04 février 2011

2e Salon des Masters à Marseille

 Salon des MastersMercredi 9 mars 2010 de 15h à 19h et Jeudi 10 mars 9h-17h. Pour la deuxième année consécutive, les quatre universités d’Aix-Marseille et Avignon présentent leur offre de formation en masters à l’Espace Villeuneuve-Bargemon à Marseille.
Pour tout savoir sur les formations universitaires à bac+5 dans l'académie: participation au 2ème salon inter-universitaire des masters.
Visite personnalisée du salon, conférences, rencontres avec les professionnels universitaires de l'orientation et de l'insertion professionnelle, et avec les enseignants-chercheurs responsables de la formation.
Le Salon des Masters vient d'être ajouté au programme des 11èmes Rencontres Enseignants-Chercheurs. Dans ce cadre, tous les professeurs des écoles, collèges, lycées et lycées professionnels de l'Académie d'Aix-Marseille peuvent s'inscrire et participer à cette manifestation le jeudi 10 mars 2011 à l'Espace Bargemon à Marseille. Pour vous inscrire, il vous suffit de faire parvenir à la Direction de l'enseignement supérieur et de la recherche votre fiche d'inscription ci-jointe signée par votre Chef d'établissement. CONTACT: marie-france.crouvisier-foglia@ac-aix-marseille.fr (Chargée de suivi des rencontres) - Tél: 04.42.91.72.81. Consultez la présentation du dispositif et téléchargez la fiche d'inscription et sa fiche descriptive associée (CODE de la rencontre: AM-MCEN-05).
Lounge MastersPer il secondo anno consecutivo, le quattro università di Aix-Marsiglia e Avignone presentare la loro offerta di formazione a padroneggiare la -Villeuneuve Bargemon spazio a Marsiglia .
Per informazioni sulla laurea Bac +5 in accademia: Partecipazione in sala secondo interuniversitario Masters.

Tour della mostra, conferenze, incontri con professionisti di orientamento scolastico e l'integrazione professionale, e con i docenti responsabili della formazione. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 18:57 - - Permalien [#]
Tags : , ,


Analyses régionales des évaluations 2007-2010

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgAnalyses régionales des évaluations 2007-2010 par l’AERES: une photographie un peu floue.
A l’occasion de la plénière du 20 janvier dernier, le président de l’AERES, Jean-François Dhainaut et les directeurs des trois sections de l’agence sont venus présenter aux présidents une étude récemment mise en ligne, synthèse des évaluations des formations, des unités et des établissements, menées sur l’ensemble du territoire depuis les débuts de l’AERES en 2007. La publication de ces analyses régionales, qui procèdent des rapports ou notes d’étape existantes, intervient à l’issue d’un premier cycle complet d’évaluations. Ce travail, qui n’englobe ni les écoles, ni les EPST ou les EPIC, ne se substitue pas aux rapports, mais est destiné à donner une vision globale des travaux de l’agence. Il permet à l’AERES de souligner quelques grandes tendances :
• le fort développement des collaborations des universités avec leur environnement que ce soient les écoles, les EPST, les hôpitaux ou encore les milieux économiques, notamment à travers les pôles de compétitivité ou les Instituts Carnot.
• l’existence de licences de qualité dans maints endroits, liée à l’implication des acteurs davantage qu’à la taille des établissements.
• la corrélation étroite entre la qualité des masters et celle des unités de recherche support ainsi que le degré de fertilisation croisée entre recherche et enseignement.
• la concentration de l’excellence dans les grands centres scientifiques et universitaires, même s’il existe de l’excellence un peu partout.
• les effets bénéfiques des réseaux.
L’AERES est également revenue sur les choix de conception de ce panorama. Cette première édition est centrée sur les universités, l’AERES n’ayant pas évalué les écoles en vague B. Elle a aussi rappelé que les évaluations des unités de recherche de cette même vague avaient été effectuées par les équipes de la MSTP sous l’égide de l’AERES. En outre, la méthodologie a évolué d’une vague à l’autre.
Certains présidents ont réagi sur ce dernier point en insistant sur le fait que, pour les établissements de la vague B, trois ans s’étaient écoulés depuis la précédente évaluation et que l’image produite est en décalage avec la réalité actuelle. La pertinence d’une comparaison entre des institutions évaluées à des époques différentes, avec une approche méthodologique en évolution constante a été discutée. L’AERES, consciente de cette limite, a pris soin de la souligner dans la présentation méthodologique. L’Agence a considéré que cette étude demeurait pertinente, la méthodologie de l’AERES, si elle s’est affinée au cours des 4 campagnes d’évaluation, n’a pas été modifiée dans sa philosophie.
Les présidents regrettent aussi que l’AERES n’ait pas transmis cette étude aux responsables des établissements avant publication, comme cela se pratique pour les rapports d’évaluation, ce qui aurait permis de corriger les erreurs factuelles. L’AERES a précisé qu’il ne s’agit que d’une synthèse d’évaluations toutes déjà en ligne. Elle a confirmé que les erreurs signalées sont systématiquement corrigées dans le document en ligne, et invite les présidents à lui faire remonter les remarques qui subsisteraient sur la présentation de leur établissement.
Un autre aspect évoqué concerne les modalités d’évaluation des formations : le caractère réducteur des notes et leur impact fort, l’absence de visite sur site et la concertation insuffisante avec les acteurs de terrain affaiblissent la portée de l’évaluation des formations. L’AERES a rappelé qu’elle mène des concertations régulières avec tous les acteurs, notamment avec les vice-présidents de CEVU. Elle a indiqué que les modalités de mise en place d’une visite pédagogique étaient à l’étude et feraient l’objet de discussions avec les parties prenantes.
En soulignant la qualité des échanges, le Bureau de la CPU a exprimé le souhait que les modalités des évaluations et leur publication permettent de consolider, par des améliorations méthodologiques et une concertation continue avec les présidents et leur Conférence, le travail important réalisé par l’AERES depuis sa création et le modèle original d’évaluation dont elle est porteuse.
http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpg Analiżi Reġjonali ta 'valutazzjonijiet 2007-2010 mill AERES: ritratt blurry.
Fl-okkażjoni tal-plenarja 20 ta 'Jannar il-President ta' l-AERES, Jean-François Dhainaut u d-diretturi tat-tliet sezzjonijiet ta 'l-aġenzija waslet biex tippreżenta lill-presidenti studju reċenti mqiegħda onlajn, sinteżi ta' valutazzjonijiet ta 'taħriġ , unitajiet u stabbilimenti, imwettqa fil-pajjiż kollu mill-bidu ta 'l-AERES fl-2007.
Il-pubblikazzjoni ta 'dawn l-analiżi reġjonali, li jagħmlu rapporti jew jinnota progress eżistenti, jiġi wara l-ewwel ċiklu sħiħ tal-valutazzjonijiet. Dan ix-xogħol, li jeskludi l-iskejjel u lanqas il-EPST jew EPIC ma tissostitwixxix l-rapporti, iżda huwa maħsub biex jipprovdi ħarsa ġenerali tal-ħidma tal-aġenzija. More...

