http://www.vocatis.fr/local/cache-vignettes/L100xH111/arton16119-e0f34.jpgPar C.G. Si déposer un dossier de demande de CIF (Congé Individuel de Formation) est un droit ouvert à tout salarié pouvant justifier d’une ancienneté de 24 mois, consécutifs ou non, en qualité de salarié (dont une ancienneté de 12 mois dans l’entreprise pour laquelle travaille le salarié au moment de la demande. Les salariés en CDD ont également accès au CIF sous certaines conditions), il faut savoir qu’il existe des profils prioritaires. En effet, à côté des critères objectifs requis pour voir aboutir sa demande, divers éléments peuvent jouer ou non en votre faveur : niveau d’études, nombre d’années d’expérience professionnelle, taille de l’entreprise et revenus.
« Nous ne pouvons pas financer toutes les demandes de CIF qui nous parviennent » avoue Sandra Le Goascogne, chargée des relations partenariales au Fongecif Ile-de-France, «  Les commissaires qui étudient les dossier les sélectionnent donc à la fois sur la qualité du projet professionnel que sur d’autres critères plus personnels ».
« Les + de 40 ans avec faible niveau d’études sont favorisés »

« D’une manière générale, la priorité est accordée aux personnes de plus de 40 ans dotées d’un faible niveau d’études et en poste dans les TPE/PME. Ces critères sont justifiés par le fait que ces catégories de personnes ont davantage besoin de se former pour rester en adéquation avec le marché de l’emploi. Il est clair qu’un jeune diplômé à bac + 5 avec cinq ans d’expérience n’a que peu de chances de voir son dossier retenu... Même chose concernant la taille de l’entreprise : nous estimons que les grandes entreprises, a fortiori les grands groupes, ont des moyens plus conséquents et peuvent donc plus facilement former leurs salariés en interne, en utilisant le plan de formation. A ce propos, il faut ajouter que les commissaires n’aiment pas les demandes de formations qui seraient trop proches du poste occupé par le salarié car ils estiment qu’elles pourraient alors entrer dans le plan de formation de l’entreprise, et donc relever de son financement ».
Comment mettre tous les atouts de son côté si l’on n’a pas le « profil type » ?

Même si l’on n’a pas la chance d’entrer dans une catégorie dite « prioritaire », certains éléments peuvent booster un dossier.
- Un bilan de compétence préalable
« Ce n’est pas obligatoire, mais une demande de CIF appuyée par un bilan de compétence est ressentie comme positive car cela montre qu’il y a eu réflexion en amont » note Sandra Le Goascogne.
- Une formation diplômante
Le manque de budget mais aussi le fait que la formation demandée ne soit pas diplômante sont les deux principaux critères de refus de prise en charge d’un CIF. Autant viser tout de suite un cursus diplômant.
- Un argument en béton
« Nous avons eu le cas d’un jeune homme de 27 ans qui souhaitait obtenir un diplôme d’ingénieur. A priori, il n’entrait pas dans les catégories prioritaires car trop jeune et sans expérience professionnelle conséquente. Il est revenu vers nous en expliquant que la formation qu’il visait n’acceptait plus d’étudiants passés 28 ans. Son dossier a finalement été repêché ».
- Proposer un co-financement
Il faut être logique: un CIF ne va pas financer un MBA complet. Bien trop cher. Jouer la carte de la bonne volonté en affichant la possibilité d’un co-financement peut donner un coup d’accélérateur à votre dossier. « Le candidat qui propose de prendre à sa charge une partie du financement de la formation marque des points car il prouve sa motivation. Quoiqu’il en soit, il faut savoir que dans le cas de formations comme les Mastères Spécialisés ou les MBA, vous aurez en charge au moins 50 % des coûts pédagogiques. Cela répond à une logique simple : plus vous gagnez bien votre vie, plus il sera considéré que vous pourrez participer financièrement. D’une manière générale, quelle que soit la formation, il reste toujours une petite partie prise en charge par le salarié d’au moins 100 euros ». Une façon aussi de responsabiliser le candidat qui a la chance de voir sa formation prise en charge.
http://www.vocatis.fr/local/cache-vignettes/L100xH111/arton16119-e0f34.jpgBy GC If file an application for CIF (Individual Training Leave) is a right open to any employee who can demonstrate a tenure of 24 months, consecutive or otherwise, as an employee (including a tenure of 12 months in undertaking for which the employee works at the time of application. Employees in CDD also have access to CIF under certain conditions), be aware that there are priority profiles. Indeed, besides the objective criteria required for a successful outcome application, various elements can play or not in your favor: education level, years of professional experience, company size and income. "We can not fund all the requests we receive CIF" admits Sandra Goascogne, responsible for partner relations at Fongecif Ile-de-France, "The commissioners who study the issue therefore select both on the quality of the project professionally and other more personal."More...