08 juillet 2011

Rapport d'activité 2010 d'Uniformation

http://www.uniformation.fr/var/uniformation/storage/images/media/images/1107couvebilan2010/30951-1-fre-FR/1107couveBILAN2010_medium.jpgLe bilan d’activité d’Uniformation 2010  fait apparaître une progression de 8% de la collecte,  pour un nombre d’adhérents en augmentation de 4%. L’accompagnement des entreprises de moins de 10 salariés (80% des adhérents) se poursuit, avec une hausse de 7,4% des engagements financiers et  une progression de 21% du nombre d’heures de formation et de 8,20% du nombre de stagiaires. Cette publication est aussi l’occasion de mettre en perspective les actions menées tout au long d’une année et de rendre compte de l’implication locale d’Uniformation, notamment dans les encarts spécifiques dédiés à chaque région (à paraître dans le courant de l’été). Télécharger le Rapport d'activité 2010 d'Uniformation.
Des contributions en augmentation.

A l’image de la progression du nombre d’adhérents, tous les dispositifs enregistrent une hausse de la collecte: +4,10% sur le plan de formation pour les entreprises d’un effectif minimum de 10 salariés, +5,8% sur le plan de formation pour les entreprises de moins de 10 salariés, +13,6% sur la professionnalisation, +13,5% sur le CIF-CDI et +7,5% sur le CIF-CDD.
Des engagements  en progression sur le plan de formation des petites entreprises

L’accompagnement des entreprises de moins de 10 salariés se poursuit. Particulièrement suivies depuis 2008, représentant 80% des adhérents, ces entreprises ont accentué leurs efforts de formation : des engagements en hausse de 7,45%  et,  sans compter les actions de formation clés en main, un nombre d’heures de formation en augmentation de 21% par rapport à 2009, pour + 8,20% de stagiaires.
… mais en diminution sur le CIF et la professionnalisation.

Les dispositifs de la professionnalisation s’adaptent aux critères du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP). Les taux de prise en charge ont été adaptés, fin 2009, pour répondre aux conditions d’accès au cofinancement du FPSPP. Si le coût moyen d’un contrat de professionnalisation est alors passé de 11 868€ à 6784€, le nombre de stagiaires en contrat de professionnalisation est demeuré à peu près stable en 2010. A noter que 37% de ces contrats ont été réalisés dans les entreprises de moins de 50 salariés.
Chiffres clés de la collecte. Consulter le Rapport d'activité 2010 d'Uniformation.
A propos d’Uniformation.

Uniformation est, depuis 1972, le partenaire formation (OPCA) des entreprises de l’Économie sociale et solidaire : associations, coopératives, et mutuelles. Il rassemble aujourd’hui plus de 44000 entreprises adhérentes représentant près de 630000 salariés et a collecté 189,7 millions d’euros au titre de l’année 2010.
Contacts presse Uniformation.
The activity report of 2010 shows Uniformation an increase of 8% of the collection, for a number of members increased by 4%. The support of companies with fewer than 10 employees (80% of members) continues, with a 7.4% increase financial commitments and a 21% increase in the number of training hours and 8.20% of number of trainees. This publication is also an opportunity to put into perspective the actions taken throughout a year and account for the local involvement of uniforms, including inserts dedicated to each specific area (to be published later this summer). Download the 2010 Annual Report of Uniformation. More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]


