18 août 2010

Pécresse: l'année de dix mois

Pécresse: les universités vont avoir une année organisée sur dix mois. Les universités vont avoir une année organisée sur dix mois, après un vote en ce sens de leurs conseils d'administration en juillet, a assuré mercredi sur RTL la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.
"Les universités ont fait voter en juillet par leur conseil d'administration le principe de l'allongement de la durée de l'année universitaire sur dix mois (contre neuf, parfois, auparavant), de septembre jusqu'à juin", a-t-elle dit.
Il s'agit de "mieux accompagner les étudiants", "préparer la rentrée", "faire des groupes de niveau", "avoir du tutorat personnalisé", mais aussi de "se caler sur les rentrées universitaires des autres pays", a-t-elle expliqué. "Toutes les universités" ont voté ce principe, "je vérifierai qu'elles le mettent bien en oeuvre", a-t-elle ajouté.
En mai dernier, interrogée sur le versement d'un dixième mois de bourse aux élèves boursiers, promesse du président de la République, la ministre avait affirmé que la mise en place de cette mesure dépendrait de l'engagement, ou non, des universités à mettre en place des cursus de dix mois. Elle avait alors mis au point avec la Conférence des présidents d'universités (CPU) un "cahier des charges" comprenant cet engagement.
Si la CPU n'a pas fait le recen­se­ment pré­cis des uni­ver­si­tés qui ont fait voter en conseil d'administration ce prin­cipe de dix mois, elle rap­pelle avoir signé avec le minis­tère un accord en ce sens qui n'avait pas fait l'objet d'opposition en son sein.
"Mais ces votes ne bou­le­versent pas pour autant l'année uni­ver­si­taire, car on est déjà sur dix mois", a assuré mer­credi à l'AFP au nom de la CPU Jean-Loup Salzmann, pré­sident de Paris-13 Nord Villetaneuse (Seine-Saint-Denis). "De tout temps, il y avait dix mois dans les IUT, en méde­cine et au niveau des mas­ters. C'était plus aléa­toire en sciences exactes, sciences humaines et sociales, droit et écono­mie, mais depuis deux ans, avec les pré-rentrées, les cours en petit groupe et le plan Licence, pra­ti­que­ment tous les cur­sus sont à dix mois", a-t-il affirmé. "Ce que ces votes changent, c'est que tous les étudiants bour­siers sont main­te­nant en droit d'attendre un dixième mois de bourse, en faveur duquel la CPU s'est pro­non­cée à plu­sieurs reprises", a-t-il ajouté. En guise d'exemple de pré-rentrée, M. Salzmann a expli­qué que l'université qu'il pré­side en Seine-Saint-Denis, où "la culture du livre n'est pas aussi géné­ra­li­sée qu'ailleurs", met en place du sou­tien et de la métho­do­lo­gie pour la lec­ture dans "les pre­mières semaines de septembre".
Un cur­sus de dix mois n'est pas pour autant syno­nyme de début de l'année uni­ver­si­taire dès le 1er sep­tembre, a-t-il pré­cisé, car si cer­taines uni­ver­si­tés tra­vaillent de début sep­tembre à fin juin, d'autres pré­fèrent de mi-septembre à mi-juillet.
Pecresse: universiteiten zal worden gehouden een jaar in tien maanden. Universiteiten zullen worden gehouden een jaar tien maanden na een instemmende stem van hun Raden van Bestuur in juli, woensdag gezegd op RTL-minister van Hoger Onderwijs Valerie Pecresse. "Universiteiten hebben hun stem in juli door de Raad van Bestuur op het beginsel van de verlenging van de duur van het academisch jaar van tien maanden (tegens nieuwe, soms eerder), van september tot juni," Heeft zei ze. Meer...

Posté par pcassuto à 15:28 - - Permalien [#]


