08 avril 2009

Y a-t-il trop de pôles de compétitivité ?

Localtis : retour à l'accueil

Les pôles de compétitivité sont-ils des outils dédiés à l'aménagement du territoire, au développement de la recherche ou destinés à fédérer grandes entreprises, PME et laboratoires ? C'est en ce sens que s'est interrogée ce 7 avril la mission d'évaluation et de contrôle de la commission des finances de l'Assemblée nationale, dans le cadre d'une série d'auditions menées sur l'évaluation et les perspectives des pôles de compétitivité.
"Je me pose la question : est-ce qu'il n'y a pas deux schémas différents, avec une quinzaine de pôles spécialisés qui sont orientés sur la recherche et d'autres davantage orientés sur des problématiques plus régionales, d'aménagement du territoire ?", explique Jean-Pierre Gorges, député UMP d'Eure-et-Loir. A cette question, les deux responsables de l'évaluation des pôles menée l'an dernier restent prudents. Pour Philippe Bassot, vice-président de CM International, les pôles servent surtout à fédérer les différents acteurs. Laurent Blivet, manager de The Boston Consulting Group, estime pour sa part que la politique des pôles est suffisamment flexible pour remplir les trois rôles simultanément. Mais une chose est sûre : au sein des pôles eux-mêmes, la vision n'est pas la même. "Quand on demande aux pôles directement, ils n'ont pas la même perspective que nous", a ainsi expliqué Laurent Blivet. Source.
A lire aussi sur Localtis.info : Les pôles de compétitivité à l'heure de la fusion, Septième appel à projets : des dossiers mieux ficelés, Pôles de compétitivité : le huitième appel à projets est lancé, Pôles de compétitivité : une politique rénovée, 13 pôles de compétitivité à "reconfigurer en profondeur", Les pôles de compétitivité sont-ils efficaces ?

Localtion: Inapoi la Home

Competitivitate glomerule sunt instrumente specifice de utilizare a terenului, de cercetare sau de dezvoltare de a uni într-o federaţie companii mari, IMM-urilor şi a laboratoarelor? Mai multe...

Posté par pcassuto à 17:21 - - Permalien [#]


La convention de reclassement personnalisé (CRP), procédure de licenciement pour motif économique engagée à compter du 1/4/2009

Pour les salariés compris dans une procédure de licenciement pour motif économique engagée à compter du 1er avril 2009, les dispositions applicables relèvent de la convention du 19 février 2009 « relative à la convention de reclassement personnalisé » agréé par l’arrêté du 30 mars 2009).
Dans les entreprises non soumises à l’obligation de proposer le congé de reclassement prévu à l’article L. 1233-71 du Code du travail, c’est-à-dire principalement les entreprises de moins de 1000 salariés, l’employeur qui envisage de licencier pour motif économique doit, sous peine de sanctions, proposer aux salariés concernés une convention de reclassement personnalisé, d’une durée maximale de 12 mois. Le salarié a le choix de refuser ou d’accepter cette convention. S’il l’accepte, son contrat de travail est rompu et il bénéficie d’actions de soutien psychologique, d’orientation, d’accompagnement, d’évaluation des compétences professionnelles et de formation destinées à favoriser son reclassement. Il bénéficie également, sous réserve d’avoir deux ans d’ancienneté, d’une allocation spécifique de reclassement et peut avoir droit, s’il reprend un travail moins bien rémunéré que le précédent, à une indemnité différentielle de reclassement.
Le bénéficiaire de la CRP qui, à l’issue de cette dernière, est toujours à la recherche d’un emploi, bénéficie, dans la limite de ses droits, de l’allocation d’assurance chômage (allocation d’aide au retour à l’emploi - ARE), dès son inscription comme demandeur d’emploi, sans délai d’attente ni différé d’indemnisation. La durée d’indemnisation au titre de l’ARE est alors réduite du nombre de jours indemnisés au titre de l’allocation spécifique de reclassement. Fiche détaillée.

Posté par pcassuto à 16:08 - - Permalien [#]
Tags :

Spectacle vivant : signature d'un accord cadre ADEC (Actions de développement de l'emploi et des compétences)

