11 juin 2011

Student Diversity in Higher Education: Conflicting Realities

http://www.ean-edu.org/templates/beez/images/logo.gifThe EAN 20th Anniversary Conference, VU University Amsterdam, The Netherlands, “Student Diversity in Higher Education: Conflicting Realities”, (Tensions affecting policy and action to widen access and participation), Mon 20th - Wed 22nd June 2011
The European Access Network (EAN) celebrates its 20th anniversary this year with a conference on student diversity in higher education and the tensions affecting policy and action to widen access and participation for disadvantaged and underrepresented groups. In the current political and economic climate, what’s the future for them, and for the institutions committed to access, equity, diversity and inclusion?
For higher education institutions the pathway toward greater student diversity can be hazardous and difficult.  Those seeking and driving change in institutional policies and practices face pressures from both within and outside the institution that can hinder or stifle progress. Even in the best of times, fulfilling expectations can be difficult. Where achieving greater student diversity is seen as difficult and costly, or of lesser importance than other institutional goals, progress will falter.  Both within and outside institutions, there remains an unresolved tension between issues of diversity and quality, and there are also funding tensions, especially when finances are tight.
What can be done to ease such tensions and ensure that progress continues toward the achievement of diversity goals?

Posté par pcassuto à 19:28 - - Permalien [#]


Culture in/and Crisis

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/27529_116787261680672_1521_n.jpgThe University Network of the European Capitals of Culture will hold its Ve UNeECC Annual Conference ‘Culture in/and Crisis’  on 27-28 October, 2011 in Antwerp, Belgium.
The University Network of the European Capitals of Culture (UNeECC) will hold its annual conferences in Antwerp, Belgium, European Capital of Culture of 1993. Submission of papers are expected from universities and other institutions of higher education located in cities which are, have been, or will be designated European Capitals of Culture, or from individual scholars who take a particular interest in European Capitals of Culture.
The conference will focus on two major themes that are of interest to the network and the European Capitals of Culture movement and are welcome a variety of scholarly papers that address either one or both of these themes: Culture in/and Crisis; European Capitals of Culture in/and Crisis.
The conference will be hosted by Lessius University College.

The conference focuses on the following two major themes:
1.    Culture in/and Crisis?
2.    European Capitals of Culture in/and Crisis?
Should you like to receive further information please do not hesitate to contact Ms. Gyöngyi Pozsgai, Secretary General of UNeECC at pozsgai.gyongyi@pte.hu.
See also on the blog Inclusion through Education and Culture.

Posté par pcassuto à 18:49 - - Permalien [#]

International Higher Education Collaboration: Empowering Societies in an Era of Transformation

Join leaders and practitioners of higher education, business, government and students in one of Mexico’s safest and most picturesque cities for CONAHEC’s 14th North American Higher Education Conference! CONAHEC's conference "International Higher Education Collaboration: Empowering Societies in an Era of Transformation" will take place from October 12-14, 2011 at the Cultural Complex of the Benemérita Universidad Autónoma de Puebla in Puebla, Mexico.
This exciting event will focus on how higher education institutions can better pool their strengths and resources and improve our international collaboration in order to empower our societies to be prepared for future challenges. While higher education institutions have been at the cutting edge of many technological developments, and have served as spaces for our communities to grow and develop, the road ahead is full of challenges if we are to create fairer, more equitable and more prosperous communities which together are prepared for anything the future holds.
CONAHEC extends a special invitation to representatives of higher education institutions and organizations from Central America and the Caribbean to participate in this conference due to the dynamic growth and improvement of the higher education sector in the region which at many similar events has gone unnoticed. This conference will incorporate among its themes one which focuses on how to collaborate with higher education institutions and organizations in the region.
As an additional special feature of this conference, CONAHEC is taking advantage of this opportunity to convene a meeting of representatives from the community college sectors in Canada, the U.S. and Mexico and those interested in developing international collaboration projects with them. This conference will include a special section focused on international collaboration among community colleges and their equivalents.
The historic center of the city of Puebla has long been recognized by UNESCO as cultural patrimony of humanity for its stunning architecture, much of which originates in the 16th century shortly after European arrival.  In addition to this unparalleled context, we are proud to announce that the conference itself will be held at the Complejo Cultural Universitario of the Benemérita Universidad Autónoma de Puebla. This collection of architecturally astonishing and interactive spaces represents the university’s deep commitment to society and ranks among the best community and meeting spaces in the country.
The 14th North American Higher Education Conference is organized by the Consortium for North American Higher Education Collaboration. CONAHEC links higher education institutions from Canada, the U.S. and Mexico, and from the rest of the world.