Accord de coopération entre Opcalia, le Medef et Pôle emploi Champagne-Ardenne

FormaGuide - Annuaire de la formation professionnelle continue

Opcalia, le Medef et Pôle emploi signaient, le 21 juillet dernier, une convention en faveur de l’emploi et de la sécurisation des parcours professionnels en région Champagne-Ardenne. Dans ce cadre, les trois signataires ont convenus de renforcer leur coopération pour faciliter au plan régional la promotion des dispositifs de formation et d’aide à l’insertion existants. Objectif: développer particulièrement le contrat de professionnalisation et favoriser la mise en œuvre des dispositifs d’optimisation des périodes de transition professionnelle. L’accord prévoit aussi la valorisation des moyens pour la mise en œuvre de démarches de GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).
Dans le cadre de la convention, les trois partenaires s’engagent à développer les contrats en alternance particulièrement par l’utilisation du contrat de professionnalisation afin de favoriser l’intégration des jeunes dans les entreprises. Ils se sont aussi fixés comme objectif d’optimiser l’intermédiation entre les offres et les demandes d’emploi: le Medef et Opcalia veillent à la convergence des besoins de recrutement auprès des équipes de Pôle emploi. Afin de sécuriser les parcours professionnels et de réduire les périodes de transition professionnelle, les signataires vont promouvoir les ressources et moyens financiers destinés aux entreprises et aux demandeurs d’emploi dans le cadre d’actions de préparation à l’emploi. C’est ainsi que des actions de formation conventionnées financées par Pôle emploi pourront être mobilisées notamment en amont des contrats de professionnalisation. L’AFPR (Action formation préalable au recrutement) et la POE (Préparation opérationnelle à l’emploi) seront mobilisées dans le cadre de la convention nationale en cours de négociation, en adéquation avec le besoin de l’entreprise et le profil du futur salarié.
Un engagement mutuel
En outre, les signataires de la convention se sont engagés à étudier le montage de projets communs visant la qualification et requalification des salariés et demandeurs d’emploi. Cela passe notamment par l’acquisition des socles de compétences et savoirs de base indispensables à l’insertion professionnelle. Dans ce cadre, l’outil Opcalia « 1001 Lettres » a été retenu comme un des éléments de réponse à cette problématique.
Commentant cette annonce, Pierre Possémé, président du Medef Champagne-Ardenne, Jean-Marie Holvoët, président d’Opcalia Champagne-Ardenne, et Jean-Marc Vermorel, directeur régional de Pôle emploi Champagne-Ardenne, déclarent conjointement: « La situation de crise économique et de tensions sur l’emploi, la création de Pôle emploi et l’évolution du système de formation professionnelle ont incité les acteurs de l’emploi et de la formation que sont Pôle emploi, le Medef et Opcalia à agir de manière concertée pour sécuriser les trajectoires professionnelles et renforcer la compétitivité des entreprises. En signant cet accord, nous exprimons notre engagement à favoriser l’articulation de nos moyens et outils auprès de nos réseaux respectifs et agir auprès des autres institutions en charge de la politique de l’emploi, pour faciliter la prise en compte territoriale des besoins d’emplois et de qualifications des entreprises. »

Formaguide - Directory of vocational training

Opcalia, the MEDEF and employment center signed on 21 July, an agreement for the employment and career security in the region Champagne-Ardenne. In this context, the three signatories have agreed to strengthen their cooperation at regional level to facilitate the promotion of training schemes and support the existing integration. Objective: To develop particular professional contract and promote the implementation of devices optimized periods of career transition. The agreement also provides for the recovery means for implementing steps GPEC (Management of jobs and skills). More...

Posté par pcassuto à 15:12 - - Permalien [#]

Une étudiante rennaise saisit le tribunal administratif

http://www.amf29.asso.fr/html/CCF_2008/LOGOS/LOGO%20TELEGRAMME.jpgUne étudiante de l'IUFM de Bretagne a engagé un recours devant le tribunal administratif de Rennes pour obtenir une équivalence de 1ère année de master, nécessaire dès la rentrée 2010 dans le cadre de la masterisation des concours de l'enseignement. Hannah Nehlig-Burnouf a, en effet, découvert, lors la publication de ses résultats, que l'Université de Bretagne occidentale (UBO) avait «instauré le principe d'une note éliminatoire, non retenu par d'autres universités». Selon son avocat, Roland Houver, il y a «inéquité territoriale dans le cadre d'un diplôme national».
Décision avant la fin de la semaine
Lors de l'audience, hier matin, il a par ailleurs dénoncé «l'étrange absence de décret instituant l'équivalence» entre une première année d'IUFM et un master. Selon lui, seules deux circulaires, de mai et de décembre 2009, précisent les conditions de validation de cette 1ère année d'IUFM. La juge a reconnu que «ces circulaires ne reposent sur aucun fondement législatif». Sa décision devrait intervenir avant la fin de la semaine.
http://www.amf29.asso.fr/html/CCF_2008/LOGOS/LOGO% 20TELEGRAMME.jpg Mae myfyriwr o sefydliadau hyfforddi athrawon ym Mhrydain yn dod â gweithredu cyn y Tribiwnlys Gweinyddol Rennes am gyfwerth o flwyddyn gyntaf y meistr, sy'n ofynnol ar ddychwelyd o 2010 drwy'r prif gopi o gystadleuaeth mewn addysg. Hannah Nehlig-Burnouf wedi darganfod yn wir, cyhoeddi'r canlyniadau, bod y Brifysgol yn y Gorllewin Llydaw UBO), wedi ("sefydlu'r egwyddor o marc annigonol na ddefnyddir gan brifysgolion eraill." Ei gyfreithiwr, Roland Houver, mae "tir annheg mewn diploma cenedlaethol". Mwy...

Posté par pcassuto à 14:50 - - Permalien [#]

Bilan de l'application de la loi OFTLV

Image LégifranceLegifrance propose un site sur l'application des lois de tous les textes de la 13ème législature. L'occasion pour faire le point sur l'échéancier à l'heure d'aujourd'hui de la Loi n°2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie. Legifrance propose également à la consultation tout le Dossier législatif complet.
Actuellement, 12 Décrets d'application ont été publiés. 9 Décrets étaient programmés pour le premier semestre 2010, dont un pour le moi de mai, et 7 pour le second semestre.
Voici la liste des 12 Décrets déjà publiés avec leur objet:

- Décret n° 2010-64 du 18/01/2010, concernant l'Article 6,1°: Conditions dans lesquelles, à l’expiration du contrat de travail, l’employeur mentionne sur le certificat de travail prévu à l’article L. 1234-19, les droits acquis par le salarié au titre du droit individuel à la formation, ainsi que l’organisme collecteur paritaire agréé compétent pour verser la somme prévue au 2° de l’article L. 6323-18.
- Décret n° 2010-65 du 18/01/2010, concernant l'Article 10: Durée minimum de la formation ouvrant le droit à l’organisme collecteur paritaire agréé au titre du congé individuel de formation d’assurer la prise en charge de la formation.
- Décret n° 2009-1498 du 7/12/2009, concernant l'Article 18, I: Conditions dans lesquelles est recueilli et pris en compte l’avis des autres organisations syndicales d’employeurs ou employeurs signataires de l’accord constitutif d’un organisme collecteur paritaire agréé et Conditions dans lesquelles les organisations représentatives d’employeurs et de salariés au niveau national et interprofessionnel, reçoivent et prennent en compte, dans des conditions fixées par décret, l’avis des autres organisations syndicales d’employeurs ou employeurs signataires de l’accord constitutif d’un organisme collecteur paritaire agréé pour l’affectation des ressources du fonds.
- Décret n° 2010-61 du 18/01/2010, concernant l'Article 18, I: Durée minimum des périodes de professionnalisation pour la mise en œuvre de la péréquation.
- Décret n° 2010-155 du 19/02/2010, concernant l'Article 18, I: Modalités de reversement par les organismes collecteurs paritaires agréés des sommes mentionnées aux 1° et 2° de l'article L. 6332-19, nature des disponibilités et des charges mentionnées au 3° de l'article L. 6332-19, conditions dans lesquelles les sommes reçues par le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels sont affectées par l'accord mentionné au cinquième alinéa de l'article L. 6332-21.
- Décret n° 2010-289 du 17/03/2010, concernant l'Article 20, I, 2°: Durée du délai de prévenance pour demander une autorisation d'absence à l'employeur pour participer à un jury d’examen ou de validation des acquis de l’expérience.
- Décret n° 2010-60 du 18/01/2010, concernant l'Article 23, I, 2°: Modalités de prise en charge par les OPCA des coûts de formation et des dépenses de tutorat pour les personnes visées à l’article L. 6325-1-1 en l’absence de stipulations conventionnelles sur ce sujet.
- Décret n° 2010-62 du 18 janvier 2010, concernant l'Article 23, I, 11°: Durée minimale de la formation reçue dans le cadre de la période de professionnalisation par les salariés bénéficiaires d’un contrat conclu en application de l’article L. 5134-19-1.
- Décret n° 2010-661 du 15/06/2010, concernant l'Article 33: Conditions dans lesquelles des dépenses de rémunération de tuteurs de jeunes embauchés depuis moins de six mois peuvent être financées au titre de la participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue dans le cadre du plan de formation.
- Décret n° 2010-290 du 17/03/2010, concernant l'Article 44: Plafond et durée maximale pour lesquelles les dépenses correspondant aux rémunérations versées à un salarié recruté par une entreprise employant moins de dix salariés pour remplacer un salarié absent de l’entreprise pour cause de formation, sont prises en charge au titre de la participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue dans le cadre du plan de formation.
- Décret n° 2010-63 du 18/01/2010, concernant l'Article 49, 3°: Annulation de l'enregistrement de la déclaration d'activité par décision de l'autorité administrative : délai pour se mettre en conformité avec les textes applicables.
- Décret n° 2010-530 du 20/05/2010, concernant l'Article 49, 9°: Caractéristiques des actions de formation pour lesquelles les conventions sont conclues entre l’acheteur de formation, le dispensateur de formation et la personne physique qui entreprend la formation, et concernant l'Article 61, IV: Modalités de l’évaluation d’office des sommes à verser au Trésor public en cas de refus de se soumettre aux contrôles administratifs et financiers.
Voici les 9 Décrets programmés pour le premier semestre et qui ne sont pas encore publiés:
- Décret concernant l'Article 1er, 3°: Missions et fonctionnement du Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie.
- Décret concernant l'Article 4, I: Conditions dans lesquelles des organismes qui proposent dans un lieu unique à toute personne un ensemble de services, peuvent être reconnus comme participant au service public de l’orientation tout au long de la vie.
- Décret concernant l'Article 12: Modalités de mise en œuvre du passeport orientation et formation.
- Décret concernant l'Article 18, I: Conditions d’application relative au fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels et plus particulièrement aux modalités de recouvrement des disponibilités excédentaires non reversées par les organismes paritaires collecteurs agréés.
- Décret concernant l'Article 36: Conditions de transmission des coordonnées des anciens élèves ou apprentis qui ne sont plus inscrits dans un cycle de formation : seuil de qualification. Publication du décret envisagé en mai 2010.
- Décret concernant l'Article 41, II, 8°: Modalités relatives aux organismes collecteurs paritaires agréés.
- Décret concernant l'Article 43, II: Conditions dans lesquelles est accordé l’agrément des organismes collecteurs paritaires au titre du plan de formation des entreprises et des formations organisées dans le cadre du droit individuel à la formation.
- Décret concernant l'Article 47: Conditions d’habilitation des organismes agréés.
- Décret concernant l'Article 54: Liste des biens appartenant à l’État mis à sa disposition dans le cadre de son activité et apportés en pleine propriété à l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes.
Voici les 7 Décrets programmés pour le second semestre
- Décret concernant l'Article 22: Modalités de fonctionnement de la commission nationale des qualifications professionnelles.
- Décret concernant l'Article 23, I, 8°: Conditions dans lesquelles les mineurs titulaires d’un contrat de professionnalisation peuvent être autorisés à utiliser au cours de leur formation professionnelle les équipements de travail dont l’usage est interdit aux jeunes travailleurs.
- Décret concernant l'Article 26: Formations professionnelles et conditions dans lesquelles un apprenti peut accomplir tous les travaux que peut nécessiter sa formation sous la responsabilité de l’employeur.
- Décret concernant l'Article 29: Conditions dans lesquelles les centres de formation d’apprentis peuvent accueillir, pour une durée maximale d’un an, les élèves ayant atteint l’âge de quinze ans pour leur permettre de suivre, sous statut scolaire, une formation en alternance destinée à leur faire découvrir un environnement professionnel correspondant à un projet d’entrée en apprentissage.
- Décret concernant l'Article 30, 1°: Conditions dans lesquelles les stages sont intégrés à un cursus pédagogique.
- Décret concernant l'Article 32: Liste des départements dans lesquels le représentant de l’État dans le département conclut avec les personnes visées aux articles L. 5323-1 et L. 5323-2 du code du travail des conventions d’objectifs comportant des engagements réciproques des signataires À titre expérimental, jusqu’au 31 décembre 2011.
- Décret concernant l'Article 34: Modalités de mise en œuvre, en l’absence d’accord de branche, de l’expérimentation relative à l’obtention d’un certificat de qualification professionnelle par des apprentis n’ayant pas obtenu le diplôme préparé dans le cadre du contrat.

