’année de délivrance du diplôme.
2- Demander la Validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels
en vue de l’accès aux différents niveaux de l’enseignement supérieur (décret du 23 août 1985). Cette validation permet la dispense du diplôme ou titre normalement exigé pour suivre un diplôme national.
Procédure: A partir du dossier de demande de validation et éventuellement d’un entretien, une commission pédagogique, au regard du dossier de demande de validation évalue « les connaissances, les méthodes et le savoir-faire du candidat en fonction de la formation qu’il souhaite suivre ».
La décision de validation est prise par le Président de l’université ou le directeur de l’établissement sur proposition de la commission pédagogique. L’accès aux écoles d’ingénieur se fait aussi sur dossier et entretien.
A noter:
Dans ce cadre, les établissements ont créé des diplômes de remise à niveau dont certains, conjugués au parcours de chacun, peuvent permettre l’Accès en Licence comme l’ESIL (UT3) ou encore en cycle Master comme le DU sciences juridiques (UT1)…
Comment obtient-on un diplôme de l’enseignement supérieur ?
1- Par l’évaluation des connaissances
après avoir suivi les enseignements constitutifs du diplôme visé. 3 modes possibles: formation initiale, alternance, formation continue.
2- Par validation des études supérieures accomplies en France et à l’étranger (VES) (décret du 16 avril 2002)

Permet d’obtenir tout ou partie d’un diplôme national au regard des études supérieures suivies, dans le domaine privé ou public, en France ou à l’étranger.
Procédure: Constitution d’un dossier où sont explicitées, par référence au diplôme postulé, les connaissances et aptitudes acquises au cours des études dont la validation est demandée. Examen du dossier et entretien avec un jury du diplôme sur la base du dossier présenté.
3- Validation des acquis de l’expérience (VAE) (décret du 24 avril 2002)

Permet d’obtenir tout ou partie d’un diplôme national au regard de l’expérience professionnelle, extra-professionnelle ou bénévole d’une durée d’au moins 36 mois cumulés.
Procédure: Constitution d’un dossier où sont explicitées, par référence au diplôme postulé, les connaissances, compétences et aptitudes acquises par l’expérience. Examen du dossier et entretien avec un jury de validation sur la base du dossier présenté.

Reste du sommaire:
Mode d’emploi du document, Contacts pour informations et inscriptions, Les secteurs d’activité par approche métier. Télécharger la plaquette Reprendre ses études dans l'enseignement supérieur.
Voir aussi sur le blog: Région Midi-Pyrénées - un milliard d’euros pour le Schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche, Eurocampus, 1er campus européen, Reprendre ses études dans l’enseignement supérieur: un atout pour l’emploi! L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée se dote d’un campus de 500000 étudiants.

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gif No hi ha límit d'edat per obrir la porta d'una escola, per aprendre i créixer a la vora de la facultat. Descarregar el fullet a l'escola en l'educació superior.
Aquest document està pensat per a tots aquells que desitgen la formació en l'educació superior (amb exclusió de la condició d'estudiant), la informació dels consellers i orientació als metges i la capacitació als socis en relació amb el professional. Per a més informació sobre les condicions d'inscripció per als cursos oferts, que han d'anar directament als serveis d'educació contínua per a les institucions d'educació superior en aquest catàleg. Aquests cursos es construeixen amb el professional, que es refereixen a les àrees d'experiència i coneixement valorats pels ocupadors. Els resultats dels títols i el futur professional dels estudiants són reportats cada any. Vegeu també el Bloc: Midi-Pyrénées-1000 € milions per al Pla Regional d'Educació Superior i Investigació, Eurocampus, el primer europeu al campus, a l'escola en l'educació superior: un avantatge per a la treball! L'Euroregió Pirineus-Mediterrània per adquirir un campus de 500.000 estudiants. Més...

Posté par pcassuto à 14:35 - - Permalien [#]

Fiche métier et fiche de poste

935588_78681918Par Carole Blancot (caroleblancot@yahoo.fr – 06.50.26.65.17). Ce billet de blog a été rédigé pour répondre à une question posée par un de mes contacts sur Twitter qui était à la recherche d’une trame pour rédiger une descriptif de poste dans le cadre d’un recrutement à effectuer.
La plupart des systèmes d’information proposent la création et le suivi de référentiels de métiers et/ou d’emplois ainsi qu’une formalisation d’une trame type pour le descriptif de poste (qu’il s’agit de pouvoir adapter à ses besoins). Ce billet traite davantage du contenu des documents que des fonctionnalités proposées par les outils de gestion des ressources humaines disponibles sur le marché.
Le saviez-vous ?

Pôle-emploi met à la disposition de tous l’arborescence des métiers (dont voici un extrait pour la famille Support à l’entreprise) et les fiches métiers (de chaque secteur d’activité classées par famille de métier) notamment pour faciliter les objectifs suivants:
- Préparez vos recrutements.
- Recherchez des candidats.
- Sélectionnez des candidats.
- Intégrez votre nouveau salarié.
- Communiquez sur vos recrutements.
- Bien rédiger vos annonces.

Chaque fiche métier est composée: du code et de l’intitulé de la fiche ROME, des appellations correspondantes, de la définition du métier, des conditions d’accès au métier, des conditions d’exercice de l’activité, des activités et compétences de base (communes à l’ensemble des appellations de la fiche, elles représentent le « cœur de métier »), des activités et compétences spécifiques (caractéristiques de situations de travail particulières), des environnements de travail, d’une nouvelle rubrique « Mobilité professionnelle » permettant d’identifier les métiers accessibles facilement et les métiers envisageables avec une adaptation ou une formation.

Voir un exemple
: la fiche des métiers du Développement des ressources humaines
Pour préparer un recrutement ou bien la rédaction du contrat de travail d’un(e) salarié(e) récemment embauché(e) vous pourriez bien trouver utile de formaliser une fiche de poste.
Attention de ne pas confondre métier et poste en revanche!

