28 mars 2011

L'apprentissage à l’université, accélérateur de réussite

Le CFA Interuniversitaire Epure Méditerranée dispense 62 formations diplômantes dans la Région PACA et présente régulièrement des ouvertures de formation au Programme Régional d’Apprentissage en vue de répondre aux besoins des entreprises. Ces formations diplômantes de haut niveau débouchent sur des métiers porteurs dans tous les secteurs économiques. L’entreprise trouve une réponse dans notre carte Régionale de l’apprentissage Universitaire en Région PACA.
Deux nouvelles ouvertures de formation en septembre 2011

    * la Licence Professionnelle Management Organisations Contrôle et Pilotage des Performances à l’IUT d’Aix-en-Provence
    * le Master 2 Droit Economie Gestion mention Stratégies Internationales Economiques et Financières à l’Université de Nice
Les formations sont en apprentissage, les apprentis sont donc la moitié du temps en entreprise et la moitié du temps à l’université. Les entreprises sont co-formatrices lorsque l’apprenant est en entreprise, il est formé par un maître d’apprentissage. L’apprenant est salarié de l’entreprise tout au long de sa formation, elle favorise son insertion professionnelle. L’entreprise recrute et accompagne un futur jeune diplômé de l’université.
A l’université, l’apprenant bénéficie d’un accompagnement spécifique par un tuteur universitaire. C’est un trio gagnant-gagnant pour l’université, l’entreprise et l’apprenant.
L’entreprise bénéfice d’avantages financiers et d’aides de l’Etat de la Région PACA. Orienter sa taxe d’apprentissage vers le CFA Interuniversitaire Epure Méditerranée, c’est choisir une qualité de formation pour son apprenant et le conduire à la réussite pour son insertion professionnelle en relation avec ses compétences. Renseignements : www.cfa-epure.com.

CFA Interuniversitario Epure Mediterraneo esenzione 62 corsi di certificato nella nostra regione e fornisce regolari aperture di formazione regionale Learning Program per soddisfare le esigenze delle imprese. Questi corsi di laurea di alto livello per portare le aziende promettenti in tutti i settori economici. L'azienda è risposta nella nostra tabella dei Learning dell'Università Regionale della regione PACA.
Due nuovi corsi aperti nel settembre 2011

* Professional License Management Organizzazioni Controllo di Gestione Performance al IUT d'Aix-en-Provence
* Master 2 Management Economia Giurisprudenza menzione internazionale strategie economiche e finanziarie presso l'Università di Nizza. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 14:43 - - Permalien [#]
Tags :


La carte de l'excellence scientifique s'esquisse peu à peu

Par Clarisse Jay. Les cent premiers laboratoires d'excellence lauréats du grand emprunt ainsi que les sept projets d'initiative d'excellence pré-sélectionnés ont été dévoilés vendredi. Ces derniers sont Bordeaux, Grenoble, Lyon, Paris Sciences et Lettres, Sorbonne Université, Strasbourg et Toulouse.
Le gouvernement a voulu aller vite. Le Premier ministre a annoncé vendredi les 100 premiers laboratoires d'excellence lauréats du grand emprunt sans s'être donné le temps de finaliser les dotations de cette première vague (au total 1 milliard d'euros doit être consacré aux "Labex"). Et dès le soir même, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche et le Commissariat général à l'investissement publiaient la liste des sept dossiers de candidature pré-sélectionnés pour l'appel à projets "initiative d'excellence" ("Idex"), le plus gros du grand emprunt avec 7,7 milliards d'euros à la clef. Liste qui ne devait être rendue publique que ce mardi. Alors que les premiers résultats ont été publiés ces dernières semaines sans trop de heurts (Equipements d'excellence, cohortes...), cette précipitation est due aux nombreuses rumeurs et fuites qui se sont multipliées ces derniers jours. A tel point que beaucoup ironisaient sur les "fuitex".
"Résultats aberrants"