Afbeelding Legifrance Legifrance stelt een site over de handhaving van alle teksten van de 13e legislatuur. De gelegenheid om de balans te nemen over de planning vandaag op de wet nr. 2009-1437 van 24 november 2009 betreffende de begeleiding en opleiding gedurende het gehele leven . Legifrance biedt ook overleg over alle wetgevende record volledig. Momenteel hebben 12 decreten van toepassing is gepubliceerd. 9 Orders waren gepland voor de eerste helft van 2010, waaronder een voor de maand mei, en 7 voor de tweede helft. Meer...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

17 août 2010

Sorbonne Abu Dhabi déserte

http://www.educpros.fr/uploads/RTEmagicC_Dubois_Pierre.JPG.jpgBlog Educpros de Pierre Dubois. “La Sorbonne déserte“, article du Canard enchaîné du mercredi 11 août 2010. La polémique est donc engagée: la Sorbonne brade-t-elle son nom pour un million d’euros par an? Site de Sorbonne Abu Dhabi, “un pont entre les civilisations”. Une offre de formation de licences et de masters en humanités, en droit, en économie et gestion. Des droits d’inscription fort élevés: “entre 15 et 25.000 dollars annuels” (un exemple pour le master de marketing, management et communication). Aucune donnée statistique sur le site: ni effectifs inscrits par filière, ni taux de succès, ni devenirs professionnels des diplômés.
Outre les droits d’inscription, qu’est-ce qui fleure bon le scandale dans cette université du désert, selon le Canard? Un effectif global fort peu élevé (350 étudiants), des étudiants qui ont une maîtrise du français limitée, des filières avec seulement quelques étudiants en 1ère année (ce qui entraîne des notations fort peu sévères, maintien des filières oblige), des enseignants français qui se font un pont d’or en allant enseigner 15 à 20 heures en deux semaines (et pendant ce temps, les étudiants français n’ont pas cours).
Qui a informé le Canard? Michel Fichant : “il accuse Jean-Robert Pitte [alors président de Paris Sorbonne] d’avoir lancé cette mission bling-bling sans réflexion et sans prévisions”. Qui est Michel Fichant? Selon le site de Sorbonne Abu Dhabi, il est professeur à Paris 4, directeur de l’UFR de philosophie et un des trois membres du conseil d’administration de l’université déserte. Michel Fichant a-t-il été piégé par le Canard ou a-t-il scié sciemment, à la veille de la retraite, la branche de l’arbre sur laquelle il était aussi perché? Pourquoi? A suivre…
Et Jean-Robert Pitte, notre nouveau délégué à l’information et à l’orientation (DIO) depuis le 23 juin dernier (chronique: “Pitte, l’orienteur“), que devient-il? A ma connaissance, il n’a encore fait aucune déclaration depuis qu’il est DIO! Voir l'article "La Sorbonne déserte", Jérôme Canard, Le Canard Enchaîné, 11 août 2010 sur le site de Sauvons l'Université!

