Afpa : une nouvelle vie sous étroite surveillance Ce 7 juillet a lieu la première réunion du conseil d’administration de l’Afpa new look. Parmi les neuf administrateurs, – auxquels s’ajoutent deux représentants des salariés – siégeront quatre spécialistes des ressources humaines en entreprise. Dont Jean-Luc Vergne (BPCE), Philippe Vivien (Areva), Charlotte Duda (Stream Global Services) et Christian Dapilly (Veolia). Signe du resserrement des liens entre l’institution et les sociétés privées.
Ces happy fewont été désignés, c’est une première, par le conseil d’orientation, nouvel organe de gouvernance de 20 membres, conséquence du changement de statut. Il est composé des cinq collèges associés à la marche de l’institution : État, régions, employeurs, confédérations syndicales et personnalités qualifiées. Pour parachever l’édifice, un comité d’audit et un comité de nomination et rémunération verront le jour. En théorie, ce montage garantira la sauvegarde de tous les intérêts en présence. Il permettra aussi un contrôle rigoureux des initiatives pédagogiques, de la stratégie et même de la gestion.
Mais certains, parmi les proches du dossier, s’interrogent sur la lourdeur d’une telle mécanique, surtout lorsqu’il s’agira de traiter des sujets non consensuels. Ils sont légion. À commencer par les orientations de la direction générale. Avalisées par le gouvernement, elles ne convient que modérément aux conseils régionaux, voire aux élus des départements. Plusieurs d’entre eux manifestent leur scepticisme face au plan stratégique du DG, Philippe Caïla.
Dernier exemple en date, François Hollande, prétendant de premier plan aux prochaines élections présidentielles, dans le camp socialiste. Dans un courrier au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, il relaie l’inquiétude des syndicats, déplorant « la destruction des emplois, les surcharges de travail, l’absence de communication et les difficultés d’organisation » ressentis par les salariés.
Par ailleurs, l’État ne fait pas preuve d’exemplarité dans sa relation avec l’Afpa et les autres partenaires. Par exemple lorsqu’il omet de rembourser un reliquat de 80 M€ au titre du contrat de progrès échu fin 2008. Ou encore lorsqu’il se prend les pieds dans le tapis en annonçant la dévolution de son patrimoine immobilier à l’institution, avant de se faire rappeler à l’ordre par le conseil constitutionnel.
Dans ce contexte, Philippe Caïla devra s’adapter à la nouvelle donne, en modifiant son style de management. Pour l’heure, le bilan économique plaide pour lui. Deux personnes sur trois ayant obtenu un titre professionnel en 2010 sont passées par L’Afpa. Celle-ci progresse sur le marché concurrentiel, qui représente désormais 25 % de son chiffre d’affaires (941 M€). Elle aura accueilli en 2010 plus de 168 000 nouveaux stagiaires, et confirme son statut de numéro un.
Afpa : une nouvelle vie sous étroite surveillance Ma to miejsce w dniu 7 lipca na pierwszym posiedzeniu zarządu nowy wygląd AFPA. Spośród dziewięciu dyrektorów - plus dwóch przedstawicieli pracowników - okres czterech specjalistów zasobów ludzkich w przedsiębiorstwach. W tym Jean-Luc Vergne (BPCE), Philippe Vivien (Areva), Charlotte Duda (Stream Global Services) i Christian Dapilly (Veolia). Zarejestruj zacieśnianie więzi pomiędzy instytucji i firm prywatnych. Więcej...