Il faut dire que l'imminence des résultats ont échauffé les esprits et attisé les rivalités. Pour preuve, l'enquête de l'Igas pour infection nosocomiale dont vient de faire l'objet, selon plusieurs sources, l'université de la Méditerranée (Aix-Marseille), l'une des candidates favorites aux futurs instituts hospitalo-universitaires (IHU), grands CHU d'excellence. Enquête qui a retardé la publication des résultats des IHU mais n'a finalement débouché sur rien. Six lauréats sur dix-neuf dossiers déposés devraient être annoncés ce mercredi.
Pour les Labex, les rumeurs sont allées bon train sur les procédures de sélection, certains dossiers réputés, comme celui de la Toulouse School of economics (TSE, rattachée à l'université de Toulouse 1) ne figurant pas parmi les élus, ce qui a provoqué l'ire du président de Toulouse 1, Bruno Sire : "ces résultats sont aberrants. Nous faisons partie des meilleures équipes. Le problème est que les jury ont eu pour consigne de privilégier les projets innovants aux dépens des structures déjà installées", a-t-il réagi. Trop installées ? Au sein du gouvernement, on reconnaît que certains candidats ont pêché par excès d'assurance. "L'excellence ne suffit pas, reconnaît une source proche du dossier. Il faut aussi une gouvernance crédible." Pour évacuer tout malentendu, Valérie Pécresse a annoncé vendredi que les jurys seraient renouvelés pour les prochaines vagues de sélection. Lot de consolation, Toulouse, fait partie des pré-sélectionnés pour les Idex.
Les grandes villes sortent du lot

Avec les Equipex dévoilés en janvier et maintenant les Labex et les Idex, la carte de l'excellence scientifique, déjà esquissée par l'Agence de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) en janvier (La Tribune du 12 janvier 2011), commence à se dessiner. Côté Labex, l'Ile-de-France emporte encore une fois le gros du morceau avec 55 Labex. Viennent ensuite Montpellier, Lyon, Bordeaux, Grenoble, Strasbourg, Aix-Marseille et Toulouse. François Fillon a d'ailleurs soufflé à Valérie Pécresse que "l'Ouest a encore besoin d'être renforcé"... La seconde vague, dont le calendrier n'a pas encore été fixé, lui fera-t-elle peut-être plus de place... Côté Idex, sur les dix-sept dossiers déposés, ce sont Bordeaux, Grenoble, Lyon, Paris Sciences et Lettres (Normale Sup, Dauphine....), Sorbonne Universités (Paris 2, 4 et 6) , Strasbourg et Toulouse qui ont passé les épreuves d'admissibilité. Pour l'économiste Philippe Aghion, membre du jury qui enseigne à Harvard, ces regroupements d'établissements concentrent les équipes qui ont particulièrement travaillé, notamment sur les coopérations internes (diplômes communs...) : "C'est une belle liste et tous voient leurs efforts reconnus." Sorbonne Universités aurait particulièrement impressionné le jury, et le chemin parcouru par PSL, constitué sur le tard, salué. "La synergie entre l'Ecole Normale Supérieure d'Ulm et Dauphine est bonne", constate Philippe Aghion. D'aucuns au sein du gouvernement auraient même souhaité les fusioner... Strasbourg, très avancé en matière de gouvernance, a manifestement tiré profit du travail effectué lors de la fusion de ses trois universités en 2009.
Saclay au second tour ?

Quoiqu'il en soit, cette pré-sélection n'est pas un passeport pour la première sélection de juin, d'autant que d'aucuns seraient passés de justesse. Tous ces "admissibles" doivent encore approfondir certains points de leur dossier : la gouvernance pour les uns, les mobilités inter-établissements pour les autres, ou encore la stratégie financière. Les recalés pourront espérer être repêchés lors du second tour, en septembre. Cette seconde pré-sélection devrait logiquement voir passer les grands absents de vendredi : le projet phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy, Saclay, dont les forces et la gouvernance seraient encore trop diluées, les deux autres candidats parisiens (Sorbonne Paris Cité et Hésam) ou encore Aix-Marseille. Au final cinq à dix pôles "de rang mondial, capables de rivaliser avec les plus grandes universités du monde" se répartiront près de 8 milliards d'euros de dotation en capital, non consommable. Mais là encore, rien ne sera acquis puisque la dotation ne sera définitivement versée aux Idex qu'à l'issue d'une période probatoire de quatre ans, si les conditions définies au moment de la sélection du projet sont remplies.
Permezz Jay Clarisse. L-ewwel mitt laboratorji ta 'rebbieħa Eċċellenza tas-self u l-seba' proġetti ta 'inizjattiva eċċellenza magħżula kienu mħabbra Ġimgħa. Dawn huma Grenoble Bordeaux, Lyon, Xjenzi Pariġi u l-Ittri, l-Università Sorbonne, Strasburgu u Toulouse. More...

