31 mai 2011

The U.S. International-Recruiting Market

http://chronicle.com/img/global-header-logo.gifBy Karin Fischer, Vancouver, British Columbia. The debate over the ethics of using paid overseas recruitment agents may be heating up, but another major player in international education is jumping into the market. Quacquarelli Symonds Limited, a British higher-education-consulting company known as QS, is starting a foreign-student-recruiting arm. QS, best known for a prominent global university ranking, plans to offer its new recruiting services to its approximately 1,000 client universities worldwide, including many in the United States, said John Molony, the company's vice president for strategic planning and marketing.
Mr. Molony is in Vancouver for the annual meeting of Nafsa: Association of International Educators. It was at the Nafsa conference two years ago that two other education companies with global reach trumpeted similar efforts. IDP Education, Australia's largest and most successful foreign-student-recruitment company, said it was branching out into the United States. And Hobsons, the education-services company, announced it would begin to do overseas recruiting for U.S. colleges. But these companies have found that expansion into the American market has occasionally been bumpy. Private-sector recruiters have faced bureaucratic hurdles that complicate the payment of commissions. They have labored to reverse the long-held mind-set that the American college brand is so strong abroad that outreach to prospective students is unneeded.
After a somewhat slow start, IDP now has about 100 American colleges as clients, but the company's North American director, Mark Shay, recently left to take a job with Drexel University Online. But perhaps the biggest impediment has been resistance from those with ethical objections to paying outside recruiters—a group that includes the State Department, which has prohibited its overseas student-advising centers from working with commercial agents. Earlier this month, the National Association for College Admission Counseling weighed in, releasing a proposed policy revision that would bar its members from engaging in commission-based recruitment domestically or internationally. (The use of paid agents is illegal in the United States.) The group is soliciting comments on the proposed changes through June 20. David A. Hawkins, NACAC's director of public policy and research, said that, after several years of intensifying debate over the issue, the group's leadership felt it must clarify its statement of good practices on the use of overseas recruiters. "As a matter of principle, there is no distinction between a commission for a domestic student and a commission for an international student," Mr. Hawkins said in an e-mail message.
'Trusted Partner' Model

Still, the uproar has not deterred this newest entrant in the recruitment realm. While anti-agent sentiment has slowed the adoption of private-sector recruiting in the United States, the practice is widespread elsewhere, particularly in Australia, where Mr. Molony previously led the international divisions at two major universities. QS, of course, will offer its service to universities both inside and outside the United States, building, Mr. Moloney said, on the relationships it already has with client institutions in other areas.
The company's model will be to sign on one "trusted partner" agency in each source country, working exclusively with a single recruiter to shepherd students through the admissions process. That will give greater assurance of quality control, Mr. Moloney said. QS has already contracted with a partner in India and is looking for an agency to work with in China. And Mr. Moloney, for one, is bullish about American colleges growing more open to this private-sector approach to attracting international students. "The strong reaction has set things back," he said, "but it is slowly changing."

Posté par pcassuto à 23:36 - - Permalien [#]


End of an ERA: journal rankings dropped

http://www.zone.uwa.edu.au/__data/assets/image/0011/258356/the-australian.gifBy Jill Rowbotham. JOURNALS will no longer be assigned rankings in a radical shake up of the Excellence in Research for Australia initiative, announced by Innovation, Industry, Science and Research Minister Kim Carr today.
The ranking of journals as A*, A, B and C was the most contentious aspect of the ERA exercise devised and administered by the Australian Research Council, with the first results published in January.
"I wished to explore ways in which we could improve ERA so the aspects of the exercise causing sector disquiet, especially issues around the ranked journals list, could be minimised or even overcome,'' Senator Carr said in a ministerial statement.
He chastised the research community, saying: "There is clear and consistent evidence that the rankings were being deployed inappropriately within some quarters of the sector, in ways that could produce harmful outcomes, and based on a poor understanding of the actual role of the rankings.
"One common example was the setting of targets for publication in A and A* journals by institutional research managers.
"In light of these two factors - that ERA could work perfectly well without the rankings, and that their existence was focussing ill-informed  undesirable behaviour in the management of research -  I have made the decision to remove the rankings, based on the ARC's expert advice.''
Senator Carr said lists of journals would still be important, and each journal would be provided with a publication profile, that is, an indication of how often it was chosen as the forum of publication by academics in a given field.
"These reforms will strengthen the role of the ERA Research Evaluation Committee members in using their own, discipline-specific expertise to make judgments about the journal publication patterns for each unit of evaluation.''
ARC chief executive Margaret Sheil said the change empowered "committee members to use their expert judgement to take account of nuances in publishing behaviour''.
"This approach will allow experts to make judgements about the quality of journals in the context of each discipline,'' Professor Sheil said.
Other changes announced include: increasing the capacity to accommodate multi-disciplinary research and investigating strategies to strengthen the peer review process, including improved methods of sampling and review assignment.

