http://www.campusfrance.org/sites/default/files/imagecache/ressource_image/ca_ressource/100712/reperes_07_fr.pngPar Philippe Vidal, Chargé de mission à l’Observatoire des Sciences et des Techniques et par Ghislaine Filliatreau, Directrice de l’Observatoire des Sciences et des Techniques. Attractivité de la France dans le domaine de l’enseignement supérieur: points forts, points faibles. Télécharger le Repères - Penser la mobilité n°07.
La France se situe entre la 6e et la 7e place mondiale pour son volume de production scientifique. Cette place est globalement en rapport avec son PIB. Par contraste, les établissements d’enseignement supérieur (universités et écoles) français n’occupent pas une place équivalente dans les classements internationaux. Le but de cette analyse est de réfléchir aux causes de cette discordance, alors que les étudiants et les jeunes chercheurs peuvent trouver en France des opportunités d’études, dans un cadre politique et culturel propice à leur formation. En retour, à l’heure du marché mondial du savoir, la place de la France dépend de plus en plus des flux d’étudiants qu’elle attire. C’est ce double constat qui a conduit à renforcer les politiques actives et ambitieuses en faveur de la mobilité.

Les classements internationaux

Le classement de l’ARWU (Academic Ranking of World Universities, dit de Shangaï), apparu, en 2003, est celui qui a eu le plus grand retentissement. Il est fondé sur l’agrégation de six indicateurs, tous relatifs à la recherche. Les classements du THE (Times Higher Education) et de QS (Quacquarelli Symonds), donnent également une part importante à la recherche, mais ils s’appuient aussi sur des enquêtes de notoriété et sur les taux d’encadrement, notamment des étudiants en Licence. L’Excellence ranking du Center for Higher Education (CHE) allemand, produit à la seule échelle européenne, est pluricritères; il concerne les mathématiques, la physique, la chimie, la biologie, l’économie, les sciences politiques, la psychologie. Un classement plus ambitieux à la construction duquel participe l’Observatoire des Sciences et des Techniques (OST), est U-Multirank, soutenu par la Commission européenne. C’est un classement international, dont les caractéristiques principales sont: l’analyse aux niveaux de l’institution et des champs scientifiques, la multi-dimensionnalité (prise en compte de la recherche, mais aussi de la formation initiale et de la formation tout au long de la vie, des transferts technologiques, de la dimension internationale, etc.); la non-agrégation des indicateurs et la possibilité de paramétrage des critères pris en compte par l’utilisateur. U-Multirank ne propose pas de palmarès mais, en réponse aux critères choisis par l’utilisateur, des regroupements d’universités comparables.

http://www.iledescience.org/photo/OST.gifUn constat
La position de la France dans les classements mondiaux des universités n’est ni en rapport avec sa production scientifique et technologique globale, ni avec son rang économique.

Ainsi, l’Etablissement d’Enseignement Supérieur (EES) français qui est le premier placé dans le classement de l’ARWU, l’Université Pierre et Marie Curie, ne se trouve qu’à la 39e place. Sur les deux cents premiers EES mondiaux dans les trois principaux classements internationaux (ARWU, TH, QS) la France a 4 établissements classés dans ARWU (en comparaison: 14 pour l’Allemagne et 16 pour le Royaume-Uni), 4 également dans THE (en comparaison: 14/Allemagne et 29/Royaume-Uni) et 5 dans QS (en comparaison: 11/Allemagne et 30/Royaume-Uni).
L’identification de départements d’excellence dans l’Excellence Ranking du CHE n’est guère plus encourageante pour les EES français. Parallèlement, la France se situe à la 6e ou 7e place mondiale en matière de production scientifique, place cohérente avec le nombre de Prix Nobel et de Médailles Fields décernés à des chercheurs français. Ainsi, la France, avec 57 prix Nobel sur 829 décernés depuis la création du prix, se situe au 4e rang mondial, après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Sur 52 médailles Fields décernées, 11 ont récompensé des scientifiques français, ce qui place la France au second rang mondial.
Il est à noter que le différentiel entre la position globale de la France et ses résultats dans les classements d’universités s’élargirait encore si les classements étaient appliqués de façon stricte par les producteurs, c'est-à-dire en excluant les écoles. Les étudiants en première année de cursus d’école (Bac + 3) y sont en effet comptabilisés comme inscrits en Licence. Les indicateurs fondés sur la qualité de l’encadrement des étudiants en Licence (explicites dans THE et QS) avantagent donc les écoles françaises, car elles ne possèdent pas les niveaux L1 et L2. En l’absence des écoles, la France passerait de sept EES à six dans ARWU, de quatre à un dans celui du THE et de cinq à deux dans celui de QS.

