http://www.asp-public.fr/sites/all/themes/cnasea/logo.pngL'étude qui suit, a été menée auprès des diplômés des secteurs sanitaire et social, et vise à répondre à cette question.
Elle s'attache essentiellement à analyser les bénéfices que les diplômés retirent de la VAE, tant sur le plan professionnel qu'extra professionnel. Cependant elle met en évidence le rôle crucial des employeurs et des collectivités territoriales. Elle ouvre ainsi une fenêtre sur les bénéfices qu'ils peuvent, eux aussi, tirer de la validation des acquis de l'expérience. Commander gratuitement la synthèse de l'étude. Suivent quelques extraits:
Les plus de la VAE
Si l'obtention d'un diplôme est souvent synonyme de fierté et d'ouverture sociale, il y a des bienfaits qui sont propres à cette façon d’acquérir un diplôme qu'est la VAE. Ainsi une réflexion sur les compétences acquises, lors de la rédaction du livret 2 permet à deux diplômés sur cinq de mieux connaître leurs capacités.
Autre bénéfice de cette VAE, qui s’adresse souvent à des gens faiblement scolarisés et plus ou moins «fâché avec les études » : elle les réconcilie avec la formation. Mieux, ce regain du goût pour apprendre est d’autant plus net que le niveau de départ est plus bas.
Trouver, changer, garder son emploi
L’influence de la VAE sur la recherche d’emploi agit à trois niveaux :
- Trouver un emploi pour ceux qui n’en ont pas.
- Changer d’emploi pour en avoir un meilleur.
- Garder son emploi pour ceux dont le leur est menacé.
Si les diplômés sans travail avant leur démarche de VAE sont très rares (3,4%), en revanche, ceux qui cherchent un autre emploi, sont plus nombreux. Cette recherche d'un autre emploi est surtout menée une fois le diplôme en poche (15% des cas, contre 1% avant le diplôme). Les plus nombreux (37%) restent ceux qui estiment avoir protégé leur emploi grâce à la VAE. En effet certains salariés ne peuvent rester à leur poste qu’en devenant certifiés.
Améliorer l'outil de certification
Si la VAE reste une démarche longue, avec un taux de réussite plus faible que dans une démarche de formation, elle s'impose dans les secteurs sanitaire et social, comme un pilier incontournable en matière de certification.
Malgré cela, à côté de ces bienfaits indéniables subsistent deux zones d'ombre :
1. D'une part certaines structures ne jouent pas le jeu de la promotion de leurs diplômés, alors même que bien souvent elles sont les premières à profiter de la certification.
2. D'autre part, certaines régions ont un taux de diplômés modeste (inférieur à 3 pour mille) alors que, dans d'autres, ce taux dépasse 5 pour mille, avec les mêmes bénéfices pour chaque diplômé.
Cette disparité doit cependant nous porter à l'optimisme puisqu'elle montre une importante marge de progrès en ce qui concerne :
- L'accès de la VAE aux sans emploi.
- La réduction de la durée du parcours de validation.
- Le taux de réussite des candidats et le nombre de diplômés.
Cette marge de progrès invite à chercher ce qui pourrait être fait en la matière. Etude VAE Juin 2010.
http://www.asp-public.fr/sites/all/themes/cnasea/logo.pngThe following study was carried out among graduates from health and social sectors, and aims to answer this question.
It focuses primarily on analyzing the benefits that derive from the VAE graduates, both professional and extra professional.
However it highlights the crucial role of employers and local authorities. It opens a window on the benefits they can also draw from the validation of acquired experience. This line of progress calls to look for what might be done in this area. VAE study in June 2010. More...