30 juin 2011

Experts de l'AERES

AERESAu cœur de son dispositif d’évaluation, l’AERES mobilise de nombreux experts français et étrangers, issus de disciplines et de cultures variées. Cette rubrique, qui leur est dédiée, regroupe un ensemble d’informations à leur intention.
Profil et missions

Vous êtes expert de l'AERES ou vous souhaitez le devenir, ce qu'il faut savoir :
En quoi consiste votre mission et comment est-encadrée votre intervention ? le rôle de l'expert.
Quelles compétences vous sont demandées ? les qualités attendues de l'expert.
Comment êtes-vous choisi et inscrit ? le processus de désignation des experts.
Êtes-vous formés à nos évaluations ? la formation des experts.
L'AERES prend en charge le transport ainsi que l'hébergement de l'expert et le rémunère en moyenne 200 euros par jour de visite.
Déroulement des évaluations

Consultez les trois types d'évaluation menés par l'AERES :
Evaluation des établissements.
Evaluation des unités de recherche.
Evaluation des formations et diplômes.
Accédez à l'animation du déroulement des évaluations.
Vous souhaitez devenir expert de l’AERES, postulez directement via notre formulaire de candidature en ligne.
Animation déroulement des évaluationsRôle de l’expert
Au cours de l’évaluation, organisée par un délégué scientifique et, le cas échéant, un chargé de projet, il est attendu de l’expert :
- qu’il prenne connaissance de l’ensemble de la documentation remise par l’AERES
- qu’il participe à la visite sur site pour l’expertise des établissements, des unités de recherche et des écoles doctorales, ou aux réunions de comité à l’agence pour les licences et masters
- qu’il prenne part à toutes les réunions de préparation et de restitution de l’expertise
- qu’il apporte sa contribution au projet de rapport d’évaluation.
En plus des responsabilités qui sont les siennes en tant qu’expert, le président du comité doit aussi :
- animer et coordonner les travaux du comité en s’assurant de la mise en oeuvre des procédures de l’agence
- rédiger le projet de rapport à partir des contributions des experts
- participer aux réunions de notation / cotation pour la section des unités
Les interventions de l'expert sont encadrées par la charte de l’évaluation et les règles de déontologie de l’agence. L’expert doit procéder à une expertise impartiale et objective. En acceptant sa mission, il s’engage tout particulièrement à respecter strictement les règles de confidentialité et de secret professionnel et notamment à :
- n’utiliser les informations qui lui sont transmises que dans le cadre et pour les besoins de la mission d’expertise
- signaler à l’agence, lors de sa désignation comme expert, tout élément, de fait ou de droit, susceptible d’entraîner une proximité, une communauté ou un conflit d’intérêts.
Conformément au principe de transparence, il accepte que son curriculum vitae soit rendu public sur le site Internet de l’AERES. Télécharger le statut de l’expert.

Aeres Fil-qalba ta 'evalwazzjoni tagħha, il aeres timmobilizza bosta esperti Franċiżi u barranin, minn dixxiplini differenti u l-kulturi. Din it-taqsima, li hija dedikata lilhom, hija ġabra ta 'informazzjoni għalihom.
Profil u l-missjoni

Inti l-aeres espert jew tixtieq li ssir waħda, għandek bżonn tkun taf:

X'inhi l-missjoni tiegħek u kif huwa d-diskors tiegħek inkwadrati? -rwol ta 'l-espert
. Aktar...

Posté par pcassuto à 23:52 - - Permalien [#]


