19 juin 2011

FPSPP, Editorial n°10 du 15 juin 2011

http://www.fpspp.org/portail/LOGO%20FPSPP%20moyen.jpgLe FPSPP vient de publier sur son site 4 nouveaux appels à projets intéressant les DOM: - CIF CDD, - CIF Publics cibles, - OPACIF chômage partiel, - CRP.
Ces  appels à projets s’inscrivent dans le cadre des opérations prévues par l'annexe financière 2011 à la Convention-cadre entre le FPSPP et l’Etat 2010-2012, signée entre le FPSPP et l'Etat le 18 janvier 2011. Ce sont les adaptations aux DOM des appels à projets déjà publiés sur le site du FPSPP pour les opérations concernant le territoire métropolitain. Ainsi, ils intègrent quelques modifications concernant les dates et montants, l’absence d’un cofinancement du FSE, et la restriction à la CRP  en l’absence de CTP sur le territoire des DOM.  
Le FPSPP poursuit l'examen des projets territoriaux: A fin mai, 54 projets territoriaux ont été programmés et notifiés pour un montant global pris en charge par le FPSPP de 27_293_737€. Le budget total de ces 54 projets est de 59,7M€. La différence, soit 32,4M€ est prise en charge par les OPCA/OPACIF porteurs des projets à raison de 18M€, et par d'autres co-financeurs pour 14M€ (dont 6,5M€ par des Conseils régionaux). Lors du Conseil d'administration du 8 juin 2011, huit nouveaux dossiers ont été programmés pour un montant de 7_107_021€.
A ce jour, les dossiers programmés, au nombre de 62, s'élèvent à 34_400_758€. La Commission « Sécurisation des Parcours Professionnels » de la fin du mois de juin examinera encore quelques projets qui seront présentés au Conseil d'administration du FPSPP du 7 juillet 2011.
Cette même commission travaillera sur les dossiers CRP/CTP (3 dossiers ont été programmés lors du dernier Conseil d'administration et 5 autres seront présentés pour programmation début juillet), et sur les dossiers OPCA/OPACIF chômage partiel qui sont en cours d'instruction.    
Concernant les fonds réservés, le Bureau du 12 mai 2011, mandaté par le Conseil d'administration du FPSPP,  a procédé à l'attribution de 237M€ de fonds réservés à 14 OPCA. Le FPSPP a précisé dans son courrier d'attribution qu'au delà de ces dotations, les OPCA attributaires pourraient faire valoir des demandes complémentaires, selon les besoins de financement de la professionnalisation, dans le respect des critères habituels d'éligibilité. Le FPSPP s'est engagé à les instruire selon une procédure accélérée, sous quinze jours. L'objectif est d'accompagner les OPCA dans leur politique de développement de la professionnalisation qui est une priorité tant pour l'Etat que pour les partenaires sociaux. Du 1er janvier au 31 mai 2011, le FPSPP a déjà procédé au versement de 71M€ de fonds réservés  aux OPCA.
Le même Bureau du 12 mai a adopté le projet d'accord entre l'Etat et le FPSPP relatif au financement de la Rémunération de Fin de Formation (R2F) sur 2011, ainsi que le projet de convention de mise en oeuvre de cet accord entre l'Etat, Pôle Emploi et le FPSPP. Cet accord prévoit le financement de la R2F "à titre exceptionnel à hauteur maximale de 160M€, à parité entre l'Etat et le FPSPP, sur la base de 30 000 entrées dans le dispositif en 2011". Bernard Abeillé, Directeur Général du FPSPP.
%% Http://www.fpspp.org/portail/LOGO 20FPSPP 20moyen.jpg A FPSPP most közzétett a honlapján kéri, négy új projektek DOM: - CIF CDD - CIF Célközönség - OPACIF részleges munkanélküliség - CRP.
Ezek a pályázati felhívások részét képezik a tranzakciók által tervezett pénzügyi mellékletében a 2011-es keretegyezmény FPSPP között 2010-2012 és az állam által aláírt az állam és FPSPP január 18, 2011.
Ezek a kiigazítások DOM kéri projektek már közzé honlapján FPSPP műveletek a kontinensen. Így is változtatásokat illetően időpontja és összege, a hiánya az ESZA társfinanszírozás, valamint a korlátozás a CRP hiányában CTP területén DOM. Még több...

