Retour à la page d'accueilL'Association des régions de France (ARF) a estimé que l'adoption mardi par les députés du projet de loi réformant la formation professionnelle représentait "un nouvel accroc à la décentralisation".

"Les régions considèrent que la proximité est un facteur indéniable d'efficacité dans la politique d'emploi et de formation", a jugé l'ARF, dans un communiqué.
"Compte tenu de leurs connaissances du tissu des entreprises régionales et de leurs besoins en qualification, elles prônent la création, et le pilotage par la région, d'un grand service public régional de l'orientation, de la formation et de l'emploi", a-t-elle souhaité.
L'ARF s'est également élevée contre "la mauvaise foi" de Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'Emploi, qui laisse "entendre que la décentralisation entraînerait plus d'inégalités".
"La proportion de chômeurs accueillis en formation dépend de la sociologie de la population régionale, du nombre de chômeurs en provenance d'autres régions, de la nature des formations et ne reflète en rien le niveau d'implication du conseil régional", a également mis en avant l'association.
Le président du conseil régional d'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon (PS), a dénoncé mardi le "hold up" de l'Etat sur les fonds de la formation professionnelle, "au détriment des partenaires sociaux et des régions", au lendemain de la réforme adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale.
"Derrière des intentions partagées par tous, comme former plus ceux qui en ont le plus besoin et simplifier un système d'une grande complexité, se cachent une volonté de l'Etat de procéder à un "hold-up" sur les fonds de la formation professionnelle, au détriment des partenaires sociaux et des régions", estime M. Huchon dans un communiqué.
Selon lui, "au mépris de toutes les lois de décentralisation votées par toutes les majorités depuis 1982, le projet de loi entend soumettre le programme régional des formations, aujourd'hui adopté après large concertation par les régions, à l'aval du préfet et du recteur".
Pour M. Huchon, "il est clair qu'il ne sera plus possible de se doter de programmes stratégiques pluriannuels au niveau régional".
Le président de la région déplore que "l'Etat mette la main sur le fonds national de sécurisation des parcours, pourtant paritaire, et refuse d'associer les régions à une contractualisation".
Il faut à présent, estime M. Huchon, que le débat au Sénat permette "de poser les bases d'un véritable droit à la formation initiale différée, comme les régions l'initient depuis plusieurs années", d'organiser un service public régional de l'orientation" et d'"achever la décentralisation en transférant aux régions les compétences résiduelles de l'Etat (illettrisme, handicapés, etc)".
Back to home pageL'Association des régions de France (ARF) said Tuesday that the adoption by members of the bill reforming the training was "hooked on a new decentralization. "The regions consider that proximity is an undeniable factor in the effectiveness of employment policy and training", considered the ARF, in a statement. Le président du conseil régional d'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon (PS), denounced Tuesday the "hold up" of the state funds for vocational training, "to the detriment of the social partners and regions "in the aftermath of the reform adopted in first reading by the National Assembly. "Behind the intentions shared by all, as train more people who most need and simplify a system of high complexity, hiding a desire for the State to conduct a" raid "on funds of vocational training, to the detriment of the social partners and regions, "Huchon says in a statement. More...