Poitou-Charente - Adoption du CPRDFP

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Lors de sa session du 27 juin 2001, le Conseil Régional Poitou-Charentes a adopté le CPRDFP 2011 2015. Ce contrat de plan succède au Plan régional de la Formation professionnelle (PRDFP). Il a été élaboré dans le cadre du Comité de coordination régional de l’emploi et de la formation professionnelle (CCREFP) au sein de deux groupes de travail co-présidés par les partenaires sociaux qui se sont réunis d’octobre 2010 à avril 2011. Téléchargez le CPRDFP.
Le premier groupe a définit 6 orientations stratégiques communes déclinées en priorités et axes de travail:
1. Améliorer l'anticipation des mutations économique, sociale, et écologique et renforcer les outils de connaissance du marché du travail et des évolutions des métiers et des qualifications;
2. Améliorer et coordonner le système d'orientation, informer tous les publics en formation initiale et continue.
3. Faire évoluer l'appareil de formation en s'appuyant sur tous les systèmes de formations.
4. …pour lutter contre le décrochage et les sorties du système éducatif sans qualification...
5. …afin de poursuivre la construction de la sécurisation des parcours et élever le niveau de qualification de tous les actifs
6. Rechercher la cohérence des financements et la complémentarité des offres de formation.
Le second groupe a travaillé à partir de 20 diagnostics par groupe formation emploi (GFE) réalisés par l’ARFTLV pour dégager des orientations et priorités en termes de formation initiale (scolaire et par apprentissage) et de formation continue; d’actions à conduire sur l’image des métiers et d’éléments liés à la prise en compte de l’impact du développement durable sur les emplois et les formations.
Les services de l’Etat et de la Région ont ensuite finalisé la rédaction du CPRDFP puis une large concertation a été réalisée auprès de 77 instances ou organisations (CESER, COPIRE, Pays, Pôle Emploi, Organismes de formation, Conseils généraux, Communautés d’agglomération, Pays, Branches professionnelles…). Ce contrat devrait être signé à l’automne par la Présidente du Conseil Régional, le Recteur, le DRAAF et le Préfet de Région avec des engagements déclinant des actions prioritaires.
5. L'enseignement supérieur: le dynamisme des filières techniques et professionnelles

En 2009-2010, près de 47000 étudiants sont inscrits dans l'enseignement supérieur dans la région. C'est 3,2% de plus qu'en 2008. Ils représentent 2,6% de la population régionale. Le taux d’inscription des bacheliers dans l’enseignement supérieur reste plus faible que la moyenne (68,4% contre 74,5% en France métropolitaine), ce qui peut s'expliquer en partie par la proportion importante de diplômés de bacs professionnels dans la région (25% contre 22% en moyenne), qui peuvent s'insérer directement dans la vie active. L'écart se resserre avec la moyenne française: il était de 12 points en 2003 mais seulement de 6 points en 2009.
Accueillis dans 29 sites d'enseignement supérieur répartis sur le territoire, les étudiants sont particulièrement concentrés sur Poitiers, où ils représentent jusqu'à un cinquième de la population. Les filières techniques et professionnelles sont attractives : en 2007, 40,6% des nouveaux bacheliers de la région s'orientent vers des STS ou des IUT (contre une moyenne nationale de 35,1%).
Le diplôme reste une protection contre le chômage : en 2009, 70% des diplômés de Master de l'Université de Poitiers sont en emploi 18 mois après l'obtention de leur diplôme. Parmi eux, 70% sont en CDI. Seuls 10% sont en recherche d'emploi. Malgré des filières universitaires reconnues, 70% à 80% des diplômés du troisième cycle ont quitté la région trois ans après l'obtention de leur diplôme. Le taux de chômage de cette catégorie est de 9,5%, soit près de 4 points de plus que la moyenne nationale.
Focus sur... le Plan « Réussite en Licence »

Les universités de Poitiers et de la Rochelle se sont largement mobilisées dans la cadres du Plan « Réussite en Licence ». L'objectif de ce plan est de favoriser la réussite des étudiants de Licence en développant la professionnalisation des cursus, en renforçant le tutorat, en augmentant le volume horaire de cours et la part des travaux dirigés... A ce titre, les deux universités de la région font partie des universités qualifiées « d'exemplaires » par la Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) At its meeting of June 27, 2001, the Poitou-Charentes Regional Council adopted the 2011 CPRDFP 2015. The contract plan succeeds Regional Plan Training (PRDFP). It was developed as part of the Regional Coordinating Committee for Employment and Vocational Training (CCREFP) within two working groups co-chaired by the social partners who met in October 2010 to April 2011. Download CPRDFP.
5. Higher education: the dynamism of technical and vocational
In 2009-2010, nearly 47,000 students are enrolled in higher education in the region. This is 3.2% more than in 2008. They represent 2.6% of the regional population. The enrollment rate of graduates in higher education is lower than the average (68.4% against 74.5% in France), which can be partly explained by the high proportion of graduates from professional bins in the region (25% against 22% on average), which can be inserted directly into the workforce. More...