Posté par pcassuto à 23:23 - - Permalien [#]
Tags :

La professionnalisation des formations dans l’enseignement supérieur…

http://www.cereq.fr/extension/cereq/design/cereq/images/global/logo_cereq.gifPar Georgie Simon-Zarca (chargée de mission au Céreq). La question de la professionnalisation des formations dans l’enseignement supérieur est logiquement au cœur des préoccupations du Céreq, spécialiste de la relation formation emploi. Différents travaux conduits depuis le début des années 2000 rendent compte de la façon dont l’établissement s’est emparé de cette question. En abordant le sujet sous différents angles, ces travaux ont contribué à alimenter les débats des acteurs et à nourrir la réflexion sur la notion même de professionnalisation.
Une première approche consiste à analyser la professionnalisation des formations dans l’enseignement supérieur sous l’angle de l’insertion professionnelle de leurs diplômés. Ces travaux, qui s’appuient sur les données des enquêtes Génération, apportent un éclairage sur le degré de proximité et de correspondance entre les formations et les emplois occupés par les jeunes diplômés issus de ces filières : BTS, DUT, DESS, écoles d’ingénieurs…(Lemistre, P. (2010). Filières professionnelles et générales à l'université : l'impact du parcours sur l'insertion. Net-Doc n°69). Ils montrent également une meilleure insertion des jeunes sortants des filières professionnelles en regard des sortants des filières générales En complément, d’autres travaux se sont interrogés sur les raisons de cette meilleure insertion. Au-delà de l’hypothèse selon laquelle l’avantage est lié à la formation elle-même, l’analyse des parcours de formation met en évidence une explication alternative liée à la sélectivité des filières professionnelles (Giret, J. -F., Moullet S. (2008). Une analyse de la professionnalisation de l'enseignement supérieur à partir de l'insertion de leurs diplômés. Net-Doc n° 35).
La façon dont l’offre de formation professionnelle se construit à l’université constitue un bon analyseur de la façon dont les enseignants se sont emparés de la question de la professionnalisation. La mise en place des licences professionnelles  est de ce point de vue un bon exemple des difficultés rencontrées par les établissements pour que « l’innovation pédagogique, la mixité des publics et le partenariat avec les milieux professionnels », qui constituent les trois grands principes sur lequel repose ce diplôme, entrent dans les faits (Maillard, D., Veneau P. (2003). Les licences professionnelles : les voies étroites de la professionnalisation à l'université. Bref, n°197).
Après avoir généré débats et réticences au sein de l’université, la nécessité de la professionnalisation des formations est aujourd’hui admise par le plus grand nombre. En témoigne aussi la part croissante d’étudiants engagés dans ce type de formation, passée de 29 % à 42 % entre 96 et 2008. Elle est devenue un enjeu important pour les établissements, une exigence pour les étudiants soucieux de se préparer au mieux à l’entrée sur le marché du travail et correspond à une attente forte des responsables d’entreprises qui plaident pour une meilleure préparation des étudiants à la vie professionnelle (Rose, J. (2008). La professionnalisation des études supérieures : tendances, acteurs et formes concrètes. In : Les chemins de la formation vers l'emploi : 1ère biennale Formation-emploi-travail (pp. 43-58). Relief n°35).
Parallèlement au développement des filières professionnelles, les années 2000 voient se développer une conception nouvelle de la professionnalisation à l’université. Il ne s’agit plus seulement de construire des diplômes à même de répondre à des besoins en compétences dans des domaines d’activité, des espaces professionnels, relativement spécialisés et circonscrits. Il s’agit aussi de doter les étudiants des filières généralistes de compétences connexes, transversales, à même de les aider à s’insérer plus efficacement sur le marché du travail (Gayraud, L., Simon-Zarca, G. & Soldano, C. (2011). Université : les défis de la professionnalisation Nef, n°46).
http://www.cereq.fr/extension/cereq/design/cereq/images/global/logo_cereq.gif Georgie Simon Zarca (tiszt Céreq). Az a kérdés, professzionális képzés a felsőoktatásban logikailag középpontjában az aggodalmak Céreq, speciális képzési és foglalkoztatási viszony. Különböző vizsgálatok során, mivel a korai 2000-es tükrözik, hogyan intézmény átvette ezt a kérdést. A közeledő a tárgy különböző szögekből, ez a munka csak méginkább a vita a szereplők, és ösztönzi a visszajelzéseket a koncepció hivatásossá. Az egyik megközelítés az, hogy elemezze a szakmai képzés a felsőoktatásban szempontjából a munkavállaló a végzett hallgatók. Ez a munka alapuló felmérési adatok generációs, fényt derítsen az fokú közelség és az összefüggés a képzés és munkahelyteremtés által tartott diplomások ezeket a tanfolyamokat: BTS, DUT, DESS, iskolákban mérnökök...(Lemistre, P. (2010). Szakmai és általános egyetemi: a hatása az útvonalat beillesztés. Net-Doc No. 69). Még több...

