23 août 2011

Le programme de professionnalisation 2011-2012 d'Arifor

Edito
L’actualité du débat public régional et national sur les questions d’orientation, de formation et d’insertion met l’accent sur la nécessité d’une approche individualisée des parcours et sur la mise en place de réponses innovantes et partenariales autour de la mutualisation de moyens et du développement de l’alternance.
Le CPRDFP (Contrat de plan régional de développement de la formation professionnelle) signé en Champagne-Ardenne le 15 juin dernier, s’inscrit dans cette préoccupation au sein de l’ensemble de ses six volets d’intervention. Son principal objet est de rechercher une cohérence et une coordination de l’offre de formation par une approche territoriale et transversale avec pour enjeux la sécurisation des parcours professionnels et l’anticipation des mutations économiques.
En lien avec la mise en place du service public de l’orientation, en application de la loi de novembre 2009, il vise notamment à renforcer les pratiques professionnelles des acteurs de l’orientation et de la formation en privilégiant le développement des compétences collectives et du travail en réseau pour accompagner les projets sur les territoires.
L’Arifor aura à conduire, très prochainement, avec ses partenaires au sein du GIP, une réflexion pour adapter son offre de services à cette dimension de réseau, inhérente à la logique de parcours et de qualification des réponses apportées aux différents publics en recherche d’orientation professionnelle. D’ores et déjà, le programme de professionnalisation 2011/2012 de l’Arifor, à travers ses 8 axes thématiques, répond aux enjeux actuels de l’articulation des approches économie-emploi-formation-orientation recherchée par les partenaires du CPRDFP.
Je vous invite à le découvrir et à construire votre plan de développement des compétences individuelles et collectives. N’hésitez pas à nous solliciter pour vous accompagner! Marie Noël d’Hooge, Présidente du GIP Arifor.
Formations proposées. A télécharger au format PDF. Se préinscrire.

GAP1-ANALYSE DES PRATIQUES: LA GESTION ET LA REGULATION D'UN GROUPE.
GAP2-ANALYSE DES PRATIQUES: LA GESTION DES SITUATIONS DE TENSION.
JF1-CULTURE FORMATION & ORIENTATION: QUE RECOUVRE LE PAYSAGE DE LA FORMATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE?
JF2-CULTURE FORMATION & PEDAGOGIE: QUELLES SONT LES RÉALITÉS DU MÉTIER DE FORMATEUR?
JF3-CULTURE FORMATION & PEDAGOGIE: QUE SIGNIFIE "APPRENDRE"?
JF4-CULTURE FORMATION ET MONDE DU TRAVAIL: QUELS SONT LES LIENS ENTRE ANALYSE DU TRAVAIL ET FORMATION?
JF5-CULTURE FORMATION & MONDE DU TRAVAIL: QUELLES SONT LES ADAPTATIONS À APPORTER AUX FORMATIONS DU BÂTIMENT POUR RÉPONDRE AUX ENJEUX ENVIRONNEMENTATUX?
JO1-OUTIL POUR ACCOMPAGNER L'INSERTION PROFESSIONNELLE: UTILISER LE TRÈFLE CHANCEUX.
JO2-OUTIL POUR ACCOMPAGNER L'APPRENTISSAGE: CONSTRUIRE UN DIALOGUE PÉDAGOGIQUE.
JO3-OUTIL POUR GUIDER LA CONNAISSANCE DE L'ENVIRONNEMENT: DÉCOUVRIR L'EUROPE.
JO4-OUTIL POUR SENSIBILISER AU DÉVELOPPEMENT DURABLE: DEVENIR ECO-CITOYEN.
JO5-OUTIL POUR SENSIBILISER AU DÉVELOPPEMENT DURABLE: CONSOMMER RESPONSABLE.
JO6-OUTIL POUR SENSIBILISER A L'ÉGALITÉ DANS LA SOCIÉTÉ: ÉQUITÉ TOI?
MF1-AIDER À COMPRENDRE LES MUTATIONS ACTUELLES DU MONDE DU TRAVAIL.
MF10-S'APPUYER SUR LES SITUATIONS DE TRAVAIL POUR CONSTRUIRE DES APPRENTISSAGES DE BASE
.
MF11-CONNAÎTRE LES FONCTIONNALITÉS DE LA PLATE-FORME MOODLE.
MF2-SOUTENIR LES TRANSITIONS DANS L'ACCOMPAGNEMENT D'UN ITINÉRAIRE PROFESSIONNEL.
MF3-ANIMER UNE RÉUNION D'INFORMATION COLLECTIVE
.
MF4-AVOIR DES REPÈRES SUR LA DÉMARCHE D'INDIVIDUALISATION.
MF5-CONSTRUIRE ET PILOTER UNE ORGANISATION PEDAGOGIQUE DIFFERENCIÉE.
MF6-ANIMER UN ESPACE RECHERCHE EMPLOI.
MF7-S'APPROPRIER LA FONCTION DE REFERENT DE PARCOURS.
MF8-TRAVAILLER SUR L'ESTIME DE SOI DES PUBLICS ACCOMPAGNÉS.
MF9-INVESTISSEZ DANS L'INGÉNIRIE PÉDAGOGIQUE.
MT1-ÊTRE TUTEUR-TRICE: SITUER LES ACTIVITÉS ET ENJEUX DE LA MISSION.
MT2-ÊTRE TUTEUR-TRICE: ORGANISER L'ACCUEIL ET L'INTÉGRATION.
MT3-ÊTRE TUTEUR-TRICE: CONDUIRE DES ENTRETIENS DE SUIVI.
OUTIL POUR SENSIBILISER AU DÉVELOPPEMENT DURABLE: CONSOMMER RESPONSABLE.
OUTIL POUR SENSIBILISER AU DÉVELOPPEMENT DURABLE: DEVENIR ÉCO-CITOYEN.
TP1-TÉMOIGNAGE DE PRATIQUE: LA CONDUITE D'UN ENTRETIEN DE COACHING.
TP2-TÉMOIGNAGE DE PRATIQUE: L'ANIMATION D'UN GROUPE DE PAROLES.
TP3-TECHNIQUE EN PRATIQUE: LES FORMES DE RELATION JEUNE / ADULTE.
TP4-LA FONCTION COMMERCIALE EN FORMATION? CONDUIRE DES NÉGOCIATIONS COMMERCIALES.
TP5-LA FONCTION COMMERCIALE EN FORMATION? LA RÉPONSE AUX APPELS D'OFFRE.