Posté par pcassuto à 21:48 - - Permalien [#]

Poitou Charente - Schéma régional pour l'enseignement supérieur et la recherche

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)La Région lance une concertation sur l'enseignement supérieur et la recherche. Voir le diagnostic et le détail des axes portés au débat.
Le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche est un atout pour la croissance de l’économie régionale. Face aux enjeux, la Région a décidé d’élaborer un schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle va lancer un appel à contributions en ligne et organiser, fin septembre 2011, un séminaire d’échange et de réflexion pour adopter le schéma à la session d’octobre.
Dans cette perspective, le conseil régional a arrêté, sur la base d’un diagnostic, huit grandes orientations. La Région veut développer l’accès à l’enseignement supérieur (par une meilleure information et l’accès aux TIC à haut débit, la promotion du DAEU et de l’apprentissage supérieur, l’expérimentation de passerelles pour les titulaires du bac pro..). Elle veut accroître le niveau moyen de diplôme obtenu en luttant notamment contre le décrochage dans le supérieur et la capacité des étudiants à intégrer le marché du travail (professionnalisation des cursus, coopération avec les milieux professionnels, accompagnement à la création d’activité, aides aux stages en milieu rural…).
L’enseignement supérieur et la recherche doivent être maintenus comme des éléments d’aménagement et de développement des territoires (carte des formations, pôles de compétences…). Les établissements d’enseignement et la recherche doivent contribuer davantage à la croissance verte et à l’innovation sociale (nouvelles formations, nouveaux produits, services et procédés). La Région souhaite développer des pôles de recherche d’excellence capables d’accroître leur notoriété nationale et internationale, favoriser le lien recherche-innovation-création d’activités (soutien à l’innovation et à la création d’activités et d’entreprises par les chercheurs et les jeunes diplômés) et la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle verte.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) A régió indít konzultációt a felsőoktatás és a kutatás. adatainak megtekintése a diagnózis és a tengelyek vitte a vitát.
A fejlesztés a felsőoktatás és a kutatás egy eszköz, hogy a növekedés a regionális gazdaság. Szembesülve a kihívásokat, a régió úgy döntött, hogy egy regionális terv a felsőoktatás és a kutatás. Ez vonzó lesz az online hozzájárulások és szervezésében szeptember végéig 2011 szemináriumot eszmecsere és vita, hogy fogadja el a rendszer az októberi ülésen.
Ebből a szempontból a Regionális Tanács elfogadta alapján a diagnózis, nyolc irányvonalakat. A régió szeretné bővíteni a felsőoktatáshoz való hozzáférés. Még több...

Posté par pcassuto à 21:40 - - Permalien [#]
Tags :

Un député propose la suppression des concours enseignants

Par Aurélie Collas. Supprimer les concours enseignants ? Certains hauts fonctionnaires de l'éducation le pensent tout bas, un élu de la majorité le dit tout haut. Pour Jacques Grosperrin, député UMP du Doubs, cette petite révolution est l'aboutissement inévitable de la réforme de la formation initiale des maîtres, qui a conduit, depuis 2010, à élever le niveau de qualification de la profession de la licence (bac+3) au master (bac+5).

Cette proposition a été adoptée, mercredi 29 juin, par la mission d'information "sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants". Dans son rapport, que Le Monde s'est procuré, Jacques Grosperrin estime que le concours n'a plus lieu d'être : "Il forme avec le master deux voies d'entrée dans le métier, parallèles et autonomes, aucune n'ayant prise sur l'autre". Il propose ainsi de dispenser les étudiants de concours. Diplômés d'un master 2, ils seraient recrutés "par les autorités académiques ou les établissements, sur la base d'un entretien professionnel", comme cela se pratique déjà dans plusieurs pays anglo-saxons.
Mais "l'opinion publique n'est pas prête pour une transformation aussi radicale", reconnaît le député. L'ultime étape de la réforme ne devrait donc pas intervenir avant dix ans, voire quinze ans. En attendant, M. Grosperrin préconise de supprimer l'agrégation "externe", ouverte aux diplômés d'un master, pour ne garder que l'agrégation "interne", accessibles aux professeurs certifiés ayant cinq ans d'ancienneté. "Le maintien d'une seconde voie d'entrée dans le métier ne se justifie plus, à l'heure du recrutement généralisé des enseignants à bac+5", estime-t-il.
Dans le grand bain sans apprentissage