07 juillet 2011

L'accompagnement des demandeurs d'emploi

Centre d'analyse stratégique logoAuteur: Camille Guézennec, département Travail - Emploi - Note d'analyse 228 - Juin 2011: L'accompagnement des demandeurs d'emploi: bilan d'une politique active du marché du travail en Europe et enseignements pour la France.
En vingt ans, l’accompagnement des demandeurs d’emploi est devenu un élément central de l’action des services publics de l’emploi en Europe. Au-delà des spécificités nationales et du caractère encore évolutif des modèles, trois éléments structurent cet accompagnement : la personnalisation de la prise en charge des demandeurs d’emploi, la sous-traitance à des opérateurs externes et la construction de partenariats renforcés (voire parfois la fusion) entre les acteurs.
Bien que l’on sache encore peu de choses sur les leviers précis de son efficacité, l’accompagnement a des effets positifs et significatifs sur le retour à l’emploi. Aussi, a fortiori dans le contexte actuel de sortie de crise et de réduction des déficits budgétaires, les services publics de l’emploi se sont engagés dans de nouvelles réformes de l’accompagnement, à la recherche de gains d’efficience.
Les solutions émergentes en Europe suggèrent que deux grands axes de réforme peuvent favoriser de tels gains. D’abord, l’assouplissement des “parcours types” vers l’emploi et la consécration du rôle pivot du conseiller, véritable pilote d’un accompagnement sur mesure. Ensuite, le renforcement de l’accent mis par les pouvoirs publics sur l’impact de l’accompagnement plutôt que sur les moyens employés par les acteurs. Cela suppose toutefois un modèle d’incitations propre à assurer l’efficacité du dispositif, sans effet d’“écrémage” au détriment des publics les plus fragiles, et dans lequel le taux de retour à l’emploi a une place centrale mais est mis en regard du contexte et des publics concernés.
Proposition 3: Créer une véritable qualification professionnelle consacrée à l’accompagnement.

Dans la perspective d’une autonomie accrue des conseillers et a fortiori si l’expérimentation donnait lieu ultérieurement à une généralisation, la création d’une qualification professionnelle consacrée à l’accompagnement vers l’emploi pourrait être nécessaire. L’objet de cette formation serait d’assurer que les conseillers sont et se sentent suffisamment “armés” pour exploiter les nouvelles latitudes attachées à leurs fonctions. Une telle formation apparaît, dans son principe, particulièrement opportune alors que, à la suite de la création de Pôle emploi, il n’existe plus de concours pour accéder au métier de conseiller et qu’un marché se développe au-delà de Pôle emploi, avec la sous-traitance, pour de telles qualifications.
Il pourrait s’agir d’une formation initiale universitaire de type licence professionnelle ou d’une formation continue au sein de Pôle emploi, délivrée dès le recrutement et suffisamment longue pour couvrir l’ensemble du champ de l’accompagnement (connaissance du marché du travail, psychologie, etc., et non uniquement la connaissance des dispositifs propres à Pôle emploi). À cet égard, la spécialité “Conseil, orientation, bilan, insertion” ouverte au CNAM peut offrir un premier modèle (23). Il faut noter qu’une telle professionnalisation de l’accompagnement vers l’emploi demandera au préalable de clarifier et de stabiliser la définition du ou des métiers de Pôle emploi (plus ou moins grande polyvalence des agents autour des différents métiers : “intermédiation”, “gestion des droits” et autres fonctions – accueil physique, traitement téléphonique, traitement des inscriptions sur Internet, traitement de la recevabilité des dossiers, etc.).

Centre d'analyse stratégique logoAuthor: Camille Guézennec, Department Jobs - Employment - Analysis Note 228 - June 2011: Coaching for job seekers: report of an active labor market in Europe and lessons for France. Proposition 3: Create a genuine occupational qualification devoted to coaching.
With the prospect of increased autonomy advisers and especially if the experiment later gave rise to a generalization, the creation of a professional qualification devoted to employment support may be needed. The purpose of this training is to ensure that advisers are sufficient and feel "armed" to exploit the new latitudes attached to their functions. Such training is, in principle, particularly appropriate when, as a result of the creation of employment center, there is more competition for access to business advice and a market grows beyond the employment center with contracting for such qualifications.
It could be a university-type training or professional degree training in employment center, issued from the recruitment and long enough to cover the entire field of support (market knowledge work, psychology, etc.. and not just the knowledge elements for employment center). In this regard, the specialty "Council, orientation, balance sheet insertion" open to the CNAM can provide a first model (23). More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2011