Posté par pcassuto à 18:40 - - Permalien [#]
Tags :

Aix-Marseille Université pilote pour le ROF

http://www.eua.be/Libraries/Country_Workshop_France_2010/AMUE_LogoCouleurGrand.sflb.ashxLe nouveau logiciel de l’Amue « Référentiel de l’offre de formation » (ROF) sera exploité par 4 établissements pilotes en 2011 pour un déploiement prévu à partir de 2012.
Comme annoncé en juillet 2010, l’Amue lance le démarrage en sites pilotes pour une première implantation du Référentiel de l’offre de formation, complémentaire à Apogée. Ce premier déploiement concerne les établissements suivants: *Aix-Marseille Université, *Montpellier 2, *Poitiers, *Reims.
ROF sera ensuite proposé progressivement à l’ensemble des adhérents de l’Amue, selon trois vagues de déploiement comprises entre 2012-2014.
Un logiciel complémentaire et autonome

Cet outil, autonome et complémentaire à Apogée, est proposé comme un logiciel à part entière, avec une tarification propre. Un établissement adhérent de l’Amue n’exploitant pas Apogée pourra ainsi l’acquérir et l’interfacer avec son propre logiciel de scolarité.
Concernant  Apogée, il sera  interfacé avec le ROF pour alimenter certaines informations de la structure d’enseignement et de l’annexe descriptive au diplôme.
Pour rappel, le ROF permettra aux établissements de valoriser, partager et diffuser  leur offre de formation en s’appuyant sur le format d’échange cdm-fr. Il concourt aux processus d’élaboration de l’offre, de dialogue contractuel avec les tutelles (demandes d’habilitations, fiches RNCP) et de publication du catalogue. Des travaux en cours avec le groupe RAPESUP sur les charges théoriques d’enseignement visent à enrichir l’outil d’une fonction de calcul de coût de l’offre de formation.
Les prochaines actions
Actuellement en phase de recette de l’outil avec les sites pilotes, l’Amue mène en parallèle une phase d’accompagnement et de suivi projet auprès de ces mêmes sites afin de les aider à anticiper au mieux l’implantation de ce nouveau produit dans leur établissement.
Une réflexion va être menée dans les prochains mois pour déterminer les modalités de présentation du nouveau logiciel aux établissements intéressés.
http://www.eua.be/Libraries/Country_Workshop_France_2010/AMUE_LogoCouleurGrand.sflb.ashx Il AMUE nuovo software "repository di formazione (ROF) sarà gestito da quattro scuole pilota nel 2011 per una distribuzione prevista per il 2012.
Come annunciato nel mese di luglio 2010, AUME lancia a partire da siti pilota per una prima implementazione del repository che fornisce formazione, complementare alla Apogee.
Questo primo impiego per le seguenti istituzioni: Università di Aix-Marseille, Montpellier 2, Poitiers, Reims. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 18:29 - - Permalien [#]
Tags : ,