Posté par pcassuto à 22:40 - - Permalien [#]
Tags :

Université : les défis de la professionnalisation

http://www.cereq.fr/var/plain_site/storage/images/publications/universite-les-defis-de-la-professionnalisation/22716-1-fre-FR/Universite-les-defis-de-la-professionnalisation_large.pngPar Laure Gayraud, Georgie Simon-Zarca et Catherine Soldano, Nef n°46. La professionnalisation à l’université recouvre aujourd’hui deux dimensions: l’acquisition de compétences professionnelles reconnues, mais aussi l’accompagnement des étudiants dans leur parcours d’études en vue de leur future insertion sur le marché du travail. Ces nouvelles missions ont obligé les universités à repenser une approche de la professionnalisation à la fois dans la construction de leur offre de formation et dans sa mise en oeuvre par des structures ad hoc.
Comment la professionnalisation se pense et se construit à l’université ? La note aborde cette question d’un triple point de vue. La première partie donne une image globale de la professionnalisation dans l’enseignement supérieur et de ses évolutions. Des DUT aux licences et masters pro,l’offre s’est en effet fortement diversifiée. En 2008, 42% des étudiants sont engagés dans une formation professionnelle au sein du système universitaire, formations qui ne présentent pas toutes le même degré de professionnalisation. La combinaison de différents registres (engagement des milieux professionnels, positionnement du diplôme dans un cursus, mode d’entrée sur le marché du travail) permet d’en dresser une typologie. Le passage au LMD conforte le caractère inéluctable du mouvement de professionnalisation à l’université. Dans la lignée des directives européennes, et notamment de la Stratégie de Lisbonne, l’insertion professionnelle des étudiants, leur « employabilité » deviennent des enjeux stratégiques forts. Cette seconde partie met l’accent sur le recadrage politique des missions des universités qui doivent désormais se préoccuper de l’orientation et de l’insertion professionnelle de leurs étudiants.
La troisième partie examine plus finement la mise en oeuvre du Plan pour la réussite en licence de 2007 dans une dizaine d’universités. Elle analyse la manière dont se déclinent l’intégration de modules de professionnalisation dans les licences générales, la place du stage et la préparation du projet professionnel. Elle aborde
enfin la question des dispositifs adoptés au service de la mission d’insertion. Le déplacement qui s’est opéré ces dernières années de la professionnalisation des formations vers celle des missions des universités modifie en profondeur le système
universitaire.
Conclusion
Rapprocher la sphère professionnelle du système éducatif, favoriser l’insertion professionnelle des étudiants, mieux répondre aux besoins en compétences du marché du travail sont autant de raisons évoquées pour justifier une professionnalisation accrue des formations universitaires. De la construction de diplômes spécifiques à la diffusion d’un référentiel professionnel en construction, ces évolutions ne manquent pas de poser nombres de questions relatives à la ligne de démarcation entre formations professionnelles et générales et sur la spécificité des filières professionnalisées en matière de préparation à la vie professionnelle. Sans doute faut-il revenir en conclusion de cette note sur la notion même de professionnalisation.
À une vision « adéquationniste » de la relation formation emploi qui marque la construction des diplômes professionnalisants au sein des universités s’oppose aujourd’hui une conception plus large d’acquisition de savoirs/savoir-faire/savoir-être transférables dans des univers professionnels distincts. En cela, deux modes d’acquisition des compétences utiles sur le marché du travail devraient coexister au sein des universités. Le premier correspond au modèle historique de la professionnalisation : il rassemble les cursus de formation fondés sur l’acquisition d’un diplôme reconnu par les sphères professionnelles ce qui lui confère un rôle de signal fort sur le marché du travail. Le second modèle, encore balbutiant, correspond aux cursus académiques que l’on tente d’opérationnaliser à travers l’acquisition de compétences transversales à plusieurs champs de métiers et surtout à travers l’apprentissage de techniques à même de les aider à se positionner plus efficacement sur le marché du travail. On peut y voir une réponse logique à l’exigence d’employabilité des étudiants développée par la réforme européenne. L’ambiguïté du terme de professionnalisation – déjà soulignée par Vincens et Chirache en 1992 – ne peut cependant qu’ajouter à la confusion des représentations d’une notion qui est loin de faire l’unanimité et, ce faisant, à un certain brouillage de l’offre de formation. La professionnalisation n’en est pas moins devenue un axe paradigmatique de la transformation des universités. Plus qu’une simple variable d’ajustement aux nouvelles contingences de la gestion des établissements, elle contribue à modifier en profondeur les missions et les métiers des universités.
Télécharger Nef n°46. Télécharger le bon de commande. Un bilan des travaux du Céreq sur ce sujet.

