25 janvier 2011

Ouverture du Centre de Bilan de Compétences de l'Université de la Méditerranée

http://www.univmed.fr/App_Themes/Default/images/hp/logo_d.gifNouveau ! Ouverture du Centre de Bilan de Compétences de l'Université de la Méditerranée.
Il s’inscrit dans le contexte actuel visant à renforcer les liens et les synergies entre l’Entreprise, les collectivités territoriales, les établissements hospitaliers publics…
Véritable outil de dynamisation dans une carrière, le bilan de compétences s’adresse à tous les salariés et travailleurs non salariés (travailleurs indépendants, professions libérales, commerçants, artisans…) quel que soit leur secteur d’activité, leur niveau de qualification. Son Directeur est Jean-Pierre Coudereau (jean-pierre.coudereau@univmed.fr).
2 adresses :
Marseille :
Centre de Bilan de Compétences – Université de la Méditerranée Les Docks,
10 place de la Joliette, 13002 Marseille
Aix-en-Provence : Centre de Bilan de Compétences – Université de la Méditerranée, IUT 413 avenue Gaston Berger, 13090 Aix-en-Provence. Un seul numéro de téléphone : 04.91.13.45.00.
http://www.univmed.fr/App_Themes/Default/images/hp/logo_d.gif Nuovo! Centro saldo di apertura delle competenze della Università del Mediterraneo.Si iscrive nel contesto attuale di rafforzare i legami e le sinergie tra le imprese, gli enti locali, ospedali pubblici ...
Vero di dinamismo in una valutazione competenze professionali è aperta a tutti i lavoratori dipendenti e autonomi (lavoratori autonomi, professionisti, commercianti, artigiani...) indipendentemente della loro industria, il loro livello di qualificazione.
Il suo direttore è Jean-Pierre Coudereau (jean-pierre.coudereau
@univmed.fr). Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 17:58 - - Permalien [#]
Tags : ,


Le DIF pour les employeurs et les salariés

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gifLes deux dépliants présentant le Droit individuel à la formation, l'un pour les employeurs, l'autre pour les salariés du secteur privé, sont actualisés à janvier 2011. Est ainsi intégrée la possibilité de cumuler, sous certaines conditions, la portabilité du DIF avec l'Aide individuelle à la formation de Pôle emploi.
Ces publications sont téléchargeables gratuitement dans l'espace public du site Web du CarifOref Midi-Pyrénées, aux rubriques Employeur et Salarié,  dans Batir son projet > Faire le point et Se former en région > Financer sa formation. Dépliant DIF, employeur ou salarié, janvier 2011, CarifOref Midi-Pyrénées.
Spécial employeur
Le Droit individuel à la formation favorise le développement des compétences des salariés de mon entreprise et concourt à l’optimisation du budget consacré à la formation.
Réflexion sur la politique de prise en charge du DIF dans mon entreprise

• Libre choix de l’action de formation par le salarié: action qualifi ante ou diplômante, de promotion, d’acquisition, d’entretien ou de perfectionnement des connaissances (bilan de compétences ou VAE – validation des acquis de l’expérience – si prévus par un accord collectif ).
• Accord ou refus librement décidé par l’employeur.
• Nécessaire réflexion de l’entreprise sur sa politique de prise en charge du DIF: quelles actions de formation et quelles conditions de réalisation privilégier (durant ou hors temps de travail, en articulation avec d’autres dispositifs comme le plan de formation ou la période de professionnalisation…)?
A noter: l’employeur peut éventuellement communiquer à ses salariés cette politique de gestion du DIF (actions prioritairement financées dans le cadre du DIF, modalités de réalisation privilégiées…) afin de leur permettre de mieux cibler les actions de formation dont ils peuvent bénéfi cier dans le cadre du DIF.
Le DIF est à l’initiative du salarié: l’employeur ne peut pas obliger le salarié à mettre en oeuvre son DIF ni à cantonner sa demande aux actions qu’il est prêt à financer. A l’inverse, le salarié ne peut pas obliger l’employeur à accepter son DIF: l’employeur est libre d’accorder ou non le départ en DIF.
Portabilité du DIF: valorisation, sous certaines conditions, des heures de DIF en somme forfaitaire (9,15€ de l’heure) pour fi nancer une action de formation, VAE ou bilan de compétences. A noter: en cas de licenciement pour faute lourde ou de départ à la retraite, le DIF n’est pas portable.
Spécial salarié
Ai-je accès au DIF ?

