19 juillet 2011

Premier comité de pilotage de l'Opération Campus

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Comite_de_pilotage_07/2011/84/3/Copil-Operation-Campus_185843.79.jpgLe mardi 19 juillet 2011, Laurent Wauquiez a lancé le comité de pilotage de l'Opération Campus. Les présidents des établissements de province porteurs de projet ont présenté au ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche l'avancement de ces opérations.
L’Opération Campus : un impact considérable sur les sites universitaires

Ce premier comité de pilotage a permis de rappeler l’impact considérable de l’Opération Campus sur les sites universitaires. En effet, il ne s’agit pas seulement de bâtir pour la première fois un projet commun entre plusieurs universités, il s’agit aussi de prendre conscience de la dimension urbaine d'opérations portant sur des campus de 40 à 260 hectares. Chaque site financera plus d'une dizaine de projets d'ampleur grâce aux crédits de l'État et tous ces projets seront lancés d'ici début 2012.
Signature de conventions de financement

Ce comité de pilotage a été l'occasion pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de signer avec les présidents de PRES et d'universités concernés les conventions de financement pour trois projets d'ampleur très avancés dans le cadre de l'Opération Campus :
* rénovation du site du Mirail à Toulouse (175 M€)
* rénovation de l'Ecole de l'Energie à Grenoble (80 M€), réalisés sous la forme d'un contrat de partenariat
* première tranche de la rénovation du site de Pessac-Talence-Gradignan à Bordeaux (100 M€), réalisée sous la forme d'un montage innovant avec la Caisse des Dépôts et des Consignations.
Une accélération des chantiers prévue début 2012

Par ailleurs, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a pu se féliciter que toutes les barrières soient maintenant levées et les opérations lancées. 17 chantiers ont déjà débuté sur les sites grâce aux 270 millions d'euros de l’État déjà versés et aux crédits des collectivités territoriales. Début 2012, 35 chantiers auront débuté et certains auront déjà été inaugurés:
* les cités universitaires des Gazelles d’Aix Marseille
* quatre cités universitaires de Montpellier sont rénovées
* une crèche est construite à l’Université de Bordeaux
* un campus vert est aménagé à l’Université de Strasbourg
* Lyon Cité Campus rénove des installations sportives et créé un axe vert sur LyonTech
Début 2012, 120 projets seront engagés pour un montant de 2 milliards d’euros d’investissements immobiliers.
À ce jour, 15% de la dotation Etat est engagée. La montée en charge va être rapide: début 2012, 61% de la dotation Etat sera engagée.
Les campus du 21e siècle déjà en chantier

Enfin, Laurent Wauquiez a salué l’action de l’atelier des campus universitaires et de son président, l’architecte Jean-Marie Duthilleul pour garantir la qualité de vie sur les nouveaux campus. La qualité architecturale, urbaine et paysagère des sites Campus répond aux attentes de tous. Les chantiers en cours actent la naissance des nouveaux campus du 21e siècle. Caractérisés par la qualité paysagère et la vie de campus, ils ont pour objectif de répondre aux besoins de toute la communauté universitaire.
On Tuesday, July 19, 2011, Laurent Wauquiez launched the Steering Committee of Operation Campus. The presidents of the provincial institutions project leaders have petitioned the Minister of Higher Education and research progress in these operations.
Operation Campus: a significant impact on university sites

The first steering committee to recall the impact of Operation Campus on university sites.
Indeed, it is not just to build for the first time a joint project between several universities, it is also aware of the urban dimension of operations on campus from 40 to 260 hectares.  Each site will support more than a dozen large-scale projects through the appropriations of the state and all these projects will be launched by early 2012. More...

Posté par pcassuto à 18:25 - - Permalien [#]


La mise en route du CPRDF en Haute-Normandie

http://www.crefor-hn.fr/sites/default/files/crefor_logo.jpgEdito
La loi du 24 novembre 2009, relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie, s’inscrit dans la continuité et l’approfondissement des principes fondateurs du système régional de formation professionnelle. Dans le cadre du nouveau Contrat de Plan Régional de Développement des Formations professionnelles (CPRDF), les différents signataires s’engagent à définir la programmation des actions de formation professionnelle des jeunes et des adultes, à assurer un développement cohérent de l’ensemble des filières de formation, en favorisant un accès équilibré des femmes et des hommes à chacune d’elles. Les grands objectifs sont présentés dans ce numéro. L’un d’entre eux est de rechercher le rapprochement entre la demande individuelle des personnes en matière d’orientation professionnelle et de formation et les besoins en compétence des entreprises pour répondre à notre volonté d’élever le niveau de qualification des haut-normands. Un autre objectif est de permettre à tous de trouver une solution par la formation, en particulier les publics les plus fragiles et les moins qualifiés. Enfin, il s’agira de capitaliser les outils d’observation, de prospective et d’évaluation au sein du CCREFP afin que tous les acteurs concernés adaptent et construisent leur action au plus près des besoins des haut-normands et de l’économie régionale. Hélène Ségura, Présidente du Gip Crefor. Télécharger Journal_ressources_n°9_juillet 2011.
L’expertise du Crefor au service du CPRDF. Par Sébastien Jeanne, Chargé d’études - Crefor.