Conçue en 2008 par Xavier Darcos, le précédent ministre de l'éducation nationale (qui assurait d'ailleurs en 2009 que les concours ne seraient jamais supprimés), la "mastérisation" est vivement contestée. Les critiques, quasi unanimes, portent sur la suppression de la formation pratique des futurs enseignants. La réforme a confié leur formation aux universités et a mis fin à l'année en alternance dans les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM). "Les lauréats de la session 2010 ont été jetés dans le grand bain sans avoir appris leur métier", déplore l'élu UMP.
Après avoir auditionné une centaine de personnes au cours des trois derniers mois, il en est arrivé à la conclusion qu'il fallait "professionnaliser" la formation. Les universités devraient revoir l'architecture de leurs masters "Enseignement et formation" pour accorder plus de place à la pédagogique, à la didactique, aux sciences cognitives.
Sans "cadrage national", les masters ont été conçus avec le seul souci de diversifier les débouchés professionnels pour les étudiants qui échouent au concours. De fait, ils sont trop "larges". Jacques Grosperrin propose de "spécialiser" les masters par niveau scolaire. Il y aurait ainsi des masters "école maternelle", "collège et lycée général", "enseignement professionnel"…
Les stages, actuellement facultatifs – et donc quasi virtuels, car les étudiants préfèrent préparer les concours plutôt que d'effectuer les six semaines de stage prévues en master 2 – deviendraient obligatoires. Les masters seraient ainsi fondés sur "une véritable alternance entre la pratique professionnelle et les enseignements", lit-on dans le rapport. A la rentrée, des aménagements sont prévus en ce sens. Le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, avait annoncé, en mai, l'expérimentation de formations en alternance. Celle-ci s'appliquera dans une trentaine d'universités et concernera un millier d'étudiants. Un chiffre qui paraît limité sur les 40 000 candidats qui se sont présentés aux concours enseignants cette année.
Permezz Collas Aurelie. Elimina l-għalliema tal-kompetizzjoni? Xi uffiċjali ta 'edukazzjoni għolja jemmnu li l-whisper, wieħed elett mill-maġġoranza msemmija b'leħen għoli. Għal Jacques Grosperrin, UMP Doubs, din ir-rivoluzzjoni hija r-riżultat inevitabbli ta 'l-riforma tat-taħriġ inizjali tal-għalliema, li wassal sa mill-2010, biex jgħollu l-livell tal-ħiliet tal-professjoni tal-liċenzja (BAC 3 ) lill-kaptan (BAC 5). Aktar...

Posté par pcassuto à 18:45 - - Permalien [#]

Le doctorat nouveau est arrivé

Par Olivier Rollot. "Un modèle où le doctorat sera le diplôme phare et la recherche un moteur", c'est ainsi que Valérie Pécresse, alors ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, prônait le développement du doctorat en France dans un entretien paru en janvier dans notre hors-série "Le Guide des masters et MBA".

A cet effet, et sous l'impulsion de la Confédération des jeunes chercheurs, le ministère a créé des contrats doctoraux qui ouvrent différents droits dont ceux à la retraite et attestent d'au moins trois ans d'expérience professionnelle dans le public ou le privé. "Reste à ce que cette formation par la recherche soit reconnue dans les conventions collectives. Les entreprises doivent mieux reconnaitre les connaissances et les compétences qu'il y a derrière le doctorat", insistait encore la ministre.
Des compétences à valoriser

Et pour que les docteurs soient encore plus pros, les universités leur demandent aujourd'hui de suivre des cours pour compléter leurs compétences disciplinaires. "Depuis l'année dernière, nous avons rendu obligatoires des cours d'anglais pour nos 390 doctorants, explique ainsi Pauline Dreux-Palassy, qui dirige le département de la recherche et de la valorisation de l'université de Cergy-Pontoise. Certains, notamment dans les sciences expérimentales ont un excellent niveau mais d'autres, notamment en droit, ont moins l'occasion de pratiquer l'anglais. Il nous fallait imposer à tous d'acquérir un niveau suffisant pour s'intégrer ensuite sur le marché du travail."
Même volonté à l'université de Nantes (1400 doctorants), où chaque doctorant suit 100 heures de cours dont la moitié est disciplinaire et l'autre consacrée à la rédaction d'un CV ou au montage d'un projet financier. "Avec le soutien de l'Intelli'agence (ex-association Bernard Grégory), nous organisons aussi des 'Doctoriales' dans le cadre desquelles nos doctorants de toutes disciplines travaillent ensemble sur des projets innovants susceptibles d'intéresser des entreprises", explique Agnès Florin, responsable du collège doctoral Nantes-Atlantique.
Les doctorants peuvent également réaliser une mission complémentaire, dite "doctorants expert", pour laquelle ils consacrent 32 jours de travail à une entreprise de la région. "C'est un dispositif peu coûteux et très efficace pour qu'une entreprise et un doctorant apprennent à se connaître", insiste Agnès Florin.
Comment amener les ingénieurs vers le doctorat ?