Posté par pcassuto à 18:41 - - Permalien [#]

1st International Worldviews Conference on Media and Higher Education

http://www.fedcan.ca/images/Image/Media/worldviews3.jpgFrom 16-06-11 to 18-06-11. PLACE: Toronto, Canada. ORGANIZED BY: OISE/University of Toronto
Higher education affects every aspect of our lives – from the economy and the environment, to culture and communications. While the media play a critical role in shaping public understanding of this institution, little discussion has taken place about how that influence is manifested – or about how, in turn, higher education uses the media to mould how the public perceives it. But that’s about to change.
Introducing Worldviews: Media Coverage of Higher Education in the 21st Century. This innovative conference, scheduled for June 2011 in Toronto, Canada, will not only examine these issues, but explore why it’s important to do so.
The 2011 inaugural conference will consider a range of important issues, including:

-How media coverage of higher education has changed over the past two decades and where it is headed
-The impact of social media and how it is changing what is covered and how higher education is understood
-The role the media play in influencing public policy debates on public education
-How higher education engages with the media to inform public opinion
-The different realities of the developing and developed worlds
These issues will be examined in a format designed to maximize participation and discussion that will feature:
-Café discussions and salons, interviews with leading thinkers, readings and workshops, in addition to keynote addresses and panel debates
-The opportunity for audience members to become speakers and debaters
-Open programming reserved for sessions to respond to specific ideas that emerge from the conference itself
We look forward to welcoming you to Toronto in 2011.
2011 Conference Themes
Worldviews: Media Coverage of Higher Education in the 21st Century will be organized around five broad themes, each with a range of topics to be discussed and debated:
Media depictions of higher education

    Current media portrayals of higher education and possibilities for the future
    Creating dialogue and understanding between journalists and academia
    Understanding the media world and its impact on higher education coverage
    The globalization of higher education coverage: impact and trends
    Muted voices in higher education coverage
    “Hollywood goes to college”: Images of higher education in film and television
Wagging the dog: The media as the driver of higher education policy

    Responsibilities of media and higher education in creating an informed public policy debate
    Do rankings in the media drive higher education priorities? Are they helping or hurting higher education?
    The competition among international and national rankings: Which methodology is best?
    Public opinion surveys, public perceptions of higher education, and the media: Who is shaping whom?
Seizing the initiative: the role of higher education in shaping media and public perceptions

    Do public and media relations take up a disproportionate amount of attention and resources in the modern university and college? Or should even greater efforts be devoted to these activities?
    Reaching out to community and minority group media
    Science journalism: The battle between the uncertainty of science and the certainty of “news”
    Current, emerging and future media models for media coverage of research
    The research “arms war” and the battle for researchers
    Flashpoints in media coverage of research
The dawning of a new age? New media technology and new types of publications

    The impact and implications of social media for higher education
    New innovations in social media for colleges and universities and their communities
    Higher education’s contribution to new media and citizen journalism
Cross-dressing media and academy

    When the media and academia take on roles in each other’s worlds, does it lead to better understandings, or do they essentially remain two solitudes?
    Practitioners v. Academics: What’s really valued in the academy?
    Embedded journalists – the student media.

Posté par pcassuto à 18:15 - - Permalien [#]
Tags : ,

Building the Engaged University, Moving beyond the Ivory Tower

http://web.guni2005.upc.es/media/0000000000/0000000432.jpgBuilding the Engaged University, Moving beyond the Ivory Tower, 2011 Talloires Network Leaders Conference, The Autonomous University of Madrid, Madrid, Spain – June 14-16, 2011.
The 2011 Talloires Network Leaders Conference – “Building the Engaged University, Moving beyond the Ivory Tower” – is organized in partnership with the Autonomous University of Madrid, Innovations in Civic Participation, TakingITGlobal, and Tufts University. The conference is sponsored by Carnegie Corporation, the Pearson Foundation, and Santander Bank. The official media sponsor is University World News.
Over three days, the conference will explore how to deepen the impact of community engagement in the higher education sector. Higher education leaders from every corner of the world will gather to shape the future of civic engagement, community outreach, and social responsibility in higher education.
The conference themes include technology and social change, government policy to support engagement, access and widening participation, environmental sustainability and climate change, the role of higher education in political transition, and crisis and disaster response.
The 2011 Talloires Network Leaders Conference has the following goals:

- Explore in a frank and open manner the lessons learned by universities implementing community engagement programs, with a focus on challenges and opportunities
- Examine community engagement as a distinct area of work in higher education, requiring professional development, policy support and financing
- Discuss high-impact higher education policies and practices for supporting community engagement
- Network with higher education leaders from around the world, as well as funders, government officials and members of the press
- A conference resolution will be developed by a diverse global team to focus action around the conference themes
Plenary and Concurrent sessions will explore a variety of topics:

- A special panel of government officials to discuss policy in support of community engagement
- Tracks during the Concurrent sessions will explore technology and social change, access and widening participation, environmental sustainability and climate change, the role of higher education in political transition, peace and conflict resolution, and crisis and disaster response.