Des données

• Nombre et évolution des étudiants étrangers

Le nombre d’étudiants en mobilité internationale était de deux millions en 2003 (soit un doublement en 20 ans). Il sera multiplié par cinq d’ici 2025, selon l’OCDE. Avec près de 10% du total, la France est le 3e pays d’accueil des étudiants en mobilité internationale, et surtout le 1er pays non-anglophone. Les étudiants internationaux représentent plus de 11% des étudiants inscrits dans les établissements français. Ils y sont plutôt attirés par les sciences humaines et sociales.
• Part des publications

Comme on le sait, la bibliométrie est difficilement applicable aux sciences humaines et sociales, en raison notamment du poids très important des livres par rapport aux publications. Cependant, le rayonnement passé et actuel de la France dans les domaines des beaux-arts, de la littérature, de nombreuses sciences sociales et humaines, dont l’économie ou le droit international, est largement reconnu. Dans le secteur des mathématiques, des sciences de la matière et de la vie, la France, avec 4,2% des publications mondiales en 2008, est à la 6e place mondiale, après les Etats-Unis (24,4%), la Chine (8,8%), le Japon (6,8%), l’Allemagne et le Royaume-Uni (5,7% chacun). Rapportés à la population, les écarts se resserrent et on voit la France passer à la 4e place, après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. C’est en mathématiques que la France est la mieux placée: à la 3e place mondiale en parts de publications et à la 1ère quand celles-ci sont rapportées à sa population ou à son PIB.
• Impact des publications

Si l’on calcule l’indice de visibilité des articles dans le secteur des mathématiques, des sciences de la matière et de la vie, quantifié par le nombre de citations reçues par ces publications sur les deux ans suivant leur parution, et en normalisant par champ disciplinaire afin de tenir compte des cultures de chaque discipline, la France se trouve au 12e rang global (du 7e au 15e suivant les disciplines).
Voir aussisur le blog: Le morcellement du paysage universitaire pèse encore sur son attractivité et L'attractivité retrouvée de l'université.
• Brevets
En part mondiale de demandes de brevets européens, avec 6,3% des demandes déposées, la France est 4e après les Etats-Unis, l’Allemagne et le Japon. Elle passe au 3e rang en rapportant ce chiffre à sa population ou à son PIB.
Une analyse
• Un système d’enseignement supérieur dual

La France a été parmi les premiers pays européens à se doter d’universités, avec notamment l’Université de Paris dès le XIIe siècle. La pensée scolastique a profondément marqué le développement des universités françaises qui, d’entrée et de manière durable, ont été le lieu des hautes spéculations intellectuelles et d’une manière si prononcée que la formation des professionnels n’a pu y prendre place que difficilement. C’est ainsi que le développement des routes au XVIIIe siècle a nécessité la création de la première école professionnelle, l’Ecole des Ponts et Chaussées. La Révolution, puis le 1er Empire, ont puissamment amplifié cette dualité, avec la création de très nombreuses écoles professionnelles. De sorte que la France est caractérisée par la coexistence de deux systèmes éducatifs parallèles et aux échanges très marginaux jusqu’à il y a peu: les universités (2000000 étudiants) et les écoles d’ingénieurs et de commerce (300000 étudiants).
Ces deux systèmes ont été très longtemps marqués par une forte sélection sociale, amplifiée, pour les écoles par le mode d’accès par concours. La massification des études supérieures à partir des années 1970-1980 a entraîné la rupture de la sélection sociale à l’entrée des universités, tandis que les écoles gardaient globalement leur caractère sélectif. A noter cependant que l’université possède des filières sélectives, telles que les études de droit et de médecine, par exemple. A noter aussi qu’un nombre important d’écoles a été créé au sein même des universités (écoles d’ingénieurs notamment).
• Un système de recherche dual

De manière assez semblable à l’Allemagne, la France a créé des établissements dont la vocation majeure est, comme le stipulait le décret-loi du 19 octobre 1939 créant le CNRS, de “coordonner l’activité des laboratoires en vue de tirer un rendement plus élevé de la recherche scientifique”. Ces organismes publics de recherche sont de deux types:
- les Etablissements Publics, Scientifiques et Techniques (EPST), orientés vers la recherche fondamentale et appliquée, comme par exemple le CNRS, l’IRD, l’INSERM;
- les Etablissements Publics à caractère Industriel et Commercial (EPIC), comportant une forte composante de leur activité axée sur la recherche appliquée et le développement et son transfert vers l’industrie, comme par exemple le CEA et IFREMER.
Les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche ont entrepris depuis une vingtaine d’années un rapprochement. De même, les EPIC jouent un rôle important dans l’accueil d’étudiants en stages de Master ou dans la formation de docteurs, ou encore par la mise à disposition de plate-formes technologiques (bateaux océanographiques dans le cas d’IFREMER, par exemple). Du fait de leur taille, de leur présence sur l’ensemble du territoire et de leurs ressources humaines et financières, les EPST et EPIC peuvent jouer un rôle important au niveau international qui n’apparaît pas directement dans les classements internationaux.
• Une politique nationale de grands et très grands instruments