Juhtkiri
Praegused piirkondlikud ja riiklikud avalik arutelu küsimustes sättumuse, koolitus ja integratsioon rõhutab vajadust individualiseeritud lähenemine marsruutide ja uuenduslike lahenduste ja partnerlus ümber ressursside ja arengu vaheldumine.
CPRDFP (leping regionaalarengu kutseõppe) Champagne-Ardenne allkirjastatud 15. juunil on osa sellest muret kõigis oma kuuest sekkumisvaldkondades.
Selle peamine eesmärk on otsida ühtsuse ja koordineerimise poolt pakutavad koolitused piirkondlikku lähenemist probleemide ja rist karjääri turvalisust ja majanduslikke muutusi ennetavate. Veel...

Posté par pcassuto à 22:51 - - Permalien [#]


Matters of refinement

http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/imgad?id=CJephoj1jtDPShDGAxiDATIIBZ4GKQARyasBy Phil Baty. Phil Baty discusses the changes that will make the 2011-12 rankings even more accurate. The most important performance indicator in the Times Higher Education World University Rankings is the one that uses journal article citations to evaluate “research influence”. For the forthcoming 2011-12 rankings, our data partners Thomson Reuters looked at about 50 million citations to more than six million papers published over a five-year period.
We are satisfied that across a university the number of citations that peer-reviewed journal papers receive from other scholars provides a robust and widely accepted indication of the significance and relevance of research. Thomson Reuters, which owns the citations database used, performs sophisticated analyses to ensure the data are properly normalised to take into account the differences in publication habits and hence citation levels between different fields. This ensures that all universities are treated fairly.
So we are happy that this performance indicator receives the highest weighting of the 13 employed by the rankings (it was worth just under a third of total scores last year). But of course, it is not without controversy. Some object to the reliance on citations data in principle; others have more specific objections to how the data are analysed. The biggest concern with the indicator last year centred on the influence of exceptionally highly cited papers on the overall performance of smaller universities. Exceptionally high “research influence” scores for Alexandria University in particular caught the eye, and helped it to do well in the rankings. It was not alone.
We drew attention to such anomalies in the interests of transparency and to open a debate on potential improvements for 2011-12. I’m delighted to say that the debate was highly productive, and we can now confirm that we have been able to refine the way we examine the citations data to address these concerns. The indicator counts citations from all indexed journals published during a five-year window (2005-2009) for this year’s rankings. But an important change is that we have extended the window within which the citations from those publications are counted by an additional year, to 2010.
Citations usually take time to accumulate, but some exceptional papers can pick up a high volume in the year of publication. This will often mean that when benchmarked against the year in their subject, they can become extreme statistical outliers. In small institutions with a relatively low volume of publications, having your name affiliated with such papers can push up your overall research influence score disproportionately. The additional year will help to reduce the disproportionate impact of such papers.
In a further move to reduce the outlier effect, we have also raised the minimum publication threshold below which institutions are excluded from the rankings. For the 2011-12 tables, only universities that have published at least 200 research papers a year (up from 50) are included. Another area for improvement concerns how we moderate the research influence score to take into account institutional location. Last year, on the advice of our expert advisers, we sought to acknowledge excellence in research among institutions in developing nations with less-established research networks and lower innate citation rates.
To achieve this we applied a regional modification to the data. Simon Pratt, project manager of Institutional Research at Thomson Reuters, which collects and analyses the data, said: “While this was effective in identifying regionally excellent research, the approach unduly favoured those countries with developing economies and a focus on applied science. This year we have improved the regional modification to take into account the subject mix of the country. “The result is that some institutions in countries with a focus on subjects with low citation rates, such as engineering and technology, will still have their citation impact raised by the modification, but less than last year. Correspondingly, some institutions in countries focusing on highly cited subjects, such as medical and biological sciences, may find that the regional modification will lower their citation impact to a lesser extent.”
These refinements have been made after detailed consultation and careful consideration. They mean that direct comparisons with last year must be made with caution. But they also mean that the 2011-12 World University Rankings will be the most sophisticated, and carefully calibrated, ever published. Reference: Phil Baty is editor, Times Higher Education World University Rankings.

Posté par pcassuto à 20:43 - - Permalien [#]

Demande de CIF: conseils pour un dossier béton

http://www.vocatis.fr/squelettes/images/banniere_vocatis.jpgPar Caroline David. Pour obtenir la prise en charge financière de son CIF (Congé individuel de formation), pas de secret: il faut un projet qui tienne la route! Conseils pratiques.
Pas de secret pour Janik Pasquet, conseillère au Fongecif Bretagne: « Pour faire un bon dossier, il faut être très clair dans sa tête et donc sur le papier, et exposer un projet professionnel cohérent et argumenté afin d’obtenir l’appui du Fongecif ».
Pour décrocher un CIF et le faire financer, il ne suffit donc pas de convaincre votre employeur de vous l’accorder. Encore faut-il démontrer au Fongecif, l’organisme paritaire collecteur agréé (OPCACIF) qui autorise ou non la prise en charge de la formation choisie et le maintien du salaire pendant son déroulement, que vous avez un véritable projet professionnel et des perspectives d’emploi réelles à la clé.
Avoir mûrement réfléchi son projet

- Quatre mois minimum avant le début de la formation (mais le plus tôt sera le mieux) vous devrez avoir formulé une demande officielle à votre employeur, précisant toutes les informations pratiques relatives à la formation convoitée. «  Pour la demande de financement, attention à ne pas se focaliser uniquement sur la formation, tempère Janik Pasquet. Car ce qui compte avant tout c’est l’"après", le choix du métier et l’avenir après la formation. Il faut donc surtout avoir mûrement réfléchi son projet et être capable de se projeter de manière réaliste. »
Ce qui sera observé est la cohérence de vos choix. Mieux vaut donc expliquer pas à pas les étapes de votre réflexion et ne pas hésiter à lister toutes les démarches entreprises pour montrer votre investissement dans le projet.
« Les personnes que vous avez rencontrées, les salons sur lesquels vous vous êtes informés, les articles, sites emploi, ou toutes les sources qui ont alimenté votre réflexion sont un "plus" dans votre dossier, assure la conseillère Fongecif. Ne vous contentez pas des conclusions. Plus vous en aurez fait, plus vous serez crédible. »
Baliser le terrain au maximum

Même si les critères peuvent varier d’un Fongecif à un autre, la forme importe généralement peu et c’est véritablement sur le fond qu’une demande est examinée. Qu’il fasse une ou cinq pages, le dossier de demande de CIF doit avant tout être motivé et montrer que vous avez pleinement conscience des difficultés auxquelles vous risquez d’être confronté.
« Il faut savoir mettre le doigt sur les aspects les plus délicats du projet » poursuit Janik Pasquet, qui reçoit quotidiennement des candidats et qui les aide justement à se poser de bonnes questions. Jouer la transparence est donc payant, et admettre que vous avez identifié les obstacles potentiels ne pourra que montrer votre sérieux. Encore faudra-t-il avoir des solutions à proposer! N’hésitez donc pas à monter différents scenarii et à expliquer les concessions que vous êtes prêts à faire pour y arriver... Comme auprès d’un banquier en somme, il faut savoir donner des garanties sur l’avenir pour montrer que l’investissement financier que représente votre CIF vaut le coup.
http://www.vocatis.fr/squelettes/images/banniere_vocatis.jpg By Caroline David. For financial support of its CIF (individual training leave), no secret: you have a project that makes sense! Practical advice.
No secret Janik Pasquet, Fongecif advisor to Britain: "To make a good record, it must be very clear in his head and then on paper, and present a coherent professional project and argued to get the support of Fongecif"
. More...