Le métier peut se définit comme:
- Regroupement d’emplois, liés ente eux par une même technicité et les mêmes compétences.
Le poste se définit comme suit:
- Ensemble des missions principales et secondaires qui sont affectées à un emploi dans l’entreprise.
Contenu habituel d’une fiche de poste
- Caractéristiques de la mission principales et des missions secondaires
- Activités et compétences de base + activités et compétences spécifiques
- Le cas échéant le niveau de formation et le profil et requis pour la mise en œuvre de la fonction
- Caractéristiques du poste (type de contrat, positionnement hiérarchique et service & lie d’affectation…)
- Indications relatives à la rémunération (facultatif).
Voir un exemple de fiche de poste
(dans la Fonction Publique Territoriale)

Que vous décidiez ou non d’inclure les éléments de rémunération dans la fiche de poste vous pourriez avoir besoin de connaitre les fourchettes de rémunération associées à chaque emploi.
Je vous invite à consulter les articles et baromètres ci-dessous: Téléchargez le baromètre des salaires cadres 2011 d’Expectra. La rémunération des cadres: résultats de l’étude APEC 2010.

935588_78681918 By Carole Blancot (caroleblancot@yahoo.fr-06.50.26.65.17). This blog was written in response to a question from one of my contacts on Twitter, which was looking for a frame to write a description post as part of recruiting to do.
Most information systems propose the creation of benchmarks and monitoring of trades and/or job and a formalization of a frame type for the job description (it is able to adapt to its needs). This post deals more with the content of documents as features offered by the tools of human resource management on the market.
Did you know?
Pole-employment provides all the tree business (which reads in part for the family to support the business) and business cards (each industry ranked family business) in particular to facilitate the objectives following:
- Prepare your recruitment.

- Search candidates.

- Select candidates.

- Integrate your new employee.

- Communicate your recruitment.

- While writing your ads
. More...

Posté par pcassuto à 14:08 - - Permalien [#]

150 Mesures et dispositifs pour l'emploi, la formation et l'insertion professionnelle

http://www.cdg25.org/fileadmin/user_upload/mediatheque/PDF/collectivites_locales/Observer_pour_anticiper/logo_EFIGIP.JPGEfigip recense pas moins de 150 Mesures et dispositifs pour l'emploi, la formation et l'insertion professionnelle. Chacune fait l'objet d'une fiche détaillée.
C'est un guide très utile pour s'y retrouver dans les acronymes si nombreux concernant ce sujet: ACCRE, ADEC, AFPR, AFAF, AFC, AGEPI, AIF, AIQ, BCA, CAI, CBC FPH, CBC FPT, CEP, CIPI, CIVIS, CUI-CAE, CUI-CIE, CDPI, CFP FPH, CFP FPT, CIF CDD, CIF CDI, CIF TT, CRP, CTP, CVAE FPT, DIF, DIF FPH, DIF FPT, DIMA, EDEC, FGIF, IAE, NACRE, PACTE, PADE, POE, RCA, RSA, SIFA, SRAC, VAE.

Exemple: la fiche Validation des acquis de l’expérience (VAE)

À savoir:
Préalablement à l'action de validation, les points relais conseil (Prc) en Vae apportent, à toute personne, une information et un conseil sur les certifications en lien avec l'expérience et le projet de la personne et sur les procédures d'obtention de ces certifications.
Objectif: Permettre à toute personne engagée dans la vie active de faire valider les acquis de son expérience en vue de l’acquisition de tout ou partie d’un diplôme, d’un titre professionnel ou d’un certificat de qualification enregistrés dans le Répertoire national des certifications professionnelles (Rncp).
Bénéficiaires: Toute personne ayant trois ans d’expérience issue d’une activité salariée, non salariée ou bénévole exercée en continu ou non, en rapport avec la certification visée.
Aide financière:
Concernant les salariés:
la prise en charge est possible dans le cadre du plan de formation, du droit individuel à la formation et du congé de validation des acquis de l'expérience.
Concernant les agents de la fonction publique: la prise en charge est possible dans le cadre du plan de formation, du droit individuel à la formation  et du congé de validation des acquis de l'expérience selon les modalités de chacune des fonctions publiques.
Concernant les demandeurs d'emploi:

- le Conseil régional de Franche-Comté finance l'accompagnement de la Vae des demandeurs d'emploi, des bénéficiaires d'un contrat d'avenir ou d'un contrat d'insertion revenu minimum d'activité (Cirma) sur la base de 500€,
- Pôle emploi Franche-Comté prend en charge les frais liés à la Vae (accompagnement, frais de jury...) des demandeurs d'emploi à hauteur de 640€ en complément du Conseil régional.
Caractéristiques: Un jury vérifiera si les acquis dont le candidat fait état correspondent aux compétences, aptitudes et connaissances exigées par le référentiel de la certification. La composition du jury, les modalités et les critères d’évaluation des compétences professionnelles du candidat à la Vae sont fixés par l’institution ou l’organisation qui délivre la certification : examen sur pièces, entretien, mise en situation du candidat ou tout autre moyen d’évaluation jugé adéquat et prévu par la réglementation de la certification. Le jury se prononce pour une validation totale ou une validation partielle voire un refus de validation. Dans le cas d'une validation partielle, il se prononce aussi sur la nature des connaissances et compétences devant faire l’objet d’un contrôle complémentaire.
Procédure: La demande de Vae est à adresser à l'organisme certificateur ou à son opérateur, pour étude de recevabilité.