Posté par pcassuto à 20:43 - - Permalien [#]


Les DIRECCTE/DIECCTE : une approche globale pour un meilleur accompagnement des entreprises

http://www2.formanoo.org/jsp/styles/defaut/img/logo.jpgLes DIRECCTE ont été mises en place en 2010. Elles constituent en région l'interlocuteur unique pour les entreprises. Dans les DOM, ces Directions s’intitulent DIECCTE et non DIRECCTE. Elles ont ont été mises en place depuis le 1er janvier 2011 dans les cinq départements d’Outre-mer.
Créées dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), programme de modernisation de l'action de l'Etat lancé en 2007, les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi constituent dans chaque région une entité unique qui regroupe huit directions ou services issus du ministère de l'Economie, des Finances, et de l'Industrie et du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé.
Créées par le décret n°2010-1852 du 17 décembre 2010, les DIECCTE, Directions des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi procèdent de « la fusion » des directions et services préexistants. Elles exercent des missions qui relèvent à la fois de services déconcentrés régionaux et départementaux en Métropole. Ainsi, les DIECCTE ne comprennent ni Directions départementales interministérielles (DDI) ni unités territoriales.
Un service à vocation interne est chargé de fonctions supports et transverses. L'objectif est de mettre en place au niveau régional un nombre de Directions resserré pour assurer dans chaque région un pilotage coordonné des différentes politiques publiques de l'Etat. Les équipes de la DIECCTE peuvent agir en synergie et proposer un accompagnement qui couvre tous les aspects de la vie d'une entreprise : création, transmission, innovation, compétitivité, export, gestion des compétences, sauvegarde de l'emploi...
Les principaux champs d'intervention des DIECCTE sont comme en Métropole:
la politique du travail et des actions d'inspection de la législation du travail, le développement des entreprises et de l'emploi, de l'innovation et de la compétitivité des entreprises en France et à l'étranger, la formation professionnelle, l'industrie, le contrôle du bon fonctionnement des marchés et des relations commerciales entre entreprises, la mise en œuvre des politiques relatives à la protection et à la sécurité des consommateurs, la métrologie. Egalement : les missions de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), notamment en matière de sécurité des consommateurs (en dehors des Direccte en Métropole).
Structuration des DIECCTE en trois pôles, comme dans les DIRECCTE, correspondant à leurs trois grands champs d'intervention :

- pôle T, pôle « Politique du Travail » : il est chargé de l'application de la politique du travail, aussi bien dans le champ de l'inspection du travail que celui de l'amélioration de la qualité du travail et des relations sociales
- pôle  3 E, pôle « Entreprises, Emploi et Economie» : il est chargé du développement économique en faveur des entreprises et du développement de l'emploi et des compétences en faveur des salariés et des demandeurs d'emploi
- pôle C, pôle « Concurrence, Consommation, Répression des fraudes et Métrologie » : il veille au respect des règles relatives à la concurrence, à la protection économique et à la sécurité des consommateurs et à la métrologie légale
http://www2.formanoo.org/jsp/styles/defaut/img/logo.jpg A DIRECCTE vezették be 2010-ben. Ezek a területen stop shop a vállalkozások számára. A DOM, ők nevezik magukat megközelíthetősége DIECCTE nem DIRECCTE. Ők léptek életbe január 1-jétől 2011 öt osztályok tengerentúlon. Létrehozta az általános politikai Review (RGPP) program korszerűsítésére az állam cselekvési 2007-ben elindított, a regionális társaságok, a verseny, a fogyasztás, a munkaerő és a foglalkoztatás minden régióban egy egységes szervezet, amely nyolc osztályok vagy szolgáltatásokat a minisztérium Gazdasági, Pénzügyi és Ipari Minisztérium és a Munkaügyi, Foglalkoztatási és egészség. Még több...