Posté par pcassuto à 20:30 - - Permalien [#]

Ce que la loi Cherpion change en matière d’alternance et de sécurisation des parcours professionnels

http://seminaireinterge.files.wordpress.com/2011/06/logo-opcalia.jpgPar Michèle Boisseau. La Loi Cherpion pour le développement de l’alternance et de la sécurisation des parcours professionnels est entrée en vigueur le 30 juillet 2011. Elle instaure plusieurs mesures en faveur de l’emploi et de la formation:
- la Carte d’étudiant des métiers délivrée par l’organisme de formation aux apprentis et aux jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus en contrat de professionnalisation leur permet notamment de bénéficier des mêmes réductions tarifaires qu’un étudiant de l’enseignement supérieur;
- le Portail de l’alternance qui vise, entre autres, à faciliter la prise de contact entre les employeurs et les jeunes et à simplifier les démarches administratives des entreprises;
- dans le cadre des activités saisonnières, un contrat en alternance (apprentissage ou contrat de pro) peut être conclu conjointement par deux employeurs. Une convention tripartie en détermine les modalités. A l’issue de ce contrat, le salarié peut obtenir deux qualifications professionnelles;
- le contrat de professionnalisation à durée déterminée peut désormais être renouvelé lorsque le bénéficiaire, ayant obtenu la qualification visée, prépare une qualification supérieure ou complémentaire. Pour rappel, le contrat peut également être reconduit lorsque son titulaire n’a pas obtenu la qualification pour cause d’échec aux examens, de maternité, de maladie, d’accident du travail, de maladie professionnelle ou de défaillance de l’organisme de formation;
- à titre expérimental et pendant trois ans (jusqu’au 29 juillet 2014), les particuliers employeurs pourront conclure un contrat de professionnalisation, sous réserve d’un accompagnement employeur;
- en cas de rupture d’un contrat de professionnalisation comportant une action de professionnalisation d’au moins 12 mois et sans que son bénéficiaire ne soit à l’initiative de cette rupture, la poursuite des actions d’évaluation et d’accompagnement et des enseignements et le financement par l’OPCA sont possibles dans la limite de trois mois;
- une durée minimale légale est fixée pour les périodes de professionnalisation: 35 heures pour les entreprises de 50 salariés et plus ; 70 heures pour les entreprises de 250 salariés et plus. Toutefois, cette durée ne s’applique pas pour les bilans de compétences, la VAE et les périodes de professionnalisation des salariés de 45 ans et plus.
- la Préparation opérationnelle à l’emploi (POE) individuelle est élargie aux contrats de professionnalisation à durée déterminée (12 mois minimum) et aux contrats d’apprentissage (elle était réservée aux CDI, aux CDD de 12 mois et plus et aux contrats de pro à durée indéterminée);
- mise en place d’une POE collective qui permet de former plusieurs demandeurs d’emploi afin d’occuper des postes identifiés par un accord de branche ou par le conseil d’administration d’un OPCA. Cette démarche débouche sur les mêmes types d’embauche que la POE individuelle;
- le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) remplace la CRP et le CTP. Destiné aux salariés licenciés économique qui bénéficient d’un parcours de retour à l’emploi : pré-bilan, évaluation des compétences, orientation professionnelle, formation, période de travail… Tout au long de ce parcours, ils ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle.  Dans le cadre de ce dispositif, l’employeur verse à Pôle Emploi l’indemnité compensatrice de préavis dans la limite de trois mois de salaires et le solde du DIF valorisé à hauteur de 9,15€/h. Le salarié ayant adhéré au CSP ne peut plus se prévaloir de la portabilité de son DIF. Les OPCA, le FPSPP et les régions peuvent également contribuer au financement du CSP.
- le Congé de reclassement peut désormais comporter des périodes de travail (CDD ou contrat de travail intérimaire);
- l’encadrement des stages suivi dans le cadre d’un cursus pédagogique scolaire ou universitaire est renforcé: durée des stages limitée à 6 mois par année d’enseignement, versement d’une gratification mensuelle, déduction de la durée du stage de la période d’essai…
Voir sur le blog: Accueil d’étudiants en stage: quelles sont les obligations de l’entreprise? Alternance et stages: ce que change la loi Cherpion, Nouvelle législation pour l'apprentissage et les stages, La réforme de l'apprentissage en vigueur en septembre, Une proposition de loi pour développer l'alternance dans les entreprises-création du CSP, Extension aux apprentis des avantages de la carte d'étudiant, Organismes de formation: bientôt une liste nationale et actualisée? L'Enseignement supérieur dans le rapport Cherpion-Gille, Formation professionnelle et apprentissage: un rapport parlementaire confirme les positions de l'ARF, Extension du CTP, où est le frein? Le rapport de la CMP sur la Loi FPTLV, Projet de loi sur l'orientation et la FPTLV: le Rapport Cherpion.
http://seminaireinterge.files.wordpress.com/2011/06/logo-opcalia.jpg Michele Boisseau. Act Cherpion dla rozwoju bezpieczeństwa alternatywnego i kariera weszła w życie 30 lipca 2011. Wprowadza ona szereg działań na rzecz zatrudnienia i szkolenia:
- Legitymację studencką wydaną przez szkolenia transakcji organizacji uczniów i młodzieży w wieku od 16 do 25 lat w profesjonalny kontrakt pozwala im korzystać z tej samej taryfy cięcia studentów szkolnictwa wyższego;

- Brama do przemian, którego celem jest m.in. ułatwienie kontaktu między pracodawcami i młodzieży oraz uproszczenie procedur administracyjnych dla przedsiębiorców
. Zobacz blog: Hosting stażystów studentów jakie są zobowiązania spółki? mix i szkolenia: jakie zmiany Cherpion prawa, nowe przepisy do nauki i szkolenia, reformy nauki w życie we wrześniu, rachunek, aby rozwinąć przemian w biznesie-kreacji CSP, uczniów Rozszerzenie korzyści z legitymacją studencką, organizacji szkoleń: wkrótce listy krajowej i aktualizowane? Szkolnictwa Wyższego w raporcie Cherpion-Gille, szkoleń i kształcenia: parlamentarny raport potwierdza stanowiska ARF, Rozszerzenie PTC, gdzie jest hamulec? sprawozdanie CMP na FPTLV ustawy, Bill orientacji i FPTLV: Zgłoś Cherpion. Więcej...