Revenir à l'accueil EducPros.fr, un site de l'EtudiantPar Camille Stromboni, la réaction de Jean-Robert Pitte.
"Université de cocagne" où "les enseignants roulent sur l’or et leurs étudiants sont systématiquement reçus à leurs examens"… Voici la description de La Sorbonne Abu Dhabi, publiée dans le Canard enchaîné du 11 août 2010 dans un article intitulé "La Sorbonne déserte". Diplômes bradés pour des étudiants qui paient le prix fort, professeurs fort bien payés tandis qu’ils ne sont pas remplacés à Paris. Le responsable actuel du dossier Abu Dhabi à la Sorbonne, Michel Fichant, reconnaît lui-même en partie, selon le Canard enchaîné, ces faits. Au banc des accusés : Jean-Robert Pitte, ancien président de Paris 4 à l’origine de la création de cette antenne émirienne, qui aurait lancé une "mission bling bling sans réflexion et sans prévisions", des mots de Michel Fichant relatés dans le Canard.
Sa réaction ? "Je trouve cela pitoyable et très éloigné de la réalité, déplore le géographe, récemment nommé DIO (délégué à l’information et à l’orientation). Ce qui me fait sourire, c’est que je ne suis plus président depuis 30 mois. Ecrire cela en me visant alors que plus de deux années ont passé depuis, c’est absurde". Loin de penser que son projet est dévoyé, il contredit chaque point avancé dans l’article. Sur le faible niveau de français des 350 étudiants inscrits, il rappelle que ces derniers suivent des cours intensifs pendant un an, atteignant ainsi un niveau tout à fait convenable. Sur le diplôme, qui serait donné à tous les étudiants, il estime qu’avec un nombre si faible d’étudiants, dont on s’occupe tellement bien avec un vrai tutorat, "évidemment qu’ils réussissent". Il rappelle également que le défraiement des enseignants, largement évoqué dans l’article, était prévu dès le départ (400€ par jour pour un maître de conférences, 500€ pour un professeur des universités, pris en charge par la structure émirienne). Rien de nouveau donc. Quant au non-remplacement des professeurs expatriés une ou deux semaines : "Si la direction n’arrive pas à gérer cela, je n’y suis absolument pour rien", affirme-t-il, précisant qu’à son époque, chaque professeur partant à Abu Dhabi était remplacé grâce à divers mécanismes (par exemple l’organisation des cours sur 22 semaines de façon à ce que les enseignants aient deux semaines de libres dans l’année). N.B. : Nous n’avons pas réussi à joindre Georges Molinié, président actuel de Paris 4.

http://www.educpros.fr/uploads/RTEmagicC_Dubois_Pierre.JPG.jpgBlog Educpros Pierre Dubois. "Abbandunat La Sorbonne" artikolu tal-papra b'katina l-erbgħa 11 Awi 2010.Il-polemiċi hija impenjata: 'Sorbonne hi jbigħ isimha għal waħda miljun euro fis-sena? sit Sorbonne Abu Dhabi, "pont bejn iċ-ċiviltajiet." Liċenzja ta 'taħriġ u gradi tal-masters fl-istudji umanistiċi, liġi, ekonomija u l-ġestjoni.Miżati ta 'reġistrazzjoni għolja ħafna, "bejn 15 u 25,000 dollaru fis-sena" (eżempju għall-kaptan tal-marketing, ġestjoni u komunikazzjoni). Ebda data statistika fuq is-sit: mill-industrija jew ta 'reġistrazzjoni jew ir-rata ta' suċċess, jew futures professjonali tal-gradwati. Minbarra tagħlim, dak iħoss bħal skandlu fil-università ta 'l-deżert, bħala l-papra? Ara l-artikolu "Il-Sorbonne abbandunat, Jerome Canard Le Canard Enchaine, Awissu 11, 2010 dwar il- post ta 'Ħlief l-Università! Aktar...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]


16 août 2010

Formation continue: les injonctions paradoxales à l’égard des TPE-PME

Par Paul Santelmann, Responsable de la Prospective à l’AFPA. La revue EDUCATION PERMANENTE (n° 182 mars 2010) s’est penchée sur la question de la formation et de l’innovation dans les petites entreprises. Dans un dossier coordonné par Elyes BENTABET et préfacé par Philippe TROUVE le paradoxe français de la formation continue est interrogé de façon plutôt pertinente. Les auteurs soulignent en effet le décalage entre les constats institutionnels sur le faible usage de la formation dans les TPE/PME et l’intelligence collective et individuelle qui s’y déploie et qui relativise les réponses apportées par notre système organisé de formation issu de la loi de 1971. Alors même qu’un consensus se construit depuis quelques années sur la nécessité de reconnaître et de réintégrer dans les activités de travail une dimension formative (de l’alternance à la VAE), on continue à analyser l’investissement formatif des entreprises sous l’angle très réducteur de la participation des salariés aux stages !
Philippe TROUVE évoque dans sa préface les constats des chercheurs allemands selon lesquels « un simple calcul coût/avantages amènerait les entreprises à négliger d’autant plus la formation continue que celle-ci se présenterait sous des formes institutionnalisées et planifiées peu applicables, et à lui préférer finalement des ajustements ponctuels au plus près des besoins de l’entreprise de petite taille. Selon les auteurs, l’absence de loi sur la formation professionnelle continue en Allemagne aurait favorisé cette conception de l’adaptabilité formative des PME. ».
En réalité les spécificités des petites entreprises en matière de RH et de formation sont faiblement prises en compte dans les conceptions institutionnelles dominantes. Les raisons de cette méconnaissance sont nombreuses. D’abord les enquêtes nationales auprès des TPE/PME dans ces domaines sont rares et nécessitent des investigations longues et coûteuses. Par ailleurs on manque certainement d’une typologie renouvelée des petites entreprises qui, loin d’être un monde homogène, présentent un éventail de spécificités sectorielles beaucoup plus large que les grandes firmes. Certains secteurs ne comprennent d’ailleurs que des petites entreprises. Les points communs entre TPE/PME existent pourtant et viennent infléchir les représentations sur la supposée moindre qualification des salariés qui y travaillent par rapport aux salariés des grands établissements. Si les salaires moyens y sont plus faibles que dans la grande entreprise, la polyvalence et les multi-compétences y sont plus développées. Nombre de salariés issus des TPE/PME et travaillant dans les grandes entreprises y constatent un recul en termes de contenus de travail et de responsabilité même si il y a amélioration en termes de salaires et de conditions de travail.
Les innovations dont doivent faire preuve les petites entreprises sont également un facteur de développement des compétences des salariés sans que cela ne soit clairement formalisé. Le dossier d’EDUCATION PERMANENTE permet d’avoir des éclairages sur les pratiques formatives et de RH des PME. Le nécessaire ancrage territorial des TPE/PME permet également d’éclairer leurs pratiques intégratrices et formatives souvent marquées par un rôle de transition professionnelle pour les jeunes. Les différentes contributions du dossier sont autant de points d’appui pour un travail de fond sur le rôle et les contextes formatifs des petites entreprises. C’est sur cette base que les opérateurs de formation pourront définir des démarches adaptées d’accompagnement de ces processus.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