Le CPRDF précise que le Crefor est l’acteur en charge de l’expertise sur la relation emploi/formation, le vecteur le mieux à même de capitaliser l’ensemble des outils d’observation et de prospective sur les métiers, les emplois et les compétences. Mais le Crefor est également cité comme acteurs contribuant à favoriser l’accueil, l’information, l’orientation en appui à la Cité des métiers, notamment par l’information et la professionnalisation des acteurs. Il est également sollicité pour le développement de la VAE par son approche d’observation et de « lecture » des parcours. Le centre ressources contribuera également avec les autorités compétentes à l’organisation de l’observation pour ajuster l’offre de formation sanitaire et sociale.
Le Pôle Observation et Prospective du Crefor a été sollicité dans le cadre de ses missions d’expertise, afin de constituer un appui technique et méthodologique aux acteurs régionaux dans le cadre du précédent PRDF. Cette collaboration s’est traduite concrètement par un outil mis à la disposition des acteurs régionaux et de l’ensemble des partenaires servant de socle pour le diagnostic propre à l’élaboration du nouveau CPRDF. Ces outils dont il est ici présenté le contenu complètent d’autres éléments consultables sur le portail internet du Crefor.
Un outillage né de la concertation et inscrit dans la durée

La démarche qui a présidé à l’élaboration et à l’animation du PRDF par le Conseil Régional depuis 2006 reposait sur une volonté d’association des partenaires à la mise en oeuvre des axes politiques et aux décisions portant sur l’évolution de la carte des formations toutes voies confondues. Dans ce contexte, le Pôle Observation et Prospective du Crefor a été sollicité en 2008 dans le cadre de ses missions d’expertise, afin de constituer un appui technique et méthodologique pour l’animation des débats entre les partenaires sur l’évolution des cartes de formation. Cette collaboration s’est traduite concrètement par la construction d’un « Outillage PRDF » mis en oeuvre pendant les deux campagnes 2008-2009 et 2009-2010. Cet outillage a été partagé avec les branches professionnelles au travers des onze contrats d’Objectifs existants en région, et avec l’ensemble des acteurs de la formation professionnelle et des territoires lors de réunions d’animations locales.
Les réunions d’animation emploi – formation : lieux de partage et de valorisation de l’information

L’un des enjeux de l’outillage PRDF tel qu’il a été conçu a été de permettre aux branches professionnelles associées aux contrats d’objectifs de se « reconnaître » dans les indicateurs choisis tout en s’efforçant de diffuser une « culture de la transversalité ». Le premier travail du Crefor a donc été de réaliser une série de planches statistiques permettant de visualiser par grands domaines de métiers, une série d’indicateurs faisant interagir les systèmes de formation et de l’insertion, du marché du travail, de l’emploi. Mais un outil statistique quel qu’il soit, ne saurait prétendre à fournir à lui seul les réponses en matière d’évolution de la carte des formations. C’est pourquoi dans un second temps, le système de formation a été mis en lien avec un certain nombre de problématiques au périmètre volontairement large telles que:
- Quelle est l’évolution de l’emploi ?
- Comment se répartissent les emplois dans les secteurs d’activité ?
- Quelles sont les conditions de recrutements ?
- Existe-il des problèmes de renouvellement de la main d’oeuvre
- Comment sont impactés les métiers par le vieillissement démographique ?
- Les métiers sont-ils qualifiés ?
- Les actifs en emploi sont-ils formés ?
- Les métiers sont-ils attractifs ?
- Existe-t-il des difficultés de recrutement ?
- Quel est le niveau de formation des demandeurs d’emploi ?
Afin de synthétiser l’information, une matrice de positionnement accompagnée d’une analyse au regard des indicateurs fournis par les planches statistiques a été réalisée pour chaque grand domaine de métiers sur un modèle force/faiblesse – opportunité/menace.
L’analyse n’a pu être ainsi efficace qu’à travers la mise en oeuvre d’une animation renforcée favorisant la mobilisation des acteurs. L’outil a été conçu dans l’objectif de constituer un support de discussions, d’échanges et de débats entre les acteurs concernés. Il a été partagé dans le but de faciliter la concertation et l’appropriation de la connaissance, de faire naître d’autres questionnements et de produire des hypothèses pour accompagner les acteurs vers une vision prospective sur les tendances, les poursuites ou les ruptures des phénomènes observés, les impacts sur l’évolution des compétences, la structure des emplois et des qualifications afin d’aboutir à la formulation de pistes d’action partagées de tous.
Les consultations territoriales : à la rencontre des partenaires locaux et des spécificités infrarégionales

