Propos recueillis par Yves Rivoal. Saviez-vous qu’un intérimaire a près d’une chance sur deux de voir sa demande de CIF acceptée? Qu’il peut demander un DIF au même titre qu’un salarié fixe? Le point avec Philippe Troubat, responsable de l’activité CIF au sein du fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAFTT), l’organisme chargé de financer les formations des intérimaires.
Quels sont les droits des intérimaires en matière de formation ?
Ils bénéficient d’abord, comme n’importe quel salarié, du plan de formation que leur entreprise d’intérim a l’obligation d’établir chaque année. Les intérimaires ont également accès aux formations en alternance, contrat de professionnalisation et contrats spécifiques à la branche du travail temporaire (CIPI et CDPI). Pour les dispositifs à l’initiative du salarié, les intérimaires sont là encore logés à la même enseigne que les autres salariés puisqu’ils ont eux aussi accès au droit individuel à la formation (DIF), au congé individuel de formation (CIF), au congé de bilan de compétences et à la validation des acquis de l’expérience (VAE). Seules les conditions d’acceptation et les délais changent.
C’est à dire ?
Si l’on prend l’exemple du CIF, l’ancienneté se mesure en heures et non pas en mois. Pour en bénéficier, il faut justifier d’une mission en cours ou terminée depuis moins de trois mois, avec au moins 1 600 heures cumulées d’intérim, dont au moins 600 heures au cours des 18 derniers mois dans l’entreprise de travail temporaire qui emploie l’intérimaire. Il faut effectuer la demande à peu près cinq mois avant la date d’entrée en formation. Pour le DIF, les conditions d’accès se calculent par tranche de 40 heures, jusqu’à 120 heures, et non pas par tranche de 20 heures comme dans le régime conventionnel. Il faut totaliser sur les 24 derniers mois au moins 2 700 heures de mission en intérim, dont 2 100 dans l’entreprise d’intérim qui emploie l’intérimaire. Autant dire que le dispositif est réservé à ceux qui travaillent quasiment à temps plein.
Concernant le CIF, quels sont les critères de financement des dossiers ?

Notre budget permet de financer environ un dossier sur deux actuellement. Les partenaires sociaux souhaitent concentrer leurs efforts, d’une part sur les salariés qui en ont le plus besoin - premiers niveaux de qualification, plus de 45 ans, handicapés… - d’autre part, sur les projets les plus réalistes. En remplissant le questionnaire projet dans le dossier, le demandeur devra notamment apporter la preuve qu’il connaît bien l’emploi vers lequel il souhaite s’orienter et le marché du travail dans sa région.
Auprès de qui l’intérimaire doit-il déposer sa demande de formation ?

Auprès de l’entreprise de travail temporaire qui l’emploie. Pour obtenir des informations ou des conseils, il peut contacter les représentants du personnel, le DRH de l’entreprise de travail temporaire ou le FAFTT.
Le FAF TT en quelques chiffres

En 2008, le FAF TT a financé 17 500 formations en alternance, 3 000 CIF, 230 bilans de compétences et 70 VAE. Dans le cas du CIF, le financement comprend la prise en charge du coût pédagogique, la rémunération du salarié à hauteur de 80 ou 90 % et éventuellement les frais annexes. Pour le bilan de compétences, nous intervenons dans la limite de 1 525 euros avec une prise en charge de la rémunération de l’intérimaire si le bilan est effectué sur le temps de travail.
Interview door Yves Rivoal. Wist u dat er vooruitgang is bijna een op de twee kans op de toepassing van de CIF geaccepteerd? Hij kan verzoeken om een DIF op dezelfde manier dat een werknemer vast? Het punt met Philippe Troubat verantwoordelijk voor de CIF-activiteit in het ziekenfonds opleiding van tijdelijk werk (FAFTT), de organisatie die verantwoordelijk is voor de financiering van de opleiding van uitzendkrachten. Meer...