L’ARF dénonce la course aux chiffres qui conduit à dévoyer les fondamentaux de l’apprentissage au mépris de l’intérêt des jeunes

http://www.regionsmagazine.com/images/europe/arf.gifLa Proposition de Loi sur l’Alternance poursuit un seul objectif, répondre aux injonctions de l’Etat sur le développement quantitatif de l’apprentissage, via notamment:
- le retour de l’apprentissage junior, sous statut scolaire, pour les jeunes ayant 15 ans au cours de l’année civile. Les Régions se sont déjà élevées dans le passé sur cette disposition qui va à l’encontre de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Les Régions réaffirment leur volonté de ne voir aucun élève stopper sa formation initiale avant d’avoir acquis le socle commun de connaissances et de compétences sanctionné par la fin du 1er cycle d’enseignement secondaire.
- la possibilité d’apprentissage pour les intérimaires, pour lesquels il paraît évident que la continuité de suivi ne pourra être assurée
- l’apprentissage pour les saisonniers, avec des risques évidents de perte de qualité dans le suivi-accompagnement des jeunes concernés
- la possibilité pour les jeunes de faire un apprentissage sans employeur, sous le statut de formation professionnelle.  Il s’agit d’un non sens et d’un transfert de charge vers les conseils régionaux.
Pour L’ARF, l’utilisation de la procédure d’urgence prive les parlementaires de  leur capacité à exercer leurs prérogatives. Elle considère que le développement qualitatif de l’apprentissage est la première urgence afin de faire diminuer les 25% de ruptures de parcours en cours de formation. Les Régions œuvrent depuis plusieurs années pour revaloriser auprès des jeunes l’apprentissage:
- en investissant sur la modernisation des lieux de formation et des équipements pédagogiques
- en facilitant la vie des jeunes en apprentissage par la mise à disposition de lieux d’hébergement, de facilités de transport…
Enfin, les Régions s’opposent au tour de passe-passe visant à fermer des sections dans les lycées professionnels pour remplir les sections d’apprentissage.
http://www.regionsmagazine.com/images/europe/arf.gif The bill on the mix has a single objective, meet the orders of the State on the quantitative development of learning, in particular through:
- The return of the junior learning, school status, for young people aged 15 during the calendar year.
The regions are already high in the past on this provision, which goes against compulsory schooling to 16 years. Regions reaffirm their commitment to see no student stopping his initial training before acquiring the common core of knowledge and skills sanctioned by the end of the first cycle of secondary education. More...

Posté par pcassuto à 18:55 - - Permalien [#]

Le Cif, une opportunité d'évoluer

Aller a la home de France 5Le FPSPP vient de rendre publique une étude nationale sur les effets du congé individuel de formation (Cif) sur les parcours professionnels. Des effets non négligeables selon l'enquête (voir sur le blog L’impact du Congé Individuel de Formation sur les trajectoires professionnelles).
Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) est un acteur essentiel de la formation depuis deux ans, plus spécialement sur des publics peu qualifiés. Parmi les outils à sa disposition, le Cif, dont il a cherché à mesurer l'efficacité dans une grande enquête nationale portant sur plus de 13 000 personnes (
avec cette enquête, le FPSPP inaugure la mise en place d'un baromètre annuel).
Un outil pour les moins qualifiés

Les personnes qui s'engagent dans une telle démarche visent à développer leur mobilité professionnelle, améliorer leur employabilité, obtenir une reconnaissance par le diplôme ou bien encore bénéficier d'une promotion sociale.
Selon l'étude menée par le FPSPP, ces objectifs sont bien atteints. D'une part par le public qui compose majoritairement les bénéficiaires du Cif qui permet de le conforter dans sa fonction d'outil de la seconde chance vers la qualification, la sécurisation des parcours et l'ouverture durable à l'emploi". En effet, le Cif concerne à 80% des ouvriers et des employés. 60% sont de niveau VI, V ou IV. 57% ont plus de 35 ans.
De forts taux de satisfaction

L'objectif est également atteint lorsqu'on se penche sur les débouchés qu'offre le Cif et la satisfaction qu'en retirent les bénéficiaires (
des résultats nettement plus positifs que ceux obtenus par l'Opca Habitat formation sur un panel certes moins large). Qu'il s'agisse de changer d'orientation professionnelle, d'obtenir une reconnaissance par le diplôme ou d'améliorer son employabilité, entre 76 et 79% des bénéficiaires estiment que l'objectif a été atteint. Le résultat est plus mitigé lorsque la personne s'était fixée comme but de bénéficier d'une promotion sociale. Seule une sur deux estime avoir atteint l'objectif qu'elle s'était fixée. Les résultats obtenus confortent le sentiment des bénéficiaires : 72% occupent une fonction en lien avec la formation suivie un an après la fin du Cif, 92% des formations se concluent par un examen : diplôme, titre, certification et le taux de réussite à l'examen final est de 94%.
Sortir de la précarité