Posté par pcassuto à 13:43 - - Permalien [#]

Le Cnam lance une offre de formation pour les élus locaux

http://www.cnam.fr/images/logo_cnam.gifLe Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) propose aux élus des conseils municipaux, généraux et régionaux, ainsi qu'aux membres des communautés urbaines, d'agglomération et de communes, des formations adaptées à leurs besoins et à l'exercice de leurs mandats. À ce titre, le Cnam a été agréé pour deux ans par le ministère de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des collectivités territoriales, et de l'immigration.
Quelles sont les bases de la prévention des risques professionnels dans les collectivités territoriales ? Quelles règles régissent les finances publiques régionales ? Comment valoriser le patrimoine touristique, historique et culturel d'un territoire ? Comment favoriser la mobilité urbaine en intégrant des infrastructures et moyens de transports innovants ?
Afin d'aider les élus à mettre en œuvre leurs politiques, évaluer les enjeux de leur territoire et identifier les facteurs d'évolution et de changement de secteurs clés, le Cnam met en place une offre de formation qui répond aux enjeux territoriaux. Ces formations peuvent être déployées par chacun des vingt-huit centres régionaux du Cnam, en France métropolitaine et ultramarine, et sont dispensées sur le modèle suivant:
* la conférence d'un expert (3h) ;
* la simulation de situations professionnelles (14h) ;
* la certification de compétences (par multiple de 7h).
Ce modèle peut-être adapté sur demande.
Les contenus de formation abordent dix thèmes clés, modulables en fonction des besoins recueillis, qui sont au cœur des politiques publiques, des enjeux territoriaux et de la gestion des collectivités :
    * gestion des collectivités locales ;
    * santé ;
    * handicap ;
    * tourisme ;
    * transport ;
    * hygiène et sécurité au travail ;
    * formation professionnelle ;
    * discrimination professionnelle ;
    * insertion professionnelle ;
    * risque psychosocial.
http://www.cnam.fr/images/logo_cnam.gifA Conservatoire National des Arts et tevékenységcsoportok (CNAM) kínál a választott helyi tanácsok, általános és regionális közösségek tagjai és a városi agglomeráció és közös képzési szükségleteire szabva, és gyakorolhatják megbízások. Mint ilyen, a CNAM jóváhagyták két évre a Belügyminisztérium, tengerentúli Franciaország, helyi hatóságok, és a bevándorlás. Még több...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2011

FPSPP: synthèse du dispositif Contrat de professionnalisation

Le FPSPP a publié son enquête sur le dispositif Professionnalisation en 2009. Télécharger l'Enquête Qualitative Professionalisation 2009 et la Synthèse Professionnalisation 2009.
Les contrats de professionnalisation

Les contrats de professionnalisation permettent aux jeunes de 16 à 25 ans, aux demandeurs d’emploi de 26 ans ou plus, et aux bénéficiaires de certaines allocations ou contrats, d’être embauchés en CDD ou CDI, et de suivre une formation en alternance conduisant à une qualification professionnelle reconnue. Près d’un contrat sur deux est conclu dans une entreprise de moins de 20 salariés.
DURÉE DE LA FORMATION
• La majorité des contrats de professionnalisation en CDD ont une durée de formation inférieure à 800 heures.
• Les 2/3 des contrats en CDI ont une durée inférieure à 500 heures.
NIVEAU D’ENTRÉE EN FORMATION
Les niveaux d’entrée en formation des bénéficiaires sont principalement inférieurs à IV (niveau baccalauréat et inférieur).
FORMATION VISÉE
• Les contrats de professionnalisation visent particulièrement les finalités de formation reconnues par les branches, à l’exception du contrat jeunes CDD qui privilégie encore nettement les diplômes d’État ou les titres homologués.
• Les 3/4 des formations concernent le secteur des services dont la moitié en commerce, comptabilité et transport.
LES PÉRIODES DE PROFESSIONNALISATION

