01 mars 2009

Quand l'entreprise et la fonction font le jargon

Les Echos, MURIEL JASOR.

L'entreprise parle une langue à part. Une façon d'exprimer son identité et son savoir, de fonctionner avec efficacité mais aussi de masquer bien des failles...
L'entreprise parle une langue à part. Du charabia pour le profane. Un langue guerrière, « chewing- gum » ou quasi mystique pour d'autres. « C'est un langage identitaire», explique le linguiste terminologue Dardo de Vecchi, qui étudie les modes d'expression dans la sphère professionnelle depuis 1995. «L'entreprise a son sociolecte, son propre dialecte social. Celui qui parle Renault n'emploie pas le même vocabulaire qu'un Peugeot. » Elle traduit avec ses propre mots la façon singulière dont elle s'organise et fonctionne. « Autant dire : dis-moi comment tu parles, je te dirai où tu travailles », poursuit le linguiste...
En cas de fusion par exemple, peu d'entreprises pensent à s'aligner sur une charte sémantique commune. « Or, les salariés des entités réunies n'accordent pas le même sens et la même valeur aux mots», soutient le linguiste. « Quand, pour certains, «Rex» signifie résultat d'exploitation, pour d'autres, il s'agit d'un retour sur expérience», prévient Didier Plas, PDG de Genitech. Attention donc aux erreurs d'interprétation...
Faute de charte sémantique, nombre d'entreprises rétrécissent leur communication autour d'un empilement de sigles, acronymes et franglais. « C'est vrai, je parle de discours «corporate» ou de produits à «brander» [dont il faut gérer la marque], reconnaît Ilinca Oancea, responsable communication et marketing du groupe Arca Patrimoine...
Patrick Deleau, président fondateur de Legal Suite (logiciels juridiques), dit oui au langage professionnel, outil essentiel de communication, mais non au jargon. « Le jargon est une démarche tribale de repli sur soi ou d'exclusion, poursuit-il. C'est aussi une façon de cacher des défaillances ou encore d'afficher un signe d'appartenance au clan de ceux qui savent. »...
Pour la philosophe Michela Marzano, cela illustre le coup de génie d'une littérature managériale qui organise délibérément - via des « guides de cuisine de vie » - le télescopage des domaines du travail et de l'intime. De quoi jeter le trouble chez ceux qui peinent à concilier leur activité professionnelle et leurs aspirations profondes. Car, les salariés sont toujours plus nombreux à « checker » les tables « dispo » dans les restaurants, à « revenir au plus vite vers vous », à donner leur « feedback » plutôt que leur point de vue, à chercher à être « sur le bon trend », à « gérer » leur forme physique, leur stress ou leurs conflits personnels ou encore à « caster» puis à « benchmarker » (comparer) différentes nounous pour la garde du petit dernier...
Les Echos, MURIEL Jasor. L'azienda parla una lingua diversa. Un modo per esprimere la propria identità e le conoscenze necessarie per operare in modo efficace, ma anche molti difetti nascondere. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 18:25 - - Permalien [#]


Les SHS en entreprise : des intérêts mutuels à défricher

Idées nouvelles
"Il m’a fallu du temps et de l’énergie pour faire valoir qu’il était possible de faire de la philosophie en dehors du cadre purement académique", assure Isabelle Faure, titulaire d’un DEA de philosophie sur la jouissance chez Spinoza décroché à la Sorbonne. Elle est aujourd’hui philosophe consultante associée dans un cabinet d’architecture à Nantes : « Le vrai défi était pour moi de rester fidèle à ma discipline et de défendre la posture d’une philosophie appliquée. Dans un projet d’urbanisme, mon rôle est de veiller à ce que la part de sens du projet ne disparaisse pas sous les multiples contraintes matérielles », assure-t-elle aujourd’hui, riche de nombreuses expériences au service de clients aussi divers que Seb ou France Télécom... « D’une manière générale, les industriels sont toujours à l’affût d’idées nouvelles et de profils atypiques. Mais pour que la rencontre ait vraiment lieu, il faut savoir se montrer encore plus convaincant que les autres », complète-t-elle.
Malgré tout, en France, la réflexion sur le transfert de savoir-faire en SHS vers le monde socio-économique n’en est qu’à ses balbutiements. Sur le modèle de ce qui existe en sciences dures, à travers le portail France Transfert Technologie (F2T), qui a pour vocation de rassembler l’offre technologique de la recherche publique en France, la commission SHS du réseau CURIE est en train de concevoir un modèle équivalent, avec un moteur de recherche par mots clés, pour promouvoir les offres de compétences disponibles en SHS. Histoire de renforcer, toujours et encore, les passerelles entre le monde académique et l’univers professionnel.
Le véritable enjeu est donc pour le monde universitaire de démontrer que des disciplines comme l’histoire, la psychologie ou la sociologie peuvent apporter des compétences réutilisables dans l’univers professionnel : « Nos disciplines sont souvent accusées d’être déconnectées de la société et incapables de s’adapter, déplore Marina Mestre Zaragoza, maître de conférences en études hispanophones et lusophones à l’ENS LSH. Or, c’est justement parce que nous avons une formation solide dans des disciplines prétendument abstraites que nous sommes en prise avec le réel. Un thésard en histoire médiévale pourra apprendre n’importe quelle technique.
Désormais, il est essentiel dans un projet d’aménagement de recourir aux services d’un sociologue ou d’un historien pour comprendre l’environnement dans lequel il s’inscrit. Dans le cas de la rénovation urbaine de Nantes par exemple, il a fallu prendre en compte tout le travail sur la mémoire des chantiers navals », témoigne ainsi Alain Weber, directeur régional Rhône-Alpes de la Caisse des dépôts et consignations.