15 août 2010

Déploiement des compétences lors des mobilités professionnelles

À quelles conditions le changement peut-il s’avérer être facteur de développement des personnes, des organisations et des territoires? Telle est l’une des grandes questions traversant les diverses réflexions sur la mobilité professionnelle. Afin d’y apporter quelques éléments de réponse, ce document propose un éclairage sur la circulation des compétences mises en jeu au cours des processus de mobilité professionnelle. Télécharger le document complet "Déploiement des compétences lors des mobilités professionnelles".
Longtemps la mobilité professionnelle a été synonyme de rupture de trajectoire face à la survenue de mutations soudaines et définitives – fermetures de sites industriels par exemple. La flexibilisation du rapport à l’emploi au cours des dernières décennies ne permet plus de penser la mobilité sur le seul mode de l’événement exceptionnel... Il s’agit de favoriser la formation quasi permanente des salariés en emploi pour faire face aux évolutions de leurs métiers. Il est également nécessaire d’encourager la qualification professionnelle des publics susceptibles d’être fragilisés par les transformations des tissus productifs... Une logique de RH actant une plus grande individualisation du rapport au travail – « chacun étant acteur de sa trajectoire » –, et s’appuyant cependant sur la prise en compte d’une vision plus collective de la production, s’affirme peu à peu comme l’atteste la mise en oeuvre, même à petite échelle, de dispositifs relativement innovants: VAE collective, groupements d’employeurs (GE), groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), dispositifs quasi « sur mesure » mis en oeuvre par des OPCA…
2.2. Le rôle de la formation au cours des processus de mobilité professionnelle : un levier pour concrétiser le projet de mobilité
Dans une optique de sécurisation des parcours professionnels, la formation professionnelle tout au long de la vie apparaît aujourd’hui comme une condition pour prévenir les risques de mobilités dangereuses, comprenant par exemple des passages par le chômage. Différents textes législatifs stipulent des avancées significatives... La question se pose de savoir cependant quels sont les effets de la formation sur les processus de mobilité professionnelle et viceversa: quelles incidences a la formation sur les situations de transition. La présente étude montre que les rapports à la formation engagés au cours des transitions professionnelles sont pluriels. En premier lieu, le recours à la formation continue, via divers dispositifs, est la plupart du temps très valorisé par les personnes interviewées. Elle apparaît comme un élément clé pour la maîtrise des parcours. La formation professionnelle constitue en effet l’un des principaux leviers activés pour donner concrètement forme aux projets de mobilité, quitte à ce qu’elle engendre ensuite des « glissements de projets »... Les périodes de formation au cours des processus de mobilité professionnelle objectivent des montées en qualifications: obtention de diplômes, d’agréments, de certifi cations, etc. Elles constituent également des espaces privilégiés pour élargir les horizons professionnels: faire des rencontres, développer son réseau, trouver des opportunités, découvrir de nouveaux champs d’activité. Par ailleurs, si le recours à la formation professionnelle est un élément important dans la maîtrise du changement, il s’articule cependant avec d’autres éléments formatifs moins formels, voire informels. Des savoirs acquis sur le tas, via un réseau social ou amical, entrent également en ligne de compte pour l’acquisition de compétences nouvelles...
Des opérateurs en charge de l’ingénierie de la formation auprès des entreprises en témoignent : « Chaque cas de mobilité est un cas singulier, chaque histoire est une histoire. Pour tel salarié de telle entreprise, il faudra inventer telle solution en mobilisant tel ou tel dispositif et en l’ajustant à sa situation. On fait dans la dentelle… » (Un représentant d’un OPCA de l’industrie en région)...
Aussi, on peut parler d’une mobilité des métiers eux-mêmes, induite par la spécifi cité de la relation de services aux entreprises. Mobilités inapparentes, par rapport auxquelles la formation des salariés tout au long de la vie joue un rôle de première importance...
La formation, le moment de concrétiser les projets
La formation, en tant que maillon du processus de changement de situation professionnelle, participe de ce double apprentissage. Elle constitue l’un des moments clés des transitions professionnelles permettant de concrétiser les projets de mobilité et d’appréhender plus sûrement de nouvelles opportunités de changement. L’apprentissage de la mobilité se joue ainsi notamment en situation de formation et pourrait en être un axe programmatique.
Onder welke voorwaarden kan wijzigen blijken te zijn een factor in de ontwikkeling van individuen, organisaties en gebieden moet worden? Dit is een van de belangrijkste kwesties die de verschillende reflecties op beroepsmobiliteit. Om te voorzien in een aantal antwoorden, dit document geeft inzicht in de beweging van vaardigheden in kwestie tijdens het proces van de beroepsmobiliteit. Download volledige document Implementatie van de beroepsmobiliteit vaardigheden op. Meer...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