Listes « ouvrant droit à la taxe d’apprentissage »

http://www.cnfptlv.gouv.fr/squelettes/imgsquelette/entete.jpgExamen des conditions d’établissement des listes des premières formations technologiques et professionnelles « ouvrant droit à la taxe d’apprentissage »
Recommandation du Conseil pour l’utilisation d’un format de fichier-type

Le Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie recommande la mise en œuvre d’un nouveau format de fichier pour l’établissement et la publication des listes des premières formations technologiques et professionnelles « ouvrant droit à la taxe d’apprentissage », publiées par le Préfet de Région. Il souhaite que ce format de fichier-type puisse être mis en œuvre dés 2009 par le moyen d’une mise à jour de la circulaire interministérielle de 2006.
Télécharger
la Circulaire interministérielle du 10 septembre 2009.
Retour d’information de la part des OCTA vers les Conseils régionaux et les Préfectures de région. Courrier de la DGEFP aux Présidents des OCTA. Format de fichier à faire parvenir avant le 15 juin 2010. Format de fichier à faire parvenir au plus tard le 1er août 2010. A noter: Ces fichiers constituent le socle minimum commun à fournir sous un format homogène. Ils ne dispensent pas les OCTA de remplir les obligations prévues par le Code du Travail.Notice d’utilisation des fichiers de retour d’informations par les OCTA. Liste des correspondants apprentissage du CNFPTLV dans les Conseils régionaux. Listes des correspondants "taxe d’apprentissage" dans les Préfectures de région.
Rappel des travaux entrepris
A la demande de son groupe de travail « apprentissage », la Commission des Comptes a, depuis le début de l’année 2008, animé une réflexion sur les opérations d’information, de collecte et de répartition de la taxe d’apprentissage.
Les travaux de ce groupe composé de représentants des services ministériels concernés (DGEFP, Education nationale, Intérieur, notamment), des conseils régionaux et d’OCTA, ont abouti à la proposition d’une maquette de fichier-type pour la présentation des listes, fichier avec le logiciel EXCEL.
Une présentation homogène sur l’ensemble des régions va dans le sens de la modernisation et de la simplification de la gestion de la taxe et de l’offre de formation. Elle permet une plus grande transparence dans l’affectation de la taxe au profit du développement de l’apprentissage.
La publication des listes sous ce format homogène présente de nombreux avantages techniques :
* une optimisation du système d’information et une minimisation des risques d’erreur ;
* une mise à jour facilitée ;
* une fluidité dans la gestion grâce à un accès facilité de tous les partenaires : services déconcentrés, conseils régionaux, départements, OCTA, entreprises, établissements de formation ;
* une homogénéité sur l’ensemble de la France qui facilite le travail de répartition des OCTA nationaux et régionaux en région et hors région de collecte ;
* à terme, des économies d’échelle en évitant les saisies et re-saisies et/ou le travail manuel chez chacun des partenaires.
http://www.cnfptlv.gouv.fr/squelettes/imgsquelette/entete.jpg Examination of the conditions of listing of the first technological and vocational training "qualifying apprenticeship tax". Council recommendation for using a file format standard
The National Council of Vocational Training Throughout Life recommends the implementation of a new file format for preparation and publication of lists of top technological and vocational training "qualifying apprenticeship tax" published by the regional prefect.
He hopes that this file format standard can be implemented through 2009 by updating the inter-ministerial circular of 2006. Download the Inter-ministerial circular of 10 September 2009. Feedback from the OCTA to regional councils and prefectures of the region. DGEFP Courier to the Presidents of OCTA. The file format to do so before June 15, 2010. The file format to send on or before 1 August 2010. Note: These files constitute the common core to provide in a consistent format. They do not exempt OCTA to fulfill obligations under the Labor Code. Manuals back files of information by OCTA. List of correspondents in learning CNFPTLV Regional Councils. list "apprenticeship tax" in the region prefectures. More...

Posté par pcassuto à 14:39 - - Permalien [#]

De nouveaux statuts pour l'AFPA

http://www.afpa.fr/fileadmin/template/logo/logo.pngL’Assemblée générale de l’AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes) a adopté le 27 janvier 2011, de nouveaux statuts pour l’Association. Les travaux menés depuis plusieurs mois par Jean-Luc VERGNE président de l’AFPA, accompagné par Pierre LEPETIT et par le groupe de réflexion sur l’évolution de la Gouvernance ont eu pour objet de permettre aux Membres de l’Association d’assumer plus pleinement la responsabilité de la politique stratégique et de la gestion de l’Association.
Les Membres ont rappelé qu’une formation professionnelle, notamment qualifiante, est essentielle pour permettre à chacun de participer activement à la vie d’une société moderne et démocratique et à s’insérer dans la vie professionnelle et plus largement dans la société.
La qualité de la formation professionnelle de l’AFPA repose sur sa gestion concertée avec l’Etat, les Régions et les Partenaires sociaux, sur sa compétence acquise au long de l’histoire en ingénierie de formation et sur sa capacité d’adaptation aux mutations du système productif et aux évolutions de la société.
En conséquence, ils ont adopté de nouveaux statuts qui prennent en compte deux préoccupations :
- Donner aux Membres de l’Association tous les pouvoirs pour orienter l’activité de celle ci, conformément aux objectifs qu’il leur semble collectivement souhaitable d’atteindre, en matière de formation professionnelle
- Assurer les équilibres économiques fondamentaux de l’institution afin de garantir sa pérennité.
Les 22 régions deviennent membres de l’Association