Le Cif permet aussi de contribuer à sortir d'une relation de travail précaire. Ainsi, 3 personnes sur 10 ayant bénéficié d'un Cif-CDD ou d'un Cif intérim ont trouvé en emploi en CDI un an après leur formation. 81% d'entre elles sont en tous les cas en emploi.
Idź do domu France 5 FPSPP właśnie wydała krajowe badanie dotyczące wpływu poszczególnych urlopu szkoleniowego (CIF) na ścieżki kariery. Istotny wpływ według badania (blog wpływu poszczególnych urlop szkoleniowy na ścieżki kariery). Więcej...

Posté par pcassuto à 18:45 - - Permalien [#]

Le budget par étudiant dans les universités françaises est préoccupant

http://www.pourcel-chefs-blog.com/blog1/wp-content/uploads/2011/07/L-expansion.com_.jpgPropos recueillis par Béatrice Mathieu. Pour Pierre-André Chiappori, professeur d'économie à l'Université de Columbia aux Etats-Unis et auteur d'un rapport pour l'institut de l'entreprise sur le financement de l'enseignement supérieur, il faut augmenter les droits d'inscription et faire appel aux fonds privés. Interview.
Vous enseignez aux Etats-Unis et vous trouvez que malgré les réformes récentes, la recherche française accuse un retard important?

On se berce encore d'illusions sur la qualité de la recherche française. Certes, la réforme de l'Université initiée par Valérie Pécresse a été dans le bon sens, mais elle est encore très insuffisante. Nous devons prendre conscience que la recherche française prend un retard préoccupant et qu'un effort financier important et immédiat est indispensable. Les différences entre les ressources financières des établissements d'enseignement supérieur français et américains atteignent des niveaux préoccupants. Le budget par étudiant dans les universités françaises approche les 10 000 euros, contre 40 000 euros en moyenne dans les établissements américains et près de 200 000 euros dans les meilleures universités, là où se concentre la recherche aux Etats-Unis. Dans cette compétition mondiale, pour attirer et conserver les meilleurs professeurs et les meilleurs étudiants, c'est l'effort financier qui fait la différence.
L'Etat doit-il faire davantage d'efforts financiers?

En France, la quasi-totalité des ressources des universités vient du budget de l'Etat; aux Etats-Unis, c'est moins de la moitié dans les universités publiques et le quart seulement dans les grands établissements de recherche à structure privée. On ne pourra pas demander davantage à l'Etat français. Il faut donc jouer sur d'autres leviers.
Ou alors trouver les fonds?

Il faut d'abord jouer sur les frais d'inscription. ll y a une sorte d'hypocrisie en France qui consiste à dire que les droits d'inscription sont très faibles par souci d'égalité. Dans la réalité, on se rend bien compte que seuls les enfants des classes moyennes et supérieures en bénéficient. Il faut donc renchérir les coûts d'entrée pour les familles aisées et développer des bourses d'études qui couvriraient l'ensemble des dépenses pour les plus défavorisés. Deuxième source de rentrées financières: la levée de fonds auprès d'entreprises privées. Si ce métier est professionnalisé, on peut raisonnablement espérer ramener quelques centaines de millions d'euros chaque année. Reste que si ces moyens sont saupoudrés sur l'ensemble des établissements, leur impact sera négligeable. Il faut les concentrer sur une poignée d'établissements d'excellence pour avoir un effet considérable sur les projets à financer. Finissons-en avec l'homogénéisation de la gestion et avec la non-concurrence entre établissements!
http://www.pourcel-chefs-blog.com/blog1/wp-content/uploads/2011/07/L-expansion.com_.jpg Intervjuu Beatrice Mathieu. Pierre-Andre Chiappori, majandusteaduste professor Columbia Ülikoolis USA-s ja autor aruande instituudi ettevõtte rahastamise kõrgharidus, see vajadust suurendada lõivude ja kutsuda erakapitali. Intervjuu. Veel...