14 août 2010

Réforme des conditions d’aptitude physique à l’entrée dans la Fonction publique

Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique - République française - Liberté, égalité, fraternitéCet engagement avait été pris par Eric Woerth, alors Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, le 17 décembre 2009.
Les conditions d’aptitude physique à l’entrée dans certains corps de la Fonction publique de l’Etat ont été regroupées dans un seul arrêté. Elles ont été clarifiées.
Certaines, qui n’avaient plus lieu d’être, ont été supprimées: ainsi, l’entrée dans les catégories actives de la Police nationale n’est plus réservée aux candidats dont la taille dépasse 1m60, les conditions d’emploi de ce corps ne justifiant pas de sélectionner les candidats sur de tels critères. Les conditions qui ont été maintenues sont désormais uniquement en rapport avec l’exercice du service. Les candidats aux catégories actives de la Police nationale devront notamment être aptes au port et à l’usage des armes. Les médecins agréés devront apprécier l’aptitude physique des candidats de manière individuelle et concrète, en fonction de l’activité qu’ils seront appelés à exercer, et non plus selon les critères précédents qui n’ont plus lieu d’être.
Eric Woerth et Georges Tron réaffirment ainsi leur volonté d’ouvrir l’administration à tous les Français, sans exception. Cette mesure vient par exemple compléter la suppression des dernières limites d’âge pour passer les concours de la Fonction publique, rendue possible grâce à la loi sur la mobilité et les parcours professionnels dans la Fonction publique d’août 2009.

Tööministeeriumi, solidaarsus ja Avaliku Teenistuse - Prantsuse Vabariik - vabadus, võrdsus, vendlusSee kohustus tegi Eric Woerth, siis minister eelarve-, riigi rahanduse, avaliku teenistuse ja riigi Reform, 17. detsember 2009. Tingimuste sobivuse sisenemist teatavad organid avalikus teenistuses riigi on koondatud ühte selleks.Nad on välja selgitatud. Veel...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