Oui, si je suis en CDI avec un an d’ancienneté dans mon entreprise. A noter: si je suis en CDD, en intérim ou agent public, je bénéficie du DIF dans des conditions particulières.
Pour quoi faire ?
Pour suivre la formation de mon choix avec l’accord de mon employeur : action qualifiante ou diplômante, d’acquisition, entretien, perfectionnement des connaissances. Si un accord collectif applicable à mon entreprise le prévoit, je peux également réaliser un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience (VAE) dans le cadre du DIF.
Que se passe-t-il si je quitte mon entreprise ?
Si je quitte mon entreprise, je peux bénéficier de la « portabilité » du DIF pendant ou après mon préavis. Cette portabilité permet, sous certaines conditions, de transformer mes heures de DIF en une somme forfaitaire (9,15€ de l’heure) pour financer une action de formation, VAE ou bilan de compétences. A noter: si je suis licencié pour faute lourde ou si je pars à la retraite, je ne bénéficie pas de laportabilité du DIF.
> Pendant mon préavis
La portabilité du DIF sera financée par mon employeur dans deux hypothèses: *si je suis licencié et que je demande la portabilité avant la fin de mon préavis, mon employeur doit m’informer de mes droits à portabilité dans la lettre de licenciement. Si j’accepte une CRP (convention de reclassement personnalisée), mes droits à DIF sont mis en oeuvre de façon spécifique. *Si je démissionne, que je demande la portabilité et que je débute l’action de formation, VAE ou bilan de compétences avant la fin du préavis.
> Après mon préavis
S’il me reste des droits à DIF en fin de préavis, je pourrai bénéficier de la portabilité si la rupture de mon contrat de travail m’ouvre droit à assurance chômage (licenciement sauf faute lourde, démission légitime, rupture conventionnelle, échéance de CDD …).
Mon employeur doit indiquer dans mon certificat de travail le solde de mes heures de DIF, le montant correspondant (solde x 9,15€/h) et l’organisme paritaire agréé pour le financement du DIF (Opca) dont relève l’entreprise.
La portabilité sera financée par un Opca dans deux hypothèses: *en tant que demandeur d’emploi, en priorité pendant ma période d’indemnisation et sur avis de mon conseiller Pôle emploi (ou assimilé). Pôle emploi pourra, sous certaines conditions, compléter le financement de l’Opca d’au maximum 1 500 €, dans le cadre de l’Aide individuelle à la formation « AIF + DIF », *en tant que salarié dans les deux ans suivant mon embauche, avec l’accord de mon nouvel employeur. Sans accord de mon nouvel employeur, je ne peux bénéficier de la portabilité que pour suivre une action prioritaire hors temps de travail, sans percevoir d’allocation de formation.
http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef/img/logo.gif The two leaflets with the individual right to training, one for employers, one for private sector employees, are updated to January 2011. Is integrated and can earn under certain conditions, the portability of DIF with Aid to the formation of individual employment center.
These publications can be downloaded for free in the public area of website CarifOref Midi-Pyrenees, the Employer and Employee sections in Building Your Project> Take stock and put into a region> Funding your training.
Brochure DIF employer or employee , January 2011, CarifOref Midi-Pyrenees. More...

Posté par pcassuto à 13:21 - - Permalien [#]
Tags : ,

Demos lance son enquête annuelle sur le DIF

http://trophees-dif.demos.fr/SiteCollectionImages/t_bandeau.gifEn vue de la célébration des Trophées du DIF 2011 le 17 mars prochain, le spécialiste de la formation professionnelle, Demos, propose un sondage à destination des entreprises, des organismes publics et des salariés ou agents pour connaître leur vision du Droit Individuel à la Formation (DIF). Depuis 5 ans, ces enquêtes prennent la valeur d’un véritable observatoire des pratiques DIF au sein des organisations et auprès de leurs collaborateurs.
Les différents aspects du DIF étudiés par l'enquête

Les interrogés donnent leur point de vue sur la mise en place globale du DIF dans leur entreprise: efficacité, communication auprès des salariés, freins rencontrés, processus, financement… Une première enquête menée auprès des DRH et responsables de formation en partenariat avec Formaguide, a pour objectif de révéler les pratiques des entreprises ou des organismes publics en matière de DIF. Une seconde enquête réalisée en partenariat avec Kelformation et Viadéo porte sur les pratiques effectives des salariés ou des agents.
Que pensez-vous du DIF ?
Votre avis nous intéresse ! En répondant à ces enquêtes, vous avez la possibilité de participer à un tirage au sort qui vous permettra peut-être de gagner un ouvrage des Editions Demos de votre choix! Participez à l’Enquête DRH / RF. Participez à l’Enquête salariés.
Les résultats des enquêtes des années précédentes sont en ligne: n'hésitez pas à les consulter afin d'avoir une vision plus précise du DIF et de son utilisation dans la politique de formation des entreprises.
Voir sur le blog 5e édition des Trophées du DIF et de la Professionnalisation.
http://trophees-dif.demos.fr/SiteCollectionImages/t_bandeau.gif A felkészülés az ünneplés a DIF Trófeák 2011 március 17-én a szakemberképzés, oktatás, javasolja egy felmérés a vállalatok, kormányzati ügynökségek és alkalmazottai vagy ügynökei, hogy a látás az egyéni képzéshez való jogot (DIF). 5 év, ezek a vizsgálatok az értéke egy valódi obszervatórium a SRI gyakorlatok szervezetek és alkalmazottaik körében. Még több...