Posté par pcassuto à 18:08 - - Permalien [#]


EUCEN 42nd European Conference - Bridging the gaps between learning pathways: the role of universities

http://www.eucen.eu/sites/default/files/u23/Banner_V1.pngEUCEN 42nd European Conference. Lifelong Learning: a new mission for University? 16-18 November 2011, Genoa, Italy.

Conference Theme
Nowadays, universities are increasingly called upon to address various issues relating to adult education. Be they people wanting to get academic recognition, to resume previously interrupted university studies, or to see their skills recognized, these adults lead universities to face new challenges.
In partnership with other educational agencies and with methods and paths other than traditional ones, higher education institutions are indeed expected to contribute to the development of a new learning paradigm. This model should promote an active process of orientation and personalization of the courses, as well as recognition of competences that the adult may have already acquired non-formally or informally through the workplace, through vocational training courses conducted independently or, again, cultivating a hobby.
Universities are therefore demanded to expand their mission by increasing, even with innovative approaches, the dissemination of knowledge, by enhancing the learning spaces for a variety of new kind of learners, so that citizens can be offered real training opportunities, and finally by fostering the recognition and validation of acquired experience.
Conference topics

- Tools and methodologies to recognize, assess and validate prior experiential learning outcomes
- Proper technologies as support for developing best practices
- Ways to spread out and share common regulations
- Enhancing free movement of people with their competences.

Posté par pcassuto à 15:59 - - Permalien [#]
Tags : ,

New International Ranking System Has a DIY Twist

http://chronicle.com/img/global-header-logo.gifBy Aisha Labi. The highly competitive field of international university rankings gained a new entrant on Thursday, with the unveiling of a benchmarking system that its designers say could provide a revolutionary method for influencing the development of higher-education systems throughout the world.
The new tool, known as U-Multirank, focuses on some of the same areas that the best-known international rankings do, but allows users themselves to determine how much they want to weight each factor. Frans van Vught, one of the leaders of the project, which is being supported by the European Commission, described it as "a new instrument to create personalized rankings." U-Multirank was built around the idea that there is no such thing as an objective ranking.
Continental European universities have long complained that they are disadvantaged by the dominant international rankings, such as the tables produced by China's Shanghai Jiao Tong University and Times Higher Education, in which American and British institutions tend to occupy the majority of the top slots. Some critics believe that ranking systems, in measuring universities' comparative research productivity, they put too much weight on the publication of articles in journals, most of which are in English.
U-Multirank relies on indicators in five subject areas: teaching and learning, research, knowledge transfer, international orientation, and regional engagement. On Thursday, developers unveiled the results of a two-year feasibility study involving 159 universities from around the world, two thirds of which are in Europe. The project generated interest from most countries, with two notable exceptions. Few universities in the United States or China were willing to take part.
"American universities are largely focused on the American system and their own performance in the American system, and do not care so much about the rest of the world," Mr. van Vught conjectured. Just five American institutions ended up completing the institutional questionnaires. Chinese universities, which require permission from the national ministry of education to take part in such a project, were also unwilling to participate, and only one Hong Kong institution completed the questionnaire.
The system's Web-based interface was demonstrated at a conference in Brussels by users representing a student, a university administrator, and a business official. Each showed how they would select indicators that mattered to them, such as the student's focus on student-staff ratios or the business representative's interest in dropout rates or business-studies programs. After the conference, Mr. van Vught described complaints from at least one audience member that the system seemed far too complicated as "surprising" and said that efforts would be made to make the interface more user friendly.
U-Multirank was developed by a consortium of European organizations led by the Center for Higher Education Policy Studies at the University of Twente, in the Netherlands, and the Center for Higher Education Development, in Germany. The consortium hopes to unveil the complete system in the fall and will incorporate feedback from Thursday's conference as it continues its work.
Developers emphasized that the results that were presented on Thursday are not yet final and that there remain areas that need fine-tuning. For example, they noted that it has been challenging to find indicators to effectively measure regional engagement. Ellen Hazelkorn, a leading expert on rankings from the Dublin Institute of Technology, who attended the conference, described the system in an e-mail message as "a good start," although she emphasized that the chosen indicators of quality "remain problematic and controversial."
Ms. Hazelkorn has been critical of the increasing influence of rankings in shaping higher education policy in many countries. "I suspect the real challenge remains the fact that in the absence of a fully credible model—which is probably many years away," she said, "governments will continue to make profound decisions about their higher education systems based on the existing hyperbole about global rankings."