Posté par pcassuto à 18:40 - - Permalien [#]


4th International Conference on Higher Education for Sustainable Development

http://www.leuphana.de/fileadmin/user_upload/Forschungseinrichtungen/infu/unescochair/images/UNESCO-BNE.jpg"Higher Education for Sustainable Development: Moving the Agenda Forward". Wednesday September 14 - Friday September 16, 2011, Leuphana University of Lüneburg, Germany.
The UNESCO Chair ‘Higher Education for Sustainable Development’ cordially invites you to the 4th International Conference on Higher Education for Sustainable Development. Over the years there has been considerable progress in implementing sustainability into higher education institutions (HEIs). However, there is still a lot of work to be done to make sustainability a guiding principle in this educational area. Therefore, after broader approaches taken in previous Higher Education for Sustainable Development (HESD) conferences, the 4th Conference is now focusing on new developments in key topics and dynamic regions:
- Management Education for Sustainable Development,
- Sustainable Consumption in Higher Education Institutions, and
- Higher Education for Sustainable Development in Central and Eastern Europe.
Based on thorough investigation of and reflection on current practice of HESD, the conference aims at initiating a dialogue on future perspectives and requirements in this educational area – until the end of the United Nations World Decade of “Education for Sustainable Development” and beyond.
The organisers would be pleased to welcome a wide range of representatives active in the field of higher education for sustainability in order for the conference to make a profound contribution to the international discussion about HESD.
The conference will be hosted by the Leuphana University of Lüneburg, and is jointly organised with the German Commission for UNESCO, the International Centre for Corporate Social Responsibility of the Nottingham University Business School, the Copernicus Alliance and the working group “higher education“ of the UN Decade in Germany (AG Hochschule).