En outre, et afin d’accompagner le Conseil Régional sur le volet territorial de la consultation PRDF, le Crefor a également adapté et transposé une partie des indicateurs emploi – formation utilisés afin de les décliner par grand territoire PRDF. Ainsi, pour chacune des sept zones infra-régionales définies par le Conseil Régional, un diagnostic territorial a été réalisé et mis à la disposition des acteurs locaux afin qu’ils disposent d’un socle commun d’informations et d’indicateurs statistiques sur la relation entre l’emploi, le marché du travail et la formation. Les différentes rencontres organisées par le Conseil Régional aux printemps 2009 et 2010 ont été l’occasion de présenter et d’expliciter ces diagnostics aux acteurs locaux et d’en recueillir les besoins spécifiques. Si les modalités d’échange autour de la relation emploi formation ont fait la preuve de leur utilité incontestée, l’objectif visé par les partenaires du PRDF a été est d’accroître la pertinence et l’efficacité de l’outillage en consolidant les moments d’échange et l’animation, que ce soit au niveau régional avec les branches professionnelles et l’ensemble de partenaires usuels de l’économie, l’emploi et la formation, mais également au niveau local, par le renforcement des rencontres territoriales et par l’organisation de groupes locaux emploi – formation. Les grandes lignes de cette démarche d’outillage pourront probablement servir de point d’appui à la nouvelle mise en oeuvre au sein du CPRDF de la place du territoire infra régional dont un travail à ce niveau géographique est nécessaire aux acteurs du contrat « pour formuler des réponses formation pertinentes et coordonnée, et pour développer la réflexion prospective des évolutions à attendre à l’échelle régionale ».
http://www.crefor-hn.fr/sites/default/files/crefor_logo.jpg Redakcyjny
Ustawa z dnia 24 listopada 2009 r. dotyczące poradnictwa i kształcenia przez całe życie, stanowi kontynuację i pogłębienie podstawowych zasad regionalnego systemu kształcenia zawodowego.
W ramach nowej umowy z Regionalnego Planu Rozwoju szkolenia Professional (CPRDF), różne sygnatariusze zobowiązują się do określenia programów kształcenia zawodowego dla młodzieży i dorosłych, w celu zapewnienia spójnego rozwoju wszystkich sektorów szkoleń, promowanie zrównoważonego dostępu kobiet i mężczyzn w każdym. Les grands objectifs sont présentés dans ce numéro. Główne cele przedstawione są w tej kwestii. Jednym z nich jest dążenie do pojednania między indywidualne żądanie osób poradnictwa i szkolenia zawodowego i umiejętności do potrzeb przedsiębiorstw, aby sprostać naszym zobowiązania do podwyższenia poziomu umiejętności wysokiej Norman. Kolejnym celem jest aby każdy mógł znaleźć rozwiązanie poprzez szkolenia, szczególnie publicznych najsłabszych i najmniej wykwalifikowanych. Wreszcie, będzie to wykorzystać narzędzia obserwacji, badań i oceny w CCREFP tak, że wszystkie zainteresowane strony adaptacji i budowy ich działania bliżej do potrzeb Górna Normandia i gospodarki regionalnej . Hélène Ségura, Présidente du Gip Crefor. Pobierz Journal_ressources_n ° 9_juillet 2011. Więcej...

Posté par pcassuto à 00:05 - - Permalien [#]

18 juillet 2011

Construire une carte régionale des formations

http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.pngSuite à la demande du Premier ministre au secrétaire d’État chargé de la Prospective, de l’Évaluation des politiques publiques et du Développement de l’économie numérique, et à la demande de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Centre d’analyse stratégique a été chargé d’analyser les outils et pratiques permettant d’élaborer, au niveau régional, des cartes de formation professionnelle ou à finalité professionnelle du niveau V (CAP) jusqu’au niveau II (Licence professionnelle). Télécharger le document d'appui méthodologique.
Cette demande répond à la nécessité de favoriser, là où les pratiques font encore défaut, le développement de travaux à caractère prospectif en matière de construction de l’offre de formation au plan territorial.
Cette offre est déterminée dans le cadre du Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDF). Ce contrat, aux termes de la loi, est élaboré pour une durée de six ans par chaque Conseil régional sur la base des documents d’orientation présentés par le Président du Conseil régional, le représentant de l’État dans la région, le Recteur et les organisations d’employeurs et de salariés. Son objectif central est de définir une programmation à moyen terme des actions de formation professionnelle des jeunes et des adultes et d’assurer un développement cohérent des filières de formation professionnelle initiale et continue.
Le travail présenté dans cet ouvrage sous forme de guide pratique, constitue une contribution de nature méthodologique à la construction du volet « offre de formation professionnelle ». En effet, bien que la dimension « prospective » soit portée par nombre d’acteurs qui produisent de l’information pertinente, la maîtrise des savoir-faire dans ce domaine est loin d’être également partagée. De surcroît, l’information produite, trop souvent, n’est ni coordonnée ni mise à disposition des décideurs, des étudiants ou des familles de façon satisfaisante.
Initialement conçu à destination des rectorats, pour leur plus grande professionnalisation et une plus large autonomie, afin d’amener durablement les services à mieux anticiper les évolutions marquantes de leur contexte économique et social, ce document pourra s’avérer utile à d’autres acteurs, dès lors qu’il vise plus largement le cadre régional.
Il a été réalisé à partir d’une action pilote, conduite avec le rectorat de Rouen et celui de Caen. Il a aussi associé tous les acteurs impliqués au niveau régional. Il s’appuie sur des expériences et des pratiques qui fonctionnent de manière satisfaisante et son contenu a été enrichi par la contribution d’autres experts et/ou usagers dans divers rectorats et différentes régions ainsi que par celle des services statistiques concernés au niveau national.
Il a vocation, pour tous les acteurs qui le souhaiteront, à contribuer à la mise en œuvre et au suivi du CPRDF dans sa dimension opérationnelle, notamment le dialogue sur la carte des formations. Plus généralement, il devrait contribuer à outiller les acteurs régionaux sur le champ de l’analyse du marché du travail et de la relation formation-emploi.
Qu’il s’agisse de la phase d’appropriation des éléments d’état des lieux ou de celle de l’établissement d’un diagnostic partagé, ce travail se présente comme une boîte à outils dans laquelle chacun peut puiser pour trouver ce dont il a besoin (repérage des données, des outils d’analyse de la relation formation-emploi, des méthodes de prospective, des acteurs impliqués, de modalités de coordination, etc.).
Évidemment, son usage ne vise pas une recherche « adéquationniste » entre la formation et le fonctionnement de court terme du marché du travail mais plutôt la construction de cibles raisonnées de l’offre de formation professionnelle au regard des besoins actuels et anticipés en compétences à un échelon régional.
Dans un contexte où s’impose une meilleure allocation des moyens et la nécessité d’une amélioration significative de l’insertion des jeunes, gageons que cet outil sera mobilisé par le plus grand nombre comme un outil d’aide à la décision pour asseoir davantage les choix et les futures orientations en matière de carte des formations.
http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.png Na wniosek Prezesa Rady Ministrów do sekretarza stanu odpowiedzialnego planowania, oceny polityki publicznej i rozwoju gospodarki cyfrowej, a na wniosek Ministra Szkolnictwa Wyższego i Badań, Centrum Analiz Strategicznych zostało do analizy narzędzi i praktyk do opracowania regionalnych, map zawodowe lub kształcenie ukierunkowane na poziomie V (WPR) do poziomu II (Professional License). Pobierz dokument wsparcie metodologiczne. Więcej...