Posté par pcassuto à 14:06 - - Permalien [#]

Colloque des Universités Nouvelles

www.20ans.u-cergy.frNos universités de Cergy-Pontoise, d’Evry-Val d’Essonne, de Paris-Est Marne-la-Vallée et de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, créées en 1991, issues du plan de modernisation de l’enseignement supérieur « Université 2000 », fêtent leurs vingt ans, le mardi 14 juin 2011 de 14h à 18h au Grand Auditorium de la Bibliothèque Nationale de France. Télécharger l'invitation.
L’âge de tous les possibles, l’âge où l’on a la vie devant soi, mais également celui des choix stratégiques pour son avenir. C’est pourquoi il nous apparaissait utile d’organiser, dans l’unité et la diversité, ce colloque en nous entourant de ceux qui ont fait et font nos universités, de ceux qui collaborent et contribuent à leur développement, pour revenir sur la création de celles-ci, dresser le bilan de vingt années passées au service de la formation, de la recherche, de la diffusion de la connaissance et, ce faisant, au développement socio-économique de nos territoires, pour nous projeter enfin dans les vingt années à venir.
www.20ans.univ-evry.frCet avenir, qu’on le bâtisse ensemble ou séparément, se construit sur des fondations solides, ancrées dans la réalité de nos territoires, et façonnées autour de principes clairs : la professionnalisation de nos formations et son corollaire, l’insertion de nos étudiants, l’excellence de la recherche et sa conséquence logique, la reconnaissance internationale de nos enseignants-chercheurs. Enfin, il repose sur le travail et le dévouement des personnels qui veillent à la bonne marche de nos universités.
www.20ans.uvsq.frOn n’a pas tous les jours vingt ans ! Que ce colloque soit ainsi l’occasion d’échanges, de rencontres et surtout de projets féconds ! Si nous y parvenons nous aurons rendu un vibrant hommage à tous ceux qui ont apporté leur pierre à l’édifice de nos universités et qui en ont fait des lieux propices à la création des savoirs, de la connaissance et de l’innovation !
www.20ans.univ-mlv.frSylvie Faucheux
Présidente de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ).
Francis Godard
Président de l’université de Paris-Est Marne-La-Vallée (UPEMLV).
Richard Messina
Président de l’université d'Evry-Val-d’Essonne (UEVE).
Françoise Moulin Civil
Présidente de l’université de Cergy-Pontoise (UCP).

www.20ans.u-cergy.fr Our universities of Cergy-Pontoise, Evry-Val d'Essonne, Paris-Est Marne-la-Vallée de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, created in 1991 from the Plan for Modernization of Higher Education "University 2000", celebrating their twenty years, Tuesday, June 14, 2011 from 14h to 18h in the Grand Auditorium of the Bibliothèque Nationale de France. Download the invitation.
The age of all possibilities, the age when life was ahead, but also the strategic choices for its future. That's why we felt it useful to organize, in the unity and diversity, this conference in surrounding us with people who have been and are our universities, those who collaborate and contribute to their development, going back to the creation of these, take stock of twenty years in the service of training, research, dissemination of knowledge and thereby to the socio-economic development of our territories, we finally throw in the twenty years to come. More...

Posté par pcassuto à 12:17 - - Permalien [#]
Tags :

L'Enseignement supérieur dans l'exécution du budget 2010 - rapports de la Cour des Comptes

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gifRésultats et gestion budgétaire de l'Etat - Exercice 2010. Cour des comptes, Paris, mai 2011. Télécharger Résultats et gestion budgétaire de l'Etat.
Conformément à la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF), la Cour des comptes a rendu public son rapport sur les résultats et la gestion budgétaire de l’exercice 2010. La première partie de ce rapport examine les éléments exceptionnels de l’année (achèvement du plan de relance, lancement d’un programme d’investissements d’avenir, réforme de la taxe professionnelle, prêts accordés à la Grèce) et leur impact sur les résultats de l’exercice. La deuxième est consacrée à l’analyse détaillée de l’évolution des recettes et des dépenses. Elle comprend des focus sur les dépenses de personnel, qui constituent une part majeure du budget, et sur l’exécution budgétaire de quatre missions à forts enjeux (Défense, Recherche et enseignement supérieur, Travail et emploi, Ecologie, développement et aménagement durable). La troisième analyse les conditions générales de la gestion 2010 : le respect des dispositions de la loi organique relative aux lois de finances, mais aussi l’évolution en 2010 de la démarche de performance voulue par la LOLF et son impact budgétaire dans une situation où, selon la Cour, l’amélioration de la gestion et la mesure des performances ne peuvent plus être déconnectées de l’objectif général de maîtrise des dépenses de l’Etat.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gifCertification des comptes de l'Etat - Exercice 2010. Cour des comptes, Paris, mai 2011. Télécharger Certification des comptes de l'Etat.
Conformément à la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF), la Cour des comptes a rendu public son rapport sur la certification des comptes de l’Etat de 2010, ainsi que les résultats et la gestion budgétaire de l’exercice 2010. L'article 58-5° de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 confie à la Cour des comptes la mission de certifier la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes de l'Etat. Ce mandat permanent s'inscrit dans son rôle d'assistance au Parlement et au Gouvernement dans le contrôle de l'exécution des lois de finances, prévu par l'article 47-2 de la Constitution. La certification délivrée par la Cour vise à éclairer le Parlement, chargé, conformément au III de l'article 37 de la LOLF, d'approuver les comptes de l'Etat. Elle s'adresse aussi, plus largement, à tous leurs utilisateurs.
Extraits sur l'Enseignement supérieur dans
Résultats et gestion budgétaire de l'Etat
II - Les investissements d’avenir