150 Mesures et dispositifs pour l'emploi, la formation et l'insertion professionnelleMesure(s) concernant les demandeurs d'emploi : 29 résultats Mesure(s) concernant les salariés : 18 résultats Mesure(s) concernant les agent de la fonction publique : 17 résultats Mesure(s) concernant les employeurs : 30 résultats Programme(s) de cadrage : 3 résultats Mesure (s) réservée(s) aux salariés intérimaires : 3 résultats Mesure(s) sous certaines conditions d'âge, de revenu et d'activité : 1 résultat Mesure(s) réservée(s) aux bénéficiaires d'un minima social : 2 résultats Mesure(s) réservée(s) aux jeunes de 16 à 25 ans : 9 résultats Mesure(s) réservée(s) aux jeunes âgés de 18 à 22 ans remplissant les conditions du Civis : 1 résultat Mesure(s) réservée(s) aux jeunes âgés de 18 à 23 ans tituliares au moins d'un niveau III : 1 résultat Mesure(s) réservée(s) aux personnes en situation de handicap : 23 résultats Mesure(s) réservée(s) aux salariés d'entreprises en redressement ou liquidation : 2 résultats Mesure(s) réservée(s) aux femmes : 4 résultats Mesure(s) réservée(s) aux demandeurs d'emploi anciens titulaires de Cdd : 2 résultats Mesure(s) réservée(s) aux primo-arrivants : 1 résultat Mesure(s) réservée(s) aux personnes de moins de 30 ans : 2 résultats Mesure(s) réservée(s) aux salariés seniors sous certaines conditions : 1 résultat Mesure(s) réservée(s) aux jeunes âgés de 15 ans : 1 résultat
Efigip listet nicht weniger als 150 Geräte und Maßnahmen für Beschäftigung, Ausbildung und Beschäftigungsfähigkeit. Jeder ist der Gegenstand einer ausführlichen Datei.
Es ist ein sehr nützlicher Führer, so viele Abkürzungen zu diesem Thema Navigation: ACCRE, ADEC, AFPR, Afaf, AFC, AGEPI, AIF, AIQ, BCA, CAI, FPH CBC, CBC FPT, CEP, CIPI , CIVIS, CUI, CAE, CIE-CUI, CDIP, CFP FPH, CFP FPT, CIF CDD, CDI CIF, CIF TT, CRP, CTP, CVAE FPT, DIF, DIF FPH, DIF FPT, DIMA, EDEC, FGIF, IAE , PERLMUTT, der Bund, PADE, POE, RCA, RSA, SIFA, RASC, VAE
. Mehr...

Posté par pcassuto à 12:05 - - Permalien [#]

La Gpec territoriale: démarche et enjeux

http://www.cdg25.org/fileadmin/user_upload/mediatheque/PDF/collectivites_locales/Observer_pour_anticiper/logo_EFIGIP.JPGEfigip a réalisé une note de synthèse sur la Gpect. Après un rappel des principes de la Gpec dans les entreprises, la note présente la démarche et les enjeux de sa mise en œuvre au niveau territorial. Télécharger la note de synthèse: la gpect démarche et enjeux.
"Tout territoire se caractérise par un ensemble de facteurs socio-économiques: taux de chômage, vieillissement ou renouvellement de la population active, création, développement, mutation ou disparition d’entreprises, de secteurs d’activités…
La Gpec territoriale apparaît comme un outil d’anticipation pertinent en réponse aux mutations économiques, elle s’appuie sur un large partenariat et une dimension de dialogue social. Elle doit contribuer à renforcer ou maintenir l’attractivité des territoires à travers la valorisation des ressources existantes, leur correspondance avec les besoins territoriaux, et leur adaptation aux évolutions à venir".
De la Gpec à la Gpec territoriale

La Gpec (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) renvoie à l’ensemble des démarches et outils utilisés en vue d’anticiper les évolutions modifiant les besoins en ressources humaines des entreprises. Elle cherche ainsi à mettre en cohérence les besoins en termes d’emplois et de métiers et les ressources en termes de salariés et de compétences d’une entreprise.
L’obligation de négocier sur la Gpec a été créée par l’article 72 de la loi n° 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale afin d’accroître l’anticipation des mutations économiques. Elle s’applique aux entreprises et groupes d’entreprises employant au moins 300 salariés et aux branches professionnelles. Néanmoins toutes les entreprises, quel que soit leur effectif, peuvent mettre en oeuvre une démarche de Gpec, sans nécessairement négocier un accord collectif, en tenant informé et en consultant le comité d’entreprise ou les délégués du personnel.
Majeure et centrale, la Gpec d’entreprise contient toutefois par construction un certain nombre de limites:
• un manque de connaissance de la main d’oeuvre disponible dans le bassin d’emploi,
• un déficit de compréhension des évolutions structurelles et conjoncturelles affectant le territoire d’implantation,
• un décrochage des Tpe-Pme qui restent trop souvent hors de toute démarche prévisionnelle concernant l’emploi et les compétences.
Dans ce contexte, l’Accord national interprofessionnel du 14 novembre 2008 consacre un article spécifique à la "dynamique d’accompagnement au niveau du territoire", et présente le territoire comme un échelon adapté à la définition et à la mise en cohérence des stratégies pour l’emploi et les compétences. Une Gpec menée au niveau du territoire apparaît comme le moyen de compléter la Gpec traditionnelle.
Les enjeux de la Gpec territoriale

"La Gpec territoriale est une démarche visant la mise en oeuvre d’un plan de développement en faveur de l’emploi et des compétences dans les territoires à partir d’une stratégie partagée et d’anticipation." Isabelle Menant, chef de projet Gpec à la Dgefp.
Elle doit permettre d’appréhender collectivement les questions d’emploi et de compétences et de construire des solutions transversales répondant simultanément aux enjeux de tous les acteurs concernés: les entreprises, les territoires et les salariés et populations. La Gpec territoriale répond à des objectifs différenciés en fonction des groupes d’acteurs impliqués:
• Pour les entreprises et les branches professionnelles, il s’agit d’identifier les écarts entre les ressources disponibles sur un territoire et les besoins en ressources humaines à venir au regard des évolutions économiques.
• Pour les territoires, elle vise à anticiper les mutations économiques et les évolutions de l’emploi sur un espace déterminé et au regard des réactions des entreprises.
• Concernant les individus, elle permet de renforcer leur parcours professionnel en adaptant leurs formations aux besoins des entreprises.
Quelle gouvernance et quels financements pour la Gpec territoriale?
Une multiplicité d’acteurs à mobiliser sur le territoire

