22 septembre 2010

Filières professionnelles et générales à l’université: l’impact du parcours sur l’insertion

La professionnalisation de l’enseignement supérieur est souvent justifiée par une indéniable meilleure insertion des jeunes sortants des filières professionnelles en regard des sortants des filières générales. Net-Doc-69.
Une hypothèse est alors érigée en évidence: c’est la formation elle-même qui apporte cet avantage comparatif. Or, il existe une explication alternative liée à la sélectivité des filières professionnelles. Les performances à l’insertion sont alors le reflet des caractéristiques individuelles et des performances dans le système éducatif au cours du parcours de formation antérieur. Éléments qui ont permis d’intégrer les filières sélectives. Or, étendre la professionnalisation c’est nécessairement baisser la sélectivité et donc éventuellement annihiler tout avantage comparatif. A l’appui de cette conjecture, pour les jeunes sortants du système éducatif en 2004 au niveau L3 observés au premier emploi, il s’avère effectivement que la sélection en amont pour accéder aux licences professionnelles explique en grande partie l’avantage à la primo insertion par rapport aux sortants de licences générales. Au niveau L3, professionnaliser davantage les filières via une inévitable baisse de sélectivité pourrait alors avoir des effets très limités sur l’insertion à l’avenir...
En résumé et en conclusion, les avantages à l’insertion constatés en moyenne pour les sortants de licence professionnelle et vraisemblablement d’autres filières professionnalisées, pourraient bien être finalement surtout liés à leurs performances scolaires antérieures et aux caractéristiques des emplois auxquels ils accèdent. Une professionnalisation de la filière L au niveau L3 qui conduirait à doter la très grande majorité des sortants de licences professionnelles améliorerait-elle alors la situation de tous ces sortants de L3? Rien n’est moins sûr, car nos résultats suggèrent qu’il n’y a pas « d’effet propre » de la licence professionnelle sur l’insertion. Or, augmenter l’accès au L3 professionnel c’est nécessairement baisser la sélectivité à l’entrée, sélectivité qui explique une grande partie de l’avantage relatif des sortants actuels de ces filières sur le marché du travail. On peut objecter que professionnaliser le L3 c’est aussi permettre à tous les jeunes sortants de L3 d’accéder à des segments du marché du travail auxquels accèdent davantage les jeunes licenciés professionnels aujourd’hui. Toutefois, d’une part, rien n’indique que cet accès privilégié ne soit pas en tout ou partie lié à leurs meilleures performances relatives dans le système éducatif. D’autre part et surtout, c’est supposer que les emplois à fort contenu technique vont se développer au niveau de qualification intermédiaire (emplois cibles des L3), ceci au détriment des emplois à contenus plus généraux qui nécessitent des compétences transversales. C’est plutôt la tendance inverse qui est à l’oeuvre comme en témoigne la projection à 2015 de la DARES (Chardon, Estrade et Toutlemonde 2005). Ainsi, les emplois en expansion sont plutôt à contenus transversaux et polyvalents et nécessitent donc une certaine adaptabilité. Nos résultats suggèrent, comme d’autres études, que les capacités d’adaptation sont plutôt acquises au sein des formations générales. La nécessité de professionnaliser les formations du supérieur, au moins au niveau L3, devient alors très relative.

De professionalisering van het hoger onderwijs zijn vaak gerechtvaardigd door een onmiskenbare betere integratie van jonge afgestudeerden uit het beroepsonderwijs programma's in het licht van de afgestudeerden van het algemeen onderwijs. Net-Doc-69. Een hypothese is opgezet als bewijs: het is de opleiding zelf, dat brengt dit comparatieve voordeel. Er is echter een alternatieve verklaring in verband met de selectiviteit van het mbo. De voorstellingen worden dan toegevoegd om het systeem weerspiegelen de individuele kenmerken en prestaties in het onderwijs in de loop van de vorige training. Items die hebben geholpen om de selectieve opties. Nu, het uitbreiden van de professionele se lager is de selectiviteit en wellicht dus enig voordeel teniet. Ter ondersteuning van dit vermoeden, voor jonge schoolverlaters in 2004 L3 job te beginnen op gewezen, het is eigenlijk de selectie voor upstream toegang tot de professionele licenties verklaart grotendeels het voordeel in het basisonderwijs inbrengen in vergelijking met uitgaande algemene vergunningen. Op L3, meer professionele cursussen door middel van een onvermijdelijke vermindering van de selectiviteit zou kunnen hebben dan de zeer beperkte gevolgen voor de invoeging in de toekomst. Meer...

Posté par pcassuto à 21:24 - - Permalien [#]
Tags :