Posté par pcassuto à 13:13 - - Permalien [#]
Tags :

Les MBA tirent profit de la recherche académique

http://www.ecoles-entreprises.com/imgs/logo.gifLes programmes de management de haut niveau, tels les MBA, tirent profit de la recherche. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par Peter Golder, Professeur de Marketing à Tuck School of Business et Debanjan Mitra, de l’University of Florida.
Leur étude "La recherche académique: un bien ou un mal pour les programmes MBA?" démontre que "la recherche académique participe à  valoriser l’image de l’école auprès des professeurs, des candidats, mais aussi des recruteurs sur le court et le long terme".
"Les recruteurs attachent une valeur de plus en plus importante à la recherche menée dans les business schools. Cette conclusion a d’ailleurs surpris beaucoup de monde. […] Par ailleurs, avoir la culture de la recherche est important. La capacité à structurer un problème et à le résoudre est bien plus importante que la réponse elle-même. C’est ce que les étudiants recherchent: apprendre à résoudre un problème tout seul", explique Peter Golder. Voir la vidéo de Peter Golder.

http://www.ecoles-entreprises.com/imgs/logo.gifProgrammi ta 'ġestjoni ta' livell għoli, bħal MBA, jibbenefikaw mir-riċerka. Dan jirriżulta minn studju minn Peter Golder, Professur tal-Marketing fil Tuck Iskola ta 'Negozju u Debanjan Mitra, Università ta' Florida. Studju tagħhom "riċerka Akkademiku: barka jew curse għal programmi MBA?" turi li "r-riċerka akkademika tikkontribwixxi biex issaħħaħ l-immaġni ta 'l-iskola ma' għalliema, il-kandidati, jirrekluta iżda wkoll fuq żmien qasir u twil." View video ta 'Peter Golder. More...

Posté par pcassuto à 12:36 - Permalien [#]