Entreprises, branches professionnelles, services déconcentrés de l’État, collectivités locales et territoriales, partenaires sociaux, Pôle emploi, Plie, Missions locales, Maisons de l’emploi, chambres consulaires, Opca, organismes de formation, structures d’insertion par l’activité économique, comité de bassin d’emploi, pôles de compétitivité…, un très large panel d’acteurs peut être mobilisé dans la mise en oeuvre d’une démarche de Gpec territoriale. Cette dernière vise la mise en cohérence de l’action de tous ces opérateurs sur les territoires à travers une dynamique de projet.
La
Circulaire du 29 juin 2010 relative au développement de la dynamique territoriale de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences
"La circulaire du gouvernement propose que le dispositif de coordination soit présidé par la Dirrecte, mais soit ouvert à l'ensemble des acteurs économiques et sociaux locaux." Elle invite les préfets à:
• Désigner un référent chargé de l’avancement du dispositif.
• Mettre en place un dispositif de coordination pour favoriser le développement de pratiques de Gpec et fédérer les projets de Gpec territoriale.
• Identifier les projets territoriaux existants ou en cours d’élaboration, en mettant en exergue les actions à destination des Pme-Pmi qui pourraient servir de base à la promotion d’une Gpec territoriale, en cohérence avec les projets de développement, local, économique, industriel et/ou de développement durable.
• Élaborer un plan d’action, décliné à l’échelle des bassins d’emploi, visant à accompagner en 2011 le plan d’action régional pour développer la Gpec.
La circulaire stipule que "les projets de Gpec territoriale ont vocation à être cofinancés par l’État, les Opca, les collectivités territoriales et les entreprises du bassin d’emploi, voire le Fpspp. Ils prendront la forme d’un Engagement de développement de l’emploi et des compétences territorial. Dans les bassins d’emploi, le développement de la Gpec pourra également s’appuyer sur les projets collectifs d’aide au conseil Gpec qui ont vocation à aider les Pme à élaborer des plans ressources humaines anticipant leurs évolutions de court ou moyen, voire plus long terme."
La mise en oeuvre d’une démarche de Gpec territoriale se divise en 3 étapes

Le diagnostic et la définition des enjeux qui consistent à reprendre la situation économique, les vecteurs d’évolution, les besoins en ressources humaines, les perspectives d’évolution. Les enjeux du diagnostic doivent être objectivés et partagés par les partenaires et doivent déboucher sur un plan d’action qualifié et quantifié.
"Toute démarche de Gpec initiée au niveau d’un territoire nécessite de se doter d’outils d’observation, d’analyse et de diagnostic adaptés aux spécificités locales. La construction de ces données locales doit notamment permettre de définir les tendances qui se dessinent dans les territoires en termes:
• d’existence de métiers, d’emplois et de qualifications inadaptés au regard des besoins réels ou prévisionnels du territoire,
• de carences de métiers, de qualifications ou de compétences adaptés aux besoins de maintien ou de développement d’activités,
• de gisements d’emploi, de qualifications et de compétences associés au développement d’activités nouvelles sur le territoire.
Cela nécessite un tour de table avec l’ensemble des partenaires du projet qui permet de partager les constats de départ, la co-construction des outils d’enquête, la mutualisation des données collectées sur le terrain."
Source - Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences de territoire: expériences et bonnes pratiques des comités de bassin d’emploi – Guide pour l’action – mai 2009.
La construction et la contractualisation du plan d’action
dans lequel il faut définir un espace prioritaire et des actions concrètes, élaborer un budget et définir une responsabilité des partenaires et un mode de pilotage.
Les actions élaborées concernent le développement des compétences (formation, Vae, orientation), l’accompagnement de mobilité (bilan de compétences) , l’insertion professionnelle sur une niche d’activités (ex: les emplois verts, les services à la personne), l’aide à la création ou à la reprise d’entreprise, le développement des pratiques des Gpec dans les Pme.
La mise en oeuvre, le pilotage et l’évaluation
notamment par les comités de pilotage et les comités de suivi.
Une diversité d’actions de Gpect sur les territoires. La Gpec territoriale peut donner naissance à une pluralité d’initiatives répondant à une diversité de situations sur des territoires hétérogènes, confrontés à des enjeux différents.
La sécurisation des parcours professionnels en Franche-Comté
L'acte I. Protocole acte I
.
Un protocole interprofessionnel en faveur des salariés et des entreprises impactées par la crise a été signé le 5 mai 2009 par l’État, le Conseil régional de Franche-Comté et les partenaires sociaux. L’expérimentation a été mise en place pour répondre à la baisse d’activité consécutive à la crise économique qui frappe particulièrement la Franche-Comté du fait d’un secteur industriel fort.
Les objectifs du protocole visent
• le maintien du contrat de travail et donc de l’emploi des salariés et de leur rémunération,
• le maintien et le développement des compétences des salariés,
• le maintien de l’activité des entreprises en allégeant les coûts pendant les périodes de sous- activité.
La formation des salariés pendant le temps de chômage partiel a été financée sur des fonds mobilisés par:
• l’État (Fne formation, crédits Edec, indemnisation du chômage partiel….),
• le Conseil régional (Fonds de sécurisation des parcours professionnels, crédit Edec automobile…),
• les entreprises (plan de formation, Dif, période de professionnalisation, passeport professionnel…)
• les Opca (cofinancement de dispositifs, prise en charge de rémunération…).
Une évaluation réalisée tant auprès des salariés que des chefs d’entreprise concernés par l’expérimentation montre que les objectifs ont été atteints.
L'acte II.
Protocole acte II.
Forte de l’évaluation positive de l’acte I, un second protocole a été signé le 10 février 2011 afin de poursuivre la mobilisation sur la sécurisation des parcours en Franche-Comté.
Il porte sur 6 axes:
• la poursuite de l’accompagnement par la formation des salariés et des entreprises en phase de sous-activité,
• la sécurisation des parcours d’intérimaires et de Cdd,
• La mise en place de binômes intergénérationnels.
• le renforcement de la mobilité interne par le développement des compétences et le maintien dans l’emploi,
• La préparation à la mobilité externe par l’anticipation de reconversion et la consolidation de l’expérimentation du passeport professionnel,
• la labellisation de 6 000 contrats de professionnalisation.
Pour aller plus loin sur la Gpec territoriale...