Les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser le maintien dans l’emploi des salariés en contrat à durée indéterminée par des actions de formation alternant enseignements théoriques et pratiques.
Objectif : acquérir une qualification professionnelle reconnue (diplôme, titre, certification...). Plus de la moitié des périodes de professionnalisation concernent les salariés d’entreprises de moins de 500 salariés.
Pour la moitié des formations financées, les bénéficiaires sont des ouvriers ou des employés.
• 420491 périodes
• 707 millions €pris en charge
• 1 876 332 périodes depuis 2005
DURÉE DE LA FORMATION
La plupart des périodes de professionnalisation ont une durée de formation inférieure à 80 heures.
NIVEAU D’ENTRÉE EN FORMATION
Les niveaux d’entrée en formation des bénéficiaires sont principalement inférieurs à IV (niveau baccalauréat et inférieur).
FORMATION VISÉE
Les formations concernent, pour plus de la moitié, les domaines technico-professionnels des services, et, pour un quart, les domaines technico-professionnels de la production.
LES DIF PRIORITAIRES

• 275 326 DIF prioritaires
• 175 millions €pris en charge
• 654 €en moyenne par DIF
Dans le cadre du Droit Individuel à la Formation (DIF), certaines formations sont définies comme prioritaires par un accord de branche ou d’entreprise. Dans ce cas, l’OPCA prend en charge le financement au titre de la professionnalisation. Pour la moitié des DIF, la durée moyenne de formation est inférieure à 20 heures.
The FPSPP has linked its investigation into the Professionalization device in 2009. Download the 2009 Survey Qualitative Professionalization and Professionalism Synthesis 2009.
Training contracts

Training contracts for youth aged 16 to 25, job seekers 26 years or more, and recipients of certain benefits or contracts, to be hired fulltime, parttime, and follow a sandwich course leading a recognized professional qualification.
Près d'un contrat sur deux est conclu dans une entreprise de moins de 20 salariés. Nearly one in two contract is entered into a business with fewer than 20 employees. More...

Posté par pcassuto à 15:32 - - Permalien [#]

FPSPP: synthèse du dispositif CIF

Le FPSPP a publié son enquête sur le dispositif CIF en 2009. Télécharger l'Enquête Qualitative CIF 2009 et la Synthèse CIF 2009.
LE CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION
Le Congé Individuel de Formation (CIF) permet à tout salarié en contrat à durée indéterminée (CIF-CDI) ou demandeur d’emploi ayant bénéficié d’un contrat à durée déterminée (CIF-CDD), et sous certaines conditions, de suivre, à son initiative, une formation de son choix.
• 50683dossiers acceptés
• 1,158 milliard €engagés
• 39,7millions d’heures de formation prises en charge
LA DURÉE MOYENNE D’UN CIF
• CIF-CDI : durée moyenne de 784 heures. La formation a été effectuée à 98% pendant le temps de travail (hors intérimaires).
• CIF-CDD : durée moyenne de 783 heures.
LE COÛT D’UN CIF
Un CIF-CDI coûte en moyenne 23000 €. Les frais de salaire, de transport et d’hébergement en constituent la plus grande part (71%). Le coût moyen de prise en charge d’un CIF-CDD s’élève à 22296 €.
Une heure de formation CIF-CDI coûte en moyenne 29,4 € (salaire, transport et hébergement: 21 €, coût pédagogique: 8,4 €).
LE BILAN DE COMPÉTENCES

Le bilan de compétences est une démarche personnelle et volontaire qui permet de faire le point sur ses compétences, aptitudes et motivations pour élaborer un projet professionnel réaliste.
• 98% des demandes sont acceptées et, parmi celles-ci, 82% sont prises en charge en totalité.
• Les bilans sont à71%effectués hors du temps de travail.
• 30 014dossiers, dont 67% mobilisés par les femmes
• 51 millions €engagés
• Durée moyenne : 23 heures
LE COÛT D’UN BILAN DE COMPÉTENCES
• 1 720 € pour un bilan de compétences CDI,
• 1 569 € pour un bilan de compétences CDD.
La part des coûts pédagogiques est prépondérante (91%).
LA VAE

La VAE permet au salarié de valoriser son expérience professionnelle dans le cadre d’un diplôme, d’un titre ou d’un certificat de qualification professionnelle. C’est une démarche volontaire et individuelle, à l’initiative du salarié ou de l'employeur, indépendamment du type de contrat de travail, de l’âge et du niveau d’études.