Les nouveaux statuts comportent une nouvelle catégorie de membres que sont les 22 conseils régionaux métropolitains. Auparavant l’ARF (Association des régions de France) ne disposait que deux sièges dans le collège Etat qui en comportait 13. L’Etat devient quant à lui, l’un des quatre partenaires et ne dispose plus de pouvoirs spécifiques.
Enfin, le Président sera désigné par les quatre collèges du Conseil d’orientation.
Une nouvelle organisation de la gouvernance

L’organisation adoptée se déploie autour de deux instances :
- le conseil d’orientation, composé de 16 représentants auxquels s’ajoutent 4 personnalités qualifiées, est l’organe représentatif des membres. Il définit la stratégie et fixe les objectifs. Il nomme et révoque le Président et les administrateurs. Il s’agit de l’organe suprême correspondant à l’ancienne assemblée générale de l’Association. Il lui revient d’assurer un contrôle sur la gestion et la direction menées par les organes exécutifs de l’AFPA.
- le conseil d’administration est l’émanation du conseil d’orientation qui lui délègue la fonction de contrôle de la gestion de l’association et de l’action de la direction générale.
Une séparation des pouvoirs claire entre les instances

La répartition des fonctions entre les deux instances est faite de façon à ce que les membres du conseil d’orientation, désignés par les membres titulaires, n’exercent que des fonctions de contrôle et non des fonctions de gestion.
Les principes de gouvernance imposent, en effet, qu’une séparation soit opérée entre ce qui relève du contrôle de la gestion et ce qui relève de la direction et de la gestion de l’Association. C’est ainsi que le contrôle de l’action du directeur général et le vote du budget, relèvent de la responsabilité du conseil d’administration, qui agit sous le contrôle du conseil d’orientation.
Les membres de l’Association réunis dans le conseil d’orientation, disposent ainsi des pouvoirs nécessaires pour diriger effectivement l’Association et se donnent les moyens de prendre en compte, dans leurs décisions, le souci des équilibres économiques, souci qui reste néanmoins subordonné aux orientations politiques qu’ils définissent.
« Nous avons, en faisant évoluer la gouvernance de l’AFPA, développé le paritarisme. Cette nouvelle forme associant les quatre acteurs majeurs de la formation : Etat, Régions, Employeurs, Syndicats de salariés, va permettre de développer une stratégie pour l’Association bien adaptée aux évolutions du marché de l’emploi et des besoins de formation à terme. Cette mutation était primordiale pour lui permettre de relever les nouveaux défis de la formation professionnelle et lui permettre d’exercer pleinement ses responsabilités au sein du service public de l’emploi et de la formation professionnelle » déclare Jean-Luc VERGNE, président de l’AFPA.
« Les différents acteurs ont assumé leurs responsabilités et ont su, au-delà d’intérêts mineurs, prendre les décisions importantes dans l’intérêt de l’Association » ajoute le président. Cette modification statutaire a été approuvée unanimement par le collège de l’Etat, le collège des l’Assemblée générale. Les représentants du CCE se sont également félicités de ces évolutions.
http://www.afpa.fr/fileadmin/template/logo/logo.png A Közgyűlés AFPA (Országos Szövetsége felnőtt szakképzés) elfogadott január 27, 2011, új alapszabályt az Egyesület. Tanulmányok az elmúlt néhány hónapban: Jean-Luc Vergne elnöke AFPA kíséretében Pierre Lepetit és a vitacsoport fejleményekről a kormányzásban is célja, hogy lehetővé tegye a tagok a társulás vállaljon nagyobb teljes felelősséget vállal a stratégiai politikája és irányítása az Egyesület. A tagok figyelmét, hogy az oktatás, beleértve a képesítést, alapvető fontosságú, hogy mindenki aktívan részt az élet egy modern és demokratikus társadalom, valamint, hogy integrálja a munka világába és a szélesebb társadalom számára. A minőségi szakképzés a AFPA alapja a vezetést azzal az állam, a régiók és a szociális partnerekkel a megszerzett szaktudásra történetében a mérnöki oktatás és az a képessége, hogy alkalmazkodni a termelési rendszer és a társadalmi változások. Még több...

Posté par pcassuto à 13:38 - - Permalien [#]


Donnez votre avis sur le futur de l'enseignement supérieur

http://ec.europa.eu/education//icons/logo_education.jpgLa Commission européenne vient de lancer une consultation publique sur la modernisation de l'enseignement supérieur en Europe. Contribuez en remplissant une courte enquête en ligne.

