http://www.cereq.fr/images/b278.pngBref du CEREQ  n°278, octobre 2010. Former les seniors pour les maintenir en emploi ? L’idée fait florès. Toutefois, concentrer les efforts sur la catégorie des «seniors» n’est pas nécessairement la panacée. En effet, l’âge ne fait qu’accentuer un rapport à la formation essentiellement lié au niveau de qualification. L’amélioration de l’accès à la formation doit s’opérer d’autant plus tôt que les salariés sont peu qualifiés. La frontière des 50 ans, voire celle des 45, s’avère beaucoup trop tardive pour bon nombre d’entre eux.
Parmi les moyens visant à sécuriser les trajectoires professionnelles des individus, la formation vient en bonne place. Pour que son impact ne reste pas un voeu pieux, il faudrait faire de la formation un véritable outil de promotion, de reconversion ou de maintien dans l’emploi. Cela suppose des modalités à la hauteur des enjeux invoqués, et ce tout au long de la vie, surtout pour les moins qualifiés qui peinent plus que les autres à rester dans la course. Qu’en est-il aujourd’hui des effets de l’âge sur l’accès à la formation et sur le type de formations suivies?
En 2006, 44% des salariés ont accédé à la formation. Cette moyenne cache toutefois de nombreuses disparités parmi lesquelles celles liées à l’âge: le taux d’accès à la formation décroît à mesure que l’âge augmente, passant progressivement de 51% pour les moins de 30 ans à 28% pour les plus de 60 ans.
Les cadres de 50 ans se forment plus que les ouvriers de 30 ans

Dans l’ensemble, plus on vieillit moins on se forme. Certes, mais la formule ne s’applique pas dans les mêmes proportions quel que soit le profil du salarié. Si l’âge imprime clairement sa marque sur l’accès à la formation, il n’est qu’un facteur aggravant des inégalités qui partagent les salariés en fonction de la catégorie socioprofessionnelle.
Plus de la moitié des cadres âgés de 50 à 59 ans ont accédé à la formation au cours de l’année 2006 ; c’est le cas de 18 % des ouvriers aux mêmes âges. Ainsi, l’écart le plus marquant ne tient pas tant aux âges qu’aux catégories car, au final, les cadres de plus de 50 ans se forment plus que les ouvriers de moins de 30 ans. Le constat, déjà dressé dans d’autres enquêtes, est réaffirmé : l’accès à la formation est plus favorable aux plus qualifiés, et secondairement aux plus jeunes.
Les contrastes ne se limitent pas au seul accès à la formation. Ainsi le nombre de formations suivies au cours d’une année décroît avec l’âge et amplifie les inégalités: 14% des moins de 30 ans ont suivi trois formations ou plus, pour 10% des plus de 50 ans. Une fois de plus, l’âge ne vient jouer que comme facteur aggravant des inégalités liées à la catégorie socioprofessionnelle : parmi les plus de 50 ans, 23% des cadres ont suivi trois formations ou plus, contre seulement 2% des ouvriers. La différence vient jouer dès le début de la vie active: parmi les moins de 30 ans, 35% des cadres ont suivi trois formations au moins, contre seulement 5% des ouvriers.
La façon de se former divise également les salariés selon l’âge et cet aspect n’est pas négligeable. Alternance, cours et stages, auto-formation et formation en situation de travail (FEST) se différencient à maints égards. Les conditions d’apprentissage, le niveau de transférabilité des savoirs acquis, et surtout les coûts ne sont pas neutres. Ces dimensions jouent sur l’investissement consenti tant par les salariés que par leurs employeurs et n’ont pas les mêmes impacts sur la carrière.
Seule la part de cours et stages s’élève progressivement avec l’âge: de 67% pour les moins de 30 ans, elle passe la barre des 80% pour les plus de 50 ans.
http://www.cereq.fr/images/b278.png Korte CEREQ No 278, oktober 2010. Senior trainen om hen werk te houden? Het idee verspreidde zich als een wildvuur. Echter concentreren op de categorie van "senior" is niet noodzakelijkerwijs een wondermiddel. Inderdaad, leeftijd voegt slechts een verslag aan opleidingen voornamelijk gerelateerd aan het niveau van de kwalificatie. Verbetering van de toegang tot opleiding moet plaatsvinden, zelfs eerder dan de werknemers slecht worden gekwalificeerd. De grens van 50 jaar, zelfs dat van 45, is veel te laat voor velen van hen. Onder de middelen voor het vastzetten van de loopbaan trajecten van individuen, de opleiding is in de juiste plaats. Zodat de impact niet blijft een vrome wens, zou het trainen van een echte marketing tool, herscholing of jobbehoud. Dit vereist procedures om de inzet verhoogd, en dit gedurende het hele leven, vooral voor de minder geschoolde die meer moeite dan anderen om te verblijven in de race. Hoe zit het vandaag de gevolgen van de vergrijzing op de toegang tot opleiding en het type van de cursussen gehouden? In 2006 hebben 44% van de werknemers toegang tot de opleiding. Maar dit gemiddelde verbergt veel verschillen met inbegrip van die in verband met leeftijd: de snelheid van de toegang tot opleiding af naarmate de leeftijd toeneemt, geleidelijk stijgend van 51% voor degenen onder de 30 jaar tot 28% voor meer 60. Meer...