La France, pays très centralisé, a mis en place sur le territoire national un nombre substantiel de grands et très grands instruments gérés par le secteur public (dont plusieurs internationaux). Il est essentiel de les prendre en compte si l’on veut percevoir de manière réaliste les outils qui sont offerts aux étudiants de Master, doctorants, post-doctorants qui étudient en France, à l’université et dans les établissements publics non universitaires (organismes et écoles). Ainsi peut-on citer par exemple: en physique, des accélérateurs (CERN), des synchrotrons (ESRF, SOLEIL), des sources intenses de neutrons (ILL), la fusion nucléaire (ITER); en biologie: le Génopole ; en sciences humaines et sociales: de grandes bibliothèques et des centres de documentation numériques…

Des perspectives

Les classements internationaux ne traduisent pas pleinement la mesure de ce qui fait l’attractivité pour un étudiant ou pour un jeune chercheur en formation: l’accès à des infrastructures lourdes, la présence de personnalités brillantes en recherche qui, au-delà du cercle de leurs collaborateurs directs, rayonnent au travers d’enseignements universitaires et de séminaires ouverts à tous (Collège de France, CNAM, …), ainsi qu’une culture du débat critique fondée sur des idéaux universalistes et sur la fertilisation réciproque entre les approches scientifiques et humanistes.
Les réformes récentes, en redonnant aux universités la visibilité et les ambitions qui sont nécessaires pour fonder des institutions fortes, vont contribuer à restaurer la place de l’enseignement supérieur français. Mais il faut aussi, pour cela, que les étudiants et les jeunes chercheurs étrangers en formation qui peuvent en tirer bénéfice, en prennent conscience, où qu’ils soient dans le monde, pour nous rejoindre.
Le développement de classements multidimensionnels et personnalisés tel U-Multirank, actuellement développé avec le soutien de la Commission européenne devrait permettre une appréciation plus complète de toutes les facettes de nos établissements.
Par ailleurs, le renforcement des synergies entre établissements sur un site donné, via notamment la montée en puissance des PRES et les fusions multiples (Universités de Strasbourg, fusionnées en 2009, de celles de Lorraine, fusionnées en 2011, d’Aix-Marseille en 2012 et de Bordeaux en 2014), devrait également permettre de mieux faire percevoir la réalité de la vie dans nos laboratoires et la solidité des liens entre une multiplicité d’établissements et d’organismes, difficiles à comprendre depuis l’étranger. Cette multiplicité et ce morcellement contribuent en effet, de façon directe, au faible score de nos universités dans les classements internationaux, à la fois du fait de signatures de publications scientifiques peu déchiffrables et d’enquêtes de notoriété où les chercheurs et les résultats brillants ne sont pas facilement mis en lien avec des institutions d’enseignement clairement identifiées.
En complément, il est indispensable de développer en France la recherche sur l’enseignement supérieur et la recherche (Vidal et Filliatreau, 2011). Les classements n’en sont qu’un des aspects, avec la l’évaluation stratégique, l’assurance qualité, etc. Ce secteur des Higher Education Studies joue, dans de nombreux pays, un rôle de réflexion et de conseil pour élaborer des politiques de recherche. Seule la mise sur pied de plusieurs groupes de recherches à forte visibilité internationale permettra de construire une force de proposition convaincante des spécificités françaises dans les institutions européennes et internationales.

Philippe Vidal, Project Manager at the Observatory of Science and Technology and Filliatreau Ghislaine, Director of the Observatory of Science and Technology. Attractiveness of France in the field of higher education: strengths, weaknesses. Download Guides - Thinking mobility No. 07.
France is between the sixth and seventh in the world for its volume of scientific production. Cette place est globalement en rapport avec son PIB. This place is generally related to its GDP. In contrast, higher education institutions (universities and schools) French do not occupy an equal place in international rankings. The purpose of this analysis is to consider the causes of this discrepancy, as students and young researchers can find opportunities in France education, in a political and cultural environment conducive to training. In return, at world market is, the place of France depends more and more flows of students it attracts. That these two observations that led to strengthen the active and ambitious policies to promote mobility.
International rankings
The classification of ARWU (Academic Ranking of World Universities, Shanghai says), appeared in 2003, is the one who had the greatest impact. It is based on the aggregation of six indicators, all relating to research. The rankings of THE (Times Higher Education) and QS (Quacquarelli Symonds), also provide an important research, but they also rely on surveys of reputation and the ratios, including undergraduates. The ranking of the Excellence Center for Higher Education (CHE) German, produced the only European scale, is pluricritères; it relates to mathematics, physics, chemistry, biology, economics, political science, psychology. A ranking in the most ambitious construction of which involved the Observatory of Science and Technology (OST), is U-Multirank, supported by the European Commission. It is an international classification, whose main characteristics are: the analysis at the institution and scientific fields, the multi-dimensionality (taking into account research, but also the initial training and lifelong learning Throughout life, technology transfer, international dimension, etc.) non-aggregation of indicators and the possibility of setting the criteria considered by the user.U-Multirank ne propose pas de palmarès mais, en réponse aux critères choisis par l'utilisateur, des regroupements d'universités comparables. U-Multirank does not offer awards, but in response to the criteria chosen by the user, groups of comparable universities. More...