La priorité 20 est la suivante:
Augmenter le rôle de l'enseignement supérieur dans la formation continue

Europe 2020 - la stratégie globale de l'Union européenne pour la croissance – souligne le rôle primordial du secteur de l'enseignement supérieur en Europe pour le développement du «capital humain» et en tant que force motrice de la recherche et de l'innovation dans une économie de la connaissance.
Comme partie de ses actions pour soutenir le développement de l'enseignement supérieur en Europe, la Commission européenne prévoit d'adopter une nouvelle communication sur la modernisation de l'enseignement supérieur dans le troisième trimestre de 2011. Celle-ci fournira une orientation stratégique pour le développement de l'enseignement supérieur européen dans les dix prochaines années, y-compris dans les domaines de l'éducation, la recherche et l'innovation. La nouvelle communication examinera les progrès réalisés par rapport aux objectifs énoncés dans la communication de 2006 sur la modernisation de l'enseignement supérieur et proposera des mesures pour répondre aux défis de la nouvelle décennie.
Pour aider à préparer la nouvelle communication, la Commission procède actuellement à une consultation ouverte aux différents acteurs de l'enseignement supérieur européen. Dans le cadre de cette consultation, nous vous invitons à remplir une courte enquête en ligne, qui demande votre avis sur les priorités pour l'enseignement supérieur, y compris les dimensions de la recherche et de l'innovation, pour la période jusqu'à 2020.
Le questionnaire prendra environ 10 minutes à compléter. Le questionnaire restera ouvert jusqu'au 15 Mars 2011. Vous pouvez le remplir en français, anglais ou allemand.
Participez à la consultation Deutschanglais.
Pour en savoir plus, Commission européenne: L'enseignement supérieur.

http://ec.europa.eu/education//icons/logo_education.jpg Il-Kummissjoni Ewropea nediet konsultazzjoni pubblika dwar il-modernizzazzjoni ta 'edukazzjoni ogħla fl-Ewropa. Tgħin billi tlestija ta 'stħarriġ onlajn qasir.
Ewropa 2020 - l-istrateġija ġenerali ta 'l-Unjoni Ewropea għat-tkabbir - jenfasizza r-rwol tas-settur ta' edukazzjoni ogħla fl-Ewropa għall-iżvilupp tal-kapital uman u bħala forza ta 'riċerka u innovazzjoni fl-ekonomija ta 'għarfien.
Bħala parti mill-ishma tagħha biex tappoġġja l-iżvilupp ta 'edukazzjoni ogħla fl-Ewropa, il-Kummissjoni Ewropea tippjana li tadotta komunikazzjoni ġdida dwar il-modernizzazzjoni ta' edukazzjoni ogħla fit-tielet kwart tal-2011. Jipparteċipaw fil- konsultazzjoni Deutsch Ingliż. More...

Posté par pcassuto à 01:16 - - Permalien [#]
Tags :

Remise du rapport 2010 du comité de suivi de la loi LRU

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau01.jpgA l'occasion de la remise du rapport 2010 du comité de suivi de la loi sur l'autonomie des universités, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a installé quatre nouveaux membres et nommé le nouveau président du comité, Jean-Marc Schlenker, qui succède à Françoise Bevalot. Télécharger le rapport complet.
Le Comité de suivi de la loi sur l'autonomie des universités
Nommé par Valérie Pécresse et installé en 2008, ce comité est chargé de formuler toute proposition ou recommandation relative à l'application de la loi et à sa mise en œuvre. Il peut proposer le cas échéant des adaptations législatives. Il élabore chaque année un rapport qu'il transmet au Parlement et au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER).