Posté par pcassuto à 16:23 - - Permalien [#]

Nouvelle ponction de 300 millions d'euros sur les fonds de la formation

Les EchosPar Leïla de Comarmond. C'est une mesure d'économie qui aurait pu être annoncée mercredi... si elle n'avait déjà été programmée. L'Etat a décidé d'amputer de 300 millions d'euros le budget du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) pour 2012. La disposition a été annoncée aux partenaires sociaux en début d'été.
Cette ponction, qu'on « ne confirme ni n'infirme » dans l'entourage du ministre du Travail, Xavier Bertrand, ne sera pas une première. Le même scénario s'est déjà produit il y a un an pour le budget de 2011 du FPSPP. A l'époque, la mobilisation d' « une partie des excédents du fonds, résultant d'une montée de ses dépenses modérée pour sa première année de fonctionnement » pour financer des dépenses de l'Etat « dans le domaine de la formation professionnelle » avait été annoncée dans le document d'orientation budgétaire, suscitant une violente réaction du patronat et des syndicats, sans résultat. Sur cette première ponction ont été programmés au début de cette année le versement de 124 millions d'euros à Pôle emploi pour prendre en charge une partie des mesures pour l'alternance, l'affectation de 50 millions d'euros à l'Afpa; enfin, 126 millions d'euros devaient financer la rémunération des chômeurs en formation ayant épuisé leurs droits à l'assurance-chômage, jusque-là assumée par les pouvoirs publics.
Méthode plus douce

Cette fois-ci, la méthode choisie est plus douce: aucune trace du prélèvement de 2012 dans le document d'orientation budgétaire publié en juillet. Il aurait été dit aux partenaires sociaux que l'idée était d'en arrêter les modalités dans la concertation. Il est peu probable que cela suffise à calmer les esprits alors que, pour la seconde fois en trois ans d'existence du FPSPP, la précaution prise par la loi de 2009 transposant l'accord paritaire et qui interdit à l'Etat de ponctionner les excédents de trésorerie, ne sera pas respectée.
Au-delà des protestations d'usage que la ponction va provoquer, c'est l'existence même du FPSPP créé par l'accord signé entre le patronat et tous les syndicats sur la formation professionnelle en janvier 2009 qui risque d'être en jeu. L'idée qui a prévalu à la création du fonds était de mutualiser une partie de l'argent collecté par les OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés) pour développer la formation des chômeurs et des salariés les moins qualifiés. La loi prévoit que patronat et syndicats décident chaque année d'y affecter entre 5% et 13% des fonds collectés par les OPCA.
La première année, en 2010, la contribution a été fixée au maximum, apportant au total 830 millions d'euros, l'Etat y investissant 230 millions d'euros. Mais, en réponse à la première ponction des pouvoirs publics, le patronat a exigé de limiter la contribution des partenaires sociaux à 10% pour 2011, soit 650 millions d'euros environ. Ce taux pourrait encore être réduit l'année prochaine.
Les EchosLeila de Comarmond. On kulude kokkuhoiu meetmeid, mida võiks teatas kolmapäeval... kui see oli juba programmeeritud. Riik otsustas kärpida 300000000 € eelarve ühise karjääri julgeolekut (FPSPP) 2012. Kokkulepe teatati sotsiaalpartnerite varasuvel. Veel...

Posté par pcassuto à 16:11 - - Permalien [#]


Coût de la rentrée étudiante

Portail étudiantD'après l'étude des composantes de la dépense étudiante réalisée par le Service statistique de l'Enseignement supérieur et l'Observatoire de la vie étudiante (OVE), les dépenses de rentrée pour les étudiants suivent l'inflation.
La question du niveau de vie, ou des conditions d'études, est une question centrale pour les étudiants et leurs familles et c'est une priorité pour Laurent Wauquiez, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.
C'est un sujet qui mérite d'être objectivé. C'est pour cela que le Service statistique de l'Enseignement supérieur, et l'Observatoire de la vie étudiante ont travaillé sur les composantes de la dépense étudiante.
En définitive, l'inflation que connaissent les étudiants n'est pas différente de celle de l'ensemble des ménages. Certains postes importants dans la structure de dépenses des étudiants sont même en retrait de l'inflation moyenne et parfois depuis plusieurs années. Ainsi les équipements audiovisuels, photographiques et informatiques de même que les services de télécommunication baissent.
Les loyers connaissent une progression de 1,2%, sachant que 44% des étudiants sont en location selon les chiffres O.V.E.. La hausse des loyers était de plus de 2% en 2008 et de 1,3% l'année dernière. Les étudiants qui déménagent (estimation de l'ordre de 12%) peuvent être confrontés à des hausses supérieures liées aux revalorisations éventuelles en cas de changement de bail.
S'agissant de dépenses dont les taux sont fixés par le gouvernement, les droits d'inscription de licence (1,7%) comme la sécurité sociale étudiante (1,5%), restent en deçà de l'inflation. En outre, dans un souci de justice sociale, les boursiers (environ un tiers des étudiants) sont exonérés de ces droits.
En ce qui concerne le ticket U, si l'on regarde justement depuis 2008 (année de la réforme des bourses), le ticket U augmente de: 1,7% contre 3,4% l'année dernière et 1,8% les années précédentes. Cette année, un étudiant qui prendrait 160 repas en restaurant universitaire paierait au total sur l'année 8 euros de plus qu'en 2010-2011.
Voir le tableau "Evolution du coût de la vie étudiante depuis 2008".

Student portal According to the study of student expenditure components produced by the Statistical Office of Higher Education and the Observatory of Student Life (OVE), expenses for re-entry students follow inflation.
The question of living or study conditions, is a central issue for students and their families is a priority for Laurent Wauquiez, Minister of Higher Education and Research.
This is a subject that deserves to be objectified. That is why the Statistical Service of Higher Education and the Observatory of Student Life worked on student expenditure components. Ultimately, the inflation faced by students is not different from that of all households. Some positions in the structure of expenditures of the students are even withdrawal of average inflation and sometimes for years. And audiovisual equipment, photographic and information as well as telecommunication services falling. See the Table "Evolution of the cost of student life since 2008". More...