Photo signature accord cadre ADEC spectacle vivant du 10.03.2009Un accord cadre de développement de l'emploi et des compétences a été signé le 10 mars 2009 entre la branche du spectacle vivant et l’État. Cet accord cadre ADEC (télécharger l'accord) consiste en un plan d'action en faveur des salariés  et des entreprises du spectacle vivant, qui sera mis en œuvre sur trois ans (de 2009 à 2011),  au niveau national et régional.
Les objectifs de cet accord cadre ADEC sont les suivants : 1. améliorer la connaissance de l'emploi et mieux structurer l'offre de formation professionnelle, 2. optimiser les pratiques d'emploi en accompagnant les entreprises sur le plan économique et social, et dans la gestion de leurs ressources humaines, 3. développer les compétences des salariés et concourir à la construction des parcours professionnels, en renforçant l'accès à la formation professionnelle, 4. développer une politique de prévention en direction des entreprises et des salariés en matière de santé et de sécurité au travail.
Le spectacle vivant est un secteur d'activité artistique d'une grande vitalité, qui suscite bien des vocations. Il emploie plus de 170 000 professionnels, qu'ils soient artistes, techniciens ou personnels administratifs, permanents ou intermittents ; et on dénombre près de 15000 entreprises qui produisent, diffusent, accueillent des spectacles, ou encore, qui fournissent des prestations de services techniques.
Ce dynamisme ne peut toutefois pas masquer un contexte social et économique difficile depuis quelques années déjà : le marché du travail est soumis à de fortes évolutions qui ont un impact important sur les métiers ; la demande d'emploi, en forte croissance, est très inférieure à l'offre, ce qui entraine une précarisation des situations des professionnels ; quant aux entreprises, majoritairement de très petite taille, elles s'inscrivent dans une économie risquée et instable. C’est pourquoi la Commission paritaire nationale de l'emploi et de la formation du spectacle vivant, en lien avec les organisations professionnelles d'employeurs et de salariés de la branche, l'Etat (les Ministères chargés de l'emploi, de la culture et du travail), l'Afdas, l'ANACT, le CMB et Audiens ont décidé de s'engager collectivement. Cette démarche inédite permettra de mettre en œuvre des actions très concrètes et novatrices, en s'appuyant sur les compétences des partenaires concernés, tout en permettant une coordination des moyens mobilisables au plan national et régional.
Pour l'Etat, les signataires de cet accord étaient : pour le Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, Bertrand Martinot, Délégué Général à l'emploi et à la formation professionnelle, pour le Ministère de la culture et de la communication, Georges François Hirsch, Directeur de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, pour le Ministère du travail :  Jean-Denis Combrexelle, Directeur Général du travail. Source.
Scenekunst: underskrive en rammeaftale Kontoret for Korsikas Økonomiske Udvikling (aktion for udviklingen i beskæftigelsen og færdigheder). En rammeaftale for udvikling af beskæftigelsen og færdigheder blev underskrevet den 10. marts 2009 mellem filial af scenekunst og stat.Denne rammeaftale Kontoret for Korsikas Økonomiske Udvikling (download den aftale) er en handlingsplan for ansatte og virksomheder af levende forestillinger, som vil blive gennemført over tre år (fra 2009 til 2011), på nationalt og regionalt plan. Source. Mere...

Posté par pcassuto à 15:38 - - Permalien [#]
Tags : ,

Les PRES de France lancent un message commun

A l’issue de leur première journée de réflexion collective organisée à l'initiative de l'Université de Lyon, les 12 pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur dotés du statut d’Etablissement Public de Coopération Scientifique, se sont entendus sur une" déclaration commune.
- Les Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) entendent jouer un rôle majeur dans l’organisation et la dynamisation territoriale du système français de l’enseignement supérieur et de la recherche, au service de l'ensemble de leurs membres, de leurs personnels et de leurs étudiants. Ils constituent des établissements d’échelle intermédiaire qui doivent permettre une articulation pertinente et efficace des logiques locales, régionales, nationales, européennes. D’ores et déjà les PRES soulignent l’importance de l’implication des collectivités territoriales dans la structuration, le financement et le fonctionnement des EPCS.
- Les PRES sont des têtes de réseau qui permettent le plein développement des potentiels de recherche, de formation et de valorisation des établissements membres et développent ainsi l’attractivité de ceux-ci. En tant que tel les PRES sont des acteurs de l’aménagement des territoires locaux et régionaux et doivent affermir leurs liens avec les acteurs économiques et sociaux et les différents « clusters », comme les pôles de compétitivité, les RTRA, les CTRS, les instituts Carnot.
- En conséquence, les PRES, compte tenu de l’importance du processus contractuel, demandent de pouvoir bénéficier d’un contrat quadriennal avec l’Etat en soutien de leur action stratégique sur les thèmes à forte valeur ajouté, élaboré et négocié avec les établissements fondateurs de l’EPCS. Avec les collectivités et les autres ministères concernés le contrat d’objectif devrait être aussi l’outil privilégié de coopération, en phase et en lien avec la contractualisation d’Etat.
- Parallèlement, les PRES réclament qu’une réflexion s’engage avec le MESR pour la définition rapide d’instruments adéquats à leurs besoins et à la reconnaissance de leur action et de leurs personnels.
- Les PRES demandent à la Conférence des Présidents d’Université (CPU) de constituer un groupe de travail EPCS qui puisse siéger, tous les deux mois à l’issue d’une assemblée générale de la conférence. Les PRES souhaitent ainsi, à partir de cette première journée, développer une approche systématique d’échanges, de capitalisation des expériences et des bonnes pratiques menées en leur sein.
- Les PRES œuvreront pour valoriser leur expérience au plan européen, notamment auprès de l’EUA (Association Européenne des Universités qui travaille en lien avec la Commission Européenne pour toutes les questions d’enseignement supérieur et de recherche). Voir le communiqué de presse. Source.
Na konci své první den kolektivní reflexe organizován na základě podnětu ze strany University of Lyon, 12 středisek pro výzkum a vysoké školství se statusem Etablissement Veřejné de Coopération Scientifique, dohodli na " společném prohlášení. Viz tisková zpráva. Zdroj. Více...

Posté par pcassuto à 09:12 - - Permalien [#]