La loi de finances rectificative du 9 mars 2010 a ouvert un total de 34,64 Md€ de crédits destinés à financer un programme exceptionnel d’investissements d’avenir dans des secteurs retenus comme priorités stratégiques: enseignement supérieur, formation et recherche (19 Md€), filières industrielles et PME (6,5 Md€), développement durable (5 Md€), économie numérique (4,5 Md€) p.20.
1 - L’impact des lois de finances rectificatives

Elle a diminué les crédits du budget général de 1 848 M€ notamment au titre des remboursements et dégrèvements (-1194 M€) et des crédits de la mission Recherche et enseignement supérieur (125 M€) p.100.
1 - L’insuffisante couverture d’engagements pluriannuels

Une incertitude demeure sur les besoins réels des établissements d’enseignement supérieur passés en 2010 aux responsabilités et compétences élargies, au titre de leur masse salariale.
De même, le lancement d’opérations immobilières financées dans le cadre de contrats de partenariats public privé (plan Campus, mission Recherche et enseignement supérieur), engage l’Etat pour des montants significatifs, qui ne sont pas à ce stade chiffrés avec précision. S’ils ne pèsent pas tous directement sur le budget général, leur impact budgétaire sera suffisamment important pour justifier que soient élaborés des scénarios financiers permettant d’apprécier leurs risques potentiels p.108.
1 - Des programmes politiquement prioritaires

En 2010, le rapport du Gouvernement sur la programmation pluriannuelle des finances publiques pour 2009-2012 précisait que « l’effort (…) est plus faible pour les ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche ; il est au contraire plus élevé pour les ministères du budget, des comptes publics et de la fonction publique, de l’agriculture et de la pêche, de la défense, de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, avec le remplacement d’un départ en retraite sur trois »
Les contraintes liées au passage des universités au régime des responsabilités et compétences élargies ont conduit le Premier ministre à annoncer en février et mai 2009 un gel des suppressions de poste prévues en 2010 et 2011 dans les organismes de recherche et les établissements d’enseignement supérieur. En 2010, le schéma d’emploi sur les programmes relevant de la mission Recherche et enseignement supérieur ne comportait aucune suppression. p.130.
2 - La masse salariale transférée vers des opérateurs

Les transferts d’emplois vers des opérateurs ont été particulièrement importants en 2010, année marquée par l’accession d’établissements d’enseignement supérieur au régime des responsabilités et compétences élargies et par la création des agences régionales de santé. Or l’encadrement des dépenses de personnel est beaucoup plus lâche sur les opérateurs que sur l’Etat.
a) Le plafonnement des emplois des opérateurs

L’article 64 de la loi de finances initiale pour 2008 soumet les opérateurs de l’Etat à des plafonds d’autorisations d’emplois annuels à dater du 1er janvier 2009. La circulaire du 24 avril 2008 leur permet néanmoins de recruter hors plafond sur des emplois non permanents et financés intégralement sur ressources propres.
Au sein de la mission Recherche et enseignement supérieur, dont le mode de gestion repose principalement sur des opérateurs, le respect du plafond voté en loi de finances initiale pour les emplois sous plafond est compensé ou atténué par la progression des emplois hors plafond. Ainsi, pour les opérateurs de recherche rattachés aux programmes 172 et 187, dont les données sont disponibles sur l’exécution 2010, la baisse des emplois sous plafond entre 2008 et 2010 (1 076 ETPT) est inférieure de près de moitié à l’augmentation des emplois hors plafond (2 015 ETPT) p.138.
B - La mission MIRES