D’autres actions menées sur les territoires sont mises en lumière dans Gestion territoriale des emplois et des compétences – Focus – Etd – mars 2010.
"La Gpec territoriale prend par définition des formes diverses, en fonction de ses périmètres, de ses acteurs ou de ses enjeux. Si la modélisation est très difficile, il existe néanmoins des méthodes efficaces qu’il convient de mettre en oeuvre". Pierre Ferracci, Président directeur général du groupe Alpha.
Gpec territoriale: comprendre, agir, évaluer. À cette occasion a été diffusé, un guide d’action à destination des acteurs dans les territoires. Ce guide a été élaboré par la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle à partir de réunions de travail regroupant des partenaires sociaux, des chefs d’entreprise, des participants des services déconcentrés de l’État, des collectivités territoriales, des agents de développement et des réseaux consulaires… venus présenter leurs expériences et leurs points de vue. Il mêle réflexion théorique, présentation de bonnes pratiques et d’instruments méthodologiques.
Dossier GPECT, quelques articles sur le blog: Première édition du guide GPEC du Grand Lyon, La GPEC territoriale en action, Les territoires au coeur du présent et de l’anticipation, Développer les dynamiques de Gpec territoriale, GERER et ANTICIPER les emplois et les compétences, 5ème Université d'été Emploi, compétences et territoires, Séminaire GPEC Territoriale.

Efigip führte eine Hintergrundinformation über Gpect. Nach einer Schilderung der Prinzipien der GPEC in der Wirtschaft, stellt das Papier den Prozess und die Herausforderungen ihrer Umsetzung auf regionaler Ebene. Laden Sie die Zusammenfassung: gpect den Prozess und die Fragen. Datei GPECT wenige Artikel auf dem Blog: Erste Ausgabe des Leitfadens GPEC Grand Lyon, die GPEC Aktion territorialen, Gebiete im Herzen dieser und Vorfreude, entwickeln die Dynamik der territorialen GPEC, zu verwalten und zu antizipieren die Arbeitsplätze und Fähigkeiten, 5. Summer Schule Beschäftigung, Qualifikation und Territorien, Territorial Seminar GPEC. Mehr...

Posté par pcassuto à 11:28 - - Permalien [#]

Enquêtes post dispositifs du FONGECIF Languedoc-Roussillon

http://www.fongecif-lr.fr/sites/Languedoc/pages/upload/images/VIGNETTE%20ENQUETE%20POST%20CIF%202010.jpgLe rapport d'enquêtes post dispositifs est disponible. Pour le télécharger, cliquez sur la vignette ci-contre.
Pour la 3ème année consécutive, le FONGECIF Languedoc-Roussillon a voulu connaître la situation professionnelle des salariés ayant bénéficié d’un Congé Individuel de Formation, d’un Bilan de Compétences ou d’une Validation des Acquis de l’Expérience.
Cette enquête a pour objectifs de:
• Mesurer le niveau de satisfaction des salariés à l’égard du CIF, du BC et de la VAE,
• Identifier l’évolution professionnelle des salariés (reconversion professionnelle, évolution de carrière…),
• Faire le point sur leur situation professionnelle actuelle,
• Evaluer les axes d’amélioration des différents services du FONGECIF proposés aux salariés: accueil, information, orientation, conseil et accompagnement.
La Participation
Cette année l’enquête sur le Bilan de Compétences (187 réponses soit 44% des personnes interrogées) et la VAE (15 réponses soit 24% des personnes interrogées), a été réalisé par le FONGECIF LR via Internet en février 2010.
L’enquête sur le CIF a, elle, était réalisé par l’Institut IPSOS (518 réponses soit 54% des personnes interrogées). Ainsi, sur l’initiative du FPSPP, le FONGECIF LR s’est associé au 25 autres FONGECIF pour réaliser la même enquête afin de pouvoir consolider les résultats au niveau national. Des enquêtes similaires ont été réalisées l’année dernière. Elles sont disponibles sur demande à contacts@fongecif-lr.fr.
Les résultats obtenus cette année, synthétisés ci-après, montrent l’importance que peuvent avoir un CIF, un BC ou une VAE dans la réalisation du projet professionnel d’un salarié.
Faire reconnaître son expérience

La Validation des Acquis de l’Expérience, dite VAE, permet de valider toute ou partie d’une certification reconnue par l’Etat ou par la branche professionnelle (diplôme, titre consulaire, certificat de qualification professionnelle…). Cette validation découle des compétences acquises lors de l’expérience professionnelle et personnelle. Les salariés qui cumulent au moins 3 années d’expérience en rapport direct avec la certification visée, préparent et présentent un dossier devant un jury composé de formateurs et de professionnels.
« Je conseille la VAE à tous ceux qui veulent mettre à jour leur niveau professionnel pour leur satisfaction personnelle ou leur évolution de carrière. »
Le Bilan de Compétences

Le Bilan de Compétences est une première étape très utile pour élaborer un projet individuel cohérent et réaliste et définir des besoins en formation, au regard de l’environnement personnel, social et économique. En une série d’entretiens confidentiels avec un professionnel, l’objectif est de faire le point sur sa carrière.
« Le bilan a été bénéfique pour moi car il m’a permis de faire un point sur mes compétences et de me revaloriser. Il m’a permis de mettre en évidence les domaines qui me plaisent et ainsi envisager une formation pour changer de branche. En résumé, il m’a redonné l’espoir face à un début de lassitude et résignation. »
Le CIF

Accéder à un niveau supérieur de qualification, évoluer dans un métier ou se reconvertir sont les objectifs du Congé Individuel de Formation qui s’adresse à tous les salariés. Le CIF est le dispositif qui permet de sécuriser le parcours professionnel des salariés.
« Le CIF a été une grande aide dans ma carrière. Il m’a permis de réaliser mon projet, chose que je n’arrivais pas et que je n’aurais pu faire seul. »
The investigation report is available devices post. To download, click on the thumbnail cons.
For the third consecutive year, the Languedoc-Roussillon FONGECIF wanted to know the employment status of employees who received an Individual Training Leave, a Skills Assessment or Accreditation of Prior Experience.