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2011

Nos universités de territoire ont des atouts à défendre

http://gklein.blog.lemonde.fr/files/2008/09/le-monde-logo-planete.1222448809.jpgLa loi de programmation sur la recherche, en 2006, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), en 2007, et le passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE), à partir de 2009, ont bouleversé le paradigme universitaire, bien au-delà de ce qu'on pouvait imaginer.
Parmi les universités françaises, on peut distinguer celles que nous nommerons "universités de territoire". Souvent de créations récentes et pluridisciplinaires, ces universités sont présentes dans des villes de taille moyenne. Au niveau licence, elles offrent un service public de proximité et contribuent, de manière capitale, à la réalisation de l'objectif "50 % d'une classe d'âge titulaire d'un diplôme d'enseignement supérieur". Aux niveaux master et doctorat et par la recherche, elles contribuent à la vitalité des écosystèmes locaux de l'innovation et jouent un rôle clé dans la construction de la société de la connaissance, au sein de leur territoire. Leurs équipes de recherche ont des compétences spécifiques et reconnues. Tout en partageant des valeurs académiques exigeantes, elles contribuent au développement grâce à de très fortes proximités avec les acteurs socioéconomiques. Ces universités sont souvent pionnières dans différents processus : formations professionnalisantes adaptées aux évolutions des métiers, innovations pédagogiques, recherches partenariales…
De fait, nous mettons en œuvre un nouveau modèle d'université, ouverte sur le monde mais fortement ancrée dans le territoire et en phase avec les attentes très concrètes de tous ceux qui entreprennent. Par les valeurs qui les caractérisent, nos universités sont au cœur des enjeux sociaux, culturels et économiques. D'ailleurs, les collectivités territoriales se placent envers nos universités dans une logique d'investissement – et non plus de subventions –, preuve qu'elles les perçoivent comme de véritables acteurs du développement.
Cependant, la réussite de ces universités dépend étroitement du respect des engagements pris en marge de la LRU, notamment dans le domaine financier. Historiquement moins bien dotées que les "grandes" universités, les universités de territoire font pourtant preuve d'une remarquable efficience, très partiellement prise en compte dans la répartition par l'Etat des moyens nécessaires. Le lissage des dotations calculées par le modèle de répartition des moyens Sympa (système de répartition des moyens à la performance et à l'activité) les met parfois dans des situations les contraignant paradoxalement à la décroissance, alors même que les différents indicateurs de leur performance, notamment de recherche, sont à la hausse. Pour plusieurs de ces universités, les augmentations mécaniques de la masse salariale obèrent leurs potentiels de développement, générant un sentiment de frustration qui obscurcit l'horizon. Ces effets, constatés en 2011, ont d'ailleurs été dénoncés, dès 2010, par le comité de suivi de la loi LRU.
En outre, en visant à accroître la visibilité internationale de quelques grands centres métropolitains, le programme "investissement d'avenir" pose la question de la place et du devenir des universités de territoire en ce qui concerne leur rôle légitime dans l'effort de recherche national. Nos équipes de recherche, fussent-elles de taille modeste, participent pourtant activement aux appels à projets en s'insérant dans de plus grands réseaux. Il est donc primordial d'écarter le spectre de leur "paupérisation" pour leur permettre de continuer à jouer pleinement leur triple rôle dans la réflexion sur la construction de la société de la connaissance, dans la réussite des parcours de nos étudiants et dans le développement et la compétitivité des entreprises.
Cette lettre appelle à faire reconnaître les modèles différenciants que nos universités de territoire mettent en œuvre. Nous en appelons à nos élus pour qu'ils les soutiennent, en faisant reconnaître leurs spécificités et leurs atouts dans le paysage universitaire français de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Quatorze Présidents d'Université: Olivier Sire, président de l'université de Bretagne-Sud; Gérard Blanchard, président de l'université de La Rochelle; Alain Brillard, président de l'université de Mulhouse; Jacques Marignan, président de l'université de Nîmes; Jean-Louis Gout, président de l'université de Pau Pays de l'Adour; Jean Benkhelil, président de l'université de Perpignan Via Domitia; Marc Saillard, président de l'université du Sud Toulon-Var; Mohamed Ourak, président de l'université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis; Richard Messina, président de l'université d'Evry; Emmanuel Ethis, président de l'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse; Gilbert Angenieux, président de l'université de Savoie; Roger Durand, président de l'université du Littoral Côte d'Opale; Camille Galap, président de l'université du Havre; Christian Morzewski, président de l'université d'Artois.

http://gklein.blog.lemonde.fr/files/2008/09/le-monde-logo-planete.1222448809.jpg The planning law on research, in 2006, the Law on Rights and Responsibilities of Universities (LRU), in 2007, and the move to greater powers and responsibilities (NCE), from 2009, have changed the paradigm university well beyond what we could imagine.
Fourteen University Presidents: Sir Olivier , president of the University of South Brittany;
Gérard Blanchard , president of the University of La Rochelle, Alain Brillard , president of the University of Mulhouse, Marignan Jacques , president of the University of Nîmes, Jean-Louis Gout , president of the University of Pau Country of Adour Benkhelil Jean , president of the University of Perpignan Via Domitia, Marc Saillard , president of the University of South Toulon-Var ; Ourak Mohamed , president of the University of Valenciennes and Hainaut-Cambrésis, Richard Messina , president of University of Evry, Emmanuel Ethis , president of the University of Avignon and Pays de Vaucluse , Gilbert Angenieux , president of the University of Savoie, Roger Durand , president of the University of Littoral Côte d'Opale; Camille Galap , president of the University of Le Havre; Morzewski Christian , president of the University of Artois
. More...

Posté par pcassuto à 22:37 - - Permalien [#]
Tags :

Universités: pour en finir avec les tours de passe-passe budgétaires

Les EchosPar le groupe Marc Bloch (le groupe Marc Bloch réunit 59 présidents d'université, directeurs d'établissement d'enseignement supérieur et de recherche et hauts fonctionnaires).