A FPSPP közzétette a vizsgálatot az ICF készüléket 2009-ben. Letöltés CIF kvalitatív felmérés 2009 és a 2009-es CIF összefoglaló.
SZABADSÁG Személyi edzés
Az egyéni tanulmányi szabadság (CIF) lehetővé teszi, hogy minden munkavállaló állandó szerződés (CDI-CIF), vagy álláskereső, akik határozott idejű szerződéssel (ITC-CSD), és bizonyos feltételek mellett az alábbi az ő kezdeményezésére, a képzés során választott. Még több...

Posté par pcassuto à 14:45 - - Permalien [#]


Rattachement de l'Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics à l'Université de Provence

Retourner à la page d'accueil de Légifrance

Décret n° 2011-326 du 24 mars 2011 portant rattachement de l'Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics à l'université Aix-Marseille-I
.
NOR: ESRS1106155D, JORF n°0072 du 26 mars 2011 page 5394, texte n° 22.
Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche,
Vu le code de l'éducation, notamment son article L. 719-10 ;
Vu le décret n° 2000-250 du 15 mars 2000 modifié portant classification d'établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel ;
Vu l'arrêté du 18 janvier 2010 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé ;
Sur la demande de l'assemblée générale de la chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence ;
Sur proposition de l'université Aix-Marseille-I ;
Vu l'avis du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche en date du 21 février 2011,
Décrète :
Article 1

L'Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics est rattaché à l'université Aix-Marseille-I.
Article 2
La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche est chargée de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Ritorna alla home page Légifrance Decreto n. 2011-326 del 24 marzo 2011 attestante l'incorporazione del Istituto Superiore di Edilizia e lavori pubblici presso l'Università di Aix-Marseille-I. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2011

Classements des universités: jusqu'où ira la fascination?

http://www.groupeaef.com/wp-content/uploads/2010/09/essai_club.jpgEcrit par Catherine PARADEISE. Si les présidents et directeurs d'établissements à travers le monde vivent désormais l'oeil rivé sur leur cote d'amour, c'est que leurs ressources en dépendent de plus en plus. Jusqu'à former de dangereuses bulles spéculatives.
Le classement des universités n’est pas chose nouvelle. Dans The Rise of American Research Universities , Hugh Davis Graham and Nancy Diamond rappellent que Raymond Hughes, président de Iowa State College, « invente » le concept dès 1925 en classant 24 programmes graduate de 38 universités américaines. Même s’il s’en tient à caractériser des départements au sein de leurs disciplines, ses résultats sont vite consolidés pour classer les établissements eux-mêmes, alors que la performance ainsi évaluée est très sensible aux effets de taille. En 1957, Hayward Keniston entreprend le classement systématique des universités du pays en demandant aux directeurs de départements des 25 les plus prestigieuses de noter les départements au niveau Master et post Master. En 1964 puis en 1969, l’American Council of Education publie les résultats d’une enquête de même type. En 1982 puis 1995, le National Research Council américain (NRC) crée son propre classement. US News and World report publie en 1983 le premier des siens, qui, présentant annuellement un ranking par discipline et niveau d’études, dont l’immense succès auprès des candidats à l’enseignement supérieur fera chaque année trembler Chairs, Deans et autres Provosts, Chancellors ou Presidents. Ces rankings ont, dans le cadre des nouvelles politiques de recherche américaines, des effets considérables sur la concentration des financements de recherche et approfondissent la différenciation des établissements d’enseignement supérieur.
En Europe, le mouvement est beaucoup plus tardif. On peut le dater du début des années 2000: Times Higher Education publie depuis 2004 (en association avec Quacquarelli Symonds (QS) jusqu’en 2009) sa liste des 200 premières universités mondiales. Depuis 2007, le Center for Higher Education Development (CHE) allemand, institution publique, produit un classement multidimensionnel des universités européens dans diverses disciplines, pour aider à localiser la recherche de formations de masters et de doctorat, mais aussi pour identifier les forces en recherche des universités européennes. La Commission européenne, pour sa part, a constitué en 2003 et 2004 une liste des 22 universités européennes dont l’impact scientifique est le plus important. En 2008, elle a lancé un appel à proposition pour produire un outil de classement multidimensionnel des universités mondiales, dont les premiers résultats devraient sortir en 2011. Sans allonger la liste, il suffit de consulter Wikipedia pour constater la prolifération actuelle des classements de toutes sortes dans la plupart des régions du monde. Ce subit engouement fait écho à un ensemble de transformations du statut de l’enseignement supérieur auprès de parties prenantes multipliées par le rôle attribué à la connaissance comme source de succès économique individuel et collectif. Les formes qu’il prend reflètent un ensemble d’évolutions de la relation entre Etats, marché, citoyens et usagers et institutions publiques et privées, qui ne sont pas propres à ce secteur.
Un marché qui échappe au contrôle des Etats
Mondialisation et marché de la connaissance
Le rôle des classements dans des « sociétés d’audit »
Les risques d’une économie virtuelle : le signal contre le produit ?
Evolution et devenir des classements