Posté par pcassuto à 03:10 - - Permalien [#]

La formation professionnelle passée à la loupe

http://www.lesechos.fr/medias/2011/06/14/175905_0201433849468_web.jpgPar Laurence N'Kaoua. A l'aube du 40e anniversaire de la loi Delors, premier grand texte légiférant sur la formation professionnelle, l'Association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) a mené l'enquête au plus près du terrain. Une étude Ipsos-Logica Business Consulting, révélée en exclusivité dans « Les Echos », dévoile les perceptions de 4.395 salariés et de 400 chômeurs. En voici les principaux enseignements.
1 Des salariés moins formés

Crise oblige, les employeurs ont moins formé leurs équipes: 37 % des salariés déclarent avoir reçu une formation au cours des douze derniers mois, au lieu de 44 % en 2006. Plus inquiétant, un sondé sur quatre (26 %) déclare ne jamais avoir été formé. « Cette part croît de façon symétrique: ils étaient 20 % il y a cinq ans », indique Anne Leroux, directrice d'études d'Ipsos Loyalty.
2 Un accès moindre à partir de 40 ans

Plus de 40 % des salariés âgés de 25 à 40 ans ont bénéficié d'une formation. Un chiffre qui tombe à moins de 35 % pour les quadras. « Plusieurs études ont souligné un accès moins fréquent à la formation pour les seniors. Mais nous nous attendions à ce que cela ne concerne les collaborateurs qu'à partir de 50 ans », affirme Philippe Caïla, directeur général de l'Afpa. Or, renchérit Anne Leroux, « dès 40 ans, les collaborateurs ne semblent plus évoluer dans leurs postes ».
3 Des outils jugés utiles

78 % des sondés ont jugé leur formation « utile dans l'exercice quotidien de leur métier ». « C'est un premier paradoxe, souligne Philippe Caïla. Les entreprises ont eu moins recours à ces outils alors même qu'ils sont davantage plébiscités par les collaborateurs.  »
4 Un levier pour motiver

Selon l'étude, les salariés les mieux formés sont aussi les plus motivés. Pour discuter de formation, les collaborateurs se tournent davantage vers leurs responsables directs (56 %) que vers les services des RH (20 %). « La formation, longtemps perçue comme une obligation légale, est désormais un outil de management », poursuit Philippe Caïla.
5  L'e-learning ne décolle pas

L'art et la manière de former n'ont guère évolué : dans 84 % des cas, les collaborateurs apprennent en groupe dans une salle auprès d'un formateur. L'e-learning n'a toujours pas fait ses preuves, ne pesant que 3 % des formations en un an.
6 Un déficit d'information

Face au maquis d'acteurs, d'offres et de dispositifs de la formation professionnelle, le déficit d'information demeure, malgré les injonctions de la loi de novembre 2009. Seul un salarié sur deux s'estime bien informé sur ses droits (56 %), l'offre de formation (52 %) ou les dispositifs en place (51 %).
7 à peine un chômeur sur trois

De même, près de la moitié des sondés (47 %) ont connu une période de chômage dans les cinq dernières années. Or seul un tiers d'entre eux ont bénéficié d'une formation. « C'est faible », déplore Philippe Caïla. D'autant que, parmi eux, 61 % déclarent qu'un tel apprentissage leur a pourtant permis de retrouver un emploi.
8 Encore des laissés-pour-compte

32 % des salariés n'ayant jamais été formés estiment « ne pas avoir de besoin de formation ». « Sans doute est-ce culturel. En France, la formation initiale tient lieu de viatique », commente Philippe Caïla. Mais, à ses yeux, « la formation fait partie de l'hygiène professionnelle. Il faut que l'entreprise prenne en charge des politiques plus actives ».
L’article 1er de la loi « Delors » du 16 juillet 1971
« La formation professionnelle permanente constitue une obligation nationale. Elle comporte une formation initiale et des formations ultérieures destinées aux adultes et aux jeunes déjà engagés dans la vie active ou qui s’y engagent. Ces formations ultérieures constituent la formation professionnelle continue. La formation professionnelle continue fait partie de l’éducation permanente. Elle a pour objet de permettre l’adaptation des travailleurs au changement des techniques et des conditions de travail, de favoriser leur promotion sociale par l’accès aux différents niveaux de la culture et de la qualification professionnelle et leur contribution au développement culturel, économique et social ».
Voir sur le blog: Enquête AFPA: l'accès à la formation professionnelle reste inégalitaire, 40 ans de formation professionnelle: tout ça pour ça!, Les 40 ans de l'ANI du 9 juillet 1970.

