La Commission nationale des Certifications professionnelles vient de publier son rapport d’activités pour l’année 2008.
Celles-ci ont été centrées sur la construction des certifications en termes d’activités et de compétences « dans une perspective qui accentue la dimension de finalité professionnelle des certifications ». Ceci n’a pas freiné la hausse des demandes d’enregistrement, notamment de la part des branches professionnelles avec les certificats de qualification professionnelle (CQP).
La Commission a démarré la procédure d’enregistrement des certifications de l’enseignement supérieur », soit près de 12 000 certifications ; après les licences pro commencent à apparaître les masters et bientôt, les titres d’ingénieur. Outre les organismes qui demandent l’inscription de leurs certifications (27% des enregistrements), le Répertoire couvre les certifications de 7 ministères : Éducation nationale, Emploi, Agriculture, Jeunesse et Sports, Affaires sociales, Santé et Culture.
Elle s’est engagée dans « la réalisation de l’ « inventaire » des certifications non enregistrées au RNCP mais nécessaires pour exercer certaines activités réglementées » (habilitation, agrément, licence, autorisation, etc.).  
La Commission a par ailleurs signé des partenariats, dont un avec Pôle Emploi permettant une recherche à partir des sites respectifs des structures et profitant de la rénovation du sien. Elle participe aux travaux du Conseil national de l’information statistique (CNIS) « pour une méthodologie française en 5 niveaux de la grille européenne du Cadre européen des certifications (CEC) ». Un processus de traduction des fiches en allemand, anglais et espagnol a débuté. Voir aussi: Répertoire des certifications, premier bilan 2008.