Posté par pcassuto à 14:09 - - Permalien [#]
Tags :

Rapport d'activité 2010 du FAF.TT

http://www.formation-ceci.fr/images/logo/logo_faftt.jpgLe rapport d'activité 2010 du FAF.TT est paru. Il retrace les grands événements de l'année, avec notamment la mise en place de la période de professionnalisation pour les intérimaires et la refonte des services aux salariés et aux entreprises de travail temporaire. Il revient également sur les partenariats noués par le FAF.TT en 2010, qui ont permis de porter le montant des subventions à 20,1 millions d'euros et de développer les actions en faveur des publics éloignés de l'emploi: travailleurs handicapés, maîtrise des savoirs de base, français langue étrangère. Télécharger le Rapport d'activité 2010 du FAF.TT.
Rapport d'activité
Dans l’esprit de la réforme des OPCA et pour préparer le nouvel agrément du FAF.TT en janvier 2012, nous avons tracé en 2009 le cadre des années 2010 et 2011, pour renforcer nos services de proximité et nos moyens de communication auprès des entreprises et des salariés. La forte baisse de nos ressources n’a pas freiné ce programme de modernisation, qui a aujourd’hui abouti avec, par exemple, l’ouverture d’antennes d’accueil des salariés dans les régions, la création d’une plate-forme téléphonique de diagnostic et d’information ouverte à tous les salariés de la branche, ou le renforcement de notre présence en régions auprès des agences d’emploi et de nos partenaires.
2010 - l'activité
2010 a connu un développement important des partenariats financiers et une réflexion sur la création de nouveaux services destinés aux entreprises de travail temporaire et aux salariés intérimaires et permanents de la branche. Lire la suite >>
2010 - les chiffres
Les chiffres clés de l'année 2010, pour chaque dispositif: plan de formation, professionnalisation et congés individuels. 1.Collecte et dépenses. 2.Plan de formation +10. 3.Plan de formation -10. 4.Professionnalisation. 5.Congés individuels. Lire la suite >>
Archives

Retrouvez les rapports d'activité du FAF.TT des années précédentes. Lire la suite >>
Voir aussi sur le blog: Les effets de la formation sur l'insertion des intérimaires, 2011, CIF: augmentation du taux d'acceptation par le FAF.TT, Intérimaires, NOUVEAU sur le site du FAF.TT: comment vérifier son éligibilité aux congés CIF, CBC et VAE, Le FAF.TT mesure régulièrement l’impact des dispositifs de formation du travail temporaire sur l’insertion professionnelle des intérimaires, Intérimaires : le droit à la formation.
http://www.formation-ceci.fr/images/logo/logo_faftt.jpgLe rapport d'activité 2010 du FAF.TT est paru. Il retrace les grands événements de l'année, avec notamment la mise en place de la période de professionnalisation pour les intérimaires et la refonte des services aux salariés et aux entreprises de travail temporaire. Il revient également sur les partenariats noués par le FAF.TT en 2010, qui ont permis de porter le montant des subventions à 20,1 millions d'euros et de développer les actions en faveur des publics éloignés de l'emploi: travailleurs handicapés, maîtrise des savoirs de base, français langue étrangère. Télécharger le Rapport d'activité 2010 du FAF.TT. Veel...