Posté par pcassuto à 12:01 - - Permalien [#]

Puisque le CNFPT a acheté son siège, les fonctionnaires territoriaux auront moins de formation

Le 23 Février dernier, nous consacrions un article au CNFPT, nous étonnant de voir cet organisme garder en son sein la fonction de collecteur et la fonction de formateur (voir CNFPT, collecteur et formateur. Pour combien de temps encore ?) qui se concluait ainsi “Il est possible de ne pas voir qu’il y a là une organisation qui posera un jour ou l’autre problème. Il serait mieux de l’affronter sans attendre”.
Ce jour est arrivé avec la décision d’intégrer dans la loi de finances rectificative, et constituant son article 14 nonies devenu dans la version définitive article 38, de baisser de 1% à 0,9% la contribution des collectivités au CNFPT.
“Après le dixième alinéa de l’article 12-2 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, il est inséré un alinéa ainsi rédigé: « Le taux de la cotisation mentionnée à l’alinéa précédent ne peut excéder 0,9 % pour les exercices 2012 et 2013. »
Cet amendement vient du Sénateur Jean Arthuis, et se fonde sur le rapport de la Cour des comptes, qui comme le mentionne le compte rendu du débat au Sénat, portait sur la période 2004 2008, et vise pour l’essentiel à sanctionner le CNFPT de sa décision, parfaitement contestable, d’acheter les locaux pour un siège parisien pour un coût de 70 Millions d’Euros.
Alors que la contribution à la formation professionnelle des collectivités était déjà nettement moins élevée que pour les entreprises, cette baisse s’inscrit totalement à contre courant de l’élévation régulière des besoins de formation, et donc du besoin de financement. Comme si le service public avait moins besoin de formation que le privé!
Mais cet épisode rend encore plus nécessaire la refonte du CNFPT, la séparation de la fonction de collecte de ce qui, selon les termes de la décision du Conseil Constitutionnel, “ne constitue ni une rémunération pour services rendus ni une subvention” de la fonction d’organisation de la formation.
Espérons que cet épisode, montrant bien comment les collectivités territoriales sont dépendantes des décisions de l’Etat, rendra tous élus locaux et syndicats conscients de la nécessité d’évoluer. Et en attendant, ce seront les fonctionnaires territoriaux et en particulier les plus modestes de ceux-ci qui verront réduire leurs possibiltés de bénéficier de formations!
Voir sur le blog: Formations territoriales: le CNFPT à la diète, voir aussi La formation dans la fonction publique territoriale, Rapport du CNFPT sur la mise en oeuvre du DIF, Mission d'étude sur le partenariat CNFPT/Universités, Les jeunes et l'apprentissage dans la fonction publique territoriale, Accord ARF - CNFPT, CNFPT: Journées de culture générale à l'Université du Sud Toulon Var, L’activité du CNFPTLV sur 5 ans, Le Groupe Technique Apprentissage (GTA) du CNFPTLV.

W dniu 23 lutego tego roku, poświęcony artykuł do CNFPT nam niesamowite tej organizacji do utrzymania w nim funkcji zbierania i szkolenia funkcji (patrz CNFPT, kolekcjoner i trenera. Na jak długo? ) i stwierdził, że "Nie widzisz, że nie jest organizacją, która będzie problem prędzej czy później. Lepiej byłoby się z nią zmierzyć bez zwłoki."
Tego dnia przyszedł z decyzji o umieszczeniu w budżecie dodatkowych oraz stanowi jego art 14h teraz w ostatniej części 38, mniej niż 1% do 0,9% udział w CNFPT społeczności. Zobacz blog: Formacje działki: CNFPT do diety, patrz również szkolenia w zakresie gruntów publicznych, Raport CNFPT na realizację DIF, Studium misji partnerstwa CNFPT/uniwersytety, młodzieży i Nauka w służbie cywilnej terytorialnej, Accord ARF - CNFPT, CNFPT: Days kształcenia ogólnego na University of South Toulon Var, CNFPTLV aktywności 5-letnich, Learning Technology Group (ATG) CNFPTLV. Więcej...

Posté par pcassuto à 03:40 - - Permalien [#]

Comparatif: la mobilité des étudiants Erasmus

http://www.touteleurope.eu/fileadmin/templates/v2/images/header/logo.gifDepuis sa création en 1987, le programme d'échange Erasmus a permis à près de 2 millions de jeunes Européens d'aller étudier dans un autre pays européen. Si la tendance actuelle se confirme, l'Union européenne atteindra son objectif d'aider 3 millions d'étudiants entre le lancement du programme et l'année académique 2012/2013. Voir la carte interactive.
Pour l’année 2009-2010, 213 266 étudiants européens ont bénéficié de ce programme. Les destinations les plus populaires auprès des étudiants ont été l'Espagne, la France et le Royaume-Uni. L'Espagne qui apparaît comme le champion Erasmus puisque c'est le pays qui a également envoyé le plus d'étudiants à l'étranger, suivie de la France, de l'Allemagne et de l'Italie.
Parmi les 30 213 étudiants inscrits en France partis en mobilité d'études Erasmus pendant l'année universitaire 2009-2010, 6828 sont partis en Espagne et 6238 étudiants au Royaume Uni, les deux destinations favorites des Français. L'Allemagne, l'Italie et la Suède sont également des destinations très prisées.
La France arrive en second dans le peloton des pays les plus appréciés par les étudiants européens, derrière l'Espagne qui a accueilli 35 389 étudiants l'année dernière. Sur les deux dernières décennies, ce sont les Français qui sont le plus partis (15,24% du nombre total d’étudiants).
Le programme permet d'étudier dans tous les pays de l'Union mais également dans certains pays non membres de l'UE comme la Croatie (les données pour la Croatie ne sont pas encore disponibles), l'Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Turquie. La Suisse est devenue cette année le 33e pays participant à Erasmus. En 2009-2010, 274 étudiants français sont ainsi partis étudier en Turquie.
En moyenne, les étudiants Erasmus se voient allouer une bourse mensuelle de 254 euros, ce qui représente une baisse de 7 % par rapport à l'année précédente. Cette baisse s'explique par une demande de participation au programme Erasmus largement supérieure au nombre de bourses disponibles.
Depuis 2007, Erasmus soutient également les stages en entreprise à l'étranger. En 2009-2010, un sur six étudiants (35 000) ont choisi cette option. Il s'agit d'une augmentation de 17,3 % par rapport à l'année précédente.
L'enseignement supérieur dans l'UE.

