http://www.vousnousils.fr/wp-content/themes/vousnousils_theme/images/logo-vousnousils.pngLe Delta Project, orga­nisme indé­pen­dant qui évalue la pro­duc­ti­vité des uni­ver­si­tés amé­ri­caines, a rendu ce mois-ci un rap­port sur les ten­dances dans les finan­ce­ment de l'enseignement supé­rieur aux Etats-Unis(deltacostproject.org). Il couvre la période 1998–2008, soit les années pré-récession.
Dans la plu­part des établis­se­ments, les dépenses totales pour 2008 sont à leur plus haut niveau. Malgré les signes avants-coureurs de crise, mal­gré la légère réces­sion de 2001, ces dépenses n'ont jamais cessé d'augmenter. Avec le déclin des aides publiques, les uni­ver­si­tés publiques ont pré­féré aug­men­ter leurs frais de sco­la­rité plu­tôt que de repen­ser leurs bud­gets. Les uni­ver­si­tés déli­vrant des mas­ters dépendent ainsi aujourd'hui à 46,9% des frais impo­sés aux étudiants pour cou­vrir leurs dépenses d'éducation, soit 10% de plus en dix ans. Les écarts pré-existants entre public et privé ont conti­nué à se creu­ser. Les uni­ver­si­tés publiques dédiées à la recherche ont ainsi aug­menté leurs dépenses dans ce domaine de 23% en dix ans, contre 31,6% pour leurs équi­va­lents privés.
Au sein de l'Organisation de coopé­ra­tion et de déve­lop­pe­ment écono­miques, les Etats-Unis ont long­temps eu la répu­ta­tion d'avoir les ins­ti­tu­tions d'enseignement supé­rieur les plus riches, avec une dépense moyenne par étudiant de 19.000$ par étudiant (contre 8400$ en moyenne dans l'OCDE). Mais ces chiffres sont trom­peurs. Dans les com­mu­nity col­leges, qui délivrent des diplômes en deux ans et accueillent un tiers des étudiants, sou­vent issus de milieux défa­vo­ri­sés, la dépense par étudiant tourne autour des 10000$. Tandis que pour la faible pro­por­tion d'étudiants qui ont la chance d'intégrer les pres­ti­gieuses uni­ver­si­tés pri­vées dédiées à la recherche, la dépense s'élève à 35.000$.
Enfin, si l'effectif glo­bal des étudiants aug­mente régu­liè­re­ment, il reste pro­por­tion­nel­le­ment trop faible. Et l'augmentation des effec­tifs a lieu en prio­rité dans les com­mu­nity col­leges, où les taux d'obtention d'un diplôme sont les plus faibles. Sans oublier la sélec­tion écono­mique créée par les frais de sco­la­rité, qui aug­mentent deux à trois fois plus vite que l'inflation. Si les ten­dances actuelles se confirment, le Delta Project affirme que les Etats-Unis auront une des plus faibles pro­por­tions de per­sonnes diplô­mées parmi les pays déve­lop­pés d'ici 2025. Source: http://www.deltacostproject.org/.
http://www.vousnousils.fr/wp-content/themes/vousnousils_theme/images/logo-vousnousils.png De Delta Project, een onafhankelijk orgaan dat de universiteiten beoordeelt de productiviteit van de VS, heeft deze maand een rapport over trends in de financiering van het hoger onderwijs in de Verenigde Staten (deltacostproject.org). Het bestrijkt de periode 1998-2008, is pre-recessie jaren. Als de huidige trends doorzetten, de Deltawerken, zegt dat de VS zal een van de laagste percentages van de afgestudeerden tussen de ontwikkelde landen tegen 2025. Bron: http://www.deltacostproject.org/. Meer...