http://www.cereq.fr/var/plain_site/storage/images/publications/universite-les-defis-de-la-professionnalisation/22716-1-fre-FR/Universite-les-defis-de-la- professionnalisation_large.png Gayraud Laure Permezz, il-Ġeorġja Zarca Simon u Catherine Soldano, n Nave nru 46. Professjonaliżmu fl-Università issa jkopri żewġ dimensjonijiet: l-akkwist ta 'kompetenza professjonali rikonoxxuta, iżda wkoll jiggwida lill-istudenti permezz ta' kors ta 'studju tagħhom għall-integrazzjoni futura tagħhom fis-suq tax-xogħol. Dawn il-missjonijiet ġodda jkunu sfurzati universitajiet biex naħsbu mill-ġdid approċċ għall-professjonaliżmu kemm fil-kostruzzjoni ta 'forniment tat-taħriġ tagħhom u l-implimentazzjoni tiegħu minn strutturi ad hoc. Kif jaħsbu u l-professjonaliżmu hija mibnija fl-università? In-nota tindirizza din il-kwistjoni minn tliet aspetti. L-ewwel parti tagħti stampa ġenerali ta 'professjonaliżmu fl-edukazzjoni ogħla u l-iżviluppi tagħha. Ta 'liċenzji OTC u pro-kaptan, l-offerta kienet fil-fatt differenti ħafna. Fl-2008, 42% ta 'studenti involuti f'taħriġ vokazzjonali fis-sistema università, korsijiet li mhux kollha għandhom l-istess grad ta' professjonalizzazzjoni. L-ambigwità tat-terminu professjonalizzazzjoni-diġà enfasizzat mill Vincens u Chirache fl-1992 - madankollu, jistgħu jżidu l-konfużjoni ta 'rappreżentazzjonijiet ta' kunċett li hija 'l bogħod milli unanima, u b'hekk għal ċajpir ċerti taħriġ dispożizzjoni. Professjonalizzazzjoni hija madankollu ssir assi paradigmatiku tat-trasformazzjoni ta 'l-universitajiet. Aktar minn aġġustament varjabbli sempliċi biex kontinġenzi ġodda ta 'tmexxija tal-iskola, din tikkontribwixxi għall tbiddel fundamentalment il-missjonijiet ta' universitajiet u professjonijiet. Download n Nave nru 46. Niżżel il-formola ta 'ordni. Reviżjoni tal-ħidma Céreq fuq dan is-suġġett. More...