 

Posté par pcassuto à 18:00 - - Permalien [#]
Tags :

Sarkozy s'exprimera sur la formation professionnelle mardi dans la Drôme

Le président Nicolas Sarkozy se rendra mardi dans la Drôme pour y aborder le thème de la réforme de la formation professionnelle, a annoncé dimanche l'Elysée.
Le chef de l'Etat visitera un centre de formation à Valence, avant de prononcer un discours dans la commune voisine d'Alixan. M. Sarkozy avait annoncé, lors du sommet social du 18 février, la création d'un fonds d'investissement social doté de 2,5 à 3 milliards d'euros pour coordonner les efforts en matière d'emploi et de formation professionnelle. L'Etat s'est dit prêt à en financer la moitié. Il avait aussi invité les partenaires sociaux à mobiliser la formation professionnelle pour prévenir ou accompagner l'activité partielle, ainsi qu'à développer les efforts de formation pour les personnes sans qualification.
Prezident Nicolas Sarkozy navštíví úterý v Drôme diskutovat reforma odborného vzdělávání, který byl vyhlášen neděli Elysee. Více...

Posté par pcassuto à 13:17 - Permalien [#]

Les enjeux du classement des universités européennes

JPG - 184.5 koUn classement des universités selon le nombre d’étudiants Erasmus : l’Espagne domine largement le tableau.

Entretien avec Odile Quintin, DG Education et Culture à la Commission Européenne
Face au classement mondial des universités, l’émergence d’un classement européen qui prenne en compte des critères différents peut-il aider les universités européennes à survivre à la concurrence et à ne pas rester les lanternes rouges des classements ? Réponses d’Odile Quintin, Directrice Générale de la DG Education et Culture à la Commission Européenne.
La Commission européenne vient de lancer un appel d’offres pour la constitution d’un classement européen des universités. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de cette initiative ?
Le classement des universités est devenu un instrument de plus en plus accepté d’évaluation des activités et de la performance des établissements d’enseignement supérieur. Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à plusieurs tentatives dans les États européens de classer les universités dans leur ensemble, tant à l’échelle nationale qu’internationale. La plupart a beaucoup attiré l’attention des média mais n’était pas d’une grande utilité pour les parties prenantes. D’autres, par exemple le classement produit en Allemagne par le Centre pour le Développement de l’Enseignement Supérieur, sont réellement destinés aux acteurs et fournissent une information transparente, mais couvrent seulement un nombre limité de pays.
Vous avez parlé d’un classement « pluridimensionnel ». Quelle forme prendra ce classement ? Sera-t-il hiérarchique en attribuant un rang à chaque université ? Ou sera-t-il plutôt une sorte de « cartographie » ?
Le terme « pluridimensionnel » indique que le classement devrait couvrir l’ensemble des missions des établissements, en particulier dans les domaines de l’enseignement (comprenant les 3 cycles), de la recherche, de l’innovation, de la community outreach et de l’internationalisation...
En permettant la comparaison à l’échelle internationale, il aidera les universités européennes à mieux se positionner et à améliorer leur stratégie de développement, leur qualité et leur performance, par exemple via une réforme interne (davantage d’autonomie, coopération avec les entreprises, etc). Source...
Sur internet : Commission européenne Appel d'offre pour la classement européen des universités, Commission européenne Communiqué de presse du 11 décembre 2008 sur le classement européen des universités, Université de Shaghai Classement mondial des universités, Ministère français de l’enseignement supérieur et de la recherche Quelques exemples de gouvernance des universités en Europe.

Le sfide della classificazione delle università europee. Di fronte alla classifica mondiale delle università, l'emergere di una classificazione che tenga conto di diversi criteri possono aiutare le università europee di sopravvivere alla concorrenza e non rimanere rosso fanali classifiche?Answers Odile Quintin, direttore generale della DG Istruzione e Cultura della Commissione europea. Su Internet: Commissione europea bando di gara per la classifica europea delle università, Commissione europea, comunicato stampa del 11 dicembre 2008 sulla classificazione europea delle università, Università degli Studi di Shaguai Ranking Mondiale delle Università, il ministero francese dell'Istruzione superiore e della Ricerca Esempi di governance delle università in Europa. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 09:43 - - Permalien [#]
Tags :

Répertoire des certifications : premier bilan 2008 en avant première

La CNCP (Commission nationale de certification professionnelle) va faire paraître début mars son rapport d’activité pour l’année 2008. Educpros s'est procuré ce document et présente, en avant première, les chiffres clés de ce rapport : RNCP-Statistiques-2008.pdf.
Le Répertoire national de la certification professionnelle poursuit en 2008 sa montée en puissance avec 5 506 fiches formation consultables sur le site de la commission.
On est donc encore loin de l’estimation des douze mille certifications de droit relevant de l’enseignement supérieur. Pour accélérer en 2009, la commission et ses nombreux partenaires (CPU, DGSIP, experts de Bologne, etc.) ont élaboré un vade-mecum, grâce à une expérimentation menée sur les universités d’Aix-Marseille, Brest et Lille, qui vise à faciliter l’inscription dans le registre des six mille à huit mille masters universitaires. Stéphanie Desmond.
The CNCP (National Commission on Professional Certification) will be published in early March its report for the year 2008. Educpros obtained this document and, for the first time, key figures of this report: RNCP-statistics 2008.pdf. More...

Posté par pcassuto à 01:38 - - Permalien [#]