Jeannette Bougrab est la nouvelle Présidente de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations pour l’Egalité depuis le 16 avril 2010. Elle a succédé à ce poste au très chiraco-fabuisien Louis SCHWEITZER, qui fut Directeur de cabinet de Laurent Fabius de 2001 à 2006 et Président du Conseil d’administration de Renault depuis 2005. Durant son mandat, il s’était particulièrement illustré sur son approche très européenne de la laïcité et une vision anglo-saxonne de la société. Le rêve de M. SCHWEITZER était, semble-t-il, d’américaniser nos fonctionnements en utilisant le levier de la lutte contre les discriminations. En cela, il était très proche des positions d’un autre chef d’entreprise, M. Yazid Sabeg, Haut Commissaire à l’Egalité. Ce joyeux tandem n’a cessé d’attaquer les principes fondamentaux de notre république, en particulier la non reconnaissance des communautés, le principe de réciprocité et la laïcité. Ils rêvaient d’une société où l’assignation identitaire serait la règle et où chaque individu serait identifié à travers ses origines et/ou son appartenance à un groupe social clairement identifié. Ils rêvaient, à l’unisson, de quotas et de statistiques ethniques, se faisant ainsi le bras armé du grand capital, qui fantasme depuis longtemps sur la plus-value du marketing communautaire.
Des débuts difficiles

Jeannette n’est pas un chef d’entreprise, elle est magistrate. Ça change tout ! Depuis sa nomination, ses prises de paroles publiques ont franchement montré un changement profond dans le positionnement de la HALDE. Que se soit sur l’expulsion des Roms, qui ne la choque pas, ou sur la laïcité qu’elle défend fermement. Elle ne s’est pas faite que des amis en interne où des fuites ont été savamment organisées sur l’augmentation de son salaire. Elle se défend en précisant qu’elle gagne le même salaire que son prédécesseur mais qu’elle, elle travaille à plein temps, faisant ainsi allusion aux multiples activités que Louis Schweitzer conservaient en dehors de la Halde. L’autre grande différence réside dans le fait qu’elle a le communautarisme en horreur. Alors que L. SCHWEITZER avait placé l’action de la Halde presque essentiellement sur la discrimination ethno-raciale, elle déclare : « je veux m’occuper de tout le monde, la Halde est là pour servir chacun d’entre nous ». Son énergie sera occupée à lutter contre toutes les formes de discriminations et en particulier celles subies par les séniors, les handicapés et les femmes. L’on sent dans ses propos une forme de reproche à l’ancien Président lorsqu’elle dit : « sur la question des femmes, je serai intraitable, je ne comprends pas pourquoi la Halde n’a pas placé la question des inégalités entre hommes et femmes au cœur de son action ! ».
L’affaire Baby-Loup
Dès son arrivée, elle a donné le ton. Elisabeth Badinter, marraine de la crèche Baby loup, à Chanteloup-les-Vignes, l’a alertée sur un conflit du travail qui met en péril la pérennité de cet établissement modèle. La directrice adjointe de cette crèche étant revenue de congé maternité en 2008, entièrement voilée de noir et porteuse de revendications religieuses (port du voile pour les femmes et prières pour les enfants). Licenciée pour faute grave et insubordination, la Directrice adjointe a porté l’affaire devant le Conseil des Prud’hommes et a saisi la Halde pour discrimination religieuse [compte rendu de cette affaire sur le site du Figaro]. Sans surprise, le Conseil de la Halde a pris fait et cause pour la salariée au mépris des principes de la laïcité. Mais cela nous y étions habitués, cette position anti-laïque étant une constante de la Haute Autorité sous la présidence de Louis Schweitzer. Dès qu’elle a eu connaissance de cette affaire, Jeannette a multiplié les prises de parole et les interviews dans lesquelles elle va à contre sens des positions de sa propre institution. Plus fort encore, elle promet une autre délibération ! L’on respire ! En effet, c’est une grande bouffée d’air de voir une personnalité de premier plan sortir du consensus mou, auquel l’on nous a trop souvent habitués, pour affirmer des prises de positions claires et respectueuses de nos valeurs républicaines communes. Alors, merci Madame la Présidente et bon courage pour la suite de votre mandat…
Jeannette Bougrab is the new President of the High Authority against Discrimination for Equality since April 16, 2010. It succeeded in this post-very chiraco fabuisien Louis Schweitzer, who was Chief of Staff of Laurent Fabius from 2001 to 2006 and Chairman of the Board of Directors of Renault since 2005. During his tenure, he was particularly distinguished in its very European approach to secularism and an Anglo-Saxon society. The dream of Dr. Schweitzer was, it seems, to Americanize our workings using the lever of the fight against discrimination. In this he was very close positions of another businessman, Mr. Yazid Sabeg, High Commissioner for Equality. This cheerful duo has continued to attack the fundamental principles of our republic, especially the non-recognition of communities, the principle of reciprocity and the secular. They dreamed of a society where identity assignment is the rule and where each individual is identified through its origins and / or membership in a social group clearly identified. They dreamed, in unison, quotas and ethnic statistics, thus making the arm of big business, that fantasy has long been the appreciation of community marketing. More...