Les 33 Recommandations du rapport 2010

1. Offrir aux personnels d’encadrement des formations de haut niveau adaptées aux exigences nouvelles issues de la loi LRU.
2. Assurer, dans chaque établissement, une formation des élus des différents conseils, tout particulièrement des administrateurs, pour une bonne compréhension des enjeux et du poids des décisions à prendre par le CA.
3. Définir, à titre provisoire, les principes et mécanismes d’actualisation de la masse salariale.
4. Dresser un bilan des principaux constats sur la certification des comptes.
5. Préparer sans plus attendre « l’après-RCE » par une réflexion prenant en compte l’identification, l’analyse et l’anticipation des risques à moyen et long termes.
6. Mettre en pratique la possibilité de délégation pour recentrer sur les questions politiques et stratégiques les ordres du jour du CA et ainsi en respecter la mission.
7. Revoir les modalités d’exercice du droit de suffrage pour les personnels enseignants-chercheurs et enseignants titulaires qui effectuent un nombre d’heures d’enseignement très faible dans un établissement autre que celui dans lequel ils sont affectés.
8. Conforter la place et le rôle du conseil scientifique (CS) et plus encore du conseil des études et de la vie universitaire (CEVU).
9. Organiser au sein de l’établissement communication et concertation internes afin d’accroître les liens entre l’équipe de direction et les membres de la communauté universitaire pour une meilleure perception des enjeux et compréhension des évolutions et par là-même favoriser l’adhésion à un projet collectif.
10. Garantir au sein de l’établissement la pérennité du lien entre formation-recherche, quel que soit le choix de structuration.
11. Veiller en interne à la transparence des procédures et des critères de recrutement des enseignants-chercheurs.
12. Assurer une large publicité à l’étranger des postes d’enseignants-chercheurs offerts au recrutement, du calendrier et des procédures, en mobilisant tous les dispositifs de diffusion et les services internationaux.
13. Mettre en oeuvre la mission confiée à l’AERES de validation des procédures d’évaluation des personnels des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.
14. Faire primer au sein de l’établissement les projets de développement liés aux missions scientifiques et pédagogiques, en veillant à la qualité des procédures d’évaluation internes et au respect des résultats des évaluations externes.
15. Reconnaître et valoriser l’engagement et les responsabilités des VPE.
16. Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.
17. Assurer non seulement une meilleure lisibilité de l’offre de formation avec une déclinaison des diplômes en compétences professionnelles mais aussi une réelle diffusion de cette traduction rendue accessible au monde économique.
18. Identifier et mutualiser les expériences de bonnes pratiques mises en oeuvre dans le cadre des BAIP.
19. Poursuivre et faire connaître le travail conduit en partenariat universités-entreprises pour une réelle reconnaissance du doctorat.
20. Se doter d’indicateurs pertinents et homogènes pour assurer le suivi de l’insertion professionnelle et en faire une analyse reposant sur une méthode fiable.
21. Définir le niveau d’engagement et le mode de régulation de l’Etat dans le cadre de la nouvelle autonomie résultant de la loi LRU.
22. Revoir la nécessité créée par l’article 14 de la loi LRU (article L.713-1 du code de l’éducation) d’inscrire dans le contrat (éventuellement dans un avenant) la création, la suppression ou le regroupement de composantes.
23. Elaborer la carte des formations supérieures définie à l’article L.614-3 du code de l’éducation et mentionnée à l’article 17 de la loi LRU (article L.711-1 du code de l’éducation).
24. Réfléchir à un échéancier permettant de ne pas figer sur cinq ans les résultats des évaluations des formations et des unités de recherche sans pour autant réintroduire le principe de mi-parcours.
25. Affirmer l’unicité du dialogue entre l’Etat et l’établissement donnant sa véritable dimension au lien formation-recherche et, par là-même, respecter la globalité du contrat.
26. Accorder une plus grande reconnaissance au projet collectif de l’établissement et à la forte mobilisation de la communauté universitaire pour son élaboration, en modifiant l’actuelle répartition entre dotation contractuelle et dotation « sur critères ».
27. Donner davantage de lisibilité à la vision et à la stratégie nationales globales pour l’enseignement supérieur et la recherche.
28. Veiller au respect des engagements pris dans les contrats liant Etat et établissements et à la cohérence stratégique des projets liés au Grand emprunt.
29. Engager sans attendre la réflexion sur le devenir et la place du contrat, notamment de son rôle dans l’identification de perspectives d’avenir et la définition de leur accompagnement, pour les sites qui ne seront pas concernés par les Investissements d’avenir.
30. Assurer au sein des établissements, une réelle communication sur le contrat avec l’Etat.
31. Donner de la lisibilité à la stratégie de l’Etat et à sa vision à long terme de l’organisation universitaire à l’échelle du territoire.
32. Veiller à la cohérence, dans cette vision prospective, des projets d’ensemble structurant le paysage universitaire (formation et recherche), qu’il s’agisse de la loi LRU, des PRES, des RTRA, des CTRS… ou encore des différents dispositifs des Investissements d’avenir liés au Grand emprunt.
33. Englober dans cette cohérence tous les établissements universitaires en acceptant la variété des situations et des caractéristiques des différents sites par une démarche contractuelle renouvelée avec l’Etat.
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau01.jpg On the occasion of the presentation of the 2010 report of the Monitoring Committee of the Law on the autonomy of universities, Valerie Pécresse, Minister of Higher Education and Research, has installed four new members and appointed the new chair Jean-Marc Schlenker, who succeeded Francoise Bevalot. Download the full report.
The Monitoring Committee of the Law on the autonomy of universities
Nominated by Valerie Pécresse and installed in 2008, this committee is responsible for formulating any proposal or recommendation on the application of the law and its implementation.
It may propose appropriate legislative adjustments. It prepares an annual report sent to Parliament and the National Council of Higher Education and Research (CNES).

The 33 Recommendations of the 2010 report
1.
Provide personal coaching for high level training adapted to new requirements from the LRU.

2.  Ensure in each institution, training of elected representatives of councils, especially administrators, to a good understanding of issues and the weight of decisions by the Board. More...