http://www.groupeaef.com/wp-content/uploads/2010/09/essai_club.jpg Written by Paradeise Catherine. Jekk il-presidenti u d-diretturi ta 'istituzzjonijiet fid-dinja huma issa jgħixu għajn tagħhom fuq in-naħa tal-imħabba hija li r-riżorsi tagħhom jiddependu u aktar aktar. Jusqu'à former de dangereuses bulles spéculatives. Sakemm jiffurmaw bżieżaq spekulattiva perikolużi.
A suq li huwa lil hinn mill-kontroll tal-gvernijiet
Globalizzazzjoni u suq għarfien
Ir-rwol ta 'klassifiki fil-"kumpanniji tal-verifika"
Ir-riskji ta 'ekonomija virtwali : l-sinjal kontra l-prodott?
Evoluzzjoni u jsiru klassifiki. More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2011

Building bridges – Making sense of quality assurance in European, national and institutional contexts

http://www.eua.be/Libraries/Newsletter/EUA_Building_Bridges.sflb.ashxEUA is pleased to announce the launch of a new publication: "Building Bridges – Making sense of quality assurance in European, national and institutional contexts”. The publication assembles a selection of keynote presentations and the excellent papers that contributed to lively discussions at the 5th European Quality Assurance Forum (EQAF) which was held at the University Claude Bernard Lyon I, France on 18-20 November 2010 and gathered together around 500 academics and experts in quality assurance.
The keynotes and papers discuss how quality assurance tools and processes implemented at institutional and agency level relate to European and national level policy discussions, and interact with and support institutional QA frameworks and the development of a quality culture in European higher education institutions. In addition, this publication marks the 5th anniversary of EQAF by including a short historical account and further reflection on the discussions that have taken place over the years and in particular during the 2010 Forum.
Please click here to download the publication.

Posté par pcassuto à 22:42 - - Permalien [#]
Tags :

Dispositif Activités Nouvelles et Nouvelles Compétences (ANNC) en PACA du CNAM

http://www.travaillerapres45ans.fr/images/accueil/bloc_trouver_emploi.jpgMesure d'aide régionale
Programme de formation permettant aux demandeurs d'emploi d'intégrer une entreprise dans le cadre d'un stage de 6 mois visant la mise en oeuvre d'un projet de développement dans une TPE, PME- PMI, entreprise artisanale ou association de la région PACA.
Possibilité de bénéficier d'un chéquier complémentaire de 1500€ TTC permettant de financer une prestation de formation personnalisée.
L'ensemble du parcours peut être validé par un certificat délivré par le CNAM;l'obtention de cette certification valide et valorise les savoirs opérationnels acquis au cours du programme ANNC et leur transformation en compétences professionnelles.
Spécificités pour les + de 45 ans: ce dispositif est particulièrement pertinent pour les demandeurs d'emploi de plus de 45 ans qui désirent:
- Conduire un projet de développement en maitrisant les risques et en toute autonomie
- Asssurer une fonction d'encadrement technique et/ou managériale dans l'entreprise.
http://www.travaillerapres45ans.fr/images/accueil/bloc_trouver_emploi.jpgMisura di aiuti a finalità regionale
Programma di formazione permette che i cercatori di lavoro di partecipare a una società in un periodo di sei mesi per l'attuazione di un progetto di sviluppo in un piccolo e medie imprese, artigianale o associazione per la regione PACA
. Specificità per oltre 45 anni: questo dispositivo è particolarmente rilevante per chi cerca lavoro da oltre 45 anni. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 15:47 - - Permalien [#]
Tags :