L'Enseignement supérieur dans le rapport de Henri Rouilleault

http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/squelettes/images/header-site-travail.jpgLe rapport sur l’emploi en sortie de récession a été remis au Ministère du Travail le 21 janvier. Henri Rouilleault, administrateur de l’INSEE, avait été chargé de son élaboration en mars 2010 par les secrétaires d’Etat à l’emploi et à la prospective (Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet).
Henri ROUILLEAULT, administrateur de l’INSEE, a été chargé le 10 mars 2010 d’une mission par les secrétaires d’Etat à l’emploi et à la prospective (Laurent WAUQUIEZ et Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET) visant à: *faire un état des lieux de l’évolution du niveau du chômage et les caractéristiques de la population concernée, *examiner l’impact de la crise sur les parcours d’emploi des salariés, *opérer un benchmark européen sur les mesures en faveur de l’emploi, *proposer les évolutions des dispositifs économiques destinés à amortir les conséquences des mutations économiques. A l’issue d’une très large concertation, avec des représentants des organisations représentatives des salariés et des employeurs, des administrations et opérateurs publics concernés aux échelons central et déconcentré, des directeurs des ressources humaines, des élus, des experts, Henri ROUILLEAULT formule 41 propositions visant à renforcer l’accompagnement des transitions professionnelles.
Extraits concernant l'Enseignement supérieur
Dans le quatrième régime, la croissance est tirée par l’innovation. Ce modèle schumpetérien suppose une forte synergie entre l’enseignement supérieur, la recherche publique et privée, les grandes entreprises et les start-up. p.11
En ce qui concerne, la formation initiale, les données font apparaître l’ancienneté de l’effort éducatif américain dans le secondaire et le supérieur, de l’effort allemand dans le secondaire, y compris l’alternance, le niveau élevé et en progression des pays scandinaves et du Japon, l’effort plus récent de la France, et le retard persistant des pays du Sud de l’Europe. p.12
Deux variantes du régime de croissance tiré par l’innovation apparaissent ainsi: la première est fondée sur le lien étroit entre les universités et les entreprises, à l’américaine, avec un fort dualisme entre les emplois technologiques qualifiés et les emplois de service; la seconde, plus inclusive, à l’instar des pays nordiques, s’appuie sur la montée en compétence et responsabilité de l’ensemble des salariés. p.13
Le quatrième régime de croissance, fondé sur l’innovation dans l’industrie et les services, prend difficilement le relais, en Europe et plus particulièrement en France. De nombreux indicateurs, dépenses de R-D, dépôts de brevets triadiques, nombre de chercheurs, dépenses pour l’Enseignement Supérieur, pourcentage de sortie de l’école sans qualification, laissent à désirer. p.40
Si l’insertion professionnelle des jeunes est globalement difficile, comme le montre l’enquête du CEREQ sur la génération sortie en 1998 du système scolaire, elle l’est sensiblement plus pour les non diplômés. La proportion des jeunes sortis non diplômés au chômage ou en inactivité est double de celle des sortis avec un diplôme du secondaire et a fortiori du supérieur. p.75
Passer à un régime de croissance tirée par l’innovation ne concerne pas que la recherche et l’enseignement supérieur, l’interface entre recherche publique et privée. p.150
Pour sortir de cette situation, il faudrait: -une implication accrue des enseignants, avec de nouveaux droits et de nouveaux devoirs pour eux: des locaux pour travailler, seul et en groupe, recevoir les élèves et les parents, davantage de formation hors temps de face à face avec les élèves, de remplacement des collègues absents, de session d’été des universités, -beaucoup moins de redoublements, et beaucoup plus de gestion de la diversité des collectifs d’élèves et d’étudiants en formation..., -davantage d’autonomie des établissements de responsabilité et des directions, dans le prolongement de la réforme des universités..., -davantage de partenariats entre les écoles, les universités, et entreprises, pour l’alternance
éducative, la découverte des métiers, -une concentration des efforts financiers sur la petite enfance et sur l’Université, -des objectifs contractualisés à tous les niveaux. p.187
La France a dans de nombreux secteurs d’activité un problème de compétitivité non seulement par rapport aux pays émergents mais aussi par rapport à l’Allemagne. La priorité à l’innovation, la recherche, l’enseignement supérieur, l’investissement matériel, l’une des conditions nécessaires pour restaurer notre compétitivité dans une économie mondialisée, ne doit pas renforcer ni la fracture numérique ni la fracture sociale. p.197
http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/squelettes/images/header-site-travail.jpg The employment report emerges from recession has been submitted to the Ministry of Labour on January 21.  Rouilleault Henry, director of the INSEE, was responsible for its development in March 2010 by the Secretaries of State for Employment and Foresight (Laurent Wauquiez and Nathalie Kosciusko-Morizet).
Extracts on Higher Education
In the fourth regime, growth is driven by innovation. This model assumes a Schumpeterian strong synergy between higher education, research, public and private, large companies and start-ups. p.11
As regards the initial training, the data show the antiquity of the educational effort in American secondary and higher education, the German effort in the secondary, including alternating high and rising Scandinavian countries and Japan, the latest effort of France, and the continuing delay in the South of Europe. p.12
Also on the blog Strengthen the support of professional transitions and the French documentation Anticipate changes and build consensus - the obligation to negotiate the three-year planning mechanism jobs and skills. More...

Posté par pcassuto à 12:16 - - Permalien [#]
Tags :