La mission Recherche et enseignement supérieur (MIRES) figure au nombre des missions à fort enjeu budgétaire. Celui-ci est accru par la place qu’elle occupe dans le dispositif des investissements d’avenir. En 2010, ceux-ci ont pratiquement doublé les crédits ouverts, passant de 25,36 Md€ en AE et 24,76 Md€ en CP en LFI, à 47,54 Md€ en AE et 46,92 Md€ en CP.
1 - Une mission prioritaire
La MIRES présente deux caractéristiques principales : un périmètre financier élargi compte tenu de la dépense fiscale (5,8 Md€ en 2010), et des programmes d’investissement d’avenir (21,9 Md€ en 2010), d’autre part ; un mode de gestion des politiques d’enseignement supérieur et de recherche qui repose principalement sur des opérateurs, dont les dotations représentent, tous titres confondus, 73% des crédits ouverts sur la mission (18,16 Md€ en CP en 2010).
Avec 24,7 Md€ de crédits de paiements votés en loi de finances initiale, la MIRES regroupe, hors programmes d’investissements d’avenir, 6,5% des CP ouverts au budget général en 2010. Première priorité budgétaire, la mission bénéficie d’un accroissement de ses crédits, qui progressent en LFI de 2,7% par rapport à 2009, contre 0,1% pour le budget général à périmètre courant. Elle est également exonérée de l’application de la règle du non remplacement d’un départ sur deux et enregistre une progression sensible de ses effectifs, opérateurs compris (285 349 contre 281 034 en 2009).
2 - Des prévisions budgétaires insuffisantes tant pour la gestion courante que pour les engagements pluri-annuels
La nature des impasses financées en gestion révèle, non seulement l’insuffisante qualité des prévisions de certaines catégories de dépenses, mais également l’absence récurrente de couverture des engagements juridiques représentatifs d’engagements pluriannuels. Ainsi, une incertitude demeure sur les besoins réels au titre de la masse salariale des établissements d’enseignement supérieur passés aux responsabilités et compétences élargies (RCE), soit 56 établissements depuis 2009 (dont 38 en 2010). Comme indiqué au chapitre précédent, les difficultés rencontrées dans leur estimation montrent que le dispositif de pilotage et de contrôle des plafonds d’emplois et de la masse salariale de ces opérateurs doit être consolidé.
Le financement des aides sociales aux étudiants apparaît structurellement sous évalué. En 2010, les écarts entre la prévision et l’exécution résultent, comme en 2009, des reports de charges de la gestion précédente, compte tenu des conditions et du calendrier d’instruction des dossiers des bénéficiaires. Ces écarts découlent également de l’augmentation de 1,5 % du plafond de ressources ouvrant droit à l’attribution d’une bourse et du versement d’un demi mois de bourse supplémentaire au titre de l’année universitaire 2010-2011. Cette seconde mesure, annoncée en septembre 2009, aurait pu être intégrée, par voie d’amendement, dans le budget 2010...
Il en est de même des contrats de partenariat public privé, majoritairement les opérations immobilières qui relèvent de l’Opération Campus, qui engagent l’Etat pour des montants qui, s’ils ne sont pas à ce stade chiffrés avec précision compte tenu des montages financiers impliquant de multiples partenaires, et s’ils ne pèsent pas tous directement sur le budget général, ne sont pas sans impact budgétaire. Les opérations envisagées sont suffisamment ambitieuses pour justifier que soient élaborés des scénarii financiers permettant d’apprécier leurs risques potentiels et que soient apportées des garanties supplémentaires sur leur pilotage.
3 - Un dispositif dérogatoire porteur de risques

La mission est la principale bénéficiaire des crédits ouverts au titre des programmes d’investissements d’avenir. Les dérogations aux principes budgétaires ont conduit à définir un mode de gouvernance spécifique visant à assurer l’utilisation efficiente des crédits et à permettre l’information et le contrôle du Parlement. Cependant, ces nouveaux moyens ne financent pas tous de nouveaux projets. Ils sont destinés parfois à financer des opérations antérieurement annoncées mais qui n’avaient pas obtenu de financements, à apporter des ressources complémentaires à des opérations lancées mais dont les plans de financement étaient incomplets, voire à se substituer à des crédits budgétaires annulés en gestion 2010 ou devant être réduits en 2011. Ces constats mettent en évidence le caractère contestable d’avoir placé les investissements d’avenir en dehors de la norme de dépenses.
En outre, le défaut d’articulation d’ensemble de plusieurs actions, associé à l’empilement actuel des dispositifs de soutien à la recherche et à l’innovation comporte deux types de risques : un risque opérationnel, le suivi et l’évaluation de projets en multi partenariats reposant sur l’efficacité des opérateurs, au premier rang desquels l’ANR, un risque budgétaire et financier, dès lors que la traçabilité des fonds n’est pas parfaitement assurée et pourrait conduire au financement de dépenses non éligibles et à la création d’emplois publics pp.144-146.
Sur le programme 150 Formation supérieure et recherche universitaire de la mission Recherche et enseignement supérieur, les restes à payer ont augmenté de 558,6 M€ par rapport à 2009 p.167.
La ventilation des crédits gelés s’effectue dans certains cas sans lien avec la programmation prévisionnelle ou la capacité contributive réelle des postes de dépenses concernés. Ainsi, pour la mission Recherche et enseignement supérieur, des charges à caractère inéluctable comme les rémunérations, les bourses, les engagements internationaux supportent des mises en réserve calculées au taux de droit commun de 5% p.175.
3 - La cohérence et la lisibilité des actions à l’épreuve des montages conventionnels