Alors que Valérie Pécresse quitte la Rue Descartes pour Bercy et le Budget, il est judicieux d'examiner la réalité du budget des universités, que le gouvernement actuel se flatte d'avoir considérablement accru.
Dès le 28 novembre 2007, le Premier ministre et le président de la Conférence des présidents d'université signaient un protocole affirmant que « le gouvernement s'engage solennellement à accroître le soutien de l'Etat aux universités, à l'enseignement supérieur et à leurs étudiants d'un milliard d'euros par an pendant cinq ans ». Aujourd'hui, on évalue cette hausse à la moitié de ce qui fut promis. Et encore, pour une part, cette augmentation est versée au titre des cotisations patronales... que l'Etat se verse à lui-même, pour les pensions de ses fonctionnaires. Bref, le solde s'élève à peine à 1,7 milliard d'euros. Le tiers de ces engagements solennels.

Les EchosPrzez grupę Marca Blocha (Bloch grupa spotyka się 59 uczelni prezydentów, szefów instytucji szkolnictwa wyższego i badań naukowych i wyższych urzędników). Podczas gdy Valerie Pécresse pozostawia Rue Descartes Bercy i budżetu, to warto rozważyć rzeczywistość budżetu uczelni, rząd chwali się o znacznie wzrosła. Więcej...

Posté par pcassuto à 22:24 - - Permalien [#]
Tags :

Transition professionnelle

http://static.dmcloud.net/4cb5506494a6f6023d000000/4e13511df325e10f120000d3/jpeg_thumbnail_medium-1309881654.jpegLa défense forme des hommes et des femmes à 400 métiers différents.
L’agence Défense Mobilité identifie, révèle et fait fructifier le projet professionnel, les compétences, le savoir-faire et le savoir-être de chacun de ces hommes et offre aux recruteurs du secteur public un vivier de futurs collaborateurs aux qualités multiples.
Conférencier : le général Jean-Paul Martial, directeur de l’agence Défense mobilité – Intervenants : Christian Sonjon, chef du bureau des personnels d’exploitation et des transports terrestres au ministère de l’Écologie, et Sabine Vansaingele, chargée de la création d’un service d’accompagnement en développement de parcours professionnels pour la police nationale.
http://static.dmcloud.net/4cb5506494a6f6023d000000/4e13511df325e10f120000d3/jpeg_thumbnail_medium-1309881654.jpeg Kaitsele, meeste ja naiste 400 eri ametitest.
Amet tuvastab Defense Liikuvus, ja näitab, et projekt toetuda kutseoskusi, teadmisi ja know-olla kõigi nende meeste ja pakub värbajate avaliku sektori bassein tulevaste töötajate mitme oskusi. Veel...

Posté par pcassuto à 22:15 - - Permalien [#]

Construire et suivre facilement un plan de formation dans une PME

http://www.opcalia.com/fileadmin/templates/css/img_v2/bandeau_logo.jpgOpcalia Bourgogne et le MEDEF 71 organisent  le 7 juillet 2011 un atelier de travail destiné aux dirigeants, RRH, DAF et responsables formation autour du thème « Construire et suivre facilement un plan de formation dans une PME. »
Au programme :

• Le calendrier des obligations sociales et fiscales
• Les sources d’un plan de formation
• Les dispositifs mobilisables
• L’achat de formation
• La formation interne
• Le suivi du plan : Excel ou un logiciel spécifique ?
• Le dossier de formation : les pièces obligatoires
• Tableau de bord : les chiffres clés
• Remise de modèles d’outils (fichiers informatiques) adaptables par chaque entreprise
Date : le 7 juillet de 8h30 à 17h30
Lieu : 75 Grande rue Saint Cosme
71100 Chalon-sur-Saone
Cet atelier de travail sera animé par Nicolas RENAULT, Conseiller formation Opcalia Bourgogne. Télécharger l’invitation (atelier gratuit pour les adhérents d’Opcalia Bourgogne, frais d’adhésion de 150 euros HT pour les entreprises non-adhérentes.) Contact : Opcalia Bourgogne
Jocelyne CRUZ
Tel. 04 78 77 20 00
jocelyne.cruz@opcalia-ra.com.
http://www.opcalia.com/fileadmin/templates/css/img_v2/bandeau_logo.jpg Opcalia Burgundy and the MEDEF 71 July 7, 2011 organized a workshop for managers, RRH, DAF and training managers on the theme "Building and easily follow a training plan in an SME". More...

Posté par pcassuto à 18:46 - - Permalien [#]