La mobilité est l'une des clés de la construction européenne. Voyager, s'installer, mais aussi étudier ou travailler dans un autre Etat membre, toutes ces possibilités désormais ouvertes répondent à l'un des principes fondamentaux de l'Union européenne: la libre-circulation des personnes. Pourtant, si le programme Erasmus qui fêtera ses 25 ans en 2012 a favorisé la mobilité des étudiants, force est de constater que ce phénomène reste marginal (environ 4% des étudiants européens). Comment expliquer la faible mobilité des ressortissants de l'Union européenne, alors même que les frontières ont été abolies entre les 27 Etats membres? Barrière de la langue, de la culture? Oui, certainement. Mais pas seulement.
Si l'Union européenne a créé de nombreux programmes en faveur de la mobilité étudiante, les systèmes d'enseignement supérieur restent disparates. De même, bien que la majorité des Etats membres se soit engagée à appliquer les accords de reconnaissance mutuelle des diplômes, celle-ci est rarement effective. Son absence est un frein à la mobilité des travailleurs. Alors, dans une Union européenne qui compte vingt-sept membres, peut-on imaginer qu'un jour les études supérieurs soient les mêmes partout ? Peut-on envisager un marché du travail européen où chaque diplôme aurait la même valeur ? En signant la Déclaration de Bologne en 1998, c'est ce que se sont engagés à faire 47 pays membres du Conseil de l'Europe. Le but: construire un Espace européen de l'enseignement supérieur.
Le Processus de Bologne dépasse l'Union européenne, mais celle-ci en est le moteur : grâce au système LMD (Licence/ Master/ Doctorat), mais aussi au crédits ECTS mis en place dans le cadre d'Erasmus (système de crédits qui permet aux différentes formations d'être sanctionnées par un diplôme de valeur équivalente), l'UE tente aujourd'hui d'harmoniser son système universitaire. Découvrez à travers ce dossier les origines du Processus de Bologne et les grandes étapes d'un Espace européen de l'enseignement supérieur encore en construction. Harmonisation des systèmes universitaires, gouvernance des universités, reconnaissance des diplômes, vous trouverez dans ces pages les clés indispensables pour se repérer dans ce vaste espace de l'enseignement supérieur en Europe. Le Processus de Bologne. La reconnaissance des diplômes dans l'UE. Vers un classement européen des universités? La gouvernance des universités européenne.

Partir en Erasmus.

Etre Européen ce n'est pas seulement se déplacer comme on le souhaite pour les vacances, c'est aussi pouvoir partir étudier un semestre ou un an dans l'un des 31 pays du programme Erasmus.
Erasmus ? Oui, vous avez bien lu. Ce programme européen en matière d'enseignement supérieur a trouvé son nom en référence à Erasme de Rotterdam, un philosophe et humaniste néerlandais du XVIe siècle. Le programme Erasmus a été créé en 1987, et depuis lors, plus de 2 millions d'étudiants européens en ont déjà profité et, en 2009/2010, 30 213 étudiants français.
"Partir en Erasmus" est devenu une véritable institution ! A partir de la deuxième année post-bac, de plus en plus d'étudiants partent pour une année universitaire, en Espagne, en Allemagne ou encore en Norvège.Introduction. Le programme Erasmus. Informations pratiques. Témoignages et vidéos d'étudiants Erasmus.

L'Europe de l'éducation et de la formation.
Le traité de Rome ne prévoyant pas de compétence commune en matière d'éducation et de formation, c'est avec le Traité de Maastricht que les termes d'éducation, d'étudiants ou de formation professionnelle ont fait leur apparition dans le vocabulaire européen. Cependant, comme le montre le programme ERASMUS créé en 1987, l'Union européenne a commencé à agir dans le domaine de l'éducation avant 1992.
L'Union européenne favorise la coopération entre Etats membres en matière d'enseignement, complète leur action et encourage l'émergence de pratiques innovantes, tout en respectant pleinement la responsabilité des États membres pour le contenu de l'enseignement et l'organisation du système éducatif ainsi que leur diversité culturelle et linguistique. Depuis 2010, l'action communautaire dans le domaine de l'éducation et de la formation est gérée par la commissaire européenne Androulla Vassiliou (Chypre). Ses autres domaines de compétence sont la culture, le multilinguisme et la jeunesse. Objectifs. Fonctionnement. Financement. Exemples d'application. Sites utiles.

Passeport Mobilité des apprentis.
Vous souhaitez bouger en Europe au cours de votre apprentissage ? Ce passeport vous donne toutes les clés pour connaître les démarches à suivre, choisir votre destination, préparer votre départ et profiter entièrement du voyage !
http://www.touteleurope.eu/fileadmin/templates/v2/images/header/logo.gif Alates selle loomisest aastal 1987, Erasmuse programm on aidanud ligi 2 miljonit noort eurooplast õppinud mõnes teises Euroopa riigis. Kui praegune tendents jätkub, annab EL saavutada oma eesmärki aidates 3 ​​miljonit üliõpilast vahel programmi käivitumist ning õppeaastal 2012/2013. Vaata interaktiivset kaarti.
Aastateks 2009-2010, 213 266 Euroopa üliõpilased on saanud selle programmi.
Kõige populaarsem õpilaste seas olid Hispaania, Prantsusmaa ja Ühendkuningriik. Hispaania paistab olevat meister, sest Erasmus on ka riik, mis saadetakse rohkem üliõpilasi välismaalt, järgnesid Prantsusmaa, Saksamaa ja Itaalia.
Of 30.213 õpilast Prantsusmaal läks Erasmus uuring liikuvuse õppeaastal 2009-2010, 6828 läks Hispaania ja 6238 õpilast Suurbritannias kaks lemmik sihtkohad prantsuse keeles.
Saksamaa, Itaalia ja Rootsi on samuti populaarsed sihtkohad.
Prantsusmaa on teisel pakendis kõige populaarsem õpilaste seas Euroopas, taga Hispaanias, mis võõrustas 35389 õpilastele möödunud aastal.
Viimase kahe aastakümne jooksul oli see prantsuse, kes on kõige isikutele (15,24% kogu õpilaste arvust). Veel...

Posté par pcassuto à 03:15 - - Permalien [#]
Tags :

Blackberrys and Beyond: Technology and Global Higher Education

http://chronicle.com/img/photos/biz/icons/worldwise-nameplate.gifBy Nigel Thrift. It is interesting to see how work and social habits in the university are changing as the mobile phone and the other diverse and relatively inexpensive instruments of mobile telecommunication become an indispensable adjunct to life. We are no longer in a world where communication ceases. So how is this affecting the running of universities?
First off, it is rare nowadays to see academics and administrators without their mobile-phone prosthetics that seem to be indispensable. Of course, there are a few holdouts who are proud of their (often feigned) non-use but they are gradually falling by the wayside. Then, university meetings are being populated by mobiles, laptops, iPads, and the rest. Indeed most universities are gradually changing to paperless working, and not before time. There are all kinds of complexities associated with this move, but it will surely happen soon in most of the institutions where it has not happened so far, with possible benefits for the environment and costs.
Following on again, there is the practice of teaching. All kinds of feedback and assessment have become more rapid, sometimes with difficult consequences (like the students who expect instant answers). Meanwhile large class teaching is being transformed by the use of laptops and iPads. All kinds of software now exists which can take advantage of mobile telecommunications to inform, like the university-generated apps that are now appearing in profusion on smart phones, or aid teaching practice.
Research is also being influenced. Instant messaging and other instant means of communication are starting to have an effect on experimental practice as great as occurred earlier when it became possible to port very large date sets around. Researchers who are at a distance can communicate as though they are just around the corner. Then, apps are starting to become research tools, able to be used to gather data which includes real time spatial locations, like the “mappiness” project based at the London School of Economics.
Finally, there is the balance between work and non-work. This was always pretty thin in the case of academics. Now it is becoming an even more porous boundary. In a recent, much-cited article in The Financial Times, Lucy Kellaway has noted the increasing prominence of what she calls “worlidays,” holidays where the participants mix in a little work and are still always on. She notes how these kinds of holiday can still be relaxing. There is not an either work or relaxation moment but a change of scene may make both work and relaxation more positive.
All this does not mean that there are no pitfalls in the new hegemony of mobile telecommunications. One is a simple matter of politesse. I am still deeply offended when people e-mail in meetings that I am chairing: to me, it seems to be a declaration that the business being transacted is unimportant and can be dismissed. But I realize that I may be in a minority as people become more and more used to being always on. The other is a more serious matter of blinkering. Research such as Rich Ling’s New Tech, New Ties or, more recently, Daniel Miller’s Tales from Facebook show that the new technologies can tend to narrow and reinforce social interaction rather than broadening it: people often tend to stick with their own kind, with ever-widening circles of people who agree with them. I worry that this effect might infect researchers who are increasingly able, through these devices combined with blogs, Facebook, Twitter, and the like, to live in even more specialised worlds of research and gossip, even though they may feel like cosmopolitans.