This survey aims to:

• Measure the level of employee satisfaction with regard to the CIF, the BC and VAE,

• Identify the professional development of employees (retraining, career ...)

• Take stock of their current employment status,

• Evaluate areas for improvement of various services FONGECIF offered to employees: reception, information, guidance, advice and support
. More...

Posté par pcassuto à 02:17 - - Permalien [#]

La nouvelle version du site de la Cncp

http://www.cncp.gouv.fr/gcp/webdav/site/cncp-internet-cncp/shared/contents/images/logos/logo_cncp.gifLe 31 août, une nouvelle version du site Cncp.gouv.fr a été mise en ligne. Plus ergonomique, plus intuitive, celle-ci vise à faciliter l’accès des internautes aux principales fonctions du portail national de la certification. Présentation détaillée de la nouvelle page d’accueil.
Dans cette nouvelle version du portail qui est mise à votre disposition aujourd’hui, les principes de structuration de la navigation ont été profondément remaniés. Ainsi, la page d’accueil contient désormais trois grands blocs majeurs.
1. Dans la partie supérieure, figure une barre incluant 4 onglets principaux: Répertoire, Commission, Inventaire, International.
2. En partie centrale, plus précisément dans la colonne de gauche, vous trouverez un accès respectif aux Répertoire, Procédures d’enregistrement des certifications au RNCP, Avis d’opportunité préalables à la création des certifications enregistrées de droit, Archives de l’homologation.
3. En partie centrale, plus précisément dans la colonne de droite, vous trouverez un accès respectif aux: Documents d’actualités, Documents de référence concernant la certification professionnelle, Les coordonnées des services administratifs de la CNCP.

La Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP)

Créée par la loi de modernisation sociale n°2002-73 du 17 janvier 2002, la Commission Nationale de la Certification Professionnelle est placée sous l'autorité du ministre en charge de la formation professionnelle.
La commission est composée de 43 membres: représentants ministériels, représentants des régions, partenaires sociaux, représentants des chambres consulaires et personnes qualifiées. Plus précisément, elle a pour mission de:
- Répertorier l'offre de certifications professionnelles (répertoire national des certifications professionnelles),
- Informer les personnes et les entreprises sur les certifications inscrites au répertoire national et sur les certifications reconnues dans les états membres de la communauté européenne,
- Veiller à la cohérence, à la complémentarité et au renouvellement des diplômes et des titres ainsi qu'à leur adaptation à l'évolution des qualifications et de l'organisation du travail,
- Émettre des recommandations à l'attention des institutions délivrant des diplômes, des titres à finalité professionnelle ou des certificats de qualification professionnelle,
- Signaler les éventuelles correspondances totales ou partielles entre les certifications enregistrées dans le répertoire national, ainsi qu'entre ces dernières et d'autres certifications, notamment européennes,
- Rendre un avis public préalablement à l’élaboration et à la création des certifications professionnelles enregistrées de droit dans le répertoire national,
- Réaliser l’évaluation publique des certificats de qualification professionnelle,
- Recenser dans un inventaire spécifique les certifications et habilitations correspondant à des compétences transversales exercées en situation professionnelle.
- Élaborer une nouvelle nomenclature des niveaux de certification en rapport avec les emplois occupés.
- Contribuer aux travaux internationaux sur la transparence des qualifications. A ce titre, elle constitue le point national de coordination dans le cadre européen des certifications pour l'éducation et la formation tout au long de la vie.
Sous l'autorité de son président, la CNCP s'appuie sur les travaux d'une commission spécialisée, d'un secrétariat permanent et d'un réseau de correspondants régionaux. Dernier arrêté de nomination 2011.

Le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)

Le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) a pour objet de tenir à la disposition des personnes et des entreprises une information constamment à jour sur les diplômes et les titres à finalité professionnelle ainsi que sur les certificats de qualification figurant sur les listes établies par les commissions paritaires nationales de l'emploi des branches professionnelles. Il contribue à faciliter l'accès à l'emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle. Les certifications enregistrées dans le répertoire sont reconnues sur l'ensemble du territoire national. L'enregistrement dans le répertoire national concerne la seule certification proprement dite.
Les diplômes et titres à finalité professionnelle  y sont classés par domaine d'activité et par niveau. Pour ce dernier critère, et jusqu'à l'adoption de la nouvelle nomenclature mentionnée à l'article R. 335-31, ils sont classés selon la nomenclature des niveaux de formation approuvée par décision du groupe permanent de la formation professionnelle et de la promotion sociale. Les certificats de qualification sont classés séparément par domaine d'activité
Le répertoire national des certifications professionnelles s’est substitué à la liste des titres et diplômes homologués gérée par l’ex-Commission technique d’homologation des titres et diplômes de l’enseignement technologique (CTH).
Sont enregistrés de droit dans le RNCP les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l'Etat qui ont été créés après avis d'instances consultatives auxquelles les organisations représentatives d'employeurs et de salariés sont parties. Les diplômes et titres à finalité professionnelle ainsi que les certificats de qualification professionnelle peuvent être enregistrés, à la demande des autorités ou organismes qui les ont créés, après avis de la Commission nationale de la certification professionnelle
Sauf exception reposant sur un texte législatif ou réglementaire, toutes les certifications publiées au répertoire national sont accessibles par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Procédures d'enregistrement au RNCP

Enregistrement de droit: L'article L 335-6 du Code de l'éducation stipule que sont enregistrés de droit dans le répertoire national des certifications professionnelles les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l'Etat qui ont été créés après avis d'instances consultatives auxquelles les organisations représentatives d'employeurs et de salariés sont parties. En outre, préalablement à leur élaboration, l'opportunité de leur création fait l'objet d’un avis public de cette commission dans un délai de trois mois. Passé ce délai, cet avis est réputé favorable. La procédure d'enregistrement de droit s’effectue après la publication de l’arrêté créant la certification quel que soit son niveau. La présentation de la fiche doit permettre au grand public de comprendre en termes de qualification professionnelle les finalités du titre ou du diplôme.
Des vadémécum ont été mis au point pour que les certificateurs, en particulier ceux issus de l’enseignement supérieur s’approprient cette démarche. Depuis la loi du 24 novembre 2009, préalablement à leur élaboration, l'opportunité de la création d’une certification de droit fait l'objet d’un avis public de la CNCP dans un délai de trois mois à compter de sas saisine. Passé ce délai, cet avis est réputé favorable. Vous trouverez ces avis à la rubrique avis d'opportunité. Documents à télécharger. Enregistrement sur demande. Documents a télécharger.