Les objectifs de plusieurs actions se recoupent. L’action « instituts de recherche technologique » vise à constituer un nombre restreint de campus d’innovation technologique de dimension mondiale regroupant sur un même site des établissements de formation, des laboratoires de recherche appliquée publics et privés, des moyens de prototypage et de démonstration industrielle et des acteurs industriels, afin de renforcer les écosystèmes constitués par les pôles de compétitivité. Les objectifs de développement de la recherche partenariale publique privée ainsi que sa valorisation figurent également parmi les objectifs de l’action « Institut Carnot », même si ceux-ci sont plus spécifiquement axés sur les PME PMI et les entreprises de taille intermédiaire (ETI).
L’action « initiatives d’excellence » vise à faire émerger 5 à 10 pôles pluridisciplinaires d’excellence d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial sur le territoire français, qui devront constituer des regroupements territorialement cohérents de tous les acteurs (établissements d’enseignement supérieur, organismes de recherche, entreprises). Des objectifs très proches sont associés à l’action « laboratoires d’excellence », ciblant des laboratoires de rang mondial favorisant l’excellence, la diffusion et l’attractivité internationale de la recherche française, garantissant l’excellence des formations et renforçant la dynamique des sites concernés. La convention relative aux « laboratoires d’excellence » précise que cette action concerne tous les projets de laboratoires, que les porteurs de projets soient ou non partie prenante à une « initiative d’excellence ». Les processus et critères de sélection des candidatures sont en effet identiques dans les deux cas. Plusieurs laboratoires d’excellences peuvent, en outre, faire partie des « instituts de recherche technologique ».
Les conventions « initiatives d’excellence » et « laboratoires d’excellence » précisent que les financements ne sont pas cumulables et comportent un schéma d’articulation des deux processus. En dehors de ces deux actions, le défaut d’articulation générale entre les différentes actions comporte deux types de risques : un risque opérationnel, lié à l’alourdissement des procédures de sélection, de suivi et d’évaluation de projets financés à partir de plusieurs enveloppes, et mesurés à partir d’indicateurs différents selon les actions ; un risque budgétaire et financier, lié à la traçabilité insuffisante des fonds accordés, pouvant conduire à financer des dépenses non éligibles, et à la création potentielle d’emplois publics, les contrats à durée déterminée pouvant se transformer en contrats à durée indéterminée sur des projets de longue durée.
Ces risques sont renforcés pour certaines actions, par l’intervention en « cascade » de plusieurs ensembles d'acteurs : opérateurs de premier rang (ANR), opérateurs de second rang (structures porteuses de projets), opérateurs de troisième rang (par exemple les filiales constituées dans le cadre de l'opération Campus) qui sont eux mêmes susceptibles de contractualiser avec des prestataires ou partenaires. Il devrait en résulter des montages financiers complexes, répartis sur l’ensemble du territoire, souvent imbriqués avec des dispositifs de soutien à la recherche et à l’innovation existants p.186-187.
La mission Recherche et enseignement supérieur
n’inclut ni l’enseignement supérieur artistique, alors que les objectifs associés à ces enseignements sont convergents, ni les crédits « recherche » de la mission ministérielle Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales p.191.
Pour la mission interministérielle Recherche et enseignement supérieur, les données ne présentent pas le même degré de fiabilité selon qu’elles proviennent d’enquêtes ou de bases de données nationales ou internationales ou des remontées d’information des opérateurs. L’absence de contrôle de gestion dans nombre d’établissements fragilise la nature des données produites pour certains programmes p.192.
En 2010, le dispositif de performance est resté peu intégré aux procédures de discussion et de décisions budgétaires. Ainsi pour la mission Recherche et enseignement supérieur, les conférences de budgétisation sont déconnectées des conférences de performance. S’agissant des opérateurs, l’attribution des moyens n’est pas toujours cohérente avec les performances des établissements p.195.
b) Une déclinaison encore imparfaite de la performance au niveau des opérateurs

Malgré ces efforts, des lacunes importantes ont encore pu être relevées sur les éléments de performance remontant des opérateurs. Ainsi, pour les établissements d’enseignement supérieur, ces informations sont fréquemment disparates. L’absence de contrôle de gestion dans nombre d’établissements fragilise la nature des données produites pour certains programmes. Cette situation contribue à expliquer que, pour le programme 150 Recherche et enseignement supérieur, 15 des 28 indicateurs ne soient pas renseignés dans le RAP 2010. Il est dans ces conditions très difficile de mesurer l’effet des politiques publiques menées p.200.