Posté par pcassuto à 02:27 - Permalien [#]

Avis des CESER concernant l'enseignement supérieur

http://www.cesdefrance.fr/img/head_logo.gifNombre de CESER (Conseils Économiques, Sociaux et Environnementaux Régionaux) ont établi des avis ou des rapports concernant l'enseignement supérieur. Parmi les thèmes abordés, les PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur) sont récurrents, ainsi que les liens avec l'innovation et l'emploi. Il faut particulièrement signaler le rapport sur l'Apprentissage dans l'enseignement supérieur (Avis du Ceser sur l'Apprentissage dans l'enseignement supérieure en Ile-de-France): le développement de la formation par l’apprentissage dans l’enseignement supérieur représente un enjeu important et un défi de taille. L’Île-de-France est la région qui génère le plus grand nombre de contrats en apprentissage. En 2000-2001, la part du niveau supérieur était de 29% et de 47% en 2010-2011, soit une progression de 18 points en 10 ans. L'apprentissage régional a progressé globalement de 34% en 10 ans et de 120% dans le supérieur. Pour le CESER, il existe encore des marges de progression qui doivent se concrétiser dans les crédits consacrés au développement des effectifs et aux financements de cette filière de formation qui apporte une réelle valeur ajoutée en termes d’accès et de socialisation dans l’emploi. Ainsi, en 2009, sept mois après la fin de leur formation, 76,8% des apprentis du supérieur se déclarent en emploi, 18,3% d’entre eux sont à la recherche d’un emploi et les 4,9% restants se partagent entre stage et inactivité. Cela suppose, dans le cadre du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP), un affichage clair d’enjeux et d’objectifs régionaux par filières et par types d’activités assortis d’engagements financiers, afin de déboucher sur un projet régional mobilisateur répondant aux attentes et aux aspirations des jeunes et des entreprises.
Il est intéressant de noter que la plupart de ces publications sont relativement récentes, comme pour bien marquer que les Universités étaient devenues des acteurs incontournables de l'
Économie, de la Société et de l'Environnement.
Voir aussi l'article du blog Avis des CESER sur les CPRDFP.

Voici les avis et rapports qui sortent quand on tape "enseignement supérieur" sur l'Extranet des CESER.