Posté par pcassuto à 22:21 - - Permalien [#]
Tags :

Les classements des chercheurs en question

http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngPar Alain PEREZ. « T' as combien de "publis" cette année. » « Pas terrible. Je vais perdre ma subvention européenne. » Ce dialogue illustre la réalité du slogan anglo-saxon « publish or perish ». Les classements comparatifs entre chercheurs, laboratoires et universités se multiplient et ces comparaisons sont parfois cruelles. « En 2003, Shanghai a été un choc pour la communauté française », résume Monique Canto-Sperber, directrice de l'Ecole nationale supérieure de Paris (ENS).
Ces bilans, partiellement construits sur la production scientifique, intéressent au premier chef les gouvernements souhaitant mesurer le bon usage de la dépense publique. Ils concernent aussi les industriels désireux de muscler leur R&D en signant des partenariats avec des centres académiques réputés pour leur expertise. Ils passionnent enfin les étudiants partisans de la globalisation de l'enseignement supérieur. « Ils sont mobiles et exigeants. Ils choisissent les filières offrant les meilleures opportunités de carrière », indique Mikaël Butterbach, responsable du recrutement chez Airbus.
http://www.lesechos.fr/images/les-echos.png By Alain Perez. "You got how many" published "this year. "Not terrible. I'll lose my European subsidy. "This dialogue illustrates the reality of Anglo-Saxon slogan" publish or perish ". Comparative rankings between researchers, laboratories and universities are increasing and these comparisons are sometimes cruel. "In 2003, Shanghai was a shock to the French community," says Monique Canto-Sperber, Director of the Ecole Nationale Superieure de Paris (ENS). More...

Posté par pcassuto à 19:14 - - Permalien [#]

Poitou-Charente: nouvelle aide régionale individuelle à la formation

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Afin de permettre la réalisation de projets de formation qualifiants non pris en charge par d'autres dispositifs, mais offrant de réelles opportunités d’emploi, la Région va mettre en place dès le 1er juin 2011 une aide individuelle pour des demandeurs d'emploi visant une reconversion, une promotion sociale ou ayant besoin d’un complément de qualification. Cette aide sera mobilisable pour les entrées en formation à compter du 20 juin 2011.
Elle couvrira tout ou partie des coûts pédagogiques, selon l’expérience professionnelle du demandeur, son niveau de formation et le type de certification ou qualification visé. Elle sera plafonnée à 8 000 € lorsque la certification visée sera inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et à 2 000 euros dans les autres cas. Les bénéficiaires pourront être rémunérés selon leurs droits en AREF, au titre d’un CIF-CDD ou par la Région.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Biex jippermettu l-implimentazzjoni ta 'proġetti ta' taħriġ li jikkwalifikaw sostnuta minn apparat ieħor, iżda joffru opportunitajiet ta 'impjieg reali, ir-reġjun se jpoġġi fis-seħħ mill-1 ta' Ġunju 2011 għal assistenza individwali għal persuni li jfittxu impieg taħriġ mill-ġdid, mobilità 'l fuq jew li għandhom bżonn kwalifiki addizzjonali. Din l-assistenza ser jiġu mobilizzati għal taħriġ daħal fis-seħħ mill-20 ta 'Ġunju 2011. More...

Posté par pcassuto à 00:28 - - Permalien [#]

VALIDEXPER : des Universités s'associent pour faciliter votre démarche de V.A.E.

Trois mots-clés...
La validation...
C'est une reconnaissance officielle de vos acquis, un outil dans la voie de l'éducation tout au long de la vie et un gain de temps en cas de reprise d'études.
Vos acquis...

Ce sont les compétences développées en dehors du cadre scolaire initial : en milieu professionnel ou extra-professionnel (bénévole, associatif, syndical...).
Votre expérience...

Déclinez vos expériences en compétences équivalentes à des savoirs académiques et vous donnant droit à une certification.
Quel financement ?
Pour les salariés (public, privé)
* Financement par l'entreprise dans le cadre d'un plan de formation, du DIF
* Financement par les organismes collecteurs (ex: FONGECIF) dans le cadre d'un Congé Individuel de Formation ou d'un Congé pour Validation des Acquis de l'Expérience.
Pour les demandeurs d'emploi
* Financement possible : Pôle Emploi, Région ...
* Le chéquier VAE, spécifique à la région Ile de France : il s'adresse aux demandeurs d'emplois ou salariés en cours de licenciement afin qu'ils acquièrent une certification professionnelle par la voie de la VAE. La prescription en est confiée au Pôle Emploi (prise en charge dans la limite de 700 € en Île de France). La prise en charge comprend deux volets : l'accompagnement à la VAE pour préparer le candidat à son passage devant le jury VAE et l'aide aux prescriptions complémentaires en cas de validation partielle.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :