http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gifPar Philippe Jacqué. Jocelyn: Le système universitaire est-il en train de s'américaniser et de nous obliger à nous endetter pour payer les études de nos enfants ? Gilbert Béréziat : Actuellement, c'est la nation qui s'endette pour payer les études des riches. Donc la question est trop simple. On n'est absolument pas dans le système américain, pour une raison très simple, c'est que le système américain est une organisation en pyramide : il y a une base très large, avec les Community Colleges de deux ans et les Colleges habituels de 4 ans, et c'est à partir de ces collèges que se fait la sélection vers les formations plus longues. En France, la sélection se fait à 14 ans, j'exagère. Mais en tout cas, elle se fait avant le bac. Donc quelles que soient les tares du système américain, il est moins inégalitaire que le nôtre...
C'est très difficilement comparable avec le système français où, sous couvert d'égalitarisme, en réalité, l'Etat subventionne les études de tout le monde mais, comme nous savons très bien que les couches les moins favorisées accèdent le plus difficilement à l'enseignement supérieur et acquittent l'impôt sous forme de taxe (TVA), puisqu'en France l'impôt direct ne représente pas les revenus principaux de l'Etat, sans trop de risque de se tromper, on peut dire qu'en France les moins favorisés financent les études des plus favorisés...
Il est évident qu'en France, ce qui coûte cher pour un étudiant, c'est ce que les Anglo-Saxons appellent le "housing". Comparons avec Manchester : l'université de Manchester, 35 000 étudiants, 6 000 logements pour étudiants, 42e au classement de Shanghaï. L'Université Pierre-et-Marie-Curie : 30 000 étudiants, aucun logement d'étudiant à sa disposition. Tout dépend du Crous, dont je ne suis pas sûr qu'il ait le meilleur rapport qualité-prix en matière de logement...
Les étudiants pensent que l'Etat leur a donné l'éducation supérieure et n'ont qu'une reconnaissance modérée pour l'université qui a fait le business. Et c'est le problème majeur de l'université française aujourd'hui. Article complet.
http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gifPor Philippe Jacques. Jocelyn: El sistema universitario se va de América y nos obligan a pagar la deuda para la educación de nuestros hijos? Gilbert Béréziat: Actualmente, es la nación en la deuda a pagar por la educación de los ricos. Así que la pregunta es demasiado simple. No es absolutamente en el sistema americano, por una simple razón es que el sistema americano es una organización piramidal: hay una amplia base con los Colegios Comunitarios de dos colegios años y normal de 4 años, y es a partir de estas escuelas que es la selección de los cursos más largos. En Francia, la selección se realiza a los 14, exagero. Pero en cualquier caso, es por ferry. Así que sea cual sea las fallas del sistema americano es menos igualitaria que la nuestra. Los estudiantes creen que el Estado les ha dado la educación superior y tienen sólo el reconocimiento moderado para la universidad que hizo el negocio. Y este es el problema principal de la universidad francesa de hoy. Completa. Más información...