La CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle) vient de publier son Rapport d'activité 2008 au Premier Ministre.
Quelques extraits concernant l'Enseignement Supérieur:

Parmi les avancées et évolutions notables qui ont jalonné le cours de cette année riche à maints égards, figurent l’élaboration et le lancement de la procédure relative à l’enregistrement de droit des certifications de l’enseignement supérieur, la conclusion d’un partenariat avec l’ANPE - devenue depuis « Pôle emploi »... Georges Asseraf (p.4)
Fin 2008, 5084 fiches répertoire sont désormais accessibles en ligne sur le site de la Commission alors que 422 fiches sont encore en cours de validation. Ces dernières comprenant essentiellement des fiches relatives aux diplômes de l’enseignement supérieur (licences ou masters et titres d’ingénieur). (p.7)
L’enseignement supérieur, lui aussi ministère certificateur, n’y présente encore qu’un nombre limité de certifications, au regard de son poids potentiel. Toutefois, en 2008, nous avons arrêté avec les autorités concernées le processus de saisie et de collecte des informations relatives aux diplômes universitaires habilités (à valeur nationale). Ce dispositif a été mis en oeuvre à titre expérimental sur trois universités afin d’en préciser et d’en assurer le caractère opérationnel. Le test s’est révélé probant : tout est donc prêt en 2009 pour accueillir dans le Répertoire la première vague de diplômes de Master. (p.8)
1504 relèvent de l’enseignement supérieur et concernent notamment à ce stade de la collecte, outre l’ensemble des DUT et des DEUST, essentiellement les licences professionnelles. L’année 2009 devrait montrer des évolutions volumétriques importantes avec la mise en oeuvre d’une procédure organisée de la saisie au niveau de chaque université. La même procédure sera appliquée aux écoles d’ingénieurs dont 187 titres sont actuellement publiés en ligne alors que 111 titres n’ont pas été publiés du fait de la non-organisation de la procédure VAE effective au cours de l’année 2008. (p.9)
Les niveaux I et II sont essentiellement issus de l’enseignement supérieur qui en représente 93%. (p.10)
IV. LA PUBLICATION DE L’OFFRE DE CERTIFICATION DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Le volume des certifications de l’enseignement supérieur, notamment universitaires, placées sous la responsabilité de la DGES (Direction générale de l’enseignement supérieur devenue direction générale pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle (DGESIP) à la fin 2008.) est estimé à 12000 environ (Licences, Licences professionnelles, Masters, Titres d’ingénieur, Titres visés…). Cette importance a impliqué la recherche d’un processus d’enregistrement au RNCP spécifique prenant en compte le stock existant, le flux en cours et la maintenance du dispositif. Celui-ci devrait obéir aux principes et modalités de traitement suivants : L’ensemble des données nécessaires à la réalisation des fiches saisies sera totalement produit par les universités, sous la responsabilité de référents, nommés par leur Président, et incrémentée dans la base de données de la CNCP. La vérification des contenus juridiques (n° d’habilitation, intitulé, base juridique) serait assurée après l’obtention de l’habilitation par les services de la DGESIP.
Avant publication et afin de favoriser une harmonisation des présentations dans leur forme, une lecture globale des contenus devrait s’organiser dans le cadre d’un comité composé de représentants des différentes instances ayant contribué jusqu’ici aux travaux de mise en oeuvre de la collecte des fiches (CPU, DGES, CNCP, AMUE, VPCEVU, CDSUFC, Experts de Bologne).
Un « vade-mecum » a d’ailleurs été réalisé par ce comité afin de donner des consignes spécifiques permettant de remplir chacune des rubriques de la fiche RNCP sur des principes communs. Ceux-ci ont été conçus en articulation avec les contenus du « supplément au diplôme Europass » que les universités doivent obligatoirement remettre aux étudiants à la fin de leur cursus.
Un espace réservé dans le système de saisie dans la base de données a d’ores et déjà été aménagé pour mener à bien cette opération. Sa mise en oeuvre a donné lieu à une expérimentation conduite au cours de l’année 2008 par la DGES, la CPU et trois universités volontaires (Aix-Marseille, Brest, Lille). Cet espace est également accessible pour les titres d’ingénieurs selon le même processus avec un comité de suivi assuré avec la Commission des Titres d’Ingénieurs (p.15)
Validation des Acquis de l’Expérience: 368 questions posées, soit 23 %, ont porté principalement sur l’accessibilité de certifications particulières et sur l’information générale sur la procédure de validation des acquis de l’expérience. Cette année, les demandes portant sur l’accès aux certifications par la VAE concernent en majorité les diplômes du ministère de l’éducation nationale (28 %) et ceux du ministère de l’enseignement supérieur (21 %), suivis par les diplômes des ministères de la santé et de l’action sociale qui représentent chacun 15 % des interrogations. (p.21)

Il CNCP (Commissione Nazionale di Certificazione Professionale) ha rilasciato il suo rapporto di attività 2008 per il Primo Ministro.
Alcuni estratti sull'istruzione superiore: Tra i notevoli risultati raggiunti e gli sviluppi che hanno segnato il corso di questo anno ricco in molti modi, comprendono lo sviluppo e l'avvio della procedura per l'iscrizione di diritto delle qualifiche di istruzione superiore. Prima di procedere alla pubblicazione e di promuovere l'armonizzazione delle loro presentazioni in forma, una lettura dei contenuti devono essere organizzati nel quadro di un comitato composto di rappresentanti dei vari organismi coinvolti nel lavoro finora per attuare la raccolta carte (CPU, DGES, CNCP, AMUE, VPCEVU, CDSUFC, esperti di Bologna). Maggiori informazioni...