Posté par pcassuto à 13:47 - - Permalien [#]

Seniors: les attentes des entreprises

http://www.opcalia.com/fileadmin/templates/css/img_v2/bandeau_logo.jpgOpcalia lance une enquête sur les attentes des entreprises.
L’allongement de la durée de vie au travail et la réforme des retraites impose aux entreprises de mieux gérer le maintien dans l’emploi et la sécurisation des parcours professionnels des salariés seniors.
Dans ce contexte, Opcalia affirme sa volonté d’accompagner ses adhérents et lance une étude, via le cabinet Interface, pour mieux connaître leurs pratiques et leurs attentes et ainsi adapter l’offre de services sur cette thématique.
L’enquête lancée le 22 juin sous forme de questionnaire en ligne se poursuit jusqu’au 29 juillet 2011.
Cette enquête quantitative s’adresse à la fois aux dirigeants ou responsables RH des entreprises mais également à leurs salariés (quel que soit leur âge).
En savoir plus
Contact: Emmanuelle Frank, Chargée de mission département veille et prospective. Tél. 01 44 71 99 11, emmanuelle.frank@opcalia.com.
http://www.opcalia.com/fileadmin/templates/css/img_v2/bandeau_logo.jpg Opcalia launches survey on business expectations.
The lengthening of working life and pension reform requires companies to better manage the job retention and career security of older workers
. More...

Posté par pcassuto à 13:37 - - Permalien [#]


AGEFOS PME: Publication du rapport d'activité

Revenir à l'accueil d'AGEFOS PME AGEFOS PME publie les principaux résultats de son activité 2010, année marquée par une mobilisation renforcée pour l’emploi, par un redémarrage des contrats de professionnalisation et par le déploiement, sur tout le territoire, de son offre de services en faveur des TPE-PME en sortie de crise. Télécharger le rapport d'activité 2010.

Les 5 chiffres clés d’AGEFOS PME 2010
- Plus de 303 000 entreprises adhérentes dont 87% de TPE
- 5,2 millions de salariés couverts (y compris les salariés du particulier employeur et les assistantes maternelles)
- Plus de 813 M€ collectés soit une hausse de 1,5% depuis l’an passé et près de 910 M€ d’engagements de dépenses de formation soit + 5% en 1 an
- 30% de la collecte totale de l’OPCA est interbranches
- Les dépenses, au titre des dispositifs à destination des licenciés économiques, représentent 15% de la professionnalisation et en ajoutant les contrats de professionnalisation, les dispositifs Emploi atteignent 67 % du total des dépenses
Forte hausse des indicateurs d’activité d’AGEFOS PME entre 2005 et aujourd’hui

Depuis 2005, le nombre d’entreprises adhérentes a augmenté de plus de 7% et celui des salariés couverts de plus de 28%.
Le montant de la collecte de l’OPCA enregistre une hausse de 13% tandis que celui des engagements de dépenses de formation a plus que doublé avec une croissance de près de 51%.
AGEFOS PME se mobilise en faveur de l’Emploi : nette augmentation de l’investissement formation pour les TPE-PME

Globalement, les dépenses de formation pour la professionnalisation ont augmenté de près de 54 M€ depuis l’an passé, atteignant plus de 398 M€ soit une hausse de 16%. De façon très significative, ces dépenses ont augmenté avec près de 60 M€ pour les 3 dispositifs Emploi : Contrat de Transition Professionnelle (CTP), Convention de Reclassement Personnalisé (CRP) et Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE). En accompagnant les demandeurs d’emploi avec plus de 5000 CTP et près de 17000 CRP, AGEFOS PME poursuit son engagement historique pour l’emploi.
Le Plan de Formation : + 5 % en 1 an pour les TPE

Le volume de collecte des TPE au titre du plan de formation atteint 92 M€ en 2010 contre 87 M€ l’an passé, dont près de 70% pour des entreprises de 1 à 2 salariés. Les entreprises de moins de 6 salariés représentent en particulier 88% du total.
Le versement moyen, de 332 € l’an passé, continue de progresser pour atteindre 345 € cette année. Le montant des contributions complémentaires enregistre une hausse de 19% depuis 2 ans pour atteindre 12 M€ cette année. Pour les entreprises de plus de 10 salariés, les contributions formation représentent près de 469 M€ (environ 462 M€ en 2009) soit une croissance de 1,4%. Sur les 37 020 entreprises adhérentes, 81% ont moins de 50 salariés. La contribution moyenne atteint 12663 € contre 12280 € l’année précédente.
Le DIF s’inscrit dans les pratiques

En 2010, si le nombre global de DIF pris en charge par AGEFOS PME est en recul, à 96300 DIF, il est en nette progression dans les TPE, atteignant 25711 (+ 47% depuis l’an passé). Ce sont dans les entreprises de moins de 50 salariés que l’ont fait majoritairement appel à ce dispositif (57%). Au total, 56% des DIF sont destinés à des employés ou des ouvriers et 90% des heures se font pendant le temps de travail, chiffre stable depuis la mise en œuvre du dispositif. 34% des bénéficiaires ont plus de 45 ans. 64269 des DIF sont financés sur la professionnalisation, légèrement plus des 2/3 du total (67%).
Enjeu majeur pour les jeunes : l’alternance sur la bonne voie

