24 août 2009

Plus de 300 000 « intellos précaires »

Les nouveaux intellos précairesDiplômés, compétents mais exploités : qui sont les « intellos précaires » ?

Ils seraient plus de 300 000 « intellos précaires » en France actuellement. Qui se cache derrière ces diplômés, certes compétents, mais qui vivent dans la précarité ? Anne et Marine Rambach viennent de consacrer un ouvrage à cette catégorie de la population : « Les Nouveaux Intellos Précaires », paru aux éditions Stock.
Rencontre.
Qui sont les « intellos précaires » ?
- Ce sont des personnes qui travaillent dans la recherche, l’enseignement, l’édition, les bibliothèques, les musées. Ce sont aussi des architectes, des journalistes, des scénaristes. La plupart n’ont ni revenu fixe, ni contrat à durée indéterminée. Ils sont rémunérés à la pige ou en droits d’auteur, ils cumulent les CDD ou les vacations. Ils ont une couverture sociale minimale ou inexistante. Beaucoup d’entre eux sont dans la survie. Certains gagnent la moitié du SMIC, d’autres atteignent 1 500 euros par mois mais doivent travailler énormément. Seule une petite minorité a des revenus supérieurs à 2 500 euros.
Les chercheurs sont-ils autant concernés par cette précarité ?
- C’est le seul métier sur lequel il y a une volonté de ne pas trop faire baisser le prix du travail. La profession est mieux payée qu’à une époque. Il y a en effet des chercheurs précaires qui gagnent 2 000 euros par mois. Ce qui est dur, c’est le temps d’attente dans la précarité, sachant qu’un chercheur est titularisé en moyenne à l’âge de 35 ans. L’autre difficulté majeure, c’est la concurrence : il peut y avoir 150 candidats pour 1 poste ! Or, cette concurrence est source de conflits entre chercheurs titulaires et précaires. Le plagiat, le vol d’idées et le harcèlement moral sont monnaie courante dans ce milieu.
New intellektuella otryggaAkademiker är behöriga men utnyttjas: Vilka är "osäkra intellektuella?
De skulle vara mer än 300 000 "lösa intellektuella" i Frankrike i dag. Vem står bakom dessa akademiker, förvisso kompetent, men som lever i fattigdom? Anne och Marine Rambach kommer att ägna en bok till denna kategori av befolkningen: "The New Intellos lösa", utgiven av Editions Stock.
Möte.
Vilka är "osäker intellektuella?
- De är människor som arbetar inom forskning, undervisning, förlag, bibliotek, museer. De är också arkitekter, journalister, manusförfattare. De flesta har varken en fast inkomst eller fast anställning. De betalas på frilansbasis eller upphovsrätt, de kombinerar CSD eller semester. De har en viss minsta täckning eller obefintlig. Många av dem är i överlevnad. Vissa tjänar hälften av minimilönen, medan andra har uppnått 1 500 euro per månad utan måste arbeta hårt. Endast en liten minoritet har inkomster som överstiger 2 500 euro. Mer...

Posté par pcassuto à 19:10 - - Permalien [#]


Sept défis pour une politique de civilisation

The International European Summer University 2009 will take place in Poitiers from 1 October to 4 October 2009 at the Espace Mendes-France.
It will fall between the scope of the previous editions and will support, through reflections on the conditions of the exhaustion of a model of development, the emergence of a complex thinking together with an ensemble of steps which are marked by trans-disciplinarity, by the confrontation between researchers and political decision makers and by a will of openness to our fellow citizens. The interest that we have in complex thinking is two-fold. Firstly, we are concerned about the deep knowledge that we can benefit from and the potential of experiences which will spring from it. Secondly, the intrinsic value of this University, is that it constitutes a big step towards the network of knowledge; in a situation which was until now characterized by the dialogue of knowledge. The interest of the first kind works at two levels. The second works at the global level, where interdependence and diversity have become the determinant features. When a system is not able to treat its vital problems, to create a meta-system suitable for dealing with these problems, it deteriorates and disintegrates.
Program. Speakers.
Public Conference: Éducation et université, Vendredi 2 octobre 2009 de 18h30 à 21h00, Maison du Peuple de Poitiers. En collaboration avec l’Observatoire International des Réformes Universitaires (ORUS Int).
Intervenants : * M. Cristovam Buarque – Ministre de l’Education brésilien (2003-2004). * M. Axel Kahn – Président de l’Université Descartes de Paris. * Nicole Rege Colet – Présidente de l’Association Internationale de pédagogie universitaire. * Boaventura de Sousa Santos – Professeur de sociologie à Yale University (E.-U.).
L’éducation ne se réduit certes pas à l’université ; elle englobe l’ensemble des étapes de la scolarisation et même une partie des processus d’apprentissage extra-scolaires. Toutefois elle joue là un rôle déterminant : c’est elle qui, en dernier ressort, guide les jeunes générations dans la vie active et leur fournit les outils pour y évoluer librement. Dans les pays occidentaux, l’après-guerre a vu l’université s’ouvrir au plus grand nombre ; et aujourd’hui, en Inde ou en Chine, les étudiants se comptent par millions. Pourtant, cette « massification » de l’enseignement supérieur s’est-elle traduite par une véritable démocratisation ? Les disparités existant entre les universités et les cursus parallèles (dans le cas français) ou entre les universités mêmes (à une échelle plus large) rappellent que l’éducation supérieure pour tous, dans des conditions réelles d’égalité des chances, est encore un idéal à atteindre.

Posté par pcassuto à 17:55 - - Permalien [#]
Tags :