23 janvier 2011

Pôle Emploi lance un webmag consacré à l'emploi

http://www.slate.fr/widgets/cartouche_pemploi.jpgPôle Emploi vient de mettre en ligne emploiparlonsnet.fr, un site internet dont la ligne éditoriale se base sur le concept du webmagazine avec un sujet de prédilection: l'emploi et le contexte socio-économique. En partenariat avec des sites tels que Slate.fr ou Lesinfluences.fr, il traite des questions d'actualité, veut ouvrir des perspectives et des débats en faisant intervenir intellectuels et chercheurs. Les internautes sont invités à participer en postant analyses, études, idées et commentaires.
Toute la semaine, le philosophe Edgar Morin indique ses idées de réforme. Aujourd’hui : les nouvelles solidarités. Recueilli par Emmanuel Lemieux.
EPN : Que diriez-vous en 2011 à un chômeur occidental qui désespère ?
Edgar Morin :  Que la croissance est un mirage, que l’on ne peut plus croire au progrès ininterrompu et que face au modèle ancien de l’économie, il faut envisager la perspective de nouveaux métiers, notamment verts, et  « démondialiser », nous y reviendrons, des activités . Il nous faut inventer aussi de nouvelles solidarités dans un contexte où l’Etat-providence est en en retrait. Ce que j’essaie de formuler, c’est une politique autre.
EPN : Ces nouvelles solidarités pourraient-elles prendre quelle voie ?
E.M : J’avais proposé d’expérimenter, il y a quelques années, des « maisons de solidarité » qui auraient pu être généralisées dans les villes et les quartiers. Ces « Crisis centers » concentreraient en un même lieu des organismes comme Pôle emploi, mais aussi des associations humanitaires, un centre d’accueil pour toutes les détresses urgentes. Ces centres auraient été animés par un corps de volontaires solidaristes et de professionnels, mobilisables à tout moment pour des besoins autres que celles remplis par le SAMU ou les hôpitaux.
Je crois aussi au développement de l’économie solidaire, pouvant prolonger sous certaines formes l’économie mutualiste, avec  des initiatives s’appuyant ou suscitant des solidarités locales.
Une société ne peut évoluer en complexité, c’est-à-dire tout à la fois en autonomie, en liberté et en communauté, que si elle progresse en solidarité. Tout cela ne peut qu’encourager au sentiment vécu d’appartenance à la communauté.
EPN : Quel est le principal obstacle aux nouvelles solidarités ?
E.M : Ce qui frappe par exemple les étrangers, venant d’Asie ou d’Afrique, c’est le sort que l’Occident réserve à ses vieux. Le progrès nous a apporté l’individualisme, or celui-ci est ambivalent. Il a, sans doute, affirmé le sens de la responsabilité mais en même temps, il a déclenché le retour sur soi, et même le repli. Toute métamorphose de société paraît difficile L’individu-sujet détient deux logiciels, celui du « Moi-je » et celui du « Nous ».  Le Moi-je est vital pour se nourrir, se défendre, se développer. Le logiciel du Nous inscrit le Je dans une relation d’amour ou de communauté au sein de sa famille, de sa patrie, de son appartenance religieuse, de son parti. Notre civilisation a surdéveloppé le logiciel individualiste, mais le second dort : à nous de le réveiller. »
http://www.slate.fr/widgets/cartouche_pemploi.jpg Centru Job għandu biss jitqiegħed fuq l-internet emploiparlonsnet.fr, websajt li editorjali linja hija bbażata fuq il-kunċett tar-rivista online ma 'suġġetti favoriti: l-użu u l-iżvilupp ekonomiku soċjo. Fi sħubija ma 'siti bħal Slate.fr jew Lesinfluences.fr, jittratta dwar kwistjonijiet attwali, trid tiftaħ perspettivi u d-dibattiti li jinvolvu intellettwali u riċerkaturi. Il-klijenti huma mistiedna biex jipparteċipaw bl-affissjoni, studji analiżi, ideat u kummenti. More...

Posté par pcassuto à 08:46 - - Permalien [#]
Tags :