Les contrats de professionnalisation repartent en hausse en 2010: AGEFOS PME a financé 32744 contrats de professionnalisation, en augmentation de près de 7%, dont 49% pour les TPE comme l’an passé. Ce résultat représente près d’un quart des contrats en France (23%). Près de 8 personnes en contrat de professionnalisation sur 10 (environ 25 400) préparent un diplôme d’État ou un titre homologué et la part des contrats en CDI s’élève à 13% contre 87% en CDD. A noter également, près de 7 bénéficiaires sur 10 (69%) sont des demandeurs d’emploi ou sont en fin de scolarité. Voir aussi sur le blog: AGEFOS PME: Publication du rapport d'activité 2009.
Powrót do domu AGEFOS MŚPAGEFOS MŚP publikuje najważniejsze wyniki swojej działalności w 2010, rok charakteryzował się zwiększoną mobilizację na rzecz zatrudnienia, w celu ponownego uruchomienia umów szkolenia i wdrożenia na terenie całego kraju, zakres usług dla TPE-PME w sytuacjach kryzysowych. Pobierz sprawozdanie z działalności 2010. Zobacz także blog: MŚP AGEFOS: Publikacja sprawozdania rocznego 2009. Więcej...

Posté par pcassuto à 13:27 - - Permalien [#]

Sécurité sociale des étudiants

http://astronomie-auvergne.fr/images/Logo-MESR.jpgChaque étudiant relève du régime étudiant de la  Sécurité sociale. Selon sa situation (âge, activité salariée, etc.), les modalités de sa prise en charge varient.
Règles générales

Les étudiants âgés de moins de 20 ans toute l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre de l'année suivante, bénéficient de la sécurité sociale de leurs parents salariés. Mais pour le service des prestations, ils sont rattachés au régime étudiant et leurs droits sont gérés par la mutuelle étudiante qu'ils ont choisie lors de leur inscription. Au titre de l'année universitaire 2010-2011, c'est la situation de tout étudiant né après le 30 septembre 1991.
En revanche, de 20 à 28 ans, l'affiliation à la sécurité sociale étudiante est obligatoire, sauf pour les étudiants suivants :
- assuré à titre personnel en qualité de salarié permanent ;

- ayant droit d'un conjoint (non étudiant) dont les droits sont constamment ouverts ;
- dont l'un des parents est salarié d'une entreprise appartenant à un régime spécial de la sécurité sociale.
Conditions d'accès
Âge
L'âge limite de 28 ans peut être reculé dans certains cas : service national, longue maladie ou maternité, études spéciales (report d'un à quatre ans pour les étudiants en études doctorales).
Nationalité
L'arrêté du 28 juin 1999 modifiant l'arrêté du 28 juillet 1989 fixant les conditions d'application du régime de sécurité sociale des étudiants a supprimé la condition pour les étrangers d'être ressortissant d'un Etat ayant passé, en matière de sécurité sociale, une convention internationale avec la France ou d'être reconnu réfugié ou apatride pour accéder au régime applicable aux étudiants.
Établissements
Être inscrit dans un établissement d'enseignement supérieur public ou privé ayant fait l'objet d'un arrêté interministériel d'agrément.
Cotisation
Pour bénéficier de ce régime spécifique de protection sociale, l'étudiant verse une cotisation annuelle forfaitaire et indivisible de 203 euros pour l'année 2011-2012. L'étudiant qui aura 20 ans entre le 1er octobre et le 30 septembre de l'année suivante est tenu de cotiser à l'occasion des procédures d'inscription.
Les étudiants boursiers, sous réserve de n'avoir pas épuisé leurs droits à bourse au titre de leur cycle ou cursus, sont dispensés du versement à titre provisionnel de la cotisation d'assurance maladie lorsqu'ils justifient, soit d'un avis d'attribution conditionnel favorable de bourse, soit, pour un étudiant en instance de bourse qui n'aurait pas encore reçu un avis conditionnel, de l'avis définitif de l'année précédente.
Maintien du droit
Les étudiants bénéficient, à compter de la date à laquelle les conditions ci-dessus ne sont plus remplies, notamment après dépassement de l'âge limite de 28 ans ou à la sortie d'un cursus d'études avant d'occuper un premier emploi, du maintien de leur droit aux prestations de l'assurance maladie, maternité pendant une période maximale de quatre ans. La demande de maintien des droits doit être formulée par l'étudiant auprès de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) dont relève son domicile.
http://astronomie-auvergne.fr/images/Logo-MESR.jpg Iga õpilane õpib kava Social Security. Vastavalt oma olukorrale (vanus, ettevõtjad, jne.) Poolest juhtimise erinevad.
Üldeeskirjad

Õpilased alla 20aastased kogu õppeaasta vältel, alates 1. oktoober - 30. september järgmisel aastal, saavad sotsiaalkindlustuse oma töötavatele vanematele.
Aga hüvitiste andmine, see on seotud üliõpilase ja nende õigusi hallatakse vastastikusel üliõpilane nad valisid registreerimise käigus. Vastavalt 2010-2011 õppeaastal olukorda kõik õpilased on sündinud pärast 30. september 1991.
Seevastu 20-28 aastat, osavõtt õpilane sotsiaalkindlustus kohustuslik, välja arvatud õpilastele on järgmised:

- Kindlustatud töötajad nagu alalistele töötajatele;

- Õigus saada abikaasa (non üliõpilane), kelle õigusi on pidevalt avatud;

- Üks, kelle vanemad on tööandja kuuluva äriühingu erikord sotsiaalkindlustus
. Veel...