Si les ingénieurs bénéficient en France d'une grande aura, un petit séjour en Allemagne les déçoit vite quand ils se rendent compte qu'ils passent derrière les ingénieurs-docteurs. Et c'est le cas dans beaucoup d'autres pays. Les grandes écoles d'ingénieurs mettent donc aujourd'hui tout en œuvre pour pousser leurs élèves à poursuivre leur cursus trois ans de plus. "A l'ESTP, nous avons aujourd'hui 15 thésards en contrat Cifre dans le cadre de notre Institut de la constructabilité mais aucun n'est encore ingénieur de l'ESTP, explique Florence Darmon, la directrice de l'école parisienne spécialisés dans le bâtiment et les travaux publics. Pour les motiver à poursuivre leur cursus, nous devons obtenir des entreprises qu'elles les rémunèrent au même niveau que des salariés." Et elles devraient y trouver leur compte selon elle : "Avoir des ingénieurs chercheurs permettra aux entreprises de mieux faire communiquer ces deux mondes."
Une approche que reprend Olivier Fourure, directeur de la grande école d'ingénieurs aéronautique qu'est l'Isae de Toulouse (issue du rapprochement de l'Ensica et de Sup Aéro) : "Nous avons plus de 200 thésards dont 15 % issus des rangs de l'école. Mais ce chiffre monte depuis que nous initions, dès leur première année, nos élèves à la recherche en les amenant à aller dans nos laboratoires." Et d'insister : "Nous sommes un secteur qui a particulièrement besoin d'innovation et nos ingénieurs trouvent en thèse les méthodes qui permettront à notre industrie aéronautique de rester un leader mondial."
Un véritable 3e cycle de formation à la recherche

"Un docteur c'est quelqu'un de créatif, qui sait sortir du moule, qui arrive à se moduler en fonction des besoins de l'entreprise grâce à sa formation universitaire, confirme Pauline Dreux-Palassy. A nous de leur donner les armes pour faire valoir leurs qualités face aux ingénieurs. A les aider à passer d'un projet passionnel, leur thèse, à un projet professionnel." Et les thésards ont des compétences à faire valoir dont ils n'ont eux-mêmes peu conscience. "Dans le cas d'un scientifique, il aura par exemple appris à négocier avec des fournisseurs ou à faire du management ", reprend Pauline Dreux-Palassy.
La réputation des thésards de ne jamais finir leur thèse est aussi en passe d'être totalement dépassée. "Aujourd'hui en moyenne les thèses dans notre université durent un peu plus de quatre ans et nous travaillons pour arriver progressivement aux trois ans pour tous, ce qui n'est pas loin d'être le cas dans les disciplines scientifiques alors qu'on se rapproche plutôt des cinq ans en sciences humaines et sociales", commente Agnès Florin. Mais il faut aussi compter avec des personnes en activité auxquelles on donne plus de temps.
"Avec sa réduction à trois ans et l'obligation de suivre certains cours la thèse a changé de statut pour devenir un véritable troisième cycle de formation à la recherche, conclut Laurent Batsch, président de l'université Paris-Dauphine. Ce n'est plus l'œuvre d'une vie mais un apprentissage qui sera utile au doctorant, qu'il devienne lui-même enseignant-chercheur ou qu'il se destine à des services d'études en entreprise. L'image du 'doux rêveur' qui collait au thésard est totalement dépassée et on comprend bien maintenant que la thèse est une formation de l'esprit professionnalisante."
By Olivier Rollot. "A model where the doctoral degree will be the flagship and the search engine," is how Valerie Pécresse, Minister of Higher Education and Research, advocated the development of a PhD in France interview published in January in our special issue "The Guide to MBA and masters."
For this purpose, and under the leadership of the Confederation of young researchers, the Department has established doctoral contracts that open various rights including retirement and demonstrate at least three years professional experience in public or private ". remains that this research training is recognized in the collective agreements. Companies need to better recognize the knowledge and expertise is behind the doctorate," still insisted the minister
. More...