Posté par pcassuto à 00:17 - - Permalien [#]

03 février 2011

L'Université de Toulon doit repartir sur des bases sereines

http://www.atelier-parrallele.fr/public/Misc/logo-var-matin.jpgPar Damien Allemand, dallemand@varmatin.com. La ministre confirme que des élections du conseil d'administration se tiendront à la fin du mois de mars. Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a pris hier la décision de dissoudre le conseil d'administration de l'USTV.
La date limite que vous aviez fixée aux administrateurs de l'université pour démissionner est maintenant passée. Quelle décision allez-vous prendre ?

Je suis heureuse, parce que l'Université Sud-Toulon-Var va pouvoir tourner la page. J'ai reçu, en effet, vingt-trois démissions du conseil d'administration sur trente membres. Le conseil d'administration ne peut plus fonctionner en l'état. Je vais donc pouvoir prononcer sa dissolution et demander à ce que se tiennent des élections générales pour que l'université reparte sur des bases neuves et solides.
Quand auront lieu ces élections ?

Elles auront lieu durant le mois de mars. De mon côté, je signerai l'arrêté de dissolution du conseil d'administration d'ici la fin de cette semaine.
La date du 22 mars a été avancée pour les élections...
Elles se dérouleront en mars. À la fin du mois.
Vingt-trois démissions sur trente, c'était suffisant pour dissoudre ?

Ah oui ! C'était beaucoup plus que suffisant. Je crois que la jurisprudence dit qu'il faut au moins un tiers de démissions pour dissoudre le conseil d'administration.
Vous parlez de jurisprudence, mais, pour le coup, c'est Toulon qui fera office de jurisprudence. La situation que l'université a connue était inédite...

D'abord, je souhaite rendre hommage au travail remarquable qui a été accompli par l'administrateur provisoire, Philippe Tchamitchian. Il a protégé l'université dans une période qui était très difficile. Il a su remettre à flot l'USTV en corrigeant un certain nombre de dysfonctionnements qui avaient été pointés dans les rapports d'inspection. Il a travaillé à l'élaboration d'un projet qui préparera l'avenir de l'université avec de nouveaux concepts. Les administrateurs qui ont démissionné ont pris une sage décision.
Une sage décision que vous leur avez grandement suggérée...

C'était la condition à remplir pour organiser de nouvelles élections. L'université va ainsi pouvoir repartir sur de bonnes bases, avec des conseils légitimés par une nouvelle élection. C'était très important dans la situation dans laquelle se trouvait l'USTV. Cela va permettre de retrouver une vie démocratique normale et de repartir sur des bases saines.
Sept administrateurs ont refusé de démissionner. Cinq d'entre-eux vous ont d'ailleurs écrit pour vous le dire. Comprenez-vous leur choix ?
Démissionner signifie que l'on veut repartir sur de bonnes bases. Cela n'est en rien la reconnaissance par tel ou tel de la moindre culpabilité dans le fonctionnement de l'université.
Vous avez évoqué précédemment un « projet d'avenir » initié par Philippe Tchamitchian. Quel est-il ?

Aujourd'hui, nous travaillons sur la maison de la recherche euroméditerranéenne et sur un institut qui s'appelle Ingé-média, en sciences humaines. Je pense que c'est important que l'université se projette dans l'avenir. Se projeter dans l'avenir, c'est travailler aussi à son passage à l'autonomie qui a été retardé par toutes les turbulences qu'elle a traversées.
À propos de l'autonomie, où en est-on ?

Aujourd'hui, c'est l'une des dernières universités qui restent encore complètement dans le giron de l'État. La plupart des universités sont aujourd'hui passées à l'autonomie de gestion. Cela signifie qu'elles prennent elles-mêmes leur décision. Toulon doit réussir son passage à l'autonomie.
Que lui manque-t-il ?

Il lui faut de nouvelles compétences. Cela nécessite aussi de s'organiser un peu différemment et cela nécessite surtout une gouvernance stabilisée avec un conseil d'administration en capacité de prendre des décisions stratégiques pour l'université. Il est important que ce passage à l'autonomie soit fait par la nouvelle équipe et que celle-ci soit parfaitement légitime et démocratiquement élu.
Combien de temps ?

Nous avons jusqu'à janvier 2013. Mais je n'aimerais pas que Toulon soit la dernière université à avoir son autonomie. Si on peut aller plus vite et si l'on peut essayer d'avoir ce passage en 2012, je serais particulièrement satisfaite. Cela dit, le cas de Toulon est un cas évidemment particulier, vu les turbulences traversées.
Existe-t-il un risque de fusion avec les universités de Marseille-Aix ou Nice ?

Aucun risque.
Allez-vous bientôt vous rendre sur le campus toulonnais ?

J'en serais ravie. D'autant plus qu'il y a toute une série de bonnes nouvelles à annoncer. D'abord, une hausse de 25 % du budget en quatre ans. Ensuite, un plan de rénovation immobilière qui a été très important, puisque le centre sportif a été fini en 2010. La résidence universitaire du Coudon aussi. Je viendrai donc volontiers à Toulon, après les élections, pour dialoguer avec la communauté universitaire toulonnaise de l'avenir de leur université.
Vous parlez les élections cantonales ou de celles de l'USTV ?