Baisse des budgets pour l'apprentissage dans les universités

http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngPar Isabelle Ficek. L'université Pierre-et-Marie-Curie, qui compte plus de 1.000 apprentis, s'interroge sur l'avenir de l'apprentissage dans les universités, pénalisées dans leurs dotations 2011.
Les dotations 2011 aux universités n'ont pas fini de faire des vagues. En cause cette fois, une disposition qui « pénalise celles qui font de l'apprentissage, alors que les budgets sont déjà serrés » pointe Jean-Charles Pomerol, président de l'UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie, Paris-6 Jussieu), première université scientifique et médicale de France et pionnière en la matière.
« Quel est le message ? »

Car dans le calcul de la dotation 2011, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche « a baissé l'allocation correspondant aux étudiants apprentis, affirme-t-il. Précédemment, les moyens alloués pour un étudiant, qu'il soit apprenti ou non, étaient équivalents. Là, ils sont divisés par deux, en vertu de la loi de 2005 qui a confié le financement de l'apprentissage aux régions et dont les conséquences se traduisent dans les dotations à partir de cette année. Or, pour 2011, la somme versée par la région au titre de l'apprentissage n'a pas augmenté. »
A Jussieu - dont le budget est d'environ 400 millions -la perte représente 330.000 euros, soit la moitié de ce que l'établissement touchait l'an dernier via les allocations par étudiant du ministère, qui constituaient « une sorte de subvention », observe Jean-Charles Pomerol, aux côtés du financement de ces formations par la taxe d'apprentissage (62 %) et la région (38 %). L'université, qui a créé son centre de formation des apprentis il y a vingt ans, accueille environ 350 nouveaux apprentis chaque année. Elle en compte près de 1.100 en cours de formation, soit plus de 5 % de ses 20.000 étudiants en sciences. Et ce, dans des licences professionnelles (informatique, robotique, mécanique, etc.), des masters et des formations d'ingénieur, dont deux en partenariat avec Telecom ParisTech et Centrale Paris. Avec des étudiants souvent modestes et 85 % des apprentis en CDI six mois après l'obtention de leur diplôme.
L'objectif est d'atteindre 400 nouveaux apprentis à la rentrée 2011 puis 500 en 2012, mais Jean-Charles Pomerol s'interroge sur leur avenir dans les universités : « Quel est le message, alors qu'elles développent ces types de formations et que nous sommes en pleine année de l'apprentissage ? » Au ministère de l'Enseignement supérieur, on se borne à indiquer que « l'apprentissage bénéficie dans le supérieur d'un triple financement : celui des régions, des entreprises via la taxe et de l'Etat par la dotation aux universités. »
http://www.lesechos.fr/images/les-echos.pngMinn Isabelle Ficek. Il-Pierre Università u Marie Curie, li għandha aktar minn 1,000 apprendisti, speculates dwar il-futur ta 'tagħlim fl-universitajiet fil doti tagħhom penalizzati 2011.
2011 allokazzjonijiet għall-universitajiet ma lestewx teħid mewġ.
In kwistjoni din id-darba, dispożizzjoni li "tippenalizza dawk li qed jitgħallmu, hekk li l-baġits huma diġà strett" quċċata Jean-Charles Pomerol, President ta 'UPMC (Université Pierre et Marie Curie, Pariġi-6 Jussieu), ewwel università u x-xjenza medika fi Franza u pijunier fil-qasam. "Fil-Ministeru ta 'Edukazzjoni Ogħla, hija tgħid biss li" it-tagħlim fl-edukazzjoni ogħla tgawdi minn finanzjament triplu: ir-reġjuni, in-negozji permezz ta' l-universitajiet u l-istat fiskali billi dotazzjoni". More...

Posté par pcassuto à 14:08 - - Permalien [#]
Tags : ,