http://www.travail-solidarite.gouv.fr/squelettes/images/header4.jpgL’augmentation des entrées s’accompagne d’un nouveau raccourcissement de la durée des contrats et d’une progression des formations visant un diplôme de l’enseignement supérieur. Celles-ci concernent désormais plus d’une entrée sur cinq. Analyse de la DARES: Apprentissage-dares.
Les jeunes filles (31% des entrées), plus âgées à l’entrée en contrat, sont aussi relativement plus qualifiées. 28% (+5 points en un an) d’entre elles préparent un diplôme ou un titre de l’enseignement supérieur, contre 18% (+3 points en un an) pour les jeunes garçons. Les jeunes filles apprenties préparent, dans 45 % des cas, des formations de niveau CAP-BEP, contre 60% des garçons.
Parallèlement, le niveau de formation préparé par la voie de l’apprentissage augmente: 21% des nouveaux contrats visent l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 18% en 2007. Ces contrats sont plus courts que ceux préparant à des titres ou diplômes de niveau inférieur : seuls 38% ont une durée qui excède 24 mois, contre 65% des contrats qui préparent à un diplôme de niveau équivalent au baccalauréat et 55% de ceux qui forment au niveau CAP-BEP.
Les filières de formation dans l’enseignement supérieur progressent notamment dans certains secteurs où l’apprentissage reste encore peu implanté. C’est le cas dans les services aux entreprises où 67% des nouveaux apprentis préparent un diplôme ou titre de niveau III ou supérieur. Dans ce secteur, les formations de niveau CAP-BEP concernent moins d’un entrant sur cinq, contre 54% dans le commerce, 67% dans les services aux particuliers, 75% dans la construction et 78% dans les industries agricoles et alimentaires. Globalement, l’apprentissage dans l’enseignement supérieur est plus fréquent dans les entreprises de plus de 250 salariés : il concerne 40% de leurs contrats. Ces entreprises représentent 12% des entrées, soit 2 deux points de plus qu’en 2007.
Dans les très petites entreprises (moins de 10 salariés), le recul des formations de niveau CAP-BEP (-2 points par rapport à 2007, soit 69% de leurs contrats) profite aussi bien aux formations de l’enseignement supérieur qu’à celles de niveau baccalauréat. La préparation d’un diplôme de l’enseignement supérieur reste toutefois très minoritaire et plus rare dans les petites entreprises (7% des nouveaux contrats, contre 21% de l’ensemble des nouveaux contrats de 2008).

http://www.travail-solidarite.gouv.fr/squelettes/images/header4.jpgThe increase in entries accompanied by a new shorter duration of contracts and an increase in training for a diploma of higher education. They now involve more than one entry in five. Analysis of DARES: Learning. The girls (31% of admissions), older at entry into the contract, are also relatively more skilled. 28% (5 points in one year) to prepare them as a diploma or higher education , against 18% (3 points in one year) for boys. The girls prepare apprentices in 45% of cases, ISCED CAP-BEP, against 60% of boys. More...