Contacter les services de la CNCP
Secrétariat national.
Correspondants régionaux. Provence Côte d'Azur - DIRECCTE, Madame Nicole Beaumier, 23-25 rue Bordo, 13285 MARSEILLE CEDEX 8, tel : 04.86.67.32.00, courriel: nicole.beaumier@wanadoo.fr
.

Documents de référence
La CNCP met à la disposition du public un corpus documentaire unique sur la thématique de la certification professionnelle (textes juridiques, articles de presse, études, rapports…).
Rapport d'activité 2010
Au cours de l’année 2010, la mise en œuvre de la Loi du 24 novembre 2009 et le référencement du Cadre national français de certification au Cadre européen des ont été les principaux axes directeurs de l’action conduite par la CNCP.

International

Transparence des qualifications en Europe.
Reconnaissance des diplômes.
Cadre Européen des certifications
.

Inventaire
L’article 22 de la Loi du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie dispose que « les certifications et habilitations correspondant à des compétences transversales exercées en situationprofessionnelle peuvent être recensées dans un inventaire spécifique établi par la Commission nationale de la certification professionnelle. »
La mise en œuvre de l’application qui supportera cet inventaire est prévue à la fin de l’automne 2011. Il est prévu qu’il comportera deux grandes parties, l’une relative à la question de la réglementation d’accès ou d’exercices de professions (professions réglementées, habilitations pour exercer certaines activités), l’autre permettant d’accéder à des informations sur des certifications reconnues , mais ne conduisant pas forcément à un niveau de qualification.
- L’inventaire ne donnera de la lisibilité qu’à des objets qui ont un sens sur le marché du travail;
- La notoriété de la certification doit être établie;
- Les modalités d’ évaluation pour l’obtention de ces certifications devront être clairement décrites;
- Les procédures qualité devront être décrites.
Dans l'état actuel de la législation, l’inscription à l’inventaire ne donne  aucun droit à des financements publics.

Système de certification et de validation des acquis des ministères

31 sierpnia nowej wersji Cncp.gouv.fr była dostępna w Internecie. Bardziej ergonomiczny, bardziej intuicyjny, ma na celu ułatwienie dostępu do kluczowych funkcji portalu internetowego krajowych certyfikacji. Szczegółowa prezentacja nowej strony głównej.
System certyfikacji i walidacji ministerstw

Posté par pcassuto à 01:41 - - Permalien [#]

L'Université de Poitiers - 3e université propriétaire de ses murs

http://www.univ-poitiers.fr/images/photos/0005/img_1314889794760.jpgLaurent Wauquiez, Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche et Jean-Pierre Gesson, Président de l'Université de Poitiers signent la convention de dévolution du patrimoine immobilier de l'université de Poitiers le vendredi 2 septembre 2011.
Une nouvelle étape dans l'autonomie

La loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU) a permis à l'Université de Poitiers d'accéder le 1er janvier 2010 aux « responsabilités et compétences élargies » (maîtrise de la masse salariale, gestion autonome des ressources humaines).
Le transfert du patrimoine de l'Etat aux universités est une possibilité également offerte par la loi LRU: l'Université de Poitiers est la troisième université française (après Clermont I et Toulouse I) à bénéficier de ce transfert. Elle accède aujourd'hui à la pleine propriété des biens immobiliers appartenant jusqu'à maintenant à l'Etat, qui les avait précédemment affectés à l'Université ou mis à sa disposition.
Cet acte constitue pour l'Université un aboutissement après l'adoption de ses schémas directeurs immobiliers en 2009 et 2010, ainsi qu'une reconnaissance de sa capacité à gérer son patrimoine. Il ouvre aussi une nouvelle page de l'histoire de l'université qui fête en  2011 le  580e anniversaire de sa fondation.
La richesse et la qualité du patrimoine de l'Université

360.000 m² répartis sur trois départements (Vienne, Deux-Sèvres, Charente). Composé d'hôtels particuliers (Chaboureau, Fumé, Berthelot, Aubaret), mais aussi des bâtiments les plus récents, l'essentiel de l'immobilier date de la seconde moitié du 20e siècle. Le domaine universitaire comprend 140 ha dont un jardin botanique de 35 ha qui fait la synthèse entre des activités de recherche en lien avec le domaine environnemental, des collections botanique supports de la formation, notamment en médecine et pharmacie, mais aussi des actions de vulgarisation et de transfert de la culture scientifique.
Ce patrimoine immobilier  doit sa qualité à la politique conjuguée de l'université, de l'Etat et des collectivités territoriales (Région Poitou-Charentes, Conseils généraux, Villes et Communautés d'agglomération): ce partenariat est exemplaire par l'importance des engagements financiers et leur continuité.
Poitiers : un  laboratoire du transfert de patrimoine

