http://www.observatoire.cnfpt.fr/images/imgs_interface/titre.gifLa loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 a doté les salariés d’un droit individuel à la validation des acquis de l’expérience (VAE), destiné à faciliter la mobilité sur le marché du travail et sécuriser les parcours professionnels.
Le conseil supérieur de la fonction publique territoriale a souhaité que le programme de travail d’observation et de prospective du CNFPT de l’année 2008 étudie les pratiques de VAE mises en place dans les collectivités. Les axes d’observation ont porté, pour les agents comme pour les collectivités, sur :
· les pratiques existantes de VAE
· les effets et l’intérêt de la démarche
· les difficultés rencontrées
L’enquête qualitative par entretiens a été menée auprès de 17 collectivités. Ont été rencontrés des :
· agents des services de ressources humaines en charge du dispositif,
· encadrants et des agents engagés dans le dispositif
· partenaires extérieurs de la collectivité
Ce rapport comporte trois parties qui visent à :
· identifier les objectifs et les attentes des agents et des collectivités
· décrire la mise en oeuvre des procédures de validation au sein des services
· rendre compte des effets de la démarche et des perspectives envisagées
Extraits sur le Supérieur:
Deux collectivités ont mis en place des conventions avec des prestataires spécifiques. Dans ces cas, l’orientation et le choix de la certification sont pris en charge par l’accompagnateur. Ces collectivités se sont tournées vers l’Education Nationale afin d’avoir accès au plus grand nombre de référentiels. Une de ces deux collectivités a également passé un marché avec un cabinet conseil pour les diplômes du supérieur...
Toutes les collectivités rencontrées prennent en charge financièrement les démarches individuelles. Le coût moyen de la VAE par agent varie de 500 à 900 €, mais il peut atteindre 4 000 € pour quelques diplômes de l’enseignement supérieur. Certaines collectivités définissent un nombre de place limité en fonction d’un plafond de financement...
Certains certificateurs semblent résister à la démarche, notamment les universités dont le positionnement est difficile à appréhender : peu de dossiers d’agents ont été recevables dans l’enseignement supérieur et encore moins de diplômes validés. Voir: CNFPT étude VAE.
Alle gemeenschappen ervaren financieel ondersteunen de afzonderlijke stappen. De gemiddelde kostprijs van de EAV per agent varieerde van 500 tot 900 €, maar het kan oplopen tot 4 000 € voor een paar graden van het hoger onderwijs. Sommige gemeenschappen een beperkt aantal zetels op basis van een financiering dop... Sommige certificatiebedrijven lijken te verzetten tegen het proces, met inbegrip van universiteiten waarvan de plaatsbepaling is moeilijk te begrijpen: enkele gevallen van officieren werden toegelaten in het hoger onderwijs en nog minder kwalificaties gevalideerd. Meer...