Posté par pcassuto à 18:36 - - Permalien [#]

Le Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires, réalisé par Laure Dieudonné et Nadège Labé

http://sites.univ-provence.fr/webtv/img/banniere_titre.gifTélé Campus Provence vous invite à découvrir le dernier film mis en ligne sur la chaîne 1 "Vie de l'Université".
Le DAEU, diplôme d'accès aux études universitaires, Bac de la seconde chance, le sésame de l'ascension sociale.
Vous rêvez de reprendre vos études, passer des concours administratifs, élargir votre culture générale, Le DAEU est pour vous. Lien direct vers la vidéo: http://sites.univ-provence.fr/webtv/.
Réalisation: Laure Dieudonné, Nadège Labé. Images: Nadège Labé. Son: Laure Dieudonné. Montage: Nadège Labé. Chargée de Production: Marie-Christine Bousquet. Communication TCP: Anne-Marie Boudet. Date: 06 2011. Durée: 10 mn. © Télé Campus Provence.
http://sites.univ-provence.fr/webtv/img/banniere_titre.gif Campus TV Provence meghívja Önt, hogy felfedezze a legújabb film közzétett egy lánc "Life Egyetem".
Az USDA, mértéke a hozzáférés az egyetemi, Bac második esélyt, szezám a felfelé irányuló társadalmi mobilitás.
Ön álma, hogy visszatérjen az iskolába, át versenyvizsgák alapján, bővítse az általános ismeretek, az USDA az Ön számára. Közvetlen link a videó: http://sites.univ-provence.fr/webtv/ . Még több...

Posté par pcassuto à 17:16 - - Permalien [#]

AFPA

Le personnel de l’Association Professionnelle des Adultes, l’AFPA, était de nouveau en grève le 23 juin à l’appel des syndicats.
L’AFPA qui doit désormais affronter la concurrence du marché de la formation connait de profonds bouleversements. Ainsi la mise en œuvre prochaine d’un plan « stratégique », l’évolution de ses statuts, l’éloignement à grande vitesse des financements de l’Etat, qui lui garantissaient un certain confort sont autant de sujets qui déstabilisent une institution qui se trouve de plus en plus banalisée. Les syndicats demandent le retrait du « plan stratégique » sensé pérenniser les actions de l’AFPA et surtout sa place prépondérante sur le marché de la formation.
L’association est toujours membre du « service public de l’emploi » placé sous la responsabilité de l’Etat . SPE qui a perdu de son influence au profit des régions qui ont en charge le financement de la formation et qui, assez rapidement, ont pris en main la création de « services publics régionaux de formation ». L’AFPA est ainsi soumise aux appels d’offres publics comme l’ensemble des opérateurs du marché même si elle fait partie des partenaires des Services Public Locaux de l’emploi gérés…par les sous-préfets.
On pourrait penser que l’institution bénéfice d’un  avantage concurrentiel  résultant de sa longue pratique au service de l’Etat. Les services actuels sont cependant différents de ceux qui étaient. En effet, auparavant l’AFPA était un ensemblier capable d’orienter, de former et même de nourrir et d’héberger des cohortes  de travailleurs demandeurs d’emploi ou en reconversion professionnelle. Les psychologues du travail chargés de l’orientation ont migré à Pôle emploi, tête de pont du SPE d’Etat, et les besoins logistiques des stagiaires ne nécessitent plus l’entretien  de services dépassés..
Au niveau pédagogique, l’AFPA ne dispose plus que d’un dispositif réduit d’étude qui ne lui permet plus d’être significative ou novatrice. Les régions ont pour la plupart, là aussi,  pallié. L’avenir de l’AFPA semble bien sombre. Toutefois, ce déclin ne semble pas toucher les services aux demandeurs d’emploi et aux salariés qui bénéficient de la réactivité et de la proximité des très nombreux opérateurs en formation qui présentent une offre adaptée et de qualité.
Voir aussi: AFPA: remaniement dans le management, De nouveaux statuts pour l'AFPA, Transfert du patrimoine de l’Afpa, Afpa, Greta et Universités unis pour former jeunes et demandeurs d’emploi en PACA, Le bureau de l'AFPA au château de Béhoust, Formation adulte : le service d'orientation de l'Afpa transféré à Pôle emploi, Suppression, dès le 1er janvier 2009, de l’habilitation générale et permanente formation et certification de l’AFPA, L'AFPA à la loupe du Conseil de la Concurrence.