Posté par pcassuto à 12:20 - - Permalien [#]

Pôle emploi et le Fongecif signe sur la formation professionnelle

Le GREP RH, site des relations Ecoles-EntreprisesPôle emploi et le Fongecif Île-de-France ont signé un partenariat sur la formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des salariés. Prévu pour 3 ans, l’accord vise à "développer une complémentarité des services aux actifs sur le champ de l’orientation", "sécuriser les projets professionnels", "construire une offre de services la plus aboutie en matière d’aide à la construction de projets professionnels pour les demandeurs d’emplois et les salariés".

"Pôle emploi n’a pas vocation à travailler seul. Nous devons nous entourer de tous les acteurs d’aide au retour ou au maintien dans l’emploi pour en faire des vrais partenaires. […] Notre objectif commun est la sécurisation des parcours professionnels et l’adaptation des compétences d’une personne à un poste par un dispositif simple et souple afin de mieux répondre aux besoins des entreprises", a expliqué Christian Charpy, Directeur général de Pôle emploi.
"Ensemble, nous allons renforcer notre action sur l’offre de formation destinée aux salariés et demandeurs d’emploi peu qualifiés et dont le parcours professionnel est peu sécurisé. Nous pourrons compter sur des outils efficaces tels que Kelios, la banque de données sur l’offre de formation que nous avons conçue avec le CARIF Île-de-France", précise Laurent Nahon, Directeur général du Fongecif Île-de-France.
GREP HR-site relationships Schools BusinessesEmployment center and Fongecif Ile de France have signed a partnership agreement on vocational training for job seekers and employees. Scheduled for 3 years, the agreement aims to "develop a complementary service to active in the field of orientation", "secure professional projects", "build a service offering the most successful in assisting in the construction of professional projects for job seekers and employees". More...

Posté par pcassuto à 11:11 - - Permalien [#]

Aide de la Région Poitou-Charente pour l’embauche de seniors

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)En créant le dispositif "Accompagnement du contrat de professionnalisation seniors", la Région souhaite inciter et accompagner les entreprises de Poitou-Charentes dans le recrutement des personnes de 45 ans ou plus en contrat de professionnalisation. Cette aide, complémentaire à celle de l’Etat, sera mise en œuvre au 1er septembre 2011.
Elle s’adresse aux entreprises de Poitou-Charentes, de moins de 50 salariés, et à titre exceptionnel  aux moins de 100 salariés s’inscrivant dans les filières d’excellence régionale (éco industries, mobilité durable et mécatronique, filière nautique, industries agro alimentaires, images et économie numérique, tourisme, économie créative, culture et patrimoine). Les personnes recrutées doivent être des demandeurs d’emploi de 45 ans ou plus, domiciliés en Poitou-Charentes, notamment ceux issus des quartiers classés ZUP, ZEP…
L'aide régionale est attribuée à la fois aux entreprises et aux seniors:

- une prime variable est accordée à l'entreprise selon la durée du contrat : 500 € si le CDD est de 12 mois minimum et 250 € pour une durée inférieure. De plus, si le CDD débouche sur un CDI, la Région verse 1000 € d'aide forfaitaire au vu du CDI signé à l'issue du contrat de professionnalisation.
- une aide forfaitaire de 500 € sera attribuée au senior recruté pour  faciliter sa reprise d’activité (frais induits par l'entrée en formation, mobilité, restauration, revalorisation de soi,…).
L'aide régionale et limitée à 2 emplois maximum par entreprise, et ne peut être cumulée, pour le même emploi, avec les autres dispositifs régionaux. Pour en bénéficier, l’entreprise doit envoyer son dossier de demande accompagné de la copie du contrat de professionnalisation au Service « Emploi, Dialogue Social et Alternative Economique » de la Région. L’aide sera versée en une seule fois après notification. A l’issue d’une période de 12 mois, l’entreprise doit présenter un bilan à la Région ; à défaut elle devra reverser l’aide perçue.
Pour l’aide directe au senior, le bénéficiaire doit adresser à la Région un bilan relatif à l’utilisation de l’aide régionale qui sera versée  en une seule fois après notification.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Loomisel seade "Kaasnevad kõrgemad elukutselise lepingu," piirkonnas soodustaks ja toetaks ettevõtete Poitou-Charentes värbamisel isikud 45 aastat või rohkem elukutselise lepingu. See abi, mis täiendab, et riigi, rakendatakse 1. september 2011. See on mõeldud ettevõtetele Poitou-Charentes, alla 50 töötajaga ja erandkorras vähem kui 100 töötajat, mis kuuluvad piirkondlike sektorite tipptaset (Eco Industries, jätkusuutlik liikuvus ning mehhatroonika, purjetamine tööstuse, põllumajanduse tööstusharudes toit, pildid ja digitaalse majanduse, turismi, loomemajandus, kultuur ja pärand). Töötajaid tuleb tööotsijatele vanuses 45 või üle elavad Poitou-Charentes, eriti aladelt liigitatud ZUP, PTA. Veel...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