http://www.lesechos.fr/medias/2011/06/14/175905_0201433849468_web.jpg Minn Laurence N'Kaoua. Fil-bidu ta 'l-40 anniversarju ta' l-Delors-liġi, l-ewwel kbira test leġiżlazzjoni dwar it-taħriġ professjonali, l-Assoċjazzjoni għat-Taħriġ Vokazzjonali Adulti (AFPA) mwettqa l-istħarriġ kif viċin l-art . Studju minn Business Consulting Ipsos-LOGICA, żvelat esklussivament "Les Echos", tiżvela l-perċezzjonijiet ta '4395 impjegat u 400 qiegħda. Hawn huma l-lezzjonijiet ewlenin.
Inqas impjegat mħarrġa
Forzi kriżi, dawk li jħaddmu huma timijiet iffurmati anqas tagħhom: 37% ta 'impjegati rapport li rċieva taħriġ matul l-aħħar tnax-il xahar, minflok ta' 44% fl-2006. Aktar inkwetanti, wieħed minn kull erba (26%) qal li qatt ma ġew iffurmati. "Din l-idejn tikber b'mod simetriku: kienu 20% ħames snin ilu," qal Anne Leroux, direttur ta 'riċerka għall-lealtà Ipsos. Ara l-blog: Stħarriġ APMA: Aċċess għal formazzjoni professjonali mhix ugwali, 40 snin ta 'taħriġ vokazzjonali: kollha għal dak!, 40 Snin ta 'l-ANI ta' 9 Lulju, 1970. More...

Posté par pcassuto à 02:47 - - Permalien [#]
Tags :

Le Conseil économique social et environnemental ne chôme pas

http://img.over-blog.com/300x242/0/54/09/82/Logos-Partenaires-Colloque/CESE.jpgAprès la saisine du Conseil économique social et environnemental (CESE) par François Fillon pour avis  sur « La formation professionnelle », en date du 20 mai 2011, le CES dresse un bilan sévère de Pôle emploi. Dans un rapport intitulé "Pôle emploi et la réforme du service public de l'emploi : bilan et recommandations", le Cese épingle le fonctionnement de Pôle emploi, trois ans après la fusion de l'Anpe et des Assedic. Il estime en effet que cette réforme n'a pas encore produit tous les résultats attendus.
Le Cese reconnaît que Pôle emploi a fait des efforts importants pour développer son dispositif d'accueil unique des demandeurs d'emploi. Cependant, l'objectif de l'entretien unique d'inscription, clé de voûte de la réforme, reste difficile à atteindre notamment à cause des sites distants : seuls 58,6% des entretiens (inscription et élaboration du PPAE) ont pu se dérouler le même jour en 2009.
Par ailleurs, l'accompagnement personnalisé des demandeurs d'emploi reste également décevant. Ainsi, l'accès aux prestations ne serait pas équitable entre les différents publics (licenciés économiques, jeunes sans qualification, seniors, chômeurs de longue durée, personnes handicapées). Le Cese préconise ainsi d'abandonner le système de catégorisation des chômeurs, qui détermine leurs modalités d'accompagnement par Pôle emploi et il juge nécessaire d'alléger le portefeuille des conseillers. Télécharger le document.
http://img.over-blog.com/300x242/0/54/09/82/Logos-Partenaires-Colloque/CESE.jpg Miután az áttétel a Gazdasági Szociális és Környezetvédelmi Bizottság (EGSZB) a François Fillon tanácsot a " Szakképzés "-i május 20, 2011, az ESC értékeli súlyos munkaügyi központ. A jelentés címe "munkaügyi központ és a reform a közszolgálati foglalkoztatás: áttekintés és ajánlások", az EGSZB pin működésének munkaügyi központ, három évvel az egyesülés után a ANPE és a munkanélküli ellátások. A becslések szerint ez a reform még nem érte el a várt eredményeket. Még több...

Posté par pcassuto à 00:05 - - Permalien [#]