Kellna ħafna risposti għall-artikolu reċenti tagħna dwar il-AFPA. Il-persunal ta 'l-Assoċjazzjoni Professjonali għall-adulti, l-AFPA kien biex joħloq mill-ġdid 23 Ġunju l-appell ta' unjonijiet.
AFPA issa jridu jikkompetu fis-suq tat-taħriġ qiegħed għaddej minn bidliet profondi.
U l-implimentazzjoni li jmiss ta 'pjan "strateġiċi" bidliet l-istatuti tagħha, id-distanza fil-finanzjament ta' veloċità għolja mill-istat, li garantiti lilha kumdità ċerti kwistjonijiet kollha li tiddestabilizza l-istituzzjoni li huwa dejjem aktar komuni. Unions sejħa għall-eliminazzjoni tal-"pjan strateġiku" sensibbli ssostni l-azzjonijiet ta 'l-AFPA u speċjalment post prominenti fis-suq ta' taħriġ. Aktar...

Posté par pcassuto à 01:11 - - Permalien [#]

La Commission européenne souhaite moderniser la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles

http://www.secteurpublic.fr/templates/secteurpublic/images/head.jpgLa Commission européenne souhaite, en concertation avec les parties intéressées, moderniser la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles (directive 2005/36/CE).
Comme le souligne M. Michel Barnier, commissaire chargé du marché intérieur, «l'actualisation de cette directive est l'une des priorités de l'Acte pour le marché unique; elle contribuera à renforcer la compétitivité de l'économie européenne, tout en stimulant la croissance et la création d'emplois. Les professionnels doivent pouvoir se rendre plus facilement là où il existe des possibilités de travail. Dans le cadre de ce processus de modernisation, nous examinerons un certain nombre de points importants, dont la création d'une carte professionnelle européenne pour les professions intéressées et la révision des exigences de formation pour certaines professions».
Le livre vert propose non seulement des solutions inspirées de succès antérieurs, mais aussi de nouveaux moyens de renforcer la mobilité. Ainsi, la création d'une carte professionnelle, fonctionnant en liaison étroite avec le système d'information du marché intérieur (IMI), pourrait faciliter considérablement la reconnaissance des qualifications professionnelles dans les autres États membres. La carte professionnelle délivrée au professionnel par l'autorité compétente de son État membre d'origine lui tiendrait lieu de justificatif (attestant la possession des qualifications nécessaires et de l'autorisation d'exercer) qu'il pourrait faire valoir auprès de clients, d'employeurs ou d'autorités compétentes dans un autre État membre.
De même, les parties intéressées sont invitées à se prononcer sur la possibilité d'utiliser de nouvelles plates-formes communes pour faciliter la mobilité des professionnels qui ne bénéficient pas de la reconnaissance automatique, en s'appuyant sur des critères de qualification définis en commun. Ces plate-formes pourraient permettre d'aplanir les différences entre les exigences de formation.
Par ailleurs, les exigences minimales de formation applicables à certaines professions (les architectes et certaines professions de santé) pourraient être révisées. À cet effet, il pourrait être nécessaire de procéder à certains ajustements concernant la durée et le contenu des formations ainsi que les compétences linguistiques requises pour les professions de santé. La légitimité de la reconnaissance automatique des qualifications s'en trouverait renforcée. Les parties intéressées sont invitées à répondre à la consultation avant le 20 septembre 2011. La Commission organisera ensuite une conférence de haut niveau le 7 novembre 2011. Une proposition législative est prévue pour décembre 2011.
Contexte