Identifier et décrire des métiers

Par Jean-Paul Cadet et Samira Mahlaoui. Bien qu’elles ne soient pas nouvelles, les « approches-métiers » ont aujourd’hui le vent en poupe dans les grandes entreprises, les administrations et les branches professionnelles. Ces démarches ont pour vocation d’identifier et de décrire des « métiers » qui font sens dans ces différents espaces. Elles viennent compléter les approches plus globales tel que le ROME (Répertoire opérationnel des métiers et des emplois) utilisé par Pôle Emploi pour classer les offres et les demandes d’emploi...
Les approches-métiers possèdent différentes finalités, que l’on peut classer en deux grandes catégories : une finalité identitaire et une finalité gestionnaire...
L’approche-métier apparaît à cet égard comme une instrumentation mise davantage au service de la gestion des ressources humaines que de l’organisation du travail. De ce point de vue, elle doit avant tout servir aux processus de recrutement, de formation, de gestion des carrières et des mobilités. En pratique, elle s’impose surtout comme un outil de gestion des mobilités dans différentes situations, comme par exemple l’aménagement de transitions internes ou externes destinées à sécuriser des parcours professionnels « menacés », ou alors la recherche de perspectives inédites de mobilités horizontales pour faire face à un ralentissement des traditionnelles mobilités ascendantes. A ce titre, elle trouve sa place dans les différentes initiatives de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences)...
Les approches-métiers n’en demeurent pas moins de lourds projets à piloter, toujours susceptibles de s’enliser s’ils ne sont pas soutenus suffisamment par les directions. En outre, leur diffusion entraîne une multiplication des langages sur le travail et par conséquent des visions très hétérogènes sur les conditions de mobilité d’un métier à l’autre. Cette multiplication risque de créer de nouvelles segmentations, nuisibles en fin de compte à la mobilité externe et fonctionnelle. Aussi, il incombe à tout promoteur d’une telle démarche de la penser le plus possible en correspondance avec les nomenclatures nationales, et d’engager à tout moment le dialogue avec ceux qui, ailleurs, sont impliqués dans des démarches analogues.
By Jean-Paul Cadet and Samira Mahlaoui. Although they are not new, the "business-based approaches" are now gaining momentum in large enterprises, governments and professional sectors. These steps are designed to identify and describe "business" that make sense in these spaces. They complement the more comprehensive approaches such as ROME (Répertoire operational trades and jobs) uses to classify the center Employment offers and job applications... The PBA trades have different purposes, which can be classified into two broad categories: one purpose of identity and purpose manager . More...

Posté par pcassuto à 21:06 - - Permalien [#]

Le droit à l’exercice d’une activité professionnelle des européens en France

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Une circulaire présente les conditions de reconnaissance d’un droit au séjour en France aux citoyens de l’Union européenne et assimilés. La circulaire du 10 septembre 2010.
Cette reconnaissance est distincte de l’octroi d’un titre de séjour, devenu facultatif. Toutefois, lorsque les citoyens de l’Union en font la demande, un titre de séjour doit leur être délivré. Par contre, les membres de famille de citoyens de l’Union demeurent soumis à l’obligation de détenir un titre de séjour. Il en est de même pour les ressortissants des États membres relevant du régime transitoire (Roumanie, Bulgarie) lorsqu’ils souhaitent une activité professionnelle. Pour ces derniers, l’accès à une activité salariée obéit à des dispositions particulières jusqu’à la fin de la période transitoire. Pour un séjour de moins de 3 mois, les ressortissants de l’UE (hors régime transitoire) bénéficient du droit d’exercer une activité professionnelle dans les mêmes conditions que les nationaux, quelle que soit la durée de celle-ci. L’exercice d’une activité salariée nécessite l’obtention préalable d’une autorisation de travail sauf dans le cadre d’un détachement, indépendamment de sa durée.
Pour un séjour supérieur à 3 mois, les ressortissants de l’UE et assimilés ne bénéficient pas d’un droit de séjour inconditionnel en France. La circulaire détaille les règles applicables aux travailleurs salariés ou non,  aux « non actifs », aux étudiants et aux membres de famille des citoyens de l’UE bénéficiant d’un droit de séjour. L’accès aux différentes activités ou professions libérales, commerciales, industrielles, artisanales ou agricoles est ouvert aux ressortissants de l’UE (hors régime transitoire) dans les mêmes conditions que les nationaux, et sous réserve, le cas échéant, de remplir les conditions règlementaires d’exercice de ces professions. Ces ressortissants ne sont pas tenus de posséder une carte de séjour. S’ils en sollicitent la délivrance, ils pourront obtenir sur justification de leur activité, la carte de séjour « CE – Toutes activités professionnelles ». La durée de ce titre pourra être modulée dans la limite de 5 ans, durée maximale fixée avant l’acquisition du droit de séjour permanent. S’ils sont salariés, la présentation d’une déclaration d’engagement ou d’emploi établie par leur employeur permet de justifier de leur activité. La circulaire précise les règles applicables en cas de perte d'emploi et de recherche d'un nouvel emploi.
NDLR: Page 16, le paragraphe 3.2.5 précise: "un droit au séjour en qualité de travailleur pourra être maintenu, sous certains conditions précisées à l'article R.121-6, en faveur des travailleurs salariés ou non salariés lorsqu'ils s'engagent dans une formation professionnelle ayant un lien avec l'activité professionnelle antérieure.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) En sirkulær fastsetter vilkårene for å anerkjenne en rett til opphold i Frankrike til borgere av Den europeiske union og lignende. Den sirkulære datert 10 september 2010. Denne anerkjennelsen er atskilt fra tildeling av en bolig, har blitt valgfritt. Men når innbyggerne i unionen, etter anmodning, må oppholdstillatelse være gitt. For cons, familien medlemmene av EU-borgerne fortsatt være underlagt kravet om å holde en oppholdstillatelse. Det er det samme for statsborgere i medlemsstatene under overgangsordning (Romania, Bulgaria) når søker en jobb. For dem er tilgangen til lønnet arbeid underlagt spesielle bestemmelser til slutten av overgangsperioden. Mer...

Posté par pcassuto à 14:45 - - Permalien [#]