14 octobre 2010

Le classement des universités qui mènent vers l'emploi

lexpress.frParis-II, Lyon-I, Rennes-I et Paris-13 sont en tête du classement des universités jugées sur la capacité de leurs étudiants de trouver un emploi établi par le ministère français de l'Enseignement supérieur et à paraître dans le Figaro Magazine daté du 16 octobre.
Qualifié par le ministre Valérie Pécresse de "vraie révolution des mentalités", ce classement, premier du genre, est à paraître dans le Figaro Magazine daté du 16 octobre. Télécharger le Palmarès des Universités pour l'Insertion.
"L'insertion professionnelle est devenue la nouvelle mission des universités", déclare la ministre. En tête des universités où les étudiants ayant Bac + 5 ont trouvé un emploi au bout de 30 mois, on trouve Paris-II (94,9%), au coude-à-coude avec Lyon-I (94,5%), Rennes-I (94,3%) et Paris-13 (94,3%). En France métropolitaine, Perpignan ferme la marche avec 84,1%, juste derrière Aix-Marseille-I et Toulouse-2, toutes deux à 85%.
L'université de l'île de La Réunion est en queue de classement avec 77,6%. En moyenne, dans les 68 universités classées, 91,4% des étudiants ont trouvé du travail au bout de deux ans et demi. Dans le classement filière par filière, Lyon-II est la mieux placée pour l'insertion dans le monde du travail de ses étudiants dans les domaines des sciences, des techniques et de la santé. Pour le droit, l'économie et la gestion, Paris-II arrive en tête. Reims est leader pour les sciences humaines et sociales, de même que Paris-III pour les lettres, les langues et les arts.
Le pre­mier pal­ma­rès des uni­ver­si­tés fran­çaises pour l'insertion des étudiants est dévoilé par la ministre de l'Enseignement supé­rieur, Valérie Pécresse, dans le Figaro Magazine à paraître samedi, et fait état en moyenne de 91,4% des bac+5 ayant décro­ché un emploi après trente mois.
Après avoir fixé comme nou­velle mis­sion aux uni­ver­si­tés l'insertion pro­fes­sion­nelle par la loi d'autonomie de 2007, Mme Pécresse avait lancé une enquête natio­nale qui a débou­ché sur un pal­ma­rès, pour l'instant uni­que­ment pour les diplô­més de niveau mas­ter (bac+5).
"C'est la pre­mière fois qu'on obtient un indi­ca­teur com­mun à toutes les uni­ver­si­tés. Il va ser­vir d'outil pilo­tage tant pour elles que pour l'Etat", a-t-on pré­cisé au minis­tère de l'Enseignement supérieur.
Trente mois après avoir été diplô­més, 91,4% des bac+5 ont trouvé un emploi, dont 92,3% issus des facul­tés de sciences, tech­niques et santé, 92,2% de droit, écono­mie, ges­tion, 90,1% de sciences humaines et sociales et 86,9% de lettres, langues et arts.
Dans un entre­tien au Figaro Magazine, Mme Pécresse estime que beau­coup de "pré­ju­gés tombent à la lec­ture de l'enquête": les taux sont "presque com­pa­rables à ceux des grandes écoles", "les entre­prises pri­vées recrutent deux diplô­més sur trois", "les uni­ver­si­tés de proxi­mité affichent sou­vent d'excellents résul­tats" (Angers, Chambéry, La Rochelle, Pau...).
En revanche, "les résul­tats en bio­lo­gie sont très infé­rieurs à la moyenne", "il fau­dra faire évoluer les études d'histoire et géo­gra­phie" et "il y a visi­ble­ment une forme de +déclas­se­ment+ au démar­rage avec trop peu de cadres" pour les diplô­més en arts et lettres, selon la ministre. Les don­nées ont en effet per­mis de cal­cu­ler les taux d'étudiants ayant un emploi de cadre au bout de trente mois: 85,9% des diplô­més de sciences, tech­niques et santé mais 57,1% de ceux des filières lettres, langues et arts.
L'enquête apporte des indi­ca­tions sur l'insertion, le niveau de recru­te­ment, le sta­tut de l'employeur (public, privé) et la part des CDI. Mme Pécresse va deman­der une "cer­ti­fi­ca­tion Insee" pour qu'elle soit "plei­ne­ment reconnue". Les résul­tats sont pris en compte à par­tir d'au moins 30% de réponses et une poi­gnée d'universités (dont Dauphine et Jussieu) n'a pas participé.
Voir l'analyse de Pierre Dubois sur son blog Educpros dans un article intitulé: "Insertion. Non et non, Valérie!". Voir l'analyse de Michel Lussault sur son blog Educpros dans un article intitulé: Classe/Penser.

lexpress.fr Parijs II, Lyon-I, Rennes en Paris-I-13, leidt de rangschikking van de universiteiten beoordeeld op het vermogen van hun studenten werk vinden opgericht door het Franse Ministerie van Hoger Onderwijs en gepubliceerd in Le Figaro Magazine dd 16 oktober. Beschreven door de minister Valerie Pecresse "echte revolutie in het denken," deze classificatie, de eerste van zijn soort, is om te verschijnen in Le Figaro Magazine dd 16 oktober. "De inzetbaarheid is uitgegroeid tot de nieuwe missie van de universiteiten", zei de minister. Vooraanstaande universiteiten, waar studenten die Bac + 5 een baan gevonden na 30 maanden is er in Parijs-II (94,9%), elleboog aan elleboog met Lyon-I (94,5%) Rennes-I (94,3%) en Parijs-13 (94,3%). In Frankrijk, Perpignan de achterzijde met 84,1%, net achter Aix-Marseille en Toulouse-I-2, zowel op 85%. Meer...

Posté par pcassuto à 23:03 - - Permalien [#]