Les deux...
http://www.atelier-parrallele.fr/public/Misc/logo-var-matin.jpg Con Damien tedesco dallemand@varmatin.com . Il ministro ha confermato che le elezioni del consiglio di amministrazione si terrà alla fine di marzo. Valérie Pécresse, Ministro dell'istruzione superiore e della ricerca, ieri ha preso la decisione di sciogliere il consiglio di USTV.
Il termine che si imposta per gli amministratori di università a rassegnare le dimissioni è ormai passato. Che decisione vi porterà?
Sono felice, perché l'Università del Sud Toulon-Var sarà in grado di voltare pagina. Ho ricevuto, infatti, 23 dimissioni dal consiglio di trenta membri. Il consiglio non può operare nello Stato. Poi ho pronuncerà la sua dissoluzione e la richiesta che ci saranno le elezioni generali per l'università di ricominciare su nuove e solide fondamenta.
Quando sono le elezioni?
Esse avranno luogo nel mese di marzo. Per parte mia, firmerà il decreto di scioglimento del consiglio di amministrazione entro la fine di questa settimana. La data del 22 marzo è stata presentata per le elezioni... Essi si terrà a marzo. À la fin du mois. Alla fine del mese. Maggiori informazioni
...

Posté par pcassuto à 23:55 - - Permalien [#]
Tags :

Fpspp: mise en oeuvre de la ponction de 300 millions d'euros

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gifUn décret précise les modalités de mise en œuvre de la ponction de 300 millions d'euros prévue par la Loi de finances pour 2011 sur les fonds du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels. Ce prélèvement se fera en deux temps et sera affecté à trois bénéficiaires :
- Pôle emploi pour le financement de l'aide à l'embauche des jeunes en contrat de professionnalisation et des actions de reclassement mises en œuvre en convention de reclassement personnalisée (47,5 M€ avant le 31 janvier puis 76,5 M€ avant le 31 juillet),
- l'Afpa pour le financement des titres professionnels délivrés par le ministère chargé de l'emploi (25 M€ avant le 31 janvier puis autant avant le 31 juillet),
- l'ASP (Agence de services et de paiement) pour financer la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle (47,5 M€ puis 78,5 M€). Voir le Décret n° 2011-118 du 28.1.11. JO du 29.1.11.
http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gif A rendelet meghatározza a végrehajtás módszereit az a szúrás 300 millió előírt euróban a költségvetési törvény által 2011-alap az alap közös karrier biztonságát. Ez a juttatás a két szakaszban hajtják végre, és hozzá kell rendelni a három kedvezményezett: - Foglalkoztatási központ, - AFPA finanszírozására vonatkozó szakmai címek által kiadott Munkaügyi Minisztérium (25.000.000 € előtt január 31, majd amennyiben júliusa előtt 31) - ASP (szolgáltatás irodával és, a fizetéssel), hogy finanszírozza a fizetését gyakornokok szakképzés (47,5 M €, és 78.500.000 €). Lásd a rendelet száma 2011-118. Még több...

Posté par pcassuto à 14:00 - - Permalien [#]

Collaboration AERES - ANECA

AERESEn 2010, l’AERES a été renouvelée comme membre de plein droit de l'ENQA (European Association for Quality Assurance in Higher Education) à la suite de l'évaluation externe conduite par l'ANECA (Agencia Nacional de Evaluación de la Calidad y Acreditación) pour le compte de l’association.
Pour prolonger cette expérience et leur relation, l'AERES et l'ANECA ont échangé sur les sujets suivants lors d’une visite de l’agence espagnole en janvier 2011:
* l’évaluation externe de l’AERES qui a notamment apprécié la qualité des experts désignés par l'ANECA;
* les procédures mises en place par les deux agences dans le cadre de leurs campagnes d’évaluation
* la responsabilité directe de l’ANECA en matière d’évaluation des enseignants-chercheurs au sein des universités espagnoles et les méthodes employées;
* la collaboration des deux agences au-delà de leurs frontières, en apportant leur expertise sur les formations doctorales (constitution/évaluation) dans les pays du bassin méditerranéen et/ou de l’Amérique latine dans un premier temps.
Cette première discussion traduit la volonté d’une collaboration étroite et durable entre les deux agences, particulièrement à l’international, en vue de promouvoir l’expérience européenne liée au processus de Bologne. Voir aussi ANECA coordina el proceso de evaluación de AERES.
GASIFICADOS En 2010, se renovó AERES como miembro de pleno derecho de ENQA (Asociación Europea para la Garantía de Calidad en Educación Superior) como resultado de la evaluación externa realizada por la ANECA (Agencia Nacional de Evaluación y Calidad de la Acreditación), en nombre de la asociación. Para ampliar esta experiencia y su relación AERES y ANECA intercambiaron sobre los siguientes temas durante la visita de la agencia española en enero de 2011 . Más información...

Posté par pcassuto à 12:29 - - Permalien [#]