13 août 2010

Les universités françaises stagnent dans le classement de Shangai

Par JESSICA BERTHEREAU. Seuls trois établissements français figurent parmi les 100 premières universités mondiales, selon le classement de Shanghai 2010 que s'est procuré «Les Echos».Un palmarès toujours dominé par les Etats-Unis, qui trustent huit des dix premières places. Academic Ranking of World Universities.
Le lobbying de Valérie Pécresse n'a pas porté ses fruits. La visite de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à la Shanghai Jiao Tong University (SJTU), début juillet, pour rencontrer les concepteurs du célèbre classement, ne se lit pas encore dans les lignes du palmarès 2010, dont «Les Echos» s'est procuré une copie. Seules trois universités françaises -les mêmes qu'en 2008 et 2009 -figurent parmi les 100 premiers établissements, la même proportion que la Suisse, la Suède et l'Australie. Deux d'entre elles perdent même des places : l'université Paris-XI passe de la 43e à la 45e place et la prestigieuse Ecole normale supérieure de la 70e à la 71e place. Par contre, l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI) gagne une place, au 39e rang.
http://www.arwu.org/images/logo.jpgAu total, 22 universités françaises figurent parmi les 500 établissements que compte le palmarès shanghaïen contre 23 l'année dernière. Ce qui place la France au 6e rang, ex aequo avec l'Italie et la Chine. Comme chaque année depuis la création de ce classement, en 2003, la suprématie des universités américaines ne se dément pas: elles raflent 26 des 30 premières places, dont le Top 3 avec Harvard et Berkeley qui passe devant Stanford cette année. Cambridge et Oxford restent les deux seuls établissements non américains dans les dix premiers.
«Ce n'est pas une surprise, minimise Valérie Pécresse, contactée par «Les Echos». Le classement a plusieurs biais défavorables pour l'université française: l'importance de la taille des établissements, les unités mixtes de recherche [la recherche effectuée par les chercheurs du CNRS au sein des universités françaises n'est comptablisée que pour moitié, NDLR] et l'absence de prise en compte de la qualité de l'enseignement.» Le classement de Shanghai est en effet accusé de se focaliser presque exclusivement sur la recherche en répertoriant le nombre de prix Nobel et de médaillés Fields (l'équivalent du Nobel pour les mathématiques) parmi les enseignants et les diplômés ou encore le nombre de citations dans les revues anglo-saxonnes «Nature» et «Science Magazine». Ces critères sont toutefois attentivement regardés par les établissements concernés. Cette année, l'université Paris-VI «a de meilleures notes concernant les publications de recherche. C'est une satisfaction pour nous car c'est le travail de fond qui compte», s'enthousiasme son président, Jean-Charles Pomerol. «C'est difficile de progresser et même de se maintenir, soupire-t-il. Accueillir un bon chercheur coûte cher !».
Des moyens, Valérie Pécresse s'apprête à en donner. «En 2011, nous espérons faire émerger 10 universités d'excellence qui recevront chacune une dotation allant de 700 millions d'euros à 1 milliard d'euros.» L'appel à projet, programmé pour la rentrée, s'inspire de l'initiative d'excellence allemande lancée il y a quatre ans. Cette dernière commence à être visible dans le classement: deux universités munichoises ayant bénéficié de ces financements ont gagné des places. «Nous voulons suivre le même parcours que l'Allemagne», affirme Valérie Pécresse. «Cap sur Shanghai 2011 et 2012 !».
Pour notre Région PACA, l'Université de Nice Sophia-Antipolis est la seule université à progresser, passant de la tranche 402-501 à la tranche 301-400. C'est la seule en France à progresser avec l'Université Pierre et Marie Curie. L'Université de la Méditerranée reste dans la tranche 201-300 et l'Université de Provence dans la tranche 301-400. La Région PACA classe donc la moitié de ses Universités, bien mieux que la moyenne nationale qui est d'un quart seulement. Elle concentre également la moitié des progressions françaises.
新都贝尔特罗。 只有三个法国机构都属于全球前100所大学购买,作为上海排名在2010年,她“回声报”。图表始终。占主导地位的美国,这顶垄断八个10 世界学术排名高校
由瓦莱丽佩克雷斯游说并没有取得成果。
了高等教育和科研部长在上海交通大学(上海交大)在7月初访问,以满足分类的著名设计师,不看在2010年的路线图,其中包括“回声报取得了副本。 只有三个法国大学,同样在2008年和2009年之间的前100名机构,以相同比例瑞士,瑞典和澳大利亚。 其中两人甚至失去了地方:巴黎第十一大学的行动从第43至第45位和著名的巴黎高等师范学院的70至第七十一的位置。 对于利弊,法律梅斯大学皮埃尔与玛丽居里(巴黎第六)赢得了第39届排名位置 更多

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

12 août 2010

Universities Implementing Full Costing

strong universities for europeAnkara University, Turkey, 27 September 2010.
To become financially sustainable, universities need to be able to identify the full costs of all their activities. EUA’s continuing work on full costing is now taken up by the EUIMA – Full Costing project (“European Universities Implementing the Modernisation Agenda”), which will organise a series of events around Europe, one of which is the country workshop in Turkey.
The workshop will bring together international experts to work with the leadership and management of Turkish universities, as well as with responsible government ministries and funding bodies. The leadership of some of the biggest Turkish universities as well as the Turkish State planning Organisation (DPT), Scientific and Technological Research Council (TUBITAK), Ministry of Finance, Ministry of Industry and Commerce and the Turkish Technology Development Fund (TTGV) have already confirmed their attendance at the workshop.
The aim of the workshop is to contribute to the development of a coordinated approach to the implementation of full costing among Turkish universities, and to discuss strategic issues such as how to ensure external support to the project. The workshop will also strive to define a roadmap for the implementation of full costing in Turkey, inviting interested institutions to join the follow-up activities.
The format of the workshop will be very practical and will draw on examples of best practice in the implementation of full costing in Europe which will be carefully selected to suit the specific needs and conditions in Turkey. It will provide a forum for debate, giving participants the opportunity to discuss the framework conditions needed to implement full costing in Turkish universities and to establish a network for cooperation between institutions.
Working Group A: Leadership and support for the implementation of full costing
The working group will address the role of university leadership in the implementation of full costing. Two case studies will be presented giving specific attention to the Turkish context. The session will first address the role of leadership in ensuring the support and coordination of external stakeholders. The following questions will be discussed: i) how to establish continuing cooperation among universities; ii) how to foster support from the government; and iii) how to work together with funding bodies towards more coherent funding rules. Secondly, it will also look at the leadership’s role in the implementation of full costing within a university context, focusing on practical questions such as: i) how to ensure commitment to the process at all institutional levels; ii) how to facilitate the internal process of coordination; and iii) how to use full costing as an efficient tool in strategic decision making.
Working Group B: Operational aspects of implementing full costing
This working group will address operational aspects of the implementation of full costing within a university setting. Two examples of best practice from advanced European universities will be presented, describing the different full costing methodologies in use in those institutions and focusing in particular on issues of relevance to the Turkish context. These will provide an outline of the different steps in the implementation process and focus in particular on the following key issues: i) the identification of university activities and cost drivers; ii) the identification of direct and indirect costs; iii) choices of time allocation mechanisms and other data collection procedures; and iv) data management and use of IT systems in the process.

Posté par pcassuto à 01:59 - - Permalien [#]