Jeunes et alternance au COE

http://www.coe.gouv.fr/IMG/siteon0.pngRéunion de travail du jeudi 6 janvier 2011
Au cours de cette séance conscrée à l’emploi des jeunes, le Conseil a entendu Benoît Coeuré, Directeur général adjoint du Trésor, Patrick Hetzel, Directeur général de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, Isabel Lecrique, Responsable de l’Unité Développement des Compétences Opérateurs à la RATP et Régis Barbier, Directeur de la mission locale de Beaune.
Présentation d'Isabel Lecrique. Présentation de Régis Barbier. Présentation de Benoît Coeuré.
Benoît Coeuré: 1.En France, les jeunes cumulent de nombreuses difficultés sur le marché du travail, 2.En comparaison internationale, notre retard en matière d’emploi des jeunes doit être en partie relativisé, 3.Quelles causes aux difficultés d’insertion des jeunes sur le marché du travail? Similitudes et différences des conditions d’insertion des jeunes par rapport aux actifs plus âgés, 4.Éléments de constat concernant quelques politiques pour l’emploi des jeunes, 5.La question des discriminations.
Les difficultés d’accès àl’emploi des jeunes non diplômés français (les «laissés-pour-compte»), bien qu’importantes, sont dans la moyenne (OCDE, «Des emplois pour les jeunes», 2009). Toutefois, les jeunes diplômés rencontrent généralement des difficultés plus importantes qu’ailleurs du fait notamment d’une mauvaise adéquation entre certaines formations initiales et les besoins du marché du travail.
•Favoriser le travail non qualifié: *En France, le ratio «salaire minimum»/ «salaire médian »est le plus élevéde l’OCDE (63% en 2008, contre 46% en moyenne dans l’OCDE), *Mesures déjàmises en oeuvre: modération du Smic; allégements de charges sur les bas salaires
•Faciliter les transitions sur le marchédu travail: *Le dualisme insiders/outsiders: effet ambigu sur le niveau de chômage structurel; effet négatif sur les conditions d’insertion des nouveaux entrants, notamment les jeunes, *Vers une «flexicurité» à la Française: rupture conventionnelle; meilleure prise en charge des transitions (CRP-CTP, FPSPP…)
•Les contrats aidés (hors alternance) peuvent être utiles lors d’une conjoncture très dégradée ou pour les publics très éloignés de l’emploi. Ces contrats, notamment les contrats non marchands, ne semblent pas une solution efficace pour faciliter l’insertion durable des jeunes sur le marchédu travail.
•L’orientation des étudiants doit être effectuée davantage en fonction des besoins du marchédu travail, exemple: taux de chômage pour les docteurs 3 ans après leur thèse est de 14% en «Lettres et Sciences humaines» et de 4% en «Mécanique, Électronique, Informatique, Sciences de l'ingénieur».
Taux de chômage des docteurs
•Même pour des docteurs, l’exposition au chômage peut être significative
•Elle varie très fortement selon leur spécialité et selon la proximité avec l’entreprise au cours de leur thèse.
L’alternance: son développement ne passe pas nécessairement par des questions financières

L’alternance connaît une nette progression depuis 2005 et constitue l’une des pistes les plus prometteuses
•Toute chose égale par ailleurs, l’apprentissage augmente de 7 pts la probabilitéd’être en emploi3 ans après (+3% pour le salaire) par rapport àune formation par voie scolaire (Abriac & alii, 2009)
•L’alternance fait l’objet d’aides et de dispositions fiscales très incitatives: environ 50% du coût d’un apprenti est subventionné+ prise en charge des cotisations salarié
•Seuls 1/3 des 16-20 ans passent par l’alternance en France contre 2/3 en Allemagne: *Les «facteurs financiers»(coût pour les entreprises, attractivitéde la rémunération des apprentis) ne font pas apparaître de différentiel significatif en faveur de l’Allemagne. *La comparaison avec l’Allemagne souligne dans ce pays: la forte structuration de la filière et intégration au système de formation initiale, l’orientation précocevers l’alternance (àla différence du collège unique), la durée plus longue des formations en alternance, l’accès réservé à des professions réglementées.
Isabel Lecrique: La RATP a placé l’insertion et l’accès à l’emploi en priorité des jeunes, au coeur de sa politique sociale et de développement local. Elle marque ainsi sa volonté de faire du transport un facteur d’intégration et de développement de la solidarité urbaine. *Une traduction à travers des engagements forts basés sur l’égalité des chances, la non discrimination et la diversité. *Une volonté d’embauche des jeunes (- 26 ans) sur des CDI/sous statut ou via un dispositif spécifique d’insertion et de formation en alternance...
Régis Barbier: Alternance = nécessité d’une approche qualitative
Un dispositif de médiation depuis 2002 devenu expérimentation départementale en 2009: → limiter les abandons en cours de formation, → réduire le décrochage et ses effets. = accompagnement extraprofessionnel, = processus de conciliation, = travail avec les branches, les CFA et les consulaires...

http://www.coe.gouv.fr/IMG/siteon0.png Munka találkozó csütörtök, január 6., 2011
Ez alatt az ülés conscrée a fiatalok foglalkoztatására, a Tanács meghallgatta Coeuré Benedek, főigazgató-helyettes a Pénzügyminisztérium, Patrick Hetzel, főigazgató, Felsőoktatási és foglalkoztathatóság, Isabel Lecrique, vezetője Készségfejlesztés egység üzemeltetők az RATP és Regis Barber igazgatója, a helyi küldetésének Beaune.
Bemutatása Isabel Lecrique. Bemutatkozik Régis Barbier. Bemutatkozik Benedek Coeuré. Még több...

Posté par pcassuto à 11:37 - - Permalien [#]
Tags :