La problématique de l'orientation à l'articulation entre l'enseignement secondaire et l'enseignement supérieur
. Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Nord-Pas-de-Calais - Publié le 29/03/2011. Consulter le document.
Les stratégies régionales 2011-2015 : de développement économique et d'innovation (SRDEI), de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (SRESRI)
. Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Rhône-Alpes - Publié le 15/02/2011. Considérant que le triangle de la connaissance entre entreprises, organismes de recherche et établissements d’enseignement supérieur est au coeur de la dynamique d’innovation, le CESER Rhône-Alpes a choisi d'émettre un avis unique sur les parties communes des deux stratégies. Dans son avis global, le CESER insiste plus particulière[...]. Consulter le document.
Recherche - Enseignement supérieur
. Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Franche-Comté - Publié le 13/12/2010. Consulter le document.
Avenir et ambition(s) de l'enseignement supérieur et de la recherche en Champagne-Ardenne
. Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Champagne-Ardenne - Publié le 03/12/2010. La région ne manque pas d’acteurs dans les domaines de la recherche et de l’enseignement supérieur : l’URCA, l’UTT, Arts et Métiers Paris Tech, École nationale supérieure des Arts du cirque, ainsi que de nouveaux arrivants tels que l’École Centrale de Paris ou AgroParis Tech. Les équipes de recherche sont partic[...] Voir le résumé. Consulter le document.
Les interactions d’ITER sur la recherche et l’enseignement supérieur en Provence-Alpes-Côte d’Azur
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Provence-Alpes-Côte d'Azur - Publié le 20/10/2010Consulter le document.
Avis du CES sur le rapport N°1 du CR du 23 juillet 2010 intitulé Schéma Régional de Développement Economique et de l’Emploi -Stratégie régionale de développement de l’enseignement supérieur -Programme régional de soutien aux opérations structurantes.
Publié par le Conseil Economique, Social et Environnemental du Languedoc-Roussillon - Publié le 21/07/2010. Le rapport N°1 du Conseil Régional intitulé "Programme régional de soutien aux opérations structurantes en matière d’enseignement supérieur " s’inscrit dans la stratégie régionale de développement de l’enseignement supérieur en Languedoc-Roussillon. Consulter le document.
Contribution du CESR de Bretagne sur les priorités "Recherche, enseignement supérieur et formation" du Grand Emprunt
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Bretagne - Publié le 17/06/2010Consulter le document.
L’enseignement supérieur et la recherche en Alsace : construire une stratégie plus ambitieuse et plus intégrée.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental régional d'Alsace - Publié le 03/05/2010. Le CESA a voté le 3 mars 2010 un avis sur la possibilité un Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) en Alsace.Pour rester compétitive, l’Alsace doit afficher une structuration régionale plus ambitieuse et plus intégrée des univers[...]. Consulter le document.
Les politiques et les programmes européens dans les secteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche et leurs apports en Auvergne
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental d'Auvergne - Publié le 12/02/2010. Le CESR poursuit sa réflexion sur les politiques européennes et leurs conséquences au niveau régional. Une étude avait déjà été publiée sur la Politique Agricole Commune.Pour compléter ce travail, le bureau d[...]. Consulter le document.
Attractivité de l'enseignement supérieur bourguignon et amélioration de la qualité de la vie étudiante
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Bourgogne - Publié le 10/12/2008. Cette saisine a pour objet de proposer au Conseil régional et aux acteurs de la vie étudiante des pistes d’action en vue de renforcer l’attractivité de l’enseignement supérieur bourguignon et d’améliorer la qualité de vie étudiante, au regard des dispositifs existants ou à créer afin que les étudiants [...]. Consulter le document.
Projet de Schéma régional de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Picardie - Publié le 06/10/2008. Consulter le document.
AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET RECHERCHE: ENTRE PROXIMITÉ ET EXCELLENCE
. Publié par le Conseil Économique, Social et Environnemental - Publié le 06/03/2008. Enseignement supérieur et recherche sont deux activités essentielles pour le rayonnement international de la France et pour la compétitivité de ses territoires. Pourtant notre système peine à concilier les enjeux de proximité d'une formation soucieuse de répondre à la demande sociale et les exigences d'excellence d'une recherche dont l'efficacité requiert de la concentration. Face à l'urgence d'in[...]. Consulter le document.
La problématique de l’articulation 'Enseignement secondaire / Enseignement supérieur en région Centre. Information, orientation, accueil dans le supérieur
.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental du Centre - Publié le 25/10/2007. Le Ceser a souhaité, dans cette communication, analyser l’efficacité du passage des lycéens vers l’enseignement supérieur dans l’académie d’Orléans-Tours en étudiant les différents maillons de la chaîne: information, orientation, accueil dans le supérieur. Consulter le document.
Université-recherche: les opportunités à saisir pour l'enseignement supérieur Lorraine à l'échelle de la grande région.
Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Lorraine - Publié le 20/11/2006. Consulter le document.
L'accueil des étrangers dans l'enseignement supérieur et la recherche en Basse-Normandie
.
Publié par le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional de Basse-Normandie - Publié le 28/11/2005. Ce thème de l'accueil des étudiants et chercheurs étrangers constitue, depuis plusieurs années déjà, sur le plan national, un enjeu stratégique exprimé notamment dans le cadre du renforcement de l'attractivité de la France. Outre le maintien de notre pays au sein de la compétition technologique internationale, l'a[...]. Consulter le document.
L'enseignement supérieur
. Publié par le Conseil économique, social et environnemental des Pays de la Loire - Publié le 16/11/2004. L'économie fondée sur la connaissance est au cœur de tous les débats en France et en Europe et fait consensus sur un point au moins: l'enseignement supérieur et la recherche sont un moteur économique et social de premier plan. Or, les Pays de la Loire accusent un déficit à bien des égards. Le couple enseignement supérieur - [...]. Consulter le document.
Evolution de la politique régionale, soutien à la recherche, l'enseignement supérieur et le transfert de technologie. Publié par le Conseil Économique, Social et Environnemental Régional d'Aquitaine - Publié le 21/10/2004. Consulter le document.
L'enseignement supérieur et la recherche. Publié par le Conseil économique, social et environnemental de Haute-Normandie - Publié le 18/11/2002. L’enseignement supérieur et la recherche sont des préoccupations majeures des deux CESR. Aussi ont-ils contribué à la réflexion sur la création du Pôle Universitaire Normand (PUN) et se félicitent de ses réalisations. Les CESR entendent accentuer ces efforts grâce à des mesures soutenant le PUN, notamment une meill[...]. Consulter le document.
Eléments de réflexion sur le Schéma de Services Collectifs de l'enseignement supérieur et de la recherche pour la Réunion (Contribution). Publié par le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional de la Réunion - Publié le 01/04/1999. Se projetant à l'horizon 2020, cette contribution vise deux objectifs positionner la Réunion comme pôle de représentation de la technologie française et européenne dans son environnement régional; adapter les filières de formation aux réalités locales et régionales.Diffé[...]. Consulter le document.

Sur le blog nous avons également fait des articles sur les Avis suivants des différents CESER: l'Avis du Ceser sur La problématique de l’orientation à l’articulation entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur en Nord‐Pas de Calais, l'Avis du Ceser sur la création d'un institut de formation aux métiers de la rééducation en Limousin et d'un diplôme universitaire en médiation sociale à la Souteraine, l'Avis du Ceser Languedoc Roussillon sur le Programme régional de soutien aux opérations structurantes en matière d'enseignement supérieur - Polytech ENR et EPF Ecole d'Ingénieurs, l'Avis du Ceser sur l'Apprentissage dans l'enseignement supérieure en Ile-de-France, l'Avis du Ceser sur Recherche et enseignement supérieur: une ambition affichée pour la Franche-Comté, l'Avis du Ceser Champagne-Ardenne sur le(s) Pôle(s) de Recherche et d’Enseignement Supérieur, les Avis du Ceser Bretagne concernant l'enseignement supérieur, l'Avis du Ceser sur Les pôles de compétitivité bourguignons - Les enjeux en termes de recherche et de formation, l'Avis du Ceser sur La mer et le littoral en Basse-Normandie - Recherche, enseignement supérieur et innovation, l'Avis du Ceser pour les initiatives d'excellence des PRES de Lyon et de Grenoble, l'Avis du Ceser pour le développement de l'enseignement supérieur et de la recherche en Midi-Pyrénées et l'Avis du Ceser Poitou-Charente sur le schéma régional de l’enseignement supérieur, ainsi que l'article Une seule université pour l'Aquitaine. Voir aussi l'article du blog Avis des CESER sur les CPRDFP.

http://www.cesdefrance.fr/img/head_logo.gif Number of CESER (Economic, Social and Regional Environmental) established opinions or reports on higher education. Among the topics discussed, the PRES (Cluster of Research and Higher Education) are recurrent, and links with innovation and employment. It should particularly note the report on Learning in Higher Education (Ceser opinion on Learning in Higher Education in the Ile-de-France): the development of apprenticeship training in higher education is an important issue and a challenge. Île-de-France is the region that generates the largest number of contracts in learning. In 2000-2001, the share of higher level was 29% and 47% in 2010-2011, an increase of 18 points in 10 years. Regional Learning grew overall by 34% in 10 years and 120% in higher education. For CESER, there is still room for improvement that must be realized in the appropriations for workforce development and financing of this sector training that brings real added value in terms of access and socialization in employment. In 2009, seven months after the end of their training, 76.8% of the apprentices of the superior claim to employment, 18.3% of them are looking for a job and the remaining 4.9% are divided between training and inactivity. This implies, under the contract for the development of regional vocational training (CPRDFP), a clear display of issues and regional objectives by sectors and types of activities accompanied by financial commitments to lead to a mobilizing regional project that meet the expectations and aspirations of young people and businesses.
It is interesting to note that most of these publications are relatively new, like make it clear that the universities had become vital players in the Economy, Society and Environment.

See also the blog post reviews on CESER CPRDFP
. More...

Posté par pcassuto à 01:19 - - Permalien [#]
Tags :