Le livre vert a pour objet de recueillir l'avis des intéressés quant à la modernisation de la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles (directive 2005/36/CE). Le principal objectif visé, à savoir faciliter la mobilité professionnelle des citoyens de l'UE, fait partie des douze leviers de croissance proposés par la Commission dans l'Acte pour le marché unique (IP/11/469). Ce livre vert fait suite à un rapport sur les résultats concrets de la directive (IP/10/1367) et à une première consultation publique de nature technique lancée en janvier 2011 (IP/11/14). Un rapport d'évaluation final et une synthèse des réponses à cette première consultation seront publiés d'ici la fin juin. Pour en savoir plus: ec.europa.eu.
http://www.secteurpublic.fr/templates/secteurpublic/images/head.jpg The European Commission would, in consultation with stakeholders, to modernize the Directive on the recognition of professional qualifications (Directive 2005/36/EC).
As Mr Michel Barnier, Commissioner for Internal Market, "the update of this directive is a priority of the Act for the single market and will contribute to strengthening the competitiveness of the European economy, while stimulating growth and job creation
. More...

Posté par pcassuto à 00:10 - - Permalien [#]

L'emploi territorial en Provence-Alpes Côte d'Azur

http://www.cnfpt.fr/site/images/national/entetes/entete-etablissement.jpgUne étude a été élaborée par l'Observatoire de l'emploi, des métiers et des compétences du CNFPT. Deux approches ont été privilégiées:
- une approche statistique de l'emploi territorial en PACA avec des éléments de comparaison avec le niveau national et un éclairage particulier sur les collectivités de chaque département
- une approche prospective sur la perception des caractéristiques de l'emploi territorial dans la région, des besoins de recrutement et de qualification des personnels.
A partir de l'analyse ainsi réalisée, le CNFPT a identifié des pistes d'action à proposer aux collectivités locales regroupées autour de trois axes d'évolution : celles des politiques locales, des politiques publiques locales et de l'emploi et les besoins de professionnalisation.
La délégation régionale Provence-Alpes Côte d'Azur du CNFPT se propose notamment:
- d'accompagner les démarches de mutualisation issues de la restructuration des intercommunalités ainsi que les projets d'administration et de services des collectivités
- d'intégrer la dimension de développement durable à l'ensemble des domaines de l'offre de formation
- de développer la professionnalisation des agents dans plusieurs secteurs (acquisition d'une culture administrative territoriale, accueil, hygiène et sécurité, dimension environnementale, marchés, commande publique, veille juridique, conduite de projet)
- d'apporter leur appui aux collectivités pour répondre à la problématique d'usure professionnelle, de reclassement et de prévention des risques.
« On observe une évolution des attentes des collectivités en matière de formation. La demande à l'égard du CNFPT s'oriente de plus en plus vers une mutualisation des formations et un lieu d'observation et de partage des démarches et outils expérimentés », conclut l'étude. Globalement, les besoins de professionnalisation évoqués par les collectivités de Provence-Alpes-Côte d’Azur portent sur les savoirs de base, l’acquisition d’une culture administrative et territoriale, les fonctions d’accueil, l’hygiène et la sécurité, la dimension environnementale, les marchés, la commande publique et la veille juridique, la conduite de projet et d’opération, et l’ingénierie et la coordination en matière de politiques publiques.
Vous trouverez une analyse quantitative de l'emploi territorial en Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le rapport intitulé « Emplois et Métiers territoriaux au 31/12/2009 » et un résumé de cet état des lieux statistique dans une synthèse de 4 pages. Un second rapport prospectif, élaboré à partir d’entretiens auprès des acteurs locaux, présente l’évolution de l’emploi et de la formation au regard des enjeux de développement de la région et des politiques publiques engagées. Ce rapport prospectif est résumé dans une synthèse de 4 pages.
http://www.cnfpt.fr/site/images/national/entetes/entete-etablissement.jpg A tanulmány által kidolgozott Foglalkoztatási Megfigyelőközpont, szakmák és készségek CNFPT. Meg fogja találni a mennyiségi elemzése a területi foglalkoztatási Provence-Alpes-Cote d'Azur "című tanulmány" A foglalkoztatás és a kézműipar 31/12/2009 területi"és egy összefoglaló az e nyilvántartást a statisztikai szintézise 4 oldal. A második leendő jelentés, húzott interjúk a helyi szereplőkkel, bemutatta alakulását a foglalkoztatási és képzési ügyekkel kapcsolatban a regionális fejlesztési és a közpolitikák szó. Ez a jövőkép jelentés foglalja össze egy szintézisét 4 oldal. Még több...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :