10 juin 2010

Rencontres universités – entreprises : un tournant

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/bandeau_newsletter.jpgComme l’a exprimé Lionel Collet lors de la soirée officielle du mercredi 26 mai, la 3ème édition des Rencontres universités – entreprises des 26 et 27 mai 2010 a marqué un tournant dans la perception réciproque de ces deux univers : "L'AEF a su conquérir la confiance des parties prenantes par la rigueur de son organisation et l'enthousiasme de son projet, et les universités autonomes ont suscité un véritable espace national d'échanges entre les entreprises et l'enseignement supérieur grâce à l'ensemble de leurs intiatives en matière d'insertion professionnelle, d'entrepreneuriat et de fondations."
Organisés pour la première fois au CNIT – La Défense par l’AEF, ces deux jours ont en effet été un vrai succès :
- par la fréquentation d’abord : plus de 4000 personnes présentes le premier jour ;
- par la qualité des débats qui ont permis de faire le point sur l’actualité des quatre dernières années dans un échange réel avec les entreprises, les organismes de recherche, des collègues étranger, etc. Les tables rondes ont porté aussi bien sur le grand emprunt, les PRES et les alliances de recherche, que sur l'évaluation, l'innovation ou la diversité ;
- et enfin par la densité des interactions entre PRES et entreprises dans l’espace même du salon. Bien sûr les universités n’ont pas attendu 2010 pour rencontrer des entreprises  à travers la formation ou la recherche, mais c’est la première fois qu’un salon professionnel permettait des rencontres systématiques à ce niveau là, d’institutions à institutions. Faisons le vœu que les RUE de l’an prochain réunissent encore plus d’établissement universitaires et d’entreprises.
http://www.cpu.fr/fileadmin/img/bandeau_newsletter.jpgConforme expresso por Lionel Collet na noite de quarta-oficial, 26 de maio a terceira edição da Universidade Rencontres - Business 26 e 27 maio de 2010 marcou uma viragem na percepção de cada um desses dois mundos: "A FEA tem ganhar a confiança das partes interessadas através do rigor da sua organização e pelo entusiasmo de seu projeto, e universidades autônomas nacionais criaram um verdadeiro intercâmbio entre as empresas eo ensino superior através de sua inteira em intiative promoção da empregabilidade, empreendedorismo e fundação. Leia mais...

Posté par pcassuto à 01:03 - - Permalien [#]


La VAE pour les médecins ne peut que relever de l’Université

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgAlertées par un projet de décret envisagé dans le cadre de l’application de la loi HPST (Hôpital, patients, santé et territoires) et relatif aux conditions d’attribution d’un diplôme d’étudesspécialisées à des médecins en reconnaissance de leur expérience professionnelle, la Conférence des présidents d’université rappelle le principe, prévu par le code de l’éducation, de compétence des universités dans le domaine de la validation des acquis de l’expérience (VAE). La délivrance de diplômes universitaires par la reconnaissance de compétences et de qualifications est une des missions essentielles des universités et ne peut donc relever que de la responsabilité des autorités académiques. Un Ordre professionnel, aussi excellent soit-il, n'a pas vocation à se substituer aux autorités universitaires pour la délivrance d'un diplôme, afin de se prémunir contre tout risque de corporatisme.
La procédure de VAE est distincte, dans son principe comme dans ses effets, de celle qui consiste à autoriser, après appréciation de la qualification et en l’absence des diplômes requis, l’exercice d’une spécialité, pour laquelle un Ordre professionnel peut être légitime. Placer sous l’autorité du Conseil national de l’Ordre des médecins, la délivrance de diplôme universitaire pourrait entrainer des demandes reconventionnelles pour toutes sortes de diplômes, concernant des professions dotées ou non d'un Ordre professionnel, qui bloquerait tout progrès de la VAE, plus que jamais nécessaire à l'heure du droit individuel à la formation (DIF) et de la formation tout au long de la vie.
Le statut de PU PH (professeur des universités/praticien hospitalier) des universitaires engagés dans les démarches de VAE pour les médecins garantit pleinement, de manière aussi efficace que pourrait le faire un Ordre professionnel et avec davantage d'impartialité et de garanties scientifiques, la prise en compte des expériences pratiques des candidats qui souhaiteraient obtenir les diplômes de spécialité. De plus, les universités associent toujours des praticiens aux procédures de reconnaissance de l'expérience professionnelle dans le cadre de la VAE et seraient ouvertes à associer des représentants du Conseil national de l’Ordre des médecins aux jurys appelés à se prononcer.
C'est pourquoi la Conférence des présidents d’Université ne peut être que fermement opposée à tout projet qui dessaisirait les universités de cette responsabilité et en appelle aux deux ministres concernés et au Premier ministre pour que les principes fondamentaux de la délivrance des diplômes et de la VAE soient respectés.
http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgAlerted by a draft order considered in the context of the application of the law HPST (Hospital, patients, health and territories) and on the conditions for awarding a diploma étudesspécialisées to physicians in recognition of their professional experience The Conference of University Presidents recalls the principle, provided by the Education Code, competence of universities in the field of validation of acquired experience (VAE). The issue of academic qualifications through recognition of skills and qualifications is a core mission of universities and therefore can be observed that the responsibility of the academic authorities. A professional corporation, as excellent as it is, is not intended to replace the university authorities for the issuance of a diploma, to guard against any risk of corporatism. More...

Posté par pcassuto à 00:58 - - Permalien [#]
Tags :

Budgets formation des entreprises en berne en 2010

Par Lydie Colders. Mal informées, mal outillées et inquiètes quant aux possibilités d’obtenir des financements de leur Opca, alors qu’elles sont mises à contribution pour alimenter le FPSPP, les entreprises redoublent de prudence pour 2010. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le cabinet Tendance RH pour Opcalia Île-de-France (« Comment les entreprises intègrent-elles la réforme dans leurs pratiques de formation ? », juin 2010. Enquête réalisée par Tendance RH pour Opcalia Ile-de-France auprès 195 entreprises de toutes tailles, entre février et mai 2010.).
Por Lydia Colders. Mal informado, mal equipados e inquietos por las perspectivas de obtener financiación para sus OPCA, entonces son objeto de un uso de la facultad de la FPSPP, las compañías de repetir frases de cara al 2010. Esta de acuerdo con una encuesta realizada por la tendencia firme de HR Opcalia Ile de France ("¿Cómo se integran la reforma empresarial en la enseñanza de sus prácticas?", Junio de 2010. Tendencia Encuesta realizada por HR Opcalia Ile-de-France a 195 empresas de todos los tamaños, entre febrero y mayo de 2010.). Más información...

Posté par pcassuto à 00:23 - - Permalien [#]
Tags : ,

Mise en place d'un indicateur de performance sociale pour le Supérieur

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/60/9/6609.jpgValérie Pécresse est intervenue à l’Ecole centrale de Paris, une Grande école exemplaire en matière d’ouverture sociale puisqu’elle a fait passer le nombre de boursier de 11 à 17% entre 2006 et 2009. A cette occasion, la ministre s’est prononcée en faveur de la création d’un indicateur de performance sociale applicable à tous les établissements d’enseignement supérieur afin d’accompagner et valoriser les efforts de mixité sociale....
Ce nouvel indicateur, j’ai demandé à mes services de le construire en tenant compte des caractéristiques de chaque école et de chaque université. Il sera pris en compte dans le volet « performance » du contrat d’établissement et permettra de conduire une vraie politique d’ouverture sociale, progressive mais durable. Car au¬delà des Grandes écoles, l’ouverture sociale est une exigence pour l’ensemble de notre enseignement supérieur. C’est tout le sens de la politique que je mène depuis trois ans en rapprochant les grandes écoles et les universités, mais aussi en construisant des passerelles entre les licences, les IUT et les BTS : chaque étudiant doit pouvoir emprunter sa propre voie de réussite et réaliser les ambitions qu’il se découvrirait une fois ses études supérieures commencées.
Il faut en finir avec cette logique d’orientation irréversible, qui transforme les choix accomplis au sortir de la Terminale en destin. On doit avoir le droit de choisir l’université sans renoncer à jamais à rentrer dans une grande école, de même qu’on doit pouvoir rentrer en BTS et poursuivre des études supérieures jusqu’à la Licence ou au Master. Mais pour que ces passerelles fonctionnent, encore faut-il offrir à tous les profils l’accompagnement pédagogique qui leur permet de réussir : c’est le sens du plan Licence, qui a permis de renforcer l’accueil, l’encadrement et le suivi des étudiants. C’est également l’un des objectifs de la modernisation des filières supérieures courtes que je vais lancer, en développant en particulier l’apprentissage : à tous les niveaux, en IUT et en STS comme dans les grandes écoles, c’est en effet une voie de réussite différente que nous devons développer.
Vous le voyez, l’ouverture sociale est au cœur de la refondation de notre enseignement supérieur engagée depuis trois ans. L’ensemble de la communauté universitaire en est désormais pleinement consciente : c’est notre enseignement supérieur qui porte aujourd’hui les espoirs de promotion sociale de nos jeunes et de leurs familles.Nous avons le devoir de leur permettre de réussir et de s’insérer : cette exigence est plus forte que jamais en période de crise. Nous serons au rendez-vous.
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/60/9/6609.jpgValerie Pecresse kom vid Ecole Centrale de Paris, en Grande Ecole modell när det gäller sociala öppenhet som det ökade antalet lager av 11-17% mellan 2006 och 2009. Vid detta tillfälle, minister uttryckte stöd för inrättandet av en social indikator på resultat gäller för alla lärosäten för att komplettera och stärka de insatser av social mix ....
Denna nya indikator, frågade jag min för att bygga, med hänsyn till särdragen för varje skola och varje universitet. Du förstår, den sociala öppenhet är i centrum för den översyn av vår högre utbildning som begåtts för tre år. Hela universitetssamfundet är nu fullt medveten att detta är vår högre utbildning som bär hopp om social anpassning av våra ungdomar och deras familles.Nous har en skyldighet att ge dem möjlighet att lyckas och s ' infoga: Detta krav är starkare än någonsin i tider av kris. Vi kommer vara på mötesplatsen. Mer...

Posté par pcassuto à 00:11 - - Permalien [#]
Tags :