Extraits sur l'Enseignement supérieur dans 
Certification des comptes de l'Etat
112. L’ensemble des ministères dispose désormais d’une structure de pilotage du contrôle interne comptable, rattachée au secrétaire importantes exceptions près (éducation nationale, enseignement supérieur et recherche). Cependant, beaucoup de ministères (éducation nationale, enseignement supérieur et recherche, agriculture) ne se sont pas dotés de moyens suffisants pour exercer pleinement la fonction de pilotage central qui leur échoit, au-delà du seul périmètre de l’administration centrale.
113. A deux exceptions près (éducation nationale, enseignement supérieur et recherche), les ministères ont actualisé leur cartographie des risques pp.29-30.
163. Au 31 décembre 2010, de très nombreux ministères n’avaient pas arrêté de stratégie opérationnelle de développement de la fonction d’audit interne.
164. L’absence de projet de développement d’une telle fonction a encore été relevée dans plusieurs ministères à enjeux (intérieur, éducation nationale, enseignement supérieur et recherche, affaires étrangères et européennes) p.36.
319. Dans le cas de la dotation générale d’équipement des départements ou des bourses de l’enseignement supérieur, le provisionnement de l’engagement de l’Etat dans ses comptes intervient ainsi en amont du dépôt de la demande par les bénéficiaires p.61.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gif Eredmények és fiskális kezelését az állam - pénzügyi év 2010. Számvevőszék, Párizs, 2011. Letöltés Eredmények és fiskális irányítás az állam. Tanúsítása az állami számlák - pénzügyi év 2010. Számvevőszék, Párizs, 2011. Letöltése tanúsítása az állami számlák. Még több...

Posté par pcassuto à 10:16 - - Permalien [#]
Tags :

Projet de création de l'Université de Lorraine, le CNESER dit non

http://www.snesup.fr/themes/snesup/images/logo.pngPremier dossier instruit par le CNESER installé quelques minutes plus tôt, le projet de création de l'Université de Loraine a reçu un camouflet cinglant.
Le projet de décret soumis au CNESER, à la rédaction visiblement expédiée, supprime les universités de l'académie de Nancy-Metz en les fusionnant sous la forme d'un grand établissement, dont les statuts dérogatoires au droit commun aggravent les méfaits déjà largement attestés de la loi LRU.
Ce projet confisque le reste de démocratie universitaire et complexifie l'organisation de ce qui deviendrait un mastodonte bureaucratique (45 composantes, 80 laboratoires, 8 collegium, une dizaine de "pôles scientifiques thématiques"...). Toutes les règles collectives de gestion du nouvel établissement sont renvoyées à un règlement intérieur dont l'adoption est suspendue à la délibération - sous trois mois - d'un conseil d'administration transitoire s'arrogeant les compétences des conseils d'administration, conseils scientifiques et CEVU des quatre établissements fusionnés (les universités Nancy 1-2, Metz et l'INPL) : ainsi 28 personnes nommées par les seuls quatre présidents des établissements tiennent en leurs mains l'avenir de la communauté universitaire de toute l'académie (52 500 étudiants, 3720 enseignants-chercheurs, 3012 BIATOS...).
Après avoir dénoncé les nombreuses dispositions dangereuses de ce projet, le CNESER a enfoncé le clou : proposées en séance, les modifications cherchant à infléchir le texte vers plus de respect de la démocratie et de la collégialité ont toutes été adoptées. Cependant, imposant que l'avis du CNESER soit rendu avant tout débat sur des amendements, le MESR a refusé de tenir compte des propositions adoptées par la suite et de soumettre au vote le texte ainsi amendé. Le SNESUP condamne ce coup de force et exige le respect de l'avis défavorable donné par le CNESER (10 contre, 5 abstentions, 6 pour).
http://www.snesup.fr/themes/snesup/images/logo.png Erster Fall von CNESER gehört installiert ein paar Minuten früher, geplante Gründung der Universität Loraine erhielt einen stechenden Ohrfeige.
Der Entwurf eines Dekrets vorgelegt CNESER, offenbar an die Redaktion geschickt, entfernt die Universitäten der Akademie der Nancy-Metz durch die Zusammenlegung der Form einer großen Institution, deren Satzung befreit Gewohnheitsrecht verschärfen den Schaden bereits gut dokumentiert die LRU
. Mehr...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]