Les fondations d’université pousseraient-elles plus vite que les champignons ? C’est un peu l’impression que donne notre carte interactive qui recense les initiatives en la matière. Incontestablement, lever des fonds devient une préoccupation majeure pour les établissements, écoles et organismes de recherche compris. D’où ce numéro de rentrée de l’ORS, qui devrait leur donner les clés techniques, juridiques et managériales du fundraising. Mais attention, réunir des sommes capables de modifier les grandes lignes budgétaires de l’établissement n’est pas chose aisée.
Même sans compter la crise financière, en France, le mécénat d’entreprise est déjà largement orienté vers des fondations existantes. Les dons privés bénéficient, eux, principalement à des causes touchant le « grand public » (le cancer par exemple). Alors que la générosité des anciens élèves reste encore faible, on peut s’attendre à une concurrence féroce pour alimenter les comptes en banque des universités comme des écoles. Sans oublier que mener une campagne de fundraising coûte cher et prend du temps : seuls ceux qui seront capables de ficeler des projets originaux et ambitieux pourront convaincre des donateurs de délier leurs bourses. Beaucoup d’obstacles en perspective…
Det ger bara intryck av att en interaktiv karta som identifierar initiativ på området. Otvivelaktigt kapitalanskaffning blir en viktig fråga för institutioner, skolor och organisationer, inklusive forskning. Därav antalet returnerade "ORS, vilket bör ge dem nyckeln tekniska, juridiska och ledarskapsförmåga kapitalanskaffning. Men uppmärksamhet, samla kan ändra bild av budgeten preparatet är inte lätt.
Även om man undantar den finansiella krisen i Frankrike, är företagskulturen filantropi redan till stor del inriktad på befintliga stiftelser. Privata donationer gynnar dem själva, främst i mål som rör "allmänheten" (t.ex. cancer). Medan generositet Alumni fortfarande lågt, kan vi förvänta oss hård konkurrens för att leverera bankkonton universitetens såsom skolor. Mer...