La dévolution du patrimoine est actuellement limitée à 3 universités dont celle de Poitiers ; l'université de Poitiers offre ainsi un véritable laboratoire de cette expérimentation avant une éventuelle généralisation aux 83 autres universités. Elle est un outil essentiel de l'attractivité de l'université de Poitiers dans la compétition nationale et internationale.
Le transfert à l'Université de Poitiers du patrimoine propriété de l'Etat, lui offre un levier essentiel en tant qu'acteur du territoire. Avec un programme d'investissement de 445 millions d'euros sur 25 ans, l'Université est un des premiers donneurs d'ordre ayant développé un lien étroit avec le tissu économique local. Désormais propriétaire de son patrimoine, bâti et foncier, l'Université va en assumer toutes les responsabilités y compris en matière d'aménagement.
Outre les enjeux de maintenance et de sécurité qui sont depuis longtemps maîtrisés, l'établissement s'engage à relever deux défis majeurs : celui de l'accessibilité des bâtiments et des espaces extérieurs à tout type de handicap et celui des différents aspects du développement durable : diminution des consommations énergétiques, encouragement des modes de déplacement doux, gestion responsables des déchets, préservation des ressources et développement de la biodiversité. Dès 2013, l'ensemble du campus de Poitiers, y compris les résidences universitaires, seront chauffées grâce à une chaufferie centrale biomasse qui permettra une économie de 4300 t de CO2.
Communiqué - 2 septembre 2011 - Laurent Wauquiez

L’université de Poitiers est la 3e université, après Toulouse 1 Capitole et Clermont 1, à bénéficier de la dévolution du patrimoine, étape ultime de l’autonomie. Elle accède aujourd’hui à la pleine propriété des biens immobiliers appartenant jusqu’à maintenant à l’Etat, qui les avait précédemment affectés à l’Université ou mis à sa disposition, et qui représentent 325000 m2 de constructions et les 118 hectares de foncier non bâti.
Cet acte constitue pour l’université un aboutissement après le début des travaux du groupe d’expérimentation lancé en 2009 avec les 9 premières universités à demander le transfert de leur patrimoine immobilier. L’Université de Poitiers a été l’une des plus rapides avec l’adoption de ses schémas directeurs immobiliers en 2010, et une reconnaissance de l’Etat de sa capacité à gérer son patrimoine.
L’Etat transfère non seulement le patrimoine immobilier, mais aussi la responsabilité de planifier et de financer tous les projets immobiliers. Pour assumer les coûts d’entretien de ce patrimoine immobilier et se développer, l’Etat accorde à l’université 10,8 millions d'euros de moyens annuels supplémentaires.
Ce financement évoluera dans le temps en prenant en compte l’activité de l’établissement et non des surfaces. Ainsi:
    Il retrace mieux les besoins de l’établissement,
    Il est transparent et équitable,
    Il est conforme à l’autonomie de l’établissement,
    Il est responsabilisant.
Par ailleurs, l’Université a bénéficié de 30 millions d'euros de financements immobilier de l’Etat sur la période 2007-2013, au titre de la mise en sécurité et du C.P.E.R.
Grâce à la dévolution du patrimoine et aux financements de l’Etat, l’université pourra réaliser un programme d’investissement de 445 millions d’euros sur 25 ans, avec notamment: la rationalisation des bâtiments permettant de réduire considérablement les surfaces actuelles, la création d’un pôle des Sciences pour l’Ingénieur sur le site du Futuroscope avec une nouvelle plate-forme d’expérimentation pour le Centre d'études aérodynamiques et thermiques, la création d’un pôle économie-gestion sur le site du centre-ville, et la création d’un campus durable sur le site du campus recentré sur les sciences humaines et sociales, la chimie et les sciences de la vie, comprenant un projet de grand learning center.
Avant la dévolution du patrimoine

- Une université qui a besoin de faire des travaux important doit demander à l’Etat son accord sur le principe et pour le financement, pour chaque chantier,
- Elle ne décide pas seule de la priorité des chantiers, qui est décidée avec l’Etat et les collectivités,
- Elle n’a pas de visibilité sur le calendrier du financement et de l’exécution des opérations,
- Une université ne peut acheter, ni un bâtiment, ni un terrain sans avoir l’accord et le financement de l’Etat,
- Lorsqu’un bien qu’elle utilise et appartenant à l’Etat est vendu, l’université n’est pas certaine de bénéficier du produit de la cession, ni du montant intégral de la vente,
Résultat: une utilisation sous-optimale des implantations immobilières, avec un manque de cohérence avec le projet scientifique et pédagogique.
Les 5 bénéfices de la dévolution

- L’université peut lancer librement et financer elle-même tous ses travaux, sans demander à l’Etat comme c’est le cas aujourd’hui,
- L’université connait plusieurs années à l’avance les moyens financiers dont elle dispose, contrairement à aujourd’hui, et peut donc planifier ses projets sur le long terme,
- L’université peut acheter ou vendre des immeubles ou des terrains et garde 100% des produits de cession en cas de vente,
- Elle peut adapter en permanence son parc immobilier à son activité,
- Elle peut adopter une gestion immobilière durable en prenant en compte les coûts de maintenance ultérieurs.
http://www.univ-poitiers.fr/images/photos/0005/img_1314889794760.jpg Laurent Wauquiez minister kõrghariduse ja teadusuuringute ja Jean-Pierre Gesson president Ülikooli Poitiers konventsioonile alla kirjutama üleandmise kinnisvara Ülikooli Poitiers reede, september 2, 2011.
Uus etapp autonoomia

Seaduse vabadused ja kohustused ülikoolides (Loi LRU) on võimaldanud Ülikooli Poitiers juurdepääsu 1. jaanuarist 2010 kuni "laiendatud vastutus ja volitused" (Master of palgal, personalijuhtimise ise).

Üleandmist riigivara ülikoolidele on ka pakutud võimalust LRU: Ülikooli Poitiers on kolmas Prantsuse ülikooli (kui ma Clermont ja Toulouse I), kes sellest kasu üleandmist.
Ta on nüüd võimalus täieliku omandiõiguse kinnisvara omanikuks seni riigile, mis oli varem omistatud ülikooli või kättesaadavaks tegemist.
See tegu on saavutus Ülikooli pärast tema tõeline meister 2009 ja 2010, ja tunnistavad oma võimele hallata oma vara.
Samuti avab uue lehekülje ajaloos ülikool tähistab 2011 580. aastapäeval oma asutamisest. Velle...

Posté par pcassuto à 00:24 - - Permalien [#]