17 juillet 2011

40ème anniversaire de la loi de 1971

Par Paul Santelmann, Responsable de la Prospective à l’AFPA. Le 16 juillet 1971 était promulguée ce que les sans-mémoire présentent comme la loi fondatrice du système de formation professionnelle continue français. Le principal acte fondateur de l’époque c’est l’accord interprofessionnel du 9 Juillet 1970 qui marque une mobilisation tardive des partenaires sociaux sur un sujet jusqu’alors pris avec des pincettes par le mouvement syndical… En fait les lois de 1958 et de 1966 avaient déjà balisé le champ administratif et réglementaire de cet objet insaisissable qu’est la formation des adultes. Le caractère novateur de cette succession de lois est également à relativiser quand on sait que la loi de 1966 fut largement inspirée par la loi ASTIER de 1919 qui traitait de l’apprentissage !

En fait la loi de 1971, au prétexte d’une responsabilisation des partenaires sociaux, visait d’abord à compenser les retards de la formation initiale confrontée aux prémisses des transformations du système de production. Or ce rattrapage, nécessaire pour adapter les moins qualifiés aux évolutions techniques, nécessitait une approche plus complète qu’une simple massification des stages. Ce qui était en gestation supposait une nouvelle conception de l’enseignement professionnel et de ce qu’est un opérateur de formation continue. Comme cela fut pointé par de nombreux analystes des années 70, le principal défi se situait dans la façon de conduire les nouvelles organisations de travail et de les articuler avec des contenus de formation adaptés et les projets des salariés.
Or l’option consistant à faire engranger des savoirs détachés des processus de changements du travail salarié procédait d’une conception trop académique de la formation professionnelle. Dans les années 80, la nécessaire massification du secondaire et du supérieur sera conduite avec le même biais réducteur. En fait, le diagnostic qui sous-tendait la loi de 1971 était plutôt pertinent (après des décennies de malthusianisme éducatif) mais il occultait deux éléments essentiels : les conditions d’engagement des acteurs de l’entreprise dans la modernisation des techniques et des organisations (ce qui sera soulevé par le mouvement autogestionnaire des années 70) et l’instrumentation des organismes de formation professionnelle supposés accompagner ces modernisations. En mettant en place une obligation de financement du système de FPC la loi va, au contraire, déresponsabiliser les entreprises en matière de conduite du changement et surtout de lien entre formation et modernisation. Par ailleurs, en créant un marché administré la loi va promouvoir un type d’organisme de formation étranger aux questions d’organisation du travail mais par contre très proche du modèle scolaire tout en étant principalement préoccupé par la rentabilisation de son activité.
Ce choix sera d’autant plus malencontreux qu’existait depuis l’après-guerre une forte proximité entre l’analyse des organisations et des techniques et les pratiques de nombreux organismes comme le CNAM,  l’AFPA ou la CEGOS ! Les réflexions issues de l’éducation populaire confortaient également la nécessité d’une approche renouvelée de la formation : « (…) aujourd’hui, l’éducation scolaire, dans notre société qui change, est en crise permanente : même réformée, elle ne peut résoudre tous les problèmes de l’éducation. Les cadres de l’école, dans tous les ordres d’enseignement, devront craquer pour réaliser l’éducation permanente. »[CACERES (Benigno), Histoire de l’éducation populaire, Paris, éditions du Seuil, 1964, page 170]. Une des convergences fortes qui caractérisaient tous ces organismes reposait sur la conviction que les transformations du travail n’étaient pas opposables aux finalités de développement de l’Homme et aux objectifs promotionnels. 
Paul Santelmann, Dyrektor ds. Prognoz w AFPA. Dniu 16 lipca 1971 r. uchwalił, że nie pamięta obecne jako założenia ustawy systemu doskonalenia zawodowego francuskich. Głównym aktem założycielskim dnia jest umowa z dnia 09 lipca 1970 wyznacza koniec mobilizacji partnerów społecznych na temat uprzednio podjęta szczypcami od ruchu pracy... W rzeczywistości z prawem z 1958 r. i 1966 cechowała dziedzinie administracyjnej i regulacyjnej nieuchwytny obiekt, który jest kształcenie dorosłych. Innowacyjny charakter tej sukcesji praw jest również w perspektywie jeśli wziąć pod uwagę, że w 1966 roku ustawa została w dużym stopniu zainspirowany przez prawo z 1919 r., który dotyczył Astier nauki! Więcej...

Posté par pcassuto à 21:27 - - Permalien [#]